lundi 15 avril - par C’est Nabum

Grandeur et décadence du système de santé

Un récit pour s’armer de patience

Il est 13 h 50, j’arrive au service des urgences de la clinique de L’Archette. Vingt personnes attendent devant moi. Mon voisin, Pierre est arrivé à 9 heures pour un problème ordinaire. Il a déjà subi quelques examens : radiologie, prise de sang et consultation médicale. Il est très satisfait du service rendu qu’il trouve largement supérieur à celui du CHRO. Il reconnaît cependant qu’il convient de s’armer de patience. Je m’apprête à subir la même attente pour un lumbago.

Il était temps, mon voisin vient de recevoir son bilan. On l’invite à prendre rendez-vous avec un cardiologue maison tandis qu’on lui remet une prescription et sa radio. Il a passé cinq heures pour un service qui s’avère efficace et professionnel. Devrais-je moi aussi passer autant de temps. J’en ai déjà plein le dos, fort heureusement j’apporte mon inséparable ordinateur et quelques textes à corriger.

Les patients sont moins nombreux. Les rangs se sont clairsemés. Je peux juger d’une véritable hétérogénéité des personnes en attente. Contrairement aux idées reçues, les urgences ne sont pas utilisées exclusivement par ces fameux CSP défavorisés. L’absence de médecins dans l’orléanais draine ici son lot de citoyens qui ne peut plus se soigner. Grandeur et décadence d’une société qui a bradé son système de santé.

Je suis, me diront mes détracteurs de mauvaise foi puisque j’ai trouvé un médecin référent par défaut. L’homme, d’après ses confrères, a fait le choix de s’installer dans un quartier défavorisé pour bénéficier durant 5 ans de nombreux avantages fiscaux. Une niche qu’il rentabilise allègrement en faisant tourner les malades dans une salle d’attente jamais assez grande.

C’est un tour des miracles que ce cabinet-là. La consultation n’y dure que quelques minutes, le paiement s’y opère en liquide, l’examen se déroule au pas de charge, le dossier médical est en option. C’est donc une judicieuse manière de préparer une future retraite en faisant de ce noble métier un juteux rapport financier. Certains de ses collègues n’agissent pas autrement en pratiquant quant à eux le racket du dépassement d’honoraires, tout cela avec la complaisance complice d’un pouvoir aux ordres du conseil éponyme.

Une heure déjà que je m’impatiente et m'encolère. Les inconfortables banquettes en bois sont particulièrement recommandées pour mon dos. Je ne sais plus dans quelle posture me tenir. Voilà une fort opportune stratégie pour ne pas clamer la douleur. Celle-ci me renforce dans ma détermination à poursuivre cette interminable attente.

Je rentre enfin dans le dispositif de prise en charge. Une charmante infirmière, attentive et souriante me prend en charge pour un rapide questionnaire de santé, un petit bilan de la douleur avec cette échelle de graduation qui m’amuse plus qu’elle ne doit être réellement pertinente. La subjectivité y règne en maîtresse absolue. Une prise de la tension et de la température donne à cette première étape une couleur médicale certaine. L’attente reprend son immuable cours, seule la banquette est plus confortable.

Deux heures désormais et la salle se remplit à nouveau après un bref moment de répit. Le silence y est total, les gens sont résignés à devoir ainsi patienter. Comment un actif pourrait-il profiter de pareil dispositif ? Ses horaires, ses obligations sont incompatibles avec ce temps qui s’étire en pure perte. Fort heureusement, un malade important, un dignitaire de la nation, n’aurait pas à subir pareille corvée.

Une blouse blanche vient me marcher et me demande de la suivre. Je peux à peine marcher, le dos brisé par une attente inconfortable. Elle m’ouvre une porte : une pièce de 4 mètres sur 6 avec une fenêtre. Au centre trône une table d’examen. Un lavabo, une étagère métallique, une table de chevet sur roulettes, une poubelle, une chaise, j’ai largement le temps de vous décrire ce local au mur blanc. On m’y abandonne littéralement plus de 45 minutes. Un temps infini, seul et sans consigne ni information. Excédé, après avoir fait les cent pas de longues minutes, je prends mon clavier pour coucher sur l’écran ce paragraphe surprenant. Quelle serait la réaction d’une personne âgée ou bien d’un individu à l’esprit plus dérangé que le mien en pareille circonstance ? Que faire ? Ouvrir la porte et appeler ? Attendre, tout simplement puisque dans un tel lieu, de sujet, le patient devient objet, contraint à l’hibernation … Les trois heures sont atteintes, je n’ai toujours pas vu de médecin.

Je finis par ouvrir la porte afin de demander si on ne m’a pas oublié. Une infirmière me dit simplement qu’il y a de l’attente, ce à quoi je lui réponds aimablement que l’attend est consubstantielle à cet univers clos tandis que l'absence d’information la rend intolérable. Un médecin entre, sans un regard ni un bonjour, prend un objet et sort. J’attends de nouveau en étant devenu le mauvais objet, celui qui récrimine. Je me suis pourtant exprimé calmement m’étonnant simplement d’un manque d’humanité. J’ai même évoqué l’angoisse qui aurait accompagné ce long moment chez une personne plus fragile … Cette fois j’ai passé une heure dans ma cage, tel un vieux lion qui rumine sa rancœur.

L’examen si je puis qualifier ainsi ma rencontre avec un médecin n’aura pas duré plus de trois minutes. L’homme a sans doute intégré mon impatience au point de tout juste effectuer une palpation furtive. Il m’a demandé deux ou trois gestes basiques, m’a interrogé sur mon état de santé avant que de se faire simple prescripteur, 4 produits qui iront enrichir l’industrie pharmaceutique dont deux du reste ne seront pas remboursés. Un pharmacien eut pu tout aussi bien faire l’affaire et dans l’état de déliquescence de notre système de santé, il m’eut permis d’économiser quatre heures.

Dorsalement vôtre.

JPEG



69 réactions


  • UnLorrain 15 avril 12:41

    D’un paléontologue, docu TV comme peuvent être digne d’intérêt nombre d’entre eux ,découvrant un squelette de mammouth « il s’agissait d’un vieil individu car ses vertèbres s’étaient calcifiees » ( chacun se devrait,se doit,d’avoir une idée précise de ce qu’est la calcification,dans ce cas et même d’autres, comme un implant dentaire ) Me disais-je illico, ce mammouth fut il déménageur comme moi ? Fut il comme un ami de longue date,a arpenter les toitures dans le BTP ? Non,et pourtant ses disques intervertebraux se sont usés. ..naturellement donc,l’âge a n’en point douter. Je connais 3 cas de personnes opérés dû a douleurs devenant insupportable, de leurs dos dont mon ami de longue date,lourde opération dit l’expression populaire. .lourdes conséquences, séquelles même, pour les 3 personnes que je connais bien.

    Portez vous bien Nabum.


  • foufouille foufouille 15 avril 13:08

    tout ça pour 4 médocs dont deux inutiles car pas remboursés ?


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 avril 11:27

      @foufouille

      Exactement !

      Prescrits par un médecin urgentiste dans sa conception de l’examen


    • Duke77 Duke77 16 avril 13:53

      @foufouille

      Bah oui foufouille. Comme on vous explique des heures durant au sujet des vaccins, notre système de santé tend à se résumer à nous vendre des medocs, parfois sans rapport avec la cause du mal, parfois inéfficaces, parfois dangereux. L’analyse et le diagnostic sont bâclés et le praticien est un zombi qui ne se rend même plus compte de rien. C’est le résultat de l’asservissement de nos dirigeants au lobby pharmaceutique. Il n’y a pas d’argent no de volonté pour augmenter le personnel mais par contre, la pharmacie est pleine !


  • Positronique 15 avril 13:16

    Et oui il eut fallu que pour sa majesté le noircisseur de papier sur la Loire on déroule le tapis rouge . Votre mauvaise foi envers le système médical français est misérable. Et alors la critique du médecin qui ferait du chiffre pour s’enrichir c’est petit est mesquin . Ne faites pas d’un cas particulier une généralité . Et cerise sur le gâteau vous en prenez aux laboratoires pharmaceutiques , ben vous savez quoi , vous auriez du aller voir le rebouteux du coin comme le faisait les anciens , mais là pas de carte vitale ni de complémentaire maladie . Et vous ne deviez pas être à l’article de la mort vu que vous pouviez encore vous servir de votre ordi portable.


  • arthes arthes 15 avril 13:20

    Pour un mal de dos, on va aux urgences ?

    Se faire prescrire quoi ? En dehors d’inflammatoires et une prescription pour une radio.

    Because le toubib de campagne est surbooké ? (et donc considéré comme étant un vil opportuniste ?)

    Perso, j’admire le personnel hospitalier , lequel trime dur, quant aux services urgences, la aussi, je leur tire mon chapeau, ils accomplissent l’impossible dans des conditions qui me font penser parfois à un hôpital de guerre, peu de moyens, peu de places, peu de personnel, mais avec une conscience professionnelle admirable !


  • nono le simplet nono le simplet 15 avril 14:18

    pas de médecin traitant, je ne fréquente que les urgences ... 4 fois en 20 ans, 2 fois sur mes pattes. 2 fois dans le camion rouge qui fait pinpon, ce que j’ai exigé d’ailleurs ... mais quand on fait partie du « sérail » et qu’on se fait reconnaître ça va assez vite et on est bien traité ... 4 fois aussi où seules les urgences pouvaient quelque chose pour moi ...


    • arthes arthes 15 avril 14:56

      @nono le simplet
      Veux Tu dire qu’il n’y a pas de toubib généraliste la où tu vis ?

      Sinon, du sérail ou non, ce sont les urgences très urgentes qui passent en prem’s, en gros c’est en fonction de la gravité, 
      Un mec qui s’est fait une luxation passera avant un mal au dos, et un accidenté grave de la route passera avant les deux premiers, même s’il est arrivé après. 

      Y a t il malaise à rendre hommage au personnel infirmier, hospitalier, et principalement , en l’occurence, au personnel urgentiste dans son ensemble ?

      Ce billet vise à quoi, à se plaindre d’eux ?

      Faut qu’il éclaire Nabum, parce que chouinner pour avoir attendu quelques heures à peine pour un lumbago , ça fait petit capricieux..


    • nono le simplet nono le simplet 15 avril 15:33

      @arthes
      Veux Tu dire qu’il n’y a pas de toubib généraliste la où tu vis ?

      bé si ! je sais même où est le cabinet mais j’ai jamais vu l’intérieur smiley
      et aux urgences je suis passé très vite parce que j’étais plutôt dans les urgences urgentes smiley sinon, je n’y aurais pas été ... je suis parti deux fois contre l’avis des toubibs, enfin, ils étaient réservés ... une fois j’ai fait 6 jours mais là j’ai failli y passer ... mais là encore je suis parti au moins une semaine avant les prévisions du chef de service qui rigolait quand je lui ai dit le jeudi que je voulais partir le dimanche alors que je n’étais pas capable d’aller aux toilettes de ma chambre ...
      pour le personnel ça allait super bien, un des internes jouait au volley avec mon fils et le « boss » était sympa, on a bien rigolé ... seule une infirmière m’a un peu cassé les couilles mais pas longtemps ... elle me disait que je pouvais pas sortir le dimanche, ça ne se faisait pas ... il fallait l’accord de l’équipe du WE ... quand je lui ai dit que son boss avait fait préparer la sortie et m’avait présenté les toubibs du WE le vendredi soir elle a ouvert la bouche ... puis un « ah ... ok ! » ... smiley
      les plus désagréables sont rarement les plus compétents ...


    • Positronique 15 avril 16:17

      @nono le simplet
      Tain le Rambo des hostos a encore frappé. C’est parce que tu te chies dessus devant les blouses blanches que tu veux pas y rester .


    • velosolex velosolex 15 avril 16:51

      @nono le simplet
      Les urgences payent pour le cynisme des gouvernements successifs, qui ont sinistré la médecine de ville, et permis aux pires médecins d’avoir une clientèle abondante. Quelle que soit leur qualité, on se les dispute. Les communes leur font un pont d’or. La Roumanie manque de médecins, tant ceux que le pays a formé s’en vont chercher fortune en..France….Pendant que les fils de bourgeois français s’inscrivent dans les universités de médecine Roumaines, payantes bien sûr, pour poursuivre leurs études, et échapper au numerus clausus….Comment se fait il que l’on nomme pas les médecins sur des secteurs géographiques comme on le fait pour les autres fonctionnaires ?.. Un grand mystère….Urgences donc bondées, personnel stressé, mais néanmoins admirable dans sa majorité. J’ai travaillé assez dans le secteur hospitalier pour en connaitre la difficulté, la violence, les aberrations administratives. L’urgentiste est le bouc émissaire . A moins d’avoir fait une chute grave, car possibles risques d’organe touché, de pneumothorax et fractures, on ne va pas aux urgences pour un lumbago classique. Mais une douleur au dos peut s’apparenter à bien d’autres choses qu’à un lumbago, à un problème cardiaque par exemple, qu’un médecin traitant relie normalement bien plus vite à l’histoire de son patient. La médecine, c’est pas Midas.... Dans le temps, les médecins de ville géraient à peu près tout : Plâtres, sutures, accouchements….La solution serait bien sûr de nationaliser la médecine, d’exclure toute idée de profit du soin. .Bon, j’arrête. Je vais pas en faire des tonnes ; Y a des clients qui attendent..


    • velosolex velosolex 15 avril 17:02

      @nono le simplet
      Aux urgences, on attend, et ça peut durer des plombes ;
      En cas de suspicion d’accident cérébral, surtout ne pas aller aux urgences, mais téléphoner au 15 : Le samu t’enverra de suite au contact du neurologue, qui évaluera, entre autre si c’est d’ordre ischiémique ou hémorragique. Un scanner est indispensable.. :
      Il y a 4h 30 de disponible pour prendre un traitement en perf,, qui dissoudra le caillot, et évitera une vie de légume possible. Au delà ce n’est plus possible. Voilà pourquoi en allant aux urgences certains ont poussé la porte de l’enfer en croyant se sauver. 


    • arthes arthes 15 avril 17:19

      @nono le simplet

      T’es comme moi quoi, urgences quand c’est...urgent, la seule fois où j’y suis allée (pour ma pomme) , ce fut en ambulance, accident de moto.
      En plein été, ambiance « Mash », je me disais que j’étais dans un hôpital de guerre, il y avait des lits de camps partout et tout le monde attendait , moi comme les autres, au milieu des râles..... « rhaaaaa » , ...les murs qui se fissurent, pas assez de matériels, de produits...Des toubibs intérimaires qui font ce qu’ils peuvent....le personnel qui court partout, Parfois sympa, parfois pas de bonne humeur...Harassé des heures et du travail...
      Lol, oh p’tain c’t ambiance.


    • Positronique 15 avril 17:36

      @velosolex
      Ouais c’est çà , et comment tu fais à savoir si t’as un accident cérébral ou cardiaque , quand tu connais rien ??? Tu montes sur ta bicyclette et tu pédales à fond , si tu vois plus rien c’est la tête et si t’as du mal à respirer c’est le cœur.


    • velosolex velosolex 15 avril 17:46

      @Positronique
      Pour L’AVC c’est pas toi qui fera le diagnostic, mais si t’as par hasard un matin la bouche de travers, une élocution difficile une démarche d’alcoolique sans avoir rien bu, ou un des signes classiques que chacun devrait connaitre, et trouvable sur le net, en tapant avc, alors il y a de fortes chances que cela n’a rien à voir avec un cors au pied, et qu’il vaut mieux se bouger le cul et lancer un SOS, à toute fin utile…

      M’enfin chacun fait ce qu’il veut, et considérer que demain est un autre jour. , 

      Pour le vélo, de ce que j’en connais, le danger vient surtout de derrière. 
      Une moto est parfois moins dangereuse pour ses raisons là. 


    • nono le simplet nono le simplet 15 avril 18:06

      @Positronique
      si tu vois plus rien c’est la tête et si t’as du mal à respirer c’est le cœur.

      et si tu as mal au cul c’est que tu as perdu ta selle


    • nono le simplet nono le simplet 15 avril 18:08

      @velosolex
      Bon, j’arrête. Je vais pas en faire des tonnes ; Y a des clients qui attendent..

       smiley


    • nono le simplet nono le simplet 15 avril 18:11

      @Positronique
      C’est parce que tu te chies dessus devant les blouses blanches que tu veux pas y rester .

      bof j’en ai porté une pendant 20 ans ... j’aime pas les hôpitaux parce que j’aime pas être malade ... je préfère être content, parce que d’abord j’aime bien être content 


    • Jeekes Jeekes 15 avril 18:22

      @arthes
       
      ’’ce sont les urgences très urgentes qui passent en prem’s’’
       
      Nan, absolument pas !
      C’est gentil la bien-pensance, mais ça a des limites.
       
      Désolé mais c’est du vécu (et pas qu’une fois).
      Ceux qui passent les ’’prem’s’’ aux urgences c’est ceux qui foutent un max de bordel, du genre :
       
      les clodos bourrés
      les putes défoncées qui se sont fait refaire la vitrine par leur mac ou par un client mécontent de la prestation
      nos z’amis les rom’s qui débarquent avec toute la tribu et qui envahissent les couloirs en braillant à qui-mieux-mieux
      les chances pour la france qui font exactement la même chose
      tcétéra...
       
      Je ne parle pas, bien sûr, des pourriticards, des journalopes, des stars de ceci ou de cela, et autres nantis.
      Eux ne passent pas par les urgences.
      Pour eux la ’’médecine’’ se déplace à domicile.
      En courant, fissa et le p’tit doigt sur la couture du pantalon.
       
      Pendant se temps-là, le rien sans dents peut se tordre de douleur pendant des heures sur un genre de lit de camp souillé et puant dans un réduit crasseux sans que personne ne daigne s’occuper de lui.
       
      Et ainsi va la vie aux z’urgences !
       


    • arthes arthes 15 avril 18:58

      @Jeekes

      Je ne m’exprime pas au nom de la bien pensance mais en fonction de vécu (je n’y suis pas allée que pour moi aux urgences) et, consciente que je vis à la campagne dans une petite ville de province encore trés tranquille..

      Donc, ce que vous dites se surajoute aux problèmes à gérer pour le personnel des urgences, qui fait ce qu’il peut.

      En fait, l’hospitalier en France mériterait un article dédié, de la part des personnes concernées, non pas en tant que malades d’un lumbago ou d’une hernie discale, mais en tant que personnel hospitalier « sur le terrain des urgences ».


    • Positronique 15 avril 19:35

      @nono le simplet
      trop bonne celle là , mais t’inquiètes les engins ou il faut pédaler je monte pas dessus , trop feignant . Je laisse le soin à Velosolex la primauté de la pédale.


    • velosolex velosolex 15 avril 22:32

      @nono le simplet
      Pour ceux qui se méfient de l’allopathique, ils peuvent toujours se soigner en se trempant le cul dans une bassine, la méthode rika zaraï, appliqué d’ailleurs en ce moment aux palestiniens…**

      Quoique avec un lumbago c’est difficile. 


    • Donatien Donatien 15 avril 23:22

      @velosolex
      .
      Nono a mis au point une technique remplaçant la bassine par sa brouette....
      ....
      Mais la partie malade ( la tête) profite mal du traitement.


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 03:31

      @Donatien
      Mais la partie malade ( la tête) profite mal du traitement.

      mais c’est que tu es vachement bon en humour, tu sais smiley


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 04:01

      @velosolex
      Pour ceux qui se méfient de l’allopathique,

      moi je me soigne par le mépris de la maladie ... jusque là ça marche ... mon mépris sera t il vainqueur encore et toujours ? on verra bien ...
      une histoire vraie ... en 2007 je rénovais ma ferme et tout d’un coup je me suis retrouvé avec une vue décalée ... deux images qui ne se superposaient plus ... une, en bas à gauche, une en haut à droite ... très bizarre ... je me suis mis un bandeau sur un œil ... et hop, plus de vision décalée ... 2 ou 3h après c’était fini ... j’ai même pas cherché sur le net ce que ça pouvait être ... c’est revenu une ou deux fois en moins violent et moins long ... même traitement ... par contre ça marche pas pour les fois où j’ai été aux urgences ... quoique ... à la même période j’ai bu une gorgée d’eau oxygénée 300 volumes pour nettoyer les poutres ... par accident bien sûr, bouteille plastique identique à une bouteille d’eau, mal étiquetée, pas d’odeur ... je me suis fait vomir ... quelques minutes de panique ... je faisais des bulles ... pas facile de respirer ... pompiers, Samu, urgences ... je vomissais toutes les 5-10 mn avec des caillots de sang de plus en plus gros ... résultats des centres anti poison ... Bordeaux ... pas grave ...Tours ou Angers, je ne sais plus ... très grave ... mais pour les deux pas grand chose à faire dans un premier temps ...juste des trucs au plâtre ou je sais pas quoi à boire, ce qui me faisait dégueuler de plus belle ...au bout de 3h j’ai dit à l’interne que je ne vomissais plus et que tout allait bien, ce qui était faux ... je suis rentré chez moi où j’ai continué à vomir des caillots de plus en plus gros jusqu’à 4-5h du matin ... puis ça s’est calmé ... deux jours plus tard je reprenais le boulot ... le mépris ...


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 04:19

      @velosolex
      Quoique avec un lumbago c’est difficile. 

      pour les lumbagos le mépris ne marche pas bien ... la dernière fois que j’en ai eu un j’ai été chez un copain médecin qui est spécialiste, pas un chiropracteur mais un autre nom bizarre que j’ai oublié ... une pointure ... des tendons dans le dos portent son nom ... et il remet le disque en place ... jamais je n’irais aux urgences ou chez un généraliste pour un lumbago ... c’est genre pommade sur une jambe de bois ...


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 04:27

      @nono le simplet
      un truc rigolo c’est en Chine, en médecine traditionnelle ...
      le patient payait son médecin tant qu’il était en bonne santé et ne payait pas si il était malade ... certains disent que c’est une légende ... je trouve ça intelligent même si c’est faux ...


    • stef 16 avril 10:03

      @velosolex
      Entre l’allopathique et la bassine à Rika Zarai il y a de la marge 

      Mauvaise foi évidente


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 avril 11:28

      @nono le simplet

      Vous êtes un roc


    • velosolex velosolex 16 avril 14:12

      @nono le simplet
      Question lumbago, je suis bien placé pour en parler. Je suis tombé Vendredi en changeant une ampoule dans mes chiottes, et le dos a cogné sur la cuvette des Wc, juste au dessus de l’os iliaque et à coté de la colonne. Un poil à droite et je me trouvais peut être bien tétraplégique. Une cote flottante cassée, donc, et une grande difficulté à bouger. Mais rien de très grave. Ca s’améliore doucement. Je suis monté sur des toits à dix mètres, j’ai fait de la moto, et je me fais rattraper par une cuvette de WC. Ca fait réfléchir. Quand j’y pense je suis bien passé une demi douzaine de fois juste à coté de la mort. A chaque fois je me dis fais gaffe regarde bien dans tes rétros….Il ne faut jamais rouler plus vite que son ange gardien. Mais notre dame s’est fait avoir...Pour le médecin chinois, ce n’est pas une légende. C’était une pratique habituelle en chine. Les juges étaient soumis eux aussi à cette obligation. J’ai lu dans les aventure du juge Ti, des polars astucieux se passant dans la chine des Ming. A moins que ça soit celle des Tang...En tout cas c’était bien avant Mao. 


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 14:49

      @velosolex
      j’ai beaucoup appris de mes rares déboires de santé ... en peu de temps on peut passer d’une santé insolente à la déchéance physique complète, parfois pour un minuscule grain de sable, le truc bête ... alors je joue le fier à bras mais je ne suis pas à l’abri et je le sais comme le mec qui tombe du cinquantième étage et qui répète « jusque là, ça va ! » ... j’ai eu une côte fêlée, il y a longtemps, au rugby je crois, mais je me souviens que c’est douloureux sans être grave ... surtout ne pas rigoler ni tousser ... promis je ne te ferai pas tousser smiley


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 14:58

      @velosolex
      l’été dernier j’ai passé ma journée dans une nacelle brinquebalante sur les doigts d’un télescopique à démonter une charpente métallique avec un copain plus jeune à 7-8 m de haut au faîtage ... le sol était pas plat du tout avec plein d’obstacles et c’était rock and roll chaque fois que le 3e copain déplaçait la nacelle ... je crevais de peur mais j’ai fait comme ci au début ... et vers la fin, j’étais bien ... enfin, à peu prés ... et cette charpente on va le remonter cet été chez mon copain ... mais là le sol sera plat ... lol


    • velosolex velosolex 16 avril 16:01

      @nono le simplet
      Je me souviens avoir refait le crépis d’une cheminée de trois mètres de haut, à dix mètres du sol, monté sur un toit, sur une autre échelle pour accéder au fait, et m’être rassuré quand j’étais sur la pointe d’un pied avec ma taloche, en me disant que j’étais attaché...En m’apercevant après coup que j’avais oublié de fixé le mousqueton....Souvent les ennuis commencent quand tu n’es plus sur tes gardes, que tu juges que c’est trop facile, et que tu peux faire le truc à l’arrache, sur une chaise bancale, pour changer ton ampoule. Le coup de Schumacher tétraplégique pour une descente en ski après avoir conduit des bolides à 300...Le fait est que si l’on sait qu’on va mourir, on n’envisage pas que ce soit le jour même. Tout de même ma gamelle de vendredi m’a marqué. J’ai cru un moment vu la douleur atroce que c’était le col du fémur, ou pire. D’un seul coup les fondamentaux sont réinitialisés. C’est chouette la vie, tant qu’on peut bouger, courir. Et Carlos Gohn devrait en tôle lire Marc Aurèle. 


    • nono le simplet nono le simplet 16 avril 16:12

      @velosolex
      Souvent les ennuis commencent quand tu n’es plus sur tes gardes
      absolument !


    • Julien S 16 avril 20:54

      @nono le simplet
      .
      Je pense que vous avez bu de l’eau oxygénée à 30 volumes plutôt qu’à 300. A 300 volumes c’est du T-Stoff pour votre Me-163. En un clin d’oeil vous n’auriez plus eu de bouche ni de gorge mais une masse blanchâtre indistincte. 


    • nono le simplet nono le simplet 17 avril 07:36

      @Julien S
      l’eau oxygénée à 30 volumes plutôt qu’à 300

      oui, erreur de ma part, mais pas de la 30, ,de la 130 volumes, concentration pour blanchir le bois, achetée chez un droguiste du coin très connu pour fabriquer lui même un tas de produits mais dans une bouteille pareille à l’eau gazeuse que je buvais à l’époque et à l’étiquette très petite et qui était du côté opposé quand j’ai pris la bouteille ... et ça brûle bien les tissus, lèvres très gonflées avec la peau qui se détache, bouche et langue blanches ... et de la mousse qui me sortait par la bouche et le nez pendant les premières minutes ... à ce moment là j’essayais de respirer pendant que mon fils appelait les pompiers ... perte du goût et de l’odorat pendant une bonne semaine ... sinon, je ne peux pas dire avoir eu mal sauf que vomir toutes les 5-10 mn quand on a le ventre vide c’est pas top ... smiley


    • nono le simplet nono le simplet 17 avril 09:44

      @nono le simplet
      la droguerie Pintoux à Niort


    • Julien S 17 avril 09:56

      @nono le simplet
      .
      Pour votre prochain apéritif il reste l’acide chlorhydrique qui autrefois tuait en un à deux ans par sténose progressive de l’oesophage. Aujourd’hui je pense qu’on fait une plastie.


  • Odin Odin 15 avril 14:34

    Bonjour,

    Si vous avez des problèmes de lombalgie, la prochaine fois, évitez de voir un VRP des labos pharmaceutiques. Les produits allopathiques ne sont pas sans effets secondaires et vous économiserez votre temps.

    https://www.harpagophytum.info


    • foufouille foufouille 15 avril 14:50

      @Odin
      c’est totalement inefficace ton truc.


    • Positronique 15 avril 17:32

      @Odin
      Prends toi 2 comprimés d’UPR et imposition des mains du gourou achlino , radical.


    • Odin Odin 16 avril 10:46

      @foufouille

      « c’est totalement inefficace ton truc. »

      Vous avez raison, l’harpagophytum ne peut fonctionner sur vous, il ne soigne pas l’atrophie du cerveau, j’en suis désolé.


    • foufouille foufouille 16 avril 10:57

      @Odin
      cesse de prendre les gens pour des débiles, cons et sous hommes. j’ai essayé comme des tas d’autres gens et ça ne marche pas.
      sauf pour ta maladie imaginaire.


    • Odin Odin 16 avril 11:04

      @Positronique

      « Prends toi 2 comprimés d’UPR et imposition des mains du gourou achlino , radical »

      Vous devriez prendre un RDV avec lui, peut être qu’il soigne aussi la débilité mentale ? .


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 avril 11:29

      @Odin

      Merci du conseil


  • Xenozoid Xenozoid 15 avril 17:15

    ici au pays bas,oú le client(patient) est au centre des préocupations, les assurances le sont encore plus,tout est découpé pesé vendu,avec un gouvernement qui vois son propre avenir centraal,ils finissent tous dans les banques et les assurances(santé), apres avoir changer les lois,il vous coutera 190 euro pour etre assuré au mini ,sans avoir a payer 400 euro avant,ils appellent cela eigen bijdrag,les maux ont un sens dans le business,et la bouffe reste de la merde,vous n’aller pas a l’hopital pour vous soigner,mais la santé c’est plus que l’hopital et son business

    en 20 ans, on est arrive a 40 florins par mois avec tout remboursement,a 200 euro et plein de petite lettre et autres codes,les soins paramédicaux n’autorise plus le coté social, car 5 minute de café c’est 5 minute de moins pour le bâs de contention du suivant


  • Jelena Jelena 15 avril 18:10

    Plutôt que d’avoir de la compassion pour le personnel médical qui avec des moyens limités, doit rafistoler tous les jours une légion de petits vieux, monsieur se permet de râler car il a louper « le juste prix ».


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 avril 11:31

      @Jelena

      J’ai pensé à un petit vieux placé dans pareille situation

      Vous êtes au dessus de tout ça mon bon ami


    • velosolex velosolex 16 avril 14:26

      @C’est Nabum
      Un tour aux urgences ramène à la modestie humaine. La psychiatrie n’est pas mal non plus dans le genre, comme expérience de mixité sociale. Un voyage qui en apprendrait plus à certains que d’autres aux soi disant bouts du monde uniformisés. . J’ai vu des soi disant agrégés et docteurs redevenir plus humains au contact de la souffrance, de la leur et celles des autres, et aussi des impositions liés à l’incertitude d’un diagnostic, bien plus difficile à établir qu’une théorie absconde !...
      Ne faut il pas faire l’éloge de l’accident au lieu de plaindre ?...Elle nous en apprend davantage sur soi et sur les autres. Je dis cela en connaissance de cause. J’ai vu ma maison suivre à peu près le sort de notre dame il y a trois ans, sauf que personne ne semblait s’en soucier, que ce soit les assurances ou les amis, voisins, etc...Peut être ferais un jour un billet sur cette chose, lié à l’inconfort, et au dénuement, quand tous vos biens ne valent plus grands choses, bouffés par un champignon qui dévore les murs….Un grand déménagement a soldé l’affaire, mais maintenant je me méfie des vieilles pierres
      Et Carlos Gohn ?...Qu’a t’il donc à nous dire, maintenant qu’il vit dans 8 mètres carrés. Mains néanmoins vivant. Versailles est bien loin, les amis, les actions...Presque la déchéance d’un petit vieux, arrivant dans un EPADH, sans ses meubles, avec juste un calendrier des pompiers pour cocher les jours. 


  • Aristide Aristide 15 avril 18:16

    Il ne s’agit pas d’un service d’urgence mais d’un simple accueil de premiers soins dans une clinique privée.

    La différence ? Des obligations strictes sur les personnels, sur les horaires, sur le plateau technique, ... pour des services d’urgence. La quasi totalité de ces services sont dans les hôpitaux, un service apte à recevoir en urgence pour n’importe quelle raison, à n’importe quelle heure, ... et surtout un service capable de mobiliser de multiples moyens humains et matériels pour répondre à de multiples pathologies, accidents, ...

    Ce service d’accueil de premiers soins dans les cliniques, qui ne peuvent plus dire « urgence » sont de toute autre nature. Souvent se limitant à un plateau technique de radiologie et un ou deux médecins qui reçoivent les patients sur une base qui n’à rien à voir avec un service d’urgence. Un peu comme au rayon fromage, premier arrivé, premier servi, ....

    A part cela, la vision éhontée de Nabum sur notre médecine est assez habituelle de ce conteur, une sorte de dent contre tout ce qui porte blouse blanche et plus particulièrement les médecins. Cette histoire de paiement en liquide pour sous entendre une fraude, alors que tous les médecins sont suivis par l’usage de la carte vitale, ... m’enfin .


    • velosolex velosolex 15 avril 22:09

      @Aristide
      On dira que c’est un conte de Nabum. Rosemar sur le même sujet aurait fait des pansements plus propres et léchés, avec beaucoup de phrases à l’interrogatif...Est il normal que ?....« Pensez vous que les urgences remplissent leur rôle ?.. » On remarquera que contrairement à l’éducation nationale, les agents n’ont pas la capacité de faire grève. Ou de façon symbolique, avec un post it « en grève », collé sur la blouse. Comme ces jours ci. Le problème de maltraitance du personnel et des malades a commencé quand le nombre d’administratifs est devenu plus important que le nombre de soignants...Il existe historiquement une vision sacrificielle du soignant. Les premiers appartenaient à l’ordre croisé des hospitaliers, des moines chevaliers qui se s’occupaient des blessés lors des croisades en palestine. Voilà pourquoi un soignant qui prend un coup de poing dans la gueule par une famille aux urgences, verra son cas banalisé, alors qu’un professeur agressé par un élève fera la une, et mobilisera les syndicats, voir déclenchera une grève…« Les incivilités » mènent à des coups de toutes sortes...Fracture, morsures, griffures, lunettes cassées.... A par ça un boulot super qu’on quitterait pour rien au monde. 


    • C'est Nabum C’est Nabum 16 avril 11:31

      @Aristide

      Merci pour les rectifications


  • PUCK 15 avril 18:57

    Vous n’avez pas eu de chance ,on n’attend jamais aussi longtemps dans une clinique digne de ce nom .

    Quand à votre médecin référent , même s’il se fait payer en liquide (?) , la carte vitale est enregistrée par la sécu , donc les revenus aussi ....


  • Donatien Donatien 15 avril 23:41

    @ l’auteur de ce texte infâme

    .

    • Nabum profite de la foule ,trop nombreuse à son gout, des patients dans la salle d’attente pour s’adonner à son vice coupable....

      Revoir ses propres textes....

      mais

      C’est pour mieux baver sur un praticien qui le dépasse , sans aucun doute, sur le plan moral et du dévouement ..... et de très haut.

      .

      • "L’homme, d’après ses confrères, a fait le choix de s’installer dans un quartier défavorisé pour bénéficier durant 5 ans de nombreux avantages fiscaux.
      • Une niche qu’il rentabilise allègrement en faisant tourner les malades dans une salle d’attente jamais assez grande."
    • Comment peut-on tomber aussi bas ?
    • Non ce n’est pas un accident .
    • Nabum choisit ses mots
    • Nabum le fait exprès.

  • UnLorrain 16 avril 12:14

    @ Nabum

    Hihi encore !

    Clap ! Clap ! @ Nono l’homme simple.

    @Velosolex

    Un medeuxseins par ici abusa de sa « plénipotentiairitė »,nombreuses conneries sur nombre de patients,un jour je fus dans ses serres roumaine, anesthésie générale je dû subir pour une très vilaine estafilade au majeur main droite ( non non je ne m’était pas coincé mon doigt dans huum...une forge a cornards ) Bien plus tard,a nouveau confronté au même Boucher, rupture ligaments croisé du genou,ayant vu de vilaines séquelles pour la même opération sur des connaissances, je me sauverais de la chambre mortuaire euuh de l’hosto en devant faire glisser mon pied pour avancer,l’articulation ne fonctionnera convenablement qu’au bout 1 ans et demi....je reglerai le pansement alcoolisé fait a l’infirmerie de ma poche. Nono n’aurait pas fait mieux hihi smiley


  • juluch juluch 16 avril 12:23

    les urgences....cour des miracles.....y aller que lorsque l’on est mourant....

    comment va le dos du coup ?


Réagir