lundi 16 avril - par Fergus

Notre-Dame-des-Landes : la faute politique de Macron

 

Photo Sipa Press {JPEG}

Le mercredi 17 janvier, Édouard Philippe annonçait, en porte-parole du président de la République, l’abandon définitif du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une décision moins motivée par des considérations environnementales que par la crainte de désordres persistants sur le site, potentiellement vecteurs de victimes, et plus encore porteurs d’une dégradation de l’image d’autorité de l’exécutif. Une « faute » pour nombre d’observateurs...

Des observateurs en l’occurrence lucides qui n’ont pas manqué de souligner que ce peu glorieux renoncement ne changerait rien à la résolution des zadistes, bien déterminés à rester dans la place, qu’il y ait ou non construction de l’aéroport. Et de fait, la suite des évènements a donné raison à ces observateurs, comme l’ont montré les violents affrontements dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes la semaine passée et sous les remparts du château de Nantes le samedi 14 avril. Des désordres qui ne sont pas prêts de cesser, eu égard à la combattivité des plus radicaux des zadistes, désormais encadrés par des éléments radicaux proches de ces « black blocks » qui interviennent partout où peuvent être mis en difficulté les pouvoirs publics.

On peut penser ce que l’on veut de la pertinence (ou non) du projet d’aéroport, et les débats contradictoires n’ont pas manqué durant ces dernières années, principalement alimentés par des arguments économiques et environnementaux. Mais il est un fait que ce projet, très largement porté par les élus du Grand ouest – tous bords confondus – et validé à une nette majorité (55,17 %) par les habitants de Loire-Atlantique lors de la consultation du dimanche 26 juin 2016, avait été soutenu à différentes reprises, et notamment lors de son passage dans « L’émission politique » du jeudi 6 avril 2017 par Emmanuel Macron, alors candidat à la présidence de la République.

Macron a donc « mangé son chapeau » en faisant acter le renoncement au projet d’aéroport par son Premier ministre. Ce faisant, il bafouait non seulement ses prises de position antérieures, mais jetait aux orties les avis et l’implication de tous ces élus du Grand ouest qui se battaient depuis des années pour doter la région d’un outil comparable à ceux de nombreuses métropoles régionales européennes en remplacement de Nantes-Atlantique, voué à une inéluctable saturation. De même, Macron bafouait-il la volonté majoritaire de ceux qui s’étaient exprimés en grand nombre dans les urnes, sans oublier les décisions de Justice constantes qui, en 189 occasions, avaient toujours donné raison aux tenants du futur aéroport. Élus, habitants, magistrats, tous ont de facto été trahis par le revirement de Macron et gardent sans doute aux lèvres un goût amer.

« Tout ça pour ça  ! », serait-on tenté de dire. Car il ne faut pas se leurrer : si Macron a renié sa propre parole, c’est – en « politicien avisé », diront les uns ; en « opportuniste cynique » diront les autres – après avoir évalué les avantages et les risques encourus. Et force est de reconnaître que le stratège élyséen s’est complètement « planté » dans ce dossier. Macron a fait le pari d’une évacuation relativement facile après l’annonce du renoncement, quitte à susciter pas mal de ressentiment ici et là. Au final, il a la colère des partisans de l’aéroport déboutés et doit – en même temps ! – faire face à Notre-Dame-des-Landes et Nantes à des zadistes jusqu’au-boutistes qui n’entendent pas céder un pouce de terrain alors même que la cause de leur « combat » a disparu.

Et ce n’est pas l’irréfléchie destruction par les forces de l’ordre de la « ferme des 100 noms » sur le site de NDDL qui va apaiser les esprits dans la mesure où ceux qui exploitaient cet espace étaient, semble-t-il, porteurs d’un projet agricole ni plus ni moins élaboré que d’autres jusque-là épargnés par les gendarmes mobiles. En bonne logique, et malgré la présence sur place d’éléments agitateurs, ce projet aurait dû, comme les autres, bénéficier des mesures de mise à l’étude d’une éventuelle régularisation dans le cadre des dispositions du Code rural. On peut donc parler de « bourde » de la part du commandement de l’opération d’évacuation, et en cela les satisfecit exprimés par Gérard Collomb tombent à plat, c’est le moins que l’on puisse dire.

Que va-t-il se passer maintenant ? Les néo-ruraux installés dans la ZAD vont-ils officialiser leurs demandes de régularisation dans le délai imparti par la préfète de Loire-Atlantique ? Et, si oui, accepteront-ils les décisions administratives qui seront prises après instruction des dossiers et qui, dans les cas positifs, déboucheront, conformément aux dispositions de la loi, sur des signatures de contrats de fermage passés avec les collectivités propriétaires des lieux ? Que feront en outre ceux qui seront déboutés et se verront signifier des arrêtés d’expulsion ? Que feront surtout les agitateurs infiltrés qui n’ont, à l’évidence, rien à faire des projets d’expérimentation agricole alternative et pour lesquels les trois lettres Z.A.D. signifient moins « Zone À Défendre » que « Zone d’Autorité à Détruire » ?

Autant de questions qui, dans le contexte actuel, et compte tenu du climat de rejet de toute initiative légale qui prévaut à Notre-Dame-des-Landes, laissent augurer des lendemains très difficiles et, malheureusement, de prochains épisodes de violence dont personne ne peut présager les conséquences. Nul doute qu’en cette mi-avril Macron doit amèrement regretter cette décision de janvier qui apparait de plus en plus comme une faute politique majeure. N’est pas Machiavel qui veut ! Pas plus que Jupiter ! 



221 réactions


  • zygzornifle zygzornifle 16 avril 08:45

    La faute incombe a ceux qui ont élus Macron .....


    • Fergus Fergus 16 avril 09:06

      Bonjour, zygzornifle

      Sur ce dossier, Macron ne s’est pas différencié de ses prédécesseurs.


    • velosolex velosolex 16 avril 13:59

      @Fergus

      Bonjour
      Décidément, vous êtes enkysté dans les mêmes arguments. Passons une fois de plus sur un référendum aberrant, taillé sur mesure pour obtenir un résultat positif. Pour un aéroport « grand ouest » qui faisait les poches des contribuables bretons et des pays de loire, l’honnêteté aurait été de faire le référendum sur ses bases géographiques. Les sondages indiquaient alors que le non l’emportait. C’est dommage qu’il en n’a pas été ainsi : Cela aurait donné une sortie glorieuse au gouvernement, sous influence d’élus défendant « Vinci »....Tout le monde a compris les renvois d’ascenseurs vers les apparatchiks. ....Après la pack, c’aurait été désastreux en terme d’image gribouille. Il est dommage que l’état, comme en 68, ne comprenne rien aux temps actuels et à ses enjeux environnementaux. Certaines personnalités eux, l’ont compris, et tentent d’influencer maintenant ces pauvres politiques, droits dans leurs bottes...Les blindés face aux jardiniers ?...Dark vador contre des jeunes filles ! n’y a t’il pas à l’ENA un cours sur la stratégie de l’image dans les luttes...Luther king a utilisé avant tout le monde ces images de disproportion pour son combat, qui n’était qu’une répétition de Goliath face à david...Notre dame des landes nous dit bien des choses....
      Notre-Dame-des-Landes : Francois de Beaulieu - François de BeaulieuDes architectes et des paysagistes défendent la ZAD de ... - Le Monde

    • Fergus Fergus 16 avril 16:24

      Bonjour, velosolex

      « Décidément, vous êtes enkysté dans les mêmes arguments »

      Je pourrais vous renvoyer le compliment ! smiley

      Car votre propos est celui d’un « anti-NDDL » - une position que je respecte - qui me laisse dubitatif, moi qui n’ai jamais été ni pro ni anti, mais en revanche légitimiste, et donc favorable in fine à un choix conforme aux 189 décisions de justice.

      « Notre dame des landes nous dit bien des choses »

      C’est vrai, et notamment que les pouvoirs publics ne peuvent se permettre de voir prospérer des zones de non-droit, surtout lorsque la possibilité est donnée aux néo-ruraux sincères de régulariser leur situation d’exploitant sur les terres de NDDL moyennant un contrat de fermage en bonne et due forme.


    • Le421 Le421 16 avril 23:09

      @Fergus
      As t-on seulement demandé à des professionnels de l’aviation les tenants et les aboutissants ?
      Créer un aéroport, cela veut dire des zones aériennes (TMA, etc...) différentes, des adaptations de couloirs aériens et j’en passe. On ne parle pas de dévier la traversée de St Cyprien en Dordogne ou de monter une piste ULM.
      Alors oui, ces consultations ont été faites.
      Et non, elles n’ont été ni diffusées grand public, ni prises en compte.
      Juste une histoire politique accompagnée d’un lobbying indécent des bétonneurs.
      Les exemples de créations inutiles ne manquent pas...
      Toujours les mêmes qui casquent, toujours les mêmes qui engrangent.
      Et si Macron a refusé ce projet, la rentabilité s’est probablement avérée piètre... Pour les investisseurs !!
      Faut pas rêver.


    • Fergus Fergus 16 avril 23:18

      Bonsoir, Le421

      C’est bien possible. Mais on en est de toute façon plus là et il est temps de passer à autre chose en redonnant à ce terroir sa sérénité d’antan, avec ou sans néo-paysans.


    • julius 1ER 17 avril 08:16

      @velosolex

      je suis d’accord avec toi VS, 
      de plus pour un aéroport avec 1 piste, Genève fait pratiquement le triple de Nantes en termes de passager, alors quand à la justification du projet de NDLL par Fergus au nom d’une future saturation de l’aéroport de Nantes .... 

      il y a loin de la coupe aux lèvres !!!!!

    • Fergus Fergus 17 avril 09:03

      Bonjour, julius 1ER

      Vous comparez Nantes et Genève, et cela n’a pas grand sens compte tenu des infrastructures de Cointrin. Car à Nantes-Atlantique, ce sont d’ores et déjà l’aérogare (de surcroit très vétuste) et les parkings qui sont en limite de saturation alors que le trafic est sur une dynamique de croissance de 8 à 10 % par an.

      Cela dit, je ne soutiens pas particulièrement NDDL, et l’abandon du projet ne m’a aucunement posé de problème, si ce n’est le bras d’honneur adressé aux habitants de Loire-Atlantique et à la Justice. Rien d’autre.


    • confiture 18 avril 17:31

      @zygzornifle
      bonsoir, vrai et faux en même temps.... les gens votent surtout « contre » un candidat, et ensuite ce que fera « l’élu » personnne ne le sait, il manque le contrat...........


  • malitourne malitourne 16 avril 09:44

    Ne pas trouver un bon compromis pour éviter ces affrontements est une incompétence politique. En revanche, envoyer illégalement des missiles sur la Syrie, ça c’est une faute suprême. Mais évidemment pour vous le sort de la ZAD est bien plus important que la paix du monde....


    • gruni gruni 16 avril 09:53

      @malitourne


      Vous avez sans doute une idée de « bon compromis » ?

      Quant au sujet de l’article, vous trouvez qu’il n’y a pas assez d’article sur la Syrie, vous en voulez 30 par jour tous les jours ? Vous n’avez jamais entendu parler de pluralisme.




    • Fergus Fergus 16 avril 09:59

      Bonjour, malitourne

      Le bon compromis consiste, pour sortir de l’illégalité, à donner une possibilité de régularisation officielle dans le cadre du Code rural aux néo-paysans de NDDL qui ont un projet, et c’est très exactement ce qui a été fait.

      Le problème est que les zadistes concernés, instrumentalisés par les plus radicaux pour des motifs politiques hors-sujet, font bloc pour obtenir une régularisation de tous qui n’aurait aucun sens sur le plan agricole et contreviendrait aux dispositions du Code rural sur les modalités d’attribution d’espaces de culture.

      « pour vous le sort de la ZAD est bien plus important que la paix du monde.... »

      Il y a suffisamment de monde pour commenter les évènements en Syrie, ne croyez-vous pas ?

      Sachez à ce propos que je désapprouve l’intervention française. Quant à parler de la paix du monde, elle n’est pas menacée, et vous le savez : tout cela n’est qu’un grand cirque politico-militaire dont toutes les parties connaissent les limites et en jouent !


    • malitourne malitourne 16 avril 10:00

      @gruni
      Ai-je le droit de penser que le traitement politique de la ZAD relève de l’incompétence politique alors que le traitement politique de l’affaire syrienne relève du crime de guerre ? Le titre de l’article c’est « LA » faute politique de Macron... Pour moi « LA » faute politique majeur de Macron est dans l’alignement atlantiste criminel contre la paix mondiale. Pas pour Fergus, ni pour vous manifestement...


    • gruni gruni 16 avril 10:19

      @malitourne


      Vous avez le droit de penser ce que vous voulez, et Fergus d’écrire sur un sujet d’actualité qui lui convient si bon lui semble. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’on ne se préoccupe pas de la situation internationale.

    • malitourne malitourne 16 avril 10:26

      @gruni
      Mais je ne lui ai pas contesté ce droit monsieur l’avocat. Je suis aussi pluraliste que vous monsieur le moralisateur


    • Fergus Fergus 16 avril 10:56

      Bonjour, gruni

      Ce type de reproche est récurrent sur le site. Manifestement, certains intervenants n’ont toujours pas compris qu’AgoraVox est, comme tu le soulignes, un site pluraliste. Si tel n’était pas le cas, il perdrait d’ailleurs beaucoup d’intérêt.

      Merci pour ton commentaire.


    • Fergus Fergus 16 avril 11:00

      @ malitourne

      Si j’avais voulu écrire « LA faute politique », je l’aurais écrit ainsi. Or, ce n’est pas le cas, et ce « la » se rapporte uniquement à ce dossier, et ne fait aucune référence à l’ensemble de la politique de Macron.

      Déformer les propos relève de la tentative de manipulation !


    • malitourne malitourne 16 avril 11:04

      @Fergus
      Mais vous faites front avec courage et panache. Vous êtes si indispensable savez-vous ?


    • velosolex velosolex 16 avril 14:24

      @Fergus
      Sauf que dés le premier jour, les zadistes se sont sentis trahis, par la démolition stupide d’un bâtiment de la zad : La ferme des cent noms, qui possédait bien un projet agricole. Même le journal Ouest france, plutot conservateur, à qui on ne peut reprocher sa radicalité, s’est ému. 

      LA FERME DES CENT NOMS DETRUIT ;....TOUT BASCULE
      Zad de Notre-Dame-des-Landes. Les 100 Noms ... - Ouest-France
      Extrait : Il y a 7 jours - Les gendarmes n’auraient-ils pas fait une erreur stratégique en touchant aux 100 Noms ? Ce lieu agricole et d’élevage n’hébergeait pas des radicaux. Les opposants comptaient en faire un exemple de l’avenir de la Zad. Il n’existe plus....

      Les zadistes effectivement se sont sentis trahis, et ont bien compris la stratégie. Cliver, détruire par à coups, faire de vagues promesses....Ce ne sont pas des imbéciles. Mais des gens souvent diplômes, formés à la lutte, et qui en ont soupé, les pieds dans la terre, la tête un peu dans les nuages c’est vrai. Mais c’est justement le portrait robot de l’homme providentiel, d’un modèle pour la jeunesse. 
      «  »Le problème est que les zadistes concernés, instrumentalisés par les plus radicaux pour des motifs politiques hors-sujet...."
      Je m’abstiendrai de commenter ce qui m’apparaît un délire, une théorie du complot fallacieuse. Car c’est porter ombrage et suspicion aussi à tous les citoyens, et il sont nombreux, de tous ages, solidaires de ce projet citoyen. 
      Je dirais que chaque ville, ou du moins chaque département aurait besoin d’une utopie fédératrice. 

    • velosolex velosolex 16 avril 14:51

      @Fergus
      En quoi votre avis sur la Syrie ou sur la suisse est il pertinent dans ce problème ?

      On voudrait désespérer les jeunes entrepreneurs qu’on s’y prendrait pas autrement. ..
      .La disproportion des forces est parlante. 
      Si j’étais contre la zad, je serais catastrophé ; le pire est en exécution, et risque fort de se retourner effectivement contre Macron !
       Mais dire que c’est le but visé est une escroquerie intellectuelle, puisque c’est le pouvoir qui a le choix des cartes, et de la paix...
      Ils gâchent à mon avis une formidable opportunité. 
      Mais il n’y a pas de monsieur zad. Comme il y en a pour les banlieues. 
      On n’a pas présagé du coup, ni du coût...On ne repeindra pas la zad comme on le fait des tours en banlieue, en donnant quelques subventions à de pseudo éducateurs recyclé des vélos et de la colle à rustine pour acheter la paix sociale !
      Ne parlons pas de ces 2500 dark vador en blindés pour une campagne d’écrasement des carottes et des cabanes. Une honte lamentable !
       Ces jeunes ne veulent pas être assistés, ils veulent vivre d’un travail et d’une terre dont ils sont fiers.


    • Cadoudal Cadoudal 16 avril 15:16

      @velosolex
      Ces jeunes ne veulent pas être assistés, ils veulent vivre d’un travail et d’une terre dont ils sont fiers.

      « On veut pas avoir à se lever tous les matins, pour gagner de l’argent, pour le re-dépenser, payer des taxes, des impôts »

      https://twitter.com/afpfr/status/985574978782416898?ref_src=twsrc%5Etfw

      À ce moment, les femmes de Plogoff ont joué un rôle déterminant dans l’impact de la mobilisation. Souvent épouses de marins de commerce, elles s’y sont investies fortement, suscitant la surprise et l’admiration.
      http://bcd.bzh/becedia/fr/la-mobilisation-de-plogoff

      Chacun ses références...


    • Fergus Fergus 16 avril 16:27

      @ velosolex

      J’ai évoqué la « ferme des 100 noms » en qualifiant sa destruction de « bourde ». Il s’est même agi d’une connerie.


    • Fergus Fergus 16 avril 16:35

      @ velosolex

      Je vous fais humblement remarquer que ce n’est pas moi qui ai mis la situation internationale sur le tapis, et si j’ai répondu à Malitourne, c’est de manière très synthétique car il s’agit effectivement d’un hors-sujet.

      « Ces jeunes ne veulent pas être assistés, ils veulent vivre d’un travail et d’une terre dont ils sont fiers »

      Ceux-là ne sont pas visés par les mesures d’expulsion et sont invités à demander la régularisation de leur situation dans le cadre du Code rural, ce qui est la moindre des choses, l’objet initial de l’occupation illégale ayant disparu !

      Quant aux radicaux qui n’ont rien à voir avec l’agriculture et ne veulent en réalité que l’affrontement avec les pouvoirs publics, leur place n’est pas là : ces individus doivent être expulsés afin que les autres puissent mener leur projet dans la sérénité et la légalité !


    • velosolex velosolex 16 avril 16:54

      @Cadoudal
      Non seulement j’ étais au Larzac, mais aussi à Plogoff. Et même aussi à Malville....Là le gouvernement s’est raidi, à fait ce surgénérateur qui nous a couté la peau des fesses, avant de l’abandonner vingt ans plus tard. 

      Pour Plogoff, s’il avait été construit, nous en serions dans la même situation maintenant qu’à Fessemheim. 
      Tous les réacteurs vont être maintenant plus ou moins rapidement à démonter, pour un choix étatique qui a été fait. Nous allons nous trouver devant une ardoise incroyable. Le risque est alors grand de voir le démantèlement remis sans cesse à plus tard, à notre grand péril

    • velosolex velosolex 16 avril 17:05

      @Fergus

      Ces démolitions ont été mûrement réfléchis et obéissent à des objectifs de clivage, parmi les zadistes. Séparer le mauvais grain de l’ivraie. Le problème c’est qu’il a renforcé la solidarité des zadistes, l’indignation de l’opinion, de biens des intellectuels, et fait resurgir la pertinence de cette exécution. 
      Il y a quelque chose de kafkaïen, dans les méandres de cette administration tatillonne, qui emploie les blindés et les bulldozers d’une façon honteuse. Car dans ce pays, bien des situations à régulariser n’entraîne pas pareil traitement. 
      Ce qui n’échappe à personne. je ne parle même pas de l’économie parallèle des banlieues où on laisse là la police se faire lyncher. 

      La morale est la suivante : Mieux vaut vendre du shit que du fromage de chèvre en attente d’homologation. 

    • foufouille foufouille 16 avril 17:20

      @velosolex
      des barrages ont tué 150 000 personnes en chine dans les années 60, il faut démolir tous les barrages très dangereux.


    • velosolex velosolex 16 avril 17:51

      @Fergus
      Effectivement, 1000 excuses.

      La syrie est hors sujet mais ce n’est pas vous qui l’aviez évoqué
       J’ai le clavier trop rapide. Et je n’avais pas lu les autres posts. 

      Pour la suite, je pense qu’il faudrait sortir des cases habituelles. 
      La ruralité dans son ensemble peut très bien saisir ces projets collectifs, qu’il faut rendre possible. Nous nous accommodons pour le moment d’une agriculture globalement prédatrice, dont nous payons la facture dans notre assiette. 
      On sait aussi que les maladies dégénératives, et sans doute l’"alzeimer sont associés aux pesticides. 
      Dans toute action définir le but, les moyens, et les actions. 
      Pour le moment, c’est l’économie sans morale qui domine. Il faut inverser ses rapports. NDDlandes est un laboratoire d’idées que certains proposent de pérenniser. 

    • velosolex velosolex 16 avril 18:08

      @Fergus


      On voit tout de même que les flics n’ont pas fait une bavure, mais que la destruction de la ferme des cent noms a bien eté programmé : Le HuffPost ·

       « Ce lieu, où des agneaux sont encore nés récemment, a été détruit pour deux raisons avancées par la préfète des Pays-de-la-Loire, Nicole Klein. Tout d’abord le lieu se situait près de la D281, la fameuse route des chicanes, dont les autorités tenaient à reprendre possession. Les opérations de ce lundi ont essentiellement concerné les abords de cette route qui traverse la Zad. Mais surtout, la préfète a rappelé au cours d’une conférence de presse que "les 100 noms n’ont pas déposé de projet agricole et ce sont des habitations précaires, ce n’est pas du bâti »   V

      Voilà à quoi ressemble une mise à mort, avec une préfète aux ordres, droite dans ses bottes. 


    • Cadoudal Cadoudal 16 avril 21:41

      @velosolex
      Moi je m’en fous du nucléaire, EDF n’a pas encore égorgé de vieux curé innocent..

      Et puis si ça peut servir à recharger les I phones des fils de profs gauchistes...


    • Cadoudal Cadoudal 16 avril 21:50

      @Cadoudal
      j’ai connu Rennes II, du temps de l’état de droit, depuis que Villejean s’est retrouvé enclavée en plein territoire muzz, ça à l’air de diffuser un peu moins bien la démocratie participative...

      « Nous avons plusieurs personnes qui ont été agressées en AG ou qui ont reçu des menaces de mort »
      https://www.20minutes.fr/rennes/2256075-20180416-universite-rennes-2-degage-fac-sale-facho-etudiante-agressee-apres-ag


    • Cadoudal Cadoudal 16 avril 21:55

      @Cadoudal
      Une équipe de ravitaillement de la Zad à failli avoir un accident...

      Mais pas de souci, la cargaison et les transporteurs sont arrivés à bon port...

      https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/pres-de-nantes-sur-le-periph-il-menace-des-militaires-accidentes-5701269


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 avril 22:01

      @Fergus
      Si je comprends bien ce que veulent les zadistes, c’est occuper des terrains qui ne leur appartiennent pas à titre gratuit, ne pas payer d’impôts, ni de taxes, ni de cotisations sociales, mais toucher le RSA, utiliser la Sécurité sociale et les services publics, j’ai tout bon ?


    • Cadoudal Cadoudal 16 avril 22:01

      @Cadoudal
      « Sans généraliser, les jeunes appréhendent mal les obligations liées au milieu professionnel : être le matin au bureau à 7 h 15, travailler en équipe… »

      Vivre ensemble et se lever de bonne heure, pas très zadiste comme programme..

      http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/bobigny-veut-favoriser-l-emploi-local-16-04-2018-7667709.php

      Comme dirait Venance Konan mon vieil ami Ivoirien...

      J’ajoutai que le continent ne manquait ni de femmes et d’hommes intelligents, compétents dans tous les domaines, ni de richesses de tous ordres permettant aux populations de vivre décemment, et qu’il serait peut-être temps de laisser l’Afrique se prendre en charge toute seule.

      https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-monde/20111006.RUE4786/si-le-noir-n-est-pas-capable-de-tenir-debout-laissez-le-tomber.html


    • Fergus Fergus 16 avril 22:45

      Bonsoir, Fifi Brind_acier

      Vous avez tout faux ! Car à aucun moment, je n’ai écrit de telles sornettes  !


    • Le421 Le421 16 avril 23:13

      @gruni
      Vous avez totalement raison.
      C’est « l’effet Johnny ».
      Il est mort, tout s’arrête, on ne parle plus que de ça et pas d’autre chose...


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 avril 06:26

      @Fergus
      Je ne vous accuse de rien, ne prenez pas la mouche inutilement.
      Je n’ai pas dit que vous l’aviez écrit, j’ai dis ce que j’ai compris des revendications des zadistes.


  • JL JL 16 avril 10:13

    Bonjour Fergus,
     
    faute politique ? Pas sûr.
     
    Je vous propose une autre vision : pour des raisons économiques, ce projet d’aéroport était moribond dans les cartons depuis belle lurette. Car si on avait voulu évacuer les zadistes on l’aurait fait depuis longtemps, la démo a été faite que c’était facile.
     
    Mais on s’est servi d’eux pour laisser pourrir l’affaire.


    • Fergus Fergus 16 avril 11:06

      Bonjour, JL

      « on s’est servi d’eux pour laisser pourrir l’affaire »

      Je n’en vois pas l’intérêt pour les gouvernants. Je crois plutôt qu’ils sont tétanisés par le souvenir de la mort de Rémi Fraisse, et que c’est avant tout cela qui a joué en faveur du renoncement, Macron - peut-être mal conseillé - s’étant persuadé que l’abandon du projet ferait retomber les tensions et permettrait, sinon une évacuation facile, du moins beaucoup moins difficile qu’en cas de feu vert à l’aéroport.

      Pour ce qui est des raisons économiques, il y a eu débat, et très franchement, les arguments des pro et des anti s’annulent très largement.


  • gruni gruni 16 avril 10:40

    Bonjour Fergus



    Je reviens sur un de tes commentaires dans le forum de l’article sur NDDL que j’avais publié avant que la décision du gouvernement ne soit prise. Tu écrivais....

    « Je suis curieux de voir de quelle manière il va sortir de ce sac d’embrouilles ». 

    Maintenant tu connais la réponse ; Mal !

    • Fergus Fergus 16 avril 11:13

      @ gruni

      En réalité, et pour avoir à différentes reprises parlé avec des militants de la ZAD rencontrés à Nantes - dont certains complètement ignares sur les questions agricoles et écologiques -, j’étais bel et bien persuadé que l’évacuation se ferait dans la douleur.

      Les faits le confirment, et cela ne me réjouit pas. Le pire étant qu’un durcissement des pouvoirs publics pourrait entraîner une évacuation des quelques zadistes néo-paysans qui ont un vrai projet d’installation viable sur le site. Ceux-là feraient les frais de l’activisme radical d’une minorité d’individus venus là uniquement pour en découdre avec les pouvoirs publics.


    • bob de lyon 16 avril 16:25

      @Fergus

      Aveu.

      Lorsque l’aéroport fut exit j’ai décidé d’oublier ce phlegmon sociétal et sur le sujet m’en remettre aux coulées d’eau tiède des infos traditionnelles… ; corollaire : quelques semaines plus tard je n’y comprenais plus rien et n’avais rien appris.

      Passé les premiers réflexes reptiliens du style : « font chier ces cons d’apprentis bouseux ! » je me suis mis à la réécoute de canaux différents et notamment de ceux qui reçoivent les projectiles lacrymoniaux… et peut-être, me suis-je dit, y a-t-il là comme une espèce de régénération utopique d’une Commune de Paris en pays Nantais…

      J’ai comme un prémice de sympathie et puis comme cela agace l’abbé Macron… !

      D’accord, ce n’est pas très objectif et factuel, mais bon, pour une fois…


    • Fergus Fergus 16 avril 16:39

      Bonjour, bob de lyon

      Vu sous cet angle, le fait est qu’il y a un côté réjouissant à voir Macron patauger dans le bourbier de NDDL.

      Le problème est que, si les radicaux infiltrés continuent de prendre le pas sur les néo-ruraux sincères qui veulent réellement développer un projet agricole, tout le monde perdra, ceux-là y compris !


    • Le421 Le421 16 avril 23:17

      @Fergus
      Disons que cela fait apparaître de plus belle son côté technique et son incompétence politique.
      Ce type pense qu’un pays est une entreprise. Il se comporte comme un PDG.
      C’est con, plein de ses ouvriers n’en veulent pas de sa façon de faire.
      Moi, je l’ai collé « au frigo » depuis le début.
      Il dit blanc, j’essaie de faire noir si possible...


  • Ciriaco Ciriaco 16 avril 10:45

    Les « discussions » ont commencé par un gazage des habitants de la ZAD dans la nuit du dimanche 8 avril à 4h du matin - gazage qui a duré toute la semaine, tandis que les habitations étaient systématiquement détruites. Bilan : plus de 160 blessés chez les zadistes, avec des gendarmes mobiles allant jusqu’à freiner leur conduite au centre de soin, monté en urgence.

    Les medias mainstream ont traité ces événements comme à leur habitude, c’est-à-dire en tant qu’instruments du pouvoir : il n’y a pas de provocation, il n’y a pas de destruction, la violence est légitime dès lors qu’elle est du bon côté.

    Objectif : faire rentrer dans l’ordre une alternative. C’est on ne peut plus classique. Dès lors je ne vois pas l’intérêt de réfléchir dans les termes de la stratégie du pouvoir. « Macron aurait-il fait une erreur ? ». Bien sûr que non, l’ordre et le pouvoir c’est cela. La question qu’il faut se poser, c’est à quel niveau s’est porté le mensonge.


    • Fergus Fergus 16 avril 11:20

      Bonjour, Ciriaco

      Votre historique est contredit par d’autres versions qui indiquent que les premiers actes de violence ont été commis par les zadistes radicaux, ce qui a entraîné la riposte des gendarmes mobiles.

      Or, vous n’étiez pas sur place, pas plus que moi. Dès lors, comment faire pour affirmer qu’une version des évènements est avérée et l’autre pas ?

      « Objectif : faire rentrer dans l’ordre une alternative »

      Je ne comprends pas cette affirmation : rien n’a été tenté pour évacuer les zadistes présumés porteurs d’un projet : il leur a été au contraire demandé de déposer un dossier afin qu’il soit statué sur ledit projet et la possibilité d’une régularisation officielle de leur démarche d’installation agricole.


    • Fergus Fergus 16 avril 11:23

      Les néo-paysans de la ZAD désireux de pérenniser, cette fois dans la légalité, leur exploitation ont jusqu’au 28 avril pour déposer un dossier. Après quoi, rien ne sera fait contre leur présence sur le site tant qu’aucune décision sur la régularisation - ou pas - n’aura été prise.


    • Sparker Sparker 16 avril 11:31

      @Fergus
      « déposer un dossier »

      Oui mais individuel alors qu’eux aspirent à recréer du collectif et du solidaire. Vous comprenez bien que ça ne correspond pas au fond de pensée de notre société du chacun pour soi et tous contre tous.
      Pourquoi ne pas les prendre au mots et les laisser construire leur projet collectif si ce n’est qu’a vouloir fermer le porte à une posture qui dérange dans le fond. L’atomisation de la société que l’on dénoncait il y a quarante ans s’est installée et est un socle pour le pouvoir. Diviser, diviser eux veulent additioner et multiplier je crois que c’est cela aussi qui ne passe pas. 


    • Fergus Fergus 16 avril 12:55

      @ Sparker

      « eux aspirent à recréer du collectif et du solidaire »

      .Le problème est qu’il n’existe pas de kolkhozes ou de kibboutzim dans le droit français, et l’on voit mal les pouvoirs publics laisser perdurer la situation le temps de faire voter une loi de circonstance.

      C’est donc, à mon avis, un prétexte destiné à manipuler l’opinion car rien n’empêche les régularisés à titre individuel de se constituer ensuite en GAEC (Groupement agricole d’exploitation en commun), conformément au Code rural.


    • Sparker Sparker 16 avril 13:51

      @Fergus

      Oui j’ai bien compris qu’il n’y avait pas ça dans le droit français c’est pourquoi j’ai fait mention d’une dimension « philosophique » dans ces démarches alternatives et qui constituent un combat contre les forces « atomisantes » de nos sociétés.
      On ne peut empêcher les gens de penser et d’avoir des options différentes de celles pratiquées par les pouvoirs publics c’est pourquoi il y a aussi beaucoup d’abstention électorale dont la légitimité (du système électif) devient de plus en plus douteuse.
      Qu’est-ce qui est condamnable dans la volonté d’organisation collective ? A partir du moment ou elle s’inscrivent dans le bien commun. Certes c’est un contre pouvoir car elles s’accompagne d’une volonté d’autogestion responsable (enfin on l’espère) on comprend alors que ça contrecarre les pouvoirs centralisés et supérieur.
      Beaucoup de gens aspirent à cette responsabilité qui donne une autre dimension à leur vie, autre que d’être un maillon de la grande chaine comme aurait dit Coluche et ils ne reconnaisent rien ni personne de supérieur.
      Dans ces combats on va sur le fond de nos sociétés, c’est encore à petite échelle certes mais la contestation va grandissante. NDDL peut être un coin durable dans la cuirasse, si ce n’est pas celui là ce sera un autre plus tard mais je pense que l’avenir verra une société autogérée (pour faire vite), basée sur le réel, un jour ou l’autre car elle ne pourra se passer de l’approbation et de la participation « responsable » de tous, seule voie de cohérence vu le nombre que nous sommes. Je m’avance un peu certes mais il me semble que c’est la voie la plus saine pour enfin tourner la page des idéologies et des opinions qui s’accompagne et s’accomode bien souvent des retournements de vestes selon le sens du vent de ruisellement.


    • Fergus Fergus 16 avril 16:55

      @ Sparker

      Sur le plan philosophique, je vous suis bien volontiers.

      Mais que faites-vous de tous ces jeunes agriculteurs qui attendent depuis des mois, et parfois des années, le feu vert pour reprendre à leur compte une exploitation dans le cadre légal du Code rural ? Croyez-vous que ceux-là, qui ont respecté les règles en vigueur et patienté jusque-là, voient d’un œil favorable le fait que des squatteurs ayant agi en toute illégalité puissent bénéficier d’un passe-droit relativement à eux ?

      Peut-être faudra-t-il donner à l’avenir un cadre à des initiatives alternatives. J’y serais favorable. Mais cela nécessite des débats et des textes législatifs. Dans l’immédiat, c’est le droit actuel qui doit s’appliquer.

      J’ajoute à cela qu’on ne s’improvise pas agriculteur. A toutes fins utiles, je vous mets un lien sur le site Jeunes Agriculteurs consacré à l’installation en agriculture. On est là sur du concret !



    • velosolex velosolex 16 avril 17:38

      @Fergus
       « les premiers actes de violence ont été commis par les zadistes radicaux, ce qui a entraîné la riposte des gendarmes mobiles. »

      On dirait un compte rendu de la préfecture, inspiré par les premiers événements de 68. C’était à peu près de ce tonneau là sur les ondes du général, à l’époque ;
      ...Hum...Dés le premier jour, la ferme des cent noms est démolie. Une connerie, comme vous l’admettez vous mêmes. 
      Rappelons les forces en présence:200 zadistes, dont beaucoup de femmes, contre 2500 CRS en armure de dark vador, appuyés par des blindés, un hélicoptère, des drones. Une ambiance d« ’apocalypse now » dés le petit matin. 
      Rappelons que la régulation « officielle » de régulation, que vous avancez a été refusé à la plupart des zadistes, car s’appuyant sur des projets collectifs. Pas de quoi précipiter à mon avis la mise à mort. Il y avait surement matière à s’entendre plutôt que de se raidir, en exigeant un imprimé. Il y a deux façons de tuer un homme : Une balle dans la tête, ou exiger qu’il se mette en conformité avec la loi...
       Je pense que le gouvernement n’avait pas saisi le niveau de mobilisation, la sympathie de beaucoup pour cette expérience, et qu’ils comptaient au contraire que des types comme Retailleau, qui est passé sur les radios chauffe la salle. Cet homme aux intérêts d’un autre temps, attaché à Fillon, semble avoir une revanche à prendre sur ce qu’il n’a pas encaissé, la perte de son mentor, et celle de l’aéroport...Pierrette et le pot au lait semble du genre masculin.
      A ce propos, merci encore à Pénélope. Sainte patronne de NDDlandes. Et en espérant une issue heureuse à cette situation ubuesque. 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 avril 22:10

      @Sparker
      Je ne vois pas où est le problème ?
      Il existe des milliers de coopératives dans le domaine agricole...
      75% des agriculteurs adhèrent à une ou plusieurs coopératives.


      Ils déposent un dossier à titre individuel puis se fédèrent en coopérateurs.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 avril 22:21

      @Sparker
      Ils croient avoir inventé l’eau tiède ?

      Les coopératives agricoles existent depuis 1947 !

      Chacun s’installe à titre individuel puis ils se fédèrent en coopérative.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 avril 22:33

      @Fifi Brind_acier

      Sauf qu’on sait ce que deviennent les coops naïve Fifi ...


    • Fergus Fergus 16 avril 22:49

      @ Fifi Brind_acier

      En coopérative agricole ou en Gaec.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 17 avril 06:37

      @Aita Pea Pea
      Les GAEC n’ont pas été créés pour des prunes ! Mais nous parlons dans le vide, ceux qui viennent en découdre à NDDL sont aussi paysans que je suis moine tibétain, pour une fois, je suis d’accord avec Fergus !


      Il existe en France des milliers d’agriculteurs qui prennent leur retraite et seraient enchantés de recevoir des groupes de jeunes agriculteurs. Et des milliers d’agriculteurs bio qui aimeraient avoir de l’ aide, mais cela n’intéresse pas les zadistes ...

    • Fergus Fergus 17 avril 08:53

      Bonjour, Fifi Brind_acier

      « Il existe en France des milliers d’agriculteurs qui prennent leur retraite et seraient enchantés de recevoir des groupes de jeunes agriculteurs... »

      C’est parfaitement exact. Mais effectivement, cela « n’intéresse pas les zadistes ».


  • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 16 avril 10:58

     Bonjours Fergus,
    beaucoup de point d’interrogation dans l’article,je ne peux y répondre.
    Et beaucoup trop d’agitation sur la ZAD pour mener cette affaire sereinement,déjà trop de blessés de part et d’autres à mon avis,si les choses s’enveniment encore,un accident mortel peut arriver,la police est maintenant très professionnel,on l’à vu avec les émeutes de 2005 ce qui est une bonne chose.
    Si des projets de fermage doivent se faire ,il serait urgent de les faire,ou tout du moins des promesses d’accord (la paperasserie après) .
    Si cette affaire n’est qu’une mini révolution violente ,elle est déjà perdu.
    Les constructeurs doivent aussi se désolidariser des destructeurs.


    • Ciriaco Ciriaco 16 avril 11:10

      @Ratatouille
      Les zadistes de NDL ont attendu pacifiquement les discussions après la décision concernant l’aéroport. Il est clair qu’en de telle situation l’État frappe d’abord de manière à faciliter la décrédibilisation de ces zones d’autonomie.

      Très professionnel, sans aucun doute.


    • Fergus Fergus 16 avril 11:28

      Bonjour, Ratatouille

      « Si des projets de fermage doivent se faire ,il serait urgent de les faire,ou tout du moins des promesses d’accord (la paperasserie après) »

      C’est précisément l’objet de l’offre de dépôt de dossier de régularisation qui a été faite aux exploitants de la ZAD. Ce délai court jusqu’au 28 avril. Espérons que les néo-paysans concernés joueront le jeu pour enfin sortir de l’illégalité dans laquelle ils se trouvent et qu’aucun pouvoir en place ne peut indéfiniment tolérer. Ne serait-ce que vis-à- vis des jeunes agriculteurs diplômés qui sont, parfois depuis longtemps, sur des listes d’attente de terres agricoles disponibles.


    • Ciriaco Ciriaco 16 avril 11:32

      @Fergus
      Quand planter librement des graines devient illégal, interrogez-vous.


    • Fergus Fergus 16 avril 11:37

      @ Ciriaco

      « Zone d’autonomie », cela ne veut rien dire : il y a dans la ZAD des personnes sincères, réellement désireuses de mener des projets d’agriculture alternatifs qui peuvent présenter un réel intérêt pour le bocage de NDDL. Et à côté d’elles, de nombreux individus qui n’ont strictement rien à faire des questions agricoles et écologiques, comme j’ai pu le constater en écoutant des militants de la ZAD à Nantes dont certains étaient totalement ignorants de ces sujets qu’ils brandissaient pourtant comme des étendards.

      Le rôle est pouvoirs publics est clair à mes yeux : d’une part, étudier la faisabilité des projets des premiers (dans le cadre du Code rural) et régulariser les projets viables ; d’autre part, virer les autres d’un espace où ils n’ont plus rien à faire, la cause de l’occupation n’existant plus !


    • Fergus Fergus 16 avril 11:41

      @ Ciriaco

      Ce n’est pas « planter des graines » qui est en l’occurrence illégal, c’est de le faire sur des terres dont on n’est pas propriétaire ou titulaire d’un droit d’exploitation  ! Et cela alors que des jeunes agriculteurs - des vrais - attendent dans la légalité - parfois depuis des années - de pouvoir disposer de terres exploitables !!!

      Transposé au logement, cela revient à occuper des logements sans droit de propriété ni contrat de location !


    • Ciriaco Ciriaco 16 avril 11:55

      @Fergus
      La première chose est d’abandonner toute naïveté. Tout fait politique est un élément d’un rapport de force. L’État a bien sûr toujours eu des instruments pour exercer. Apprendre à les discerner est un élément majeur. Se rapprocher ensuite du terrain est essentiel.

      Je connais personnellement et de longue date l’un et l’autre de ses aspects. Mon milieu social est ainsi fait. Par ailleurs je m’informe aux deux. Reporterre à envoyé ses journalistes sur le terrain (ils ont par ailleurs été blessés). Heure par heure toute la semaine, vous lirez des témoignages, qui contredisent la voie officielle, également en ce qui concerne le dépôt des dossiers (des habitations ont été détruites alors que des dossiers avaient été déposés).

      Parce que la question est une celle de la normalisation. C’est la problématique de toute alternative.

      Et je veux vivre dans un pays qui respecte les alternatives.


    • Fergus Fergus 16 avril 12:58

      @ Ciriaco

      « je veux vivre dans un pays qui respecte les alternatives »

      Oui, mais à condition que cela puisse se faire dans la légalité. A cet égard, je vous renvoie ci-dessus à ma réponse à Speaker.


    • velosolex velosolex 16 avril 18:12

      @Ciriaco
      Tiens justement ça me fait penser à Monsanto. 

      Cette saloperie de roundup a été pérennisé, elle. 
      On a su trouver l’imprimé. 

      « La révolution passera par la terre, ou ne sera pas ! »

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 avril 22:15

      @Ciriaco
      Rentrer dans la légalité signifie payer des impôts, des taxes et des cotisations sociales ! C’est plus simple de profiter du modèle social français : APL, Sécurité sociale, services publics, écoles, RSA , toussa, toussa ... , sans participer financièrement.
      Ils sont solidaires, mais pas avec les contribuables  !!


    • capobianco 17 avril 08:12

      @Fifi Brind_acier
      «  C’est plus simple de profiter du modèle social français : APL, Sécurité sociale, services publics, écoles, RSA , toussa, toussa ... , sans participer financièrement.  »


      Les vieux démons ump refont surface et s’affichent, quel aveu !

    • ppazer ppazer 18 avril 05:56

      @capobianco
      Bonjour. Auriez-vous une réponse plus argumentée et construite qu’une simple et futile agitation d’épouvantail « démon ump », svp ?
      Merci d’avance.


    • capobianco 28 avril 14:02

      @ppazer
      C’est vous fifi ? Vous ne comprenez plus rien visiblement !!! « Argumenté » , n’importe quoi......


  • Scuba 16 avril 10:59

    Permettez moi une explication alternative : pendant que les « crasseux » s’occupent de la ZAD de NDDL, ils ne s’occupent pas de Bure, où on peut construire tranquillement le site d’enfouissement des déchets nucléaires.

    Du coup, faire durer le bazar à NDDL n’est pas forcement un mauvais calcul.

    • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 16 avril 11:12

      @Scuba
      le site de Bure est loin d’être terminé.ça va faire des milliers de tonnes de gaz à rependre sur la ZAD,c’est pas très rentable comme stratégie. 


    • gruni gruni 16 avril 11:12

      @Scuba



      « où on peut construire tranquillement le site d’enfouissement des déchets nucléaires ».

      « Le calendrier de réalisation des travaux est encore long puisque la demande de déclaration d’utilité publique doit être déposée en 2019 et sera validée en théorie aux alentours de 2022, la phase pilote ne devant commencer qu’en 2025 environ ».

    • Scuba 16 avril 11:17

      @Ratatouille
      Peut-être, mais il y a déjà des ZADistes à Bure, donc éviter qu’il en arrive d’autres n’est pas une mauvaise idée.

      Quant à la rentabilité, si on attend qu’une ZAD façon NDDL s’organise à Bure, et que les travaux y durent aussi longtemps qu’a NDDL, ce n’est pas rentable non plus...

    • Fergus Fergus 16 avril 11:45

      Bonjour, Scuba

      Comme il vous a été répondu ci-dessus, Bure n’est pas près d’être au cœur de l’actualité, et ne pourra éventuellement cristalliser les oppositions in situ qu’après que l’enquête de DUP ait validé l’opportunité du projet.


    • Scuba 16 avril 11:47

      @Fergus
      Vous avez vraiment des doutes sur l’issue de l’enquête de DUP ?


    • Fergus Fergus 16 avril 12:07

      @ Scuba

      Vous n’avez pas tort, tout dépend du nom du Commissaire enquêteur qui supervisera la procédure, et le plus souvent les pouvoirs publics confient cette tâche à un « ami ». Mais il sera difficile à cette personne d’aller contre les avis déposés dans les registres s’ils sont motivés et très majoritairement hostiles au projet.


    • Saint Rata de l'himalaya Ratatouille 16 avril 12:24

      @Scuba
      .

      Jean-Pierre Petit : « Les déchets nucléaires, bombe à retardement planétaire » (Partie 1)

      https://meta.tv/jean-pierre-petit-les-dechets-nucleaires-bombe-a-retardement-planetaire-partie-1/


  • Sparker Sparker 16 avril 11:21

    La reprise en main sans violence va être très difficile maintenant. Les soutiens seront de plus en plus nombreux et NDDL va devenir un symbole de contestation du capitalisme (pour faire vite).
    Ce n’est pas une majorité de personnes qui s’agitent là bas mais c’est suffisant pour paralyser le pouvoir s’il ne recours pas à la violence par l’expulsion brutale. Quoi que le pouvoir fasse les conséquences redoublerons systématiquement la rébellion.
    Il n’y a plus que la discussion et l’adaptation des désirs des néoruraux à opérer. Il y a une part « philosophique », quoi qu’on en pense, chez les alternatifs et ce biais ne peut être ignoré. Ce sont pour la plupart des jeunes « éduqués » et qui ont appris à penser et non pas des punk a chien désoeuvrés même s’il y en a aussi (sans mépris de ma part pour ces pauvres hères). Ils sont dans la contestation radicale d’un monde qui ne leur correspond plus du tout, j’en connais quelques’uns avec qui les discutions ont déjà été houleuse sur le bien fondé de cette posture ou revendications. Leur positions doivent être respectées et aussi leur faire accepter qu’il y a un monde autour d’eux. Leur désirs collectifs sont néanmoins intéressant, une société digne de ce nom devrait les encourager et les orienter vers le bien communs.
    Je pense qu’ils sont pour la majorité plus libertaires/anarchistes que républicains, ça peut remettre des débats sur le tapis ce qui ne serait pas un mal par les temps « rouleau compresseur capitaliste individualiste » que nous vivons.
    J’avoue que souvent je les trouve un peu prétentieux sous couvert d’idéalisme ( je l’ai été aussi dans ma jeunesse) mais ça ne veux pas dire que leur position soit sans valeur. Et je partage les visions collectives qu’ils portent.
    Après que ça déroge à certaines partie du droit républicain ou de la propriété privée c’est un peu le but de la manoeuvre.
    Ces expériences ont déjà eu lieu dans d’autres endroits à d’autres moments, la plupart ce sont cassé la gueule. Bon, une nouvelle génération tente l’expérience soutenu par des anciens qui n’y sont pas ou peu arrivé. Il serait intéressant de voir comment une république peut intégrer ce genre d’initiative plutot que de la condamner d’emblée sous des prétextes fallacieux.
    Quelques hectares et quelques dérogations ne vont pas faire basculer le pays en une zad totale et le dialogue permet toujours de trouver des compromis.
    Il serait bon de les laisser tenter leur expérience et de nous y intéresser voir même de les aider. Si leur « philosophie » ne tient pas la route ils s’autodétruirons par désintérêt. Mais tant qu’on les combats et qu’ils ne réalisent rien ça les renforce.
    Au lieu de rever leur vie laissons les vivre leurs rêves et faire leur propre expérience, tout ça n’est pas bien grave. C’est beaucoup de bruit et de pleurs pour pas grand chose.
    Aulieu d’en faire un symbole et des martyrs faisons en une expérience qui se concluera d’elle même. Les prendre au mots quoi !! Qu’ils fassent la démonstration du bien fondé et vécu de leur prétentions.


    • Fergus Fergus 16 avril 11:55

      Bonjour, Sparker

      Je suis globalement d’accord avec votre regard sur NDDL.

      Mais lorsque vous dites « laissons les vivre leurs rêves et faire leur propre expérience », je ne peux pas être d’accord : étant d’une famille de paysans, j’admets parfaitement que l’on puisse vouloir tenter des expériences de vie agricole alternatives, mais encore faudrait-il obtenir les autorisations officielles d’exploiter, d’où les propositions de dépôt de dossiers de régularisation qui leur ont été faites et dont la date limite a été repoussée au 28 avril.

      Refuser d’en passer par là - et par conséquent choisir de rester délibérément dans l’illégalité - serait éminemment injuste vis-à-vis des jeunes diplômés agricoles qui, placés sur des listes d’attente, attendent (parfois depuis fort longtemps), de se voir attribuer des terres disponibles à des fins de culture ou d’élevage. Quant à ceux qui n’exploitent rien, ils n’ont plus rien à faire sur ce site.


    • Sparker Sparker 16 avril 14:00

      @Fergus

      Encore une fois certains ont fait des propositions mais elle ne rentre pas dans le cadre législatif alors quelles sont cohérentes et saines. Qui doit céder ?, avec qui fait-on société ? Qui a plus de valeur entre ceux qui aspirent à... et ceux qui font respecter le... Oui c’est une attaque contre pas mal de chose dans nos sociétés, travail ? sens... propriété privée ? sens... etc etc
      Et ben oui notre monde est loin d’être parfait et certains aspirent à d’autres choses ou réalités et veulent en être des acteurs.
      Le pouvoir en place est une usurpation et ce depuis très longtemps. La vie appartient à ceux qui la vivent, le terre appartient a ceux qui la travaille etc etc...
      L’état prend une claque dans les mirettes, et ben oui c’est un combat mené depuis longue date nous en avons encore un épisode.
      Il n’ira peut-être pas loin mais cette aspiration me semble grandissante.


    • Fergus Fergus 16 avril 17:00

      @Sparker

      « des propositions mais elle ne rentre pas dans le cadre législatif alors quelles sont cohérentes et saines »

      Qu’en savez-vous ? Sans doute pas plus que moi. Et pour cause : les dossiers n’ont pas encore été déposés.

      Je viens de vous mettre un peu plus haut un lien sur l’installation en agriculture" vu par les Jeunes Agriculteurs. On est à mon avis bien loin des perspectives énoncées par certains zadistes de manière lapidaire.


    • capobianco 17 avril 09:01

      @Fergus
      «  les dossiers n’ont pas encore été déposés. »


      Ciriaco, quelques réponse plus avant, affirmait que des maisons avaient été détruites alors que les habitants avaient déposé « légalement » leur dossier. Vous ne l’avez pas contredit, cela infirme-t-il votre obsession légaliste ou il a menti ?
      Ceci dit, une telle « démonstration de force » de macron s’appuyant sur la sacro sainte légalité me parait ridicule. La discussion avec ces gens aurait du être le préalable à toute posture répressive. Le risque de dérapage pour affirmer la « légalité républicaine » quelle stupidité quand on sait comment certains « s’arrangent » avec cette légalité : évasion fiscale, quasi impunité et justice à deux vitesses pour les élus entre autre (affaire tapie, cahuzac, balkani, sarkosi etc) sans parler de l’attaque en Syrie....
      Ici votre légalité se veut absolue, immédiate et implacable alors qu’il était possible de discuter, s’écouter voir d’adapter pour éviter cette action démesurée et couteuse. Une certaine conception de gouvernance donc, conciliant avec les « forts » et ferme avec les faibles....
       

    • Fergus Fergus 17 avril 09:14

      Bonjour, capobianco

      A ma connaissance, seule la « ferme des 100 noms » a été détruite, apparemment sur décision de la préfète. Toutes les autres constructions (de bric et de broc le plus souvent) qui s’inscrivent dans un projet agricole ont été épargnées et le seront jusqu’au 23 avril, date limite de dépôt des demandes à la Chambre d’Agriculture.

      « La discussion avec ces gens aurait du être le préalable à toute posture répressive. »

      « votre légalité se veut absolue, immédiate et implacable »

      Vous plaisantez ! Les zadistes ont déjà disposé de 3 mois de délai (jusqu’au 31 mars) pour déposer leur projet et prendre des contacts avec la Chambre d’Agriculture dans le but de pérenniser leur présence à NDDL. Or, que s’est-il passé jusque-là ? Néant ! Et, malgré le nouveau délai prolongé jusqu’au 23 avril, ils continuent manifestement de faire le mort, ce qui indique malheureusement : soit qu’ils n’ont pas de réel projet, soit qu’ils veulent aller à l’affrontement, manipulés par les infiltrés radicaux dont personne ne nie la présence à NDDL.


  • ZenZoe ZenZoe 16 avril 11:29

    Bonjour Fergus,
    Les trois lettres Z.A.D. signifient moins « Zone À Défendre » que « Zone d’Autorité à Détruire »

    Vous avez tout dit dans cette phrase.
    On n’est plus dans la résistance à un projet d’infrastructure, on n’est pas non plus dans la revendication d’un projet agricole, on est dans un bras de fer purement politique, avec une cible, une seule : Macron et son gouvernement, voire carrément la République et l’état de droit ! Les zadistes veulent s’approprier un territoire et d’affranchir des lois qui le régissent. Question objectif, c’est exactement le même que pour les banlieues chaudes. L’état dehors ! Dès lors, peu importe ce que fait ou décide Macron, il aura toujours tort. Et peu importe qui est à la tête de l’état, il y aura toujours une opposition frontale.

    J’ai de la sympathie pour les néo-ruraux dans leurs baraques, leurs petits champs de salades bios et leurs quelques vaches. Je n’ai aucune sympathie pour les autres.
    Et autant je n’approuve pas la politique de Macron, autant je l’admire pour prendre ce problème à bras le corps, après des décennies de lâcheté de ses prédécesseurs. Au moins, lui essaie de replâtrer un peu le pays qui en a bien besoin. On ne peut pas lui enlever ça.
    Et je n’aimerais pas être à sa place, il a en face de lui un peuple réfractaire à tout « par principe ». Or, sans être facho, je ne pense pas qu’un pays qui n’arrive pas à faire respecter ses lois puisse tenir longtemps.
    Quand il y a un seul Astérix, ça va, quand il y en a 66 millions ça peut poser problème.


    • Fergus Fergus 16 avril 11:58

      Bonjour, ZenZoe

      Je n’ai rien à ajouter car je partage totalement votre analyse. Un grand merci à vous de l’avoir ainsi formulée !


    • CORH CORH 16 avril 12:48

      @Fergus
      C’est désespérant de voir brandir en permanence pour justifier une certaine forme violence le drapeau de la légalité a propos de NDL face a quelques jeunes plus ou moins en déshérence sans parler de ceux qui ont un projet respectable alors que nous avons en France une bonne centaines de zone de non-droit a savoir les banlieues ou sévissent trafics de drogue et réseaux Jihadiste, et où l’état ne manifeste guère son autorité, et ne parlons pas de notre classe politique championne d’Europe des démêlés avec la justice, une zone de non droit en col blanc..


    • Ciriaco Ciriaco 16 avril 12:56

      @ZenZoe
      Même Chirac, qui était pourtant connu comme étant un véritable prédateur dans les milieux politiques, disait qu’il fallait toujours laisser une marge à la population. Chirac, meilleur lecteur de Machiavel que Macron, cela ne fait pas de doute.

      Personnellement je suis ravi de voir des jeunes gens cultiver une autre approche de la vie. Y a t-il eu des documentaires mainstream sur cet aspect ? Quelle est leur parole ? Leurs volontés ? Rien (mais j’en posterez un issu de leurs activités, que je n’ai pas pour l’heure sous la main).

      Vous savez quel est l’avenir en milieu urbain de ceux qui choisissent la ZAD ? Précarité et exclusion. Ce n’est pas la loi ni le bon sens politique qui s’exercent dans cette question, c’est la légitimité d’un État qui ne l’est pas - et qui le démontre - sur ces questions.


    • Fergus Fergus 16 avril 13:05

      Bonjour, CORH

      Pour ce qui est de la « violence », il y a eu des sons de cloche contradictoires, et rien ne démontre que ce sont les gendarmes mobiles qui ont été à l’origine des affrontements.

      Quant à la « légalité », je ne vois pas où est le problème : il n’est pas tolérable dans la durée que soit maintenu sur le territoire un espace échappant à ladite légalité. Mais vous avez raison, cela vaut également pour les agissements existant dans certains quartiers où le droit est délibérément bafoué.


    • Ciriaco Ciriaco 16 avril 13:18

      @Fergus
      Je crois que les gendarmes sont arrivés en blindés sur la zone, équipés de différentes armes. Il ne me semble pas que ce soient les zadistes qui ont pris d’assaut une gendarmerie.

      Le récit de la première nuit.

      Quant à la légalité, elle n’est pas l’élément opératoire dans une force d’intervention. Celle-ci est un outil de coercition pour affirmer une autorité, alors que des discussions étaient attendues par tous les zadistes.


    • CORH CORH 16 avril 13:22

      @Fergus
      je dis « forme de violence » pas pour dire qu’il y a en l’occurrence une violence excessive mais quand on envoie les forces de l’ordre c’est bien pour exercer une forme de violence comme le disent les mots ’force’ et ’ordre’ ce n’est pas dans le but d’une concertation, il me semble.


    • Fergus Fergus 16 avril 13:42

      @ CORH

      Expliquez-moi comment on fait pour expulser des gens encadrés par des éléments radicaux venus là pour en découdre en envoyant, en lieu et place des gendarmes mobiles, une délégation de gentils fonctionnaires alors qu’un ultimatum court depuis des mois et ne reçoit en réponse que des bras d’honneur !


    • Ciriaco Ciriaco 16 avril 13:46

      @Fergus
      Vous vous êtes décidé à abandonner la lecture pour la télé ?

      Comme déjà signalé ici, la nature du lien social qui est mis oeuvre dans les ZAD n’entre pas dans les catégories administratives d’une société basé sur la propriété individuelle. Nombre d’habitats et de jardins sont mutualisés.

      En dehors de discussions au cas par cas et d’une souplesse adaptée à la réalité du terrain, il ne peut y avoir de résolution positive. D’où l’intervertion de la force et l’autorité, de la part de décisionnaires qui le savent parfaitement.


    • ZenZoe ZenZoe 16 avril 14:00

      @Ciriaco
      Comme quoi vous n’avez pas bien lu mon post, mais je récapitule volontiers : justement, je dis qu’on n’a pas affaire à des jeunes qui cultivent une autre approche de la vie. On a affaire à des casseurs violents. Vous êtes de mauvaise foi si vous refusez de voir que les manifestants les plus violents et les plus irascibles ne sont même pas concernés par les expulsions : ils viennent d’ailleurs tout spécialement pour en découdre.
      La plupart des occupants historiques de NDDL (des centaines) ont en effet été autorisés à rester, et seuls une trentaine de cabanes ont été détruites et les habitants ont été relogés, car eux n’y faisaient rien de concret ni d’utile.

      Chirac ? Oui bon, lui a laissé tellement de marge à la population comme vous dites qu’on voit maintenant le bordel monstre. Entre la marge et le manque de courage politique, il y a une nuance.


    • Ciriaco Ciriaco 16 avril 14:16

      @ZenZoe
      Prenez une zone sur laquelle vous voulez avoir du pouvoir. Bombardez. Filmez la violence de la résistance. Faites tourner en boucle. Vous avez votre opération.

      On ne vous montrera pas la reconstruction de la charpente de Gorbi tandis que les lacryo pleuvaient encore hier. Par courage, évidemment.

      Dès le début (dimanche/lundi 9-10 avril), les zadistes ont dénoncé ce qui pouvait devenir enjeu de radicalisation. Une caméra peut-être pour les entendre ? Pour défendre une agroécologie solidaire, il faut donc des barricades et du courage, du vrai !


    • ZenZoe ZenZoe 16 avril 14:56

      @Ciriaco
      Votre post pourrait s’appliquer exactement aux deux camps.

      Après, ce qui est en cause est la légitimité de la résistance. D’abord, il y a quand même le principe de base « force doit rester à la loi », sans lequel une société s’effondre.
      Ensuite, étant donné que les occupants dans leur immense majorité peuvent rester, vous voudrez bien expliquer ce que les manifestants veulent sinon l’affrontement pour l’affrontement.


    • Ciriaco Ciriaco 16 avril 16:10

      @ZenZoe
      Aux deux camps, à ceci prêt qu’il faut alors pouvoir discerner ce que chacun d’eux défend. Dans le premier l’autorité (ce n’est pas un élément de loi mais un élément de politique, la vache, je crois pas avoir fait l’ENA pourtant), dans le second, une alternative agricole et sociale pacifique répondant de bien meilleure façon que la précarité.

      Hier (je n’ai pas d’info aujourd’hui sur l’état de la situation) le carrefour de la Saulce était occupé par les gendarmes, ils s’attaquaient à la barricade des « Lascars », et la Zad était scindée en deux. Drôle de permis de rester.

      Vous savez ce qui se passe en ce moment ? Après intervention des blindés, l’État communique car l’opinion publique est majeure dans le rapport de force. Il est visiblement hors de question de tolérer un mode de vie et des productions alternatives sur le territoire. Voilà ce qu’est précisément la réalité d’une alternative dans un monde (contraitement à ce que vous croyez) très fortement ordonné.


    • velosolex velosolex 16 avril 18:20

      @CORH
      Bien vu, bien formulé...

      Peut être que Pernaud parlera de cela en ces termes au journal de 20 heures. Fallait pas désespérer Billancourt....
      Maintenant faut pas désespérer la banlieue ;
      ...
      2500 flics : Il y a de quoi faire, renforcer les brigades qui se mettent en danger à deux dans une bagnole et n’osent guère rentrer dans ces territoires perdus de la république, qui ne méritent même plus le nom de friche.

       Je plains les gens qui vivent la dedans, et qui regardent éberlués la disproportion des forces en présence sur cette zad, des jeunes humiliés par le piétinement de leur bien, et de leur culture, et d’un projet humaniste. 
      Nous somme loin des radicalisés, et ceux là n’ont jamais subi pareil traitement.. 

    • velosolex velosolex 16 avril 18:38

      @ZenZoe
      « FORCE DOIT RESTER A LA LOI ! « 

      Faut il aussi que la loi et son exécution soit respectable !
       Que valait ce slogan de brigadier chef sous Vichy. ?..Il existe aussi une loi morale, celle de Kant, qui va parfois à l’encontre de la loi officielle. On observe que tous les changements et les révolutions se sont construites sur les contestations des lois antérieures. 
      Généralement quand on vient à évoquer désespérément » la loi« c’est qu’elle est battue en brèche, et qu’on l’évoque en dernier argument, en tapant du pied, devant les esprits frondeurs, qui la prétendent soi dépassée, ou inadaptée aux faits et aux temps nouveaux. 
      L’état alors a deux possibilités, soit avancer des concessions, et transiger en s’adaptant, soi se raidir encore plus en réclamant » Toute la rigueur de la loi« ...Voir » Des exemples, des châtiments« ....C’est ce qui s’est passé pendant la commune de Paris. 
      Le tribunal de l’histoire traduira cela plus tard à sa manière ! Il montrera le grand, le pathétique, et l’arriviste, ainsi que le prophète, voir les héros, ou les inspirés..Et l’on verra là où ont a piétiné en préférant entretenir les privilèges de castres, et le court terme aux projets culottés et ambitieux, porteurs de jeunesse et de renouveau !. 
       Moralité : Ce sont rarement les gens, » le petit doigt sur la couture du pantalon !" qui font avancer le pays ! 

    • CORH CORH 16 avril 20:41

      @Fergus
      oui c’est évident on utilise la violence, mais ce qui pour moi fait différence avec d’autres hors-la-loi, c’est que ce ne sont pas des gens qui font de la violence un moyen au service de leur projet, lequel projet est clairement non nuisible pour d’aucun, pour vous peut être ? Ils sont seulement pour certains d’entre eux en dehors des règles, mais il est bien vrai que  « les braves gens n’aiment pas qu’on suive une autre route qu’eux » 


Réagir