mardi 12 novembre - par Sylvain Rakotoarison

Pédophilie dans l’Église catholique : la décision lourde de Lourdes

« Dans le bouleversement de la conversion, nous devons commencer par nous-mêmes. Nous le faisons grâce aux personnes victimes. Ce qu’elles ont révélé des actes que s’étaient permis ou que se permettaient certains prêtres a mis à jour, selon la formule d’un évêque, "une infection qui anémiait secrètement le corps de l’Église". La parole des personnes victimes nous a fait découvrir une face sombre de la vie ecclésiale dont nous n’avions pas idée, mais cette ignorance ne suffit pas à tout excuser. (…) Ces personnes [victimes] nous aident à purifier notre Église, dans sa vie concrète, de ce qui n’aurait jamais dû y entrer. » (Mgr Éric de Moulins-Beaufort, le 10 novembre 2019 à Lourdes).

_yartiLourdes01

J’ai évoqué très récemment le milieu cinématographique comme lieu d’abus sexuels, d’agressions sexuelles, de harcèlement voire de pédophilie, mais il est un autre lieu où la pédophilie a sévi, c’est dans l’Église catholique. Soyons clairs, la pédophilie sévit partout où il y a des enfants ou des adolescents, mais lorsqu’il s’agit de religieux, de prêtres, c’est d’autant plus scandaleux qu’eux-mêmes sont censés porter la parole qui veut du bien.

Je lance ici un petit coup de gueule, ou plutôt, un grand coup de gueule. Pour une fois, je le fais en tant que catholique, en tant que membre de l’Église catholique, car je me sens impliqué par une décision des évêques de France qui me paraît pour le moins douteuse. Je suis un partisan de la laïcité, c’est-à-dire que je suis seulement un citoyen et m’exprime toujours en tant que citoyen et en tant que rien d’autre. Mais ici, c’est un peu différent.

Mes prises de position sont personnelles et je ne revendique aucune appartenance religieuse pour celles-ci, mais ici, je n’ai jamais non plus caché ma foi, en d’autres termes, je n’en suis ni honteux ni fier, je n’ai aucune raison de l’afficher, pas plus que d’autres aspects qui relèvent de la ma vie privée. D’ailleurs, au sein de l’Église, les prises de position sont nombreuses et parfois antagonistes, chaque fidèle peut avoir des positions différentes d’un autre, parce que l’Église est ouverte et la politique est différente de la foi (Rends à César ce qui appartient à César…).

Mais ici, je suis bien obligé de m’exprimer en cette qualité de fidèle, c’est-à-dire, de celui qui a la foi (étymologiquement), car "on" m’interpelle. J’ai toujours considéré que le lourd sujet de la pédophilie des prêtres, c’était aussi un problème de la laïcité.

Quand Mgr Philippe Barbarin, le cardinal de Lyon, a été condamné (pour ne pas avoir arrêté le massacre), ce dernier pouvait légitimement se croire injustement condamné, car il avait la volonté non seulement de faire toute la lumière sur ces faits scandaleux, mais aussi il a toujours cherché à rencontrer les victimes, à essayer de les aider, de les comprendre, de les soulager. Mais il a aussi agi beaucoup trop lentement, et cette inaction, cette passivité, finalement aussi, a probablement encouragé ou augmenté le nombre d’actes détestables. Je suppose que ce qui motivait une telle passivité était un problème pratique, le manque de prêtres et la difficulté d’en déchoir alors qu’il n’y a plus beaucoup de monde pour les remplacer.

Surtout, les décisions et les réactions officielles sur ces actes odieux n’ont aucune raison de provenir de la hiérarchie catholique. Les prêtres sont des citoyens comme les autres, justiciables comme les autres, soumis aux mêmes lois que les autres, et c’est donc à la justice républicaine de se prononcer, pas à l’Église catholique, sur les crimes ou délits commis dans le cadre de l’Église (l’Église a elle-même ce qu’on appelle sa "justice canonique", mais qui n’interfère en aucune manière avec les justices nationales, il faut plus l’imaginer comme un ordre des médecins qui interdit à un médecin d’exercer par exemple).

Une fois cela dit, il faut aussi rappeler que Jésus-Christ, par la Passion et par sa mort sur la Croix, avait pour but d’endosser tous les péchés du monde pour le sauver, sauver le monde, assumer le péché originel de l’humanité, et permettre la rédemption (le rachat) de tous. En gros, Jésus a sauvé l’humanité de ses tares en se sacrifiant lui-même. J’admets que je ne suis pas Jésus et que je refuse d’endosser la pédophilie de prêtres catholiques déviants et pervertis. Il n’est pas question de venir à leur secours alors que leur boulot était justement de venir au secours des autres, de leurs prochains, et par leur "amour" (au sens non sexuel, au sens agapê, en grec) et non de les détruire par leur déviance et perversion.

Or, c’est bien de cela qu’il s’agit quand on veut faire appel à la générosité des fidèles pour payer les dégâts de ces prêtres indignes. De quoi s’agit-il ? D’une décision qui me scandalise doublement. Je ne doute pas que cette décision soit motivée par la bonne volonté, mais au mieux, elle montre une surprenante maladresse, au pire (option que je ne choisis pas), un cynisme aberrant. L’Église est-elle autant hors-sol que cela ? Je le doute, c’est étonnant, car contrairement à ce qu’on peut entendre ou lire, l’Église a toujours été ouverte sur le monde (et même sur la science, l’idée du Big-Bang est venue d’un prêtre belge, par exemple).

_yartiLourdes02

Revenons à l’origine de ma mauvaise humeur. Comme deux fois dans l’année (en avril et en octobre-novembre), la Conférence des évêques de France s’est réunie en Assemblée plénière des évêques de France du 5 au 10 novembre 2019 à Lourdes. Le 9 novembre 2019 dans la matinée, les évêques français ont voté (avec une "large" majorité) pour une décision concernant les actes de pédophilie au sein de l’Église de France.

Durant leurs travaux, les évêques ont écouté la présentation du travail de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (CIASE) mise en place le 13 novembre 2018 (lors de l’Assemblée plénière de novembre 2018) pour faire toute la lumière sur les faits de pédophilie depuis les années 1950 et présidée par une personnalité à la probité incontestable, Jean-Marc Sauvé (70 ans), haut fonctionnaire et ancien Vice-Président du Conseil d’État de 2006 à 2018. C’était le but puisque les évêques voulaient « une personnalité dont la crédibilité et la notoriété seraient garantes de son impartialité et de son indépendance » (selon le porte-parole de la Conférence des évêques, le père Olivier Ribadeau-Dumas).

La déclaration de Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de la Conférence des évêques de France, expliquant la décision, commence par un constat certes un peu candide mais franc : « Jusqu’à il y a quelques années, l’impact des abus sexuels commis par un adulte contre une personne mineure n’était pas vraiment compris. Grâce à la rencontre de personnes victimes, les évêques ont pris conscience que l’enfant ou le jeune ainsi atteint avait subi un traumatisme qu’il ne pourrait surmonter qu’au prix de grandes souffrances. Lorsque, de surcroît, l’agression sexuelle a été causée par un clerc, une double relation a été abîmée : la relation du jeune avec l’adulte dont il attendait bienveillance et aussi sa relation avec Dieu. Les personnes victimes ont souvent insisté sur ce point. ».

Les évêques de France ont donc adopté un dispositif de reconnaissance de la souffrance vécue par les personnes victimes des prêtres ou de diacres, présenté par un groupe animé par Mgr Pascal Delannoy.

L’objectif de ce dispositif est tout à fait honorable : « Les évêques souhaitent manifester clairement et concrètement aux personnes qui leur ont révélé les actes de certains prêtres ou diacres, qu’ils les reconnaissent comme victimes, non seulement de l’atteinte ou de l’agression subie, mais aussi du silence, de la négligence, de l’indifférence, de l’absence de réaction ou de mauvaises décisions ou de dysfonctionnements au sein de l’Église. Chaque évêque prendra l’initiative de renouer avec les personnes victimes qu’il connaît pour leur exposer comment l’Église travaille à conserver la mémoire de ce qui s’est produit, à la prévention de ces actes, aux modalités d’accompagnement des clercs coupables afin que de tels actes ne se reproduisent plus et pour offrir, aux personnes victimes, de recevoir, si elles l’acceptent, une somme d’argent unique et forfaitaire. ».

L’expression est lâchée : "une somme d’argent unique et forfaitaire". Et tout de suite, se bousculent à l’esprit des questions un peu embarrassantes : combien vaut une victime ? Serait-ce acheter les victimes ? Comment peut-on imaginer que l’argent puisse être la contrepartie d’une agression sexuelle ? Serait-ce le même comportement qu’une multinationale responsable d’un dommage sur la santé d’un consommateur ? Je ne préjuge pas des intentions, car les intentions sont sincères et louables. Mais l’idée est complètement maladroite. Maladroite car elle provoque justement ces questions qui, pourtant, sont injustes d’être posées.

Injustes. La preuve, c’est que juste après cette phrase, suit ceci : « Cette somme d’argent proposée n’est ni une indemnisation qui dépend de la justice de notre pays ou de la justice canonique ni une réparation. Elle vise à reconnaître que la souffrance des personnes victimes tient aussi à des manquements d’ordres divers au sein de l’Église. Le dispositif décidé vaudra, au long des années, pour toutes les personnes dont les évêques auront à reconnaître qu’elles ont été abusées sexuellement par un clerc étant mineures. ». Je pense qu’il est assez facile de confondre des fausses victimes alléchées par l’odeur de l’argent, au même titre que des fausses victimes de l’attentat de Nice du 14 juillet 2016 ont été confondues et même condamnées pour escroquerie et fraude.

Le montant de l’indemnité forfaitaire aux victimes n’a pas encore été déterminé et le sera en avril 2020, à la prochaine Assemblée plénière. Ce qui a été décidé est d’abord la constitution d’un fonds dédié de 5 millions d’euros.

Dans son discours de clôture de l’Assemblée plénière, le lendemain, le 10 novembre 2019, Mgr Éric de Moulins-Beaufort a insisté : « Nous avons compris que les personnes victimes ne demandaient pas de compassion, ni de compensation de leurs souffrances. Elles veulent la vérité. Ce qu’elles nous racontent nous le fait comprendre : elles ont souffert et, souvent, elles souffrent encore des actes subis mais aussi du silence, de la cécité, de l’aveuglement qui a pu parfois être volontaire, de beaucoup autour d’eux, y compris dans la sphère ecclésiale et de la part des autorités de l’Église. Nous nous engageons à reprendre contact, chacun avec les personnes victimes que nous connaissons, pour leur manifester concrètement que nous reconnaissons la double cause de leurs souffrances, notamment en leur donnant la possibilité de recevoir une somme d’argent forfaitaire et unique, pour les inviter à participer à notre effort pour garder la mémoire de ces faits et pour leur présenter ce que nous mettons en place en matière de prévention et de formation et en matière d’accompagnement des clercs coupables, afin que les faits affreux qu’elles ont subis ne se reproduisent plus. ». A même été mise à l’étude l’idée de rassembler matériellement les témoignages des victimes qui le veulent dans un lieu à définir.

Et d’ajouter : « Nous sommes conscients qu’aucun dispositif ne peut rattraper ce qui s’est passé ni apaiser ce qui est vécu. Nous demandons avec humilité à essayer de renouer une relation. (…) Nous voulons ne pas oublier les personnes qui se sont suicidées, ne parvenant pas à surmonter autrement les souffrances provoquées par ce qui avait été abîmé en elles. ».

Ma réaction à cette décision est qu’elle me paraît très maladroite, même si je n‘ignore pas ses intentions louables, je le répète, car malgré toutes les prudentes affirmations, cette décision laisse entendre que l’Église veut solder, pécuniairement, ces multiples scandales. Or proposer de l’argent à une victime qui attend d’abord la vérité et la reconnaissance de la responsabilité de l’Église, c’est probablement la pire des réactions. Et quelle image cela va-t-il véhiculer ? (mais qu’importe l’image).


_yartiLourdes03

Mon second coup de gueule dans cette décision, c’est : qui finance ? Or, c’est là le choquant, d’autant plus choquant qu’on hésite entre naïveté et cynisme. Mgr Éric de Moulins-Beaufort a effectivement annoncé que le fonds créé à cette occasion serait alimenté par un financement « auprès des évêques, des prêtres coupables quand ils sont vivants », ce qui me paraît raisonnable, mais aussi : « et des fidèles qui voudront bien venir nous aider », heureusement qu’il a ajouté : « mais cela ne peut être qu’une démarche volontaire des fidèles ». Sans cette précision, on aurait déjà imaginé des spots publicitaires qui proposeraient aux fidèles de financer la cagnotte à cause des prêtres pédophiles ! Comme ces spots, réels et actuels cette fois-ci, hélas, qui font de la retape pour les veuves seules pour qu’elles lèguent leur fortune après leur disparition (avec des avantages fiscaux !). Quelle image déplorable de vénalité que l’Église n’est pourtant pas !

Comment imaginer que des fidèles puissent financer les errements tragiques des cadres de l’Église ? Qu’ils financent leur vie quotidienne (nécessaire puisqu’ils n’ont pas d’autres sources de revenus pour vivre que le denier du culte), cela paraît normal. Qu’ils financent diverses activités caritatives, c’est tout à fait louable. Mais ils alimentent le fonds des victimes de la pédophilie de certains prêtres, et victimes du silence de leur évêque, c’est absolument abominable, d’un cynisme absolument abject !

Je l’ai dit, je ne suis pas le Christ et je ne me sens pas en état de récupérer à mon compte les péchés du monde. Il faut être très fort, et je n’ai pas cette force, et ceux qui cherchent à le faire sans savoir qu’ils n’en ont pas la force, souvent, s’effondrent terriblement. C’est encore plus le cas quand il s’agit d’assumer la responsabilité des actes de pédophilie. Comment vouloir reporter aux fidèles cette question d’argent qui est du ressort exclusif de ceux qui ont fait fonctionner l’Église, et fonctionner très mal, beaucoup trop mal, au point d’anéantir des vies entières et aussi, en ricochet, même si, de mon point de vue, ce n’est pas le plus grave, l’image de l’Église elle-même ?

Car il y a une chose aussi qu’il faut marteler : il y a les victimes de ces actes odieux, ce sont elles qu’il faut secourir d’une manière ou d’une autre. Mais il y a aussi des victimes collatérales, ce sont tous les fidèles qui prennent conscience, qui se retrouvent dans une institution en pleine tempête à laquelle certains, faisant resurgir un anticléricalisme anachronique (et inutile car l’Église n’a plus aucune puissance ni influence dans les débats publics), veulent coller définitivement le mot de pédophilie.

Le pape François a été, dans ces scandales, parmi les plus fermes pour faire toute la lumière sur les milliers, voire les dizaines ou centaines de milliers d’abus sexuels qui ont été commis par des prêtres dans le monde depuis un demi-siècle, considérant que la vérité et la responsabilité valaient nettement plus que cette image de l’Église. Vérité, responsabilité, et aussi pardon. En voulant cacher ces faits, prétendument pour ne pas affaiblir l’institution, les évêques et tous les complices du silence ont au contraire saboté l’Église de l’intérieur. Et les victimes de ce sabotage, au-delà des personnes touchées dans leur chair, ce sont tous les fidèles.

Parmi les autres critiques que la décision des évêques d’indemnisation forfaitaire a inspirées, provenant des personnes victimes elles-mêmes interrogées par la presse, il y en a deux qui, à mon sens, ne sont pas recevables.

La première est que la déclaration n’évoque pas explicitement la reconnaissance de la responsabilité de l’Église. Le mot "responsabilité" n’est pas présent dans la déclaration, ce qui est vrai textuellement, mais dans l’esprit, cette reconnaissance de responsabilité est largement actée puisqu’elle parle de "silence", "négligence", "indifférence", "absence de réaction", "mauvaises décisions", "dysfonctionnements", etc.

La seconde critique injustifiée, c’est que la Conférence des évêques n’a pas attendu les conclusions de la CIASE présidée par Jean-Marc Sauvé pour prendre ses décisions. Le problème, c’est que la CIASE a jusqu’au printemps 2021 pour faire son travail et proposer les mesures qu’elle juge utiles et adaptées. Cette critique n’a pas de sens, la situation était urgente, attendre encore deux ans était pour le coup irresponsable. Ce qu’a expliqué Mgr Éric de Moulins-Beaufort : « Depuis 2016, les victimes attendent des choses de nous, on ne va pas les faire attendre encore jusqu’au printemps 2021. (…) Nous tiendrons compte de l’avis de la CIASE sur ce dispositif s’il le faut. ».

Il n’en reste pas moins que cette décision d’indemnisation forfaitaire et unique est une véritable maladresse, à la limite de la stupidité masochiste dans le contexte médiatique actuel, et que proposer aux fidèles d’alimenter le fonds d’indemnisation est particulièrement choquant. C’est dommage, car l’Église catholique en général, avec le pape François, et l’Église de France en particulier, ont accepté de prendre le problème clairement et franchement, lucidement, avec un profond travail d’écoute des victimes, d’accompagnement des déviants et de prévention et formation qui allait dans le bon sens (comme le montre ce document). Celui de l’humilité et pas du cynisme…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (10 novembre 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Pédophilie dans l’Église catholique : la décision lourde de Lourdes.
Mgr Roger Etchegaray.
Notre-Dame de Paris et son avenir.
Maurice Bellet.
Dis seulement une parole et je serai guéri.
La Renaissance de Notre-Dame de Paris : humour et polémiques autour d’une cathédrale.
Allocution du Président Emmanuel Macron du 16 avril 2019 (texte intégral).
Notre-Dame de Paris, double symbole identitaire.
Réflexions postpascales.
Discours du pape François le 24 février 2019 au Vatican (texte intégral).
La protection des mineurs dans l’Église.
Mgr Barbarin : une condamnation qui remet les pendules à l’heure.
Pédophilie dans l’Église : le pape François pour la tolérance zéro.
Document : rapport "Lutter contre la pédophilie" de l'épiscopat français publié en octobre 2018 (à télécharger).
Violences conjugales : le massacre des femmes continue.

Les étiquettes.
Le pape François demande pardon pour les abus sexuels dans l’Église.
Sœur Emmanuelle : respecter et aimer.
La "peur" de saint Jean-Paul II.
La canonisation de Jean-Paul II et de Jean XXIII.
La canonisation de Paul VI et de Mgr Romero.
Paul VI.
Mgr Oscar Romero.
Jean-Paul II.
Concile Vatican II.
Saint Nicolas II.
Barbe Acarie.
Divine douceur.
Le plus dur est passé.
Le début de la révolution luthérienne.
Saint François de Sales.
Le pape Formose.
Viens m’aider à aider !
Le pape François, une vie d’espérance.
Benoît XVI.
Les saints enfants de Fatima.
La révocation de l’Édit de Nantes.
La laïcité française depuis 1905.
L’encyclique "Fides et ratio" du 14 septembre 1998.
L’infaillibilité papale.
Pâques.
La tunique d’Argenteuil.
Hommage à l'abbé Pierre.
Mère Teresa.
Sœurs de Saint-Charles.
Père Gilbert.
Frère Roger.
Jean XXIII.
Le 14e dalaï-lama.
Jean-Marie Vianney.
Mgr Jean-Marie Lustiger.
Mgr Albert Decourtray.
Le Pardon.
La Passion.

Pédophilie dans l'Église catholique : la décision lourde de Lourdes
 



55 réactions


  • kimonovert 12 novembre 16:30

    Le ver est dans le fruit...Allez les Verts !


  • Blanche Colombe Andy Capp 12 novembre 16:45

    En Avril, le diocèse de Lyon était en effervescence. L’évêque de Pontoise, Stanislas Lalanne, chargé de la question de ala pédophilie des prêtres pour l’Eglise de France, avait déclaré qu’il ne "saurait pas dire" si c’est un péché. Ce à quoi l’évêque d’Autun, Benoît Rivière, avait répondu sur France Bleu Bourgogne : "Pour moi, le mot péché est presque trop faible". Presque, donc.

    Mais d’autres prêtres étaient moins mal à l’aise que ces deux là et plaisantaient. Deux d’entre eux interrogés par des journalistes en marge de la réunion organisée avec 220 prêtres par le cardinal Barbarin avaient répondu devant la caméra de l’AFP :

    "Ma position ? Je n’ai pas violé beaucoup d’enfants ; je suis assez clean à ce sujet-là. Heureusement, parce que vous auriez pu en faire partie, comme vous êtes très jeunes les uns et autres". Georges Favre, prêtre retraité.

    "A l’époque, ils (les victimes,) disaient être les chouchous du père Preynat (mis en examen pour des agressions sexuelles sur des scouts lyonnais il y a plus de 25 ans), ils en étaient fiers. Alors est-ce que ces gamins étaient très normaux ? Être fier quand on se fait peloter, ça me paraît curieux…" Jean Lacombe, prêtre à Villeurbanne.

    Barbarin avait demandé aux prêtres concernés de présenter leurs excuses.


  • oncle archibald 12 novembre 17:15

    Un baratin indigeste de Sylvain Rokotoarison pour dire quoi ?

    Simplement dire que c’est absolument scandaleux de penser réparer quoi que ce soit du scandale des prêtres pédophiles avec du fric.

    Il eut été bien plus responsable et peut être fructueux d’essayer d’organiser des rencontres directes entre les victimes et leurs prédateurs pour que les premiers puissent leur dire tout leur mépris et même leur cracher dessus s’ils y voyaient un intérêt thérapeutique, et que les seconds pieds nus et la corde au cou, puissent implorer leur pardon en pleurant sur leur faute.

    Matthieu 18.6 : "Mais, si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspendît à son cou une meule de moulin, et qu’on le jetât au fond de la mer."


  • Tall Tall 12 novembre 17:19

    Il faut arrêter avec le célibat des prêtres.

    L’Eglise ne l’a d’ailleurs pas toujours imposé, et Jesus jamais.


    • oncle archibald 12 novembre 17:47

      @Tall : je suis catho et ma femme protestante. L’œcuménisme étant à la mode à l’époque de notre jeunesse nous avons eu droit à un très chouette « mariage mixte » avec un curé qui m’a marié à elle et un pasteur qui l’a mariée à moi. Trop top comme diraient mes petits enfants !

      Nous avons donc eu l’occasion de fréquenter des curés et des pasteurs. J’ai connu successivement deux pasteurs, tous deux mariés et pères de nombreux enfants.

      Le premier était déjà âgé et c’était quasiment impossible de le voir seul. Sa femme, genre cheftaine à gros mollets velus, était constamment dans nos pieds et se mêlait de tous nos entretiens alors que c’est avec lui que nous avions envie de discuter de foi et de spiritualité.

      Le second était jeune et très difficile à rencontrer. Chaque rendez-vous était reporté trois fois parce que le petit dernier avait les oreillons, ou que l’ainé s’était cassé la jambe au ski, etc etc ...

      Alors oui sans doute les curés seraient moins obsédés par leurs problèmes de sexualité s’ils étaient mariés, mais ils seraient aussi bien moins disponibles pour leurs ouailles. Ce qui doit à mon avis leur manquer au moins autant qu’une sexualité épanouie c’est une famille et de l’affection autour d’eux. Il y a longtemps le curé habitait le presbytère soit avec sa vieille maman devenue veuve, soit avec sa soeur qui ne s’était jamais mariée, bref ... Il avait une « vraie maison » et quelqu’un qui l’y attendait avec un bon repas tout prêt.

      Je n’ai pas la moindre idée de ce qui serait préférable. Je plains de tout cœur les curés en poste actuellement qui ne peuvent plus se permettre le moindre geste d’affection envers un gamin sans que de gros yeux réprobateurs viennent leur rappeler qu’ils sont des pédophiles « à priori » ! Pauvres hommes !


    • Tall Tall 12 novembre 18:07

      @oncle archibald

      La contrainte sexuelle pour être + dispo, ce n’est pas bon.
      Surtout que le « job » de curé nécessite une grande empathie.
      Et pour ça il vaut mieux être bien dans sa peau. La frustration sexuelle est malsaine.
      Bon, ce n’est que mon avis, mais ça me semble tellement évident ...


    • gardiole 12 novembre 18:45

      @Tall
      J’ajoute que St Pierre était marié (dixit le NT) et que dans la 2ème partie de sa vie publique, Jésus et ses disciples formaient une petite troupe itinérante dans laquelle se trouvaient des femmes que certains supposent épouses des disciples. Excusez-moi de ne pas rechercher les références (la flemme...).

      Je ne suis pas psy, mais je doute que le célibat ait quelque rôle dans la question de la pédophilie. Ceux auxquels il pèse vont aux putes, prennent une maîtresse (ou un amant, pour les homos), ou se marient (civilement) en douce, ou se défroquent. Pour s’en prendre à des enfants, je pense qu’il faut être détraqué. Et je suppose, sous la réserve plus haut, qu’ils sont détraqués avant de devenir prêtres, et que c’est parce qu’ils sont détraqués qu’ils deviennent prêtres, en raison des possibilités que cela leur offre.


    • Tall Tall 12 novembre 19:03

      @gardiole

      Certains « détraqués » qui deviennent curés, peuvent être tout simplement des intégristes religieux qui sont vraiment convaincus que s’ils touchent à une femme, ils prennent un ticket pour l’enfer/purgatoire. Mais si la pulsion sexuelle est puissante, comme l’interdit est à vie, ils peuvent un jour se dire qu’un enfant, ce n’est pas une femme ... et donc ...

      Alors je sais que pour le commun des mortels, ça paraît dingue, mais j’ai pensé à ça le jour où j’ai lu que certains curés pédophiles ne comprenaient pas la gravité de ce qu’ils faisaient. Ils ne comprenaient pas que c’était mal.


    • arthes arthes 12 novembre 19:34

      @Tall

      Des exaltés religieux, oui...Plutot que des intégristes, l’intégrisme devenant la forme, le contenant, le fond reposant sur l’exaltation...Mais cela peut se trouver aussi (l’exaltation par rapport à une « mission » ) dans des disciplines qui n’ont rien a voir avec le religieux vu que les histoires de pédophilie où les mecs comprennent pas qu’ils ont fait du mal , se trouvent dans l’enceinte scolaire, que ce soit au niveau de l’EN et aussi dans les établissements scolaire hors EN.
      C’est assez complexe en définitive.


    • Tall Tall 12 novembre 19:52

      @arthes

      Oui bien sûr, c’est complexe, mais à mon avis, l’interdit de femme ( appliqué strictement par chez les exaltés ) tend à pousser à la faute.
       
      Et on constate depuis longtemps aux USA que les procès en pédophilie concernent + souvent la confession catholique que les autres confessions chrétiennes.


    • arthes arthes 13 novembre 07:15

      @Tall

      En quelque sorte, tu veux dire que , chez les exaltes catho pedo, la transgression de l interdit se transfere de la femme (le diable, la tentatrice) au jeune garçon (la purete) , et n est plus vécue comme transgression mais plutôt comme rite initiatique hellénique ?


    • alexis42 alexis42 13 novembre 08:53

      @Tall
      « l’interdit de femme tend à pousser à la faute »
      Il est possible que ce soit l’une des raisons. Mais je sais qu’il y’a en a certainement d’autres après avoir lu que nombre de rabbins ont été accusés d’être pédophiles alors que la plupart étaient mariés.
      Je me rappelle avoir lu un article d’un juif très critique – qui publiait dans plusieurs grands journaux américains, mais dont j’ai oublié le nom – affirmant qu’au prorata de leur présence dans la société US, ils faisaient « mieux » que les curés.
      Faites une recherche sur « pedophile rabbis » juste pour voir les titres.
      Il semble qu’il n’y ait pas de pédophiles chez les imams. smiley


    • Tall Tall 13 novembre 10:43

      @arthes

      C’est ça ... dans leur esprit, ce n’est pas un interdit. Ce n’est pas « mal ».
      Pour eux, la Loi, ce n’est que la loi des hommes et c’est sujet à caution.
       
      @alexis42

      Merci de m’épargner votre antisémitisme de caniveau, j’ai passé l’âge


    • folamour folamour 13 novembre 11:15

      @arthes
      C’est à Sparte surtout.
      On se pelotait pas mal chez les terribles hoplites


    • njama njama 13 novembre 11:20

      @gardiole
      Je ne suis pas psy, mais je doute que le célibat ait quelque rôle dans la question de la pédophilie.


      non mais l’homosexualité est une réalité plus fréquente dans l’église catholique que dans la vie civile. Les jeunes séminaristes ne sont pas immunisés contre les poussées de testostérone.
      A l’inverse l’église orthodoxe encourage ses prêtres a se marier s’ils ne l’étaient pas déjà, car un homme marié peut devenir prêtre.
      Puisque l’église orthodoxe le fait pourquoi l’église catholique refuse des quatre fers d’abolir le célibat, cette antique mesure dont la seule raison est l’argent, cf la Querelle des Investitures


    • folamour folamour 13 novembre 11:50

      @njama
      Bien sûr
      Et puis tout le monde n’a pas une veuve complaisante ou une fillette prépubère sous la ........Heu .......sous la main.


    • Massaliote 13 novembre 12:02

      @oncle archibald
      La pédomanie n’a RIEN à voir avec le célibat. Combien d’abus sont commis au sein des familles ? Dutroux et Fourniret étaient mariés ;


    • Massaliote 13 novembre 12:05

      @alexis42
       Pas de pédophilie chez les imams ? 


    • alexis42 alexis42 13 novembre 12:34

      @Tall
      « Merci de m’épargner votre antisémitisme de caniveau »

      Comme vous avez la flegme, voici le lien
      Il indique une quantité de sites « nazis », comme independent.co.uk, nypost.com, timesofisrael.com, israelhayom.com, haaretz.com, liberation.fr, etc.
      Votre humour est donc très intéressant.

      Amha, la pédophilie dans les religions ou à l’éducation nationale s’explique par deux raisons, qui n’ont rien d’antisémites ou anti-chrétiennes :
      – La présence de nombreux jeunes adolescents, donc un grand choix pour les prédateurs, d’autant que certains enfants ont des traits virils peu marqués, voire un peu féminins.
      – L’autorité de ces adultes sur les enfants, qui empêche beaucoup de se plaindre à leurs parents, ce qui a longtemps assuré l’impunité aux salauds.

      Si l’on n’a rien sur des imams, il est évident que certains ont dû sévir.
      Voici un extrait de TelQuel, magazine marocain en ligne :
      « Califes amoureux
      Dans son
      Histoire des califes, le théologien et historien égyptien Jalaloudine Assayouti, fournit cette description du calife abbasside Al Amine : ‘‘Il achetait, sans compter, des eunuques qu’il réservait à son plaisir, renonçant ainsi à ses femmes et concubines’’. »


    • alexis42 alexis42 13 novembre 12:51

      @Tall
      J’ai trouvé facilement d’autres sites nazis : TabletMag, TheGuardian, Forward.com, Chabad.org, protectjewishkids.com, etc. smiley

      Un extrait pris dans le New York Times qui, malgré l’absence de croix gammées, est un journal antisémite bien connu :
      « Les victimes d’abus sexuel et leurs familles ont été expulsées des écoles religieuses et des synagogues, rejetées par les autres juifs ultra-orthodoxes et ciblées par des harcèlements visant à détruire leurs entreprises. Certaines familles de victimes ont reçu de l’argent, apparemment pour aider à payer le traitement des victimes, mais aussi pour arrêter de porter des accusations, ont déclaré les victimes et leurs défenseurs. »
      Même conduite que celle de certaines organisations catholiques : dissimuler.

      Je ne doute pas un instant que, par honnêteté, vous reconnaitrez avoir menti.


    • Tall Tall 13 novembre 13:04

      @alexis42

      Ce qui compte c’est la fréquence : elle est anormale dans la curie catholique, et je suis sûr que l’interdit de femme joue un rôle là-dedans.
      Si chez les rabbins, il y avait aussi une fréquence anormale, il faudrait en chercher la cause


    • alexis42 alexis42 13 novembre 15:19

      @Tall

      « Ce qui compte c’est la fréquence »
      Je ne cherche pas à défendre les uns ou les autres.
      Dans les affaires dont on parle, impliquant la curie catholique, beaucoup sont anciennes (plusieurs décennies).
      Le nombre de catholiques dans le monde est environ 1,2 milliard.
      « la population juive mondiale serait de 13,855 millions »
      Il y a donc 85 fois plus de catholiques que de juifs. Il devrait donc y avoir 85 fois moins d’agressions parmi les juifs pour qu’ils soient à égalité, ce qui n’est pas évident d’après l’abondance des sources.
      Il me semble avoir lu je ne sais plus où que l’interdit de la femme pouvait expliquer la présence de plus d’homosexuels parmi les prêtres. Cela peut donc être un élément, qui s’ajoute aux 2 que j’ai expliqués, que l’on retrouve parmi toutes les personnes – religieuses ou athées – encadrant des jeunes.

      Accessoirement, vous auriez pu vous excuser pour mon supposé « antisémitisme de caniveau »...


    • Tall Tall 13 novembre 16:14

      @alexis42

      Des excuses ?
      C’est vrai que j’ai réagi sans savoir qui vous étiez ... mais bon, maintenant en y regardant de + près, je tombe quand même là-dessus > « Moïse, libérateur-exterminateur »
      Ceci dit, je n’ai pas envie d’épiloguer là-dessus, c’est inintéressant. Vous avez le droit d’aimer ou pas qui vous voulez sans vous justifier.
      Et comme vous savez bien tout ce qu’on voit sur ce site, vous comprendrez facilement ma réaction. Mais j’aurais pu éviter « de caniveau », d’accord.

      Pour en revenir au sujet .... hélas oui, les fréquences sont dans la pratique invérifiables. C’est juste une impression liée aux procès US répétés rapport à la curie catholique et l’absence de souvenirs semblables rapport aux autres confessions chrétiennes.
      Et j’avais bien dit « chrétiennes » dans mon com ci-dessus, ceci pour avoir un comparatif direct entre confessions semblables.


    • arthes arthes 13 novembre 17:10

      @folamour

      Tiens donc !!
      L’esprit de corps je suppose, autres temps, autres moeurs.
      Sur wiki/incompleted (mais bon, ça donne quelques infos) , j’ai lu même que les hoplites se battaient en formation serrée, avec leurs boucliers , formation de combat dite : « La phalange » , lol, ça s’invente pas.
      M’enfin, bon, il s’agissait de guerriers avant tout,


    • alexis42 alexis42 13 novembre 17:32

      @Tall
      Mon article sur Moïse n’est pas le meilleur : je préfère de loin celui sur Jacob-Israel (commencer à Rencontre avec l’ange).
      J’ai commencé par dézinguer la religion de Hébreux, avec des références sérieuses, mais les autres articles (non publiés) concernaient la suite, les principaux étant le « roi » David (qualifié de « calife » dans le Coran), le magicien Abraham, rabbi Jésus, et le « prophète » Muhammad (BSSN).
      Mébon, vous maintenez « antisémite », preuve d’une capacité d’analyse remarquable.


    • Tall Tall 13 novembre 18:02

      @alexis42

      Ah ... vous admettez quand même de bien aimer les dézinguer ... et c’est ce que j’ai ressenti direct. Je ne me suis donc pas trompé sur le principe.
      J’ai écrit « antisémite » parce que c’est + rapide, le détail de la définition ne m’importe pas.

      Ceci dit, je ne les défendrai pas ... je suis athée, ex mal-élevé catholique.

      Mon seul critère est la manière dont ils me voient moi, le mécréant.

      Et là les comptes sont vite faits :

      Jesus ne demande pas ma tête et est même prêt à me pardonner
       Chez les juifs, je suis un goy à ne pas trop fréquenter, mais j’ai le droit d’être un bon client
       Et chez Allah, on me découpe en rondelle sans procès


    • Tall Tall 13 novembre 18:10

      Et c’est pour ça que je désapprouve le laïc quand il met toutes les religions dans le même sac. C’est une erreur grossière, et on en voit bien les conséquences aujourd’hui.


    • alexis42 alexis42 13 novembre 20:21

      @Tall
      Je « dézingue » toutes les religions monothéistes, donc en premier la religion-mère, qui se trouve être celle des Hébreux. Dans mes articles parus, j’ai montré que les anciennes religions, de Sumer à l’Égypte, en passant par l’Ouest sémitique, étaient beaucoup plus tolérantes ; et même si les Hébreux leur ont énormément emprunté, ils leur ont ajouté des horreurs. 
      Pour Jésus, j’aurais eu beaucoup moins à dire. Pour Momo, beaucoup plus ; et il a emprunté énormément à la Torah.
      Mais on doit aux Hébreux l’invention de la guerre sainte, et de plusieurs types de lapidation, dont celle pour apostasie.

      D’après votre « définition, » je suis donc antisémite, christianophobe et islamophobe.
      Vous méritez donc de rejoindre la poubelle déjà bien pleine des commentateurs à éviter.


    • Tall Tall 13 novembre 20:41

      @alexis42

      commentateur à éviter ?
      C’est comme vous voulez, mais je vois qu’on a un point de vue très proche finalement sur les religions.
      Au départ de nos échanges, je ne pouvais pas le savoir ... s’il fallait faire une enquête du cv de chaque intervenant avant de répondre ... pfff
      Il ne faut pas être trop susceptible sur ce site ... je pense qu’on s’est compris maintenant


    • Jonas Jonas 14 novembre 07:59

      @Tall « Il faut arrêter avec le célibat des prêtres. »

      Depuis plus de 20 ans, 10.000 enfants sont victimes d’agressions sexuelles chaque années en France, 20 enfants sont violés chaque jour sur le territoire, 100% de ces actes de violence faites aux enfants n’ont rien à voir avec l’Église catholique.
      La très grande majorité des pédophiles condamnés ont vécu en couple et pas dans le célibat.

      Si frustration il y a par la faiblesse de la chair, le prêtre s’orientera plutôt vers une femme, pas vers un enfant.
      Il y a clairement une propagande anticatholique menée à grande échelle médiatiquement, les rares scandales pédophiles révélés dans l’Église constituent une goutte d’eau comparée aux actes pédophiles se produisant tous les jours en France.
      Il ne s’agit pas de dédommager les prêtres pédophiles, mais le lobby homosexuel qui a infiltré Vatican II dans les années 1960, dénoncé pourtant à maintes reprises par des évêques et des prêtres soucieux de la Foi et de la vérité, a fait beaucoup de mal à l’Église catholique. Il est temps d’assainir cela et de revenir aux fondamentaux du catholicisme.


    • Tall Tall 14 novembre 08:14

      @Jonas

      Voyez mes réponses ci-dessus à 19:03 et 19:52 pour le célibat

      revenir aux fondamentaux du catholicisme.
      Jesus n’a jamais imposé le célibat des prêtres. Les autres confessions chrétiennes ne le font pas. Et le Vatican lui-même ne l’a pas toujours fait non plus.


  • kimonovert 12 novembre 17:34

    « Grâce à Dieu... » Le mode commun pour tous curés compris !


  • folamour folamour 12 novembre 18:54

    Le plus honteux

    Le plus répugnant

    Le plus révoltant ........Est cette assemblée d’évêques qui dans un froufroutement de soutanes a « décidé » d’une somme forfaitaire pour les victimes de pédophilie...

    .

    https://www.lopinion.fr/edition/politique/pedophilie-dans-l-eglise-somme-forfaitaire-victimes-votee-eveques-202541

    .

    Comme autrefois dans les boxons la passe tarifée....

    .

    En gros les victimes et la Justice n’ont pas à se mêler des affaires des curés et de l’Eglise ....

    .J’peux pas aller plus loin on va me traiter de laïcard extrémiste et de christianophobe


    • oncle archibald 12 novembre 19:21

      @folamour :

      « En gros les victimes et la Justice n’ont pas à se mêler des affaires des curés et de l’Eglise .... »

      Exactement le contraire !

      Les responsables de l’église sont ravis lorsque la justice est saisie ce qui leur évite des états d’âme ! Dénoncer « un collègue » n’est pas chose facile, pas plus pour les prêtres que pour les enseignants ou les moniteurs de colonies de vacances, et jusqu’à ce jour il semble que la politique de la hiérarchie catholique a été d’inciter le prêtre fautif à se dénoncer lui même et la victime à saisir la justice.

      Ces incitations ne sont pas toujours suivies d’effet et c’est pour les cas demeurés « secrets » ajoutés à ceux qui sont connus de la justice, que l’église propose très maladroitement à mon avis un dédommagement financier.

      Comme vous, bien que je ne sois ni « laïcard extrémiste » ni « christianophobe », je trouve que le versement d’un « dédommagement pécuniaire forfaitaire » aux victimes de pédophilie est « honteux, répugnant et révoltant ». Je suis incapable de comprendre les motivations des évêques.


    • foufouille foufouille 12 novembre 19:25

      @oncle archibald

      bof, c’est le niveau d’un expert médical puant.


    • folamour folamour 12 novembre 19:42

      @oncle archibald
      Cher tonton
      Cette fausse contrition et ce faux sacrifice ont un but....
      Éviter que les institutions d’État soient contraintes par la foule des victimes à les sanctionner plus sévèrement....
      ...
      Et puis.....
      C’est plus facile pour un budget prévisionnel
      Le management contamine même les saintes congrégations....
      .
      Votre fausse approbation ne trompera personne.


    • Pere Plexe Pere Plexe 12 novembre 20:31

      @folamour
      ...pas eu le courage de lire.
      Du coup c’est combien la pipe ?


    • oncle archibald 12 novembre 20:33

      @folamour

       : « votre fausse approbation ne trompera personne »

      J’adore ceux qui sont dans la tête de leurs voisins ..... Ne jugez pas et vous ne serez pas jugé est-il écrit dans les livres bien faits.


  • Kapimo Kapimo 12 novembre 21:26

    Macroniste catholique, quelle drole d’idée..

    Sinon, la pretrise a longtemps été une voie royale pour les pédophiles, avec d’autres. Il serait grand temps que l’église catholique qui s’est de toutes façons déjà sabordée avec Vatican II permette aux prêtres d’avoir d’une manière ou d’une autre des relations sexuelles. Et que ceux qui font voeu de chasteté puissent continuer à le faire.


    • folamour folamour 12 novembre 21:56

      @Kapimo
      Ad augusta per angusta


    • kimonovert 13 novembre 09:36

      @folamour

      Belle paronomase !


    • folamour folamour 13 novembre 11:05

      @kimonovert
      C’est que dans le corps ecclésial , bien plus qu’ailleurs : amantes sunt amentes .
      .
      Kimono please.

      Ayant fait l’objet tout dernièrement d’une interdiction de séjour ( totalement injustifiée et d’une partialité confondante) par un auteur ....qui ne s’en vante pas mais qui en use
      ......
      j’aimerais bien pouvoir m’en plaindre quelque part.
      Comment avez vous réussi votre prouesse technique l’autre jour... ?


    • Zozo canal histrionique 13 novembre 11:10

      @folamour

      Demande à Furtif, il a les réponses ! ^^


    • kimonovert 13 novembre 16:44

      @folamour

      Faire ce que vous faites ici pour intervenir...Vous êtes alors averti que la charte...patalipatala ! Cliquez sur « charte » et à la fin du baratin qu’en fait personne ne respecte, modos compris, vous avez la parole...qui va se perdre dans le sable ! Lisez le processus de fonctionnement a à l’onglet « Qui sommes-nous ? »...vous comprendrez que la modération du site ne répond pas ! J’ai un pénible au Q qui me piste et me parle de notes ! Je suppose qu’il y a une interface pour noter les intervenants comme les auteurs entre eux qui doivent être dans la ligne...laquelle ligne comme vous l’avez sûrement pressenti est « alternative » !


  • zzz999 13 novembre 09:03

    A moins d’un aveuglement doublé d’une déconnection et d’un mépris complet des victimes, je vois surtout dans cette indemnisation une arme très efficace pour savoir très exactement l’ampleur du phénomène dans l’église, une sorte de sondage rémunéré en somme.


  • kimonovert 13 novembre 09:11

    Le denier du Q ?


  • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 novembre 09:51

    Je ne sais pas s’il est utile de dire ce que nous pensons de l’article dans la mesure où l’auteur ne lit même pas les posts. Quand je publie un article, pour ma part, je fais l’effort de participer aux débats qui suivent et j’essaie même de les animer. Il est peut être tout simplement regrettable que les articles de cet auteur soient publiés. Nous pouvons considérer en effet que ce n’est pas dans l’esprit d’Agora Vox. Que les modérateurs en tiennent compte.


  • Djam Djam 13 novembre 10:25

    @ Sylvain

    Cessez d’être catholique Sylvain et devenez chrétien authentique, ça vous soulagera. Le catholicisme n’est rien d’autre qu’un avatar politique élaboré dès l’ère de Constantin qui avait fort besoin d’une religion d’état pour revenir sur la scène politique romaine en un temps où ça allait très mal pour la puissance de Rome.

    Le christianisme est une sorte de philosophie qui, en effet, refuse, entre autres, l’usure, le mal fait envers autrui, qui propose la puissance du pardon, le partage et la solidarité (la fameuse charité chrétienne perversement remplacée par le « care », cette invention américaine qui, au contraire de la charité, permet de faire commerce et profit sur la misère)

    Penchez-vous sur l’histoire de celui qu’on appelle le Christ (Yeshoua), ses combats contre le commerce total, sorte de prophète soldat formé par les très rigoristes Esseniens, et qui n’eut de cesse de rappeler la nécessité vitale pour toute société humaine de préserver dans sa vie une part de sacrée où l’argent ne doit jamais pénétrer.

    La catholocisme est essentiellement un mouvement politique (racine du mot = universel) déguisé en religion. Ce mouvement fut rapidement infiltré par des non chrétiens qui prirent l’habit comme on endosse une tenue de camouflage. Ils pourrirent rapidement le mouvement par l’intérieur. Vieille tactique encore utilisée de nos jours par les zélateurs du chaos organisé.

    Des pédophiles il y en a à peu près dans tous les milieux où il y a des enfants (autres religions, politique, éducation, etc) mais comprenez bien que pour achever la destruction du christianisme (à ne pas confondre donc avec le catholicisme vaticanais) il suffit de ne dénoncer que les prêtres catholiques.

    Cela permet, par la même occasion, de faire oublier la saloperie d’affaire énormissime dite « affaire Epstein », laquelle est pour le coup un authentique réseau mondial d’exploitation de jeunes femmes et d’enfants pour certains sous-réseaux. Et puis cela permet également de promouvoir la nouvelle religion d’une France en voie d’éclatement : le laïcisme de la franc maçonnerie, véritable idéologie d’une religion terrestre, matérialiste dans laquelle l’homme-dieu est cet être indéfini, égocentré, hystérique qui a besoin, depuis peu, d’une seconde religion : l’écologie.


    • Kapimo Kapimo 13 novembre 14:09

      @Djam

      "pour achever la destruction du christianisme (à ne pas confondre donc avec le catholicisme vaticanais) il suffit de ne dénoncer que les prêtres catholiques."

      Pouvez-vous développer, c’est obscur ?


    • Djam Djam 15 novembre 14:31

      @Kapimo
      Bien volontiers !

      Vous avez compris, je suppose, que catholicisme = bras politique, financièrement puissant, obscure comme tous les partis politiques et présenté sous les ors et les fastes d’une religion totalement opposée au christianisme qui, lui, promeut depuis toujours une vie frugale, le partage, le pardon....

      L’usure, l’accaparement illimité des biens matériels, l’enrichissement illégal qui appauvrit depuis des lustres les peuples, tout cela est vivement déconseillé dans le christianisme. Vous comprenez alors que l’attitude authentiquement chrétienne ne colle nullement avec les « valeurs » d’un capitalisme délirant qui fascine jusqu’au moindre individu prêt à presque n’importe quoi pour « jouir sans limite ».

      Comment faire pour abattre toutes valeurs susceptibles de ralentir le processus mortifère du capitalisme débridé pour tous ?

      Réponse : on met en place une stratégie sur le long terme visant à accabler le christianisme de tous les maux de la terre. Ces salauds de chrétiens cathos qui abusent des enfants... facile à vendre auprès de masses incultes prête à avaler à peu près n’importe quoi pour se sentir du « bon côté ».

      Est-ce à dire que la pédophilie ne serait pas pratiquée par les prêtres ? Certainement pas ! Mais les pédophiles ne sont pas les chrétiens ordinaires, ils sont parmi les prêtres de la curie vaticanaise. Ces prêtres sont des esprits tordus qui n’ont que faire du christianisme. Ils pourrissent effectivement les valeurs originelles du message christique (vie frugale).

      Alors, on entretient habilement l’amalgame et la plupart des gens pensent que catholiques = chrétiens. Et bien non !
      Catholique = faux chrétiens dévoyés
      Christianisme = authentique message humaniste (qui n’aime pas l’argent... l’affaire du veau d’or est emblématique de ce message)

      Et grâce à l’amalgame, l’arme idéologique malfaisante du catholicisme se confond avec le message du christ. Comme le système a besoin d’individus qui ne rêve que de jouir sans limite (argent, biens, futilité...) pour se pérenniser, on comprend alors qu’il lui faut faire tout pour justifier l’élimination définitive de tout comportement chrétien.

      Pour y parvenir on jette les musulmans contre les chrétiens, on les pousse à s’entre tuer. On accable l’islam de toutes les terreurs et l’église de toutes les perversions. Comme plus personne ne lit ni n’étudie sérieusement un sujet pour apprendre à penser en autonome, on répète ce qu’on entend, on ne vérifie rien, on s’indigne selon le pointillé indiqué par le système.

      Voilà pourquoi j’écris qu’il est commode d’accuser les prêtres de pédophilie sans faire l’histoire du catholicisme en tant qu’arme idéologique non chrétienne. Il y a autant de pédophiles dans les autres religions mais c’est le christianisme qui est visé... et le jour où il n’y aura plus du tout de chrétien en Europe, vous verrez que la pédophilie continuera de plus belle.

      Mais il faut pointer un ennemi pour mieux se planquer... Islam et christianisme sont les deux religions qui dérangent le Nouvel Orde du Monde.


  • ZEN ZEN 13 novembre 10:53

    Pour quelques deniers...pas de miracle à Lourdes


  • Massaliote 13 novembre 12:24

    La pédophilie en islam : une vraie honte ! | Résistance ...
    https://resistancerepublicaine.com › 2019/08/12 › la-pedophilie-en-islam-u.

    Où est la repentance ? Jamais entendu un imam demander pardon.


  • zygzornifle zygzornifle 13 novembre 14:16

    ça existe dans toutes les autres religions mais le scandale éclate en ce moment pour les chrétiens , que les autres profitent bien de ce moment de quiétude ....


    • oncle archibald 13 novembre 15:37

      @zygzornifle :

      Ça existe aussi en dehors de toute religion et statistiquement les actes pédophiles sont le plus souvent commis par les pères, les oncles, les amis bref tous ceux qui ont des enfants « à portée de mains ».

      Également dans le milieu des enseignants, des moniteurs de sport, des moniteurs de colonie de vacances etc etc ....

      Mais effectivement ce sont les ministres du culte chrétiens et plus particulièrement les prêtres catholiques qui sont actuellement sous le feu des projecteurs. Peut être parce que c’est encore plus choquant que ces actes soient commis par ceux qui sont censés nous monter le bien et le mal, peut être aussi parce que cela fait partie d’une campagne bien orchestrée de démolition des églises chrétiennes occidentales. Des mecs qui osent encore dire que l’argent ne fait pas le bonheur sont à éliminer de cette société de consommateurs bien dressés !


    • kimonovert 13 novembre 17:02

      @zygzornifle Sans chercher plus avant c’est une constante...Mais là c’est un pouvoir qui est en cause...il y a donc des jeux de pouvoirs (tout est au pluriel) et ceux-ci sont aussi secrets que les autres ! On assiste à une vaste déstabilisation mondiale et à mon avis c’est un dîner de cons global... Ce n’est pas nouveau...Les religions adoubent les puissants temporels lesquels laissent faire... Dans notre civilisation française, le Roi l’était par la grâce de Dieu et son sacre par l’entremise du Vatican lui en attribuait tous les pouvoirs. https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Sacre_des_rois_de_France


Réagir