jeudi 7 février - par Fergus

Présidentielle anticipée : on reprend les mêmes, et le vote blanc explose !

À la demande de l’hebdomadaire Marianne, l’institut IFOP vient de réaliser auprès des Français un sondage sur les intentions de vote des électeurs dans le cas d’un scrutin présidentiel anticipé. Les résultats en sont édifiants. Et de nature à faire grincer bien des dents dans les rangs de l’opposition non frontiste malgré une défiance accrue à l’égard du pouvoir en place… 

Disons-le tout net : sauf à voir se profiler dans les semaines à venir une présidentielle anticipée – dont chacun sait qu’elle n’a pas l’ombre d’une chance de voir le jour –, mesurer les forces en présence trois ans et demi avant la prochaine échéance ne permet en aucune façon de se projeter sur ce que sera le panorama politique français en 2022, a fortiori sans connaître l’identité des candidats officiels.

Le sondage réalisé par l’IFOP les 1er et 2 février auprès d’un échantillon représentatif de la population française en âge de voter n’en est pas moins intéressant à plus d’un titre car il nous offre des enseignements spectaculaires sur la vérité politique du moment que nous vivons. Et cela en pleine « crise des Gilets jaunes » et en totale ignorance des mesures qui seront annoncées par l’exécutif après synthèse des retours du Grand débat national officiel ainsi que des revendications collectées sur le territoire dans les cahiers mis à disposition par les mairies et les associations.

Dans le détail, ce sondage donne les résultats suivants : Macron, 30 % ; Le Pen, 27 % ; Mélenchon, 12 % ; Wauquiez, 8 % ; Hamon et Dupont-Aignan, 6 % ; Faure, 3 % ; Jadot, Lagarde et Lassalle, 2 % ; Poutou et Asselineau, 1 % ; Arthaud et Cheminade, moins de 0,5 %. 

À l’évidence, rien n’a été foncièrement modifié par la crise des Gilets jaunes dans les rapports de force politique entre les deux partis dominants : La République en Marche et le Rassemblement National. Tous deux sont même en net progrès – respectivement 6 et 5,5 points de plus – relativement au scrutin de 2017. Cerise sur le gâteau pour les caciques de LREM et du RN, leurs « champions » se détachent très nettement de leurs concurrents, manifestement en difficulté.

C’est notamment vrai pour les candidats Les Républicains et La France Insoumise qui régressent de manière très significative – respectivement de 12 et de 8 points – au point d’apparaître comme dangereusement distancés pour une hypothétique qualification de 2e tour en 2022. Des données qui pourraient clairement remettre en cause le leadership de ces formations pour peu que les résultats des Européennes du 26 mai et les projections sondagières nationales à venir confirment cet inquiétant étiage. 

Quant aux autres partis d’opposition, ils ne parviennent pas à améliorer leurs scores du printemps 2017 et n’ont, en l’état, pas d’autre perspective que d’être des forces d’appoint de 2e tour.

Les enseignements de l’IFOP ne s’arrêtent toutefois pas là. 9 % des personnes sondées se sont en effet prononcées pour un vote blanc, ce qui place de facto ce vote de défiance en 4e position du sondage, entre Mélenchon et Wauquiez. En étant multiplié par 5 – le vote blanc s’était élevé à 1,8 % en 2017 –, ce score démontre de manière éclatante l’ampleur croissante du rejet de la politique néolibérale conduite par l’exécutif. Un rejet dont les partis d’opposition, RN excepté, ne profitent pas, loin s’en faut.

Si le vote blanc était reconnu, les résultats du sondage de l’IFOP s’en trouveraient impactés comme suit : Macron, 27 % ; Le Pen, 24,5 % ; Mélenchon, 11 % ; Wauquiez, 7 % ; Hamon et Dupont-Aignan, 5,5 % ; Faure, 2,5 % ; Jadot, Lagarde et Lassalle, 2 % ; Poutou et Asselineau, 1 % ; Arthaud et Cheminade, moins de 0,5 %. 

Entre une Le Pen contenue et les autres candidats d’opposition lestés de semelles de plomb, Macron peut-il se réjouir des résultats de cette enquête de l’IFOP ? Certainement pas car ce sondage montre qu’en l’état actuel des choses, le vote blanc s’envolerait à… 19 % au 2e tour en cas de nouveau duel Macron-Le Pen. Du jamais vu sous la Ve République ! Et une redoutable donnée qui, pour l’IFOP, se traduirait, si le vote blanc était reconnu dans les suffrages exprimés, par une victoire à la Pyrrhus de Macron sur Le Pen par… 45,5 % contre 35,5 % !

De quoi sérieusement doucher la tentation du président de soumettre par référendum aux Français la reconnaissance de ce vote blanc comme cela est envisagé ici et là par les éditorialistes dans un possible package référendaire de sortie de crise.

Nul doute qu’à la lecture des résultats de cette édifiante enquête, il y aura tempête sous les crânes de plusieurs caciques, et notamment ceux de Macron, Mélenchon et Wauquiez ! 



289 réactions


  • 77777 7 février 18:15

    Rappelez moi qui dirige l’IFOP ?


    • marmor 7 février 18:33

      @77777
      IFOP, entreprise privée dirigée par une des familles les plus riches de France : les Dentressangle, plus connue dans le transport et l’emploi de chauffeurs polonais pour leur milliers de camions. Chez IFOP, le point de plus et à 30000 €, donc quand Macron gagne 6 points dans le sondage, il a payé 180000.00 balles. Les points en moins chez les concurrents sont un peu moins chers : 20000 pour faire chuter Lepen ou Mélenchon d’un point . Pourvu que ça aide Macron, l’omniscient Fergus est prêt à toutes les compromissions, y compris de tenter de nous faire croire qu’il croit à l’honnêteté des sondages !!! Vous me ferez toujours rire Mr Fergus, mais vos faux nez sont toujours aussi rouges !


    • Fergus Fergus 7 février 18:45

      Bonsoir, 77777

      Stéphane Truchi, Président du directoire et Christophe Jourdain, Directeur général.
      Frédéric Dabi est DGA. C’est lui qui supervise les études d’opinion.

      Et alors ???


    • Fergus Fergus 7 février 18:50

      Bonsoir, marmor

      Vous êtes en plein fantasme  ! Les résultats des enquêtes politiques de l’Ifop sont très proches de celles des instituts concurrents. Je sais que c’est agaçant.

      Je note que lorsque l’Ifop mesure un taux élevé de soutien de la population française aux Gilets jaunes, personne ici  et surtout pas vous !  ne met en doute la fiabilité de cette donnée, bien qu’elle soit préjudiciable à Macron !!!


    • Paul Leleu 7 février 20:33

      @Fergus

      sondage guère différent de ce qu’on a vu ces dernières années...

      à prendre avec des pincettes. LR n’a pas de candidat charismatique, et l’électorat LR s’est clairement réparti entre Macron et Le Pen (ce qui est juste logique). Mais la survenue d’un candidat LR plus charismatique pourrait faire revenir à la boutique les électeurs... encore que ça ne change pas grand chose sur le fond. L’opposition RN-LREM prenant le relais de l’opposition UMP-PS...

      Pour Mélenchon, le 12% est plutôt un excellent sondage... surtout après les campagnes judiciaires contre lui... regardez les sondages de Mélenchon à 8 ou 10 mois de chaque présidentielle : il était entre 5 et 8%... et il a fini à 11,1% et 19,2% après avoir mené campagne... Contrairement à ce qu’on dit, Mélenchon n’a pas que « siphonné des électeurs du PS », car ceux-ci sont majoritairement partis chez Macron ou Hamon. Donc, Mélenchon, en faisant campagne à chaque fois, est capable de lever de l’électorat bien à lui. Avec 12%, c’est plutôt un excellent départ. A la limite, même si tout le monde lui tombe sur le paletot, il reste le seul capable de fédérer une alternative dans ce pays.

      Sur le vote blanc, il faut comparrer à l’absention... et faire le total... voir si les abstentionnistes ne basculent pas vers le vote blanc à l’occasion d’un effet de mode « gilet-jaune ».

      En tous cas, si ce sondage se vérifie dans les urnes, il est une sévère leçon pour les gilets-jaunes : il ne suffit pas de contester bruyamment et de se monter le bourrichon sur Facebook. Il faut aussi se tourner vers le Peuple de France, et lui proposer un réel projet politique et culturel.


    • Eric F Eric F 7 février 21:43

      Le résultat des élections a toujours été conforme aux fourchettes des sondages (incertitude env. 3%), ceux-ci sont doc significatifs de l’état réel de l’opinion à l’instant t (la campagne change évidemment les choses). Il faut en tirer l’enseignement qu’après un creux en fin novembre/début décembre, Macron a retrouvé son électorat coeur de cible (incluant les vallsistes, bayrouistes et juppéistes de naguère).
      Difficile d’interpréter cependant les prévisions de vote blanc, qui peuvent correspondre aux « sans opinion » des anciens sondages, autant que « aucun des candidats présentés ». Mais si le vote blanc est pris en compte dans le comptage, certainement des abstentionnistes par rejet se déplaceront pour voter blanc, ce que j’aurais fait en 2017 dans une telle hypothèse.
      La faible incidence de l’« effet gilets jaunes » sur les grands équilibres est assez surprenant, il semble qu’il y a bel et bien reflux, par lassitude et perplexité (divisions, manque de perspectives concrètes...), et en final c’est plutôt la droite de la droite qui progresse un peu, pas la gauche de la gauche.


    • Fergus Fergus 7 février 22:00

      Bonsoir, Paul Leleu

      « Sur le vote blanc, il faut comparrer à l’absention... et faire le total... voir si les abstentionnistes ne basculent pas vers le vote blanc à l’occasion d’un effet de mode « gilet-jaune ». »

      Espérons que cela se vérifiera et ne sera pas seulement un « effet mode » : l’abstention est le pire des choix !

      « Il faut aussi se tourner vers le Peuple de France, et lui proposer un réel projet politique et culturel »

      Entièrement d’accord avec vous sur ce point.


    • marmor 7 février 22:54

      @Fergus
      C’est pas grave, j’ai beaucoup d’autres informations fiables que vous n’avez pas. Ceci est juste une babiole. A bientôt !!


    • HELIOS HELIOS 8 février 03:54

      @Fergus
      il y a tres peu de temps, j’ai donné mon avis la... c’est curieux, non ?


    • jmdest62 jmdest62 8 février 07:23

      @Fergus
      Salut
      Commentateur de sondage .....vous cherchez à postuler chez BFM , cnews ou rmc  ?????
      et l’abstention ...vous avez oublié l’abstention , du coup votre analyse  smiley

      @+


    • Fergus Fergus 8 février 09:15

      Bonjour, jmdest62

      « Commentateur de sondage .....vous cherchez à postuler chez BFM , cnews ou rmc » 

      En aucune façon, évidemment. Ce que je souhaiterais, c’est que sur ce site comme ailleurs, l’on cesse de fantasmer sur des scénarios improbables pour envisager l’avenir politique de manière pragmatique, autrement dit en ayant conscience des forces et faiblesses des uns et des autres.

      L’abstention est la pire des réponses en politique ! A cet égard, j’approuve la création de listes Gilets jaunes car elles ont des chances d’être en rupture avec les pratiques partisanes actuelles et de rallier des abstentionnistes.


    • Ruut Ruut 8 février 10:31

      @Eric F
      Correction, le résultat des élections a toujours été conforme a l’exposition médiatique (incertitude env. 3%).
      Tu prend le % d’exposition médiatique et tu as le résultat de l’élection.

      Ce n’est pas pour rien que nos oligarques contrôlent TOUS les médiats et font tout pour censurer le net, seul espace de liberté et de vérité informationnelle.


    • jmdest62 jmdest62 8 février 11:09

      @Fergus
      L’abstention est la pire des réponses en politique !


      Ben , pour le moment , j’trouve pas !
      Tant que les règles des scrutins n’auront pas été changées, C’est à dire tant que le vote blanc ne sera pas reconnu et l’élection annulée en cas de majorité de votes blancs , vous pourrez faire toutes les analyses et interprétations que vous voudrez , vous pourrez même vous indigner...... mais au final blanc ou abstention ce sera toujours « Kif-Kif ».
      @+


    • marmor 8 février 13:26

      @pinott
      L’entreprise de transport est effectivement vendue, pas l’entreprise de sondages IFOP, détenue par la famille à 65% . !! Pas si menteur que ça !


    • haka 8 février 14:12

      @Fergus
      C’est Faux, L’ifop a toujours des résultats montrant un déclin du mouvement GJ par rapport aux autres instituts, toujours dans le sens du pouvoir depuis le début de la crise.


    • Yukimuras 8 février 14:44

      @77777
      Il est toujours intéressant de savoir qui donne les informations. Par exemple les instituts de sondage, qui influencent les électeurs appartiennent à qui ? CSA : groupe Bolloré, qui détient également le groupe Havas et plusieurs journaux gratuits. BVA : groupe Bolloré et Rothschild. IFOP : la présidente du MEDEF Laurence Parisot. IPSOS ; Pinault et Fidelity ( fonds d’investissement américain) SOFRES Fidelity Peut-on croire à l’objectivité des sondages ?


    • Fergus Fergus 8 février 14:46

      Bonjour, Ruut

      « Tu prend le % d’exposition médiatique et tu as le résultat de l’élection »

      Pas si simple, et parfois carrément faux !

      Un exemple emblématique : le référendum de 2005. Cette année-là, la quasi-totalité des médias a mené une campagne effrénée en faveur du OUI. Et au final, c’est pourtant le NON qui l’a nettement emporté ! Moralité : les médias sont impuissants à formater le vote du peuple lorsque celui-ci décide de voter selon sa conscience !


    • Fergus Fergus 8 février 14:50

      @ jmdest62

      « l’élection annulée en cas de majorité de votes blancs » 

      Cela n’a quasiment pas de chances d’arriver, et égard aux intérêts des uns et des autres qui favoriseront toujours les candidats qui servent lesdits intérêts.

      Mais en admettant que cela se produise, que se passe-t-il si le scrutin est annulé ? On reprend les mêmes  ou leurs clones  et l’on a de fortes chances d’obtenir un résultat à peu près identique. Que fait-on ? On recommence encore et encore ?


    • Fergus Fergus 8 février 14:56

      Bonjour, haka

      Non, ce n’est pas exact : le 17 janvier, date de la dernière enquête de l’Ifop sur les Gilets jaunes, cet institut donnait encore 58 % de soutien des Français au mouvement, soit à peu près ce qu’indiquaient les autres sondeurs. Un sondage Elabe réalisé quelques jours plus tôt donnait 60%. On est dans la marge d’erreur, rien de plus !


    • Yanleroc Yanleroc 8 février 15:07

      Proposer au lecteur de faux sondages comme celui de l’ IFOP, ne relève pas seulement de la propagande gouvernementale, mais pourrait être assimilé à une dérive droitière et sécuritaire de la part de l’ auteur, si l’ on ne se référait pas seulement à ses déclarations d’ amour pour la FI !

      En effet, la cote de popularité de notre président mal aimé (le 3ème) penche toujours plus à droite  !

      Après la dégringolade de l’automne, puis l’embellie de janvier ..., la popularité d’Emmanuel Macron stagne en février à un score modeste de 21% d’opinions favorables dans le baromètre mensuel YouGov réalisé pour Le HuffPost et CNews , et non pas à 30 %:

      quand macroun’ perd un point à gauche, il en gagne un à droite et extrême droite, idem pour la cote de Philippe !

      Mais les français qui ne sont, vraiment, ni de droite ni de gauche, s’ y trompent pas, comme on le voit dans le soutien apporté au mouvement des gilets jaunes qui augmente ce mois-ci à 64% ! 

      Ce sondage qui détruit Macron et que les médias nous cachent ! 


    • foufouille foufouille 8 février 15:35

      @Fergus
      on recommence jusqu’à un parti ait 50% de vote.


    • Fergus Fergus 8 février 15:47

      Bonjour, Yanleroc

      Bien sûr que Macron penche « toujours plus à droite », c’est une évidence, et c’est d’ailleurs ce qui engendre de plus en plus de tensions dans les rangs de LREM.

      Quant à dire de ce sondage de l’Ifop qu’il est « faux », c’est se voiler la face afin de ne pas voir la réalité de l’état de l’opinion. 


    • Fergus Fergus 8 février 15:51

      Bonjour, foufouille 

      Impossible, et tu le sais, pour des questions d’organisation, de logistique et de coût. Qui plus est, l’abstention risquerait d’augmenter de manière significative au détriment de la légitimité future de l’élu.

      Dès lors, la probabilité serait qu’un vote serait invalidé une fois, après quoi le candidat arrivé en tête lors du 2e scrutin serait donné vainqueur !


    • foufouille foufouille 8 février 16:05

      @Fergus
      si c’est possible sinon il faut un système comme en suisse. les partis doivent comprendre que c’est la majorité des électeurs qui est à satisfaire.


    • tibidi 8 février 16:32

      @77777 je ne peux pas croire que Macron soit à 30 %.
      Les ménagères de + de 50 ans, accros à TF1 donc mal informées, adorent toujours autant ce morveux propre sur lui et capable de débattre pendant 6 heures.
      Je suis sûr qu’elles voient là une métaphore sexuelle.
      Mais 30 % ? Nan, sérieux ??


    • Fergus Fergus 8 février 16:40

      Bonjour, tibidi

      Ne pas oublier les classes moyennes supérieures et les retraités qui restent majoritairement accros à Macron. Ni les électeurs de droite partisans de l’« ordre » qui se rallient à Macron par détestation des Gilets jaunes !


    • Attila Attila 8 février 17:01

      @tibidi
      En 2017, Fillon a fait 20% des voix. Maintenant, Wauquiez ne recueille plus que 8% des intentions de vote : Macron a siphonné les votes des Républicains.
      Ce n’est peut-être pas la seule explication mais c’en est une.

      .


    • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 8 février 18:21

      @Fergus

      Ben , il reste cette solution, ( et perso, elle ne me gênerait pas !)


      @+ P@py




    • Fergus Fergus 8 février 18:45

      Bonsoir, Gilbert Spagnolo dit P@py

      Sans moi !


    • tibidi 9 février 10:53

      @Attila Bonjour, vous avez raison. Et c’est à rapprocher de ce qui s’est passé en 2002. Jospin est en tête suivi de Chirac, JM Le Pen et Pasqua.
      Dans un timing parfait, Pasqua se retire ; ses voix vont pour moitié à Chirac, pour moitié à Le Pen.
      Résultat, Jospin est gros Jean comme devant (éliminé).
      L’équipe de Chirac a manoeuvré comme un pacha de porte-avions.
      Parmi d’autres, Roselyne Bachelot, sera remerciée par un poste de Ministre des Sports, ce qui lui permettra de visiter des vestiaires remplis de rugbymen ruisselants ...


    • Fergus Fergus 9 février 11:35

      Bonjour, tibidi

      C’est vrai mais Jospin a aussi payé un manque de pugnacité, un manque de lucidité stratégique et des maladresses qu’il aurait pu éviter, du genre « Ce n’est pas moi, c’est mon frère » à propos de son passé trotskyste ou le calamiteux « l’Etat ne peut pas tout » asséné aux ouvriers de Renault Vilvoorde.


    • Aristide Aristide 9 février 11:47

      @Fergus

      le calamiteux « l’Etat ne peut pas tout » asséné aux ouvriers de Renault Vilvoorde.

      Ouais, surement moins sexy que les propos de tribune et les gonflements de biceps d’un Mélenchon sur tous les sujets, de l’UE que l’on change à toutes les promesses aussi enjôleuses qu’impossible à tenir. J’ai même entendu ici un LFI croire qu’il était anti-capitaliste.

      Il est vrai que pour une petite part des français, la reconnaissance des limites du pouvoir politique est une découverte récente. Habitués à entendre les leaders maximo promettre un avenir radieux et sans nuages.


    • Fergus Fergus 9 février 11:52

      Bonjour, Aristide

      Jospin avait évidemment raison sur le fond. Mais prononcer ce genre de phrase en pleine campagne a été une grosse erreur de communication.


    • Aristide Aristide 9 février 12:15

      @Fergus

      Pendant sa campagne, votre candidat préféré de premier tour avait une liste longue comme le bras des soutiens à des salariés d’entreprises liquidées ou mises en redressement judiciaire. Bon , aucune de ces entreprises n’existe encore mais il n’a pas fait de « grosse erreur de communication »

      Enfin, c’est la différence entre les escrocs et les vrais politiques. Quoique pour Jospin, c’est pas si clair non plus ...


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 7 février 18:34

    Aahh... ! l’ingénierie sociale ^^


    • Paul Leleu 7 février 23:23

      @bouffon(s) du roi

      bah... les sondages c’est pas pire que les « Cambridge analytica » de Steeve Bannon, le soutien des gilets-jaunes... vous savez, cet agent américain qui « fédère les populismes en Europe » à coup de millions depuis sont bureau de Bruxelles... Ce type qui soutient Orban, Salvini et Le Pen, pour rester dans l’UE et dans l’Euro, et faire une Europe des populistes, qui change tout pour ne rien changer... La « Face B » du système est en marche... Trump, Bolsonaro ou Juan Guaido sont les prototypes de notre liberté future... Ou Poutine, qui comme Orban, vient de « réformer » les retraites de son peuple...

      les gilets-jaunes sont persuadés que Facebook, You-Tube et RT France sont moins manipulés et infiltrés que les partis, les médias et les syndicats...

      le façonnement de l’opinion publique date de la nuit de temps... on avait les hagiographes et les curés, pour nous raconter des belles histoires... et les lois mémorielles (déjà !!) du temps des Armagnacs et des Bourguignons...

      il faut sortir des illusions puritaines... à mon sens le but n’est pas d’avoir une opinion « pure », mais une opinion qui lutte, qui avance collectivement à partir de là où elle est...


  • gruni gruni 7 février 18:35

    Bonsoir Fergus

    Oui, à part l’envolée du vote blanc qui vaut toujours plus que l’abstention, nous aurions le même président en 2022. Par contre, en cas de référendum, je pense que la question sur le vote blanc sera posée. Ce qui me satisfait pleinement puisque j’ai déjà voté blanc à l’élection présidentielle. Il est sympa, blanc, il ne ment jamais et ne fait pas de promesse.


    • Alren Alren 7 février 18:50

      @gruni
      Il est sympa, blanc, il ne ment jamais et ne fait pas de promesse.

      Si, il promet que Macron sera élu.
      Car le vote blanc et l’abstention frappent le plus les pauvres (et pauvres d’esprit) que les riches qui eux voteraient bien deux fois si c’était permis, ayant compris qu’au final le pouvoir dépend des lois donc des urnes, malgré les apparences.
      Les pauvres sont plus nombreux que les riches ou les bobos. Mais dans les urnes, c’est le contraire qui apparaît.


    • Fergus Fergus 7 février 18:54

      Bonsoir, gruni

      J’ai moi aussi voté blanc au 2e tour de la présidentielle. Et il va de soi que je serais satisfait qu’il soit enfin reconnu. Je pense que ce sera le cas, d’autant plus que cette mesure ne coûtera pas un sou à l’Etat. Il n’empêche que Macron va sans doute pas mal hésiter avant de donner le feu vert.


    • Alren Alren 7 février 18:58

      @Alren
      Il y a deux opposants sérieux à Macron Mélenchon et Le Pen.

      Du fait du réflexe « anti-extrême-droite » Le Pen qui serait incapable d’exercer son mandat, ne sera jamais élue.

      Mais en le plaçant derrière, loin derrière, les ennemis de Macron se disent qu’il est inutile de voter pour lui puisqu’il ne sera pas au deuxième tour.

      Or JLM est le seul, je dis bien le seul (avec Asselineau peut-être) qui inquiète les parasites sociaux.


    • gruni gruni 7 février 19:07

      @Alren

      « il promet que Macron sera élu ». Peut-être, mais entre deux candidats qui ne me conviennent pas, je préfère encore voter blanc. Quant aux abstentionnistes, qu’ils ne viennent pas se plaindre après.


    • Fergus Fergus 7 février 19:08

      Bonsoir, Alren

      Je pense que Le Pen ne sera effectivement jamais élue. Marion Maréchal serait un candidate beaucoup plus redoutable à la tête du RN.

      Le problème de Mélenchon, c’est qu’il s’est assez largement discrédité avec ses colères surjouées et ses envolées ridicules du genre « La République, c’est moi ! » Est-il encore en mesure d’être le candidat de LFI ? Je n’en suis pas sûr. Il appartiendra aux militants du parti d’en décider après les Européennes, au vu des résultats de celles-ci.

      Quant à Asselineau, je ne vois vraiment pas qui pourrait le craindre avec ses idées fixes (tout ce qui va mal est de la faute de l’UE), son langage techno et son charisme de bonnet de nuit.


    • leypanou 7 février 19:25

      @Fergus
      Le problème de Mélenchon, c’est qu’il s’est assez largement discrédité avec ses colères surjouées et ses envolées ridicules du genre ...  : je ne crois pas.

      Le segment politique qu’il veut occuper est déjà occupé par (dans la liste) Jadot, Hamon, O Faure, autrement dit la petite bourgeoisie écologiste humaniste. Dans la liste, cela fait déjà 10%.

      Qu’il continue avec son internationalisme et l’« Aquarius sauve des vies », il verra bien.

      Les départs de Kuzmanovic et Liém-Hoang Ngoc ne sont pas que des départs personnels : c’est tout le fonctionnement de LFI même qui est secoué, ainsi que le positionnement politique, à mon avis à coté de la plaque.


    • Fergus Fergus 7 février 19:30

      @ leypanou

      Qu’il y ait des frictions au sein de LFI, cela me semble évident. C’est pourquoi, je pense qu’il va être indispensable que les militants redéfinissent leur stratégie et revoient peut-être le leadership du mouvement après les Européennes. 


    • Attila Attila 7 février 19:30

      @leypanou
      Il est probable que Jean-Luc Mélenchon vise un électorat de niche qui lui permet d’être élu député, il n’ira pas plus loin. Comme Le Pen.


    • leypanou 7 février 19:34

      @Attila
      C’est exactement ce que je pense.


    • François Vesin François Vesin 7 février 20:13

      @Alren
      « Il y a deux opposants sérieux à Macron Mélenchon et Le Pen. »

      Ce Sondage vaut les 800 tonnes de viande polonaise avariées :
      on ne peut pas le vendre tel-quel tant il pue
      mais on arrivera toujours à le fourguer en plats cuisinés !!!
      Toute cette bande de guignols ne passera pas l’été :
      ça, ce n’est pas un sondage mais une certitude !!!


    • Fergus Fergus 7 février 20:21

      Bonsoir, François Vesin

      « Il pue » pourquoi ? Parce qu’il vous contrarie ?

      Personnellement, je suis opposé à Macron et à Le Pen. Je n’en considère pas moins cette enquête comme plausible, et cela d’autant plus qu’elle est cohérente avec les sondages effectués depuis des semaines par l’ensemble des instituts.


    • baldis30 7 février 20:34

      @Fergus

      bonsoir 
      partageant votre point de vue, et ainsi que je l’ai dit, comme le vote blanc n’est pas reconnu jusqu’à présent j’ai préféré la voie de l’abstention c’est encore plus clair.
      à pour renvoyer le mépris dont les deux candidats nous ont offert le spectacle
      bonnet blanc et blanc bonnet... 
      mais avec un doute sérieux que ce blanc ne soit pas autre chose que du vert-de-gris ....


    • troletbuse troletbuse 7 février 20:44

      @gruni
      Grounichou, le rémora de Fergus


    • troletbuse troletbuse 7 février 20:49

      @troletbuse
      Pour Grounikchou on peut mettre également : le poison collant ou la ventouse qui n’est pas sans rappeler un autre mot en ..ouze


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 février 20:50

      @Alren

      « lI y a deux opposants sérieux à Macron Mélenchon et Le Pen. »

      NON ! IL N’Y A PAS DEUX (2) ALTERNATIVES SÉRIEUSES À LA REPUBLIQUE EN MARCHE !

      La réalité, c’est qu’il y a 0 ( Zero) opposant sérieux À Macron. Or Macron, s’étant rendu odieux à une majorité des Français n’est même plus lui-même un candidat sérieux à sa propre succession. 

      Soyons donc sûrs que ceux qui tricotent la politique française sont déjà a chercher la JUMENT VERTE qui deviendra le prochain candidat providentiel pour créer un nouveau consensus de tous les bien-pensants. Un nouveau Macron. On trouvera un équivalent de centre-gauche du Macron de centre-droite de la derniére. il sera beau, poli, brillant comme Macron ... et, comme Macron, il viendra et repartira sans que rien ne change.  

      Quand il sera parti, on verra que, en dernière analyse, il a fait tout ce qu’il pouvait dans le contexte de la démocratie qui nous encadre et qu’on aurait bien tort de trop lui en vouloir.  On aura gagné un ou deux mandats avant de devenir VRAIMENT furax... Un gain net, car la fureur ne fait pas des lendemains qui chantent....

      PJCA


    • Eric F Eric F 7 février 21:55

      @Pierre JC Allard
      Contrairement à ce à quoi on pouvait s’attendre, l’enseignement des derniers sondages est que Macron finalement remonte la pente et retrouve son coeur de cible, et serait en mesure d’emporter un second tour. Ce n’est pas lié à sa force, mais à sa position centrale sur l’échiquier politique, et la relative faiblesse des opposants qui ont peu de marge de progression pour le second tour, et connaissent une certaine usure. D’ici 2022, des « nouvelles têtes » pourraient changer la donne, qui aurait parié un kopeck sur Macron il y a juste 5 ans ?


    • François Vesin François Vesin 7 février 22:19

      @Fergus
      « Il pue » pourquoi ? Parce qu’il vous contrarie ?

      Très cher Fergus
      bien sur qu’il me contrarie ! Est-ce vraiment une question pertinente
      que de demander à nos concitoyens de jouer à « retour vers le futur » ?

      Comprenez moi : tout est fait pour occulter la réalité et l’actualité et,
      dans ce sens, pour l’actuel président au regard de ses frasques « bénalesques »
      la question n’est pas de savoir ce qu’il adviendrait en cas de présidentielle
      anticipée mais plutôt serait-il autorisé à simplement oser s’y présenter !
      Si par ailleurs le cas paraît plus simple pour madame Le Pen, il me paraît
      absurde de continuer à évoquer une candidature Mélenchon perdue d’avance
      alors que l’arrivée de François Ruffin renverserait complètement la table !

      En synthèse, je trouve déplacé que Marianne joue à Madame Irma à propos
      d’élections présidentielles qui n’auront pas lieu et ne s’interroge pas plus
      sur ce qu’il adviendra demain si le régime commet la bavure de trop
      en manipulant sa police et sa justice jusqu’à un débordement fatal
      et que les Gilets Jaunes, et le peuple de France avec eux, décident
      d’y mettre un terme ! Pour les Gueules Cassée, l’actualité n’est pas un jeu !!


    • Fergus Fergus 7 février 22:27

      Bonsoir, baldis30

      Je persiste à penser que le vote blanc ou nul est préférable à l’abstention. Pour une raison simple : voter blanc ou nul implique de se déplacer dans un bureau de vote, s’abstenir, c’est se comporter comme ceux qui ne votent pas pour les plus mauvaises raisons.


    • Paul Leleu 7 février 23:36

      @leypanou

      « Les départs de Kuzmanovic et Liém-Hoang Ngoc ne sont pas que des départs personnels : c’est tout le fonctionnement de LFI même qui est secoué, ainsi que le positionnement politique, à mon avis à coté de la plaque. » ...

      d’accord avec vous sur ce point... mais je pense que ça correspond aux limites de Mélenchon et de son entourage étriqué... c’est ainsi... la gauche a affaire à 2 grands écueils : le gauchisme bien-pensant d’une part, et l’anarchisme mal-pensant d’autre part... entre l’Aquarius et les Gilets-Jaunes, faut trouver un chemin, quoi...

      (mais personnellement, j’irai pas cracher sur les migrants de l’Aquarius... quoi que j’en pense... le problème c’est l’immigration, pas les migrants...)


    • Paul Leleu 7 février 23:48

      @Alren

      « Les pauvres sont plus nombreux que les riches ou les bobos. Mais dans les urnes, c’est le contraire qui apparaît. ».

      d’accord avec vous... je ne dis pas que le blanc ou l’abstention ne se justifient jamais...

      mais je n’aime pas ce discours pseudo-radical des anarchistes (et autres) qui consiste à prôner l’abstention, pour finir pas laisser un boulevard aux candidats les plus bourgeois...


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 février 01:49

      @Eric F

      J’ai l’impression que nous sommes d’accord sur ce qui se passe et ce qui se passera... et l’acceptons avec fatalisme, Mon excuse est d"être bien vieux.... En avez-vous une ? Ou y allez-vous d’un coeur léger.... ?

      PJCA


    • Cadoudal Cadoudal 8 février 01:53

      @Pierre JC Allard

      On a gagné, on a gagné...

      Le « New York Times » tire le portrait d’Éric Zemmour sur 20 pages

      « Quand vous représentez 1 % de la population mondiale et quand nous voyons 1,5 milliards d’Africains à nos portes qui, au nom des Droits de l’Homme, veulent s’installer en France, je dis que les Droits de l’Homme sont la mort de la France »

      Zemmour ne méprise pas seulement le politiquement correct, mais il ne semble pas du tout affecté par la contrainte qu’il peut engendrer. « Zemmour a l’œil du journaliste pour ce qui est de la chose sous-déclarée, le bon angle », dit Pierre-Emmanuel Gobry. « Il est très, très bon pour constater des faits, pour dire : « Ceci est en train d’arriver ». Gobry a évoqué le travail auquel Zemmour a fait allusion dans une interview : « La France Périphérique. » Etude phare datant de 2014 du géographe français Christophe Guilluy sur la classe moyenne inférieure dans les zones rurales et périurbaines du pays. « Guilluy est un membre de la gauche et il a une légitimité universitaire, alors maintenant tout le monde a le droit de dire ce qu’il dit », dit Gobry. « Mais Zemmour le disait avant. »

      https://www.nytimes.com/2019/02/06/magazine/eric-zemmour-france-far-


    • jmdest62 jmdest62 8 février 07:39

      @Fergus
      "Est-il encore en mesure d’être le candidat de LFI ? Je n’en suis pas sûr.

      "
      Pour apporter un éclairage complet à vos lecteurs vous auriez pu rappeler les résultats des sondages au début de la campagne de 2017 et les résultats de l’élection.....mais vous ne l’avez pas fait .......
      votre candidature chez BFM a de bonnes chances d’aboutir ...
      l’absence de recul et de profondeur dans des commentaires basés sur du vent c’est exactement ce qu’il leur convient.
      @+


    • jmdest62 jmdest62 8 février 07:50

      @jmdest62
      oups « ...ce qui »


    • Fergus Fergus 8 février 09:23

      @ jmdest62

      Mon propos n’était pas de retracer le parcours des candidats de 2017 durant leur campagne.

      Cela dit, je reconnais bien volontiers que Mélenchon a, contrairement à 2012, fait une excellente campagne présidentielle, et c’est pourquoi j’ai voté pour lui sans état d’âme, contrairement à 2012. Dommage que, l’élection passée, il soit retombé  et lourdement  dans ses excès passés, le comble du grotesque ayant été atteint lors de la perquisition au siège de LFI.

      Un mot encore : je vous remercie de prendre le temps de venir commenter « du vent » !  smiley


    • jmdest62 jmdest62 8 février 10:56

      @Fergus
      "je vous remercie de prendre le temps de venir commenter « du vent » ! 

      « 
      C’est mon côté »poète"  smiley

      Plus sérieusement , sauf à vouloir contribuer à l’enfumage ambiant , je ne comprends pas qu’un citoyen comme vous , aussi « au fait » de la politique et de ses aléas et rebondissements , puissent se laisser distraire par tous les sondages qui passent ......
      @+


    • jmdest62 jmdest62 8 février 11:14

      @Fergus
      "Mélenchon a, contrairement à 2012, fait une excellente campagne présidentielle, et c’est pourquoi j’ai voté pour lui sans état d’âme, contrairement à 2012"
      °
      Seriez vous en train de me dire que vous votez plus pour la qualité de la campagne que pour la crédibilité du candidat et le sérieux de son programme ?  smiley

      @+


    • Fergus Fergus 8 février 15:02

      @ jmdest62

      Précisément, je vote toujours sur le programme. Si c’était pour le candidat, je n’aurais pas voté Mélenchon en 2012 !

      Je ne me laisse pas « distraire » par les sondages. Comme indiqué ailleurs sur ce fil, je les trouve utiles parce qu’ils remettent les pendules à l’heure relativement aux intervenants qui prennent leurs désirs pour des réalités, ce qui constitue à mon avis une faute stratégique majeure face à un adversaire aussi pugnace que Macron !


    • Attila Attila 9 février 10:00

      @Fergus
      Là, par contre, vous utilisez un procédé intellectuellement indéfendable :
      "Quant à Asselineau, je ne vois vraiment pas qui pourrait le craindre avec ses idées fixes (tout ce qui va mal est de la faute de l’UE) "
      Il existe un grand ensemble : les choses qui ne vont pas. A l’intérieur de ce grand ensemble, il existe un sous-ensemble : les choses qui ne vont pas /à cause de l’Union Européenne.
      François Asselineau n’a jamais dit que tout ce qui va mal est la faute de l’UE, que le conflit entre les États-Unis et la Corée du Nord était la faute de l’UE, que les tsunamis étaient la faute de l’UE,etc.
      La mission que s’est donné FA est de nous informer de tout ce qui ne va pas / à cause de l’UE. En affirmant que FA dit que tout ce qui va mal est de la faute de l’UE, vous commettez une extrapolation abusive, un amalgame entre deux choses différentes.
      Un point de vue valable se défend avec des procédé intellectuellement honnête. A partir du moment où l’on se sent obligé de défendre son point de vue avec des procédés inacceptables, vos interlocuteurs comprennent que votre point de vue ne tient pas la route.

      .


    • Fergus Fergus 9 février 11:27

      @ Attila

      « François Asselineau n’a jamais dit que tout ce qui va mal est la faute de l’UE »

      Si, quasiment ! C’est même ce qu’il n’a cessé d’affirmer lorsqu’il a eu la parole durant le débat de 1er tour de la présidentielle.

      Et surtout c’est ce que n’ont cessé sur ce site d’asséner les militants et salariés de l’UPR Fifi brind’acier et ses milliers de commentaires en tête  qui n’ont jamais mis en avant la moindre avancée européenne, mais toujours ciblé les problèmes en les imputant à la politique de l’UE.

      Et cela sans jamais admettre que les directives de la Commission sont le plus souvent les transcriptions des orientations du Conseil européen, et donc des chefs d’Etat et de gouvernement.

      Et sans jamais admettre non plus que, sur un certain nombre de sujets, les gouvernants français agiraient de la même manière hors UE !

      Qui plus est, pour avoir suivi des conférences d’Asselineau il y a quelques années parce que sa démarche m’intéressait, j’ai pu constater à quel point il ment sur un certain nombre de sujets. J’ai même consacré un article à cela en 2014 : Euro-régions : le mensonge récurrent de l’UPR.

       


    • Fergus Fergus 9 février 11:29

      J’ajoute que si je suis un européen convaincu, je suis opposé à l’UE qui est sortie du traité de Lisbonne. C’est d’ailleurs pour combattre cette Europe libérale et corsetée que j’ai voté en 2005 contre le projet de traité constitutionnel qui nous était soumis !


    • troletbuse troletbuse 9 février 11:51

      @Fergus
      Ca fait bien 20 fois que vous nous ressortez cet histoire de mensonge reéurrent. C’est un peu faible. Vous avez vu les grandes régions qui se font ? Avec plus d’élus qu’avant bien sûr. Dans la région Grand-Est,il y a un nombre important de Français qui vont travailler au Luxembourg ou en Allemagne. Alors pourquoi ne pas fusionner ces régions avec la région allemande adjacente ? Cela se fera, vous verrez. Pour le Luxembourg, je pense que cela ne se fera pas (100 000 français y bossent) car on ne va quand même pas dissoudre la France avec le pays qui permet la grande lessive de l’argent sale et qui facilite l’évasion fiscale. Les Français n’ont qu’à payer. Combien la France donne à l’Europe chaque année ? 9 milliards je crois. Ca fait beaucoup surtout dans le but de désindustrialiser la France et d’appauvrir les Français.
      Les habitants des l’anciennes régions Champagne-Ardennes et de la Lorraine n’ont aucun point commun avec l’Alsace. Sauf pour les casques à pointes comme votre copain.


    • Attila Attila 9 février 13:34

      @troletbuse
      "Ca fait bien 20 fois que vous nous ressortez cet histoire de mensonge récurrent. C’est un peu faible. Vous avez vu les grandes régions qui se font ? "
      Ben oui, la réalité donne raison à Asselineau sur ce point.
      Si on veut critiquer FA, autant taper juste : son manque de culture scientifique, ses grandes explications historique où il lui arrive parfois de prendre ses désirs pour la réalité.
      François Asselineau est un homme normal, il n’est pas parfait. Celui qui exige des candidats parfaits est condamné à laisser élire des Macrons ou pire jusqu’à la fin des temps.

      .


    • Alren Alren 9 février 17:08

      @Fergus
      En quoi cela consisterait que le vote blanc soit reconnu ?
      Qu’au deuxième tour de la présidentielle par exemple, il y aurait trois candidats : les deux qui ont eu le plus de voix au premier tour et un fantôme recevant le vote blanc ?
      Et qui serait élu ?
      L’humain qui aurait obtenu le plus de voix !
      Car même si le vote blanc était majoritaire, il serait inconcevable d’annuler l’élection voulue par la Constitution.

      Mais cette hypothèse est irréaliste : la grande majorité des gens qui ne veulent ni d’un candidat ni de l’autre préféreront « aller à la pêche » que se déplacer pour un vote inutile.

      Le vote équitable serait le vote par points en un seul tour.
      (Il faudrait construire des urnes dans les isoloirs où les points seraient marqués un par un sur des rubans de papier : pas de machines électroniques toujours piratables et des rubans restant comme preuve de la sincérité du résultat car impossibilité de bourrer les urnes.)

      Si un électeur ne veut aucun des huit ou dix candidats comme président, il lui suffirait de voter en ne donnant aucun point.


    • Alren Alren 9 février 17:13

      @Alren

      PS ; Un test de ce vote par points a été organisé par des universitaires dans un bureau de vote ayant finalement élu Macron lors du premier tour de la dernière présidentielle.
      Devinez qui a eu le plus de points ? Mélenchon !

      C’est pourquoi une adaptation du système par points ne sera jamais adoptée car le vote doit rester inéquitable !


    • Fergus Fergus 9 février 19:11

      Bonsoir, Alren

      Le cas  volontairement fantaisiste  que vous évoquez pour la présidentielle n’existerait évidemment pas : seuls les deux candidats arrivés en tête au 1er tour continueraient d’être qualifiés. Ce qui changerait, c’est que leur score de 2e tour serait calculé sur les exprimés comptant les votes blancs et leur donnerait de facto une légitimité moindre si les électeurs l’ont voulu ainsi.

      Mais cela changerait beaucoup de choses aux Législatives car l’introduction des votes blancs dans les exprimés jouerait sur le seuil d’élimination et exposerait plus de candidats à un risque d’élimination dès le 1er tour. Dès lors, l’on peut penser que de nombreux partis auraient intérêt à faire cause commune.

      Cela dit, le « vote par points » n’est pas une mauvaise idée en soi. Mais qui présente deux graves défauts : 1) Disperser le scrutin sur un nombre très élevé de listes. 2) Exposer le vote à des trucages par des mots d’ordre stratégiques visant à placer des candidats inconnus ou fantaisistes devant les vrais adversaires pour en diminuer le poids !!! 


    • Fergus Fergus 9 février 19:14

      @ Alren

      « Devinez qui a eu le plus de points ? Mélenchon ! »

      Cela ne démontre pas grand chose, eu égard à l’échantillon en question tant il est typé.


    • Alren Alren 9 février 19:45

      @Fergus
      « Cela ne démontre pas grand chose, eu égard à l’échantillon en question tant il est typé. »

      Pas si typé que ça puisque avec le scrutin officiel c’est Macron qui a gagné au deuxième tour, Mélenchon n’y participant pas.


    • Alren Alren 9 février 20:03

      @Fergus
      « Ce qui changerait, c’est que leur score de 2e tour serait calculé sur les exprimés comptant les votes blancs et leur donnerait de facto une légitimité moindre si les électeurs l’ont voulu ainsi. »

      Une légitimité moindre ne leur ôterait aucune parcelle de pouvoir.
      Vous croyez que Macron est « légitime » aujourd’hui ?

      « Mais cela changerait beaucoup de choses aux Législatives car l’introduction des votes blancs dans les exprimés jouerait sur le seuil d’élimination et exposerait plus de candidats à un risque d’élimination dès le 1er tour. Dès lors, l’on peut penser que de nombreux partis auraient intérêt à faire cause commune. »

      Je ne suis pas persuadé que deux partis ayant des idées différentes puisque n’ayant pas cru bon de fusionner, il en ressortirait plus de transparence et d’honnêteté s’ils faisaient cause commune pour avoir un élu dans le cadre du scrutin uninominal.

      « Cela dit, le « vote par points » n’est pas une mauvaise idée en soi. Mais qui présente deux graves défauts : 1) Disperser le scrutin sur un nombre très élevé de listes. »

      Il n’y a pas plus de dispersion que dans le mode de scrutin uninominal actuel !
      Mais cela permettrait au contraire d’ajouter au vote réaliste, au vote par rejet des autres candidats susceptibles de gagner un vote positif pour un candidat qui, aux yeux de l’électeur, est le meilleur mais n’a aucune chance de l’emporter. Et c’est avec ce système que la légitimité du vainqueur serait limitée pour le plus grand bien de la démocratie.

      « Exposer le vote à des trucages par des mots d’ordre stratégiques visant à placer des candidats inconnus ou fantaisistes devant les vrais adversaires pour en diminuer le poids !!! »

      Les candidats peu connus comme Asselineau y trouveraient leur compte : non élu mais pris en considération. Personnellement je lui aurais donné des points si j’avais pu. Un peu moins évidemment que pour Mélenchon !
      Les candidats fantaisistes doivent être écartés par un système de caution ou de soutien par une pétition. Et puis ne prenons pas les électeurs pour des imbéciles : n’y a-t-il pas des candidats qui font moins de 1% des voix dans le système actuel ? Il en serait de même pour les points.


  • Attila Attila 7 février 18:53

    Je demande la dissolution des électeurs !

    .

    Merci pour l’info, Fergus. Je ne pense pas que Marianne ait demandé d’orienter le sondage, on peut le considérer comme fiable.

    .


    • Fergus Fergus 7 février 18:58

      Bonsoir, Attila

      On ne voit en effet pas où pourrait être l’intérêt de Marianne. Un magazine qui n’est pas spécialement macroniste et pas du tout frontiste.

      Or, ce sont bien Macron et Le Pen qui tirent le mieux leur épingle du jeu dans ce sondage dont il faut toutefois considérer les résultats comme un simple indication de l’humeur du moment.


    • Paul Leleu 7 février 20:40

      @Attila

      « Je demande la dissolution des électeurs ! » ...

      comme disait ironiquement Bertold Brecht : « le peuple a mal voté, il faut changer de peuple »...

      il est clair que les agités du bocal de ces derniers temps sur internet avec les gilets-jaunes vont devoir revoir leurs grandes diatribes, si ce sondage se confirme dans les urnes...

      il ne suffit pas de hurler contre les moeurs (réelles ou supposées) de Macron, et sur les zélites... il faut aussi savoir proposer une alternative...

      et passer de la dénonciation à la proposition, demande un autre genre d’hommes...


    • Attila Attila 8 février 17:40

      @Paul Leleu
      « il faut aussi savoir proposer une alternative... »
      Après la construction d’un projet politique pour les élections, il y a une étape encore plus redoutable : intéresser les électeurs.
      Imaginons qu’un candidat parfait pour 80% des électeurs se présente pour la première fois. Sa personnalité ne souffre d’aucun défaut : il présente bien, son honnêteté et sa sincérité ne peuvent être mis en doute et il ne traîne aucune casserole. Il a prouvé sa compétence et jouit d’une grande expérience, son projet bénéficie à 80% des électeurs , notamment les classes populaires.
      .
      Si son projet est bon pour 80% des électeurs, y compris les plus pauvres, il empiète forcément sur les intérêts des plus riches. Ce candidat aura donc du mal à financer sa campagne électorale et les médias des riches l’étoufferont en silence et tenteront de le faire passer pour un hurluberlu comme tous les « petits candidats ».
      .
      Comment ce candidat va-t-il se faire connaître des électeurs ? Avec le pouvoir et les médias actuels entièrement au service des puissances de l’Argent, c’est mission impossible. Sauf que, et nous n’avions pas cela au siècle dernier, l’information circule sur Internet.
      .
      C’est donc à l’électeur que revient la responsabilité de s’informer pour voter en connaissance de cause. Pour l’instant, seule une minorité d’électeurs fait ce travail minimal d’information.
      Pour moi, la bataille la plus importante est celle de l’information : mettre les électeurs face à leurs responsabilités.

      « Vous assumez ce que vous avez élu ! C’était y’a deux ans qu’il fallait réfléchir ! »
      .


  • leypanou 7 février 19:10

    Dans le détail, ce sondage donne les résultats suivants : Macron, 30 % ; Le Pen, 27 % ; Mélenchon, 12 %

    ... : peut-être que les Français se rendent compte enfin que la prétendue transition écologique n’est qu’une manière de faire leurs poches. Pareil pour les 80 km/h (350 millions d’€ sont escomptés avec sous couvert de sauver des vies).

    Quand des milliers de cinglés manifestent pour la prétendue Marche pour le Climat, on ne peut qu’être étonné de tant de naïveté.

    En insistant à fond sur l’écologie, cheval de bataille des petits-bourgeois plus ou moins bobos (genre DCB, Jadot, Duflot, etc), ainsi que l’humanisme à la sauce Soros, LFI n’a toujours pas compris qu’elle a enfourché le mauvais cheval.

    Déclarer qu’on est internationaliste çà fait plaisir aux trotskistes-like mais coupe les ponts d’un segment important de l’électorat populaire.

    De toute façon, l’oligarchie se contentera très bien de MLP car dire que le vrai clivage est entre les nationaux et les mondialistes, c’est exactement çà.

    Une petite lecture pour rappel.


    • Fergus Fergus 7 février 19:23

      Bonsoir, leypanou

      LFI reste, à mon avis, la meilleure chance de terrasser la droite néolibérale au pouvoir. Encore faudrait-il, à mon avis, que ce parti revoie sa stratégie politique sous un angle nettement plus pragmatique, notamment sur la question de l’immigration.
      Le RN, je n’y crois pas un instant : ce parti reste la meilleure chance des macronistes.


    • leypanou 7 février 19:33

      @Fergus
      LFI reste, à mon avis, la meilleure chance de terrasser la droite néolibérale au pouvoir 

       : LFI ne terrassera rien du tout (comme le PCF qui ne sera jamais majoritaire).

      Vous n’avez aucune idée des conséquences du propos tenu lors des présidentielles de 2017 « en 2050, d’après l’ONU, il y aura 250 millions de réfugiés climatiques qu’il faudra bien se partager ». Pour moi, c’est le trotskiste qui a parlé, avec leur internationalisme (O Besancenot aurait pu dire la même chose d’ailleurs).


    • Fergus Fergus 7 février 19:54

      @ leypanou

      J’ai au contraire parfaitement conscience que le plafond de verre auquel risque de se heurter le candidat LFI est constitué des problèmes liés à l’immigration. Raison pour laquelle les dirigeants du parti doivent remettre à plat leur stratégie sans toutefois trahir foncièrement leurs valeurs. Un exercice difficile mais indispensable !


    • baldis30 7 février 20:46

      @leypanou

      bonsoir
       « d’après l’ONU, il y aura 250 millions de réfugiés climatiques qu’il faudra bien se partager  ». »
       Ah les experts de l’ONU .... ah ah ah ..... ils cherchent à réaliser leur sublimation percutante après avoir atteint et depuis longtemps le plus haut niveau d’incompétence de Peter... ... Donc on va chercher ailleurs ....
      Aaaaaah .....les Maldives .... ben quoi comme beaucoup de parties de la croute terrestre elles s’enfoncent comme disparut, d’une autre façon ce qu’on appelle la plaque Farallon .... ressurgissant fort probablement sous quelques volcans des Rocheuses ... Ah l’ONU ...... le GIEC .....
      Que l’on commence par permettre à tous ceux qui viennent chercher un peu de quiétude en Europe de manger et de vivre chez eux ... éducation, éducation et notre mot d’ordre serait donc ... éduquons, éduquons ...


    • Clouz0 Clouz0 7 février 21:05

      @Fergus
      J’ai au contraire parfaitement conscience que le plafond de verre auquel risque de se heurter le candidat LFI est constitué des problèmes liés à l’immigration.

      À mon sens le sujet de l’immigration n’est qu’une bien faible partie du problème de plafond de verre de LFI.
      Expliquez-moi comment vous pouvez penser qu’un parti situé sur le plan des idées à l’X Gauche pourrait finir par obtenir une majorité à un scrutin dans la sociologie de la France actuelle ?
      LFI c’est effectivement un positionnement de niche, parfait pour une frange de la population, mais en aucun cas un mouvement ou un « programme » permettant d’accéder aux responsabilités. 
      Même dans le cas improbable (je l’espère) où l’on finirait par se retrouver dans une confrontation finale LFI - RN (ce qui serait la meilleure, sinon la seule réelle opportunité pour LFI) qui pensez-vous qui finirait par l’emporter ? À mon avis ça ne ferait pas un pli et ce serait RN.
      Malgré la chèvre MLP aux commandes.
      Les « GJ » voteraient majoritairement pour RN et ce ne seraient surement pas des retouches de circonstances, purement électoralistes, sur le positionnement de LFI vis à vis de l’immigration qui changeraient la donne : Dans ces cas là les « gens » préféreront toujours l’original à la copie.
      J’ai du mal à comprendre comment « mathématiquement » vous pouvez envisager trouver 50% d’électeurs prêts à suivre LFI.
      En additionnant quels profils sociologiques ?

      Et ce n’est pas une attaque contre vous, c’est vraiment que je ne parviens pas intellectuellement à comprendre qui vous pouvez envisager d’additionner pour parvenir à plus de 50% en faveur de LFI.


    • Cadoudal Cadoudal 7 février 21:25

      @Clouz0
      Tout ça s’en compter la force de frappe de la task force de la start up contre les fake news...

      https://www.lexpress.fr/actualite/politique/qu-est-ce-que-la-task-force-que-prepare-lrem-contre-le-rn_2061078.html#xtor=AL-447

      Pour le comptage des potentiels électeurs de Mélenchon en Nouvelle France, c’est un peu plus compliqué...

      Même si on est pas à 30% près, les élections dans les pays du tiers monde donnent toujours lieu à des contestations...

      En #SeineSaintDenis, l’Etat ne connaît pas le chiffre de la population.

      https://twitter.com/FCornutGentille/status/1093050221863538688?ref_src=twsrc%5Etfw


    • troletbuse troletbuse 7 février 21:52

      @Cadoudal
      L’express porte un nom prémonitoire  : L’EX-PRESSE


    • Cadoudal Cadoudal 7 février 22:13

      @troletbuse
      L’ex France à également du mal à se vendre, malgré un marché de plus en plus vaste...

      En 2016 la sécurité sociale dénombrait 74 millions d’ayant droit. L INSEE dénombrait une population de presque 66 millions d’habitants. La population vivant en France augmente d’une façon vertigineuse. Secret d’Etat.


    • Eric F Eric F 7 février 22:20

      @Clouz0
      Sociopolitiquement, MLP contre un centriste ou JLM contre un centriste, c’est le centriste qui gagne.
      Mais une confrontation MLP vs JLM (dans l’hypothèse ou ils ont réussi une assez large union de leur camp au premier tour), on ne sait ce que cela donnerait, et plus encore en cas de nouveaux leaders charismatiques plus consensuel qui les remplaceraient dans leur mouvement (d’ici à 2022).
      Au passage, on n’a pas en vue de candidat de la gauche de gouvernement (ex PS/MRG/vert clair) ni de la droite de gouvernement (ex UMP) en mesure de s’imposer, car finalement trop proches de la macronie.


    • troletbuse troletbuse 7 février 23:29

      @Cadoudal
      Ben oui. Ls migrants ne doivent pas être recensés, ni les retraités centenaires du Maghreb, ni les enfants qui souffrent de bilocation qui est devenu un phénomène courant, va savoir peur-être la trilocation ou quadrilocation, etc  smiley


    • Cadoudal Cadoudal 8 février 00:48

      @troletbuse
      Sans compter que tous nos statisticiens émérites sortent d’un système lui même incapable de compter le nombre de ses fonctionnaires...

      Je vois que le grand débat national s’oriente vers une réduction des niches fiscales.

      Faudrait d’abord savoir qui habite dans le chenil démographique qu’est devenu notre pays...

      Mais quand un pays avoue connaitre à plus ou moins 30% prés le nombre des habitants de certains de ses départements, parlez de politique fiscale en gardant un ton docte et sérieux relève d’un exercice de style digne des plus riches heures du mobutisme ou du bokassisme triomphant...

      On a connu plus glorieux comme destin...


    • Fergus Fergus 8 février 09:39

      Bonjour, Clouz0

      « Expliquez-moi comment vous pouvez penser qu’un parti situé sur le plan des idées à l’X Gauche pourrait finir par obtenir une majorité à un scrutin dans la sociologie de la France actuelle ? »

      Désolé, mais les idées développées dans l’Avenir en commun n’ont rien d’extrême-gauche : ce sont des idées de progrès socio-économique.

      Vous avez raison pour ce qui est de la sociologie : la France  et je l’ai déjà écrit à différentes reprises  est un pays de centre-droit. Ce qui rend effectivement l’accession de LFI au pouvoir très difficile en dehors d’une alliance de type Programme commun de la gauche.


  • troletbuse troletbuse 7 février 19:32

    Je me demande si, pour prouver que vous avez raison, vous aller chercher les sondages trafiqués par l’IFOP.

    Finalement vous faîtes déjà la propagande de LREM.

    Quant à Grounichou, qui ne fait son apparition que sur vos articles, je trouve que c’est un vrai raciste puisqu’il ne veut que voter Blanc.


    • troletbuse troletbuse 7 février 19:33

      @troletbuse
      Au fait, toujours pas de nouvelles sur Benalla ? C’est inquiétant, vous ne trouvez pas ?


    • Fergus Fergus 7 février 19:59

      Bonsoir, troletbuse

      Comme précisé plus haut, lorsque l’Ifop a mesuré dans la population un fort soutien de la population aux Gilets jaunes, et donc un fort désaveu de l’action politique de Macron, je ne me souviens pas avoir vu de commentaire de votre part pour dénoncer des « sondages trafiqués » !!!  smiley


    • troletbuse troletbuse 7 février 20:42

      @Fergus
      Je n’ai jamais parlé de sondages avec les questions orientés bien sûr. Je me fous des sondages. Les sondages ne sont que propagande.
      Pour ce sondage dont vous parlez et qui ne sert à rien, je n’ai peut-être pas émis d’avis, c’est possible. J’aurais dit :"C’est bien’ et puis ?
      En revanche, je ne vous jamais vu écrire un avis sur l’immigration, sur l’affaire Benalla qui devrait faire sauter le guignol qui nous sert de président, sur ses honteuses déclarations sur le Vénézuela, sur ses selfies, sur la fête de la musique, etc...
      Je vois que Asselineau est beaucoup pas mal maltraité par vous que le mignon, tombeur de vieilles peaux. Un parti qui fait 1% des voix risquerait-il d’inquiéter Micron ?. Idem pour les critiques sur Le Pen qui serait en mesure de battre Micronimbus.


    • baldis30 7 février 20:48

      @troletbuse

       ne seriez-vous pas au courant de la démission à Matignon ce soir même de je ne sais quel « fusible »


    • troletbuse troletbuse 7 février 20:56

      @baldis30
      si si comme le dictateur d’Egypte que Micron a consulté.C’était le premier titre sur Yahoo Actu mais il a déjà disparu de la Une
      Voilà, je l’ai retrouvé : la cheffe, une illustre inconnue qui sert de fusible,a démissioné
             https://www.espace-sciences.org/juniors/animaux/remora-le-poisson-collant


Réagir