samedi 29 décembre 2018 - par Serge ULESKI

Macron... l’UMPS à l’Elysée : mais alors, quelle alternative pour demain ?

       Autour de Macron c’est bien le constat d’un vide politique qui s’impose après des années de fausse « opposition », de fausse alternance ; en effet, aucune force n’est présente pour concurrencer la majorité LREM qui repose soit dit en passant sur un taux d’abstention record et le vol d’une élection dont le deuxième tour était sans alternative ; ce qui fait de Macron le président le plus mal élu de la 5è République.

Tous sont d’avis que le PS ne peut plus servir de leurre ni jouer le rôle de « parti de l’alternance » ni le parti LR puisque Macron, c’est l’UMPS incarné ; en d’autres termes, et dans le contexte d’un Macron au plus bas dans les sondages pour les trois années à venir (car il n’y aura pas plus de justice sociale, pas plus de pouvoir d’achat ni de baisse du chômage - baisse qui ne peut avoir lieu sans une augmentation conséquente de la pauvreté), il n’y manifestement pas de plan B de prévu chez ceux qui ont accompagné Macron jusqu’aux portes de l’Élysée : il semblerait donc que le système se soit piégé lui-même au terme d’une trentaine d’années de manipulation, d’instrumentalisation et de diabolisation au gré des impératifs économiques et idéologiques : l’U.E sous domination allemande, une Commission intrusive capable de remettre en cause le résultat d’élections « démocratiques » de ses pays membres (l’Italie tout dernièrement) et un mondialisme dévastateur des modèles sociaux et des identités nationales ; pour cette raison, Macron devra être reconduit dans trois ans puisque ni le FN ( ou la vraie droite LR-FN) ni les Insoumis ( la vraie gauche) ne sauraient être, pour l’heure, une option : une crise majeure politique et morale que l’entrée de MLP à l’Élysée provoquerait n’est pas de mise car cette crise annoncerait la chute de l’U.E ; ce qui ne fait certainement pas partie de l’agenda de ceux qui, depuis 20 ans, font en sorte qu’aucun candidat ne puisse être élu s’il n’a pas le FN dans les pattes au second tour de l’élection présidentielle ; ce qui revient à supprimer de facto le « second tour » de cette élection.

         macron dégage gilets jaunes

          La question suivante nous brûle les lèvres : comment ceux qui sont allés chercher Macron ("ce plan marketing qui a mal tourné  !"), ceux qui ne se trompent pourtant que rarement dans le choix de celle ou de celui qui sera appelé à les servir et qui ont eu la bêtise et la faiblesse de penser qu'ils pourraient faire de cet enfant roi, un Président avec la majuscule de rigueur alors qu'ils ont fait de cet enfant capricieux et arrogant, le gardien grossier de leurs intérêts à ciel ouvert car tous ne s’en cachent ni ne s’en défendent même plus - Macron le premier ! - comment donc ont-ils pu tous se tromper à ce point ? 

Publicité

Rappelons aussi ceci : lourde est la responsabilité des médias ! Leurs têtes d’affiche ont soutenu la candidature de Macron dans lequel très vite, tous se sont reconnus car, pour les plus jeunes d’entre eux, Macron c’était eux : leurs rêves de grandeur et ambitions illimitées vécus par procuration ; quant aux installés quinquas et sexagénaires, tous ont bien dû penser ce qui suit : « Lui, Macron, il saura enfumer les électeurs et protéger nos places ! »

Lourde responsabilité aussi de ceux qui ont fait le choix de cet enfant pourri-gâté, le pire des hommes à la tête d’un Etat dans le contexte qui est le nôtre aujourd’hui, mettant tout en oeuvre pour qu’il soit assuré d’être élu. Ces médias et ces hommes-là issus de la banque, de l'assurance, accessoirement de la politique, magnats des médias et autres milliardaires, ont mis la France en danger pour le seul bénéfice de leurs intérêts : BNP, AXA, LVMH, Jacques Attali (entremetteur professionnel à la tête d'une agence de cover-girls et de cover-boys de la politique qui ont pour clients l'Hyperclasse), Michel Collomb, Pierre Bergé, Niel et Pigasse, Patrick Drahi (via BFM-TV) … liste "complète" ICI (quotidien régional Sud-Ouest).

         macron dégage gilets jaunes

        Face à la violence légitime du rejet de Macron, les voilà manifestement tout nus, sans recours car sans plan B ! Mais alors…. après l’UMPS, que peuvent-ils bien inventer d’autre ? A partir de l’U.E, un gouvernement européen restreint autour de l’axe franco-allemand ? Vaine ruse étant donné la popularité désastreuse du projet européen. Ou bien, reprendre les veilles recettes de la division de notre pays sur la question de « l’identité française » ?

Avec un électorat condamné à reconduire Macron dans trois ans, on peut prédire que la question de l’immigration sera à l’ordre du jour, insufflée par l’Élysée, pilotée par Matignon, actée par les ministres concernés avec, encore une fois, l’appui des médias de nos milliardaires. Le FN doit donc revenir dans la course ; le FN doit être présent au second tour de la prochaine élection présidentielle pour assurer à Macron, cet enfant roi capricieux, orgueilleux et défiant, un second quinquennat. 

Retour de la question identitaire donc ? Macron qui a rencontré Sarkozy au plus fort de la « crise GJ » l’a bel et bien laissé entendre lors de sa dernière intervention ; celle qui avait pour objet de présenter les réponses que son gouvernement comptait apporter aux revendications des GJ : « l’identité française » ! La formule choc a été lâchée avec discrétion sans pour autant tomber dans l’oreille de tous les sourds à l’écoute ce soir-là. Les médias se sont bien gardés de le souligner. Tête en l’air ces médias ? Ou bien : « Chaque chose en son temps ; d’abord les GJ ! Ensuite on s’occupera de relancer MLP et son mouvement ; de le remettre sur les rails !  »

Publicité

macron dégage gilets jaunes

      "Tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin, elle se casse" ; le mouvement des Gilets Jaunes est la première fissure. Cette fissure le restera-t-elle trois années durant ou bien, s’avéra-t-elle d’une gravité sans précédent, cause d’un basculement et d'un effondrement irréversibles de notre système électoral ?

Les années à venir appartiennent à ceux qui, avec sang-froid, sauront faire face ; or, personne ne semble en avoir la carrure ni la légitimité pourtant nécessaires durant les périodes de transition systémique nous impliquant tous en tant que « Peuple constitué » contre la tentation de l’accélération de notre atomisation en millions d’âmes, millions de solitudes à l’égoïsme individualiste mortifère.

____________________

Pour prolonger, cliquez : dossier Gilets Jaunes



80 réactions


  • Dan22 29 décembre 2018 11:30

    A mon avis , il faut arrêter de raisonner avec la constitution actuelle en toile de fond !

    Il nous faut une 6ème République qui laissera une large place au peuple pour les grandes orientations .

    De plus nous n’avons plus besoin de tous les parasites politiques qui gravitent autour du pot de confiture .

    Il faut supprimer la notion de « profession » dans la politique !


    • Et hop ! Et hop ! 29 décembre 2018 16:33

      @Dan22

      Lanver un débat citoyen pour inventer une nouvelle conctitution, c’est se condamner à l’impuisssance pendant des mois et peut-être des années, sans être sûr du résultat.

      Il suffit de revenir à la Constitution de 1958 version 1981,
      d’ajouter un référendum d’intitiative populaire valide avec 40 % du corps électoral,
      d’interdire de modifier la constitution ou de signer un traité international sans référendum,
      d’appliquer le résultat du référendum sur la Constitution Giscard en quittant l’UE sans formalités, et de punir tous ceux qui ont voté le Traité de Madrid,
      de diminuer le nombre de députés et de sénateurs à 100, un par département,
      de leur fournir des moyens de campagnes électorales gratuits et identiques (meetings, passages dans les médias, tribunes, débats,..) et d’interdire d’en faire plus, d’obliger les députés à être présents à tous les débats et à tous les votes,
      de reprendre une monnaie nationale,
      d’interdire à l’État et aux collectivités territoriales d’emprunter sur les marchés internationaux,
      de nationaliser sans indemnités les banques et sociétés dénationalisées, et les obliger à prendre une forme soit administrative, soit mutualiste,
      de supprimer tous les privilèges fiscaux et sociaux des députés, sénateurs, inspecteurs des finances, entreprises, et d’interdire de négocier les taux d’impôt et de cotisations sociales,


    • Croa Croa 29 décembre 2018 20:01

      À Et hop !,
      Mais non il reste des choses à faire entre-temps. Rien que le coup d’arrêt aux « réformes » macroniennes, ce sera déjà ça. À mon avis il sera possible de revenir au moins sur les dernières tout en fonctionnant encore sous régime Ve République. 
      Je pense que l’assemblée constituante arrivera à des conclusions assez vite tout de même, maximum 2 ans en comptant le vote d’approbation.


    • Dan22 29 décembre 2018 21:59

      @Et hop !
      Faire du neuf avec du vieux ! Je n’y crois guère ...
      Si on ne remplace pas tous les acteurs de la vie politique actuelle par du sang neuf , on retombera rapidement dans les mêmes travers .
      Je n’en veux pour preuve que la demande de destitution de Macron : combien de députés prêts à l’engager : ..............1 !!!!
      Je vous laisse en tirer les conclusions qui s’imposent .


    • waymel bernard waymel bernard 29 décembre 2018 22:28

      @Et hop !
      Pourquoi conserver encore 100 sénateurs inutiles ? Le Sénat est à supprimer, comme l’ENA, le CESE, le CSA, etc.


    • Eric F Eric F 1er janvier 2019 12:23

      @Dan22
      Toutes ces considérations sur la constitution sont illusoires, car les pays voisins ont d’autres constitutions mais sont en fin de compte dans le même système de libéralisme mondialisé, et du reste davantage encore que nous puisque c’était le programme macronnien de les imiter. Si on supprime l’aspect « présidentiel », on retournera à un régime « d’assemblée », avec ses partis charnières et ses combinaisons centristes, imaginer que la rue gouvernera directement à coup de cahiers de doléances et référendum(s) d’origine populaire relève de l’enfantillage


    • Et hop ! Et hop ! 10 janvier 2019 22:26

      @waymel bernard

      Le bicamérisme est une garantie, c’est le Sénat qui a instruit l’affaire Benalla alors que l’Assemblée s’y est opposée.

      Le Sénat représente les collectivités locales, il s’est oppposé à beuacoup de lois scélérates.


  • zygzornifle zygzornifle 29 décembre 2018 17:39

    Autour de Macron c’est bien le constat d’un vide politique

    C’est vrai qu’avec Macron c’est surtout un vide financier et social pour la classe moyenne et les retraitée , il n’y a que les nantis qui s’en tirent très bien ....


    • Croa Croa 29 décembre 2018 21:53

      À zygzornifle
      Vide politique mais le plein de voyous,
      Brigitte, Mimi, Coste, Benalla... Et tous ceux qu’on ne connaît pas encore !


    • Arogavox Arogavox 30 décembre 2018 11:10
       C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches. Victor Hugo - 1802-1885

    • Croa Croa 30 décembre 2018 17:13

      À Arogavox,
      Je ne crois pas que les riches soient en paradis. Ce qui est sûr par contre c’est que les plus pauvres vivent bien un enfer.


  • baldis30 29 décembre 2018 18:46

    bonsoir,

     Qu’il y ait ou non LREM ou UMPS , les mathématiques apprennent qu’essayer

    de combler le vide avec des vides laisse .... IMPAVIDE !

    Ajouter le vide au vide ne remplira jamais les ventres vides ! Toutefois préconiser le vidage des vides ne fera que transporter le vide dans le trop-plein des récriminations sans en diminuer ni teneur ni dimensions .... !

    Vider les vides ? Vaste programme aurait dit le Général ...


  • alinea alinea 29 décembre 2018 20:02

    Uleski,je vous souhaite de commencer l’année mieux que vous finissez l’ancienne !

    Pourquoi voulez-vous que tout perdure ? Le changement est né, vous n’en parlez même pas !

    Ce qui se passe est inédit ; la semence vient d’être faite, nous sommes loin du temps des moissons mais le chemin se trace ; plutôt qu’exprimer sa mélancolie il vaut mieux s’aviser de ce que l’on peut faire, quel fer mettre au feu ? Quelle pierre à l’édifice ? Où sa pincée de sel ?

    Un homme qui réfléchit, s’instruit et échange est un électeur de moins pour le FN !

    Un homme qui dépasse et sublime ses déboires et humiliations passées devient un homme libre...


    • Extra Omnes Extra Omnes 30 décembre 2018 13:29

      @alinea
      Totalement d’accord, il faudra de la patience, du courage et une ténacité sans faille. L’ennemi a tout les moyens, financiers, médiatiques, policiers, économiques, juridiques, tout tout tout. Sauf .... une épine dans son pied... Les GJ et leur soutien populaire.


    • kalachnikov kalachnikov 30 décembre 2018 14:59

      @ Extra Omnes

      Le gj n’arrivera à rien par la manif. il va gentiment s’époumoner. En Grèce, il y a eu des tas de manifs, le gouvernant s’en fout.
      La seule optique, c’est qu’il faut faire basculer la majorité silencieuse. Pour la faire basculer, il faut la convertir et démolir les moyens qu’à le pouvoir de tenir cette majorité silencieuse (la peur, le fric, la propagande).


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 30 décembre 2018 15:11

      @alinea

      Vous m’avez mal lu au sujet des Gilets Jaunes ; j’ai déjà expliqué en long en large et en travers sa nouveauté et puis surtout, le fait que ce mouvement «  apporte aujourd’hui la confirmation maintenant irréfutable : la « Rue » dans son acceptation la plus large - mégapole, urbain, péri-urbain, campagne-urbaine et campagne profonde -, est bien le dernier lieu d’une expression à la fois citoyenne et populaire d’une radicalité qui seule permet de contrer des politiques qui hurlent à l’injustices ». Reste néanmoins à traiter la réalité suivante étant donné que 50 à 60% de l’électorat se déplace encore pour voter : les GJ n’ont pas aboli les élections présidentielles ni les législatives qu’il va falloir, qu’on le veuille ou non, affronter et dans lesquelles d’autres (médias, classes politiques, classes moyennes et supérieurs) comptent bien s’investir ; qu’est-ce qui leur sera proposé à tous par le « Système » ; la réponse aura une incidence indéniable sur le mouvement des Gilets Jaunes et l’espoir d’un « rien ne sera plus comme avant ! » que ce mouvement a suscité ; en sera-t-il question ou bien, la déception sera-t-elle une nouvelle fois au rdv avec quelles conséquences ? 


    • alinea alinea 30 décembre 2018 16:47

      @Serge ULESKI
      Pardon pour les autres articles que je n’ai pas lus ; néanmoins, ce mouvement ne s’essoufflera pas si nous le rejoignons, tous, à notre façon ! Il ne s’essoufflera pas s’il devient le lieu d’une éducation politique populaire, il ne’ s’essoufflera pas du fait qu’on a bien tous compris qu’il ne s’agit pas de cent balles de plus dans le porte-monnaie, mais bien de plus d’air dans nos poumons mais surtout, surtout, le souffle nouveau du vivre ensemble. Ce que vivent les gilets jaunes sur leur rond-point, le soir de la Noël, sera inoubliable et je vous jure que les monceaux de paquets cadeau, la consommation à outrance va vite devenir pour beaucoup ce qu’elle est : une consolation, un ersatz.
      La fierté du peuple renaît et personne n’aura envie de l’enterrer dans les urnes, sauf les classes moyennes qui se croient supérieures : c’est à elles donc qu’il faut s’adresser, ce sont elles qui doivent se bouger... vous me suivez Uleski ?


    • Croa Croa 30 décembre 2018 17:50

      À kalachnikov
      La majorité dite silencieuse a déjà basculée à l’exception de quelques isolés (20% des gens aux maximum de gens encore accrochés aux certitudes médiatiques.) Le problème n’est plus le manque d’information mais le niveau de servitude des gens. La preuve c’est que les GJ sont soutenus par une très forte majorité des gens SAUF qu’ils tiennent trop à leur « liberté » du travail (leur servitude au travail en réalité) pour supporter des blocages lorsque ça les concerne ! Je pense que nous vivons une époque caractérisée par la plus forte soumission des individus que l’Histoire ait connu. Les méthodes de management sont devenues très efficaces et ce sont les gens qui se l’imposent eux-mêmes : Management par objectifs, mises en concurrence, responsabilisation et intériorisation des difficultés, etc. Tout ça accru par les nouvelles formes de prolétariat à base de travailleurs « libres » parce que auto-entrepreneurs, etc. RÉSULTAT : Des travailleurs intimement persuadés qu’il leur est impossible de faire grève alors même qu’une bonne grève générale aurait vite réglé le problème.


    • kalachnikov kalachnikov 30 décembre 2018 21:55

      @ Croa

      On s’en fout des sondages. 80% des Français, faut que ça se transforme en 40 millions de citoyens dans la rue. Et là, en face, ils sont morts parce qu’il n’y aura jamais assez de flics pour tout le monde. C’et la faille du système ; il présuppose l’adhésion et donc la bonne volonté de l’individu qui se garde lui-même.

      Tu te dis de gauche mais si tu avais au moins lu Germinal (restons ludique, je n’invoque pas Marx), tu saurais qu’il faut faire une caisse de secours parce que la main qui nourrit, c’est aussi la main qui affame. La grève, c’est bien joli mais les estomacs ne se mettent pas en grève. Mais c’est bien, continuez à prendre les gens de haut, à leur faire honte et à les culpabiliser.


    • Croa Croa 30 décembre 2018 23:28

      À kalachnikov,
      Je ne suis pas de gauche ( encore moins de droite) et en fait plutôt écolo (mais là ce n’est pas le sujet.)
      Tu as raison en ce qui concerne les caisses de secours mais nous ne sommes plus au XIXe et les gens ne laissent plus leur argent dans une boîte en fer blanc mais à la banque. Tout le monde arrive à manger mais nombreux sont ceux qui ont des traites à payer tous les mois. Peu de travailleurs sont syndiqués donc peu de travailleurs connaissent l’existence de caisses de secours (mais moi si !)
      Mon but n’est pas de faire honte aux gens mais qu’ils prennent conscience de leur condition. Si tu l’as ressenti comme ça j’en suis vraiment désolé smiley 


    • kalachnikov kalachnikov 31 décembre 2018 00:03

      @ Croa

      Ils viennent le samedi, sur leur temps libre ; ils sacrifient leur loisir, leur vie familiale, etc.

      La grève générale, soit la paralysie de l’économie, se justifierait dans le cas d’une revendication sociale. Mais nous n’en sommes plus là. Nous sommes maintenant dans une demande d’ordre politique. A la demande de justice sociale et cela parce qu’il s’adonnait à l’injustice sociale -, l’exécutif a opposé une embrouille reconnue comme une fin de de non recevoir. Ce que le Gj a compris là, c’est que l’injustice sociale n’est pas une erreur du politique mais que c’est la volonté du politique. Ce que réclame maintenant le Gj, c’est le retour à l’interêt général.

      PS : avec un rsa, tout défalqué genre quote part loyer, etc, il te reste en gros 10 euros/jour pour bouffer, te vêtir, etc.


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 31 décembre 2018 12:28

      @alinea

      « les classes moyennes qui se croient supérieures : c’est à elles donc qu’il faut s’adresser, ce sont elles qui doivent se bouger...   » 100% avec vous !


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 31 décembre 2018 12:30

      @kalachnikov

      Les GJ c’est surtout de l’occupation et de l’entrave... 


    • kalachnikov kalachnikov 31 décembre 2018 14:17

      @ Serge ULESKI

      Il ne s’est rien passé encore hormis ça : le peuple existe, la pantalonnade démocratoc a volé en éclats. C’est-à-dire que ce qui vient de sa passer a trait à la légitimité.

      Maintenant les choses sérieuses vont commencer et l’enjeu, c’est le pouvoir.


    • Croa Croa 31 décembre 2018 16:36

      À kalachnikov,
      L’économique, le social et le politique sont intimement liés. Les gentils défilés en ville ne servent à rien contre un régime qui n’est plus démocratique. Sortir les fusils contre ce même régime qui n’est plus démocratique serait le plus sûr moyen de se voir imposer une violente dictature car le peuple ne peut pas être le plus fort contre les canons. Reste la grève générale, il n’y a pas d’autres options réalistes pour réussir un soulèvement populaire !


    • kalachnikov kalachnikov 31 décembre 2018 22:35

      @ Croa

      Il ne peut pas y avoir de dictature en France. Il n’y a pas de parti type nsdap ou d’organisme comme sous les cocos ou de stasi qui noyaute toute la société de haut en bas. Comme je te l’ai dit, la faille du système, c’est qu’il présuppose l’adhésion de l’individu et que chaque individu se surveille lui-même ; il n’y a pas de flic derrière chacun. C’est justement ce qui vient de se passer : l’écroûlement de cette fiction. Et la réalité, c’est que 10% de la population se retranche derrière la légalité et que les 90% les regardent. La France n’est plus gouvernable même si ces abrutis, qui savent qu’ils sont ’morts’ vont poursuivre leur délire. On ne peut gouverner contre le peuple ; on peut travailler pour lui et même le tromper mais dans ce dernier cas, si le peuple s’en aperçoit, c’est fini et ce n’est pas réparable. Comme Macron et ses amis de classe vont la jouer autiste et par conséquent vont devoir use de la violence, il est évident qu’il va y avoir sécession chez des fonctionnaires qui vont refuser d’obéir.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 31 décembre 2018 22:54

      @kalachnikov

      T’es optimiste...la plupart des gens que je connais ont le nez dans le guidon ...difficile d’en sortir.


    • kalachnikov kalachnikov 31 décembre 2018 23:41

      @ Aita Pea Pea

      La vie ne demande l’avis de personne pour se dérouler.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er janvier 2019 00:06

      @kalachnikov Ma réponse est vers les cornes mes burnes ...tiens ici aujourd’hui on a défoncé le Vanuatu ...putain si ils savaient ce que c’est d’y vivre...si j’avais vingt berges de moins ... .


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er janvier 2019 00:29

      @kalachnikov

      Tu sais très bien avec ton pioupiou qu’il faudra que tu fasses des concessions a un moment.


    • pipiou 1er janvier 2019 00:45

      @kalachnikov
      Faut arrêter de revendiquer le peuple sans arrêt : les GJs ne sont pas le peuple et prétendre qu’ils représentent le Peuple c’est justement insultant pour ce même Peuple.


    • kalachnikov kalachnikov 1er janvier 2019 00:52

      @ Pipiou

      Au cas où vous ne seriez pas au courant, il y a eu un coup d’état en 2005. S’il y a bien quelqu’un qui n’a pas à moufter sur la question du peuple, c’est l’engeance qui a accompli ce forfait et celle qui l’a approuvé.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er janvier 2019 01:15

      @kalachnikov

      Bon...t’as rien compris à ce que je voulais te dire ...c’est peut-être ma faute , mon ex disait pareil.


    • kalachnikov kalachnikov 1er janvier 2019 01:21

      @ Aita Pea Pea

      Si, si, j’ai bien compris.

      Bonne année, à toi et aux tiens.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er janvier 2019 01:29

      @kalachnikov

      A toi aussi , et a ton p’tit loup .


    • Kapimo Kapimo 1er janvier 2019 18:24

      @alinea
      « Un homme qui réfléchit, s’instruit et échange est un électeur de moins pour le FN ! »
      Bof, je suis certain d’etre instruit, de réfléchir et échanger. Cela ne m’a pas empeché de voter contre Macron donc pour qui vous savez aux présidentielles.
      Le problème des Mélanchonistes, c’est qu’ils n’arrivent pas à se décider pour savoir si comme le dit Todd il vaut mieux une démocratie anti-immigration ou un régime autoritaire impérial (UE). Jusqu’à maintenant, ils ont plutot fait le choix d’un régime autoritaire...


    • alinea alinea 3 janvier 2019 15:49

      @Kapimo
      Non ! mais j’arrive trop tard pour en causer !
      bonne année à vous


  • ETTORE ETTORE 29 décembre 2018 23:38

    Ne sommes nous pas à l’ère du « numérique »

    Ne pourrions nous pas intégrer cette nouvelle interface dans notre recherche d’échanges égalitaires ?


    • Anatine 30 décembre 2018 11:43

      @ETTORE

      Non seulement c’est souhaitable mais c’est la voie pour FAIRE un destin ou chacun trouve a AGIR.


  • lloreen 30 décembre 2018 09:06

    "Personne ne semble en avoir la carrure ni la légitimité pourtant nécessaires durant les périodes de transition systémique nous impliquant tous en tant que « Peuple constitué »

    « .

    Je vous invite à prendre connaissance du programme de la transition pour trouver une réponse.

     »

    Puisqu’il ne s’agit pas d’un gouvernement, mais d’une transition, toutes les modalités de celle-ci doivent être connues à l’avance :

    – Qui en seront les acteurs ?

    – A quels changements immédiats faut-il s’attendre ?

    – Quel sera le gouvernement après cette transition ?

    Les pages suivantes offrent ces réponses, toutes placées sous le signe d’une philosophie contraire à celle des politiciens :

    Rendre impossible toute forme de corruption

    Toutes les actions doivent être concentrées sur le « Bien Commun ».

    L’ensemble du peuple reste toujours le principal décisionnaire.

     

    Comme indiqué, avec tous les détails sur ce site, les acteurs seront tous de simples citoyens, en nombre suffisant pour constituer une vraie représentation du peuple français. Ils seront organisés pour être plus efficaces que des politiciens dont le seul mérite est d’être bien nés, ou d’appartenir aux amis de la franc-maçonnerie.

    Les politiciens sont actuellement plus de 4.000 pour gérer le pays. 2.000 seraient largement suffisants comme l’indiquent les comparaisons avec d’autres pays, souvent plus peuplés. C’est donc environ 2.000 citoyens qui les remplaceront.

    Parmi eux, plus de 300 sont déjà les principaux acteurs du Conseil National et sont donc particulièrement informés de la situation réelle de la France, et c’est là le plus important aujourd’hui : quelles que soient les compétences d’une personne, si elle ne dispose pas d’informations sûres et avérées, comment pourrait-elle élaborer une juste réflexion et prendre de justes décisions ?

    Ensuite, environ quatre cents experts seront invités selon leurs compétences. Ces experts sont désignés et choisis par les citoyens (liste en cours, non exhaustive, disponible sur le site).

    Enfin, 1.300 citoyens tirés au sort viendront compléter ce Conseil (ou moins si de nouveaux membres viennent s’y joindre avant sa mise en place).

    Le rôle présidentiel (relations internationales, armée et diplomatie) sera assuré par un Conseil de sages d’environ 16 personnes : 8 provenant de l’ensemble du Conseil et choisies par celui-ci et 8 provenant d’institutions fournissant chacune le représentant qu’elle aura choisi : armée, police, justice, douanes, diplomatie, santé, éducation nationale, médias.

    A ce stade, il est important de rappeler que ce Conseil n’est pas un gouvernement mais une solution pour permettre à l’ensemble du peuple de décider du mode de gestion du pays, sans passer par les violences et le chaos qu’entraînerait une révolution.

    Mode de fonctionnement

    Plutôt qu’un « ministre » dont parfois l’incompétence est criante et qui n’a pour seul mérite que d’appartenir aux amis de la franc-maçonnerie, ce seront des commissions qui gèreront les institutions.

    Ainsi, par exemple concernant la Santé, une commission sera composée des divers experts concernés (médecins, chirurgiens, infirmiers, biologistes, biochimistes, agriculteurs, gérants d’hôpital, fonctionnaires de la sécurité sociale, dirigeants d’assurance, dirigeants de laboratoire, etc… admettons une vingtaine de personnes, auxquelles s’ajouteront une dizaine de membres du Conseil Général, ainsi qu’une dizaine de volontaires tirés au sort parmi les citoyens.

    Toutes les institutions seront dirigées par des commissions composées sur ce schéma, rendant impossible toute forme de corruption, et garantissant l’intérêt des Français en priorité. Des commissions de coordinateurs feront les liaisons entre les diverses commissions.

    S’il est besoin de voter une loi, cela se fera automatiquement après débat télévisé et référendum (les moyens techniques actuels permettant de gérer cela avec facilité).

    Le but est que cette transition dure le moins longtemps possible et soit remplacée par le mode de gouvernement que le peuple aura décidé de mettre en place. Une structure complète pour élaborer une nouvelle constitution sera créée à cet effet.

    PROGRAMME PRÉVU

    Que faut-il pour que l’ensemble d’une population puisse, dans de bonnes conditions, créer une nouvelle forme de gouvernance ?

    1) De véritables informations générales (indispensables)

    2) Connaître la réalité de la situation actuelle (audit)

    3) Vivre sereinement sans préoccupation économique

    4) Jouir d’une période de calme social

    5) Disposer d’une structure permettant à chacun de s’exprimer, de débattre et de participer à l’élaboration du nouveau système qui sera mis en place."


  • lloreen 30 décembre 2018 09:08

    "

    Véritables informations générales

    Pour que le peuple de France dispose de véritables informations impartiales et que rien ne lui soit caché, il faut retirer le contrôle actuellement exercé sur tous les médias (8 milliardaires liés à la haute franc-maçonnerie se partagent l’ensemble des médias français, leur intérêt est donc de suivre les directives du club Bilderberg* pour faire élire l’un ou l’autre, susciter des haines ou orienter la pensée publique, etc., la manipulation de l’opinion publique étant leur objectif constant).

    Par l’abolition de la République, la franc-maçonnerie* perd son pouvoir de contrôle absolu. Il ne reste qu’à nationaliser l’une des principales chaînes de TV et d’en remettre la gestion à une commission citoyenne. Cette nationalisation devra être effective dès les jours suivants l’entrée en fonction du CNTF. La réalité physique sera assurée par les forces de l’ordre, la paperasserie suivra à son rythme.

    Connaître la réalité de la situation actuelle

    Hormis les grosses escroqueries nationales des banques, laboratoires pharmaceutiques et multinationales dont sont complices la plupart des politiciens, la franc-maçonnerie a peu à peu mis en place un système de pillage permanent du pays afin d’enrichir et fidéliser ses membres.

    En dehors de ce qui est visible par tous et constaté par de nombreux investigateurs, tels que les ronds-points abusifs, les déviations et tracés de routes « étranges », les dos-d’âne, ponts et tunnels inutiles, transmissions aux sociétés privées de services publics, organismes fictifs, etc., il existe une autre forme plus discrète de pillage : les associations et organismes parapublics.

    Par leurs lois, les politiciens sont seuls décideurs de l’emploi des fonds publics… Et donc des subventions ! Ainsi sur tout le territoire français, ce sont des dizaines de milliers d’associations « à but non lucratif » qui reçoivent des fonds importants. Certaines servent directement un parti politique ou un autre, mais le plus grand nombre ne sert qu’à collecter abusivement l’argent du contribuable. Ce montage est le cadeau fait, le plus souvent, à la petite franc-maçonnerie pour permettre à chaque élu de créer une association sous un prête-nom (membre de la famille, ami, complice de la loge…) à laquelle il attribuera des fonds, en la reconnaissant « d’utilité publique » par exemple.

    Si l’on considère aussi tous les organismes officiels qui offrent des emplois fictifs, tous les fonctionnaires payés mais sans emploi (préfets), et la gabegie généralisée de certaines institutions, ceux qui ont tenté de chiffrer ces escroqueries et gaspillages sont rapidement parvenus à plusieurs milliards d’euros chaque année.

    Afin que le citoyen français sache ce qu’il en est réellement, il faut réaliser un audit complet de toutes les institutions nationales et de tous les organismes profiteurs. Cet audit, aussi physique que comptable, nécessitera des centaines de milliers d’individus sans compétences particulières.

    De petits groupes associant juges, forces de l’ordre et simples citoyens devront agir sur tout le territoire pour qu’on y voie enfin clair et que cessent la gabegie administrative et ces arnaques.

    Vivre sereinement sans préoccupation économique

    Dans les ouvrages « Démosophie » et « Rendez-vous » est expliquée en détail la nécessité d’établir un système de « Ressource universelle ». De nombreux philosophes, mais aussi des économistes, financiers, penseurs…ont confirmé l’obligation pour la société humaine de s’adapter aux avancées technologiques en créant une ressource universelle garantissant à chacun le minimum nécessaire à une vie décente, quelle que soit sa situation professionnelle.

    L’évidence absolue est qu’à partir du moment où l’on peut remplacer l’homme par une machine, cela permet à l’homme de se libérer d’un travail contraignant, mais à condition, et seulement à condition, qu’il en perçoive toujours les bénéfices !

    En niant cette évidence, ceux qui manipulent cette main-d’œuvre ont encaissé le salaire de ceux que la machine a remplacés, et les dirigeants nationaux ont tout fait pour favoriser cette situation, créant au cours des dernières décennies des écarts sociaux sans précédent historique, écarts qui font disparaître la classe moyenne, augmentent la précarité et privilégient une classe de plus en plus réduite d’individus qui accumulent des richesses qu’ils ne seront pas en mesure d’épuiser de leur vivant. Une négation totale de la logique !

    S’il est juste que chacun soit récompensé socialement selon ses capacités, ses efforts, ses idées ou ses ambitions, en revanche, que des milliers subissent les souffrances de la pauvreté pour le bénéfice d’un seul est inacceptable. Qu’on en soit arrivé à ce que 1 % de la planète possède autant que les 99 % restants est tout simplement absurde !

    Pour revenir progressivement à une situation plus normale, il faut rétablir la classe moyenne, permettre d’entreprendre, d’innover, et de répondre aux exigences de la planète concernant notre population, les matières premières et nos déchets. Et rien de bien ne se fera sans définir d’abord une véritable éthique.

    Le point de départ est donc l’établissement de cette ressource universelle que les économistes calculent actuellement entre 2 et 3.000 euros par personne pour la France. Par mesure de sécurité, ce Conseil limitera cette ressource à 1.500 euros mensuels pour commencer.

    Cette somme, attribuée à chaque Français en activité ou non, pourra être financée par divers moyens, comme la taxation électronique sur toutes les transactions bancaires ou la TVA flexible*, mais il faut être bien conscient que cette somme est déjà disponible : elle est bien inférieure à ce que nous coûtent les escroqueries des politiciens. Par ailleurs, ceux-ci dépensent plus pour maintenir le chômage et la précarité sociale qui leur permet de garder sous pression le peuple ! La seule disparition de la CAF, de Pôle emploi, et de toutes les caisses et organismes gravitant autour de ces derniers, suffirait à financer cette Ressource en permettant à tous les Français de disposer d’une sécurité sociale à 100 % sans condition !

    En dehors du fait que cette mesure relancera immédiatement l’économie et permettra `la France de se relever, une autre conséquence plus inattendue est à prévoir : cette mesure revalorisera le travail ! En effet, le travail déplaisant, c’est celui qui est accompli par force, par obligation de survie économique, et c’est aujourd’hui 90 % de la population qui est soumise à ce régime. Cette « ressource universelle » changera toutes les données et permettra à chacun de gérer sa vie professionnelle selon ses goûts, aptitudes ou opportunités.

    Bien entendu, pour disposer de l’indépendance nécessaire à cette mise en place, le pays doit retrouver son droit à la création monétaire. Là encore, la nationalisation des principales banques est indispensable et doit être concrète dès la mise en place de ce Conseil. C’est pourquoi toutes les forces de l’ordre françaises doivent participer à ce sauvetage de notre pays en assurant la sécurité de ceux qui seront chargés des réalisations nécessaires.

    Enfin, le système de la TVA flexible ajouté à cette Ressource universelle, permettra de gérer en temps réel l’ensemble des finances de l’Etat tout en faisant disparaître la plupart des impôts et taxes actuels.

    La pauvreté étant à l’origine de 99 % de la délinquance, qui va risquer de perdre sa ressource universelle de 1.500 euros mensuels pour un profit minime ?"


  • lloreen 30 décembre 2018 10:10

    "

    Disposer d’une structure

    Pour mener à bien sa tâche, ce Conseil aura dû nationaliser des banques et recréer une monnaie française, nationaliser une chaîne de TV, abolir la république et les partis politiques et lancer un audit profond de l’Etat.

    Ce travail titanesque exige aussi une position officielle déclarée au monde : afin de laisser les citoyens décider eux-mêmes, ce Conseil déclarera simplement « la suspension » de tous les accords pris par les félons ayant trahi la France, accords automatiquement illégaux puisque pris par des autorités non légitimes ; suspension vis-à-vis de l’Europe, de l’Euro, de l’OTAN… jusqu’à ce que les Français aient décidé par eux-mêmes.

    Pour cela, il faut que tous les citoyens de France disposent d’une structure et d’une organisation pour établir les nouvelles règles qui régiront la société. Et il faut que toutes les forces armées garantissent et protègent ce droit des citoyens.

    Si l’organisation pour les jeunes est facile grâce au cadre scolaire ou universitaire, pour les autres ce sera aussi simple : partout en France il existe de multiples salles de Mairie qu’il est facile de mettre à la disposition des citoyens une fois par semaine pour que tous ceux qui veulent participer à l’élaboration d’une nouvelle constitution puissent s’y réunir et débattre.

    Lorsque tout un peuple se met tranquillement à réfléchir sur la meilleure façon de vivre ensemble, tout devient aussi facile que logique  : justice, forces armées, santé, instruction publique, etc. TOUT découlera naturellement de la volonté de tous.

    Il ne viendrait à personne l’idée de créer des lois avant de déterminer l’éthique qui déterminera les lois ! Aussi, est-ce en repartant de la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen » que s’élaboreront d’abord des « droits humains naturels » à partir desquels cette déclaration sera actualisée et servira à élaborer une constitution ; les moyens techniques actuels permettant qu’une idée émise durant une réunion à Perpignan soit transmise aussitôt à Lille, l’organisation ne sera qu’un jeu pour les informaticiens qui s’en chargeront.

    Ainsi, la structure nationale pour construire une nouvelle société n’écartera personne, tout le monde pourra participer à la construction de cette nouvelle société, et le meilleur jaillira de partout !

    Le CNTF n’aura pas à intervenir autrement qu’en facilitant la mise à disposition des locaux et en mettant en place la structure informatique permettant à tous les citoyens d’œuvrer en commun.

     

    IMAGINEZ

    – Qu’à partir du mois prochain chaque personne recevra 1.500 euros tous les mois au titre de Ressource universelle, sans condition. Cela fera disparaître chômage et précarité, mais aussi toute la petite délinquance, et relancera rapidement l’économie du pays : en peu de temps de multiples entreprises fleuriront, créant de l’emploi, et permettant à la France de se remettre à produire, à exporter.

    – Que TOUS les politiciens, députés, sénateurs, ministres, etc. soient suspendus de toute fonction et ne bénéficient plus des privilèges exorbitants qui sont les leurs aujourd’hui.

    – Que tous les partis politiques disparaissent et laissent place à une seule gouvernance : celle de tous les citoyens de France.

    – Que les troupes de l’armée française, d’Irak, d’Afghanistan, de Syrie, d’Afrique, d’Ukraine, etc. soient rappelées au service de la France et qu’elles participent à sécuriser tout le pays par la gestion des douanes et de l’immigration.

    – Qu’une chaîne de TV offre des informations sûres à 100 % garanties par des journalistes libres et des commissions citoyennes de contrôle et que des mesures soient prises pour permettre au public la vérité sur toutes les affaires enterrées (Coluche, Boulin, Bérégovoy, etc.).

    – Que toutes les affaires financières des 40 dernières années, comme celles sur les vaccins et médicaments, soient mises au jour, sans que plus aucune ingérence ne soit possible.

    – Qu’une TVA flexible puisse faire baisser le prix des aliments naturels et augmenter ceux des aliments nocifs, baisser le prix des boissons en bouteilles de verre et augmenter celui de celles en plastique, commençant ainsi à nettoyer notre planète de ces déchets pétroliers et autres.

    – Que les OGM soient obligatoirement étiquetés, interdits de culture et fortement taxés à l’importation (règles de la TVA flexible).

    – Que nos frontières ne laissent plus entrer les terroristes.

    – Que plus aucune loi ne soit promulguée sans avoir fait l’objet  d’une concertation de tous les citoyens et adoptée à une grande majorité par ceux-ci.

    – Que tous les brevets délibérément mis en sommeil soient exploités et qu’ainsi, les sources d’énergie puissent devenir aussi propres que peu coûteuses.

    – Qu’une vraie justice soit enfin établie.

    – Que l’enfance soit sacrée, parfaitement protégée et reçoive une Instruction publique dont le rôle prioritaire serait de permettre l’épanouissement de chacun et un vécu heureux de cette période scolaire.

    – Etc. etc. etc.

    En résumé, rétablir le bon sens, la logique, la compétence pour restituer leur sens aux mots liberté, égalité, fraternité, rendra à chacun la fierté d’être Français(e) et donc précurseur d’une nouvelle société humaine que tous les autres peuples voudront adopter comme ils l’avaient fait lors de la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen » créée par nos aïeux."


  • lloreen 30 décembre 2018 10:11

    "

    Un rêve ? Une imagination débordante ? Une utopie ?

    Comme ces pages viennent de le démontrer, cela devrait déjà être notre quotidien ! C’est la réalité de notre pays, une réalité dont nous sommes privés parce quelques-uns s’accaparent tout et n’œuvrent que pour le profit d’entités étrangères.

    Plus encore qu’une réalité à portée de main : c’est une absolue nécessité pour la civilisation humaine car la voie actuelle menée par des politiciens dépassés et manifestement incompétents, simples marionnettes d’un programme, conduit inexorablement à une guerre mondiale qui risque fort d’être la dernière.

    Que notre peuple commence, et tous les peuples du monde suivront ! Alors les budgets concerneront plus le bien-être des populations que les bénéfices des fabricants d’armes !

    Le programme décrit ici n’est pas une promesse en échange d’un vote ! C’est le résultat du travail de plusieurs années d’économistes, de philosophes, de juristes et de nombreux citoyens ayant découvert les vérités cachées de notre monde.

    Il n’y a pas de vote car s’il y a un candidat, ce n’est que pour mettre en place ce programme. Ce candidat ne sera pas un « président » mais l’un des multiples acteurs de ce programme dont les vrais dirigeants seront une fois pour toutes « le peuple de France », véritable Souverain chez lui !

    L’engagement de ces centaines de citoyens ayant travaillé à l’élaboration de ce programme est simple : suivre rigoureusement celui-ci, et cela suffit :

    • Aucune corruption possible !
    • Un peuple définitivement Souverain !
    • Des lois exclusivement votées par le peuple !
    • Des forces de l’ordre au service du peuple, instituées pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée (article 12 de la DDHC) !
    • Des opposants politiques qui n’ont pas besoin de « partis » et ne peuvent s’en enrichir, puisqu’ils pourront participer au même titre que tous aux décisions concernant notre pays !
    • Et finalement, un nouveau système de gestion de la France se mettra en place qui sera celui décidé par l’ensemble de la population.

    Tout est prêt : les centaines d’acteurs de ce Conseil sont prêts à tout moment à assumer leurs fonctions et donc ce programme.

    La condition de sa réussite est de parvenir à convaincre les forces de l’ordre à revenir dans le cadre légal en abandonnant son allégeance à la mafia ayant usurpé le pouvoir. Pour cela un ordre d’arrestation a été émis le 10 juin 2016, en lecture publique par ce Conseil ; dès son exécution ce Conseil pourra prendre ses fonctions et une ère nouvelle s’ouvrira pour tous, voilà le résultat qu’offre ce référendum !

     

    UN MOMENT UNIQUE DANS UNE VIE

    Bien sûr, il est plus facile d’être soumis, de laisser d’autres décider de notre vie, de notre avenir et de celui de nos proches, mais si l’avenir qu’ils nous offrent ne nous promet que des souffrances, n’est-il pas temps de prendre nous-mêmes celui-ci en mains ?

    Devons-nous décider tous ensemble de nos règles de vie communes (CNTF), ou devons-nous choisir une personne et lui donner le pouvoir d’être seul à décider pour tous (République) ?

    Alors que plusieurs affrontements ont commencé en mer de Chine et que les Américains amassent les troupes de l’OTAN pour encercler la Russie, devons-nous passivement accepter la guerre vers laquelle nous conduisent nos politiciens ?

    Alors qu’une immigration est orchestrée pour conduire les pays d’Europe à des guerres civiles que chacun sent déjà proches, devons-nous subir les conséquences des erreurs de nos politiciens ?

    Alors qu’une tendance générale à l’abêtissement de nos enfants s’effectue au travers de l’Education nationale, devons-nous nous résigner à les condamner à une vie sociale inférieure à leurs véritables capacités ?

    Alors que l’ONU vient de préparer le texte légalisant la pédophilie, texte qui sera bientôt en vigueur dans notre pays, devons-nous renoncer à toutes les valeurs morales et éthiques que des générations nous ont transmises ?

    La liste serait longue…. Mais se résume concrètement en peu de mots :

    Acceptons-nous de confier notre sort à des gens qui ont démontré suivre un plan global de mondialisation détruisant nos Valeurs, nos Droits, notre Nation ?

    Si nous conservons la République, donc les politiciens et la corruption, ils suivront ce programme jusqu’au bout car c’est leur intérêt personnel : ils tirent leur richesse de notre pauvreté, leurs privilèges de notre oubli des lois, leur Pouvoir de notre renoncement à nos Droits…

    Mais si nous relevons la tête et prenons en mains la gestion de notre pays, alors nous créerons nous-mêmes le futur, et de nombreux autres peuples nous suivront rapidement, changeant les données de l’échiquier mondial et remettant en question les principes des guerres, du surarmement, de l’exploitation de la planète et de ses habitants !

    Voilà ce qu’offre à chacun ce Conseil National de Transition :

    Le Pouvoir d’un peuple de décider lui-même de son mode de gouvernance dans les meilleures conditions : redressement immédiat de l’économie et conséquemment baisse notable de la délinquance, droit à l’information vraie pour tous, réhabilitation des valeurs de la France et protection de son patrimoine, restauration de la justice et de l’éthique.

    VOUS !

    Allez-vous faire semblant d’ignorer ce qui se passe ?

    Tirez-vous profit de la corruption des politiciens et souhaitez-vous maintenir leur système ?

    Voulez-vous ne jamais choisir et laissez les autres décider de votre avenir et de celui de vos proches, vous rangeant seulement au dernier moment du côté le plus fort ?

    Malgré toutes les évidences, vous pensez encore que l’un des candidats pourrait être honnête dans ses promesses ? (Si un politicien est intègre, il a déjà rejoint ce Conseil).

    OU

    Allez-vous agir pour la réhabilitation de l’Humain et de ses Droits en participant à ce référendum, rejoignant ainsi ces citoyens français qui ont décidé de devenir responsables de leur destin et de rétablir les Droits de l’Homme bafoués ?"


    • Odin Odin 30 décembre 2018 13:43

      @lloreen

      « La condition de sa réussite est de parvenir à convaincre les forces de l’ordre »

      Les marionnettistes le savent et c’est la raison pour laquelle le ministère de l’intérieur est celui où l’on trouve le plus de frères la truelle. Un Officier-Élève passe après 6 mois Officier de police stagiaire et s’il veut évoluer pour capitaine de police (lieutenant), Capitaine de police, Commandant de police puis divisionnaire, doit impérativement passer par la loge bleue.

      Convaincre une telle engeance « en leurs grades et qualités » ne sera pas chose facile.  


  • biquet biquet 30 décembre 2018 10:13

    Sur mon dernier post et son titre :

    Agoravox est-elle devenue la Pravda soviétique ?

    Je remercie les lecteurs d’agoravox, d’avoir par leurs réponses, répondu à près de 100% oui à cette question.


  • Jelena Jelena 30 décembre 2018 10:26

    Vu que les FI et FN ne feront jamais alliance dans les urnes, il suffit qu’ils se mettent d’accord pour voter Jean Lassalle. ^^

    Sans quoi Macron fera un deuxième mandat...


    • Croa Croa 30 décembre 2018 18:15

      À Jelena,
      Les choses sont en train de changer grâce aux Gilets Jaunes(GJ) car si parmi les GJ on trouve une majorité de citoyens sans attache il y a aussi beaucoup de militants RN et de militants LØ et tous ces gens se parlent ! « Alliance » non jamais, c’est impossible mais soutiens (conditionnel) de second tour ça le devient. Accord sur un candidat tiers comme Jean Lassalle est encore plus admissible effectivement, notamment si ce tiers candidat voulait bien s’engager à  smiley convoquer une assemblée constituante smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley 


  • pallas 30 décembre 2018 10:38
    Serge ULESKI

    Bonjour,

    Il n’y a pas de demain, La France réduite à marcher à quatre pattes, comme une vulgaire prostituée.

    Les jeunes sont stériles et débiles mentaux, le taux de naissance chute drastiquement, ou bien les nouveaux nés sont deja condamnées.

    Les gamins qui ont une 10 enes d’années pour beaucoup des attardés mentaux et physiques.

    Il n’y aura pas d’aube pour notre civilisation, les autres nations le savent, je le sais, les elites le savent.

    Salut


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 30 décembre 2018 14:53

      @pallas
      Mais non... le soulèvement Gilets Jaunes a prouvé tout l e contraire : tous s’y sont réunis : jeunes, vieux, actifs, retraités... villes (moyennes) et campagnes... non professionnels, non catégoriels même s’il y a des grands absents : les banlieues de l’IDF et les agriculteurs à 300 euros par mois qui n’ont sans doute même plus la force de se mobiliser et que la Confédération paysanne et la FN-SEA ont abondonnés à la faillite et au suicide. 


  • pallas 30 décembre 2018 14:43
    Serge ULESKI

    Bonjour,

    Votre d’humain je ne peut plus l’accepter, toujours je lui dirai non.

     smiley

    Salut


  • pallas 30 décembre 2018 14:44

    ahhhh !!!!!

    Serge ULESKI

    Bonjour,

    Votre « monde » d’humain je ne peut plus l’accepter, toujours je lui dirai non.

     

    Salut


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 30 décembre 2018 14:55

      @pallas

      Vous voulez quoi ? Vous voulez vous retirer dans un zoo et dans une pépinière  ?Vous consacrez au monde animal et le monde végétal comme l’huile du même nom ? 


    • pallas 30 décembre 2018 15:13

      @Serge ULESKI

      Allons,

      Je suis déjà dans un Zoo.

      La France est « l’ile du docteur Moreau ».

      Un vrai univers remplies de pédophiles, meurtriers, traitres, menteurs, un zoo de la pire espèce.

      Notre nation un vrai lieu de la pire vermine.

       smiley

      Salut


  • baldis30 30 décembre 2018 15:42

    à l’auteur

     bonjour,

     Pour répondre au titre il faut citer Macron lui-même...

    Ne vient-il pas de déclarer, avant d’être privé de neige fraiche :

    « Eh bien, si c’est comme ça, personne ne saura où je vais »

    Donc étant donné que les choses sont ce qu’elles sont et pas autrement et qu’en vertu de la réponse de Pierre DAC pour savoir qui était -il ? ( je suis moi, je viens de chez moi et j’y retourne« , nous savons maintenant que personne ne sait où il va !

    Le sait il lui-même alors que personne ne le sait ? Ou bien il n’est il personne et alors c’est quelqu’un ....

    Mais où va-t-on ?

    Après Pierre DAC, Coluche tenta d’apporter une réponse philosophique de haute tenue :

      » Avant on était au bord du gouffre et maintenant on a fait un grand pas en avant "


  • pallas 30 décembre 2018 15:42
    Serge ULESKI

    La fées clochette des bas fonds n’intéresse pas Peter Pan, Wendy et son amie devrais divertir le Capitaine Crochet.

     smiley

    Salut


  • pallas 30 décembre 2018 18:19
    Serge ULESKI

    Bonsoir,

    Pour votre question que vous me demander, j’ai réfléchis.

    J’ai fais un choix, je suis seul, personne n’en fera souffrance.

    Mais, il me semble avoir libre mesure de couardise.

    La partie d’échec est terminée, le fou prend le roi en trois coups.

    Échec et mat.

     smiley

    Salut


  • pallas 30 décembre 2018 19:35
    Serge ULESKI

    Bonsoir,

    Vous souhaitez jouer dans la cours des grands.

    Prouvez le !!!.

     smiley

    Salut


  • BA 31 décembre 2018 06:13

    Benalla affirme avoir échangé régulièrement avec Macron depuis l’été.


    Alors que la présidence avait assuré ne plus entretenir aucun contact avec l’ancien chargé de mission, Benalla affirme le contraire dans une interview à « Mediapart »…


    Alexandre Benalla a affirmé dimanche à Mediapart avoir continué à échanger régulièrement avec Emmanuel Macron, via la messagerie Telegram, depuis son licenciement de l’Elysée, … précisant avoir conservé la preuve de ces échanges sur son téléphone portable.


    La présidence avait assuré ne plus entretenir aucun contact avec l’ancien chargé de mission depuis son licenciement cet été après sa mise en cause pour des violences le 1er mai.


    « Ça va être très dur de le démentir parce que tous ces échanges sont sur mon téléphone portable », déclare Alexandre Benalla dans cet entretien mis en ligne dans la nuit de dimanche à lundi.


    « Nous échangeons sur des thématiques diverses. C’est souvent sur le mode "comment tu vois les choses ?". Cela peut aussi bien concerner les gilets jaunes, des considérations sur untel ou sur untel ou sur des questions de sécurité », des échanges du type qu’il avait déjà avec le chef de l’Etat quand il était son homme de confiance à l’Elysée.


    Alexandre Benalla ajoute échanger aussi de manière régulière avec d’autres membres de la présidence, comme il l’avait déjà affirmé ces derniers jours dans un courrier adressé à l’Elysée.


    Ces échanges ont eu lieu jusqu’aux récentes révélations de Mediapart sur son utilisation d’un passeport diplomatique pour des voyages d’affaires en Afrique. « Là, le lien est coupé », selon lui.


    Après ces révélations, le ministère des Affaires étrangères a saisi le procureur de la République qui a ouvert une enquête pour « usage sans droit » de passeports diplomatiques.


    Alexandre Benalla, qui a récemment effectué plusieurs voyages en Afrique et rencontré des dirigeants, affirme aussi avoir toujours rendu compte au président ou à son entourage de ses faits et gestes.


    « J’explique que j’ai vu telle personne, je détaille les propos qui m’ont été rapportés et de quelle nature ils sont. Après, ils en font ce qu’ils veulent. Y compris le président de la République, qui est informé en direct », dit-il.


    L’Élysée avait insisté mardi sur le fait que Alexandre Benalla n’était « pas un émissaire officiel ou officieux » de la présidence. « Je suis un élément extérieur qui veut du bien au mec (Emmanuel Macron) qui lui a fait confiance ».


    « J’aurais pu claquer la porte et passer à autre chose. Mais on continue à me solliciter, alors je continue à répondre ».


    « Cela dérange un certain nombre de personnes, qui sont puissantes et qui font comme si le président était sous curatelle. Ils lui font faire des conneries phénoménales », accuse l’ex-chargé de mission.


    Il raconte enfin que début octobre, une personne de l’Elysée lui a rendu des effets personnels et ses passeports diplomatiques dans une rue près du Palais avec pour seule consigne « tu ne fais pas de bêtises avec ».


    « Si on ne veut pas que j’utilise ces passeports, il n’y a qu’à les désactiver et les inscrire à des fichiers », plaide-t-il, précisant les avoir utilisés pour entrer dans « une dizaine de pays » depuis l’automne.


    « Quand vous voyagez à l’étranger avec un passeport diplomatique, l’ambassade de France est au courant que vous arrivez », assure-t-il.


    L’Élysée et le Quai d’Orsay avaient affirmé n’avoir pas été informés de l’utilisation de ces passeports et avoir réclamé à Alexandre Benalla leur restitution.


    https://www.20minutes.fr/politique/2405995-20181231-benalla-affirme-avoir-echange-regulierement-macron-depuis


  • Désintox Désintox 31 décembre 2018 10:37

    Attention : les montages photographiques fournis avec cet article sont sûrement passibles de poursuites judiciaires.


    • Croa Croa 31 décembre 2018 16:43

      À Désintox,
      Vont-ils oser se plaindre ? Je ne le crois pas.
      Sinon Macron au pieds de l’échafaud, c’est bien trouvé je trouve smiley


  • lloreen 31 décembre 2018 11:01

    A l’auteur.

    Voici la réponse à votre question.

    Pour 2019, ayons un objectif commun:La divulgation complète.

    Voici un trésor à partager.

    https://vimeo.com/304030726


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 1er janvier 2019 09:55
    Serge ULESKI

    « Je suis citoyen et j’ai une part de responsabilité dans ce que fait mon pays... »

    Ce que vous dites sur votre fiche est exact. C’est ce que doit dire chaque Français pour que la solution soit possible !

    Pour ma part, j’avais bien expliqué depuis de longues années comment le Pendule Gauche-Droite allait se figer mais quelle devrait être l’alternative : Un Rassemblement national pour la refondation et la relance. La Ve république n’en est pas une, elle est assise sur un coup d’Etat militaire qu’il faut un jour ou l’autre surmonter par la voie démocratique...

    Les Gilets jaunes sont aujourd’hui la VOIX DU CHANGEMENT !


  • Eric F Eric F 1er janvier 2019 12:46

    « Les » Gilets Jaunes en tant que bloc cohérent, ça n’existe pas, il y a un mécontentement quasi général mais contradictoire, ainsi le mouvement a d’abord été une jacquerie fiscale (contre les taxes sur les carburants), avant de s’élargir au pouvoir d’achat, et- suite aux rejets initiaux des gouvernants- l’exigence d’être écouté. Mais cela ne fait pas un programme, le RIC est peut-être un outil intéressant, mais ne changera pas la politique générale du monde dans laquelle nous sommes entrainés. On a vu des « représentants » des GJ demander un « régent » militaire, il y a des sympathisants RN, LR, FI, alors chaque courant interprète à sa sauce en généralisant.

    La « réponse » du pouvoir est tout aussi incohérente, il a du céder tardivement sur les taxes carburant, mais concernant le pouvoir d’achat, ce n’est pas financé par le fonctionnement de l’économie mais par le déficit budgétaire, au rebours des principes de « rigueur » (mais Bruxelles ferme les yeux pour son favori). Là où Macron n’a pas lâché, c’est que les profits financiers ne financeront rien, les contribuables des étages intermédiaires se verront présenter la facture.


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 1er janvier 2019 13:42

      @Eric F

      « les contribuables des étages intermédiaires se verront présenter la facture.  » Au moins sait-on où cet argent est passé et dans quoi... ce qui nous changera de devoir toute l’année durant, payer la facture des riches... qui n’aiment rien tant que... socialiser les pertes tout en privatisant les profits...


    • Eric F Eric F 1er janvier 2019 14:21

      @Serge ULESKI
      Dans les principes, la solidarité sociale s’exerce « en fonction des moyens » de chacun, le S du sigle ISF signifiait « solidarité » en 88/89 cet impôt avait été introduit pour équilibrer le financement du RMI, ce qui avait du sens. Désormais, les plus fortunés sont exemptés de cet effort de solidarité (du reste ils l’esquivaient déjà fortement grâce à des combines comme des sociétés écran etc.), c’est pourquoi l’un ses points communs aux gilets jaunes de différentes tendances est de dénoncer la suppression de l’ISF qui a été contrebalancé budgétairement par des augmentations de taxes sur le reste de la population. Le seuil remonte, mais le principe demeure.

      En 1968, la hausse de pouvoir d’achat avait été du à des augmentations de salaire, désormais c’est par le biais de « primes » ou de bonus sur les heures sup (pas pour les personnes à temps partiel, réellement plus précaires), cela relève davantage de pochettes surprises que d’équité entre les profits, le travail, et le système social « assurantiel » du Front Populaire et de la Libération (cotisants-bénéficiaires). 

      Le thème qui aurait du mobiliser concernant le pouvoir d’achat aurait du être la réindexation des revenus sur l’inflation a minima, or les revendications se sont dispersées, le gouvernement a pu tirer à la courte paille.


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 1er janvier 2019 20:36

      @Eric F

      Désocialisation et défiscalisation des heures sup...c’est la légalisation du travail au noir dans les faits : bonjour les retraites !


  • Kapimo Kapimo 1er janvier 2019 17:40

    L’alternative à Macron, c’est Macron+ le RIC, c’est à dire le pouvoir au peuple.

    Et si Macron n’en veut pas, ce sera PierrePaulJacques + le RIC.

    Et s’ils n’en veulent pas, ce sera la révolution.


    • Eric F Eric F 1er janvier 2019 17:50

      @Kapimo
      le RIC est une forme de chimère auquel certains se raccrochent, le concept parait intéressant, mais cela ne changera le système politique qu’à la marge, et sera sans aucun effet sur le système économique mondialisé.


    • Kapimo Kapimo 1er janvier 2019 18:03

      @Eric F
      Quel rapport avec le schmilblick dans vos poncifs ?
      La question est : qui au pouvoir en France ?
      En ce qui me concerne, je pense que seule une démocratie directe (pouvoir au peuple) peut nous sortir de cette crise, tant la classe politique de cette démocratie représentative a perdu toute crédibilité.
      https://www.youtube.com/watch?v=xQlwTlau0Hw


    • Eric F Eric F 1er janvier 2019 18:52

      @Kapimo
      Une démocratie directe est possible dans un village de deux cents habitants, mais pas dans un pays de plusieurs dizaines de millions d’habitants, Le RIC est un outil séduisant sur certains aspects, mais ne peut constituer un moyen de gouvernement généralisé. Après ça, proportionnelle, tirage au sort, etc. ce sont des moyens de désignation, mais cela reste de la démocratie représentative.


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 1er janvier 2019 20:32

      @Eric F

      Le RIC ne remet pas en cause le parlementarisme mais l’absence de contrôle ... le RIC c’est un droit de veto sur toutes les « activités » du parlement.


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 1er janvier 2019 20:34

      @Kapimo

      Que la « révolution » vous écoute alors !


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 1er janvier 2019 20:35

      @Kapimo

      Tous mes arguments donnent à penser que l’on n’en a même plus besoin : seule la mobilisation au cas par cas fera l’affaire... les GJ l’ont en partie prouvé... 


    • Eric F Eric F 2 janvier 2019 10:32

      @Serge ULESKI
      Inclure le RIC dans la navette législative ? Le problème est qu’une politique générale est supposé avoir une certaine cohérence, il y a inévitablement dans le lot des mesures impopulaires, qui recueilleraient systématiquement un véto. Vue l’ampleur de la mise en oeuvre, le RIC ne peut constituer qu’un outil exceptionnel pour des questions spécifiques mais de portée majeure (je trouve par exemple que la consultation en Suisse concernant la hauteur des minarets est plutôt dérisoire).


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 4 janvier 2019 12:10

      @Kapimo

      Reste à étudier au plus vite les moyens d’y parvenir ; aucun référendum ne sera organisé ; les députés en place ne le voteront jamais.. c’est bien ce que je reproche aux partisans du RIC qui le place au centre de leur revendication : le refus d’étudier les moyens de l’obtenir...... en sachant qu’un RIC entraînerait la sortie de l’Euro et de l’UE ; autant dire : la fin de l’U.E. « Le système » ne le permettra pas. J’en reviens donc aux GJ à leur mobilisation, à l’occupation du terrain : le cailloux puis le pavé dans le soulier du Système qui peut faire, doit faire reculer le et les gouvernements présents et à venir tout en neutralisant les pouvoirs attachés à la fonction présidentielle ; il n’est alors pas question d’explosion mais d’implosion : effondrement intérieur. On devrait pouvoir sortir de l’Euro en mettant mois après mois les gouvernements dans l’obligation de renoncer à leurs réformés telles qu’elles sont envisagées, à céder aux revendications qui remettront en cause les diktats d’ordre financier de la Commission et le contrôle des budgets des Etats membres ... ce qui précipitera à terme le chute de l’Euro et du projet européen totalement dédié à la mondialisation. D’où ma position au sujet du RIC (révocatoire, droit de veto sur toutes les actions du parlement, proposition de loi émanant des constituants citoyens etc....) : cette revendication utopiste est caduque ; nous n’en avons pas besoin pour, soit dit en passant, ne jamais pouvoir l’obtenir. Ce qui n’est pas un drame en soi : les GJ, nous tous, sommes là pour nous permettre de nous en passer. 


Réagir