mercredi 31 mars 2010 - par ploutopia

Le djihad islamique

Le djihad islamique, terme que l’on traduit généralement par guerre (Cfr.Wikipédia) mais qui signifie également effort, est l’objet d’immenses malentendus, eux-mêmes amplifiés par les discours haineux de groupes islamistes extrémistes et par l’ethnocentrisme de certains Occidentaux qui sont trop contents de coller sur la religion de « l’autre » des étiquettes infâmantes.

Il faut se rappeler que le terroriste-type d’Al-Qaïda que l’on qualifie de djihadiste est un homme qui n’a guère reçu d’instruction religieuse sérieuse [1]. Sa connaissance du Coran est approximative. Son engagement est dû autant à la frustration qu’à la religion. Il se sert de celle-ci pour exprimer celle-là.

Un récit ancien offre une idée bien différente de ce que signifie en fait ce qu’on appelle « le grand djihad ». Dans un combat corps à corps avec un ennemi de l’islam, Ali, guerrier modèle, immobilise son opposant. Ce dernier lui crache au visage dans un sursaut de haine. Aussitôt, Ali lâche prise et remet son épée au fourreau. L’ennemi surpris lui demande le motif de ce geste. Ali répond que jusqu’alors il avait combattu pour la vérité (Al-Haqq), mais qu’après avoir reçu le crachat au visage, il a éprouvé un sentiment de rage. Cela l’empêche de continuer à combattre, parce qu’il ne veut pas agir poussé par la colère.

On peut découvrir beaucoup d’exemples semblables au comportement chevaleresque d’Ali, affirme l’Iranien Seyed Hossein Nasr[2]. Que l’on songe à l’Emir Abd el Kader s’opposant au colonialisme français en Algérie et au commandant Massoud, assassiné en Afghanistan par des extrémistes islamistes. L’histoire de ces combattants restés fidèles à leur tradition illustre un des aspects majeurs de l’éthique des sociétés traditionnelles, à savoir la noblesse de coeur. Mohammed aurait lui-même distingué le grand djihad, à savoir le travail sur soi et la lutte contre ses passions, du petit djihad, à savoir la guerre contre l’ennemi extérieur.

Cette insistance, au sein de l’islam, sur le travail spirituel intérieur est peu entendue aujourd’hui, l’extrémisme islamique occupant le terrain médiatique. Mais il n’a nullement disparu pour autant, pas plus qu’une grande tolérance envers toutes les religions. Déjà le grand Ibn Arabi se réjouissait des saints qu’il trouvait dans les synagogues et les églises... et il ne craignait pas de dénoncer les gens haineux qu’il trouvait dans les mosquées. Belle indépendance d’esprit[3], et attitude qui contraste avec le silence d’intellectuels musulmans d’aujourd’hui à l’égard de leurs coreligionnaires allumés qui parlent et tuent au nom de leur foi.

La tolérance, cependant, n’est pas morte en terre d’islam. Des intellectuels rappellent ce hadith de Mohammed utile à méditer : « L’encre des savants est plus précieuse que le sang des martyrs ». Un homme tel que cheikh Khaled Bentounès se prononce ainsi sur les diverses traditions spirituelles : « Les prophètes des religions sont comme les différents grains d’un chapelet et la spiritualité est le fil qui relie l’ensemble des grains. Tous les prophètes sont ainsi reliés les uns aux autres au-delà de leurs différences » [4]. Nous sommes loin des anathèmes véhéments envers les « infidèles » ! Quant au cheikh algérien Ahmed Tidjani, fondateur de la confrérie soufie Tidjaniya, très répandue en Afrique de l’Ouest, il affirmait « Allah aime aussi l’infidèle ... ».

Le grand spécialiste des traditions africaines, Amadou Hampâté Ba, rapporte que son maître spirituel Tierno Bokar disait : « Je ne m ‘enthousiasme que pour la lutte qui a pour objet de vaincre en nous nos propres défauts »[5]. Il précisait que cette lutte n’a rien à voir avec la guerre que se font les fils d’Adam au nom d’un Dieu qu’ils déclarent aimer beaucoup, mais qu’ils aiment mal puisqu’ils détruisent une partie de son oeuvre. « En Dieu, frères de toutes les religions, abaissons les frontières qui nous séparent. A bas toutes les créations artificielles qui opposent les humains les uns aux autres ». Voici des paroles sorties d’une modeste case de terre séchée au coeur du pays Dogon.

Il est rafraîchissant d’entendre cette voix sereine et fraternelle. Cela nous change de celle des barbus furibonds. En voici un autre écho, qui permet de deviner tout ce que renferme de beauté et d’ouverture une pensée spirituelle vraiment ancrée dans la profondeur : « Volons comme un aigle aux ailes puissantes vers l’union des coeurs, vers une religion qui ne tendra pas à l’exclusion des autres credo mais à l’union universelle des croyants libres de leur personne et moralement libérés des appétits de ce monde (...). La religion, celle que veut Jésus et qu’aime Mohamed, est celle qui, comme l’air pur, est en contact permanent avec le soleil de Vérité et de Justice, dans l’Amour du Bien et la Charité pour tous ». En cela il s’inspirait directement du Coran dont un verset dit « et lorsqu’ils (les croyants) sont apostrophés par les ignorants, ils disent ‘Paix’ »[6]. Dignité, noblesse et tolérance. Voilà campées de belles qualités. Rappelons-nous qu’il s’agit d’idéaux-types, donc d’abstractions généralisatrices, et non d’une description empirique de ce que vit chaque individu du groupe concerné. La réalité concrète est hybride.

Extrait p. 150-151, DES RACINES POUR L’AVENIR, Cultures et spiritualités dans un monde en feu, Thierry VERHELST

 

Plus menace le nivellement matérialiste, plus grande est la quête des fondements. Cette quête se doit de viser la profondeur. Faute d’être fondamentale, elle risque de devenir fondamentaliste. Il faut le répéter, les courants fondamentalistes sont autant sinon davantage ancrés dans l’angoisse générée par la modernité et dans l’humiliation provoquée par l’arrogance des dominants que dans la conviction religieuse. Il faut combattre l’intolérance, et non la religion. L’économie actuelle est donc contestable non seulement parce qu’elle va à l’encontre de la justice sociale et du respect de l’environnement, mais encore parce qu’elle est à la source des deux grandes préoccupations qui agitent l’Occident aujourd’hui, le fondamentalisme et l’immigration clandestine.

Extrait p. 131, DES RACINES POUR L’AVENIR, Cultures et spiritualités dans un monde en feu, Thierry VERHELST.

 

Enfin, pour information, notons que le prénom Mahomet n’existe pas. Mahomet est une déformation de langage datant du Moyen-âge. Le seul et véritable prophète d’Allah est MOHAMMED. Extrait ci-dessous du livre « Vers une approche du Monde Arabe », de Jean-Jacques Schmidt, Aux éditions du Dauphin, 2000.

 

[“Mahomet”, “mahométisme” et “mahométan”] Voilà trois termes qu’il faut, une fois pour toute, bannir de votre vocabulaire. Il n’existe pas et il n’a jamais existé de “Mahomet” parmi les prénoms masculins arabes. La meilleure orthographe est Mohammed ou Mouhammad : celui qui est loué, louangé.

“Mahomet” est une déformation qui remonte au Moyen-âge chrétien et qui, hélas, persiste de nos jours. "Mahomet" est une appellation juive dérivant de « Ma houmid » qui signifie explicitement « le Non Béni » sinon « l’Exécré »

Au XVIIIième siècle, Voltaire, en particulier, a contribué à imposer cette dénomination notamment dans une pièce qu’il a intitulée : “Mahomet ou le fanatisme”, par laquelle il a dénigré l’Islam et son Prophète.

Beaucoup plus grave est l’expression : “mahométisme” par la signification qu’elle véhicule. Pourquoi grave ? Parce que l’on a tôt fait de mettre en parallèle “mahométisme” et “christianisme” en les opposant. Ainsi assimile-t-on la “croyance” dans le Christ (rendue par la terminaison “isme” (=christianisme) à la “croyance en Mahomet (=mahométisme)”. Or, il faut rappeler que si le christ est bien l’objet d’adoration et de croyance en tant que fils de Dieu, d’une essence supérieure aux autres mortels, Mohammed, lui, n’est la source d’aucune croyance, ni l’objet d’aucune adoration. Quant à “mahométan”, il laisse entendre que “Mahomet” aurait des fidèles qui l’adoreraient, comme les chrétiens adorent le Christ. Or, dans l’Islam, seul Dieu est adoré.

Mohamed, ainsi que le Christ, sont respectés dans cette religion en tant que prophètes, des hommes comme les autres que Dieu a choisis pour transmettre Son Message à l’humanité

Source : http://www.yabiladi.com/forum/comparatif-mahometmohamed-80-1654018.html

www.soufisme-fr.com


Notes

[1] « Une étude américaine esquisse le profil-type du terroriste d’Al-Qaida », Le Monde, 10/8/2004, p. 3. Cette étude du prof. Marc SAGEMAN de l’université de Pennsylvanie, un ancien opérationnel de la CIA en Afghanistan, fait état d’un nouveau terroriste-type qui serait « global et nihiliste ».

[2] Seyed Hossein NASR, « Le terrorisme islamique et la profanation d’un terme sacré », article repris en traduction dans Espérance des peuples, N° 415, mai 2004.

[3] Jean MOUTAPPA, « Mais que font les intellectuels musulmans ? », Le Monde des religions, janvier-février 2006, p. 17.

[4] Entretien avec Marc DE SMEDT, Nouvelles Clés, N° 11, automne 1996. Le cheikh Khaled BENTOUNES, maître de la grande confrérie soufie Alawiya, est le descendant d’une lignée de maîtres soufis qui remonte jusqu’au prophète Mohammed. Voir www.fondationdiagonale.org

[5] Amadou Hampâté BA, Vie et enseignement de Tierno Bokar, Le sage de Bandiagara, Seuil, 1980, pp. 158 et 244.

[6] Soheib BENCHEIKH, ancien Grand Mûfti de Marseille dans un débat publié par La Libre Belgique à l’occasion de l’affaire des caricatures de Mohammet, mardi 7 février 2006, p. 31.



75 réactions


  • Gabriel Gabriel 31 mars 2010 10:09

    Djihad cela veut dire guerre sainte pas vrai ? Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer comment une guerre peut être sainte ? Comment peut on tuer au nom d’un Dieu qui est à l’origine de la vie ? Tout cela m’échappe ! A moins que nous ayons à faire à des cons, si c’est le cas ne perdez pas votre temps à me répondre. Merci


    • Rounga le sexy roungalashinga 31 mars 2010 10:21

      Djihad cela veut dire guerre sainte pas vrai ?

      L’auteur précise au tout début de l’article que « djihad » signifie aussi « effort ».


    • Basepam 31 mars 2010 10:43

      Juste que je comprenne : Vous avez lu l’article avant de poser cette question ou vous posez une question sans réfléchir ?


    • Gabriel Gabriel 31 mars 2010 10:57

      @ Basepam

      Juste que je comprenne : Vous avez lu l’article avant de poser cette question ou vous posez une question sans réfléchir ?

      Je me pose la même question vous concernant, aussi pour éclairer votre lanterne quelques liens ci-dessous..

      http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/djihad/

      http://atheisme.free.fr/Contributions/Y_djihad.htm

      http://dictionnaire.reverso.net/francais-definition/djihad

       


    • Basepam 31 mars 2010 11:07

      Cet article essaie d’expliquer un certains nombres de clichés sur la religion musulmane.
      Votre commentaire est déplacé, c’est sûr qu’en les traitant de cons on va améliorer les choses.


    • samir 31 mars 2010 11:11

      c’est marrant que les cons t’instruisent non tu trouves pas ca pathetique ?

      si tu va sur atheisme.fr il est normal que tu trouves la defintion suivante djihad = hitler = nazisme

      par contre je ne sais pas si tu connais wikipedia ?? non ? si ? tu verras c’est bien ca releve le niveau

      Djihad, jihad ou djihâd (arabe : jihād, جهاد, lutte) est un terme arabe et signifiant « exercer une force », « tâcher » ou « combattre ». Dans le Coran, l’expression « al-jihad bi anfousikoum » (Lutter contre les penchants de votre âme) est l’équivalent de l’expression se faire violence ou « al-jihad fi sabil Allah » (combat sacré dans le chemin d’Allah)[

      le Djihad est avant tout un combat personnel et spirituel contre nos mauvais penchants et c’est le plus dur des combats


    • Gabriel Gabriel 31 mars 2010 11:46

      @ Basepam et Samir

      Reprenons car j’ai peur d’avoir été mal compris. La définition de Djihad sur plusieurs sites est définie comme guerre sainte. Cela est reprit allègrement par les intégristes qui en font leurs propres interprétations et tuent en son nom. Il n’a jamais été question dans mes propos de parler des musulmans en général mais bien des personnes qui pratiquent des meurtres au nom du djihad. Ce que j’appel, et maintient, des cons ! Il faudrait lire en profondeur et ne pas interpréter faussement. Merci 


    • samir 31 mars 2010 12:38

      les sites que tu references ont un parti pris et orientent les definitions qu’ils proposent


    • ploutopia ploutopia 31 mars 2010 12:51

      Ce n’est pas parce que cela figure sur plusieurs sites que c’est à prendre comme vérité absolue. Et ce n’est pas non plus parce que certains s’en réclament sous une forme qu’il s’agit de LA vérité.

      Insatisfait, l’homme s’est toujours servi de belles idées ou messages pour façonner certains actes sous l’apparat du bien. Dans le domaine de la science, pensons à toutes les avancées technologiques aux dérives étiques et sanitaires de plus en plus menaçantes : pesticides, OGM, nucléaire, nanotechnologies, télécom… « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » disait déjà Rabelais. Dans le domaine de la théologie, le christianisme ou toute autre religion sont-ils dépourvus de toute dérive ? Nombreuses sont les pages de l’histoire tachés de sang au nom de ceux qui savent ou prétendent savoir. Même au Sri Lanka, on tue au nom du Bouddhisme. Un comble pour une religion centrée sur le respect de toute forme de vie !

      N’en déduisez pas pour autant que les religions soient responsables de tous les maux. A ce poncif, Thierry VERHELST répond (en page 333 de son livre « des racines pour l’avenir ») : « Napoléon était-il un frère des écoles Chrétiennes ? Hitler ou Staline, des grenouilles de bénitier ? Pol Pot un pieux moine bouddhiste ? Les chefs terroristes d’aujourd’hui sont-ils des gens particulièrement religieux ? N’utilisent-ils pas la religion à d’autres fin et en particulier pour se laver ‘frénétiquement’ de l’humiliation qu’ils ressentent ? »

      En page 304, Thierry VERHELST ajoute : « Il s’agit d’opposer au fondamentalisme le goût du fondamental et de ne pas laisser aux intégristes de tous bord le monopole du discours sur le religieux. Cela vaut pour les barbus farouches et exaltés de l’islam et leurs équivalents dans le christianisme et dans chaque religion, et cela vaut également pour les rationalistes étroits et tout aussi «  fondamentalistes » qui croient pouvoir disserter doctement de « l’irrationalité » des religions. Il s’agit de mettre en lumière le potentiel d’humanisation des grandes traditions religieuses et leur contribution essentielle à la culture humaine et à l’appréhension du mystère grandiose qui habite chaque être humain et le cosmos tout entier. »


  • Rounga le sexy roungalashinga 31 mars 2010 10:25

    Il y a une contradiction dans l’article, puisque vous écrivez au début :
    le terroriste-type d’Al-Qaïda que l’on qualifie de djihadiste est un homme qui n’a guère reçu d’instruction religieuse sérieuse [1]. Sa connaissance du Coran est approximative. Son engagement est dû autant à la frustration qu’à la religion. Il se sert de celle-ci pour exprimer celle-là.

    Donc le terrorisme islamique n’est que l’expression d’une frustration et d’un combat politique, qui a pour contexte une culture et une fois islamique.

    Mais ensuite vous écrivez :

    Belle indépendance d’esprit[3], et attitude qui contraste avec le silence d’intellectuels musulmans d’aujourd’hui à l’égard de leurs coreligionnaires allumés qui parlent et tuent au nom de leur foi.

    Il faudrait savoir : soit ces terroristes tuent au nom de leur Dieu et de leur foi, soit ils tuent pour exprimer leur frustration. Qui de l’œuf ou de la poule ?


    • ploutopia ploutopia 31 mars 2010 12:05

      Ce n’est pas parce que l’on prétend connaitre que l’on connait. Si c’était le cas, tous les suffisants de la planète seraient déjà docteur en toutes sciences et rois du monde… Alors, orgueil ou connaissance ?

      La connaissance (étymologiquement : naître avec) est le résultat intériorisé de l’expérience individuelle de chaque individu, consubstantiel à son histoire. Recombinaison spécifique de l’information prélevée par chacun dans son environnement, la connaissance est en lien avec l’affectif, le social, les valeurs, le désir, donc empreinte de subjectivité.


    • anti-oligarchie anti-oligarchie 31 mars 2010 22:54

      Concernant la pièce de Voltaire sur Mahomet,il n’ a jamais été question de s’attaquer à l’Islam.
      Mais aux fanatiques Juifs et Chrétiens.Sa pièce à été interdite au bout de 3 représentation,une fois la supercherie démasqué.
      Au contraire,Voltaire était un grand admirateur de l’Islam :

      Le plus grand changement que l’opinion ait produit sur notre globe fut l’établissement de la religion de Mahomet. Ses musulmans, en moins d’un siècle, conquirent un empire plus vaste que l’empire romain. Cette révolution, si grande pour nous, n’est, à la vérité, que comme un atome qui a changé de place dans l’immensité des choses, et dans le nombre innombrable de mondes qui remplissent l’espace ; mais c’est au moins un événement qu’on doit regarder comme une des roues de la machine de l’univers, et comme un effet nécessaire des lois éternelles et immuables : car peut-il arriver quelque chose qui n’ait été déterminé par le Maître de toutes choses ? Rien n’est que ce qui doit être.
       
       
       dans Oeuvres complètes de Voltaire, Voltaire, éd. Moland, 1875, t. 24, chap. IX-De Mahomet, p. 588

      Voltaire a énormément parlé de l’Islam...Des citations par dizaines...


  • frédéric lyon 31 mars 2010 10:32

    On dirait que ce pauvre Ben Laden n’a plus le vent en poupe, puisque notre ami Musulman semble trouver urgent de retrouver ce ton mielleux et hypocrite du mec qui a raté son mauvais coup et qui veut rentrer dans les bonnes grâces de ses victimes, en attendant de pouvoir les frapper à nouveau.


    Pitoyable !

    Mais cela montre sans coup férir que la mouche a changé d’âne et qu’il ne reste plus qu’à terminer le boulot.



    • samir 31 mars 2010 11:24

      « qui veut rentrer dans les bonnes grâces de ses victimes »

      « rentrer dans les bonnes grâces » vis a vis d’autres êtres humains n’a pas de sens chez les musulmans


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 31 mars 2010 10:44

    C’est vrai que l’incompréhension peut venir d’un simple préfixe...

    - « El-djihad » c’est la lutte qui peut dire aussi la guerre, la confrontation au nom d’une cause ou au nom des intérêts quels qu’ils soient.

    - « El-Idjtihad » c’est l’efort, la persévérence, la lutte sur soi, la seule qui vaille la peine d’être d’abord menée pour mériter ce qu’il y’a de mieux dans l’univers.

    Mohammed MADJOUR. http://www.republic.unblog.fr/


  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 31 mars 2010 11:52

    BIG PINK PIG (xxx.xxx.xxx.74) 31 mars 11:40

    Arrêtes tes cochonneries, cochon ! Tu as déjà fait beaucoup de dégats avec ta fausse grippe cochonne !

    « arabisation-islamisation des BERBERES, de l’Egypte, de la Palestine....
    colonisation de peuplement ou idéologique (turquie, Inde, malaisie, PERSE...)  »

    Oh la la, tu te désignes avocat d’office de tous ces peuples victimes ? Demandes d’abord leur avis s’ils veulent être libérés par un cochon aux orielles rabattues !

    Mohammed MADJOUR. http://www.republic.unblog.fr/


    • samir 31 mars 2010 14:19

      et encore le cochon est un animal trop noble pour cet énergumène

      Nous n’avons pas le droit de manger du cochon mais on ne peut pas non plus l’insulter et le comparer a certains rebus de l’humanité


    • samir 31 mars 2010 13:46

      Bah Si un film de merde comme OSS suffit a te fendre la poire j’comprends un peu plus ton personnage

      lol


  • Jojo 31 mars 2010 13:55

    D’habitude j’ai un début de nausée en anticipation dès que j’aperçois un titre d’article avec Islam, ou Burka dedans, mais là j’avoue que l’accueil des 60% d’avis négatifs  (Ici s’entend), était plutôt de bonne augure. Après lecture je confirme merci.

    Je me dois toutefois de préciser que le prophète de l’Islam n’a jamais prononcé le pseudo-hadith du grand et du petit Djihad. Du reste ni l’Islam ni la pertinence de votre article n’a besoin de recourir à de telles … preuves créées de toutes pièces.

    La valeur du djihad sur le sentier de Dieu et par extension du moudjahid en Islam est bel est bien considérable, c’est juste que ce mot  est aux antipodes de ce que l’occident attribue d’habitude aux criminels genre GIA chose, Taliba truc, Ben Machin et Cie.

    Tout le reste est excellent, ça me changera merci encore.

    Thierry J, excellent choix d’avatar smiley



  • katalizeur 31 mars 2010 13:56

    @ l’auteur

    tres bon article...comme j’aimerai en lire plus sur a ;vox....

    @ commmentaires

    excellents commentaires, j’attire l’attention de mes amis : il y a un shitan parmis nous, devinez le quel ? un indice ? il est rose et patauge dans la fange....


  • Wàng 31 mars 2010 14:08

    Grand Jihad (intérieur) et petit jihad (guerre), ça vient d’un haddith très tardif et non anthentique. La signification et l’application du mot Jihad (lutte, combat) dans le Coran et dans la Sunnah est toujours littérale.

    Quand au soufisme, il est ultra minoritaire, persécuté et son fondateur a été crucifié.

    Faut pas trop prendre les gens pour des c..


    • samir 31 mars 2010 14:14

      Salam Wang

      de meme pour les notions de Dar-al-Harb et Dar-al-Salam qui ont ete formalisée tres tardivement


  • Wàng 31 mars 2010 14:21

    Oui mais elles ont un fondement réel dans le Coran et la Sunnah. Par contre, le fondement du Jihad dans le Coran est avant tout guerrier, même si je vous concède qu’il est possible d’élaborer une doctrine du combat intérieur à partir des Sourates Mecquoises (souvent subbrogées par des sourates plus récentes malheureusement).

    Salam


    • Wàng 31 mars 2010 14:44

      C’est vrai. Les textes fondamentaux de l’islam ne sont pas des textes pacifiques. C’est aux modérés de nous montrer par les actes qu’il y a un malentendu, pas de nous faire la leçon sachant qu’ils ont le terrain facile car la plupart des européens sont très ignorants de ce qu’est réellement l’islam.

      Malheureusement, il y a plus souvent un silence complice qu’autre chose sur les agissements des islamistes, alors qu’on voit bien les intéressés manifester violemment sur Israël, les caricatures, l’Occident, etc. Ca ressemble à un aveux car dénoncer ces actes reviendrait souvent à critiquer leur prophète qui a agi de même, un des problèmes de l’islam est donc tout au moins le dogme de l’imitabilité de leur prophète (dogme coranique) qui est quasi supérieur au message lui même.


    • samir 31 mars 2010 14:56

      "pendant que les uns se font exploser le bide un peu partout dans le monde en tuant sciemment des civils plusieurs fois par mois, les autres nous expliquent que c’est une religion d’amour et qu’il y a malentendu"

      Pendant que les armées saccagent Irak et Afghanistan et d’autres endroits du monde en tuant sciemment des dizaine de milliers de civils plusieurs fois par mois, Tall et les autres pretendent nous expliquer qu’ils representent la democratie et la liberté

      entre deux bonne femmes qui font 37 morts civils
      et des armées occidentales qui ont fait plus d’un million de morts civils en Irak je crois que tu manques cruellemnt d’objectivité


    • samir 31 mars 2010 15:03

      "Malheureusement, il y a plus souvent un silence complice qu’autre chose sur les agissements des islamistes, alors qu’on voit bien les intéressés manifester violemment sur Israël, les caricatures, l’Occident, etc. Ca ressemble à un aveux car dénoncer ces actes reviendrait souvent à critiquer leur prophète qui a agi de même, un des problèmes de l’islam est donc tout au moins le dogme de l’imitabilité de leur prophète (dogme coranique) qui est quasi supérieur au message lui même."

      qu’est ce que tu racontes Wang ? arrete de faire le debile

      je suis musulman et je ne dis rien de ces attentats pour plusieurs raisons :

      • car je ne connais pas les personnes qui les ont réalisé que sais tu de leur vie ? Vu au zapping hier : une jeune femme tchtchene larmes aux yeux qui disait qu’elle avait perdu tout le monde dans sa famille et que si elle perdait la soeur qui lui restait a cause des russes elle irait se mettre une ceinture de bombe et se faire peter bref je n’excuse pas mais je peux comprendre la haine de cette femme
      • Car cela ne me concerne pas
      • Car je n’entends pas les occidentaux faire leur mea Culpa concernant les massacres aux quatres coins du monde qui ont toujours lieu (Irak plus d’1 million de mort) ou en Afghanistan

    • samir 31 mars 2010 15:19

      Ah bon moi je t’entends pas crier au scandale du million de mort Rwandais avec l’aide la France ? ca a été fait avec tes impots mon grand...

      ou encore des enfants morts irakiens on t’entend pas ??

      par contre quand ca touche des bien blancs et que ce sont des musulmans alors la on doit se justifier ?
      Faudrait que t’enleves la merde que t’as dans les yeux et que tu te demandes pourquoi on retrouve des journalistes dans des coffres de voiture en Tchetchenie et renseigne toi sur Kadyrov

      PS : ne parle pas du Coran tu ne sais pas ce qu’il y a dedans , tu le connais dans sa totalité ? non alors ferme la a tout jamais comme dirait Dieudo, par exemple moi je m’abstiens de parler de l’homosexualité des fourmis en nouvelle zelande parce que je ne maitrises pas le sujet mais c’est ca la France de Besson et Zemmour

      « quiconque tue un homme c’est comme s’il avait tué toute l’humanité »
      « ne vous donnez pas la mort » CORAN


    • samir 31 mars 2010 16:16

      c’est bien ce que je dis tu ne connais rien du Coran


    • Wàng 31 mars 2010 18:20

      A Samir :

      « quiconque tue un homme c’est comme s’il avait tué toute l’humanité »

      Vous avez oublié de citer la suite.

      32] Voilà pourquoi Nous avons édicté cette loi aux fils d’Israël : « Quiconque tue un être humain non convaincu de meurtre ou de sédition sur la Terre est considéré comme le meurtrier de l’humanité tout entière. Quiconque sauve la vie d’un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l’humanité tout entière ! » Malgré les multiples et irréfutables preuves qui leur furent apportées par Nos prophètes, beaucoup d’entre eux n’en continuèrent pas moins à commettre des excès sur la Terre.
      [33]
      La seule récompense de ceux qui font la guerre à Dieu et à Son Prophète, et qui provoquent le désordre sur la Terre, est qu’ils soient mis à mort, crucifiés ou amputés d’une main et d’un pied par ordre croisé, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera une dégradation pour eux, dans ce monde, en plus du terrible châtiment qui les attend dans la vie future

      Bref, on a affaire ici à une diatribe violemment antisémite et contenant en réalité une menace de mort pour ceux qui provoquent le désordre (entendez : qui résistent à l’imposition de la Loi d’Allah).


    • samir 1er avril 2010 13:53

      Pourquoi antisemite Wang l’abruti ?

      ou y a t il ecrit le mot juif la dedans ?

      lol


  • Ali 31 mars 2010 14:56

    @ Wang

    on aimerait bien voir les cathos maifester contre israel lorsqu’ils bombardent et spolient les Palestiniens

    après nous adapteront le Coran et les hadith à votre sauce pour adapter notre religion à votre convenance


    • samir 31 mars 2010 15:04

      Ouais faut etre objectif au bout d’un moment

      Qui fais le plus couler de sang et de larmes dans ce monde ?


    • Ali 31 mars 2010 15:36

      @ Samir

      les muslims bien entendu, on te le dis tous les jours

      je te conseille « Nouveaux articles sur l’Islam et la barbarie » par Hani Ramadan éditions Tawhid
      on y apprend que Grozny fut rasée les habitants (musulmans) enfouis sous les décombres et que Poutine pourrait bien être un criminel dit de guerre


    • katalizeur 31 mars 2010 15:42

      @ samir

      salam

      les propagandistes quotidiens sur vox utilisent toujours les memes techniques :

      Décodage de 25 techniques.......
      de désinformation.
      Voici quelques techniques courantes utilisées par différents organes de pouvoir – publics ou privés – cherchant à occulter des vérités qui dérangent. Il est utile de garder ces concepts à l’esprit lors de la lecture d’informations relatives à des sujets controversés (ils sont nombreux) … pour autant, règle n°1, que vous sachiez même qu’ils le sont. Faites le test. Vous serez sans doute surpris de constater à quel point ces procédés percolent au travers de nombre de propos tenus par des instances officielles, des « experts » et par extension de nombreux médias ou commentateurs.

      Technique n°1 : Évitement Ne pas écouter la controverse, ne pas la voir, ne pas en parler. Si elle n’est pas rapportée, elle n’existe pas et il n’y a pas lieu de s’en occuper.

      Technique n°2 : Superficialité N’aborder la controverse qu’en périphérie, sur des points mineurs voire pittoresques. Eviter soigneusement les points clés de l’argumentation.

      Technique n°3 : Indignation Rejeter le sujet de façon indignée (« jamais une chose pareille ne serait possible »). Jouer sur le sentiment d’incrédulité (« il y aurait eu des fuites », « ça se saurait », …)

      Technique n°4 : Rumeur Considérer la controverse comme une rumeur de plus, sans fondements, quels que soient les arguments présentés................


    • katalizeur 31 mars 2010 15:45

      @ samir

      je ferai suive les autres plus tard ...inch’allah

      bien identifier son adversaire, bien le connaitre, pour mieux le combattre.......hassen NASRALLAH


    • Ali 31 mars 2010 15:49

      www.islam-france.com les éditions Tawhid évidemment


    • katalizeur 31 mars 2010 15:55

      @ ALI
       salam ali

      si les agents de l’ambassade me moinsent c’est que je tape dans le mille...mimille

      donc, suite :

      Technique n°5 : Homme de paille Présenter la position de son adversaire de façon ..volontairement erronée, en sélectionnant son argument le plus faible, en amplifiant sa portée puis en le détruisant.
      Technique n°6 : Messager Décrédibiliser le porteur du message. Par extension, associer les opposants à des dénominations impopulaires telles que « excentrique », «  extrême-droite », « gauchiste », « terroriste », « conspirationniste », « radical », « fanatique », ou même « blonde » etc.......

      Technique n°7 : Biais Exacerber tous les faits qui pourraient donner à penser que l’opposant opère en dissimulant ses véritables intentions ou est sujet à tout autre forme de biais.....

      Technique n°8 : Confusion Quelque soit le niveau de la polémique mais sans y faire référence, confirmer la thèse officielle par un communiqué laconique sur une nouvelle étude favorable et rassurante.

      Technique n°9 : Autorité S’associer à l’autorité (organismes internationaux etc.) et présenter ses arguments avec suffisamment de jargon, de détails techniques et de sources pour les crédibiliser.

      Technique n°10 : Innocence Faire l’innocent. Quelle que soit la solidité des arguments de l’opposant, éviter la discussion en leur contestant toute crédibilité, toute existence de preuves, toute logique ou tout sens. Mélanger le tout pour un maximum d’efficacité.

      Technique n°11 : Amalgame Associer les charges de l’opposant à des charges farfelues facilement réfutables, qu’elles soient antérieures ou le fait d’autres opposants. En y étant associées, les charges subséquentes, quelle que soit leur validité, sont alors beaucoup plus facilement discréditées.

      Technique n°12 : Diviser Diviser pour mieux régner et par extension mettre l’accent sur les différences entre les différents courants des opposants et l’impression de chaos que cela procure...............


  • Sébastien Sébastien 31 mars 2010 16:03

    Le probleme est que des meurtres a grande echelle sont commis au nom du djihad islamique. Alors on aura beau expliquer, et je le crois bien volontier, que le djihad est en realite un travail sur soi, on en reviendra toujours aux attentats qui collent a la peau des musulmans comme Staline a la peau des communistes...


    • samir 31 mars 2010 16:13

      Seb tu t’es trompé dans le debut de ton post tu voulais sans doute dire

      « Le probleme est que des meurtres a grande echelle sont commis au nom de la democratie et de la liberté occidentale en Irak et en Afghanistan »

      pas besoin de me remercier


    • Sébastien Sébastien 31 mars 2010 16:46

      Non, Samir, quand des attentats sont commis en Irak ou en Afghanistan contre des irakiens ou des afghans, tu ne peux pas dire que c’est dirige contre les occidentaux.

      Quand des attentats sont commis a Bali, Londres ou Madrid, tu ne peux pas arguer que c’est pour « protester » contre la presence occidentale en Irak ou en Afghanistan.

      Et pour eviter tout anachronisme, je me permets de te rappeller que les attentats du 11 septembre ont ete commis avant que les occidentaux ne soient presents en Afghanistan et en Irak...


    • samir 31 mars 2010 17:21

      tu me parles d’attentats je te parles de GUERRES...avec des bombes de plusieurs tonnes etc...

      Le ressentiment anti-occidental mon coco a commencé (en ignorant la colonisation) lors de la PREMIERE guerre du golfe 1991 (donc 10 ans avant 2001) ou non seulement les US et alliées ont écrasé le peuple irakien mais ont également installé des bases militaires sur le sol Saoudien (terre sainte pour les musulmans donc sacrilege)

      Mais tu n’es pas objectif etudies l’histoire des trois derniers siecles et regarde qui agresse qui


    • Sébastien Sébastien 31 mars 2010 17:45

      Mais enfin Samir, les attentats sont des actes de guerre. C’est d’ailleurs l’acte le plus lache qui soit puisqu’il s’attaque a des civils.

      Et sur la guerre du Golfe, les americains ne sont pas entres en Irak et se sont « contentes » de repousser l’armee irakienne hors du Koweit. La majorite des pertes civiles irakiennes ont ete causees par Saddam Hussein en personne qui a ecrase une rebellion qui visait a faire tomber le regime.


    • samir 31 mars 2010 17:50

      "Mais enfin Samir, les attentats sont des actes de guerre. C’est d’ailleurs l’acte le plus lache qui soit puisqu’il s’attaque a des civils.

      Et sur la guerre du Golfe, les americains ne sont pas entres en Irak et se sont « contentes » de repousser l’armee irakienne hors du Koweit. La majorite des pertes civiles irakiennes ont ete causees par Saddam Hussein en personne qui a ecrase une rebellion qui visait a faire tomber le regime.

      "

      non faux les attentats sont des actes terroristes
      les americains tuent des civils en Irak et en Afghanistan qu’en dis tu ? des soldats qui tuent des civils ca s’appel comment ?

      certes ils ne sont pas rentrés en Irak mais sont rentrés en Arabie saoudite ce qui constitue un crime de lese majesté

      et puis tu sais les rebellions qui visent a renverser les regimes anti-US on connait la chanson entre Kermit Rossevelt, John Perkins et plus recemment le coup d’etat contre Chavez on sait comment ca se passe...plus la propagande US


    • Sébastien Sébastien 31 mars 2010 17:56

      Les attentats sont des actes terroristes ? Non, sans blague ?

      Quant au « crime de lese-majeste » dont tu parles, il en dit long sur la tolerance et l’ouverture d’esprit de certains musulmans... Ceux sont d’ailleurs les memes qui pensent le djihad en terme de guerre sainte, ce que denonce l’auteur de cet article.


  • ploutopia ploutopia 31 mars 2010 17:42

    Le ressentiment anti-occidental a commencé avec la colonisation.

    Lire Jean ZIEGLER, « La haine de l’occident  »

    ou encore Aimé CESAIRE : « colonisation = chosification  »

    J’habite une blessure sacrée

    J’habite des ancêtres imaginaires

    J’habite un vouloir obscur

    J’habite un long silence

    J’habite une soif irrémédiable

    J’habite un voyage de mille ans

    J’habite une guerre de trois cents ans

    […]

    Aimé Césaire,

    « Calendrier lagunaire », Moi, Lamnaire

     


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 31 mars 2010 17:46

      Ah bon ?

      Et toutes les guerres et expéditions de pillages qu’ils ont effectué avant en Europe c’était des visites de courtoisie ?

      Les musulmans ont TOUJOURS aimé faire la guerre aux non musulmans : ils sont irrécupérables.


    • samir 31 mars 2010 17:59

      c’est marrant parce que quand on connait l’histoire pas comme vous en gros on sait par exemple
      que le concile CHRETIEN de constantinople qui s’est tenu en 680 a jeté l’ANATHEME sur l’Islam

      PS : ANATHEME = destruction totale ou genocide

      qui aime la guerre et ne supporte pas l’autre ?


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 31 mars 2010 18:09

      Pourquoi les musulmans ont ils envahi :

      1°la Syrie,
      2° l’Irak,
      3° la Turquie,
      4° le Liban,
      5°l’Egypte,
      6° la Lybie,
      7°la Tunisie,
      8° l’Algérie,
      9° le Maroc,
      10° l’Espagne,
      11° le Portugal,
      12° la France,
      13° la Grèce,
      14° la Bulgarie,
      15° Chypre,
      16° la Roumanie,
      17° la Hongrie,
      18° l’Ukraine,
      19° la Jordanie,
      20° l’Iran,
      21° l’Afghanistan,
      22° le Pakistan
      23° l’Inde
      24° la Chine
      25° Israel ( je l’avais oublié smiley )
      26° le Soudan
      27° le Tchad
      28° l’Ethiopie
      29° le Sahara occidental
      30° la Mauritanie
      31° le Tchad
      32° la Malaisie
      33° l’indonésie
      34° le Timor

      et j’en oublie sans doute ...

      Faut pas venir faire la morale après un palmarès pareil !



    • samir 31 mars 2010 18:16

      ah ah ah

      « Il est normal que des gens saint d’esprit » oui bien sur

      anatheme = excomunication ????

      pfiouoououo on se marre ici et il me dit de retourner a l’ecole....ah ah ah


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 31 mars 2010 21:22

      Est ce qu’il y a ne fut ce qu’un musulman qui ait exprimé des excuses pour toutes ces invasions ?


    • samir 1er avril 2010 09:44

      le pire c’est l’occident qui massacre a bout de bras et exige des remerciements pour avoir apporter offciellement democratie et liberté mdr


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 1er avril 2010 13:58

      Manifestement, toutes ces invasions vous trouvez ça bien alors que celles des autres vous trouvez ça mal.

      Deux poids et deux mesures

      Discrimination négative

      Vous êtes bel et bien liberticide


    • samir 1er avril 2010 15:39

      invasion de l’indonesie ? kezako ?

      de l’afghanistan ?

      invasion de la Chine aussi ?

      pleins d’autres pays que tu cites n’ont jamais vu d’armées arabes comment tu l’expliques ?

      Alois tu es trop approximatif pour faire un interlocuteur valable et estimable....


  • Wàng 31 mars 2010 18:24

    Remarque sur la phrase du Coran citée par Samir :

    « quiconque tue un homme c’est comme s’il avait tué toute l’humanité »


    Il faut aussi citer la suite

    32] Voilà pourquoi Nous avons édicté cette loi aux fils d’Israël : « Quiconque tue un être humain non convaincu de meurtre ou de sédition sur la Terre est considéré comme le meurtrier de l’humanité tout entière. Quiconque sauve la vie d’un seul être humain est considéré comme ayant sauvé la vie de l’humanité tout entière ! » Malgré les multiples et irréfutables preuves qui leur furent apportées par Nos prophètes, beaucoup d’entre eux n’en continuèrent pas moins à commettre des excès sur la Terre.
    [33]
    La seule récompense de ceux qui font la guerre à Dieu et à Son Prophète, et qui provoquent le désordre sur la Terre, est qu’ils soient mis à mort, crucifiés ou amputés d’une main et d’un pied par ordre croisé, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera une dégradation pour eux, dans ce monde, en plus du terrible châtiment qui les attend dans la vie future


    Bref, on a affaire ici à une diatribe violemment antisémite et contenant en réalité la menace de l’enfer précédée d’une mort affreuse pour ceux qui provoquent le désordre (entendez : les juifs et tous ceux qui résistent à l’imposition de la Loi d’Allah).

    Tout le reste est à l’avenant.


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 31 mars 2010 18:30

      Outre le sort réservé à ceux qui étaient musulmans et qui changent de religion : la mort pour l’apostat.

      Et vu que c’est dans le coran, c’est impossible à changer puisque c’est la parole d’Allah d’après les dires de Mahomet.

      Le problème fondamental de l’Islam c’est le coran : un texte qui ne peut être modifié, ce qui implique que les évolutions sont impossibles.




    • samir 1er avril 2010 14:38

      c’est marrant ici y a une tripotée d’experts auto-proclamés du Coran qui ne l’ont jamais lu si ce n’est des morceaux mal traduits

      concernant l’apostasie le Coran enonce notamment ceci :

      « Ceux qui ont cru, puis sont devenus mécréants, puis ont cru de nouveau, ensuite sont redevenus mécréants, et n’ont fait que croître en mécréance, Allah ne leur pardonnera pas, ni ne les guidera vers un chemin[6] »

      cela te contredit totalement Alois


  • ELCHETORIX 31 mars 2010 19:56

    @ L’auteur
    merci pour votre excellent article .
    Les contradicteurs habituels déversent toujours leurs insanités qui ne trompent personne !
    RA .


    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 31 mars 2010 21:58

      Elchetorix pense que la mise à mort de ceux qui apostasient l’Islam est un détail sans conséquence !

      Il n’est pas vite gêné Elchetorix !

       smiley smiley smiley smiley smiley smiley
       smiley smiley smiley smiley smiley smiley
       smiley smiley smiley smiley smiley smiley

      Et encore un liberticide de plus !

       smiley smiley smiley smiley smiley smiley
       smiley smiley smiley smiley smiley smiley
       smiley smiley smiley smiley smiley smiley

      Notez bien qu’en plus il va se vautrer chez Soral : tout se confirme !

       smiley smiley smiley smiley smiley smiley
       smiley smiley smiley smiley smiley smiley
       smiley smiley smiley smiley smiley smiley


    • ELCHETORIX 1er avril 2010 01:10

      tiens le plus ridicule des contradicteurs avec ses arguments si colorés , enfantins en contradiction avec son avatar qui pue le fascisme et l’intolérance et qui se permet de donner des leçons de liberté !
      Aloïs , le Frankenstein , dans toute sa splendeur du propagandiste sioniste !
      fuera !
      RA .


    • DESPERADO 1er avril 2010 11:36

      Frankenberger

      Avec un tel niveau de crétinisme, tu devrais demander une indemnité.

    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 1er avril 2010 13:56

      Je constate sans surprise que vous n’essayez même pas de démentir mes propos : juste des insultes , comme un vampire à qui on montre de l’ail !

       smiley smiley smiley smiley smiley smiley
       smiley smiley smiley smiley smiley smiley
       smiley smiley smiley smiley smiley smiley

      Avec un peu d’habitude, on recconait assez vite les liberticides et VOUS en êtes !

       smiley smiley smiley smiley smiley smiley
       smiley smiley smiley smiley smiley smiley
       smiley smiley smiley smiley smiley smiley


    • ELCHETORIX 1er avril 2010 14:30

      Mais l ’ Aloïs , pas besoin de démonter ta « démonstration » , il suffit de lire les articles de conte-infos et bien d’autres sites et même le monde diplomatique , ria novosti pour « coller » au plus près de l’information réelle !
      Tes assertations ne sont que pures propagande néo-conservatrices pour ne pas dire sionistes !
      Elle est pas belle la vie sur internet et ailleurs !
      tes affidés devront rendre des comptes pour tous les méfaits commis partout dans le monde et surtout au PO et au MO . ( entends par affidés les banksters et le monde politique qui les serve , ceux qui s’enrichissent sur le désordre mondial + les têtus et ignorants dans ton genre qui les approuvent ) .
      Ya basta !
      RA .


  • COVADONGA722 COVADONGA722 31 mars 2010 20:32

    moi je conçois que l on soit musulman , ce que je ne conçoit pas c est que l ’on veille l etre ici en occident ce lieu impie et corrompu ou alors serait ce qu il y fait meileur vivre que dans les pays berceau de l islam .Sinon comment justifier la volonté d imposer sa foi ici ?car tout un chacun sait qu un « bon » musulman ne peut relever d une autre autorité terrestre que procédant de l islam ou a minima l apliquant, car tout le monde sait que pour un bon musulman les principes de l islam priment sur ceux de la république, je comprend que nos « amis » musulmans soient contrariés non seulement nous contestons mais ne voulons pas nous soumettre leur tentive de gagner par le ventre au moins ici ne fonctionne plus dés la deuxieme génération . Donc on recommunautarise a donf en clair on se compte , lisez les ici meme dans ce thread, cessez de vous aveugler ecouter les :contredire les haddith est insane pas loin de blaspheme et en islam vous connaissez la sanction non ? Comprenez enfin reveillez vous la tempete approche il vous faudra choisir car l islam est ainsi qui n est pas d islam est contre l islam !
    Pour moi le choix est fait je ne sais s ils sont meilleurs ou pires mais ils ne sont pas des miens je ne suis pas des leurs !
    français aimez la guerre à venir leur paix islamique sera terrible !


  •  

     

    Je me permets de rebondir non pas sur la réflexion de l’auteur sur le jihad intérieur mais celle de jihad guerrier qui déchaîne tant de passion et de connerie ici ou ailleurs.

     

    Le propos sera aussi simple que précis : les auto-proclamés ou désignés jihadistes&kamikazes contemporains sont effectivement bien contemporains ET dans leur définition et conception du jihad guerrier, ET dans la pratique, éloignée autant de la tradition/religion musulmane que propre au contexte mondial actuel : et donc bien qu’ils s’arrogent pureté et tradition et que la propagande islamophobe les présentent comme représentatifs de l’islam : 1) ils opèrent dans le registre de l’innovation : que théologiquement ils sont sensés abhorrer : se condamnant ainsi à l’insu de leur plein gré au statut d’hérétique 2) ils sont de purs produits de notre monde actuel.

     

    D’un sur le concept de guerre sainte tel qu’il est entendu dans ces diverses mouvances :

     

    La théorisation et conceptualisation de la guerre sainte contemporaine ont été produites par un individu peu connu : Abdallah Azzam, membre des Frères Musulmans : bien qu’ouléma, c’est dans le cadre conceptuel de ce mouvement qu’il a développé et théorisé la guerre sainte telle que les mouvements dits islamistes l’entendent ;

     

    Une seconde influence est celle du plus connu Ayman Al Zawihiri, idéologue et théoricien de la stratégie du martyre (jusque là inconnu dans la tradition sunnite) ; enfin troisième influence non théorique ou idéologique mais pratique : le plus connu Al Zarqawi dont le principal apport ou innovation a été le ciblage spécifique des Chiites.

     

    Ses trois idéologues sunnites ont adapté, tordu le concept traditionnel (religieux) de jihad : qui autant que dans le Coran que dans la tradition musulmane est un terme polysémique : comme rappelé par l’auteur et certains intervenants : effort sur soi dans la perspective de devenir meilleur,

     

    dans la seconde acception plus médiatique de guerre sainte : deux optiques : défense contre les non-musulmans ou attaque : conquêtes territoriales

     

    cette dernière composante donc guerrière s’est estompée au cours des siècles, elle a été peu invoquée à quelques exceptions prés, exemple proche : la guerre d’Algérie où au lancement de la guerre d’indépendance le concept de jihad est revenu dans certaines mémoires.

     

    C’est lors de la Guerre d’Afghanistan que Abdallah Azzam qui remet l’accent sur la priorité et développe sur le concept de jihad guerrier : objectif évident : libération des territoires musulmans des occupants soviétiques bien évidemment considérés comme impies : autre évidence cette remise à l’ordre du jour est autant soutenue par l’establishment sunnite que du goût des stratèges US : les premiers fournissant la chair, les seconds les canons :

     

    Premier point donc : c’est l’affrontement indirect entre blocs Ouest et Est qui remet au goût du jour cette acception guerrière du concept de jihad : affrontement entre deux blocs qui autant idéologiquement que politiquement que culturellement n’ont rien à voir avec l’Islam civilisation/espace ou l’islam religion mais qui va avoir un impact que nous ressentons encore aujourd’hui…  

     

    Après la mort d’Azzam  et la fin de la guerre afghane : le sens de jihad va évoluer chez ces groupes qui maintenant disposent non seulement de moyens financiers, mais aussi de l’expérience militaire ainsi que d’un concept livré clé en main et applicable au-delà des frontières afghanes.

     

    Se produit alors le passage du jihad de défense classique à un jihad individuel fondé sur le martyre théorisé par Zawahiri : c’est l’exemplarité du martyr diffusé à l’aide des médias modernes qui doit galvaniser les foules musulmanes et fournir les prochains martyrs : se faire sauter au milieu d’une foule est conçu dans l’optique d’un accroissement de l’effet escompté par traitement médiatique et donc vitrine globale :

     

    Donc : après l’impact produit par l’affrontement Est/Ouest, la globalisation et le développement des technologies de l’Information et Communications ainsi que des échanges impacte à nouveau l’évolution moderne du concept de jihad : le traitement médiatique est inclus dés le départ dans la théorisation du jihad par martyr interposé : c’est l’effet médiatique qui est recherché : le Spectacle : à nouveau, rien d’intrinsèque à l’islam ou issu du monde musulman (voir même de nature hérétique : rapport à la représentation/ostentation) : ce sont donc principalement des changements en dehors ou indépendants de l’espace musulman qui influent sur le concept de jihad : ce qui ne fait que renforcer cette idée d’une position d’acteur passif du monde musulman dans l’arène globale et sa fragilité : bien plus que ce spectre menaçant que les think tanks US vendent afin de supporter le grand redéploiement stratégique US actuel.

     

    cette vision contemporaine et remaniée du jihad est-elle orthodoxe ?

     

    1.Azzam qui bien  qu’il fut ouléma diplômé d’Al Azhar  a évolué dans un cadre conceptuel, idéologique précis : celui du mouvement Frères Musulmans :

     

    Sa définition du jihad était très précise voir localisée : toujours en réaction avec des évènements extérieurs impactant le monde musulman mais ne découlant pas de son évolution propre : un jihad de défense : libération des terres musulmans des impies : Russes en Afghanistan, Juifs en Palestine…

     

    2.Le développement du jihad par le martyre par Al Zawahiri, n’est pas suivi par les autorités religieuses sunnites (oulémas) : les terroristes optant pour des attaques suicides sont au regard de la théologie des suicidés qui brûlent en enfer : double interdiction théologique : interdit du suicide, interdit de l’usage homicide du feu

     

    Dans le registre guerrier ou militaire, la législation ou théologie musulmane en la matière définit deux types de jihad : jihad de défense, jihad d’attaque

    Jihad de défense relèvant de l’obligation individuelle : tout musulman doit s’engager en cas d’attaque

    Jihad d’attaque relèvant de l’expansion ou stratégie militaire : est le fait du Prince : non plus une obligation individuelle mais une obligation collective.

     

    L’attaque du 11/09 attribuée à Al Qaïda ne relève donc ni du jihad de défense (territoire US n’étant pas un territoire musulman à libérer), ni du jihad d’attaque (aucun prince de l’Islam n’a appelé à la conquête des US) ;

     

    sur la question irakienne : les positions sont plus partagées : certains oulémas avalisent le jihad de défense puisque configuration suivante : attaque suivie par terre occupée par des infidèles : le jihad de défense, individuel est donc légitime pour la libération du territoire .

     

    autre point contraire à l’orthodoxie sunnite : ces mouvements étaient principalement issus du Sunnisme : 

    le jihad par martyre de Zawahiri : contagion du culte du martyre chiite vers le monde sunnite : traditionnellement il n’y pas de recherche du martyre dans le Sunnisme : Mohamed figure centrale du sunnisme est un chef de guerre, ni une victime, ni un martyr ; chez les Chiites le martyr d’Hussein, fils d’Ali est par contre un modèle à suivre

     

    D’ailleurs autant durant le conflit Iran/Irak que dans le conflit libano-israélien : les soldats ou combattants chiites se porteront volontaires au martyre.

     

    Survient alors le paradoxe irakien : martyr emprunté au Chiisme : premières et principales victimes de ces attaques suicides sont les chiites irakiens : là apparaît l’influence de Al Zarqawi qui dans sa récupération du jihad guerrier cible principalement  les chiites comme infidèles, puisque conçus comme et hérétiques et agents américains ou juifs.

     

    Conclusion : bref, ces divers idéologues ou théoriciens empruntent à leur gré dans la tradition musulmane, selon que cela les arrange ou non : se concevant comme les parfaits musulmans, ils manipulent le référent religieux musulman comme le national-socialisme manipulait le référent national…ils s’affranchissent de contradictions théologiquement insurmontables par le plus cynique pragmatisme : appartenant à des courants répugnant autant à l’innovation en matière religieuse, qu’à l’ostentation : d’un ils détournent, réinterprètent voir inventent de nouveaux concepts religieux, ensuite usent autant de l’Ecran Global que du Virtuel pour imposer leur doctrine ou passer leur message : en définitif ils sont bien plus proches de leurs impies ennemis que des salaf…et en cela, il est raisonnable de considérer ces mouvances comme des produits du monde contemporain ou des sous-produits d’une globalisation voulue et conçue en dehors du monde musulman : celle qui confond Universel et Global, qui confond Particulier et Singulier : celle qui avance inéluctable, faisant fi des peuples, des cultures, de l’Humain…seul compte l’Instant, au diable l’Histoire…    

      



    • En développant plus avant (rapidement), on voit à quel point cette récupération du terme ou concept de jihad autant du côté islamiste que du côté occidental  : 1) nous fait sortir du Religieux ; 2) sert les intérêts de ce modèle de société vers lequel on tend et qui se veut autant global qu’exclusivement économique : un système fondé sur le Particulier et par un conditionnement constant.

       

      Pour les islamistes, les populations musulmanes d’Occident sont à la fois une cible potentielle (à entendre recrutement) mais aussi un danger :

       

      Elles sont un vivier de recrues, pour deux raisons principales et donc deux optiques : 1) les populations musulmanes occidentales sont principalement issues de migrations Sud/Nord et donc de fait forment des minorités fragilisées autant socialement qu’économiquement ; sans compter l’évolution dans un contexte culturel différent et l’idéalisation du pays d’origine, des racines ; 2) elles ont aussi accès à l’éducation plus facilement, elles constituent donc aussi une réserve d’intelligence, de cerveaux.

       

      Le recrutement est de plus en plus facilité par le double phénomène conjoint d’ostracisation/communautarisation impactant ces communautés, conséquent 1) à la médiatisation des actions terroristes et 2) à une certaine propagande médiatique islamophobe supportant dans les opinions occidentales les actions US et donc la stratégie globale américaine :

       

      ainsi autant les islamistes usent des médias pour accroître l’effet de leurs actions et accroitre leur influence soit politique soit religieuse, autant un traitement médiatique orienté côté occidental peut atteindre les populations musulmanes occidentales par assimilation aux terroristes ou islamistes : dans un cas par réflexe de méfiance, dans l’autre par volonté manifeste : résultat retour au Nous autant chez les autochtones (ostracisation) que chez les populations musulmanes (communautarisation) :

       

      retour au Nous, et mise en emphase des particularités : qui soit sert au modèle de société qu’on nous destine (le multiculturalisme négatif fondé non sur la Culture (communauté humaine et lien social) mais le Particulier (comportements et pratiques consommatoires) ) et supporte l’idéologie du Choc civilisationnel , qui soit accroît l’influence des courants islamistes sur des populations fragilisées par leur statut de minorité pouvant être perçue comme cinquième colonne, ennemi de l’intérieur…

       

      Ce double effet ostracisation/communautarisation ne faisant que s’amplifier avec le temps l’une se nourrissant de l’autre et vice versa. Et alors on peut se poser la question si en fin de compte la stratégie des dits islamistes n’est pas non seulement la plus payante par neutralisation du danger potentiel représenté par les populations musulmanes d’Occident mais aussi étrangement coïncidente avec celle des tenants de la globalisation ultra-libérale.

       

      En effet : les populations musulmanes occidentales évoluant dans un contexte hors-islam, elles sont potentiellement le meilleur vecteur de changement, d’évolution, de réforme, etc…(choix du terme laissé au lecteur) de l’islam religion et par effet de l’Islam civilisation : à nouveau nous avons interpénétration des intérêts des dits islamistes et des tenants de la globalisation ultra-libérale (choix alternatif au soin du lecteur) : puisque la neutralisation du danger potentiel représenté par les musulmans d’Occident entrave d’un l’évolution du monde musulman, et donc deux en favorisant le statu quo et laissant hors-jeu le monde musulman n’entrave pas le terra-forming global auquel nous assistons jour après jour.

       

      D’où un questionnement légitime sur les rapports ambigus entre tenants de la globalisation ultra-libérale et mouvances islamistes ou pétro-monarchies du Golfe : l’islamisme radical évoluant comme un poisson dans l’eau : servant atant les intérêts des islamistes que ceux de la stratégie US : le monde musulman et les masses musulmanes n’étant plus que spectateurs et souvent victimes. Un partage façon Yalta : à nous le gouvernement des esprits musulmans, à vous celui du Monde ?   

       

       

       

         


    • Jojo 1er avril 2010 07:16

      Sur AV il n’y en a pas deux comme ça… Le mot satoristationnaire évoque t-il quelque chose pour vous ? smiley


    • Sahtellil Sahtellil 2 avril 2010 08:01

      Bonjour Jojo,

      Tiens, je me faisais justement la même réflexion au sujet de M. de la Friche. Je peux évidemment me tromper mais M. de la Friche a l’air d’aimer autant les pseudos multiples que ceux à particule. Je pense notamment à un article au ton savoureusement décalé sur, si je ne m’abuse, le travail et les congés annuels.

      Ce qui n’enlève rien au plaisir de lire ce contributeur iconoclaste, que ce soit en français raffiné ou en zabir guruïque.

      BMD


  • fonzibrain fonzibrain 1er avril 2010 01:31

    à l’auteur , al quaida n’a jamais existé, c’est une création des services secrets amplifié par les médias.


    ne reliez pas l’invention occidentale d’un islam fanstsmé violent au djihad.

    les seuls djihad aujourd’hui sont des djihad defensif, et ne mettez pas sur le dos des résistant s afgahns ou irakiens les attenats qui ne tuent que des civils, ce n’est pas eux, le chaosprofite à l’occupant, c’était tellement gros en irak que j’en reviens toujours pas !




    • samir 1er avril 2010 14:23

      Mais voyons Pasou tu connais l’histoire au moins ?

      Staline et Hitler que tu condamnes tant qui sont des monstres ont été financés et promulgués par TOUT l’occident

      Trostky connaissait bien Jacob Schiff et Rockefeller

      de nombreux banquiers anglais francais et US dans l’entourage d’Hitler

      et tu oses affubler l’Islam des pires tares ? AH AH AH AH

      va servir ta soupe aux ignorants pauvre tachon


  • ploutopia ploutopia 1er avril 2010 15:07

    Merci pour cette formidable intervention.

    * Histoire du jihad avec ses trois idéologues sunnites

    * Jihad de défense, jihad d’attaque

    * Jihad martyr chiite sublimé

    * Le modèle social qu’on nous destine : « le multiculturalisme négatif fondé non sur la Culture (communauté humaine et lien social) mais le Particulier (comportements et pratiques consommatoires) ».

    Voilà un commentaire qui aurait bien plus le mérite d’être un article. Commentaire humble et précis qui me fait penser à cette citation « Pour ceux qui connaissent le sens profond des choses, les paroles brèves sont des commentaires ; Pour ceux qui se fient aux apparences, les vastes discours ne sont que des abrégés imprécis. » [Mawlânâ Djalâl Od-Dîn Rûmî] La geste de Taliesin  

    Les paroles ne sont certes pas brèves mais elles restent un entrefilet dans l’immensité « informationnelle » d’AV. Et l’auteur de ceux-ci ne possède même pas de site ou d’articles publiés. Quand tous les infatués bloggeurs dont je fais partie apprendront à s’informer de la sorte sans pour autant étaler leur savoir, alors peut-être que les choses changeront… Si vous le désirez, le login et le mot de passe de mon blog vous sont tout acquis.

    Chacun veut être par autrui compris, je ne le comprends pas et d’ailleurs ne cherche pas à le comprendre ; n’ayant jamais souhaité être compris, ni comprendre autrui ; et me réjouissant autant de n’être ni compris que d’être incompris.
    Ainsi si chacun comprenait qu’autrui ne le comprend pas, peut-être qu’une fois cela compris, alors commencerons-nous à comprendre autrui. Avez-vous compris ?

    Par François-Ferdinand De la Friche en Souche



    • Merci Ploutopia pour votre commentaire (remerciements non pas par réflexe narcissique mais pour avoir compris mon propos) : je me permet donc de le développer afin que de l’étayer encore plus : car en effet, l’usage des termes hypermédiatiques jihad, oumma, salafiste, wahhabite, etc…est rarement connecté à une réelle connaissance de leurs origines ou sens véritable et ne sont donc principalement issu que de réflexes et non d’une réflexion.

       

      Il est donc important de sortir du Religieux ou Culture, puisque en définitif nous en sommes bien éloignés. A l’évidence autant l’islamophobe (par méfiance, par conditionnement, par stratégie) que l’islamiste (par fanatisme, par intérêt, par ignorance) profite de la situation actuelle où l’Instantané est considéré comme suffisant pour entendre le Réel ou support à une réflexion digne de ce nom : alors que c’est bien plus l’irrationnel qui domine en la matière (peur, haine, etc…) ce qui pose un défi majeur pour toute société démocratique puisque démocratie suppose ou postule que le citoyen, l’être humain est doué de raison : face à la puissance de l’Irrationnel et de l’Instantané : autant la Démocratie qu la Pensée vivent de terribles heures : ce qui bien évidemment ne fait que conforter et supporter les tenants du village global et du choc des civilisations 

       

      Donc petit rappel avec évocation de la Nahda ou renaissance musulmane : cela fin de supporter à nouveau l’idée d’un monde musulman bien souvent réactif plus qu’actif, et donc plus spectateur qu’acteur : et à nouveau l’impact de pensées ou idéologies qui ne sont pas issues du monde musulman dans son évolution : une évolution dés lors plus contrainte que naturelle et qui inéluctablement hier comme aujourd’hui engendrera des changements autant radicaux que violents dans les sociétés musulmanes. Bref.

       

      Aprés une période allant du XVIè au XVIIIè où les grands empires musulmans (ottoman, safavide, moghol) équilibraient les puissances européennes : la seconde moitié du XVIIIè voit le rapport de force basculer brutalement en faveur des Européens : partout de la Méditerranée, Balkans, Mer Noire, à l’Inde : le monde musulman est objectivement attaqué :

       

      Expédition française d’Egypte de 1798 à 1801 concrétisant le danger : les Ottomans ne réussissent à repousser les Français que grâce à l’aide des Anglais et des Russes et cela dans le contexte des guerres napoléoniennes qui de fait ou par défaut atténuent la menace provisoirement. Cependant les Russes entreprennent déjà la conquête du Caucase au détriment et des Ottomans ainsi que des Persans ; la guerre d’indépendance grecque (1821-1829) elle marque le début du démantèlement des Balkans musulmans, avec les soulèvements chrétiens appuyés par les puissances européennes et les terribles nettoyages ethniques qui les accompagnent : processus de balkanisation qui s’est tragiquement reproduit récemment : et qui à nouveau a vu les intérêts stratégique US avoir plus d’influence ou d’impact qu’une quelconque motivation islamo-centrée (cf. Kosovo)  

      Suite : 1830, la France commence elle la dure et sanglante conquête de l’Algérie, milieu du 19è les Russes amorcent celle de l’Asie Centrale, les Anglais eux sont repoussés d’Afghanistan.

       

      La Guerre de Crimée (1854-1856) sauve provisoirement l’empire ottoman mais la crise d’Orient (1876-1878) commence son démantèlement (perte d’une large partie des Balkans ottomans), suivie de l’établissement des Français en Tunisie (1881) et de l’occupation britannique de l’Egypte (1882) : dans le discours, les puissances européennes annoncent la soumission totale de l’Islam à la domination européenne.

       

      Dés lors, on peut entendre et comprendre la perception négative qu’ont les peuples musulmans d’un monde occidental comme perpétuellement menaçant (l’Histoire ainsi que l’actualité ne feront que confirmer et renforcer cette perception)

       

      Sur la résistance à ces conquêtes : elle fut surtout le fait de rassemblements tribaux encadrés par des confréries religieuses (Abd-el-Kader en Algérie, Chamil dans le Caucase, etc…) les colonisateurs eux usant bien souvent de la terreur pour l’emporter ; quant aux états ils ont surtout mené des combats d’arrière-garde :

       

      Effet positif ? ils ont aussi compris la nécessité de réformes pour faire face : constitution d’armées régulières, fiscalité moderne : donc implication de transformations, si ce n’est radicales, très profondes des sociétés concernées.

       

      Et donc situation autant paradoxale que logique : pour emprunter ce dont on a besoin, il faut connaître l’Europe, la société occidentale : l’Ennemi ou l’agresseur.

       

      Donc dans un premier temps : simple importation de techniques dans l’optique d’une conservation de l’essence ou identité islamique de la société : mais cela apparaît rapidement insuffisant : d’où la naissance d’un discours puis projet modernisateur qui reprend le discours européen de la civilisation et implique la nécessité de rattraper le monde occidental avec un enjeu assez difficile : conserver ou vouloir préserver son identité propre (islamique).

       

      Ainsi donc la pensée islamique se doit donc d’être réformée pour faire face à ce défi colossal puisque d’échelle civilisationnelle, culturelle…

       

      Premier changement radical : la pensée islamique entre dans le domaine de l’Imprimé : premières imprimeries établies à Constantinople fin 18è et dans ses provinces vers 1820 :

       

      C’est d’abord l’Etat qui est producteur de livres : souvent manuels techniques traduits ou adaptés de modèles européens ; classiques religieux ou philosophiques.

      Cette confrontation avec l’Occident s’accompagne de la disponibilité nouvelle du patrimoine intellectuel : les textes sont en cours de normalisation : deux dimensions à cette renaissance intellectuelle : mouvement croissant de traductions (substrat occidental) doublé par une redécouverte du patrimoine (substrat islamique)

       

      De plus, le passage à l’imprimé induisant un élargissement de l’audience de l’écrit : nécessité d’une réforme de la langue afin que celle-ci soit compréhensible au plus grand nombre : cet ensemble de transformations constituera au XIXè siècle la renaissance littéraire des grandes langues de l’islam : arabe, turque, persan, ourdou.

       

      Conséquence : l’usage des journaux connaît un essor au milieu du 19è : les premières publications sont le fait d’un état se voulant moderne et donc sont principalement la diffusion des nouveau règlements ; vient ensuite l’émergence d’une presse d’information et d’opinion.

       

      Les principales tendances sont : encyclopédisme (savoirs européens+patrimoine musulman) et mobilisation autour de la question des réformes ; face à la censure, les plus militants optent pour l’exil en Europe et la diffusion clandestine de leurs journaux.

       

      La question autant centrale qu’essentielle est le passage à l’Universel : ainsi la définition des savoirs européens permet plus ou moins d’en éliminer les origines : le travail d’absorption du nouveau savoir passe par l’établissement d’équivalences avec le patrimoine islamique afin de le rendre plus acceptable.

       

      Deux tendances apparaissent donc : la première soutenue par l’Etat modernisé préfère l’islamisation des réformes par leur reformulation dans un vocabulaire islamique ; la seconde soutenue par le milieu religieux va beaucoup plus loin : ce qui est la différence fondamentale et essentielle avec les courants musulmans contemporaines qui bien qu’usant du même vocabulaire font exactement le contraire de leurs prédécesseurs :

       

      Ils parlent et concoivent la nécessité d’une réforme radicale de l’islam : mettre fin à des siècles de sclérose intellectuelle, pour revenir à l’Esprit et non à la Lettre des salafs : voilà le mouvement originel dit salafite : qui s’inspire du modèle de la réforme protestante considérée comme exemple même de la modernité : rien à voir donc avec les dits salafistes contemporains.

       

      Premier bilan : les transformations sociales, les courants et influences intellectuels amorcent directement ou indirectement l’émergence du modèle européen de nation : dotée d’un territoire défini ; la simplification des usages de la langue supporte ce modèle

       

      Cependant cette innovation d’origine européenne pose un dilemme aux réformateurs autant l’Etat que le Religieux : la question centrale étant : la véritable patrie des musulmans n’est-elle pas la totalité du monde musulman ? un monde de mieux en mieux connu par le progrés des communications.

       

      Le panislamisme n’est-il pas le meilleur moyen de repousser l’agression occidentale ? mais dans le même temps, l’Etat moderne et donc modernisé n’est-il pas en train de définir spécifiquement et population et territoire et donc de constituer une réplique des nations européennes ?

       

      Donc les deux grandes tendances qui vont conjointement influé sur l’espace arabo-musulman au XXè siècle : le panarabisme centré sur le concept de Nation ; le panislamisme centré sur celui de Oumma : la défaite du premier dans les années 70 ouvrera une véritable avenue pour le second : la globalisation autant que le progrés des ICT ne fera que supporter encore plus ce discours d’autant plus que le support financier est assuré par les pétro-dollars (pouvoir autant économique que religieux directement conséquent aux choix stratégiques occidentaux et d’avoir fait d’une secte considérée comme hérétique par l’orthodoxie sunnite les gardiens des lieux saints musulmans et les bénéficiaires des richesses hydrocarbures de la péninsule arabique : sans ingérence extérieure, la secte wahhabite aurait été une minorité parmi d’autres, évoluant entre désert et marais de Bassorah).

       

      Bref…au niveau religieux, la pensée n’est pas spécialement originale, mis à part dans le monde chiite où les réflexions philosophiques se perpétuent et poursuivent une pratique multiséculaire : rationalisme antique et/ou médiéval est pratiqué, autant que le mysticisme se nourrit de la tradition néoplatonicienne : ainsi pour la pensé religieuse : la plus grande part de la production intellectuelle n’est que la continuation et la répétition du savoir connu : et donc résistance aux réformateurs.

       

      Ces derniers cependant font un travail gigantesque de réflexion fondé et sur l’assimilation des connaissances nouvelles et leur traduction et la mise en place d’équivalences.

       

      Leur problématique principale étant éviter une séparation radicale entre modernité et héritage islamique ; bien plus que les Catholiques de leur temps : ils se revendiquent d’un libre exercice de la raison naturelle même si cette dernière se doit naturellement d’être subordonnée à la Révélation : ce qui est une constante dans la pensée musulmane.

       

      Cependant, bémol et innovation : cette dernière se doit d’être ouverte à une nouvelle interprétation ou réforme : position particulière : les réformateurs tout en défendant l’islam acceptent l’innovation qui nous paraîtra certes modérée aujourd’hui mais définitivement révolutionnaire à l’époque ; allant jusqu’à l’affiliation à la franc-maçonnerie pour certains d’entre eux

       

      Ainsi leurs lointains successeurs qui se sont auto-proclamés salafistes vont à l’opposé complet de ces premiers salafistes : ils font le contraire : optant pour un islam non seulement appauvri mais aussi utopique ou idéalisé conçu comme un modèle absolu rejetant l’Autre et débouchant inéluctablement sur la violence : et en cela : ils ne sont que le reflet de la frange occidentale qui confond Universel et Global, et par le multiculturalisme de façade qu’ils nous proposent considèrent leur modèle global et total comme un absolu fondé sur la négation de l’Autre dans sa singularité ; les deux optent pour le Contrôle et le Conditionnement, usant de l’Ecran et de l’Infini virtuel pour cela ; les deux préférant le Global à l’Universel, les deux préférant le Particulier au Singulier : les uns rêvant d’une société de clones se reflétant, les autres d’une société de soumis se surveillant.   

         


  • ploutopia ploutopia 2 avril 2010 15:07

    Mr. De la Friche en Souche, envoyez-moi le titre de votre livre via le lien contact de mon blog. Si ce n’est déjà fait, vous devriez en écrire un. Et si vous avez de bonnes lectures à me recommander n’hésitez pas non plus… Dans mon rôle de bloggeur pensant jouer un rôle, je ne puis encore me résoudre à abandonner ces écrits au milieu de la masse des commentaires d’AV. Permettez-vous que j’en fasse un article en mentionnant votre nom et référence à votre profil AV ? Que diriez-vous du titre « L’islamisme radicalisé au service d’ambitions globalisantes » ?

    Quant au débat sur la burqa, vous devriez renvoyer vos détracteurs aux longs commentaires que vous avez eu l’amabilité et la patience de développer sur ce fil.



    • A nouveau merci pour votre commentaire : mais malgré vos tentatives, je ne succomberai pas à la narcissique auto-contemplation… smiley

       

      A votre souffrance à ne pouvoir vous résoudre à abandonner ces écrits, je vous réponds et espère vous soulagerai : vous êtes libre de reprendre en tout ou partie l’ensemble de mes commentaires, ainsi que d’autres que j’aurai pu publier qui vous semblerez pertinents et en rapport avec votre article.  

       

      Sur la mention de mon pseudo/profil : elle ne me parait pas requise : n’apportant ni ne retranchant rien au propos : je vous laisse donc juge de son intérêt ou non, pour ma part elle est facultative : un renvoi sur votre article semble plus adéquat.

       

      Quant à vos autres questions, je vous enverrai un email de contact via votre blog.

       

       


Réagir