lundi 10 février - par olivier cabanel

Vous avez dit destitution ?

Au moment où la destitution de Trump tourne à la farce, une autre destitution vient de pointer le bout de son nez, celle de Macron en l’occurrence, et celle-ci n’est pas totalement illusoire, même si elle semble complexe.

JPEG

Pour le président américain, l’affaire est entendue, avec le Sénat à sa botte, lequel a clos le dossier, refusant d’entendre un témoin capital, et se déjugeant scandaleusement alors que ce témoin n’est pas n’importe qui, puisqu’il est le plus haut diplomate américain en Ukraine. lien

Cet ancien militaire, William Taylor en l’occurrence, pouvait confirmer que le président américain, avait demandé à Volodymyr Zelensky, son homologue ukrainien d’enquêter sur la famille de Joe Biden, son adversaire à l’époque, en échange de quelques avantages commerciaux.

D’ailleurs un lanceur d’alerte américain avait signalé à Michael Atkinson, inspecteur général du renseignement national une conversation téléphonique mettant en cause Donald Trump. lien

Ce qui est moins connu, selon le New York Times, c’est que Trump aurait aussi tenté de discréditer le procureur Robert Muller, chargé de mener l’enquête, en demandant à Scott Morrisson, le premier ministre australien de rassembler des informations sur Muller. lien

Rappelons que les sénateurs américains prêtent serment devant le chef de la Cour suprême, lequel présidera ce procès en destitution historique.

Mais voilà le hic, les Républicains, acquis à la cause de Trump, occupent 53 des 100 sièges au Sénat, et ils ont voté contre la destitution de leur poulain aux cheveux oranges. lien

Oublions cet épisode scabreux, et étudions un autre cas, celui de la destitution éventuelle d’Emmanuel Macron...

C’est le 4 octobre 1958 qu’un référendum a permis d’intégrer dans notre constitution le principe de permettre la destitution du chef de l’état...avec le score sans appel de 82,6% des suffrages exprimés.

L’article 68 de la constitution énonce clairement : « le président de la république ne peut être destitué qu’en cas de manquements à ses devoirs, manifestement incompatibles avec l’exercice de son mandat ». lien

Il ne peut être mis en accusation que par les 2 assemblées statuant par un vote identique en scrutin public et à la majorité des membres les composant, puis il est jugé par la Haute Cour de justice.

Cette Haute Cour est présidée par le président de l’assemblée nationale, Richard Ferrand en l’occurrence, lequel comme on le sait, a été nommé par le Président de la République.

Le bureau de la Haute Cour est composé de 22 membres titulaires, 11 étant issus du Sénat, et 11 de l’assemblée nationale.

La commission d’instruction comprend 6 vices présidents issus de l’Assemblée Nationale, et 6 autres issus du Sénat, et elle est chargée d’élaborer un rapport, lequel sera communiqué aux membres de la Haute Cour.

Pour que la destitution soit prononcée, il faut que les explications fournies par l’intéressé n’aient pas été jugées convaincantes par les 2/3 des membres de la Haute Cour.

Si on rentre dans le détail de la procédure, elle a 4 étapes :

La première étant le dépôt d’une « proposition de résolution », à l’initiative de 58 députés au moins, et d’un minimum de 35 sénateurs... la seconde est la validation de cette proposition par au moins les 2/3 des membres des 2 assemblées... suivi par la constitution du Bureau de la Haute Cour, et finalement la décision de la Haute Cour.

Ce décor étant planté, la destitution du Président de la République actuel est-elle possible ?

C’est la question que se pose entre autres le leader de l’UPR, François Asselineau. lien

Certes, faire valider une telle procédure par 58 députés, et 35 sénateurs, n’est pas une tâche totalement impossible à imaginer, mais quid de la décision finale de l’assemble, laquelle, on le sait, est majoritairement, pour l’instant, détenue par LREM.

Pour l’instant, oui... mais lorsque l’on constate la fuite régulière des députés qui rejoignent le clan des « non-inscrits », tout peut toujours être envisagé un jour ou l’autre. lien

Depuis l’élection de Macron, ils ne sont plus que 300 députés à soutenir la majorité (289 étant seuil à ne pas franchir)... ils quittent donc le navire, l’un des derniers étant Cédric Villani, tout à sa déception de n’avoir pas été préféré à Benjamin Griveaux, candidat à la municipale parisienne. lien

Si l’on revient à l’article 68, demandons-nous ce qui peut être considéré comme « manquement à ses devoirs, manifestement incompatibles avec l’exercice de son mandat ».

Est-ce que l’affaire Benalla relève de « l’abus de pouvoir » ?

Est-ce un manquement à ses devoirs lorsqu’il déclare aux Gilets Jaunes « venez me chercher  » ?

Pour le constitutionnaliste Didier Maus, il faudrait « soit que le président bloque le fonctionnement des institutions », en refusant de signer les lois ou en bloquant par exemple la Constitution... 

« Soit que son comportement personnel soit indigne de sa fonction ». lien

Etait-il indigne de déclarer « le responsable vous l’avez devant vous, qu’ils viennent le chercher  », phrase prononcée par le Président, défiant les Gilets Jaunes ?, lesquels pointaient à juste titre la responsabilité de Macron dans l’affaire Benalla. lien

Pour Michael Bloch, s’exprimant dans les colonnes du JDD « il s’agit d’un fantasme des gilets jaunes (...) cela n’a aucune chance de se produire ». lien

Ce qui n’est pas l’avis du responsable de l’UPR, lequel a dénombré 13 principales violations de la constitution commise par Macron.

La 1ère est « la mise à sac du caractère social et la fraternité de la République ».

Le 2ème est « le bradage d’intérêts stratégiques et de service public à l’étranger ».

La 3ème consiste aux « dénigrements incessants du peuple français  »

Le 4ème étant les « atteintes sans précédent à la liberté de la presse ».

Le 5ème condamne « le travail de sape contre l’unité nationale »

Le 6ème dénonce « la destruction programmée de milliers de communes françaises ».

Le 7ème évoque « le sabotage délibéré de notre indépendance nationale ».

Le 8ème regrette « la violation outrageante du droit international  ».

Le 9ème s’en prend à « la rhétorique guerrière visant à promouvoir un nationalisme continental européen ».

Le 10ème argument étant « le mépris constant de la langue française et des pays de la francophonie ».

Le 11ème critique « le transfert d’une grande partie de la souveraineté française à l’union Européenne ».

Le 12ème sanctionne « la signature du Pacte de Marrakech sur les migrations en refusant de demander l’accord du parlement ou celui du peuple français  ».

Finissons par le 13ème condamne « la domestication et la neutralisation du parlement  ». lien

Reste à savoir si députés et sénateurs vont valider ces arguments...et s’ils seront assez nombreux ?

Une pétition a même été lancée sur le net, et pour l’instant elle est favorable à la destitution à 70%... mais elle n’a été signée que par 500 personnes...Par contre une autre a dépassé les 170 000 signatures. (lien) Et enfin une dernière, sur le site « mes opinons » a déjà recueilli 612 000 signatures. lien

C’est peut-être le moment de réécouter la prévision de l’économiste Charles Gave, qui s’exprimant sur l’antenne de Planète 360, déclarait fin 2018 : « si Macron continue de taper sur les petites gens, il ne finira pas son mandat ».

Charles Gave ne supporte pas qu’en haut lieu on déclare « qu’auparavant, il n’y a pas eu de réformes (...) alors qu’il y a eu des changements inimaginables, (...) par contre la seule chose qui soit resté impavide, c’est la structure de l’état français (...) par exemple l’inspection des finances (dont Macron est issu) ...ces inspecteurs des finances qui ont foutu des entreprises en l’air, acculés à la faillite, et qui n’ont jamais été en prison (...) alors que Mr Macron s’occupe de la formule de l’état, qu’il détruise tous les privilèges que les politiques ont, quand ils touchent 5 ou 6 retraites...  ». lien

Ironie de l’histoire, alors que le président annonce des mesures concernant le handicap, il reste sourd, et aveugle, depuis 1 an et demi, aux colères du peuple.

Comme dit mon vieil ami africain : «  marche sur une fourmi, 1000 t’attaqueront ».

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Le dessin illustrant l’article est de Deligne

Olivier Cabanel

Articles anciens

Drôle de ministre

 

Feu sur les artifices

 

Un clou chasse l’autre

Delevoye ne voit pas bien

Les enseignants saignés

Macron va-t-il battre en retraite

Voter avec ses pieds

Pas un pour sauver l’autre

En marche ou grève

Est-ce la fin du service public ?

Soldes, tout doit disparaitre

Le meilleur ou bien le pire ?

T’as pas mille balles ?

Le salaire du bonheur

Après le réveillon, le Réveil ?

Merci macron

La langue de macron

Macron, faire le plein avec du vide

Du Macron au micron

Macron vous fait bien marcher !

Méritons-nous un tel mépris ?

Un Macron très sucré

Un hold-up électoral

Le mélange des genres

Macron tend un piège

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni-ni

Lever le mystère Macron

Les bouffons politologues

La politique de l’illusion



261 réactions


    • Eric F Eric F 10 février 22:13

      @olivier cabanel
      Olivier, ma formulation forçait évidemment le trait, mais les points de cette liste à la Prévert sont de nature disparate, parfois anecdotiques (usage du français) ou trop généraux. N’importe quel président pourrait se ramasser les mêmes critiques ou des critiques équivalentes.
      Cela explique que l’opposition n’a pas engagé d’action parlem,ntaire sur la base de ce pamphlet (1 seul député, semble-t-il), évidemment on trouvera bien un ou deux expert pour appuyer la démarche, mais il aurait fallu s’en tenir à deux ou trois points vraiment tangibles et « solides » juridiquement, manifestement il s’agit là d’une démarche de « communication » limite démago.
      Macron a été désigné par les urnes, il sera viré par les urnes.


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 09:14

      @Eric F
      je ne lis pas dans le marc de café, mais pourtant je me dis qu’il pourrait très bien ne pas finir son mandat...on en reparle ?


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 février 18:17

      @Eric F

      « Macron a été désigné par les urnes, il sera viré par les urnes. »

       

      Macron n’a pas été désigné par les urnes comme l’étaient les Présidents précédents :

      L’esprit de l’élection présidentiel doit permettre que les candidats aient l’égalité des chances,

       

      -qu’ils soient traités par les médias convenablement,

      « La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation. » (art. 4 Consti 1958)

       

      (Macon a fait la une de tous les journaux et télés pendant des jours, Les interviews étaient tournées à son avantage et les autres à leurs désavantages),

       

      -qu’ils ne soient empêchés par aucune gêne mais cela doit se passer dans la sérénité,

      « Si, dans les sept jours précédant la date limite du dépôt des présentations de candidatures, une des personnes ayant, moins de trente jours avant cette date, annoncé publiquement sa décision d’être candidate décède ou se trouve empêchée, le Conseil constitutionnel peut décider de reporter l’élection. Si, avant le premier tour, un des candidats décède ou se trouve empêché, le Conseil constitutionnel prononce le report de l’élection. » (art. 7 Consti 1958)

      Fillon a été empêché de se présenter sereinement puisqu’il était harcelé par la justice violant la présomption d’innocence et le secret de l’instruction.

      Or la Constitution prévoit qu’un empêchement doit faire reporter l’élection et il doit donc être éviter en frappant sévèrement ceux qui ont violé la présomption d’innocence et le secret de l’instruction.

       

      -qu’il n’y ait pas tricherie sur les urnes. On a relevé de nombreuses présomptions dans ce sens

      Soupçons de trucage ; Voir aussi les commentaires :

      http://www.medias-presse.info/le-premier-tour-des-presidentielles-a-t-il-ete-truque/73153/

      Soupçons de transfert de votes nuls sur Macron

      http://se-preparer-aux-crises.fr/macron-a-ete-elimine-au-premier-tour-mais-le-gouvernement-a-falsifie-le-resultat/

      Soupçons toujours :

      https://lesmoutonsenrages.fr/2017/04/28/une-zone-dombre-sur-6-millions-delecteurs/

       

      -qu’il ne fasse aucun doute que c’est bien le peuple qui a désigné ce président et l’Assemblée Nationale

      « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. » (art. 3 Consti 1958)

      Elections législatives 2è tour : Abstention+blanc+nul  2017 : 61,56 % 2012 : 46,74 %

      Conclusion : L’Assemblée Nationale de Macron n’a été choisie qu’avec 38,44 % des inscrits soit environ avec 30 % des « en âge de voter ».

      Ceci veut dire qu’elle est rejetée par 61,56 % des inscrits et environ 70 % des Français en âge de voter.

      « Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. » (art. 3 Consti 1958)

      Il est indéniable que la section du peuple représentée par les riches s’est attribuée l’avènement du candidat Macron et par là son exercice.

       

      Macron ne sera donc pas viré par les urnes.


    • Captain Marlo Captain Marlo 10 février 19:50

      @olivier cabanel
      .
      Macron n’organisera jamais un referendum, il connaît la réponse, il sait d’avance que la majorité des Français est opposée à sa réforme ...


    • Xenozoid Xenozoid 10 février 19:55

      @upr

      surtout que c’est demander au maitre de nous mettre a se vendre,vendre notre vie a des esclavagistes,comme des putes en fait ,arbeid mach frei


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 21:11

      @Captain Marlo
      bien sur, mais on pourrait lui rappeler que lui même à proposé un référendum à 1 million de signatures... smiley
      lien


    • Eric F Eric F 10 février 22:18

      @olivier cabanel
      Un referendum aurait du être effectué préalablement sur les grands principes, à ce stade le projet est irréversiblement engagé dans la voie parlementaire.


    • Captain Marlo Captain Marlo 11 février 08:55

      @Eric F
      Un referendum suppose une Europe démocratique !

      Rappel du commentaire de Junker en 2015 : « Il n’y a pas de choix démocratiques contre les Traités européens », a expliqué Junker aux Grecs, qui venaient de voter massivement NON au referendum contre l’austérité !!
      .
      Le FN, la FI et d’autres proposent un referendum. Ce sont des ignorants de l’histoire de l’ UE et de tous les référendum bafoués. Ils se croient toujours du temps des 30 Glorieuses, quand de Gaulle partait après le NON au référendum....
      .
      Et ce sont aussi des gens incohérents. Ils refusent le Frexit qui leur apporterait la démocratie et le RIP, et ils prônent un referendum qui n’a aucune chance d’aboutir, ni même d’être organisé, dans une Europe anti démocratique.


    • Eric F Eric F 11 février 10:55

      @Captain Marlo
      Un referendum sur des principes de retraite pour un système universel n’aurait absolument pas été contraire aux traités européens. Mais d’accord avec vous qu’à ce stade c’est illusoire d’en demander un, les jeux sont faits malgré des échauffourées d’arrière garde (et quelques dernières concessions).

      Le cas de la Grèce est différent : les allemands étaient partisans qu’elle quitte provisoirement l’euro, et c’est Tsipras qui a finalement décidé de rester après un referendum pour faire pression sur l’UE -il a obtenu certaines facilités, mais pas la totale-. En fait, le referendum en question n’engageait pas l’Europe mais la Grèce, et, plus prudent que Cameron (qui voulait rester), il n’a pas posé la question de la sortie.

      Juridiquement parlant, un traité engage totalement les pays qui le signent et ne peuvent être violés par une loi nationale ...sauf pour engager un coup de force (ce n’est évidemment pas la procédure normale). Mais la Grèce était solliciteuse et débitrice, elle n’avait aucun moyen coercitif.
      La France, globalement contributrice de plusieurs milliards dans l’escarcelle européenne, aurait par contre de vrais moyens de pression , mais les présidents européistes ne les ont jamais utilisés.


  • eau-pression eau-pression 10 février 19:52

    « Qu’ils viennent me chercher », c’était avant les gilets jaunes : Celui qui l’a recruté c’est moi, celui qui a validé sa sanction, c’est moi, le seul responsable c’est moi, qu’ils viennent me chercher ...

    Si l’affaire Benalla était vraiment instruite, et révélait la mise en danger inconsidérée de l’indépendance nationale, quelques officiels pourraient bien aller le chercher.

    Alternative à une demande directe de destitution, on pourrait insister quelque peu sur les comptes de campagne.

    Tout ce qui peut lever le voile sur les marionnettistes et contrarier leurs plans me paraît bon à prendre.


    • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 21:05

      @eau-pression
      il est vrai que l’affaire benalla, c’était lors du 1er mai 2018...alors que les GJ, c’était en novembre de la même année...mais c’est en décembre 2018, suite à l’affaire des faux passeports, qu’elle a pris de l’ampleur...
      si j’en crois wikipédia.
      mais ça change rien sur le fond.


    • Eric F Eric F 10 février 22:22

      @eau-pression
      « Alternative à une demande directe de destitution, on pourrait insister quelque peu sur les comptes de campagne »
      Oui, il y a là des doutes extrêmement sérieux, et je suis étonné que rien ne sorte de la part de la « presse d’investigation ». Souvent c’est dans le quinquennat suivant que les irrégularités de la précédente campagne sont soulevées (Balladur, Sarko...).


    • eau-pression eau-pression 10 février 23:47

      @Eric F
      Et aussi Chirac absous par intervention personnelle de Roland Dumas.


    • eau-pression eau-pression 10 février 23:49

      @olivier cabanel

      Il y a quand même une différence ; pour l’affaire Benalla, c’est l’opposition institutionnelle qui cherchait des noises au pouvoir, pas les GJs


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 09:11

      @eau-pression
      bien sur... mais finalement, toutes ces luttes convergent, lentement, mais surement.


    • Eric F Eric F 11 février 14:39

      @olivier cabanel
      « toutes ces luttes convergent, lentement, mais surement »
      Elles convergent « contre » Macron, mais divergent sur les objectifs et par qui le remplacer (c’est beaucoup plus difficile) : 1/4 de droitos, 1/4 de gauchos, 1/4 d’écolos, 1/4 de souveraino- soviéto- comploto- poujado- giletsjo- anarcho- protestataires


    • Croa Croa 11 février 23:34

      À Eric F Ce ne sont pas les gens qui comptent ni même les revendications mais le besoin de démocratie. D’ailleurs tout le monde s’est mis d’accord sur une revendication essentielle (à part dégager Macron), c’est le RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne ) en toutes matières.


    • Eric F Eric F 12 février 21:28

      @Croa
      « Dégager Macron » est un slogan défoulatoire, comme « de Gaulle démission » en Mai 68, ce n’est pas « opératif ». Certains ont parlé de « marcher sur l’Elysée », ça c’est du concret mais ce genre d’insurrection était très loin d’être approuvée et suivie par la grande masse des protestataires.

      Le « RIC » a été suggéré par des « référents » comme Chouard et a effectivement reçu un grand écho (je pense qu’on en exagère la portée concrète, mais ce serait effectivement une avancée). Nous verrons quels candidats de 2022 le porteront dans leur programme et quel sera leur score, car pour qu’il soit introduit dans la constitution il est impératif que le président élu le propose, à moins qu’un nombre suffisant de parlementaires lancent un « RIP » prévu dans la constitution actuelle, comme celui qui a été lancé pour ADP (mais sans avoir le quorum suffisant de citoyens, il en faut 10% des inscrits, soit 4,7 millions). Nous verrons si Macron entretemps ramène à 1 million le nombre de pétitionnaires requis pour le RIP comme annoncé suite au « grand débat » -mais ce n’est pas de lui qu’il faut attendre l’introduction du RIC-.


  • Samson Samson 10 février 21:11

    En attendant que le ras-le-bol déteigne sur une majorité des députés à l’Assemblée Nationale, essayons déjà de bloquer sa réforme des retraites !

    Cordiales salutations à vous ! smiley


  • olivier cabanel olivier cabanel 10 février 21:17

    @ tous

    macron ne sera pas élu en 2022... selon un sondage.


    • Marc Filterman Marc Filterman 10 février 23:00

      @olivier cabanel
      C’est ce que tout l monde souhaite, mais avec la presse corrompue que nous avons, elle serait même capable de faire voter la population pour un âne smiley

      . Il faut se rappeler que certains ont voté Macron sans connaître le contenu de son prétendus programme. On voit aujourd’hui le résultat du fiasco. Poutine redresse la Russie, mais Macron lui il enfonce la France comme tout le monde peut le constater.


    • Attila Attila 10 février 23:57

      @pirenkor
      «  Je n’ai pas connaissance d’un temps où les journalistes auraient pu dire autre chose que ce pourquoi ils sont payés.... »
      Il a existé un temps où les journalistes avaient un peu plus de liberté, c’est avant que la phynance investisse dans les médias :
      TF1 en 1977 Mourousi parle du Bilderberg

      .


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 07:44

      @Marc Filterman
      bah, la presse trad à du plomb dans l’aile, a force de dérives et manipulations mensongères...elle le paye cash aujourd’hui.
      merci de votre commentaire


    • Captain Marlo Captain Marlo 11 février 08:58

      @olivier cabanel
      Il est bien ce Bernie Sanders !

      (...) Mais quand je parle aux jeunes, ils ignorent que nous sommes le seul grand pays sans système gratuit de santé pour tous. Ils ne savent pas que l’éducation supérieure est gratuite en Allemagne ou dans les pays scandinaves. Les médias ne le leur expliquent pas. Car les médias sont l’un des bras de la classe dirigeante de ce pays. Et ils veulent parler de tout, sauf des questions les plus importantes, parce que si l’on parle des vraies questions et que les gens s’instruisent, savez-vous ce qui se passe  ? Ils pourraient bien vouloir tout changer.  »


    • eau-pression eau-pression 11 février 09:07

      @pirenkor

      S’il fallait mesurer l’influence du journalisme citoyen au nombre de changements d’opinion qu’il induit, on serait moins sévère que vous. Cependant, il reste les 500 et quelques robots pour qui digèrent en une fraction de seconde une journée d’Agoravox, c’est sur eux qu’il faudrait mettre le focus.

      Et puis, on peut croire qu’au moyen-âge certains refusaient de troquer leur fluteau contre un pipeau.


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 09:08

      @Captain Marlo
      oui, il est bien ! très bien même !
       smiley


    • assouline assouline 11 février 12:20

      @Tous
      .
      L’UPR nous dit :
      .

      Les médias ne le leur expliquent pas. Car les médias sont l’un des bras de la classe dirigeante de ce pays


      .
      Ces média-qui-nous-cachent-tout expliquent régulièrement au français depuis deux décennies que la dette publique grandissante du pays est un danger qui pèse sur son avenir... Et son avenir d’alors, la France y est aujourd’hui...
      .
      Cependant, les Français n’ont pas daigné entendre ce que les médias leur disaient alors et aujourd’hui encore...
      .
      A quoi bon dès lors que les médias s’évertuent à dire ce qu’il y a lieu de savoir...
      .
      Les Grecs, eux, peuvent aujourd’hui se plaindre de ce que les médias ne leur ont pas tout dit lorsqu’il était encore temps...
      Les Français, eux, ne pourront pas... Ils le font cependant préférant rejeter la faute sur une chimère omnipotente à l’initiative d’une tromperie imaginaire...
      .
      On parle toujours du silence des médias mais jamais de la surdité des citoyens...
      Des citoyens qui seraient donc bien ses idiots irresponsables comme on le soupçonne régulièrement...

    • Captain Marlo Captain Marlo 11 février 18:44

      @assouline

      Les médias ne le leur expliquent pas. Car les médias sont l’un des bras de la classe dirigeante de ce pays

      .
      Dans le cas présent, ce n’est pas l’UPR qui le dit, c’est Bernie Sanders, banane !
      Vous fatiguez, camarade troll de l’ UPR... !
      Vous devriez prendre des vacances à la neige !
      Votre boss ne vous offre jamais de vacances ??
      Vous êtes Ubérisé, alors ?
      Faut vous syndiquer !!
      .
      Non, l’UPR est bien plus critique que le gentil Bernie Sanders !

      « UPR L’Europe, la mise en place d’une dictature ! »

      Vidéo de 2 heures, ça vous distraira, et c’est gratos ! 


    • Croa Croa 11 février 23:41

      À olivier cabanel
      Et alors ?  Il s’en fout éperdument car il a une place assurée dans tous les CA des mécènes ayant assuré l’élection de 2017. Ceux-ci se sont sûrement déjà choisi celui qu’ils veulent pour les français après 2022 et ce n’est plus Macron puisque celui-ci aura rempli sa mission.


    • assouline assouline 12 février 13:54

      @Captain Marlo
      .

      Vous devriez prendre des vacances à la neige !


      .
      C’est fait...
      D’ailleurs, il a fait très beau...
      Au moins ça qui ne sera pas la faute de l’Europe...
      .
      Que Berny Sanders dise des bêtises n’absout pas l’UPR...
      S’il me fallait moi-même répéter toutes celles que j’entends, je serais le relais malgré moi de votre incessant charabia...

    • assouline assouline 12 février 14:05

      @Captain Marlo
      .

      « UPR— L’Europe, la mise en place d’une dictature ! »

      Vidéo de 2 heures, ça vous distraira, et c’est gratos !

      .
      J’ai déjà essayé...
      Je me suis endormi à partir de la 9ème minute...
      Mais je me suis réveillé 5 minutes avant la fin !
      Juste le temps d’entendre qu’il « faut quitter l’Union européenne » pour « restaurer l’autorité de la France » comme quand qu’y avait De Gaulle avec son CNR...
      A vrai dire... une fin qui ressemblait beaucoup au début...
      Ca a le mérite de la cohérence...
      Comme prévu...
      .
      Alors j’ai enchaîné sur un bon vieux Colombo...
      Certes, là encore, on connaît à l’avance la fin mais... l’heure et demie de démonstration qui précède n’est pas sans rapport avec un épilogue attendu...
      Comme prévu...

  • alinea alinea 10 février 22:52

    Pour que cela marche, il faudrait une instance juste, indépendante, sage, quelque part. En voyez-vous une ?

    Ne vous inquiétez pas, macron n’est pas éternel, ses jours sont comptés ; mais il faut s’aviser qu’un semblable ne le remplace pas, et ça, c’est une autre paire de manches, les chicanes administratives n’y suffisent pas !


    • alinea alinea 10 février 23:48

      @pirenkor
      Juste un constat ! votre moquerie n’ôte pas que ce constat est rarement fait !!! personnellement je ne l’ai pas souvent entendu dire !!!


  • Pierre 11 février 03:10

    Belle branlette mais si c’est un plaisir....


  • malitourne malitourne 11 février 09:35

    Godillots de l’opposition, faites vous plaisir ! Une petite procédure de destitution et c’est une cote d’enfer assurée


  • zygzornifle zygzornifle 11 février 10:48

    Pour destituer Macron il faut fouiller dans son passé pour faire resurgir le coté crapuleux de ce spécimen présidentiel....

    Pendant 3 ans d’après Médiapart il aurait bouffé un SMIC par jour pour se débarrasser de son pognon de dingue ....


    • Eric F Eric F 11 février 14:49

      @zygzornifle
      les « côtés obscurs » des présidents sont révélés après leur défaite ou leur retraite. Mais quelques années plus tard, à leur décès, les voilà béatifiées....


    • olivier cabanel olivier cabanel 11 février 17:34

      @zygzornifle
      tu as un lien au sujet de l’article de médiapart ?
      merci d’avance, au cas où
       smiley


    • Captain Marlo Captain Marlo 11 février 18:58

      @zygzornifle
      Pour destituer Macron il faut fouiller dans son passé pour faire resurgir le coté crapuleux de ce spécimen présidentiel....


      .
      Macron a fait ce qu’il a voulu de l’argent qu’il a gagné chez Rothschild ! Il n’est pas interdit dans la Constitution d’avoir travaillé dans une banque, pour être candidat à une élection !
      .
      Ou alors, il fallait l’écrire dans la Constitution, mais cela aurait été cassé par le Conseil Constitutionnel pour ségrégation, ou « racisme anti banquier » !!!
      .
      Mais le problème dépasse Macron. Dans tous les autres pays européens, ils n’ont pas Macron, et ils ont eu les mêmes réformes.
      Par exemple en Italie en 1995 avec Berlusconi.
      .

      "(...) C’est en effet cette année-là que l’Italie a modifié de manière substantielle l’architecture de son système de retraites : remise en question du système par répartition et fin des régimes spéciaux. Le nouveau régime unique et « contributif » introduit alors un système de calcul de la pension directement lié aux cotisations versées et un âge de départ flexible entre 57 et 65 ans. Mais pour faire passer une réforme aussi profonde, on prévoit à l’époque une très longue phase de transition : le système ne devient valable que pour les nouveaux entrants sur le marché du travail, les salariés ayant cotisé au moins 18 ans en 1995 restant eux sous l’ancien système, les autres étant soumis à un système mixte.

      Dans les faits, en raison du vieillissement de la population, ce schéma a dû être rapidement retouché. Jusqu’aux changements radicaux introduits en 2011 par Elsa Fornero : le nombre d’années de cotisations passe immédiatement à 41 ans pour les femmes et 42 ans pour les hommes. L’âge de départ à la retraite est relevé à 66 ans à partir de 2018.... etc


    • Eric F Eric F 12 février 21:06

      @Captain Marlo
      Ce n’est pas tant l’argent qu’il a gagné que de savoir si les placements et leurs revenus ont été « tracés », car il a déclaré un patrimoine moindre que ce qu’il aurait pu accumuler avec ses revenus.
      Par ailleurs, l’aspect du financement de sa campagne, le coup de main bénévole des média, tout cela pourrait faire l’objet de « révélations ». Gageons que cela ne sortira qu’après la fin de son (ses) mandat(s)


    • Captain Marlo Captain Marlo 16 février 21:11

      @Eric F
      Philippe Pascot pose la question du financement de la campagne électorale de Macron . Il a eu besoin de 20 millions d’euros, où les a-t-il trouvés ?
      .
      On ne saura pas, le dossier a été classé sans suite.


    • Attila Attila 16 février 21:16

      @Eric F
      «  Par ailleurs, l’aspect du financement de sa campagne, le coup de main bénévole des média,  »
      Exact, s’il avait dû financer tous ces passages médias, son budget de campagne aurait été multiplié par quatre ou plus !

      .


  • Armelle Armelle 11 février 15:46

    Bon pour faire court, une autre destitution pointe le bout de son nez, oui mais seulement à qqes centimètres du vôtre, derrière votre os frontal !!! 

    Le genre de rêve éveillé qui fait du bien et permet de faire un nouveau papier, lequel n’aura que peu de lien avec la réalité mais tant pis, ça occupe son homme. Avec Disney c’est mieux, il fournit les images... 

    Sinon heu.... Vous citez Charles Gave !!!??? Vous faites des progrès !  smiley


    • McGurk McGurk 11 février 17:34

      @Armelle

      Ouais enfin...Charles nous Gave, aussi.

      Il raconte des choses intéressantes mais il vit également dans son petit monde.

      Un point de vue entrepreneurial qui ne prend pas en compte la réalité quant à la vie des Français, ni celui à propos des retraites (lui, il dit qu’il faut « réformer ») ou du reste.

      Au sujet du « projet de destitution », ces messieurs dames ont trop à perdre (tout parti politique confondu) pour mener l’exercice à son terme.

      Et puis pour y installer quoi à la place ? Pour refaire du vieux en prétendant que c’est du neuf (comme d’hab) ?

      Il n’y aura aucun retour aux sources idéologiques, aucun mea culpa pour les décennies de trahisons électorales, aucune remise en question du système politique et institutionnel, encore moins de renforcement/mise à plat de la démocratie.

      Certes, arrêter hémorragie est une bonne chose. Guérir et évoluer en est une autre.

      D’autre part, le terme de destitution est, je trouve, trop léger. Il faudrait non seulement cela mais également un procès contre un ennemi du peuple et de l’Etat, une peine d’emprisonnement à vie.

      Ce genre de personne est nuisible à la société et, une fois libre, recommencera à tout détruire sur sa route.

      Si ce genre d’action était possible, il faudrait le répéter au gouvernement et principaux acteurs de la crise. Idem concernant les précédents gouvernements depuis Sarkozy.


    • Armelle Armelle 11 février 20:02

      @McGurk
      Oui, j’en conviens, ce Monsieur depuis sa bulle ne perçoit certainement pas la réalité du bas, ce qui ne l’empêche pas de nous dire des choses pertinentes, et d’ailleurs autrement moins idiotes que celles de Piketty, l’économiste de pacotille, l’éCOCOnomiste !!!
      Sinon il y a belle lurette que je n’attends plus rien de notre état, administré par des types plus voyous les uns que les autres, et que d’attendre et espérer tous les 5 ans la venue d’un messie qu’il soit de gauche, de droite ou du milieu, relève de la maladie mentale. ...La bêtise c’est faire toujours la même chose et en attendre des résultats différents... les Français dans ce domaine ont une belle tête de vainqueur !!!
      L’état à travers la constitution et sous les traits de sa gouvernance n’est ni plus ni moins que l’incarnation de la mafia, une mafia constitutionnalisée, et la statolâtrie du peuple est en passe d’en faire une véritable religion, et puisque la chrétienté est en passe de disparaître corps et âme, ça tombe bien...
      Je ne donne pas cher aux suivants si le peuple se contente de l’espérance d’un « nouveau venu, mieux que le précédent », et ne renverse pas la table et le système pour de bon !!! mais les Français ont encore trop à perdre, ça ne craint rien, y a pas de danger !!!
      Avant de commencer à couper des têtes, on aura eu droit aux gilets de toutes les couleurs (du spectre)...
      Du coup, on se soulage, on vide sa colère sur les claviers, d’où chacun y va de son article pour critiquer les uns ou les autres, comme le présent auteur qui lui semble faire une fixette sur Macron, et espère naïvement qu’en changeant la tête le corps changera aussi !!!
      ...Tout un programme...


    • Captain Marlo Captain Marlo 11 février 21:14

      @Armelle
      C’est vrai que dans les pays où la retraite par répartition a été supprimée, et remplacée par la capitalisation et la retraite à points, tout baigne !
      .
      Au Chili, (retraite à points & capitalisation)
      ,1200 euro de salaire, donne droit à une retraite royale de 350 euros. Les retraités sont obligés de continuer à travailler...
      .
      Pareil aux USA, où les retraités peuvent travailler à plus de 80 ans ! A cet âge là, ils ont peut-être terminé de rembourser leurs prêts étudiants, qui sait  ?!
      .
      En Allemagne, pareil, plus d’un million de retraité contraints de travailler.
      .
      En Suède, il y a eu beaucoup de perdants.
      C’est encourageant tout ça, non ?


      Quant à Charles Gave, il est libertarien comme vous, et il fait la même erreur que les Mamamouchis européens, qui croient que les peuples sont tous identiques et qu’on peut appliquer la même recette partout.
      .
      Seulement voilà, les Français ont une histoire ! A la Libération, ils ont élu un gouvernement Communistes/ Gaullistes, qui a mis en place une Caisse unique de Sécurité sociale contre tous les risques de la vie !
      .
      Ce modèle social fait faire des cacas nerveux au MEDEF depuis 1945 !
      Il s’est débrouillé pour le faire grignoter par chaque gouvernement.
      « Adieu 1945, raccrochons notre pays au monde ! »
      .
      Mais les Français y tiennent à leur système social solidaire ! Et ils se fichent complètement de savoir si d’autres peuples acceptent de fonctionner autrement...La question est politique !
      .
      Pour les Français, c’est un modèle de société, qui va à l’encontre de l’individualisme que vous prônez et que prônent les libéraux de tous poils.
      Et qui, en plus, aboutit à une poignée de cacahouètes.
      .
      La question est donc de savoir si un Gouvernement doit faire ce que veulent les citoyens, ou s’il doit faire ce qui arrange le patronat & les fonds de pension ?
      ça s’appelle la lutte des classes ! Vous expliquerez ça, à Charles Gave.

    • McGurk McGurk 12 février 02:13

      @Armelle

      Ouais enfin Piketty avec son marxisme 2.0 n’invente rien du tout. Il reprend une vieille formule qui n’a jamais fonctionné et en fait un bouquin.

      Ceci dit, il s’attaque tout de même au droit de propriété en mettant en cause les grands propriétaires ce qui passe, dans notre société, presque pour du terrorisme. Et c’est plutôt une bonne chose vu les prix délirants de l’immobilier.

      et que d’attendre et espérer tous les 5 ans la venue d’un messie qu’il soit de gauche, de droite ou du milieu, relève de la maladie mentale.


      C’est la plus grande faiblesse de toutes les démocraties (et des dictatures), l’attente d’un être exceptionnel (qui n’a lieu qu’une fois par siècle grand maximum) pour guider un pays. D’où tous ces duels politiques, ces manipulations médiatiques et judiciaires qui font honte au mot « démocratie ».

      Tant que les élus ignoreront le principe de représentation et la mission sociale qui y est attachée, le modèle sera en crise et finira finalement par s’écrouler. Tant qu’ils ne sont pas tous sur un siège éjectable et qu’ils ne craignent pas d’y passer, aucun résultat significatif ne pourra être atteint.

      Mais aussi tant que le citoyen sera un zombie-consommateur ronchonnant, rien ne se produira...

      Je n’ai jamais d’ailleurs compris pourquoi on a pas inventé plus simple, à notre époque, que les campagnes électorales qui engouffrent, pour un temps relativement cours (seulement cinq ans), des sommes qui pourraient être investies dans le bien public et au service des citoyens.

      et puisque la chrétienté est en passe de disparaître corps et âme, ça tombe bien...

      Je suis sûr que la seconde religion de France, en prenant la place de la première, se fera un plaisir de rendre tout plus « démocratique ».

      Religion à toutes les sauces, fanatisme rempant, femmes battues et traitées comme du bétail, lois sur le blasphème, mariages forcés, conversions forcées et massacre des réticents . Un vrai régal smiley .

      Avant de commencer à couper des têtes, on aura eu droit aux gilets de toutes les couleurs (du spectre)...

      Macron n’est pas passé loin du raz-de-marée. Il y aura peut-être une autre forme de GJ avant que ça ne pète réellement.

      Ce qui est dommage, c’est que ça se produira alors qu’il sera trop vieux pour être jugé et que les conséquences de ses actes ainsi que ceux qui suivront auront déjà détruit le pays.


    • assouline assouline 12 février 12:07

      @Captain Marlo
      .
      L’UPR nous dit :
      .

      Au Chili, (retraite à points & capitalisation) ... bla,bla,bla..


      .
      Que viennent donc faire les retraites chiliennes, américaines, allemandes et suèdoises dans l’affaire des retraites françaises ?
      .
      Ceci dit, les cas chilien et américain montrent que l’Union européenne n’est en réalité pour rien dans ce qui pourrait être, en France, une réforme au rabais...
      Ces Etats-nations-souverains se débrouillent très bien tout seul pour poursuivre leur casse sociale...
      .

    • assouline assouline 12 février 12:20

      @Captain Marlo
      .
      L’UPR nous dit :
      .

      Mais les Français y tiennent à leur système social solidaire ! Et ils se fichent complètement de savoir si d’autres peuples acceptent de fonctionner autrement...


      .
      Mais alors... pourquoi nous rabâcher ces histoires de retraites chiliennes, suédoises ou américaines ?
      .

      .La question est politique !

      .
      Ben oui... Au Chili et en Suède aussi, d’ailleurs...
      C’est pour ça qu’il faut penser ! Avec sa tête !
      Rabâcher ces vieilles histoires de CNR sorties de vieux grimoires poussiéreux est parfaitement stérile...
      Notre avenir est devant nous... pas derrière...

    • assouline assouline 12 février 12:28

      @Captain Marlo
      .
      L’UPR nous dit :
      .

      les Mamamouchis européens, qui croient que les peuples sont tous identiques et qu’on peut appliquer la même recette partout.


      Sauf qu’en Europe, « la recette » est différente partout...
      Il semble donc que les européistes sont au fait de ce que la « recette » des retraites peut être différente d’un pays à l’autre...
      Il n’y a d’ailleurs pas de « recette » européenne des retraites...

    • assouline assouline 12 février 12:34

      @Captain Marlo
      .
      Je m’disais...
      De la même manière que l’UPR songe à une destitution de Macron au moyen de prétendues violations de la Constitution...
      On pourrait recenser les quinze plus gros mensonges de l’UPR...
      On vous ferait grâce des plus insignifiants...
      Et envisager ensuite une destitution d’Asselineau du paysage démocratique français... au motif de violations multiples de la vérité et de tromperie à l’égard du citoyen...


    • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 13:30

      @Captain Marlo
      espérons que les français, tous les français ouvriront les yeux.
      ils sont pour l’instant majoritaires, mais encore un peu plus ne peut pas faire de mal.
       smiley


    • William 12 février 21:59

      @olivier cabanel
      « espérons que les français, tous les français ouvriront les yeux »

      Aux européennes de 2019, les deux partis arrivés en tête étaient les mêmes que ceux de 2017, le mouvement GJ n’a quasiment pas fait bouger les rapports de forces électoraux (hormis le renforcement des verts au détriment des roses et des rouges).
      Dans à peine plus de deux ans il y aura retour aux urnes présidentielles, et c’est au premier tour que s’effectue la sélection. 

      Alors s’il y a division et multiplication des candidatures, les mêmes que la dernière fois se retrouveront en finale, et il sera trop tard pour pleurer sur la non-légitimité des sélectionnés, la règle électorale est claire et connue par tous.

      PS : Hollande a renoncé fin 2016 à se présenter parce que les sondages le donnaient éliminé dès le premier tour. Si Macron reste au dessus de 25% d’avis favorables, cela lui suffira pour aller au second tour, sauf s’il y a un candidat unique de toute la gauche et des écologistes (ce qui parait utopique à ce jour). 


    • olivier cabanel olivier cabanel 13 février 19:20

      @William
      bah d’ici 2022, la situation pourrait changer...
      les municipales vont donner l’orientation, malgré les manoeuvres de castaner et compagnie


    • William 13 février 21:12

      @olivier cabanel
      Le « socle » de Macron reste entre 20 et 25%, avec une certaine recomposition, des électeurs de droite ayant remplacé les défections de centre-gauche. Donc les courants politiques qui veulent le remplacer doivent éviter de se diviser entre plusieurs candidats, afin de dépasser ce seuil au premier tour.
      Il peut certes y avoir un « accident politique », comme ce fut le cas de la précédente majorité qui a connu un large courant « frondeur ». Mais même s’il peut y avoir une lente érosion des députés de la majorité, une division complète ne parait pas plausible. On peut s’attendre qu’après le dossier « retraites » il ne prendra plus de risques, et on voit poindre le repli sur des thèmes politiquement corrects, il va se mettre au vert.

      Les municipales sont quasiment toujours un échec pour les majorités en place (l’usure du pouvoir est rapide chez nous), mais cette fois-ci, LREM qui part quasiment de zéro va engranger artificiellement des municipalités du fait de ralliements (même sans en porter l’étiquette), ils pavoiseront donc au moment des résultats, même si le score global est calamiteux. Personne ne sera dupe, surtout s’ils ne parviennent pas à enlever Paris, pourtant très macroniste, du fait de leur division (Villani est peut-être un sous-marin d’Hidalgo).
      On verra ensuite avec les régionales et départementales en 2021, mais là aussi LREM/Modem part de très bas, donc il ne pourra que progresser en suffrages. Supposons qu’il n’enlève strictement aucune région, là ce serait un coup de canon politique qui pourrait le conduire ...à ne pas se représenter l’année suivante (avancer de un ans en démissionnant n’aurait pas de sens).


  • molloy molloy 11 février 23:50
    La constitution de la Vème République n’est pas adaptée à l’incompétence de nos derniers présidents.

    Macron ne sera jamais destitué, vous rêvez.
    En outre, la réforme Chirac-Jospin sur le quinquennat nous a été fatale.
    On pouvait espérer une cohabitation à mi-mandat auparavant. Aujourd’hui, on en prend pour 5 ans ferme. 

    Quand le chef n’est pas très bon, on mange mal, quand il est très mauvais, on mange de la merde.


    • olivier cabanel olivier cabanel 12 février 13:28

      @molloy
      et quand il est vraiment mauvais, on dégueule.
       smiley


    • Captain Marlo Captain Marlo 16 février 21:23

      @molloy
      La constitution de la Vème République n’est pas adaptée à l’incompétence de nos derniers présidents.


      .
      Mais oui, puisque l’article 68 pour la destitution, est dans la Constitution  !!
      .
      Vous avez lu la Constitution ? Dans le préambule, il y a la déclaration des Droits de l’ Homme & du citoyen de 1789.
      .

      "Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des Droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements,

      ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs

      .

      Afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés.

      .

      Afin que les réclamations des Citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution, et au bonheur de tous... etc


Réagir