samedi 20 février 2021 - par Jérémy Cigognier

Tous ces préjugés contre les résurgences polythéistes-animistes européennes ! – un plaidoyer argumentaire raisonné en leur faveur

Le monde contemporain est avant tout à l'économisme, au ludisme et au scientisme. Travail, loisir, science y valent pour production, séduction, confirmation – sinon c'est le sentiment de néant, de délaissement et d'inquiétude (même les plus sérieux zététiciens se retrouvent là face à un mur ! C'est dire …).

En dehors de ces termes et dérivés, « point de salut », Au hasard : pour tout ce qui s'avance comme générateur culturel et défenseur territorial … sur tout cela, « il faut » des diabolisations : c'est ce que jurent ceux qui ne jurent que par travail, loisir, science, progrès ou production, séduction, confirmation, obligation.

C'était sans parler du progrès équivalent de obligation, comme si on ne pouvait jamais ne serait-ce que digresser. Assurément, les poètes n'ont pas leur place dans cette ambiance, sauf s'ils sont scénaristes pour Netflix ou graphistes sur YouTube – et uniquement cela …

Alors, vraiment, quelle place auraient des polythéistes actuels ? Des animistes ? Des « païens1 » ? … Mille et un préjugés s'y opposent, mais ce ne sont que des préjugés.

 


Source

 

Le préjugé actualiste d'arriération (ou le complexe du barbare)

Parlons-en, justement, de ce préjugé d'arriération. En effet, il peut sembler curieux qu'à l'heure où la météorologie et – plus récemment – la climatologie, nous expliquent que l'orage provient de différentiels atmosphériques, véritables générateurs électriques naturels … il peut sembler curieux qu'à cette heure, des personnes croient que le dieu viking Thor y soit pour quelque chose, ou bien un sabbat de sorcières sur un Akelarre.

En fait, il est déjà suffisamment difficile pour les post-monothéistes, de s'imaginer que toutes ces affaires ioniques sont le fruit d'un seul dieu prétendu totalitaire – alors si en plus se déploie tout un panthéon, rien ne va plus, déjà qu'avec la démonologie, l'hagiographie et l'angélologie c'était pas gagné (par l'hébraïque démon Reshep, le chrétien saint Christophe et l'islamique ange Ar-Râd !) …
Or, c'était sans parler du devenir sociohistorique : la Rome antique n'a-t-elle pas colonisé l'Europe continentale – et pas que l'Europe continentale ? Cette Rome ne s'est-elle pas convertie en Christ, serait-ce par le saccage des temples et le massacre des fidèles à l'ancienne coutume ? Les invasions dano-hercyniennes n'ont-elles pas bouleversé la donne romaine, à la fois en l'adoptant et en la féodalisant ? Quant à la christianisation, n'a-t-elle pas couru – au moins ! – jusqu'en Scandinavie ? Leif Erikson, « le viking qui a découvert Vinland » – l'Amérique – n'était-il pas déjà chrétien dans sa famille depuis une génération, n'a-t-il pas fait construire une église là-bas ? Et tous les compilateurs du merveilleux celtique et nordique, n'étaient-ils pas des moins qui ont tout évhémérisé ? Alors enfin, l'époque féodale ne s'est-elle pas réformée ès Renaissance jusqu'aux Lumières dont nous réclamons volontiers – jusqu'à nos valeurs de
travail, loisir, science et progrès – production, séduction, confirmation et obligation  ? … Alors à quoi bon ! À quoi bon ! À QUOI BON ? …

 

À bon, les animismes-polythéismes contemporains. L'hindouisme est la quatrième plus grande religion mondiale, après le catholicisme, le protestantisme et l'islamisme. Et encore, il a fallu diviser le monothéisme en trois, pour ne pas dire qu'elle est la deuxième plus grande religion mondiale. La question serait donc plutôt de savoir, comment les « actualistes » (appelons-les ainsi, ceux qui ne jurent que par ce qui se fait actuellement chez eux qui valorisent travail-loisir-science-progrès ethnocentriquement2) … la question serait donc plutôt de savoir, comme les actualistes, qui sont censés tout comprendre, ne comprennent pas cela.

Car il y a eu historiographie un éminent penseur français, nommé Hippolyte Taine, voilà deux siècles d'époque contemporaine. Ce penseur fut le penseur de l'historicisme, à savoir du principe historique selon lequel, il faut des conditions très spécifiques, pour qu'une culture puisse fleurir. À vrai dire, il n'a jamais su paramétrer lesquelles, voilà pourquoi il n'a pas été retenu dans la discipline (en plus de l'emploi innocent mais malheureux pour nos jours, de critères tels que « la race, le temps, le lieu » – race au sens neutre de génération ethnique plutôt que racisme évidemment). Hippolyte Taine n'a pas été retenu, pourtant c'est bien sur son principe historiciste que s'épanouirent les sciences sociales, et notoirement l'anthropologie.

 

Or, qu'est-ce que l'anthropologie ? … L’anthropologie, c'est la méthode scientifique qui – malgré quelques « observations participantes », permet de diagnostiquer les sociétés non-actualistes selon des préjugés actualistes. Par anthropo-logie, logique anthropique, on les met en boîte pour nous confirmer scientifiquement dans l'exotisme bourgeois. Il s'agit en fait d'une mesure d'hygiène, comme on regarde la covid avec des yeux ébahis à travers des discours médiatiques : pour éviter de le rencontrer tout en l'observant avec avidité (et pourtant, il migrait parmi nous …). En fait, de manière générale, le scientisme ambiant est déconstructeur, fatalement déconstructeur, parce qu'analytique et critique. Mais, quand on vit sa vie culturelle, même si on peut avoir conscience de ses différents aspects, on ne l'analyse pas ni ne la critique : on la comporte.

Enfin, dans des sociétés autoproclamées libérales comme les nôtres, où le précepte ultime est opportuniste et innovationniste (« réalise tes rêves, toi seul peut faire tes choix qui se respectent »), on voit mal comment l'opportunité de puiser dans le patrimoine pré-monothéiste pour réinventer des modes de vie, ne pourrait pas être validée. Elle étonne uniquement parce qu'il s'agit du religieux, et que le religieux (comme l'irréligieux à vrai dire) engage intimement nos sentiments de valeurs.

 

Bref : le préjugé actualiste d'arriération n'est bien qu'un préjugé, le préjugé des gens sans empathie … et c'était sans parler des chamanismes sud-américains, sibériens et océaniens toujours vivaces, qui recueillent plus de sympathie car correspondants l'actualisme écologiste.

Car enfin, dans les anciens mythes européens, les dieux naissent comme les hommes dans le monde, au monde. Il n'est pas dans l'esprit polythéiste-animiste d'être anti-scientifique : c'est même en Grèce « païenne », que naquit l'esprit scientifique en philosophie (emblématiquement pour nos jours : Démocrite) or ces Grecs jugeaient les druides philosophes, aussi.

Mais, plutôt que d'écologistes, parlons d'écologues polythéistes-animistes (emblématiquement de nos jours : James Lovelock et son hypothèse-Gaïa) – toute la sorcerie actuelle se veut d'ailleurs une telle écologue.

 

 

Le préjugé romantique d'humiliation éternelle

Ce préjugé découle de l'historicisme précédent. En effet, les sociétés actualistes sont obnubilées par leur héritage post-chrétien, à le diaboliser pour abominable à cause de la colonisation. C'est un sentiment compréhensible, d'autant plus que les anciennes coutumes européennes furent colonisées de la même manière : on n'a pas changé une « méthode qui gagne » depuis l'empereur Constantin qui, au VIème siècle, fit de la foi en Christ la religion impériale romaine.

De plus, notoirement, au XIXème siècle qui inaugure l'ère contemporaine – siècle dont nous parlions précédemment aussi, puisqu'Hippolyte Taine y vécut … – au XIXème siècle, l'Europe des Lumières a perdu sa mentalité aristocratique et savante transfrontalière à cause de la Révolution française et son accouchement de l’État-nation administratif napoléonien. Imitée par tous les pays d'Europe, la France suscita partout une crispation frontalière administrative – aidée par le choc des invasions de Napoléon. Se sentant fragile, tout le monde tourna au nationalisme, c'est-à-dire à la mise en boîte de sa nationalité, concurrentiellement, eut égard aux autres nations : le romantisme régnait en France, c'est-à-dire la mentalité à prendre le psychodrame d'un moi pour le Tout cosmique (la France ne s'en est jamais remise, jusque dans son universalisme humanitaire).

En tout cas, c'est à cette époque que, en France, on écrivit le roman(tisme) national, fondé sur la mise en exergue du roi-guerrier Vercingetorix. Elle n'a pas eu tort, dans la mesure exacte où l'aventure de cet Arverne entre les peuples gaulois, est l'aventure d'un brave ayant réussi là où d'autres ont échoué : fédérer des peuples gaulois, jusqu'à refaire craindre la Rome que – comme ce fut le cas quatre siècles plus tôt – un brennos gaulois (c'est-à-dire un chef, gallois bran, comme le nom du roi final dans Game of Thrones) ne ramènent ses armées devant la Cité palatine et la mette à sac.

Et pourtant, le nationalisme eut tort d'en faire une germanophobie, voilà le point … d'autant plus que les Anciens Allemands furent mieux placés que les Anciens Français, face à Rome. En effet Rome réussit une vingtaine d'année, à coloniser ce que Jules César avait baptisé la Germanie (vaste espace celtique hercynien et dane à l'entrée de la Mer Baltique, que l'historiographie actualiste ne parvient pas à penser autrement que dans les termes césariens de Germanie … c'est dire sa partialité). Mais Hermann, fils de chef enlevé de force à sa famille pour être romanisé en Arminius, a retourné son apprentissage contre les colonisateurs avec succès, et c'est ainsi que Rome renonça aux terres nordiques avant la christianisation.

Bref, la France a choisi le coq pour symbole, celui qui chante même les deux pieds dans la merde, jeu de mot césarien à son sujet encore. En effet, en celtique, gaulois (galatai) signifie souveraineté, gouvernement, vaillance mais cela sonne en latin comme le coq ou la poule, le gallinacé, gallinaceus. Il faut croire que nos ancêtres nationalistes contemporains, firent une identification à l'agresseur, dans leur révisionnisme ! C'est pitié.

 

Nos ancêtres nationalistes contemporains, révisionnistes, ont figé une humiliation dans le ciel éternel de leur idée française : ce n'est pas très malin. C'est d'autant moins malin, que cela inspira les Belges (pourquoi cela ne m'étonne pas ? humour franco-belge) avec « leur Vercingetorix », j'ai nommé Ambiorix – mais aussi les Espagnols avec leur révolté Olyndicus, les Britanniques avec Boudicca (qui a le « charme actualiste » du féminisme), ou encore les derniers résistants gaulois après Vercingetorix : Lucterios et Drappès, à la bataille d'Uxellodunum, après la fameuse d'Alesia. Ce dernier exemple démontre, d'une part, que le nationalisme pratique un révisionnisme sélectif … mais tous ces exemples démontrent la bêtise nationaliste en général, d'être romantique, et de valoriser des humiliations de guerre en guise de héros morts au combat.

À vrai dire, quand on se veut aujourd'hui polythéiste-animiste celtisant, on peut évidemment honorer leurs mémoires. Mais on doit se demander en quoi cette mémoire devrait nous affecter plus ou moins que celle de Napoléon – qui en touche une sans faire bouger l'autre à la majorité des Français, et d'autant plus s'ils ne sont pas Blancs. Ce n'est pas méchant ni contre lui, mais on s'en fout de Napoléon, alors pourquoi en aurait-on quelque chose à carrer de Vercingetorix ? … Plus sérieusement, il n'est que de se dire que cela fait partie de l'Histoire. Et surtout, sans historicisme, de faire preuve de dynamique et de volonté, en arrêtant les identifications à l'agresseur justes bonnes à susciter le psychodrame de petits moi « néopaïens » post-nationalistes à chier.

 

Bref, le préjugé romantique d'humiliation éternelle n'est bien qu'un préjugé, le préjugé des gens tristes se rejouant en boucle des souffrances masochistes. Tant qu'à faire dans les mouvements littéraires, pourquoi ne pas faire dans la science-fiction polythéiste-animiste  ? Quelque part entre Shadowrun et Solarpunk, à vous de vous définir !

 


Source

 

Le préjugé horrifié des humanitaires

Abordons à présent le sujet fâcheux, entre fafs et antifas. Le préjugé qui, selon la loi de Godwin, arrive fatalement quand un sujet s'élonge (or cet article ne s'élonge-t-il pas pour les besoins de sa cause ?), à savoir le moment nazi au XXème siècle européen. Cela horrifie tous les humanitaires, à bon droit : de mémoire d'hommes, on n'avait jamais disposé de tels moyens que ceux préposés par l’État-nation administratif rationnel post-napoléonien, doublé de toutes les techniques de management industriel, afin d'opérer un ethnocide. Car des ethnocides, hélas, il y en eut de nombreux depuis la Nuit des Temps : il n'y jamais eu de « bon sauvage » rousseauiste.

Il y en eut, certes, mais à relativement à petite échelle, à coups de lances et de couteaux si vous voulez : cela ne les rend pas moins dégueulasses, comme récemment entre Tutsis et Hutus africains. La réalité des ethnocides a même donné l'excellent scénario de Conan le Barbare … où c'est le barbare, qui est victime de l'ethnocide de son peuple, et qui cherche à le venger ! Ne soyons pas manichéens. Ou bien, autre exemple, le personnage du prince Van, dans les Visions d'Escaflowne.

 

Mais les nazis ont mis l'armada contemporain au service d'un tel projet : c'est vraiment dégueulasse, ils ont réalisé des économies d'échelle ainsi ! C'est démentiel. Car, autrement, Hitler n'aurait été qu'un énième César, Charlemagne ou Napoléon. Les nazis comparaient d'ailleurs leur œuvre à celle de Charlemagne : avec celle de l'antique Hermann/Arminius, cela fait deux figures réussies dans le nationalisme allemand !

Pour l'anecdote : les Français, qui se réclament encore une fois masochiquement d'un tel dano-hercynien Frank carolingien que Karolus Magnus/Charlemagne – et jusque dans leur nom de Français, ils reprennent le nom de Frank  ! – les Français doivent se rabattre sur Jeanne d'Arc contre les Anglais, en plein cœur de la féodalité chrétienne. Une figure que leur clergé a pourtant mise à mort ! … le masochisme des nationalistes français n'a pas de limite.

Or donc, les nazis ont fait comme les antiques chrétiens : ils ont récupéré les mythes européens (Société de Thulé, vikings, etc.) – tout en s'alliant néanmoins avec des fascismes catholiques (Franco, Pétain, Mussolini) : cherchez l'erreur … – ils ont récupéré les mythes européens, pour les ravaler à leur racisme aryaniste pangermaniste. Une telle salade serait aujourd'hui qualifiée de complotiste à bon droit, mais elle ne se différencie pas automatiquement d'autres crédos, tels que ceux de l'actualisme commun – en dehors du point crucial du racisme, qui n'est théorisé que depuis le XIXème siècle contemporain.

 

Les problématiques des peuples ayant vécu des mythes et pratiqué les anciennes coutumes – religions ethniques européennes – tenaient moins du racisme que du clanisme ou de ce que l'on pourrait appeler à Rome, du citoyennisme. C'est-à-dire qu'on avait de la valeur à mesure qu'on appartenait au peuple ou à la cité. Autrement, il était tout à fait possible d'être recruté comme esclave, mais même à des membres du peuple ou de la cité, il était possible de tomber dans cette condition. Il s'agit de formes inhérentes à la survie, bien qu'elle prenne d'autres dimensions à mesure que le territoire s'étende et doive être administré rationnellement.

Ainsi, le suprémacisme impérial romain n'est pas relayé à un racisme, et de nombreux peuples s'associèrent avec des ressortissants étrangers, qu'ils incorporaient régulièrement, ou avec qui ils s'acculturaient à force d'échanges. Le principe est le même qu'en virologie, comme on dit de quelque chose qui fait le buzz qu'il est « viral » : il faut voir la mémétique de Richard Dawkins.

 

Bref, de même qu'avec le nationalisme, et dans sa continuité logique, le nazisme n'est qu'un préjugé horrifié des humanitaires, face aux résurgences des polythéismes-animismes européens. En fait, dans les conditions où l'universalisme hérité des Lumières pratiqua doublement le colonialisme (esprit civilisateur européanisant) et le décolonialisme (respect des nationalismes et patriotismes épars tout autour de la planète !) il est parfaitement logique que les résurgences « païennes » d'Europe, s'inscrivent dans la continuité de l'indigénisme.

Il ne viendrait aujourd'hui à l'idée de personne, par mesure décoloniale, de pratiquer l'accaparation culturelle d'une autre région du monde, et encore moins sa recolonisation territoriale de peuplement. Aussi est-il cohérent d'escompter ce même esprit de justice pour les religions ethniques d'Europe et leurs territoires. Mais il est singulier alors, que cela soit taxé de réaction conservatrice (jusqu'au nazisme ! en passant par le fascisme catholique …) puisque c'est précisément une éthique conservatrice, ou du moins traditionaliste, qui par exotisme bourgeois, incite au décolonialisme.

En conclusion, il faut comprendre que des migrations et des métissages ont toujours eu lieu dans l'Histoire humaine, mais jamais au rythme mécanique et électrique que nous connaissons, et avec de vastes bassins sédentaires immémoriaux, ayant ainsi l'écologie humaine de pouvoir absorber les évolutions ethniques. Répétons que les principes sont les mêmes qu'en virologie : une inoculation trop forte peut être létale, et à tout le moins morbide (pour l'inoculé comme pour l'inoculant). Ici, la seule vaccination possible, c'est la lenteur – car on ne cherche pas de vaccination absolue, ce qui serait plus qu'irréaliste : anti-réaliste.

Le nazisme fut ainsi anti-réaliste dans son projet, qui devait heureusement avorter ; le nationalisme est irréaliste, bien qu'il surnage. Néanmoins, il est surréaliste (au sens artistique du terme) de pratiquer des métissages de masse. Si l'Europe doit assumer son passif colonial, il est surréaliste de croire pouvoir lui faire absorber le cosmopolitisme planétaire en quelques générations … d'autant plus que c'est suprémaciste dans la démarche. D'un tel phénomène surgissent des aberrations séparatistes.

 

 

La scientificité d'un polythéisme-animisme contemporain : entre cosmisme et cosmicisme

Plus on y réfléchit, avec la résurgence tricentenaire du druidisme depuis la Grande Bretagne, la reconnaissance du druidisme dans ce même pays, ainsi que la reconnaissance de l'asatrú comme religion officielle en Islande et comme religion parmi d'autres en Norvège … plus on y réfléchit, plus on doit se dire que « dans l'absolu », la résurgence des polythéismes-animismes européens, religions ethniques … au-delà du pourquoi ? eh bien pourquoi pas ? 

Une telle absence de jugement de valeurs est épistémologiquement et méthodologiquement scientifique. Procédant d'un- ou suscitant peut-être un- éventuel nihilisme de fond, elle correspond à une option « païenne » : les Anciens Grecs, dont on connaît bien les mythes et autres thèses, ne posèrent-ils pas Khaos à l'origine – du moins chez Hésiode ? … or il s'agit moins d'un Désordre que d'une Béance sans bord, par-delà l'être et le non-être. Ou bien, la Tyché (destinée, aléa, chance) ne semble-t-elle pas au principe de toute vie humaine – qui décidera ensuite si elle doit en rire ou pleurer ? …

 

Alors, pour revenir à l'exemple de l'orage – phénomène météorologique et climatologique, provenant de différentiels atmosphériques, véritables générateurs électriques naturels – il devient tout à fait possible d'en goûter l'ampleur au travers d'un dieu viking tel que Thor, ou bien un sabbat de sorcières sur un Akelarre. Dans les deux cas, cela inscrit le pratiquant dans une cosmologie ou – pour le dire ainsi – un cosmisme/cosmicisme « païens ».

Voilà la différence avec le monothéisme, ses démonologie, hagiographie et angélologie – avec l'hébraïque démon Reshep, le chrétien saint Christophe ou l'islamique ange Ar-Râd. C'est-à-dire qu'à proprement parler, les monothéistes ne s'inscrivent dans aucune cosmologie ni aucun cosmi(ci)sme, mais plutôt un universalisme : la main du prétendu dieu totalitaire – serait-ce par le biais de ses saints ou de ses anges – n'appartient pas au cosmos. Elle est posée comme transcendante et absolue, totalement séparée : à proprement parler, elle n'entre pas dans la cosmologie.

 

Comprenons-nous. La notion de cosmisme vient des Russes Nikolaï Fiodorov et Vladimir Vernadski, encore au XIXème siècle contemporain. Il s'agit, pour commencer, d'une tentative de réinscription du monothéisme dans la modernité scientifique. La science surgissant du fond polythéiste-animiste à la Renaissance (période qui porte bien son nom), il était logique qu'elle injectât du cosmologique dans le monothéisme, et de toutes façons elle confronta le monothéisme dans ses certitudes dogmatiques universelles. Mais une telle mouvance que suggérée par la notion de cosmisme, reste éminemment non-monothéiste.

De plus, la notion de cosmicisme vient de la philosophie du grand écrivain américain H.P. Lovecraft. À la charnière des XIXème et XXème siècles contemporains, son écriture propose un cosmos irréligieux, peuplé d'entité incommensurables anhumaines, et terrifiques pour l'humain en cela même – entités cosmiques que Lovecraft nomme les Grands Anciens. Il s'agit littéralement d'un « polythéisme matérialiste », se déployant par un misérabilisme nihiliste (l'humanité n'est qu'une vanité dans le cosmos). Or ce misérabilisme nihiliste est un héritage monothéiste dans le matérialisme moderne, tout droit tiré du Livre de l'Ecclésiaste : « vanité de vanités, tout est vanité », agrémenté d'horreur si l'on peut dire – sublimation d'une horreur puritaine, face aux vieux fonds polythéistes-animistes natifs et vaudous américains, adapté à la sauce technique.

 

Et pourtant, sur la base des Anciens Grecs – leur philosophie comme leur esthétique, – il est possible de comprendre le cosmisme et le cosmicisme dans leurs « paganicités » fondamentales : il s'agit des tentatives plus ou moins (post-)monothéistes, de se resituer sur Terre. Mais le monothéisme ne définit personne par rapport à la Terre : il définit tout le monde par rapport au jugement dernier et à l'apocalypse, la vie future et sa résurrection – c'est-à-dire par rapport à des arrière-monde.

Les polythéismes-animismes ne créent pas d'arrière-mondes : ils s'inspirent et enrichissent le monde vécu. C'est aussi pour cela, que l'existentialisme, l'absurdisme et le personnalisme sont des philosophies à caractère monothéiste (Søren Kierkegaard, Antonin Artaud, Emmanuel Mounier, Albert Camus et Jean-Paul Sartre) : ce sont peur eux, en pleine époque contemporaine, des façons de se reconnecter au vécu – certes intellectualisées. Encore un pas, et nous voilà dans l'ontologie fondamentale, en remontant comme des saumons le courant de notre Tyché vers Khaos.

 


Source

 

Pourquoi l'Antiquité (proto-)historique et périodes héritières ?

Reste une dernière question à élucider. Pourquoi se déterminer pour l'Antiquité (proto-)historique et périodes héritières – telle que l'ère viking pendant la féodalité, par exemple ? … Or, de même que pour la résurgence d'un polythéisme-animisme contemporain, il faut répondre pourquoi pas ? Mais, concrètement, il y a des éléments de réponse.

 

Le premier élément de réponse dépend littéralement de Khaos et Tyché  : il se trouve que, de tous les éléments (proto-)historiques dont nous disposons, ce sont les périodes gréco-romaines, celto-nordiques et balto-slaves qui apparaissent. De la Béance des âges à travers l'Aléa terrestre, il ne nous appert que ces fonds traditionnels. Pour la Grèce et la Rome, c'est évident, qui nous laissèrent des témoignages écrits, recopiés même par des copistes islamiques durant la féodalité, tandis que l’Église s'élevait sur la ruine de Rome … mais il en va de même avec l'archéologie et la reconstitution celto-nordiques et balto-slaves : quelques témoignages gréco-romains et divers découvertes, sans parler de tout le merveilleux féodal, parlent pour une hérédité.

Il ne s'agit pas d'un romantisme comme avec les nationalistes, ou même autrement que les nationalistes. Ceci dit, c'est bien par romantisme non-nationaliste, que des personnes se prêtent aux polythéismes-animismes européens. Vraiment, pourquoi pas ? si ce sont les charmes des contes, des sorcières et des fées qui intéressent ? … Mais, de manière plus érudite dans la reconstructionnisme, il s'agit aussi de (néo)classicisme : pour les Gréco-Romains c'est limpide, dont la Renaissance s'inspira à l'âge classique. Ça l'est moins pour les Celto-Nordiques et les Balto-Slaves, et pourtant il s'agit littéralement d'enjeux classiques, à savoir qu'il faut « connaître ses classiques », connaître les Anciens sans jouer les Modernes querelleurs contre eux, pour qu'une résurgence ait lieu au-delà du romantisme.

 


Source

 

Du Sort nécessaire

Cela dit, on serait injuste avec le « romantisme », si l'on ne pensait qu'il n'accouche que de romantisme. En effet, il s'agit réellement de la sociologie subculturelle de franges de la population « païenne » contemporaine. À vrai dire, c'est en partie par leur pivot hérité (les sorciers féodaux) et reconstitué (notoirement : les wiccans) que le « paganisme » contemporain vit.
La sorcellerie, sorcerie, witchcraft ou wirchery, avec tous ses exotismes et ses multiculturalismes voire transculturalismes contemporains, ses bizarreries et ses singularités entre les rayons de littérature fantastique et d'ésotérisme de piètre aloi, en librairie (jusqu'à ses récupérations pour des égéries féministes, quoiqu'il y ait des hommes dans l'affaire, jusqu'aux gourous sectaires hélas – et sans parler du new age qui trame tout cela) … la sorcellerie constitue la trame mutante et palpitante des polythéismes-animismes contemporains.

 

Il est impossible et inconvenant (inconvenant au sens de Cicéron) de faire l'impasse sur son Histoire. et il est même parfaitement logique d'estimer sans autre forme de procès, que tous les polythéistes-animistes contemporains sont de tels mutants-palpitants de nos jours.

Or ils le sont, dans leurs genres plus ou moins érudits, plus ou moins esthétiques, plus ou moins pratiques, plus ou moins stylistiques, plus ou moins ésotériques, plus ou moins écologiques, plus ou moins oniriques, etc. ad libitum, ad nauseam. Pour ne prendre que le plus emblématique en France : Pierre Marie Kerloc'h, grand druide du bosquet de Bretagne, héritier de la tradition tricentenaire depuis l’Écosse, est un tel sorcier, avec ses rituels francs-maçons et sa philosophie spinoziste … or il en va de même avec des fraternités plus obscures ou discrètes, s'inspirant même des derniers travaux de la recherche archéo/historique.

 

En effet, la recherche archéo/historique se veut neutre et, comme son nom l'indique, veut traiter d'objets et de gens appartenant au passé : elle n'a aucune vocation à relancer les mouvements « néopaïens » ou ethniques reconstitués, et il faut y faire des as-sort-iments, pour qu'aient lieu des résurgences …

Pour reprendre les mots de l'historiographe Hippolyte Taine, sans passion, dénués de toute implication malheureuse : la race, le temps et le lieu ont des siècles d'écart, quoique l'héritage dans l'imaginaire collectif et dans la sorcerie soit présent. C'est la Tyché qui veut cela, depuis le Khaos (proto-)historique.

 

C'est qu'il y a de l'avenir à inventer pour les polythéistes-animistes contemporains, « (néo)païens » actuels (l'usage de la notion de paganisme par la science reste absurde, puisqu'il provient du monothéisme contempteur). Un avenir, selon les affinités et les possibilités, entre Shadowrun et Solarpunk.

 

« Les Dieux y veilleront » … à condition que les hommes soient vaillants.

 

 


Source

 

_______________________________________
1Paganisme, c'est le terme que donnèrent les sociétés européennes, lors de leur développement monothéiste, à l'égard de leurs anciennes coutumes. Mais quand, des siècles plus tard, elles découvrirent les sociétés d'autres continents à travers la colonisation monothéiste, le développement scientifique, par naturalisme observateur, n'a plus dit paganisme. Il a dit : animisme. Reste que les Romains eux-mêmes, si administrateurs, avaient des nymphes et des limbes, des esprits de la nature, et que les Vaudous ont des dieux : les Romains sont des animistes et les Vaudous des polythéistes.

2Ce sera l'actualisme commun, par rapport à l'actualisme scientifique, selon quoi les découvertes scientifiques seraient valables en tout temps et en tout lieu de l'univers. L'actualisme commun se prétend soi-même valable en tout temps et en tout lieu, par préjugé ethnocentrique.

 

 

Article originalement paru sous Academia.edu

 

____________________________________________


195 réactions


    • arthes, Britney for ever arthes 25 février 2021 15:30

      @Septimanie24

      Mon « chemin de croix » fut/est différent, c’est dans Le Faust je me reconnais et reconnais tous mes frères humains (pas Marguerite, la pauvre petite, et que le diable m’en préserve) .

      Mais oui, concernant Guénon, s’il ne m’est pas permis de l’aimer, au moins le rituel de l’autodafé le consacre tout de même et le garde intact pour quiconque veut s’y attacher..


    • Xenozoid Xenozoid 25 février 2021 15:35

      @arthes

      tout a fait en accord avec arthes, gollum se nourri des erreurs(son jugement) de l’autre, il se sert de sa propre recherche spirituelle (et de ses erreurs) pour humilier l’autre et s’alimenté,en fait il se vise lui même...l’avenir nous dira si il va continuer,moi je l’espere pour lui,qu’il trouve vite ,ce trou dans le ventre qui le consomme spirituellement, et ne le prend pas pour une paire de fesses,il ne va pas aimé....quoique


    • eau-mission eau-pression 25 février 2021 15:46

      @arthes

      C’est Brassens ou Guénon, ta cible ?

      Lire du Claudel à l’office charnel, le moine le plus gaillard n’y tiendrait pas l’élévation. Honnie soit mère trans qui perverse !

      A force, va falloir se farcir Guénon .. de nom.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 25 février 2021 15:47

      @Gollum. Guénon est plébiscité par bien des musulmans !


    • Jérémy Cigognier Ariovis 25 février 2021 15:50

      @Septimanie24. Vous ne savez pas tous les préjugés que vous avez sur le paganisme contemporain, qui est largement nourri par des guénoniens d’ailleurs, jusque dans le druidisme.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 25 février 2021 15:51

      @arthes. Je vous aime, parce que vous y allez avec vos tripes.


    • Gollum Gollum 25 février 2021 15:55

      @arthes

      Mais je n’ai jamais prétendu être un réceptacle capable de recevoir un savoir vous avez vu ça où ? smiley

      C’est vous qui vous faites des films...

      Ai-je prétendu, une seule fois, être un initié ? Jamais... 

      Est-ce que je ressemble à Mélusine qui sous entend perpétuellement qu’elle est l’élue des dieux ?

      De façon claire c’est non.


    • Gollum Gollum 25 février 2021 15:56

      @Mervis Nocteau

      Guénon est plébiscité par bien des musulmans !

      Oui je suis au courant. Si cela peut les rendre moins sectaires...


    • Jérémy Cigognier Ariovis 25 février 2021 15:57

      Quand je vous lis vous justifier les uns les autres quant aux uns et autres, bande de Power Rangers, j’ai envie de me replonger dans Bouvard et Pécuchet.


    • Gollum Gollum 25 février 2021 15:58

      @Mervis Nocteau

      Bah de toute façon je me barre bientôt ça en fera un de moins sur le site.. smiley


    • Jérémy Cigognier Ariovis 25 février 2021 16:01

      Vous faîtes ce qui vous chante.


    • Xenozoid Xenozoid 25 février 2021 16:02

      @Gollum

      mais en quoi cela te gêne que tel ou telle se prend pour un dieu, ? 


    • Xenozoid Xenozoid 25 février 2021 16:06

      @Gollum

      et puis c’est pas sur ago qu’il feront la différence, que tu sois la ou pas,il faut rester humble


    • Gollum Gollum 25 février 2021 16:07

      @Xenozoid

      Je n’aime pas les escrocs. Et quand j’en vois un j’ai le don de remuer le couteau dans la plaie... C’est d’ailleurs le meilleur service à lui rendre quand cette escroquerie est inconsciente sinon la personne peut persister longtemps dans ses délires si personne ne le lui montre...

      Mais bon, je dois être vieux jeu... smiley


    • Gollum Gollum 25 février 2021 16:08

      @Xenozoid

      il faut rester humble

      C’est bien pour cela que je m’en vais du site.


    • Xenozoid Xenozoid 25 février 2021 16:14

      @Gollum

      moi je fais ça aussi, mais je reste aussi conscient que les autres ne sont pas moi en fait on peut tres bien communiquer avec de gens sans leur dire qu’il son fou, tu peux aussi leur dire qu’il sont cons, et que ça arrive a tout le monde et que ce n’est pas la fin,tu vois on peux aussi communiquer simplement sans etre a la recherche de la faute...ça aide


    • Jérémy Cigognier Ariovis 25 février 2021 16:16

      Il y a tant de réflexes monothéistes d’humiliation, qui n’ont pas encore fini de nous laminer. Ce n’est d’ailleurs pas une présence ou non sous AgoraVox qui influera ou non sur l’arrogance ou l’humilité (j’aime mon orgueil, il me soutient, et n’a rien d’arrogant pas plus que de vaniteux, et il y a tant de fausses modesties, or l’humilité vraie n’a cure d’elle-même, elle est un sens de la terre qui peut bien se défendre). Après, si c’est le temps passé sur le site qui dérange, c’est un problème de cyberdépendance, c’est tout.


    • Xenozoid Xenozoid 25 février 2021 16:23

      @Mervis Nocteau

      heureusement que votre orgueil reste entre parenthese


    • Xenozoid Xenozoid 25 février 2021 16:31

      @Gollum

      C’est bien pour cela que je m’en vais du site.

      d’un autre coté ce site n’a jamais eu vocation d’aider a la transcendance,


    • Gollum Gollum 25 février 2021 16:36

      @Xenozoid

      M’enfin ils sont une minorité ceux que j’attaque : Mélusine, Dr X, Captain Barjo et 2 ou 3 autres c’est tout. 

      Les autres je les ai toujours respecté : toi, arthes, Mervis Nocteau, alinea, Fergus, même ceux avec lesquels je n’ai pas d’affinité idéologique loin de là...

      Ce pauvre Fergus s’en prend plein les dents je me demande encore pourquoi alors qu’il est toujours très mesuré... smiley

      Franchement y en des pires que moi ici. Dr X lui il veut la mort de ses opposants c’est lisible entre les lignes il ne s’en cache même pas... Ce type est une honte.


    • Gollum Gollum 25 février 2021 16:37

      @Xenozoid

      d’un autre coté ce site n’a jamais eu vocation d’aider a la transcendance

      Mais ça je m’en fous. Si j’avais voulu de ça je serai allé ailleurs..


    • Xenozoid Xenozoid 25 février 2021 16:41

      @Gollum

      tu vois gollum,ils ne valent rien,pas plus que toi


    • Gollum Gollum 25 février 2021 16:42

      @Xenozoid

      Pas grave de ne rien valoir... On se sent beaucoup plus léger..


    • Xenozoid Xenozoid 25 février 2021 16:46

      @Gollum

      il faut faire le vide,ça aide


    • Jérémy Cigognier Ariovis 25 février 2021 17:02

      Je n’avais pas encore vu quelqu’un faire sa psychothérapie avec un troll. Cela pose question quant à la nature-même de la dynamique psychothérapeutique. Comme quoi, les trolls peuvent être utiles à autre chose encore que la psychothérapie.


    • arthes, Britney for ever arthes 25 février 2021 17:31

      @Gollum

      Mon Dieu, mon Dieu !!!

      Graine de jésuite va !  smiley


    • arthes, Britney for ever arthes 25 février 2021 17:39

      @eau-pression

      Et si moi, je trouve Claudel plus attrayant et sulfureux, et je dis bien SULFUREUX et amusant que Brassens et ses paisibles et populaires trivialités ?

      Et bien tu n’es pas obligé d’y prendre goût, oui, car rien ne t’y oblige.


    • eau-mission eau-pression 25 février 2021 18:51

      @arthes

      Dans le couplet qui attire ton mépris, Brassens place clairement Claudel sur un autre registre que le sien.
      Et sans doute qu’il fanfaronne à prétendre qu’une femme aimant le soufre irait se livrer à ses pattes triviales.


    • Septimanie24 Septimanie24 25 février 2021 19:08

      @Gollum
      Il s’agit d’Henri Le Saux (qui adopta le nom indien de Swami Abhishiktananda), moine bénédictin. Il est devenu disciple Sri Ramana Maharshi, vers la fin de la vie de ce dernier, grand Maître de l’Advaïta védanta.
      Il a écrit des ouvrages biographiques, en particulier « Souvenir d’Arunachala », livre merveilleux.


    • Septimanie24 Septimanie24 25 février 2021 19:16

      @Mervis Nocteau
      Contrairement à ce que vous dites, je n’ai pas de préjugés. J’ai grandi dans un environnement néo païen. Mais c’était factice car non relié sur le plan spirituel. J’aurais aimé qu’une Tradition païenne authentique existe encore en Europe. Mais ce n’est plus le cas depuis fort longtemps, donc je me suis orienté ailleurs. Si un jour vous avez l’opportunité de rencontrer un gourou authentique, vous comprendrez.


    • Septimanie24 Septimanie24 25 février 2021 19:21

      @Mervis Nocteau
      Est ce un argument. Guénon s’est converti à l’Islam au sein d’une confrérie soufie. Où le problème. N’avez-vous jamais lu Rumi, Ibn Arabi ou Kâbir ?
      La montagne n’a qu’une seul sommet mais des milliers de voies différentes permettent d’y accéder. Les points essentiels sont l’authenticité de la voie, d’être guidé par un gourou éveillé et d’être sincère et dévoué dans son ascension.


    • Gollum Gollum 26 février 2021 09:29

      @Septimanie24

      C’est Le Saux l’auteur de ce bouquin ?

      Comment se fait-il que cela ne soit toujours pas mentionné dans les éditions actualisées ? J’ai comme auteur : moine anonyme d’occident.

      Pourquoi n’y a t il pas une petite note de l’éditeur mentionnant l’identité de l’homme puisque Le Saux est mort maintenant ?


    • Septimanie24 Septimanie24 26 février 2021 12:53

      Oups, je n’avais pas lu le titre de l’ouvrage ! Je fais une recherche ... non il ne s’agit pas de Le Saux. Je vais me le procurer.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 13:11

      @Septimanie2. Il y a tant de sommets, qui n’ont pas encore été gravis.

      Vous, vous êtes, comme Guénon, dans un égotisme spirituel, doublé d’un suprémacisme (un seul sommet). Autant se faire monothéiste tout de suite. A prétendre que tout se vaut (serait-ce uniquement quand la voie est qualitative), on nivelle tout : difficile de voir des sommets alors.

      De plus, vous ne carrez décidément rien à la démarche, et c’est pour cela que je vous situe en égotiste spirituel. Tout ce qui vous intéresse, c’est d’atteindre un putatif sommet totalitaire. Or, non seulement le cosmos s’étend en 3D dans toutes les directions (et même plus qu’en 3D, si j’ai bien compris les sciences), mais en plus le reconstructionnisme, comme son nom l’indique, est avant tout une voie de rebâtisseurs, refondateurs, qui certes se passe pas d’héritage. Ce n’est pas, en soi, une voie simple et donnée, puisqu’il faut d’abord la repaver su je puis dire. Mais vous n’êtes pas un paveur, vous êtes juste un rêveur et encore : un rêveur bloqué dans une boucle dont il ne sort pas. Cette boucle, n’en déplaise @Gollum, et par-devers tout le génie de cet homme, porte aussi le nom de Guénon.

      A lire donc alors.


    • arthes, Britney for ever arthes 26 février 2021 13:13

      @eau-pression

      Toutes les femmes ne sentiront pas le parfum de soufre chez Claudel, je ne méprise pas le couplet de Brassens, je souffre et lui en veux qu’il écorche cet homme en le réduisant à une expression bigote , alors que je lui confère une grande ouverture d’esprit, (à Brassens) je pense plutôt qu’il ne visait qu’à dénoncer le coté froid  de certaine intellectuelle aussi « chiante que des bigots » ,et que cela n’allait pas plus loin, mais ça déclenchait des rires , et c’était bien le but, Claudel ne mérite pas que l’on se moqua de lui de cette manière.

      Mais tu sais que c’est anecdotique cela.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 13:13

      En fait, je suis par-delà Guénon déjà. Mais qui l’admettrait ?


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 13:14

      De tout ce qui précède, je préfère l’échange sur la chanson française.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 13:16

      Il faut être sur-réactionnaire, comme Nietzsche parlait de surhumain.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 13:31

      Ceci va de pair avec un sur-progressisme.


    • Septimanie24 Septimanie24 26 février 2021 13:37

      @Mervis Nocteau
      Vos arguments consistent à porter un jugement sur ma personne et à m’injurier. Quelle ouverture au débat ! Décidément mes propos et ceux de Guénon vous touchent profondément. Je vais néanmoins consulter le site mis en référence.


    • arthes, Britney for ever arthes 26 février 2021 14:52

      @Mervis Nocteau

      En fait, je suis par-delà Guénon déjà. Mais qui l’admettrait ?

      Et bien moi, bien évidemment...Pauvre néophyte, mais toujours l’épée à la main, Car, j’ai l’audace de prétendre qu’en en ayant seulement lu trois pages, de son « le règne de la quantité etc...) j’étais déja trop au delà et par delà et n’y voulait pas perdre mon temps...Je ne suis pas par delà Goethe en revanche, mais m’y débat au coeur même. 
      Chacun ses »grands hommes"...Goethe est si moderne....


    • Xenozoid Xenozoid 26 février 2021 14:56

      @arthes

      Goethe est si moderne....

      moi j’aurais dit « intemporel »


    • Gollum Gollum 26 février 2021 15:08

      @Mervis Nocteau

      A prétendre que tout se vaut (serait-ce uniquement quand la voie est qualitative), on nivelle tout : difficile de voir des sommets alors.

      Non, mais on en a déjà discuté je crois. Vous confondez Unité et Uniformité.

      L’Unité n’est pas du tout contre la biodiversité fut-elle spirituelle.

      L’Unité n’est donc pas niveleuse et n’est donc pas totalitaire.

      Fin de la discussion. (S’il y en eut une)..

      Le monothéisme catholique lui est niveleur puisqu’il n’admet pas que l’on puisse atteindre le dit sommet autrement que par ses voies tracées par lui.

      C’est bien pour cela que ces gens détestent Guénon. Vous, vous le détestez par l’excès inverse, une revendication de pluralité sans rien d’autre.

      Perso je préfère la voie du Milieu. Poly et mono-théiste.. Comme les hindous du reste..


    • Septimanie24 Septimanie24 26 février 2021 15:08

      @Septimanie24
      J’ai pris connaissance du site mis en référence dans votre réponse.
      J’en arrive à la conclusion que nous ne nous comprenons pas. L’archéologie, les sciences récentes et les néo païens ont une approche des Traditions païennes fondée sur les traces, les restes de ces Traditions. Il ne peut s’agir sauf si vous m’en faites la démonstration que d’une approche intellectuelle fondée sur la mentalité des contemporains.
      Nous pouvons élaborer des concepts à l’infini sur tous les sujets, mais pour parvenir à les incarner il est nécessaire d’en faire une expérience vivante et vibrante. Concernant le celtisme, quelles sont nos sources ? Sont-elles encore vivantes, vibrantes ? Disposons-nous des codes qui nous permettent de les incarner dans notre vie quotidienne ?
      Dans d’autres Tradition indo-européennes je fais référence à l’hindouisme — pour accéder à la déité, il est indispensable d’en recevoir l’initiation par un gourou. Il en est de même pour les rituels, les formules incantatoires, la médecine, la musique etc. Je ne parle pas ici des mantras, des visualisations et des pratiques plus secrètes liées à la dimension ésotérique. Sans gourou détenteur de la Tradition, il n’y a pas de transmission. Si les gourous ont été éradiqués comme cela a failli se produire lors des conquêtes musulmanes la lignée de transmission de gourou à disciple est rompue et elle cesse. Elle meurt. C’est ce qui s’est produit au Tibet où certaines lignées de transmission n’ont pas pu être préservées.
      Qui en Europe peut réellement prétendre être détenteur des savoirs et des transmissions du celtisme ? Concernant le bouddhisme, l’hindouisme, le soufisme, le zoroastrisme, le taoisme, les gourous sont toujours vivants et veillent ardemment à la préservation des transmissions dont ils sont détenteurs. Je pourrais vous en citer à foison.
      Comme je vous l’ai déjà dis, si en Europe les Traditions païennes avaient pu survivre (être transmises de Maîtres à disciples) aux massacres perpétrer par Rome et le christianisme, massacre qui ont perduré jusqu’à la Renaissance, au rationalisme, au matérialisme et à la société de consommation, je me serai orienté vers ces Traditions. Mais le site que vous m’indiquez ne faite que la longue liste des traces, pour ce qu’il en reste, de Traditions qui furent.
      Comment pratiquer Taranis ? Selon quel rite ? Quelle prière prononcé, quel mantra ? Rien de cela ne peut être improvisé, inventé ou recréé à partir de traces.
      Le monde a changé et il nous faut l’accepter.


    • Gollum Gollum 26 février 2021 15:10

      @Septimanie24

      Je vais me le procurer.

      Oui il est vraiment bien. A condition de ne pas le jeter de rage contre le mur... smiley


    • arthes, Britney for ever arthes 26 février 2021 15:17

      @Xenozoid

      Oui, je me dois rajouter cela : Intemporel, dans toute l’acceptation du terme.


    • arthes, Britney for ever arthes 26 février 2021 15:25

      @Gollum
      Oui il est vraiment bien. A condition de ne pas le jeter de rage contre le mur... 


      Si je vous avais face à face Gollum, rien que moi et vous, je vous jure que je vous en dépouillerais de votre fichu orgueil, d’une manière ou d’une autre, il y aurait un à terre et je vous assure que ce ne serait pas moi !


    • Gollum Gollum 26 février 2021 15:39

      @arthes

      Je vous ai déjà dis que le SM c’est pas mon truc... Et puis je taquinais j’adore ça..

      Sinon pour l’orgueil, avant de juger quelqu’un je lis beaucoup de pages et pas 3 ou 4... smiley 

      Pas taper stp.. smiley


    • Septimanie24 Septimanie24 26 février 2021 15:46

      @Gollum
      Ce n’est pas mon style. Pour faire plaisir à Mervis Nocteau

      j’aurais eu plaisir à lire des textes sacrés de l’Europe païenne mais il n’en existe pas ou si peu.
      Par contre pour faire plaisir à arthes je relirai les écrits de Saint François d’Assise, si merveilleux.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 15:47

      @Septimanie24. Pauvre animal qui se sent vite injurié, quand on ne le ménage pas.
      Du reste, décidément, vous n’avez pas compris ma distinction entre votre égotisme spirituel et le pavage. Les paveurs ne peuvent effectivement pas quêter un sommet, pas pour le moment en tout cas.

      @Gollum. Je sais que je suis excessif dans la multiplicité, car les chemins de l’excès mènent aussi à la sagesse mais c’est déjà une sagesse de l’excès qui parle ainsi. D’ailleurs, je suis tellement conscient de ma tension, que je vous dirais que penser la multiplicité ne se peut qu’unitairement en tant que telle (multiple). L’esprit est ainsi fait, on le sait depuis Kant, qu’il court toujours à dialectiser au-delà de toute raison empirique. Mais c’est bien parce que je jure par l’immanence, que la peste soit de l’unité, car de le penser unitairement n’est qu’une extraction fallacieuse. Autant je peux me dire partie du tout, autant ce tout n’est qu’une vue de l’esprit ensembliste-identitaire (comme dirait Cornelius Castoriadis). Je n’en ferais pas un misérabilisme, mais un participatisme. Point. Vous, vous suivez la voie du milieu, mais moi, je suis au milieu.


    • Septimanie24 Septimanie24 26 février 2021 16:02

      @Gollum
      Ce qu’il y a de beau dans l’hindouisme, comme dans les religions païennes de l’Europe antique aussi, c’est leur capacité à intégrer, à inscrire les autres spiritualités, à leur attribuer un espace et un temps.
      Le christianisme ne fut réprimé uniquement parce qu’il refusait de s’intégrer dans le paysage païen de Rome et d’accepter le caractère divin des empereurs.
      Par ailleurs, même si à l’heure actuelle des idéologies nationalistes prônent un retour à l’hindouisme radical en Inde, il ne faut surtout pas oublier qu’entre les grands pratiquants de différentes voies, ces distinctions n’existent pas. Râmakrishna pratiqua l’hindouisme, le christianisme et l’islam et arriva à la conclusion que ces trois voies conduisaient au même résultat. Swami Ramdâs,emporta avec lui, lors de sa renonciation au monde, la Gîta, la Bible et les Dhammapada. Sri Aurobindo écrivit « De la Grèce à l’Inde » soulignant l’unicité des voies spirituelles.
      L’Unité, la Voie du milieu, surrender disait Ramdâs.

      Unité
      Victor HUGO
      Recueil : « Les Contemplations »

      Par-dessus l’horizon aux collines brunies,
      Le soleil, cette fleur des splendeurs infinies,
      Se penchait sur la terre à l’heure du couchant ;
      Une humble marguerite, éclose au bord d’un champ,
      Sur un mur gris, croulant parmi l’avoine folle,
      Blanche épanouissait sa candide auréole ;
      Et la petite fleur, par-dessus le vieux mur,
      Regardait fixement, dans l’éternel azur,
      Le grand astre épanchant sa lumière immortelle.
      — Et, moi, j’ai des rayons aussi ! - lui disait-elle.

      Granville, juillet 1836.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 16:05

      @Septimanie24. La multiplicité, oui.


    • Septimanie24 Septimanie24 26 février 2021 16:13

      @Mervis Nocteau
      La multiplicité n’est que la manifestation de l’Unité. Fin du débat.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 16:18

      @Septimanie24. C’est ce que j’aime, avec vous et l’autre qui prétendait aussi clôturer le débat (@Gollum), c’est votre « monothéismatique guénonienne ». Ironie.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 16:20

      Çà y est je l’ai, now I get it. Guénon, c’est la bourgeoisie en spiritualité.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 16:21

      Je préfère l’ontologie fondamentale.


    • Passante Passante 26 février 2021 16:31

      @Mervis Nocteau
       smiley
      y’a aussi la dentelle, d’Alençon, de Valenciennes..


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 17:03

      Tout à fait.


    • Septimanie24 Septimanie24 26 février 2021 17:58

      @Mervis Nocteau

      Disons que votre façon de procéder ne me correspond pas.

      Quel intérêt à prolonger un débat qui n’en est pas un. Vous ne répondez aux arguments que je vous avance que par des affirmations toutes faites. Vous dites que je suis un égotiste spirituel parce que je ne répond pas à vos critères. Argumentez, démontrez mais surtout faites une véritable expérience spirituelle, une véritable rencontre avec votre être intérieur et sortez de votre bla-bla intellectuel. Allez dans la forêt, posez vos fesses sur un rocher mousseux et tournez votre regard vers votre être intérieur, contemplez votre esprit. Là réside les dieux, les démons, la folie et surtout la sagesse. Faites-en l’expérience et cessez de vous répandre en intellectualité qui vous ne conduirons nulle part. Vous pourriez discourir 100 000 ans que cela ne vous fera pas progresser d’un iota dans la véritable connaissance.

      Puisque vous vous référez au paganisme, faites vôtre la maxime gravée au fronton du temple de Delphes, " Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’Univers et les Dieux

      ". Je vous souhaite de tout cœur d’en faire l’expérience vivante en prenant rendez-vous avec vous même, et le meilleur moyen d’y parvenir est de rencontrer le gourou extérieur, miroir de votre véritable nature, laquelle est au-delà de tous les concepts discursifs et de méditer, c’est à dire regarder en vous-même, dans l’immobilité du corps, le silence de la parole et l’agitation naturelle de votre esprit.

      Bon chemin et bien à vous de tout cœur.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 21:36

      Mais quel péteux. Le plus drôle, c’est que je reviens, comme tous les jours, d’un tel moment « naturaliste ». Seulement la nature n’est pas une sainte mère, comme vous jouez les anges. La nature, c’est aussi la merde et les crocs.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 21:37

      D’ailleurs, votre merde et vos crocs, vous n’avez fait que les guénoniser. C’est une posture, une comédie, un vêtement. Mais vous me direz que je joue la comédie des cyniques ? Comme vous apprenez vite !


    • Septimanie24 Septimanie24 26 février 2021 22:12

      @Mervis Nocteau
      D’un échange sur des sujets élevés et graves, sur lesquels il n’est pas nécessaire d’être d’accord mais qui ne justifient pas de bassesses, vous faites une farce. Que c’est dommage alors qu’il y a tant à partager sur ces sujets capitaux.
      Je vous souhaite le meilleur. Au revoir.


    • Septimanie24 Septimanie24 26 février 2021 22:32

      @Mervis Nocteau
      Dernière réflexion, les spiritualités polythéistes indo-européennes survivantes de l’holocauste monothéiste sont en Inde. Mais dans l’hindouisme, les déités ne sont que différentes expressions d’un même principe. De l’Unité jaillit la multiplicité. Il en est de même dans le bouddhisme vajrayana, puisque le panthéon bouddhiste est riche de milliers de déités. Mais toutes sont des expressions multiples d’un principe unique.
      Un principe unique, une multitude de facettes.
      Maintenant je vous laisse et vous souhaite bon courage dans votre recherche.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 26 février 2021 23:45

      @Septimanie24. Ah je sais, je peux faire rude, ça rend malheureux. Hardi ! Je ne sais pas comment vous pourriez réaliser que votre bienveillance n’est qu’un ressentiment monstrueux.
      Mais, quant à l’hindouisme, vous avez raison, mais je ne suis pas hindou, et quoi que j’entends bien des comparses me dire que le celtisme est dans l’héritage indo-européen dont ressort l’hindouisme. Mais je demande qui peut être bien sûr de pouvoir mathématiser unitairement le Brahman ou l’Atman personne, à ma connaissance, et l’archétype de l’Un y est surfait. Je n’hésiterai pas à dire, sinon, que l’hindouisme et le guénonisme eux-mêmes, sont victimes de l’illusion unitariste.
      Mais vous m’avez laissé, et je parle dans le vide.
      Le vide.
      Pas l’Un.


    • Septimanie24 Septimanie24 27 février 2021 08:30

      @Mervis Nocteau
      Je suis au contraire très serein, très calme.
      La hardiesse du combat n’exclut pas la bienveillance envers son adversaire.

      Un point sur lequel nous nous rejoignons, c’est sur celui du vide. Tout est vide. Un vide lumineux, chaleureux et immense. Bien à vous.


    • Gollum Gollum 27 février 2021 10:10

      @Septimanie24

      D’ailleurs, si je peux me permettre, le Brahman non né et inconditionné ressort plus du 0 que du 1.

      En fait c’est le dieu créateur Brahma qui correspond au 1.

      En Occident on ne connait que le Dieu créateur. Donc le 1. Hormis Maître Eckhart qui lui, avait rajouté un étage supérieur, au delà du 1, qu’il appelle déité.

      Le Dieu créateur débouche très rapidement sur la dualité car qui dit création dit dualité entre le créateur et sa création..

      Mais laissez ce brave Nervis il y a bien longtemps que j’ai renoncé à lui expliquer quoi que ce soit... 

      Le 1 correspond au démiurge du texte que Guénon avait écrit très jeune.. et où il ne lui donne pas forcément le beau rôle d’ailleurs si mes souvenirs sont bons... ce qui aurait l’heur de plaire à notre Nervis mais l’a t il seulement lu ?


    • Septimanie24 Septimanie24 27 février 2021 10:41

      @Gollum
      Merci pour votre précision que je partage à 100%. Tat vam asi.

      Nervis parcourt son chemin. Il n’était pas inutile d’initier cet échange, qui a malheureusement tourné en eau de boudin.

      Au plaisir d’échanger à nouveau avec vous et bonne route.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 14:21

      Le Brahma est d’emblée trine, pour ainsi dire, en vérité, avec Vishnou et Shiva, même si on lui attribue la Création. Ce n’est pas un 1er à proprement parler, pas plus que l’Unité, du coup, découlant du Brahman.


    • Gollum Gollum 27 février 2021 15:47

      @Mervis Nocteau

      Ce n’est pas un 1er à proprement parler

      Brahmā (devanāgarī : ब्रह्मा) est le dieu créateur-démiurge de l’hindouisme, le premier membre de la Trimūrti, la trinité des déités hindoues majeures. Les autres membres sont Vishnou et Shiva. ......... C’est une personnification de la notion abstraite de brahman. Source Wikipédia

      Ok ? Au fond c’est très semblable à la trinité chrétienne. Donc votre remarque est nulle et non avenue.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 16:24

      La trinité chrétienne n’a pas de premier. Quant à Brahma, s’il personnifie ce que tu prends pour un zéro, je laisse réfléchir. Je crois que vous venez avec des numérologies inutilement guénoniennes, etc.


    • Gollum Gollum 27 février 2021 16:40

      @Mervis Nocteau

      Bien sûr que si. Le Père est premier. C’est d’ailleurs le sens étymologique même du mot Père..

      Mais bon vous avez décidé de faire dans la mauvaise foi, continuez donc...


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 16:50

      Alors, pas du tout. Père, Fils et Saint-Esprit, désignent Dieu l’Éternel, Dieu l’Incarné et Dieu l’Insufflé. Sur la base de l’évangile de Jean, Jésus a été logotisé dès l’origine. Là, tu es en train de nous réinventer le christianisme arien au moins. « OK ? »


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 16:51

      Après, je suis sûr que bien des protestantismes peuvent le réinventer, quittes d’ailleurs à ne faire plus que de Jésus un prophète, à te réinventer l’islamisme dans leurs genres. Les juifs messianiques existent déjà, d’ailleurs.


    • Septimanie24 Septimanie24 27 février 2021 17:02

      @Mervis Nocteau
      La Sainte Trinité, Le Père, le Fils, Le Saint esprit.
      C’est du Père, Principe absolu, ultime, que procède toute la manifestation, depuis les Dieux, jusqu’au plus infime être de l’univers.
      René Guénon n’a rien à voir avec ces principes. Tout ramener à lui est absurde.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 17:02

      * Dieu l’Insufflant, pour le Saint-Esprit, plutôt que l’Insufflé. Disons : l’Insufflateur, pour faire bonne mesure.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 17:03

      Je me moque de vos erreurs pas très catholiques, et je me joins aux monothéistes pour mépriser Guénon.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 17:05

      quand bien même votre Guénon n’est qu’une énième forme de monothéiste métarationaliste bourgeois, et que je juge le monothéisme une impossibilité (cela dit, il l’assume comme un mystère de la foi : on le comprend).


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 17:07

      « Fin du débat »


    • Gollum Gollum 27 février 2021 17:12

      @Mervis Nocteau


      je me joins aux monothéistes pour mépriser Guénon.

      Jusqu’où cela va dans vos délires. Pactiser avec vos ennemis pour porter votre estocade...

      Quant à nos erreurs elles n’en sont pas. Mais je ne vais pas vous faire un cours.

      Il y a égalité des trois principes sans que pour autant le Père ne soit pas premier.

      Mais à quoi bon...


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 17:19

      Bordel mais quel manque d’esprit ludique. Arrêtez de me sortir les violons. Le Fils est d’une importance extrême, pour ainsi dire première, dans le christianisme, quoiqu’il réfère au Père. « Qui a vu le Fils a vu le Père. » Mais il n’y a aucune hiérarchie, je répète. C’est même un des ressorts menant à la mentalité libérale contemporaine que cette déhiérarchisation théologique. Alors votre métaphysique guénonienne vous pouvez vous la mettre où je pense. Le guénonisme est sectaire ce qui s’appelle sectaire, et ce n’est pas d’avoir commencé par me parler de bons gourous préventivement, qui y changera quelque chose, pas plus que l’exemple de la vie de Guénon. N’avez-vous jamais remarqué que les timides masquent un courroux de fond ? J’en passe, et des meilleures, « à quoi bon ».


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 17:22

      Guénon c’est du révisionnisme en tradition. « Fin du débat. »


    • Septimanie24 Septimanie24 27 février 2021 18:53

      @Mervis Nocteau
      Quel est votre problème avec cet auteur ? Pourquoi autant de rejet ? Est-ce le chapitre de « La crise » où il traite de L’Orient et de l’Occident ?
      Dans le débat qui nous a animé, la question est de savoir si il existe encore en Occident, une Tradition authentique pré chrétienne.
      Vous citez le celtisme, mais citer ou vous référer à des sites Internet ne suffit. Il vous faut démontrer, prouver. Mon argument est que la lignée de transmission a été rompue il y a bien longtemps et que, même avec l’archéologie, nous avons à faire qu’à des traces, des débris, des coquilles vides.
      Dans la tradition que je suis, les Maitres contemporains peuvent remonter leur lignée de transmission très loin dans le temps.
      Qu’est ce qui vous garantit que les transmissions que vous pourriez recevoir des gourous celtiques sont authentiques, c’est à dire opérante sur le plan spirituel ?
      Après c’est votre affaire. Je ne cherche pas à vous convertir ni à vous convaincre mais à attirer votre attention. Libre à vous d’entendre ce que je vous écris.
      Bien à vous.


    • Septimanie24 Septimanie24 27 février 2021 18:58

      @Septimanie24
      Dans le monde actuel il y aura de plus en plus d’école spirituelles auto proclamées et de faux gourous. Les discerner peut s’avérer très difficile tant l’habillage peut être habile et le message touchant.
      La réalité c’est que la spiritualité est un chemin difficile car elle nous confronte à tout ce que nous ne voulons pas voir en nous. Elle met en lumière toutes nos zones d’ombre. C’est un chemin périlleux où il est facile de se tromper et de se casser la gueule. D’où l’importance du gourou.
      Effectivement ce débat s’achève. Le sujet n’est pas épuisé mais nous tournons en rond.
      Bonne route.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 19:47

      @Septimanie24. Content pour vous, mais je vous parle de pavage, quand vous me parlez d’initiation. Nous ne parlons pas de la même chose, donc vous pouvez déduire tout ce que vous voulez de ce que vous croyez.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 19:49

      Ne croyez-vous pas qu’elle est là, la raison pour laquelle nous tournons en rond ? Je vous en parle depuis un moment, de ce différentiel.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 19:50

      Je disais que vous étiez égotiste spirituel pour cela.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 19:55

      D’autant plus que votre initiation n’est comprise qu’en termes guénoniens.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 20:08

      Je vous parle d’un devenir-culturel.


    • Septimanie24 Septimanie24 27 février 2021 21:30

      @Mervis Nocteau
      Qu’est ce qu’un pavage dans votre langage ? A quoi faites-vous référence ? Cela ne m’est pas très clair. Merci de bien vouloir expliciter.

      Pour ce qui concerne l’initiation, cela n’a rien de guénonien. C’est ce qui se pratique depuis la nuit des temps dans toutes les spiritualités. Il devait en exister dans tous les peuples indo-européens. Les Mystères grecs étaient des rites initiatiques. Mais on n’en sait peu de chose car ils étaient secrets. Pour ce qui concerne les peuples germains et celtes il n’y a pas de traces. Leurs rites initiatiques sont donc encore plus inconnus.


    • Jérémy Cigognier Ariovis 27 février 2021 21:34

      Vous ne m’apprenez rien, je n’ai rien contre les initiations, je dis juste que ce n’est bordel pas spécifiquement le propos, ou bien ne l’est que pour ceux qui désireraient une initiation (néo)celtique. Pour le reste, franchement, je ne vais pas me redire, reprenez notre fil de discussion.


    • Septimanie24 Septimanie24 27 février 2021 22:48

      @Mervis Nocteau
      Ok, je vais reprendre tranquillement cela demain.


  • Septimanie24 Septimanie24 24 février 2021 12:52

    Le mot « swastika » vient du sanskrit svastika - « su » (« bon » ou « auspicieux ») uni à « asti » (« il est »), avec le diminutif suffixe « ka ». La svastika signifie littéralement : « C’est bon » ou « tout va bien ». C’est une croix avec quatre bras de longueur égale, les extrémités de chaque bras étant pliées à angle droit. On le trouve dans l’art des Égyptiens, des Romains, des Grecs, des Celtes, des Amérindiens et des Perses du monde entier. Il est également lié à l’hindouisme, au bouddhisme, au jaïnisme. Les gens l’utilisent comme un charme pour apporter la chance.

    La swastika

    a toujours été un symbole de paix avant que le Parti nazi ne s’en empare et en fasse son symbole. Dans le bouddhisme, elle est représentative des empreintes de pas du Bouddha. C’est un symbole aniconique pour le Bouddha dans de nombreuses régions d’Asie et un homologue de la roue du dhamma. La forme symbolise le cyclisme éternel, un thème que l’on retrouve dans la doctrine bouddhiste du samsara.

    Le symbole de la swastika est commun dans les traditions tantriques ésotériques du bouddhisme, avec l’hindouisme, où il est trouvé avec les théories des chakras et autres aides méditatives. Le symbole dans le sens des aiguilles d’une montre est plus courant et contraste avec la version dans le sens inverse des aiguilles d’une montre commune dans la tradition tibétaine Bon et localement appelée yungdrung.

    De plus, le nom swastika vient du sanskrit (Devanagari : स्वस्तिक) et signifie " propice au bien-être ou de bon augure ".

    Cela n’a strictement rien à voir avec l’idéologie promulguée par le national socialisme.


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 24 février 2021 13:57

    On dit des français que ce sont des mangeurs de grenouilles ou d’escargot. Et pourtant les crapauds et les limaces les dégoûtent. 


    • Gollum Gollum 24 février 2021 15:33

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Sauf que les limaces ont une chair très dure ce qui n’est pas le cas des escargots..

      Les crapauds je sais pas.. 


Réagir