mercredi 5 août 2020 - par olivier cabanel

Ras le masque !

C’est une polémique qui dure, qui enfle et qui provoque ces derniers temps de l’exaspération, voire de la colère : porter un masque... ou pas ?

Est-il vraiment efficace pour protéger ? Est-il dangereux ?...

Entre ceux qui tremblent d’être touchés par le virus, et qui portent en permanence le masque, et ceux qui commencent à le trouver saumâtre, d’autant que de nombreux scientifiques affirment qu’il n’est non seulement pas très efficace, mais surtout qu’il pourrait être dangereux, les opinions sur le sujet divergent.

J’évoquais des rapports scientifiques sur la question dans un article récent.

J’y rappelais que le masque mal utilisé, soit dans la plupart des cas, il ne servait quasi à rien, car des gestes anodins ruinaient son efficacité, déjà discutable.

La revue « 60 millions de consommateurs » décrypte le tout dans cet article.

Mal ajusté, ou si on le touche, s’il devient humide (par la respiration), si on le porte plus de 4 heures, s’il ne couvre pas totalement le nez ou la bouche... autant de situations qui bloquent son efficacité, déjà limitée.

Quant aux masques « faits maison », « ils ne représentent en aucun cas des protections filtrantes suffisamment fiable », si l’on en croit la SF2H (Société Française d’Hygiène Hospitalière) ajoutant « il n’existe pas de preuves scientifiques de l’efficacité des masques en tissus ». lien

Sans oublier le CO² relâché et aspiré à nouveau par le porteur du masque... ce qui n’est évidemment pas bon pour la santé. lien

Pas étonnant dès lors que certains soient allés jusqu’à manifester dans la rue, sans masque évidemment, et à Berlin, ils étaient 20 000 à le contester. lien

Manifestation d’autant plus significative que nos voisins germaniques sont généralement considérés comme très à cheval sur le règlement.

Mais cette manif berlinoise n’est pas une première... déjà nos voisins outre-Manche ont marché contre le masque, tout comme aux USAlien

Leur mot d’ordre est clair : « je ne serai pas masqué, testé, suivi, ou empoisonné » pouvait-on lire sur une pancarte. lien

Les anti-masques se sont fait connaître aussi à Québec, en défilant sans masque, devant le Parlement. lien

D’autres, moins radicaux, font part de leur incompréhension, lorsqu’une municipalité place une rue en zone « avec masque », alors que la rue voisine permet de n’en pas mettre, et du coup, ils se font un itinéraire des rues « sans masque »...

Quant au choix des préfets, ou des maires, qui décident l’obligation du masque en plein air, on tente en vain de comprendre leurs arguments.

Il faut reconnaître qu’une certaine incohérence s’est invitée dans le débat, si l’on veut bien se souvenir que le ministre de la Santé avait tout d’abord recommandé le port du masque en extérieur, tout en affirmant que le risque d’une seconde vague était pour l’instant inexistant (lien)... c’était le 29 juillet... mais deux jours après, il annonçait autoriser les préfets à prendre des arrêtés rendant obligatoire le port du masque. lien

Ces incohérences, ces contradictions, voire ces mensonges se retrouvent au plus haut sommet de l’état, si on veut bien se souvenir que Macron avait affirmé le 18 mai que « nous n’avions jamais été en rupture de masques »... admettant du bout des lèvres « qu’il y avait eu des manques ». lien

On pourrait aussi s’interroger sur les pratiques adoptées par nos dirigeants, car s’il est vrai qu’ils aiment arborer de jolis masques lorsqu’ils « rencontrent le peuple », il est vrai aussi qu’en privé, il n’est pas rare de les voir discuter sans le moindre masque, et sans appliquer la fameuse « distanciation sociale » dont ils nous abreuvent en continu.

Cette photo, prise fin juillet 2020, montre bien le peu de cas que les membres du gouvernement font des mesures qu’ils ont eux-mêmes décidé.

Et quid de la distanciation du nouveau gouvernement dont on cherche en vain les masques ?

Quant à ceux qui portent le masque quasi en continu, ils s’énervent contre ceux qui « se croient invincibles » au virus, et ne s’interrogent pas un seul instant sur l’opportunité de mettre un masque.

Mais quelques-uns vont plus loin.

Il s’agit par exemple du Dr Nicole Delépine, laquelle a publié le 31 juillet 2020, dans les colonnes de « FranceSoir » une tribune très documentée qui mérite le détour.

Publicité

Elle affirme que l’épidémie est terminée, s’appuyant sur ce graphique officiel.

Extraits : « en mars 2020, nous sommes entrés dans un monde délirant, gouverné par la peur et les mensonges de nos autorités qui font actuellement tout pour prolonger la panique sans justifications médicales réelles »

Elle pose la question qui dérange : « pourquoi les données rassurantes dont on dispose aujourd’hui ne font-elles pas les gros titres ?

A quoi rime cette volonté d’imposer le masque alors que la maladie a quitté le pays, de faire croire aux petits enfants qu’ils ne doivent pas embrasser leurs grands-parents pour les protéger, de rappeler que les restrictions pourraient être réimposées très bientôt sinon à entretenir la panique et s’assurer de la soumission de la population ? ».

« Les citoyens qui mettent en doute l’intérêt médical actuel du masque, des tests et du traçage sont qualifiés d’irresponsables qui menaceraient la santé publique et favoriseraient une deuxième vague ». lien

Elle s’interroge aussi sur la qualité des membres du « comité scientifique », rappelant « qu’il est trop lié aux entreprises du médicament », et affirme : « cette manière d’autoriser un groupe d’experts non élus, peu compétents en médecine clinique et dont les membres ont été recrutés en fonction de critères opaques (...) ce qui témoigne d’une méconnaissance et d’un mépris des institutions démocratiques pour le moins ahurissants qui fait douter une fois encore de la capacité des médias à nourrir le débat démocratique ». lien

La généticienne Alexandra Henrion-Claude exprime dans cette vidéo et sans langue de bois ce qu’elle pense de cette pandémie : « que faut-il penser de la vaccination expérimentée de plus en plus aux 4 coins du globe ?

Les conflits d’intérêt ont-ils ôté la liberté de la science ? » évoquant aussi « la langue de bois des pseudos spécialistes du comité scientifique ».

Quant à Benoit Deshayes, journaliste co-responsable de « l’Internaute.com », il fait le constat : « le 6 mai 2020, les personnes âgées dépendantes résident en Ehpad, représentaient la moitié des morts attribué à l’épidémie en France ».

Ce qui fait dire au Dr Jean-Paul Zerbib : « il y a fort à parier que lorsque l’épidémie sera derrière nous, on se rendra compte que la plupart des personnes décédées sont mortes en Ehpad ». lien

Mais il est impossible de quitter le sujet sans refaire un détour rapide sur la fameuse chloroquine, en proposant le témoignage du Dr Stella Immanuel, de l’hôpital de Houston, (Texas).

Après avoir exercé d’abord au Nigéria, utilisant régulièrement la chloroquine, elle affirme : « nous avons soigné avec l’hydroxy-chloroquine, mais aussi le zinc, et l’azithromycine, plus de 350 patients atteints du covid, certains étaient diabétiques, asthmatiques, d’autres assez âgés (87 ans pour le plus âgé) et pas un seul n’a été perdu ».

Elle ajoute que tous les soignants de son hôpital sont sous chloroquine à titre préventif, et qu’aucun ne porte de masque  : personne n’est tombé malade pour autant, et clairement elle met un doute sérieux sur les études qui critiquent l’efficacité de la chloroquine dans le traitement du coronavirus. Version courte

On pourrait aussi s’interroger sur la censure qui a frappé cette vidéo, que l’on retrouve heureusement sur viméo. lien

Tout cela est très bien expliqué dans cette vidéo parodique.

Laissons la conclusion au Professeur Jean-François Toussaint, lequel comprend les doutes des « révoltés du masque », qui sont porteurs de bon sens, loin d’être des « complotistes abrutis ». lien

Résumons...

Une épidémie terminée... dont on masque la réalité...

Un bilan de morts manipulé...

Des masques sans intérêt... voire dangereux...

Une volonté de prolonger la panique sans justifications médicales réelles...

Comme dit mon vieil ami africain : « si un animal vous dit qu’il peut parler, il ment probablement ».

Le dessin illustrant l’article est de Glez

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Publicité

bas les masques

Un gouvernement de cancres

Fin de partie pour Macron

Un clou chasse l’autre

Delevoye ne voit pas bien

Pas un pour sauver l’autre

En marche ou grève

Est-ce la fin du service public ?

Soldes, tout doit disparaitre

Le meilleur ou bien le pire ?

T’as pas mille balles ?

Le salaire du bonheur

Après le réveillon, le Réveil ?

Merci macron

La langue de macron

Macron, faire le plein avec du vide

Du Macron au micron

Macron vous fait bien marcher !

Méritons-nous un tel mépris ?

Un Macron très sucré

Un hold-up électoral

Le mélange des genres

Macron tend un piège

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni-ni

Lever le mystère Macron

Les bouffons politologues

La politique de l’illusion




Réagir