mercredi 29 novembre 2023 - par Legestr glaz

Bouée - Bidon - Bedaine - Brioche

L'accumulation de graisse viscérale n'est pas neutre du point de vue de notre santé. Le tissu adipeux viscéral, la célèbre bedaine, victime d'hypertrophie et d'hyperplasie devant une abondance énergétique alimentaire, se met à dysfonctionner. De très graves problèmes de santé peuvent naître de l'accumulation de graisse ectopique. 

 

BOUÉE – BIDON – BEDAINE – BRIOCHE

 

Historiquement, les scientifiques ont considéré que le tissu adipeux était un simple lieu de stockage passif de l'énergie surnuméraire provenant de l'alimentation. Mais, allant de découverte en découverte, ces mêmes scientifiques ont compris, assez récemment, que le tissu adipeux se comportait comme un véritable « organe endocrinien », sécrétant des « adipokines » (ou « adipocytokines »), c'est à dire des molécules de signalisation qui participent activement à l'homéostasie corporelle. Ces adipokines comprennent des hormones (leptine, ghréline, adiponectine, résistine), des cytokines inflammatoires ( TNF&, IL-6), des facteurs de coagulation (PAI-1), des facteurs d'angiogenèse (VEGF) et d'autres protéines. Ces adipokines peuvent avoir une influence sur tous les organes du corps impliqués dans la physiologie ( par des actions autocrines, paracrines et endocrines). (1

 

C'est seulement en 1994 que la « leptine  », soit l'hormone de la satiété ou l'hormone « coupe-faim », a été découverte et identifiée comme étant produite par le tissu adipeux. 

… « La découverte de la leptine a suscité bien des espoirs dans le traitement de l’obésité commune du fait de son action anorexigène. Malheureusement, le cerveau humain semble beaucoup plus réceptif au déficit qu’à l’excès de leptine circulante. Ainsi, la grande majorité des sujets obèses présente des concentrations sériques de leptine élevées sans effet satiétogène, témoignant d’une résistance centrale aux effets de la leptine »... (2)

 

 

En situation d'obésité, ou même simplement d'accumulation de graisse viscérale, le tissu adipeux devient dysfonctionnel ce qui amène une production dérégulée d'adipokines « pro-inflammatoires » et le recrutement sur site de nombreux macrophages (cellules de l'immunité). Une inflammation de « bas grade » s'installe. Cette situation est en lien avec un risque majeur de maladies cardio-vasculaires (crise cardiaque, angor, AVC), de résistance à l'insuline, de diabète de type II, d'hypertension et d'insuffisance rénale. 

 

Le tissu adipeux se divise en deux catégories : le tissu adipeux blanc et le tissu adipeux brun. Ce dernier participe à la thermorégulation de l'organisme, un rôle bien particulier. Il n'en sera pas question. Nous nous concentrerons sur le tissu adipeux blanc.

 

Lorsque notre consommation énergétique est supérieure à nos besoins, notre organisme n'a pas d'autre choix que de stocker cette énergie supplémentaire sous forme de triglycérides dans les cellules adipeuses. Il le fait dans les lieux prévus à cet effet à savoir le tissu adipeux sous-cutané. Mais les capacités de stockage de celui-ci sont limitées et bien davantage chez les hommes que chez les femmes (pour des raisons de procréation). Devant l'afflux d'énergie surnuméraire, notre organisme trouve un « pis-aller  » pour le stockage de cette graisse en utilisant les ressources du tissu adipeux viscéral (autour du cœur, du foie, des muscles, etc) engendrant, malheureusement, une « lipotoxicité ». 

 

Ainsi, ce n'est pas tant la quantité de graisse accumulée qui sera délétère mais, plus exactement, sa « répartition » entre graisse sous-cutanée et graisse viscérale. A titre d'exemple, il existe des femmes qui, génétiquement, sont peu dotées en cellules adipeuses sous cutanées « dormantes ». L'énergie en excès consommée par cette catégorie de femmes sera dirigée vers les viscères, seul lieu envisageable et disponible pour le stockage de la graisse. L'autopsie d'une femme à caractère mince peut montrer une surcharge de graisse viscérale alors que sa silhouette ne le laissait pas du tout imaginer. 

 

L'indice de masse corporelle – IMC- n'est pas un bon indicateur pour déterminer les risques de maladies cardio-vasculaires chez un sujet parce qu'évidement, la « répartition » de la masse grasse, sous cutanée ou viscérale, peut faire toute la différence. On obtient cet IMC en divisant le poids en kilogramme par la taille au carré (exprimée en mètre). Une personne mesurant 1,75m et pesant 77kg aura, par conséquent, un IMC très légèrement supérieur à 25 et sera considérée en « surpoids  ». Cette notion, ainsi que celle « d'obésité », ne sont « que » des conventions. Pour être classée en « surpoids », il faut montrer un IMC égal ou supérieur à 25 et pour être définie comme obèse, la même personne devra avoir un IMC égal ou supérieur à 30. Ce qui ne veut pas du tout dire que si notre IMC est inférieur à 25, que nous n'avons pas accumulé de graisse viscérale. Il conviendrait, pour notre santé, de maintenir un IMC plutôt légèrement supérieur à 20 que légèrement inférieur à 25. 

Ainsi, cette personne mesurant 1,75m et pesant 62kg, aura un IMC un peu supérieur à 20 tandis que celle-ci, pesant 76kg, soit un différentiel de 14kg, aura un IMC très légèrement inférieur à 25. Dans les 2 cas, à 62kg et à 76kg, cette personne sera identifiée comme ayant un « poids normal ». Et même en atteignant un poids de 57kg, cette personne là présentera un IMC de 18,6, c'est à dire encore un « poids normal », sans atteindre la maigreur, selon les critères de l'OMS. C'est donc à un grand écart pondéral que l'on assiste avec le poids dit « normal ». Une personne mesurant 1,75m pouvant peser 76kg, ou 57kg, et satisfaire aux critères du « poids normal ». Pourtant, ce sont bien 19kg qui sont concernés. Et s'il s'agissait de tissu adipeux et pas de masse musculaire ? 

 

Il est très difficile d'avoir une balance énergétique exactement à l'équilibre. Notre organisme nous avertit par des signaux de « satiété  » que nous avons consommé suffisamment de nutriments. Dans le cas inverse, il envoie des signaux de « faim » pour que nous nous alimentions. Tout ceci est parfaitement régulé. Mais, dans notre monde d'abondance et d'accès à la nourriture facile en permanence, il faut bien reconnaître que rares sont les situations au cours desquelles notre balance énergétique sera « négative ». Et même si nous sommes le plus souvent vigilants sur la quantité de nutriments ingurgitée, il suffit d'une fois par semaine, lors d'un repas en famille, lors d'une sortie entre amis, lors d'une anniversaire, lors d'une sortie de bureau, pour avoir une balance énergétique positive. Une part de gâteau, ou 3dl de vin, au delà de notre équilibre énergétique, feront que notre organisme stockera 30 grammes de graisse. C'est totalement invisible. Si vous reproduisez ce schéma 4 fois dans le mois, vous aurez stocké 120 grammes de graisse. C'est toujours totalement invisible. Au bout d'une année, ceci portera votre accumulation de graisse à 1440 grammes soit près d'un kilo et demi. Mais ce n'est pas vraiment toujours visible et d'ailleurs presque insignifiant.

 

Vous l'avez compris, ce genre d'habitudes de vie, sur 10 années, feront que vous aurez « pris » 14,4 kg et, sur 20 ans, près de 29 kg. Et, maintenant, cela se voit ! Cela se voit vraiment. Votre « stock » de graisse sera important. Il sera réparti entre « graisse sous cutanée » et « graisse viscérale » (la plus dangereuse) autrement appelée graisse ectopique ou encore graisse omentale.

 

Un apport énergétique supérieur à nos besoins va nécessairement être transformé en réserve graisseuse sous forme de triglycérides, le moyen de stockage de l'énergie surnuméraire le plus efficace. Les lipides alimentaires, qui sont des graisses, seront stockés de cette manière. Mais les glucides, provenant de l'alimentation, le seront également. En effet, les réserves en glucose de l'organisme sont très faibles. L'être humain peut stocker un peu de glucose, sous forme de glycogène, dans le foie et dans les muscles, et ces « réserves », de faible niveau, peuvent permettre à l'organisme de « tenir » sans alimentation le temps d'à peine une seule journée, approximativement. En revanche, la graisse de réserve autorise une personne à vivre sans alimentation durant plusieurs semaines. Ainsi, le « glucose surnuméraire », issu de l'alimentation, sera transformé en graisse par le foie lors d'un processus appelé « lipogenèse de novo ». Les cellules graisseuses possèdent également cette capacité, en absorbant du glucose, de le transformer en triglycérides pour le stockage. 

 

Nous arrivons au bout de ce sujet concernant l'accumulation de graisse viscérale. Ce « stockage » de graisse ectopique est le premier signal que notre santé se dégrade et s'est dégradée. L'organisme humain doit trouver des solutions alternatives lorsqu'il est soumis à un apport énergétique dépassant ses besoins. C'est par nécessité qu'il le fait, n'ayant pas d'autre alternative. Il se trouve que si les nutriments viennent à manquer, c'est dans la graisse viscérale que l'organisme ira puiser son énergie d'une manière prioritaire. Les maladies dites « civilisationnelles  », ou « maladies métaboliques », ou « syndrome métabolique », sont des maladies « d'accumulation ». Aux USA, deux tiers de la population au dessus de 25 ans est en surpoids ou obèse. En France, les derniers chiffres indiquent que 47,3% de la population adulte est en surpoids ou obèse, soit près d'un Français sur deux, et que la tendance est à la hausse. (3) et (4).

L'accumulation se produit année après année, sur du temps plus ou moins long. C'est très « logiquement » que les dysfonctionnements métaboliques apparaissent avec l'âge avançant. En automne-hiver, ce n'est pas du tout un hasard si les maladies respiratoires concernent très majoritairement les personnes obèses, en surpoids, celles ayant accumulé de la graisse viscérale, celles ayant développé le « syndrome métabolique », parce que le système immunitaire s'est amoindri pour faire face à ces pathologies. Il est dans l'impossibilité de faire un effort supplémentaire lorsque les agents pathogènes se présentent en masse à lui. Ainsi, lors des épisodes d'inversion thermique, en automne-hiver, les taux de pollution atmosphérique sont tels au niveau du sol que les organismes au système immunitaire défaillant paient un lourd tribu à cette pollution exacerbée. 

Par ailleurs, cette « accumulation » fait que la sang est chargé pratiquement continuellement de glucose (ce qui se traduit pas des glycémies à jeun trop élevées, des glycémies post-prandiales importantes, des hyperglycémies, le développement d'un diabète de type II, de l'hyper-insulinémie). Ces situations ne sont pas du tout neutres du point de vue de notre santé, vraiment pas. Parce que celles-ci sont à l'origine de deux phénomènes qui nous « pourrissent » véritablement la santé : la « glycation non enzymatique des protéines, des lipides et de l'ADN » et une augmentation pathologique du « stress oxydatif ». Ceci fera l'objet, peut être, d'articles futurs.

 

Legestr glaz

 

 

(1)https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17021375/- (Le tissu adipeux comme organe endocrinien).

 

(2)https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2010/09/medsci20102610p803/medsci20102610p803.html

 

(3)https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28301314/- (Prévalence du syndrome métabolique par race/origine ethnique et sexe aux États-Unis, enquête nationale sur la santé et la nutrition, 1988-2012)

(4)https://presse.inserm.fr/obesite-et-surpoids-pres-dun-francais-sur-deux-concerne-etat-des-lieux-prevention-et-solutions-therapeutiques/66542/- (Obésité et surpoids : près d’un Français sur deux concerné. État des lieux, prévention et solutions thérapeutiques)

 



32 réactions


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 29 novembre 2023 18:58

    Un grand merci pour cet article érudit mais néanmoins très important.

     J’espère que vous nous ferez d’autres articles, je vous y encourage chaudement.


    • Legestr glaz Legestr glaz 29 novembre 2023 19:36

      @Francis, agnotologue

      Merci Francis. J’ai vraiment essayé d’être le plus pédagogue possible afin de ne pas perdre le lecteur. J’ai laissé beaucoup de choses sur le bord du chemin. J’ai simplifié à l’extrême. 

      J’ai oublié de dire que je ne fustigeais pas les personnes en surpoids ou obèses. Les informations concernant l’apparition de la graisse viscérale devraient être en permanence sur le devant de la scène. Mais il est plus important de parler « vaccination », celle qui nous protège et qui protège les autres. Gérer sa masse viscérale c’est gérer sa santé. Une personne développant de la graisse viscérale est nécessairement en mauvaise santé. Il n’y a pas pléthore de médecins qui vous le diront lors d’une consultation.

      Visiblement votre commentaire n’a pas plu. Vous avez écopé d’une étoile.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 29 novembre 2023 19:50

      @Legestr glaz
       
      ’’Visiblement votre commentaire n’a pas plu. Vous avez écopé d’une étoile.’’
      >
      Les veilleurs du net ne savent pas faire mieux.
       
       smiley


  • Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS 29 novembre 2023 20:30

    Bien votre article de qualité

    Sinon que faire pour éiliminer cette bedaine ??

    sans devenir moine zen vegan et buvant que de l’eau !

    Bon ya commejaime.fr sinon ?

     smiley


    • Legestr glaz Legestr glaz 29 novembre 2023 20:41

      @Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS

      C’est pas facile en effet.

      En considérant la manière dont cette graisse viscérale s’installe, sur du temps plus ou moins long, on peut dégager certaines possibilités.

      Le tout est de « tromper » son organisme. Les régimes sur des semaines ou des mois ne mènent à rien, sinon à reprendre ce que l’on a perdu. Il faut donc envoyer des signaux de « satiété » à son organisme, pour lui faire comprendre qu’il ne manque de rien. Il s’agit, par conséquent, de manger certaines fois, et d’avoir une alimentation bien plus modérée d’autres fois. Par ailleurs, la « nature » de ce que nous mangeons amène l’organisme à déclencher plus ou moins vite les signaux de satiété. Le « gras » est satiétogène, pas le glucose, par exemple.
      Il convient, par conséquent, de prendre son temps. Pour perdre de la graisse viscérale, il faudra la « déstocker ». Et pour la « déstocker » il faudra mettre son organisme dans la situation d’aller « piocher » dans cette réserve énergétique. Si le corps est parfaitement nourri, il n’aura aucun raison d’aller se servir dans la réserve.


    • Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS 29 novembre 2023 21:44

      @Legestr glaz
      vous avez raison il faut tromper son organisme TOUT EST MENTAL
      Moi j’ai arrété le PAIN (et le sucre dans le café depuis longtemps) ainsi que tous les gateaux et viennoiseries et sans déplaisir (le corps s’y est déshabitué très vite et ne me le réclame plus)
      Maintenant une bonne bibine (ou 2) chaque jour, un petit wisky le soir et un1 ou 2 verre de pinard, là je continue faut vivre quand meme dans ce monde de M....
      Sinon le soir je mange pratiquement pas à part l’apéro avec tapas,un verre de pinard et la bibine puis je laisse le corps puiser dans la réserve
       smiley


    • Legestr glaz Legestr glaz 29 novembre 2023 22:34

      @Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS

      C’est juste : il faut continuer à vivre.

      Se restreindre, toujours, tout le temps, ce n’est pas une vie. Moi aussi je saucissonne avec du vin rouge ou du vin blanc. De temps à autre un whisky (tourbé) pour le « plaisir ».
      Il faut juste savoir faire des pauses, et savoir quand les faire. Nous avons de telles bonnes choses à disposition qu’il n’est pas envisageable de les écarter définitivement. Il faut des jours « avec » et des jours « sans » afin de poursuivre ce rythme longtemps et en bonne santé. 


    • OJBA 30 novembre 2023 10:26

      @Legestr glaz Pas d’inquiétude ! Avec le différentiel progression inflation/progression salaires, la ligne « haricot vert » va revenir vite fait. Certains en sont déjà à sauter un repas. Pb, moins on a de moyens, plus on se rabat sur des aliments sucrés.


    • Ouam (Paria statutaire non vacciné) Ouam (Paria statutaire non vacciné) 30 novembre 2023 18:48

      d@Bendidon ... bienvenue au big CIRCUS
      un truc con a pas oublier
      ce que tu consommes tu dois le cramer
      tu vois c’est facile comme regle t’entre 100 tu dois sortir 100
      apres ta reserve graisseuse dois etre la plus faible possinble en été c’est un isolant et une reserve qui te sers a rien contrairement à l’animal que tu es (comme moi hein c’est pas une insulte) ou en hiver tu peut te permettre un petit surplus , puis faut dire que courrir comme un con a 6 ouy 4 degres c’est pas bon non plus pour la santé et encore mmoins si tu fais du vélo a cause de l’effet du vent et de conso importante d’air, bref faut adapter comme tu peut, comme l’inverse l’été surtout pas de gros effort en plein cagnard car tu riusques cette fois la surchauffe et la desydratatation
      Le mieux l’ete lorsqu’il fais chaud et que tu peut le matin tres tot et le plus tard possible en soirée, l’hiver l’inverse ....
      Ah oui un effort continu (pas violent mais continu) de au moins une demi heure (a plusieurs heures si t’es un peu entrainé)
      Au debut faut pas aller a fond mais toujours progressivement (meme lorsque t’es entrainé) , c’est un peu comme une voiture tu pars pas a fond faut que ca chauffe
      voila t’a mon misearable avis
      « Bon ya commejaime.fr sinon ? »
      Oublies sauf pour un allergique au sport


    • Legestr glaz Legestr glaz 30 novembre 2023 21:08

      @OJBA

      Vous visez juste.

      Lorsque les moyens financiers viennent à manquer, les gens se tournent vers les produits bas de gamme, des céréales et des farines bon marché, des pâtes, des féculents, etc. En résumé, une orgie de glucides. 


  • Elric Menescire Elric Menescire 29 novembre 2023 21:19

    Bonjour, et merci à l’auteur.

    Jusqu’en mai dernier, j’étais avec un IMC supérieur à 30 donc techniquement, obèse.

    J’en ai pris conscience suite à une grosse pathologie du dos, inguérissable... J’ai recommencé à bouger car j’étais devenu totalement sédentaire suite à blessure de sport + surtout surtout, suite au confinement...en cinq ans, +15 kilos, comme ça...

    Il est important de préciser que le sport ou l’activité physique ne représente que 20% des dépenses énergétiques du corps humain, le reste c’est le métabolisme de base (c’est à dire les calories que votre corps dépense pour maintenir ses fonctions corporelles, sa chaleur, la digestion etc.) qui constitue l’essentiel de vos dépenses énergétiques. 

    Ce qui veut dire qu’il faut prioritairement surveiller son alimentation : éviter les produits transformés à tout prix, privilégier les légumes et fruits frais, les protéines animales ou végétales, et surtout supprimer les sucres raffinés, et limiter les sucres cachés et les glucides dits « lents » qui sont en fait un véritable poison pour le corps en trop grande quantité (pain blanc, pâtes blanches, riz...en plus des gateaux, et toutes les autres saletés n’oubliions pas le pire : les sodas et l’alcool)

    Cette alimentation a un coût me rétorqueront certains, pas forcément je répondrai car des études sérieuses démontrent qu’on peut se nourrir correctement pour 6 euros par jour et par personne (inflation incluse), mais ça demande du temps car il faut acheter des produits bruts et CUISINER. La promesse des industriels qui vous refourguent leur camelote est toujours la même, vous faire gagner du temps en vous vendant des saletés bourrées des trois principales causes de l’obésité : gras, sucre et sel. Il faut refuser ce discours et prendre sur soi. Encore faut il le savoir.

    Je me fournis désormais en légumes et fruits auprès de petits maraichers, et ça coute bien moins cher qu’en grande surface. Ca me prends du temps de cuisiner, mais c’est aussi intéressant et bien mieux que de perdre du temps devant la télé (que je n’ai plus d’ailleurs). Je me suis remis au sport, et désormais j’ai perdu 16 kilos en six mois, je revis, vis à vis de moi même mais aussi de mes possibilités retrouvées... Il suffit d’un peu de volonté (compter les calories que l’on ingurgite, mais aussi bouger car la sédentarité tue c’est désormais prouvé) pour y arriver. Mais c’est aussi marrant, par exemple mes collègues de bureau (tous bedonnants et sédentaires, d’ailleurs à 44 ans un d’entre eux vient de faire un infarctus) n’arrivent pas à y croire, ni à s’y mettre car en fait ils ne veulent pas faire trop d’efforts..et quelque part ça leur fait peur je pense aussi...ils parlent de « mon régime » alors que je mange juste correctement, et me fais plaisir de temps en temps mais de manière normale. Pas déséquilibrée.

    Merci pour votre article qui d’un point de vue médical, fait état des dernières connaissances notamment sur le rôle inflammatoire de la graisse viscérale. Etes vous aussi au courant sur le fait que cette graisse stockerait également des polluants que le corps absorbe au long cours ?Ce qu’il fait que même un régime amaigrissant doit être fait dans une optique de long terme, car perdre beaucoup de poinds en peu de temps reviendrait quelque part à s’empoisonner...

    Suite à mon expérience j’ai en projet un article sur l’industrie mondiale de l’obésité, car oui cette situation profite à quelques uns qui ont tout intérêt à maintenir les choses en l’état... Si j’ai le temps je le sortirai. 


    • Legestr glaz Legestr glaz 29 novembre 2023 22:14

      @Elric Menescire

      Merci pour ce témoignage. Ces épisodes de vie m’intéressent toujours. En tous les cas, bravo pour votre volonté. Vous allez vous prolonger la vie et en bonne santé si vous tenez ce cap sérieusement.

      Vous avez « tout juste » à quelques détails près. Par exemple, le comptage des « calories ». Il faut savoir que l’organisme humain se moque des calories, nous n’utilisons pas les « calories ». En réalité, l’énergie que nous produisons, à partir des nutriments que nous ingurgitons, c’est de l’ATP (pour Adénosine Triphosphate). Toutes les cellules de notre corps produisent de l’ATP. Et cette énergie est un énergie « électro-chimique ». Nous ne « brûlons » jamais rien, nous ne sommes pas des calorimètres. La production d’ATP se passe dans les mitochondries des cellules suite à des transferts d’électrons à travers une membrane ce qui crée une différence de potentiel (c’est la « chaine de transport des électrons »). Bref, nous sommes comme des batteries qui se chargent et qui se déchargent. 

      De manière évidente, 1000 calories de brocolis ne sont pas l’équivalent de 1000 calories d’huile d’olive, ni de 1000 calories de coca-cola, ni de 1000 calories de lard de colonnata. 

      Le sport ne fait pas maigrir, mais il est excellent pour la santé. Le sport, par exemple, fait produire à l’organisme de l’oxyde nitrique -NO- qui est un puissant vasodilatateur. Parce que, dans un organisme en surpoids ou obèse, les vaisseaux sanguins sont mis à rude épreuve. Les LDL s’oxydent puissamment et participent à l’athérosclérose et à l’hypertension. 

      Cuisiner des produits les plus « bruts » possible, ce qui évite les produits industriels, transformés ou ultra-transformés. L’effet « matrice » est essentiel. Une pomme, ce n’est pas pareil qu’une compote de pomme, ce n’est pas pareil qu’un jus de pomme. 

      Tous les glucides, monosaccharides, disaccharides, polysaccarides, ont tous le même destin dans l’organisme : ils se transforment en glucose. 

      Ni le gras (sauf le gras « trans ») ni le sel ne sont dangereux pour la santé. Les gras les plus dangereux seraient les huiles omega3 et omega6 parce qu’elles ont une propension à s’oxyder très facilement parce que ces huiles possèdent plusieurs « instaurations ». Ces huiles omega3 et omega6, si « vantées » par l’industrie alimentaire, sont même dangereuses dans les organismes soumis à un « stress oxydatif » élevé. C’est le cas chez les personnes en surpoids et obèses. 

      C’est la proximité du gras et du sel avec le glucose qui est délétère. Je mange très gras et très salé, sans strictement aucun problème de santé, bien au contraire. Mais je fais bien attention à ne pas faire intervenir le glucose dans mon alimentation, ou de façon choisie, grâce à certains fruits, mais avec modération. 

      Bref, trop de choses à dire. 


    • Elric Menescire Elric Menescire 1er décembre 2023 14:39

      @Legestr glaz
      merci pour votre réponse. Je me suis peut être mal exprimé, mais je suis d’accord avec l’essentiel de votre commentaire, surtout pour le gras : je mange 3 oeufs par jour le matin au petit déjeuner, sans parler du beurre de cacahuètes que je m’autorise après mon jogging, et je n’ai absolument aucun problème de cholestérol mes analyses le confirment. Même mieux, elles sont parfaites d’un point de vue balance oméga 3 et 6. Ce sera justement un des points de mon futur article : les lobbies du sucre ont infesté le parlement US et ont fait pression pour influencer les « dietary guidelines » du gouvernement américain (l’équivalent des recommandations alimentaires du PNNS chez nous), résultat durant des décennies c’est le gras et non le sucre qui était pointé du doigt comme responsable des maladies cardio vasculaires...y compris chez nous, car nous suivons toujours les américains malheureusement. Depuis 2015 de sérieuses études ont démonté cette rhétorique, c’est bien l’excès de glucose dans le sang qui cause un état inflammatoire, et donc des lésions sur l’appareil cardiovasculaire...lésions que le cholestérol va tenter de reboucher, ce qui amènera à la plaque d’athérome, et à l’infarctus. Ces gens-*là sont des criminels, mais c’est pas nouveau ! Quand j’évoquais les produits « trop gras, trop sucrés et trop salés », c’est surtout que les produits ultra transformés de l’industrie agroalimentaire sont calibrés parfaitement pour doser ces 3 composantes de manière addictive pour le cerveau, c’est désormais démontré aujourd’hui. Ce qui fait qu’en général vous finissez le paquet de chips sans vous en rendre compte. Rien à voir avec un produit brut comme les œufs, ou l’huile que vous rajouteriez à vos légumes par exemple. Enfin, le sujet est vaste mais aujourd’hui, vu l’épidémie mondiale d’obésité et de diabète, il est temps de se bouger, dans tous les sens du terme !


    • Legestr glaz Legestr glaz 2 décembre 2023 07:49

      @Elric Menescire

      J’aime bien votre résumé. Il y a tant à dire et à écrire sur ce sujet de la santé qui, visiblement, n’est pas pris à bras le corps par les « instances » dirigeantes« .

      On ne se donne pas les moyens d’informer les populations. Pour »sauver des vies« , il y a les campagnes vaccinales. Nous recevons constamment des incitations à aller nous faire vacciner, pour notre »santé« n’est-ce pas. Un engagement »total« de nos dirigeants pour »prôner« la vaccination. Tout le reste passe pratiquement inaperçu. Une majorité de personnes ne sait pas vraiment ce qui les rend malades. Par un manque crucial d’informations. 

      Sur le »gras« et le »sucre", il y a eu cette confrontation célèbre entre le chercheur américain Ancel Keys et le chercheur britannique John Yudkin. 

      Ancel Keys prétendait que les gras saturés étaient à l’origine des maladies cardiovasculaires.
      John Yudkin affirmait que c’est le sucre qui était la cause de ces maladies cardiovasculaires. 

      Les lobbies du sucre sont parvenus à discréditer les travaux de John Yudkin mais la suite des évènements montre que c’est lui qui avait raison, qui avait vu juste.

      https://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2015/09/01/john-yudkin-lobby-sucre


  • alinea alinea 29 novembre 2023 21:57

    La notion de surpoids m’a toujours étonnée puisque le muscle pèse beaucoup plus lourd que la graisse : à volume égal le musclé pèsera plus lourd.

    Mais bon, autre chose m’étonne : quand on est en surpoids c’est qu’il y a un déséquilibre quelque part, il peut y avoir des chagrins, des stresses qui font qu’on élimine mal, qu’on dépense mal et qui accumulent du gras sur le bide, fesses, cuisses pour les femmes.. !

    Tout le monde parle de régimes, mais personne ne parle jamais de la dépense d’énergie ; aujourd’hui entre le transport, assis, l’ascenseur, tous les appareils électriques qui vous évitent le moindre mouvement, il faut forcément aller faire un petit cours de gym le vendredi et un petit jogging le samedi !

    Ça fait pitié quand on sait que notre quotidien nous offre tous les mouvements, tous les efforts dont notre corps a besoin pour bien fonctionner ; minimum une heure de transpiration sous effort un peu fort, et trois bonnes heures de dépense utile en effort modéré ! seulement, si tout le monde fait ça, finis les gros bénefs du grand pharma obèse, vous avez remarqué ?!!

    alors, battez vos œufs en neige à la fourchette, la mayonnaise aussi, râper carottes, céleri, ail et tout ce que vous voulez avec une râpe rectangulaire à cent sous, descendez vos poubelles, balayez , époussetez en dansant sur un rythme un peu vif, allez bosser à pied, à cheval ou à vélo, grimpez aux arbres, et cueillez en les fruits, accroupissez-vous pour retirer les moutons de dessous les meubles,, étirez vous pour ôter les toiles d’araignée, asseyez vous en tailleur sur une grande chaise devant votre bureau, tripotez vos pieds une nuit d’insomnie, sinon en regardant des conneries à la télé, tournez-vous, tordez-vous dans tous les sens, bon sang vous avez un corps qui peut se mettre en trois cent millions de postures, non deux cents deux, faut pas exagérer , bref inventer, amusez-vous, et je vous garantis que, si vous oubliez la bouffe toute prête, vous ne serez jamais gros !!

     smiley

    • Legestr glaz Legestr glaz 29 novembre 2023 22:28

      @alinea

      Le stress met du glucose en circulation dans le sang. C’est un « réflexe » ancestral. L’Homme du paléo, lorsqu’il rencontrait un animal féroce avait 2 options : soit le combattre soit le fuir. Le stress induit par cette rencontre, mettait du glucose en circulation dans le sang de manière à avoir assez d’énergie pour affronter la situation, en fonction de l’option choisie.

      Aujourd’hui nous « stressons » mais « psychologiquement ». Mais c’est quand même du stress. Et nous mettons aussi du glucose en circulation dans le sang. Sauf que, pas d’animal féroce en vue. Et alors ? Et bien, cette énergie qui vient de nous être servie par la production de stress ne sera pas utilisée, elle sera « stockée ». Oui, le « stress » fait grossir. Les diabétiques de type I, qui mesurent fréquemment leur glycémie s’en rendent compte. Une situation de stress fait monter très haut la glycémie. 

      Comme l’a dit un intervenant, c’est notre métabolisme de base qui utilise la plus grande partie de notre énergie. La dépense énergétique c’est pas grand chose, en comparaison, excepté chez les sportifs très régulier, ceux qui pratiquent des sports demandant beaucoup d’énergie. 

      Nous nous trompons beaucoup sur la « quantité » de nourriture qui nous est indispensable pour vivre. Dans les temps reculés, les chasseurs cueilleurs pouvaient revenir bredouilles. Alors ils patientaient, le ventre vide, jusqu’au lendemain ou des jours meilleurs. Ils utilisaient souvent leurs réserves adipeuses. Aujourd’hui nous avons des garde-mangers et des réfrigérateurs. La notion de « sauter » un, deux, ou trois repas est inenvisageable pour beaucoup. Et pourtant.... 


    • alinea alinea 29 novembre 2023 23:04

      @Legestr glaz
      J’ai remarqué il y a longtemps déjà, que l’équilibre de notre alimentation ne se fait pas, comme on nous le fait croire, sur un repas, mais sur la journée, la semaine et même le mois ; selon notre activité, deux repas par jour sont bienvenus, sinon un est suffisant... je crois qu’il vaut mieux se connaître et s’écouter plutôt que croire tout ce qui se dit et s’écrit ; savoir aussi que la compensation nourriture/affection, pas la nourriture en guise d’affection, mais la nourriture en tant qu’affection est vraiment un reliquat de la toute petite enfance, et selon l’enfance on est très gourmand et gros mangeur, ou gourmet et petit mangeur !!
      Tout ça pour dire que bouger est un plaisir, sinon se demander pourquoi, et se faciliter la vie, non seulement ça rend con quand les machines pensent pour vous ( je prie pour que tout le monde haïsse le GPS qui rend les gens débiles mais c’est à détailler... ! ) mais ça handicape ; il n’y avait pas d’obèse jadis et il faudrait peut-être commencer à dépasser la jalousie du serf au seigneur qui « bouffait » de la viande tous les jours et des mets, et des sucreries... on en est encore là, pour l’argent aussi d’ailleurs !!
      Je crois que tout est fait pour que le maximum de gens y reste dans cet état d’abêtissement dépendant, ça remplit des poches tout ça ! parce qu’il suffit d’envisager les choses sous un autre angle pour s’apercevoir qu’être lourd et peu mobile n’est pas agréable, bien au contraire !


    • eau-mission eau-mission 1er décembre 2023 13:54

      @alinea
      ... il faudrait peut-être commencer à dépasser la jalousie du serf au seigneur qui « bouffait » de la viande tous les jours ...

      Et aussi ne pas croire que manger du pain blanc délivre de la servitude.


    • alinea alinea 1er décembre 2023 16:41

      @eau-mission
      eh oui ! on en est encore là. que veux-tu.. l’évolution est lente, et on va violer la lune parce qu’il paraît qu’elle n’est qu’un tas de cailloux morts.


  • troletbuse troletbuse 29 novembre 2023 23:06

    Grace aux incompétents criminels qui nous gouvernent ainsi que à cause des cons qui les ont crus (sauf ceux qui ont été contraints), je passe beaucoup plus de temps sur le net et le mobile que avant, Vu que j’attends avec impatience que la guillotine soit rétablie pour eux.

    Mais jamais un plat cuisiné bourré de sucre, de sel, de colorants, de rehausseur de goût, et d’autres saloperies que les fabricants y mettent. jamais de raisin bourré de pesticides. Mais je n’échappe pas aux autres fruits et légumes traités. au pinard et peut-être à l’eau qui doit être polluée, au pain où je ne sais pas si il y aura des insectes avec la chitine provoquant le cancer. et comme tout le monde aux chemtrails et leurs nanoparticules de métaux lourds.

    Je n’ai jamais eu de problème de poids et depuis cette plandémie programmée, mon IMC est passé de 24 à 23.

    Et donc je rate parfois des repas. Je vais boire mon café avec un ami chaque jour dans une galerie marchande d-où l’on voit les caddies sortir..Des caddies pleins de saloperies, boissons sucrées, gâteaux, etc. Avec tous mes nouveaux amis antivax, je vais souvent au restaurant.

    Je sais que si je crève d’un cancer ou autre, ce ne sera pas à cause de ces injections létales. Pas comme les injectés qui, chaque fois qu’ils auront un problème, se demanderont su ca vient du waxxin non testé, tueur des anticorps naturels.

    Enfin avec l’inflation provoquée par les sanctions qui ont mis à genoux l’économie russe, pardon française je vois moins de clients et les caddies beaucoup moins pleins. Finalement, c’est une bonne chose pour la santé.

    Je prends également des compléments alimentaires et des vitamines surtout celles que les pourritures voulaient interdire comme la D

    Pour finir, je souhaite malgré tout bonne chance aux injectés dont certains doivent se cailler les meules à 19° smiley

    Il faut qu’ils se désintoxiquent avec le NAC Glycine, Bromélaïne, zinc afin d’éliminer le gtaphène.


    • Legestr glaz Legestr glaz 30 novembre 2023 11:21

      @troletbuse

      Les vaccins prennent beaucoup de place dans l’univers médiatique. Il est question des vaccins pour « protéger sa santé ». Et on comprend bien que s’il faut se faire vacciner c’est pour être en meilleure santé. D’où l’insistance des pouvoirs publics qui ont cette idée en tête : protéger la santé des populations.

      Voilà le niveau minable de réflexion atteint. Ce sont donc les « méchants virus » le « gros » problème contre lequel il faut lutter pied à pied pour conserver notre santé. Le gouvernement a cette magnifique idée en tête qui est celle de protéger la santé des gens. 

      Je crois que j’ai été assez redondant sur le fait de « protéger la santé ».

      En revanche « quid » des autres aspects de notre vie pour « protéger notre santé ». Y a t-il un pilote dans l’avion ? Il parait que l’on « soigne » les gens à force de médicaments. Les médicaments seraient donc efficaces pour soigner les maladies ? Apaisez les symptômes, peut être, mais guérir les maladies, non pas vraiment. Les antibiotiques et les antiparasitaires sont sans doute les seules molécules qui ont une action très efficace dans l’organisme pour nous débarrasser des bactéries, de leurs toxines, et des parasites. 

      L’argument gouvernemental de la « vaccination pour protéger la santé » est une énormité parce que les preneurs de décision se contrefichent de la santé des populations. La pandémie de surpoids et d’obésité passe pratiquement inaperçue. Ce n’est visiblement pas un souci majeur.

      Rapport du Sénat du 29 juin 2022.

      Sur la pandémie d’obésité : « La médecine, qui permet de comprendre et de traiter les cas individuels, semble impuissante à modifier à elle seule les causes de la maladie, parce qu’elles dépendent largement de l’évolution de la société. C’est au politique d’agir pour changer le cours des événements »

      ... « Le covid-19 est la dernière pathologie associée à l’obésité. Les données issues des études successivement conduites ont confirmé les résultats que recueillaient, dès le début de l’épidémie en avril 2020,les équipes du CHRU de Lille12(*) : plus de 47 % des patients infectés entrant en réanimation étaient en situation d’obésité, et une forme sévère d’obésité augmentait significativement le risque d’être placé sous respiration mécanique invasive, indépendamment de l’âge, de l’hypertension artérielle ou d’un diabète. Le risque de décès par covid-19 est également fortement accru pour les patients atteints d’obésité. La relation entre obésité et forme sévère de covid-19 est plus marquée chez les patients jeunes. »...

      Les « virus » ont bon dos.


  • SilentArrow 30 novembre 2023 12:22

    @Legestr glaz

    Merci pour cet article.

    Savez-vous si le régime cétogène permet de réduire la masse de graisse viscérale ?


    • Legestr glaz Legestr glaz 30 novembre 2023 12:57

      @SilentArrow

      Je ne l’appelle pas « régime cétogène » mais « alimentation cétogène ».

      Alors, oui, si vous optez pour cette alimentation cétogène, d’une manière intelligente, votre santé sera grandement améliorée. L’alimentation cétogène fait réduire le tour de taille. C’est à l’aide d’un pantalon de référence que l’on peut savoir si l’on perd de la graisse viscérale, pas avec un pèse-personne.

      Le principe de cette alimentation c’est de consommer majoritairement des « lipides » au détriments des « glucides ». Le niveau de consommation des protéines restant stable (autour de 15% à 20% de notre énergie provenant de ces protéines). Ce n’est donc pas, comme le prétendent certains, une alimentation « hyper-protéinée ».

      Alors, évidemment, l’alimentation cétogène a ceci de merveilleux c’est qu’elle minore la présence de glucose dans le sang. C’est un « bénéfice majeur » de cette alimentation, je dirais « le » bénéfice. L’amaigrissement et la perte de graisse viscérale étant un « bénéfice secondaire ».Les phénomènes de « glycation non enzymatique » et de « stress oxydatif » sont vaincus par cette alimentation.

      Pourquoi est-ce que je parle de « manière intelligente » de suivre une alimentation cétogène ? Parce qu’il ne s’agit pas de consommer des lipides sans modération. Dans ce cas la balance énergétique ne serait pas équilibrée.

      Pour conclure, si vous voulez améliorer votre santé, si vous voulez perdre de la graisse viscérale, alors oui, effectivement, l’alimentation cétogène est un recours puissant. Je vous engage à le faire. Les bénéfices pour votre santé seront extraordinaires. Par la suite vous pourrez passer à une alimentation faible en glucides, ou à une alimentation « paléo ». Le but recherché est important à comprendre. Si vous voulez lutter contre certaines pathologies, l’alimentation cétogène sera d’un grand secours. 


    • SilentArrow 30 novembre 2023 13:38

      @Legestr glaz

      Merci pour l’info.


    • Panoramix Panoramix 30 novembre 2023 19:29

      Moralité, pour maigrir il ne faut pas se mettre au pain sec et à l’eau, mais au saucisson pinard.

      Bonne nouvelle !


    • Legestr glaz Legestr glaz 30 novembre 2023 20:42

      @Panoramix

      C’est presque ça. 


    • troletbuse troletbuse 1er décembre 2023 01:39

      @Panoramix
      L’état actuel fait tous ses efforts pour la première solution et en plus le totalitarisme.
      Bonne vidéo de Tocsin
      https://crowdbunker.com/v/PKCWWpTVny


  • Giordano Bruno - Non vacciné Giordano Bruno - Non vacciné 30 novembre 2023 13:20

    Lorsque notre consommation énergétique est supérieure à nos besoins, notre organisme n’a pas d’autre choix que de stocker cette énergie supplémentaire sous forme de triglycérides dans les cellules adipeuses.

    Il peut aussi le bruler et fournir de la chaleur.


    • Legestr glaz Legestr glaz 30 novembre 2023 13:44

      @Giordano Bruno - Non vacciné

      C’est le rôle de la graisse brune pas celui de la graisse blanche.

      La quantité de graisse brune est insignifiante dans un organisme adulte. Elle compte pour 5% du poids à la naissance mais réduit comme peau de chagrin lorsque l’on avance en âge. Hélas. Les animaux qui hibernent utilisent la graisse brune. Ce n’est pas le cas de l’être humain, ou seulement à la marge.


  • Ffgismo 30 novembre 2023 17:19

    Vraiment bien cet article. Lorsque on a une activité physique relativement importante ( entre 15 000 et 18 000 km/ par an à vélo (musculaire), le plus difficile n’est pas de gravir des côtes mais de toujours bien s’hydrater et s’alimenter.


  • Jean Keim Jean Keim 1er décembre 2023 07:01

    Sortir de table en restant un peu sur sa faim, et manger sainement bien sûr.


  • zygzornifle zygzornifle 1er décembre 2023 09:32

    Le tissu adipeux viscéral

    a remplacé le cerveau de beaucoup de nos politiques tout partis confondus

    et de nos religieux ......


Réagir