vendredi 26 juin - par nemo3637

Quand la raison tonne en son cratère

Comme beaucoup j'ai regardé sur LCI, ce 24 juin, l'audition du Professeur Raoult devant le commission parlementaire d'enquête sur la traitement du coronavirus.

On connait la passion des débats qu'a engendré la prescription de la chloroquine ! Mais bien des éléments de son discours fait de logique ne peuvent être évacués d'un revers de main.. « Dense et passionnante » dira Eric Ciotti, le député de droite conservateur, rapporteur général de ladite commission,.

L'état sanitaire de la France a fait l'objet d'une critique sérieuse comme l'usage - ou le non usage ! - des tests. Raoult conseille par exemple une meilleure coordination de la recherche avec des centres bien équipés.

Car aujourd'hui l'épicentre de la recherche a changé de continent et se trouve en Chine avec scientifiques et matériels adaptés.

On a malheureusement depuis un certain temps un aperçu des carences de notre système de santé qui se délite malgré le courage des personnels. Où va l'argent ?

Publicité

Le professeur Raoult met aussi en évidence des conflits d'intérets, et bien sûr, ceux impliquant les laboratoires pharmaceutiques. Il met en accusation certaines personnes, évoque les menaces dont il a été l'objet....

Didier Raoult a fait toute sa (brillante) carrière dans le sérail. Et pourtant il y a quelque chose qui fait de lui un révolutionnaire : l'usage de la raison. C'est rare de nos jours ! (voir mon dernier édito « Croyances et savoirs ») Chacune de ses affirmations est étayée, démontrée. Il montre sa valeur scientifique indéniable. Cela l'éloigne de tous les politiciens et on se demande pourquoi il se serait rapproché de Michel Onfray, notre nouveau Georges Valois (1).

Sa prestation ne peut que mettre en rage nos charlots du « théâtre médiatique », comme Roselyne Bachelot, le « célèbre » docteur en pharmacie, ancienne ministre, aujourd'hui animatrice grotesque, bombardée « scientifique » par l' « expert en économie », Pascal Perri. La « compétence » même !

De la Raison ? C'est en politique qu'il en faudrait ! De la Raison et de l'Imagination... Et bien des gens en ont dans ce pays et ailleurs, désirant appréhender l'avenir, sans idéologies, avec Egalité et Justice Sociale. Ils ont des solutions concrètes, mais restent trop souvent, méprisés, insultés, menacés par des forces de répression qui, elles, semblent désolées de voir qu'on ne les aime pas …même quand le sempiternel contrôle de papiers se termine par la mort de l'interpelé !

L'Utopie leur déplait et plutôt qu'un monde nouveau fait d'autogestion, de fédéralisme, ils préfèrent défendre l'irrationnel et le passé ; le libéralisme en binome avec le fascisme.

Publicité

 

  1. Georges Valois ( 1878-1945), créateur du fascisme en France, soutenu par de grands industriels, était passé par les Cercles Proudhon de l'Action Française monarchiste. « Georges Valois, de son vrai nom Alfred-Georges Gressent, était un homme politique français. Recherchant une nouvelle forme d'organisation économique et sociale ainsi que la synthèse du national et du social, il a oscillé entre les radicalités de gauche et de droite. » (wikipédia). Michel Onfray, aujourd'hui en étrange compagnie, comme celle du sinistre animateur raciste d'extrème-droite Eric Zemmour, tente de nous rejouer le même numéro...

 

Nemo3637, le 24/06/2020.



10 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 26 juin 13:12

    auto-gestion et fédéralisme, ça sent le Delors et la CFDT

    c’est ça, l’alternative ?


  • rogal 26 juin 13:17

    « Recherchant une nouvelle forme d’organisation économique et sociale ainsi que la synthèse du national et du social (...) ».

    Bien pire que du fascisme : un véritable national-socialiste ce Michel Onfray !
    Merci, Nemo, d’avoir attiré notre attention sur ce danger et bravo pour l’élégance que vous avez su y mettre.


    • nemo3637 nemo3637 27 juin 12:47

      @rogal
      Merci pour votre compliment.
      Je suis désolé de voir ce que devient Michel Onfray que j’ai souvent admiré et dont je garde aujourd’hui encore

      en mémoire les brillantes « conférences » de l’Université Populaire de Caen. Peut-on espérer de sa part une volte-face salutaire ? J’y reviendrai sans doute...


  • CN46400 CN46400 26 juin 13:50

    J’ai aussi suivi de A à Z cette audition. Après celle de Salomon et avant celle de Karine Lacombe, toute deux axées sur des positions auto défensives souvent confuses, où l’intérêt général est second, on est surpris par la hauteur de vue du professeur marseillais et les explications claires sur son travail.

    Je croyais que comme pour les masques, la France manquait de tests, Raoult démontre que nous avions d’importantes disponibilités qui, sauf à Marseille, ont été négligées, ou laissées à la disposition des pays voisins (Allemagne...), c’est sidérant.

     Il localise les conflits d’intérêts qui ont plombé la lutte contre la pandémie au plus prés des plus hauts gestionnaires de la crise.

     Bref si la critique de cet évènement va très loin, c’est à lui qu’on le devra, tout comme la rénovation de notre système de santé, si elle a enfin lieu.


    • Pere Plexe Pere Plexe 27 juin 12:53

      @CN46400
      Effectivement son audition est d’une limpidité et d’une intelligence rarement vue dans ce genre d’exercice.
      Il faut toute la rouerie d’un Cohen pour ne pas comprendre.
      Si l’efficacité de son traitement est une affaire pointue difficile à appréhender pour le quidam beaucoup d’autres points abordés sont facile à comprendre et constater.
      En particulier les conflits d’intérêts qui minent les institutions et amène à des décisions idiotes.
      Mais aussi les batailles d’ego qui ruinent la politique de santé et résulte d’une organisation en une kyrielle de potentats rivaux complètement dépassée et contre productive.
      Et encore la violence de certains pontes achetés par big pharma qui vont jusqu’à le menacer de manière mafieuse et anonyme.
      Enfin le manque de volonté publique face au défi des pandémies mais plus généralement face aux défis des politiques de santé, que se soit dans les aspects recherches, investissement, prévention, contrôle ou évaluation.


  • xana 26 juin 21:18

    Personnellement je ne parierai pas sur les chances de survie de Mr Raoult. Un accident est si vite arrivé...

    Je n’ai pas l’expérience ni les connaissances pour évoquer les plus et les moins (s’il y en a réellement) de la Chloroquine ou d’autres traitements. ce qui est sûr c’est que ce type raisonne sainement, contrairement aux autres qui sont pris dans des conflits d’intérêt. Et beaucoup de gens sont comme moi : Ils n’y connaissent pas grand-chose mais ils peuvent apprécier, souvent sans pouvoir l’expliquer, la justesse d’un raisonnement.

    C’est pour cela que Raoult plaît au public, et non pas à cause de ses cheveux longs. C’est surtout pour ça que les partisans des vaccins le détestent fondamentalement.

    Non, je ne parierais pas sur sa survie. Qu’il fasse attention en traversant la rue.


    • Pere Plexe Pere Plexe 27 juin 13:03

      @xana
      C’est exactement ça.
      Quand on constate la bassesse des attaques contre l’homme, les incohérences des attaques contre l’hydroxychloroquine et sa soudaine dangerosité, l’étendue du bidonnage de plusieurs études contre ce médoc, la gravité des problèmes de conflits d’intérêts et comment les médias traitent ces sujets, on ne peux que se dire qu’il y a un loup.


  • caillou14 rita 27 juin 07:55

    La chloroquine n’est pas le sujet ce médicament est employé par des milliards d’individus, le problème est la gestion calamiteuse de cette crise par la Macronie et là Raoult met les pieds dans le plat doré de la secte !

    Du début à aujourd’hui, c’est un fiasco total..et les jours qui passent apportent un peu plus de lumière sur cet énorme problème ?

    Ce gouvernement est comme son chef, incompétent, une bande d’amateur venu pour faire du fric sur le dos du peuple pas pour gérer le pays ?


  • CN46400 CN46400 27 juin 15:44

    Comment expliquer l’interdiction de prescrire un médoc, générique, en vente libre depuis des décennies, sinon par l’intervention d’une main anonyme et intéressée ?


Réagir