samedi 5 octobre - par Veronique Prudhomme

Enfin la vérité sur l’Aide Médicale d’Etat (AME) !

 

L’Aide Médicale d’Etat (AME) était créée le 1er janvier 2000 pour répondre à un double objectif : un objectif de santé publique en évitant que des maladies contagieuses et infectieuses ne se propagent sur le territoire français et un objectif humain en permettant à des personnes démunies d’accéder aux soins dont ils pourraient avoir besoin. Son coût a doublé ces dix dernières années, approchant le milliard d’euros. En raison de cette tendance inflationniste qui apparait non maîtrisée, l’AME se trouve au cœur d’un débat citoyen et politique qui doit conduire le législateur à arbitrer sur son maintien ou sa limitation

Or le débat actuel est tronqué en se concentrant de façon exclusive sur l’AME seule et en opposant de façon binaire ceux qui pour des raisons économiques voudraient une restriction du panier de soins et ceux qui ne veulent pas y toucher. 

On voudrait nous faire croire que le seul moyen de baisser la dépense d’AME consisterait à en réduire le panier de soins en offrant par exemple, une couverture maladie aux mineurs, aux femmes enceintes et aux patients nécessitant des soins urgents. Cette allégation est totalement illusoire, tout comme il est totalement illusoire de penser que tous les patients qui viennent en France se faire soigner gratuitement sont tous demandeurs d’obtenir une Aide Médicale d’Etat.

 

Qu’est-ce que l’AME ? pour qui ? Comment ?

L’AME, est un dispositif permettant à des étrangers irréguliers, donc dépourvus de titre de séjour, de bénéficier de soins en étant pris en charge à 100% sans avance de frais. Quand on évoque une prise en charge à 100%, cela signifie que le patient ne paie rien à hauteur des tarifs de la sécurité sociale. Le patient ne paie donc pas les soins prodigués à l’hôpital, excepté s’il reçoit des soins non remboursés tels que la chirurgie esthétique. S’il consulte en cabinet libéral, le médecin est supposé le prendre en charge sans facturer un éventuel dépassement d’honoraire qu’il pourrait appliquer pour d’autres patients (le médecin sera rémunéré à hauteur du tarif de la sécurité sociale).

On entend de ci de là que l’augmentation du nombre de bénéficiaires viendrait du nombre croissant de déboutés du droit d’asile non reconduits à la frontière. Cette allégation occulte un nombre très important de personnes devenues illégales à l’issue d’un simple visa touristique et qui peuvent ainsi prétendre à l’Aide Médicale d’Etat après 3 mois de présence sur le sol français.

Il convient de préciser que les demandeurs d’asile sont considérés comme réguliers sur le territoire et sont ainsi couvertes à 100% avec la CMU (Couverture Maladie Universelle) pendant une durée d’un an. A l’issue de cette période, ils deviennent effectivement éligibles à l’AME s’ils n’ont pas obtenu l’asile.

 

L’AME, pour quoi ?

Stanislas Guerini, avant d’opérer un volte-face et de prononcer des excuses, évoquait que l’AME pouvait financer des prothèses mammaires. Or chacun sait que la pose de prothèses mammaires peut à la fois être indiquée dans le cas d’une pathologie grave, appelée alors une reconstruction mammaire et à la fois s’inscrire dans une démarche esthétique. Seul ce dernier cas n’est pas pris en charge par la solidarité nationale au titre de l’AME. Stanislas Guerini n’exprimait donc pas une information erronée, mais énoncé comme il l’a fait, cet exemple entraine l’indignation générale en laissant supposer que l’indication est d’ordre esthétique.

 

Doit-on limiter l’AME à un panier de soins définis ?

Si l’on parle d’abus, il est tentant d’invoquer une nécessaire limitation du panier de soins, aujourd’hui quasi illimité (excluant en plus de la chirurgie et la médecine esthétique, la procréation médicalement assistée et les cures thermales). Cela reviendrait à prendre en charge financièrement moins de patients qu’actuellement.

Or, cette « solution » n’en est pas une car déplacerait la dépense croissante sur d’autres postes.

Nombreux sont les patients, qui arrivés sur le sol français, munis d’un visa court séjour, se présentent dans un service d’urgences pour finaliser un suivi de grossesse et mettre au monde un enfant ou pour y recevoir des soins parfois lourds et couteux, plus ou moins urgents, sans débourser 1€.

Tous n’ont pas connaissance de l’existence de l’AME, certains voudront l’obtenir parce qu’ils viennent souvent en France ou parce qu’ils voudront y programmer des soins. D’autres n’en rempliront pas les critères d’obtention ou tout simplement ne chercheront pas à en bénéficier puisqu’ils pourront être soignés à partir d’un service d’urgences. Dans ce dernier cas, ce sont les services sociaux de l’hôpital, de concert avec les services financiers qui mettront tout en œuvre pour obtenir une AME pour le patient, afin d’obtenir un financement pour la prise en charge d’un patient.

En vertu des principes d’égalité et de neutralité du service public, un professionnel de santé est tenu de soigner toute personne sans distinction ni discrimination. Ce noble principe qui participe à la fierté de notre système de santé se trouve régulièrement exploité par des patients de toute condition venus recevoir des soins à partir d’un service d’urgences.

En France, la facilité d’accès aux soins est trop souvent synonyme de gratuité, car les services administratifs en charge du recouvrement n’auront quasiment aucun moyen pour obtenir le paiement des factures émises après les soins, à des patients venus de l’étranger. 

Ainsi nombreux soins se trouvent à être qualifiés d’actes gratuits ne sachant ni où, ni à qui les facturer. Envoyer une facture à un patient à l’adresse d’un hôtel, d’une résidence ou chez un tiers est voué à l’échec, tout comme il est extrêmement hasardeux de lui adresser cette même facture à son domicile dans son pays. Une facture de soins adressée dans un pays étrangers (lorsque l’adresse est suffisamment précise) n’a que 5% de chances d’être payée…

Quand une tentative en recouvrement est réalisée sans aboutir à un paiement, la créance s’éteint par une opération comptable nécessitant une budgétisation dans les comptes de l’hôpital.

Ainsi donc, il convient d’ajouter à la dépense d’AME une partie substantielle des soins jamais facturés et des créances irrécouvrables, si l’on veut objectiver le coût global des soins délivrés à des étrangers qui ne paient pas.

Si l’on réduit le champ d’intervention de l’AME ou si l’on complexifie les critères d’entrée dans ce dispositif, on augmente mathématiquement le nombre de soins non facturés et le nombre de créances irrécouvrables par un mécanisme de vases communicants.

Précisons, qu’il est inexact de penser que tous les patients qui viennent en France pour y recevoir ainsi des soins, sont tous dans une situation précaire.

Pour réduire le coût global de ces prises en charge, il convient d’agir à plusieurs niveaux en amont et en aval de la venue d’une personne en France. Les actions possibles sont de plusieurs natures, notamment en amont en assurant réellement un voyageur et en mutualisant le risque, puis en aval en organisant vraiment le recouvrement à l’étranger des factures des hôpitaux français et en développant l’exportation du savoir-faire médical français.

Limiter l’AME à un panier de soins ne serait qu’un coup d’épée dans l’eau ou un formidable coup de communication, réduisant en apparence seulement son coût.

 

Fraude ou pas fraude à l’AME ?

Les chiffres avancés font état d’un infime pourcentage de fraude à seulement 0,06% du montant total de l’AME, représentant moins de 500 000 € ! Ce chiffre est à considérer avec une défiance certaine car l’AME s’obtient à partir d’éléments déclaratifs donc non vérifiables et de ce fait non contestables. De plus, seuls 10% des demandes sont contrôlées.

Ces éléments déclaratifs se matérialisent par une déclaration de ressources sur les 12 derniers mois et une attestation d’hébergement produite sur un papier libre par l’hébergeant d’une personne demandant à bénéficier de l’AME, qui n’engage en rien le signataire.

L’abus ou la fraude dissimulés dans ces déclarations entrent donc dans le cadre légal et ne sont ainsi pas qualifiés de fraude en cas de contrôle … De plus, la facture adressée à la personne qui se sera vue refuser une AME finira très probablement ses jours en créances irrécouvrables…

Où place-t-on le curseur de l’abus ou de la fraude ?

 



71 réactions


  • alexis42 alexis42 5 octobre 12:28

    Vous ne citez pratiquement aucune source et très peu de chiffres.

    À combien se monte la dépense totale, et quel est le nombre de bénéficiaires ?

    Cela permettrait de se faire une idée de la dépense moyenne par bénéficiaire qui, dans leur grande majorité, semblent être des personnes relativement jeunes et en bonne santé pour avoir traversé le Sahara (ou la Syrie-Turquie) et la Méditerranée dans des conditions très difficiles.

    Ce chiffre permettrait de clore le bec à ceux qui sont pour la suppression de l’AME.


    • Julien30 Julien30 5 octobre 13:15

      @alexis42
      Oui il faut leur clore le bec ! Les femmes du monde entier doivent pouvoir continuer à venir chez nous se faire refaire gratuitement la poitrine après un cancer du sein aux frais des Français, non mais !


    • Et hop ! Et hop ! 7 octobre 10:47

      @alexis42

      Il n’y a aucune raison de soigner gratuitement des étrangers, touristes, migrants, ou clandestins en-dehors des soins urgents en cas d’accident ou de crise imprévisible : infarctus, blessure, fracture, crise psychiatrique, infection, rage de dent, accouchement,.. suivis d’un rapatriement gratuit dans leur pays.


    • Ronny Ronny 8 octobre 13:13

      @Et hop !
      Désolé mais il y a toutes raisons de soigner avec notre système de protection ceux qui y contribuent. Donc les étrangers en France, qui travaillent et cotisent et paient des impots doivent y être soignés, soins urgents ou non. Pour les migrants, leur nombre est suffisamment réduit pour que le coût engendrés soit très faibles ; Ils doivent être traités pour tous soins urgents, que leur dossier de régularisation soit déposé ou en cours de traitement. 
      Pour les touristes, je vous signale que la plupart du temps ceux ci sont couverts par des assurances qui prennent en charge les coûts d’hospitalisation. 
      Votre petit discours est finalement assez puant, je trouve ! 


  • paulau 5 octobre 12:36

    Il faut supprimer l ’ AME


  • ZenZoe ZenZoe 5 octobre 13:17

    Un milliard, mazette !

    Quand je pense que Buzyn lâche royalement 750 millions pour la crise des urgences, on se pose vraiment la question des priorités dans ce pays.


    • njama njama 5 octobre 16:14

      @ZenZoe
      La vaccination anti-hpv pourrait à elle seule coûter en 200 à 400 millions d’euros chaque année en France...
      Nous sommes en plein délire


    • paulau 5 octobre 17:54

      @ZenZoe

      A priori elle ne lâche rien. Elle modifie seulement l ’affectation de crédits déjà octroyés aux hôpitaux.


    • ZenZoe ZenZoe 5 octobre 21:06

      @njama @paulau

      Eh ben !!


  • BuSab 5 octobre 14:12

    Rajoutez une ligne budgétaire qui a été ouverte l’année dernière pour l’aide des mineurs isolés : pour une estimation de 50 000 mineurs isolés en France, 2 milliards ont été alloués par an. Soit 40 000 euros par an et par mineur.

    Sympa la France !


    • mmbbb 5 octobre 15:48

      @BuSab c est pour cela que Macron va reduire les retraites les francais sont vraiment des cons 


    • foufouille foufouille 5 octobre 17:11

      @BuSab

      Surtout pour des mineurs de 30 ans....


    • Eric F Eric F 7 octobre 09:58

      @mmbbb
      Les retraités qui ont cotisé toute une vie se voient bloquer leur pension, les APL ont baissé, mais le budget affecté aux demandeurs d’asile (hébergement, allocation...) et aux soins pour les clandestins ne cesse de croître. C’est l’honneur de la France, nous dit-on. Si vous êtes dans la dèche, vous avez tout perdu fors l’honneur.


    • mmbbb 7 octobre 12:53

      @Eric F les francais sont des cons ! que puis-je ? 

      Macron a toutes les chances d etre élu en 2022. 


  • mmbbb 5 octobre 15:47

    « Quand une tentative en recouvrement est réalisée sans aboutir à un paiement, la créance s’éteint par une opération comptable nécessitant une budgétisation dans les comptes de l’hôpital. » cela s appelle une admission en non valeur . Dans cet article tres peu de chiffre In fine on rase gratuit . Ma mutuelle augemente , ect je n ai jamais abuse de ce systeme j ai ete un bon donneur sang plaquettes globales blanc J ai arrête ,ras le bol de ce systeme Si je vais voir un specialiste je devrais encore payer


  • foufouille foufouille 5 octobre 17:08

    Il suffirait de faire payer leur pays. Ou l’on.


    • Et hop ! Et hop ! 7 octobre 10:55

      @foufouille

      C’est ce qui se passait avant.
      J’ai une tante qui avait fait un séjour linguistique à Londres en 1972 et qui avait eu un accident, elle a été soignée gratuitement dans un hôpital public, et ensuite le Trésor Public français avait envoyé à ses parents un avis de créance, justifié par une facture de SM la reine Elisabeth II qu’ils avaient payée.


  • georges jean 5 octobre 17:50

    France de ton malheur tu es cause en partie,
    Je t’en ai par mes vers mille fois averti.
    Tu es marâtre aux tiens, et mère aux étrangers
    Qui se moquent de toi quand tu es en danger,
    Car la plus grande part des étrangers obtiennent
    Les biens qui à tes fils justement appartiennent.

    Pierre de Ronsard

    source : https://sites.univ-lyon2.fr/ReseauxpoetesXVI/data/1560%20Les%20uvres%20III%20-%20Livre%20V%20Elegie%20a%20Guillaume%20des%20Autels.pdf
    ( page3, 155 et suivant )


    • Eric F Eric F 7 octobre 10:18

      @georges jean
      à la première lecture, je me suis demandé si c’était un leurre, mais effectivement ces vers sont de Ronsard (dans le contexte des guerres de religion, où il dénonce surtout la division du pays).


  • caza 5 octobre 19:42

    Comme disent les sans papiers en Guyane «  »La France c’est le seul pays où tu es payé sans travailler«  »

    Les maternités où ont lieu le plus de naissances en France sont celles de Mamoudzou et de Saint Laurent du Maroni

    Les frontaliers Brésiliens et Surinamiens utilisent les évacuations sanitaires d’urgences fréquemment (evasan) en traversant l’Oyapock ou le Maroni pour se rendre sur le territoire français.

    C’est à dire l’hélico avec médecin urgentiste.

    Les besoins sanitaires de ces peuples sont gigantesques

    Tous les sans papiers sont pris en charge médicalement et plutôt très bien

    A ma connaissance le ministère de la santé n’a jamais publié les coûts AME des hôpitaux de Mayotte et de la Guyane(Cayenne et Saint Laurent)

    C’est difficile d’évaluer la population de sans papiers de ces départements (50% ????) et je ne m’y hasarderai pas

    Alors pour la métropole le milliard doit être bien écorné


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 6 octobre 11:39

      @caza

      « A ma connaissance le ministère de la santé n’a jamais publié les coûts AME des hôpitaux de Mayotte et de la Guyane(Cayenne et Saint Laurent) »  

      Pourtant, les droits de l’homme de 1789 qui sont constitutionnels énoncent :

      ART. 14. — Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

      ART. 15. — La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.


  • Veronique Prudhomme 5 octobre 20:12

    La dépense d’AME est concentrée à hauteur de 5% sur la CPAM (caisse d’assurance maladie) de Cayenne sachant que Paris représente 20%, donc 5% d’un milliard d’€ = 50 millions d’€.

    Et là on raisonne sans compter les créances irrécouvrables qui doivent être largement du même montant voire beaucoup plus .....


  • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 08:34

    POURQUOI les retraités qui ont cotisés route leur vie ne bénéficient pas de l’AME et payent pour ceux qui en ont les moyens une mutuelle hors de prix alors que les étrangers venus d’on ne sait ou sont soignés gratuitement , il faut porter plainte contre l’état pour discrimination décidément la France est devenue la Rance .....


    • Eric F Eric F 7 octobre 10:25

      @zygzornifle
      Il devrait y avoir une règle simple : qu’aucun Français ne dispose, dans quelque domaine que ce soit, de moins de droits et d’avantages que ceux qui sont attribués aux non-nationaux, surtout ceux dans l’illégalité. Dans un contexte où il y aurait quelques centaines de « réfugiés politiques », la question serait marginale, mais lorsqu’il y a des centaines de milliers de bénéficiaires, cela devient prépondérant.
      Il devrait exister une « caisse de solidarité » au niveau mondial (*) pour les réfugiés, qui bénéficieraient alors dans tout pays des mêmes prestations.

      (*) au niveau mondial et non pas seulement de l’UE, puisque la provenance est mondiale


    • ZenZoe ZenZoe 7 octobre 11:30

      @Eric F
      Il devrait exister une « caisse de solidarité » au niveau mondial (*) pour les réfugiés, qui bénéficieraient alors dans tout pays des mêmes prestations.

      Peut-être, mais alors je suggère que cette caisse soit alimentée uniquement par les pays de départ, à proportion du nombre de leurs « réfugiés ».


    • Eric F Eric F 7 octobre 13:52

      @ZenZoe
      les pays de départ sont souvent dans le foutoir et quasi insolvables, si déjà les pays qui n’accueillent pas de réfugiés contribuaient financement, ça répartirait les charges. Mais cela ne peut se faire qu’avec un « panier de soins » identique dans l’ensemble des pays d’accueil.


    • foufouille foufouille 7 octobre 16:44

      @Eric F

      leurs ministres et président sont pourtant plus grassement payés que chez nous en nombre de « smic ».


  • colibri 6 octobre 10:13

    La reconstruction mamaire et donc les prothèses mamaires sont donc bien prises en charge dans le cadre d’un cancer du sein , alors que ce n’est pas une urgence vitale mais de l’esthétisme ;

    L’AME devrait être limitée aux urgences vitales , mais pas au suivi de grossesse , opéations bégignes .soins dentaires ...

    et il n’y a aucune raison que les déboutés d’asile profitent de l’AME ou de la CMU . 

    quand nous aurons 30 % de CMU et d’AME et que 50 % des dépenses de secu bénificieront aux étrangers que feront nous ? 

    Il va même arriver un moment ou les français devrons se payer une protection sociale mutualiste à part , car le sécu ne les remboursera plus pour permettre de prendre en charges les soins des étrangers .Est-ce normal ?

    Il y aurait pourtant des réformes simples à mettre en place  :

    les urgences des hopitaux devraient refouler les soins non vitaux comme la prise en charge des grossesses (qui n’est pas une maladie mais une situation physiologique ) , les radios , les soins dentaires , les médicaments , si les patients ne payent pas , et exiger qu’ils payent immmédaitement comme cela se fait dans les cabinets libéraux .

    Les français devraient passer en 1ier .Il n’est pas normal que le patient agé qui habite sa ville depuis des décennies fasse un coma dû a une méningite et attende aux urgences des heures et passent après des illégaux (situation vécue ).

    Dans les cabinets médicaux infirmiers , kiné ou dentaires il arrive que des patients se présentent sans papiers , sans AME , il sont refoulés si leur cas ne relève pas de l’urgence vitale (pour les dents , les bobos ),situation vécue , si le praticien n’a pas le temps et ne peut pas se faire payer , il arrive assez souvent qu’ils reviennent avec de l’argent et payent comme tout le monde .


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 6 octobre 11:32

      @colibri

      Un grand homme a dit : « Laisse d’abord les enfants se rassasier ; car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. » (J.C.)


  • colibri 6 octobre 10:37

    « un nombre très important de personnes devenues illégales à l’issue d’un simple visa touristique et qui peuvent ainsi prétendre à l’Aide Médicale d’Etat après 3 mois de présence sur le sol français.  »

    c’est trop facile à obtenir , il faudrait réformer pour qu’il n’ y est pas de sésame systématique 


    • Et hop ! Et hop ! 7 octobre 10:59

      @colibri

      Non, c’est normal que toute personne séjournant sur le sol français bénéficie des soins d’urgence jusqu’au rétablissement (accident, infarctus, fracture, rage de dent,..) mais rien de plus.

      Ensuite le Trésor Public devrait rapatrier le convalescent et se faire rembourser par son pays d’origine.


    • Trelawney Trelawney 7 octobre 15:08

      @Et hop !
      Non, c’est normal que toute personne séjournant sur le sol français bénéficie des soins d’urgence jusqu’au rétablissement (accident, infarctus, fracture, rage de dent,..) mais rien de plus.
      Je voyage dans beaucoup de pays de part le monde et j’ai une couverture Mondial assistance. Si j’ai un problème de santé, je suis d’office rapatrié en France et si je suis hospitalisé sur place, c’est Mondial assistance qui paie les frais de santé.
      Aucun pays au monde n’a de couverture de type AME.
      Cette AME ne devrait pas être réformée, mais simplement supprimée. 1 milliard dépensé pour soigner les étrangers sur le sol français est tout simplement 1 milliard de trop.
      Cette AME a été mis en place par des imbéciles de socialo-communistes sous prétexte de défendre « l’universalité de l’individu » au détriment de la nation. Comme cette politique n’a que trés peu de de partisans, ils essaient de l’imposer par des créations de type AME ou par des lois européennes visant à réduire le pouvoir national.
      Les défendeurs de l’AME se fichent pas mal du migrant sans papier ou du nabab qui va faire opérer sa femme au frais de l’état. Ce qu’ils veulent, c’est moins d’état et plus de migrants 


    • paulau 8 octobre 11:45

      @Trelawney

      + 1


    • Et hop ! Et hop ! 12 octobre 02:00

      @Trelawney

      Si vous avez un infarctus ou un accident dans un pays étranger évolué, on vous soignerait même si vous n’aviez pas Mondial Assistance.


  • zygzornifle zygzornifle 7 octobre 09:30

    un objectif de santé publique en évitant que des maladies contagieuses et infectieuses ne se propagent sur le territoire français

    Si une pandémie se déclare en France on saura d’ou ça vient , non seulement on paye un « pognon de dingue » pour tous ces « nouveaux citoyens » mais en plus on risque d’en crever , magnifique ce que le couillon Français accepte « de force bien entendu » car on ne risque pas de lui demander son avis ....


    • ZenZoe ZenZoe 7 octobre 11:36

      @zygzornifle
      En effet, cet argument ne tient pas la route et est même tès dangerreux.
      Des tas de Géorgiens viennent en France se faire soigner des tuberculoses résistantes aux antibios. C’est juste une question de temps avant que ces souches ne se disséminent chez nous et sèment la mort comme au bon vieux temps d’avant.


  • Spartacus Spartacus 7 octobre 09:57

    Bon article mis en avant qui change des niaiseries Marxistes habituelles mises en avant régulièrement par la rédaction rouge politisée.

    C’est tellement rare !  smiley

    L’article est intéressant car il montre qu’il y a un problème, mais aussi que la complexité et que les idées simples ou simplistes ne sont pas une solution ..

    La question pose des « morales ».

    -Des soins qui n’imposent en contrepartie aucune obligation aux bénéficiaires.

    -Des soins qui engendreront toujours une inflation de demandes et de coûts par effet d’aubaine. 

    Des réponses démagogiques, entre ceux qui se prétendent « moraux » avec la facilité de dépenser l’argent des autres, et des « réalistes » qui comprennent l’appauvrissement de la société indus par les coûts qui augmenteront toujours qu’on veut culpabiliser.

    Un encouragement à la facilité des gens (ou politiques) a migrer plutôt qu’a encourager sur place la création d’offre de soin correcte.


    • Eric F Eric F 7 octobre 10:31

      @Spartacus
      « ...plutôt qu’a encourager sur place la création d’offre de soin correcte. »
      En effet, la prise en charge des soins pour les réfugiés devrait être mutualisée au niveau mondial, et offerte dans les mêmes conditions dans tout pays. Ceci dit, les « soignants » eux-mêmes viennent souvent en occident où leur rémunération est plus conséquente, et où le numérus clausus a créé des manques.


    • Spartacus Spartacus 7 octobre 11:35

      @Eric F
      Au « niveau mondial »... C’est une utopie qui n’existe pas.
      Déja qu’en France personne n’est égal sur la santé.
      La santé a un coût... L’absence de paiement direct est un leurre qui ne fait pas en prendre conscience.

      Si une personne a des insuffisances rénales dans un pays en développement, ou le salaire moyen est entre 45 et 200€/mois le traitement pour une greffe de rein est de 100 000€ plus 25000€ par an pour les contrôles chaque année....

      Va expliquer à l’artisan Français qui lui a conscience des coûts voit que même s’il ne se paye aucun revenu ou moins que le SMIC il doit au minimum du minimum 1200€ hors mutuelle que son argent est utilisé pour payer la totalité des soins du Malien qui lui n’a jamais cotisé, venu en infraction et qu’a lui on lui rembourse 5€ sur son Inlay dentaire à 800€.
      L’artisan qui lui s’il ne paye pas est poursuivi par le RSI comme le dernier des délinquants.


    • ZenZoe ZenZoe 7 octobre 11:46

      @Eric F
      Il y avait un court reportage l’autre jour sur la Georgie. L’offre de soins y est de qualité aujourd’hui, oui mais voilà, elle n’est pas totalement gratuite pour le patient, qui préfère venir en France.
      Le problème de base est bel et bien la gratuité totale chez nous pour les étrangers, pour le patient et aussi pour le pays d’origine. Même les milliardaires et les chefs d’état étragners ne reçoivent aucune facture et ne règlent rien la plupart du temps, tant le Quai d’Orsay est réticent à froisser des susceptibilités, c’est dire !
      Une caisse mondiale ne changerait rien ou presque, les patients continueraitent sans doute à venir chez nous.


    • ZenZoe ZenZoe 7 octobre 11:56

      @Spartacus
      La situation a aussi à voir avec notre rapport malsain et frileux à l’argent. Réclamer son dû et se faire payer un service est jugé du dernier vulgaire chez nous.
      C’est comme ça qu’on a l’un de plus hauts taux de non recouvrement de créances au monde et qu’une entreprise sur trois qui fait faillite chaque année le fait à la suite d’impayés.
      Mais bon, si notre honneur est sauf...


    • Spartacus Spartacus 7 octobre 12:54

      @ZenZoe
      C’est surement la meilleure idée de piste pour solutionner le problème.
      Supprimer la gratuité totale entraîne une prise de conscience que la santé n’est pas gratuite ni un dû à la terre entière.


    • Xenozoid Xenozoid 7 octobre 13:38

      @Spartacus

      C’est surement la meilleure idée de piste pour solutionner le problème.
      Supprimer la gratuité totale entraîne une prise de conscience que la santé n’est pas gratuite ni un dû à la terre entière.

      faudra payer pour etre malade ?


    • Eric F Eric F 7 octobre 13:47

      @Spartacus

      A l’origine, il y avait gratuité pour les cotisants (sécu + mutuelles). Elle a été petit à petit élargie à des non-cotisants nationaux ou en situation régulière (CMU/CMUC) puis aux gens de passage ou en situation irrégulière. Les cotisanst, dans le même temps, se voient appliquer des « reste à charge » croissants (y compris sur la consultation). C’est le monde à l’envers.
      Les irréguliers sont généralement insolvables, s’il n’y a pas gratuité, il y aura non-recouvrement comme indiqué dans l’article. La seule évolution possible est d’en revenir à la limitation aux soins d’urgence

      Lorsque j’évoquais une caisse de solidarité au niveau mondial, il s’agissait spécifiquement des réfugiés, pour lesquels il existe un haut commissariat dépendant de l’ONU.


    • Spartacus Spartacus 7 octobre 14:33

      @Eric F
      Vous voulez faire du ségrégationnisme de maladies ? 
      Les « bons malades » des « mauvais malades » ?
      Non. C’est pas mieux

      En plus d’être discriminant, ça ne change à l’incitation a migrer pour se faire soigner en France.
      En plus ça crée d’autres problèmes technocratiques, bureaucratiques de définition des maladies, un appel à la fraude, la corruption et la gabegie des abus de diagnostics de complaisance pour faire passer dans la bonne colonne les corrupteurs.

      Il faut en revenir à la désacralisation de la santé et revenir au principe d’assurance et de responsabilité comme jamais il n’aurait du en sortir. Tout simplement.

      Il ne faut pas croire que les migrants sont des abrutis et naïfs et ne comprennent pas le principe assuranciel. Dans tous les pays tu payes le médecin ou les soins. Il suffit de faire ici ce qui se pratique chez eux. 
      Partout sur terre tu payes le médecin et les soins. Il n’y a aucun anti-humanisme a ne pas faire ce qui se pratique partout.

      Les gens comprennent les « incitations ». Fermer la gratuité, c’est fermer une incitation à migrer.

      On oublie de dire que ces gens sont illégaux. Que l’assurance maladie est « obligatoire » pour les Français et c’est payant.

      Le mieux est de faire peser le financement des remboursements des soins des migrants par le volontariat ou le bénévolat et les mouvements associatifs ou fondations caritatives. Un médecin soigne un mourant sans être rémunéré par humanisme et principe.
      Et lui seul peut faire la distinction entre l’humanisme et la réalité. Bien mieux qu’une norme sociale comme AME. 

      La charité, l’humanisme doit être le fait de la société hors l’état. Le problème, c’est que l’AME c’est l’état. Si c’était des associations qui payaient, cela serait bien mieux accepté.


    • Veronique Prudhomme 7 octobre 14:59

      @Spartacus
      Merci Spartacus pour ce commentaire qui fait preuve de discernement. L’inflation non maîtrisée de la dépense d’AME ne se solutionnera certainement pas par une décision appartenant au clan des« pour » ou des « contre » l’existence de l’AME, c’est en effet beaucoup plus complexe et doit être considéré à une échelle bien plus large que ce dispositif.


    • Désintox Désintox 7 octobre 19:06

      @Spartacus
      « revenir au principe d’assurance et de responsabilité »

      Ben voyons ! La sécurité sociale est une abomination car elle reverse en prestations tout l’argent des cotisations.

      Comment ? Une secteur aussi important que l’assurance santé qui échappe au C.A.P.I.T.A.L.I.S.M.E, quel scandale !

      Il ne faut soigner que les riches et laisser crever les pauvres !

      Ah, de bonnes assurances privées, qui pourraient dépenser l’argent des cotisation en publicité et en de juteux dividendes pour leurs actionnaires, voilà ce qu’il nous faut !


    • Désintox Désintox 7 octobre 19:08

      @Spartacus
      « Supprimer la gratuité totale entraîne une prise de conscience »

      Il faut vous attribuer le prix IG.NOBEL pour avoir découvert l’eau chaude ! En effet, le « ticket modérateur » existe déjà depuis longtemps.


    • Spartacus Spartacus 8 octobre 10:16

      @Désintox
      Vous m’expliquerez donc pourquoi ceux qui veulent surtout pas que les autres la mette en cause ont pour eux même des « régimes » spéciaux ?

      SNCF, RATP, EDF par exemple....
      Si la sécu universelle CPAM est si « formidable » expliquez donc pourquoi la SNCF, RATP ou EDF ils en une spéciale ? Pas assez bien pour les castes proches de l’état ?

      Les expatriés ont des mutuelles privées dites agrées au 1er euro, qui remboursent exactement le même pourcentage de la sécu pour les soins pour etre agréé.
      Elles sont tellement moins chère que l’état a fait des lois pour interdire les frontaliers Suisse d’y adhérer par peur de perdre de l’argent.

      Faut il vous rappeler que les « mutuelles » ne versent pas de dividendes ? détruisant votre argument.

      Quand au soi disant « coup de gestion et de publicité plus élevé » des mutuelles est un paradoxe de Simpson qui a déjà été démontré. Les gauchistes répètent en boucle une niaiserie par militantisme et les idiots utiles aiment y croire.

      Comparer des couts de gestion des sécu avec des prestations définies au 1er euro et identiques avec des coûts de gestion des mutuelles complémentaires qui gèrent des prestations individuelles après remboursement sécu et sur le complément au cas par cas est juste une manipulation... Qu’aiment sortir ceux qui ne réfléchissent pas..
      Une sécu officielle comme la MGEN a des coûts de gestion tout aussi conséquent que les mutuelles privées sur la part complémentaire.
      Beaucoup d’affiliés à la MGEN (sécu obligatoire) ne prennent pas l’option complémentaire à leur sécu mais à des mutuelles autres. 


    • Eric F Eric F 8 octobre 10:39

      @Spartacus
      Le ségrégationnisme consisterait à refuser tout soin, il faut donc assurer les « soins d’urgence » pour la protection vitale des personnes et la prophylaxie des épidémies. Mais s’il y a un « paquet de soins » assuré inconditionnellement pour les personnes en situation irrégulière, il doit alors également être assuré sans « reste à charge » pour les nationaux.
      La création de circuits de soins par des organismes caritatif concernerait alors des soins courants hors urgence (dispensaires...)


    • Spartacus Spartacus 8 octobre 11:35

      @Eric F
      « soins d’urgence » est trop indéfini pour être appliqué dans le réel.
      C’est une porte ouverte a des effets pervers.
      Tout passera en soins d’urgence et ne réglera pas le pb.

      C’est un peu comme transposé en droit du travail « faute réelle et sérieuse »...
      Difficile à évaluer et porte ouverte aux montagnes de litiges et procès et de frustrations.

      Ce n’est pas les soins qui doivent être différenciés, mais le financement et la prise en charge et en totalité.

      Si on fait une grosse caricature, c’est comme si avec l’argent de votre assurance voiture on finançais les préjudices des accidents de bateau en mer.
      Vous trouvez cela injuste. Mais vous voulez quand même sauver ces gens car vous êtes humain. Par contre vous admettez qu’une association de sauvetage en mer est la plus a même de mieux gérer cela que votre assurance de voiture.
      Il faut une SNSM des migrants. Payée par les dons, la générosité et non pas par un appauvrissement forcé de la collectivité qui n’est pas concernée.


    • Eric F Eric F 8 octobre 19:08

      @spartacus

      L’équivalent de la SMSN appliqué aux soins des personnes en situation irrégulière serait un réseau de dispensaires caritatifs, mais cela ne pourrait concerner que des soins courants, non des pathologies graves (accident de la route, grand brûlé...). Si des personnes arrivent dans cette situation aux urgences (*), elles seront de toutes façons prises en charge, et se pose effectivement la question du financement. Vous évoquez un financement par des organisations caritatives (**), mais si on veut traiter la question vraiment de manière globale, il me semble que cela devrait être du ressort du Haut Commissariat aux Réfugiés (voire du CICR), avec un financement par péréquation entre états y compris n’accueillant pas de réfugiés. Cela garantirait aussi des soins équivalents partout, et non l’afflux dans certains pays à meilleure taux de couverture. Après ça, des associations privées peuvent financer des soins complémentaires

      (*) Concernant la définition de ce qui relève de « soins d’urgence », les services concernés des hôpitaux le savent, si vous y venez pour un cor aux pieds, ils vous renverront à a médecine de ville.

      (**) quid en cas d’absence ou d’insuffisance de ces associations ?


  • Eric Havas Eric Havas 7 octobre 11:18

     

     

    LA CENSURE DES COLLABOS

     

    « La société multiculturelle multiethniquée est l’assurance-vie ultime de la société ’ouverte’ à notre enculage financier progressiste, aussi devons bien récompenser nos serviles bonniches négrières »

     
    Soros le philanthrope gentil spéculateur sur marché migrant


  • Désintox Désintox 7 octobre 19:01

    Salauds de pauvres !


  • Désintox Désintox 7 octobre 19:17
    • Budget total de l’Assurance Maladie : 190 milliards d’€
    • Budget de l’AME : 0,943 milliards d’€

    Ça fait 0.5% du total. C’est vraiment dérisoire !

    S’en prendre à l’AME, c’est vraiment dégueulasse.

    En plus, on se demande si tout le monde sait compter ici.


  • soi même 7 octobre 21:29

    ( Enfin la vérité sur l’Aide Médicale d’Etat (AME) !) Comme la dictature politique c’est mal, les gouvernants ont changés de paradigme, ils utilisent l’argument sanitaire pour obtenir les mêmes buts, la servitude volontaire.


  • Berthe 7 octobre 23:29

    L’Aide Médicale d’Etat (AME) créée en 2000 ???

    ABSOLUMENT c’est une réforme de l’AMG (Aide médicale gratuite) qui existe depuis toujours... auparavant, c’était géré par l’APHP puisque les soins étaient réalisé en milieux hospitaliers surtout . . ce qui n’existait pas c’était la CMU par contre.Je le sais parce que lorsque c’est tout mon cursus RH, connaissance parfaite du code de la sécurité sociale. Vous écrivez des bêtises.


    • Berthe 7 octobre 23:31

      @Berthe

      ABSOLUMENT

      PAS j’entendais !! et on ne donne pas l’AME à n’importe qui ! elle est destiné a ceux qui n’ont aucune protection sociale, et le plus souvent dans le cadre d’une hospitalisation...


    • Trelawney Trelawney 8 octobre 08:29

      @Berthe
      elle est destiné a ceux qui n’ont aucune protection sociale, et le plus souvent dans le cadre d’une hospitalisation...
      Exact, comme le président malien Ibrahim Boubacar Keita qui a été opéré à l’Hôpital militaire Bégin, à Saint-Mandé (Val-de-Marne),  son homologue ivoirien Alassane Ouattara, ainsi que le Gabonais Ali Bongo Ondimba.

      Tous ont été couvert par l’AME !

      Maintenant vous pouvez haranguer qu’il y a des commissions de contrôle. On sait tous à quoi servent ces organismes


    • Eric F Eric F 8 octobre 10:47

      @Trelawney
      je suppose que vous vouliez écrire « arguer » plutôt que « haranguer » : - )


  • Berthe 7 octobre 23:39

    Re absolument pas....

    Donc vous disiez pas de contrôle ???

    vous ne savez pas dans quel pays vous vivez vous aussi ! c’est fou d’être aussi limite !! Plusieurs institutions ont été créés pour accroître le contrôle de l’État comme :

    • la Mission d’évaluation et de contrôle de la Sécurité sociale (MECSS) ;
    • le Comité d’alerte sur l’évolution des dépenses d’assurance maladie (COMAM)
    • le Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie (HCAAM) ;
    • le Comité national de lutte contre les fraudes (CNLF) ;
    • le Conseil d’orientation des retraites (COR) ;
    • le Haut Conseil de la famille (HCF)

    je vous envoie les adresses ?


  • BA 8 octobre 09:14

    Nous apprenons que Michael Harpon avait des clés USB dans lesquelles il y avait des vidéos de propagande de Daesh, ... et aussi les coordonnées des policiers de la Préfecture de Police de Paris ... Trois questions se posent : 1- Combien y a-t-il de djihadistes infiltrés dans la gendarmerie nationale ? 2- Combien y a-t-il de djihadistes infiltrés dans la police nationale ? 3- Combien y a-t-il de djihadistes infiltrés dans l’armée française ?


    • Eric F Eric F 8 octobre 10:53

      @BA
      et dans son cas, c’était dans les « services de renseignements » (il y a aussi le précédent de M.Merah, qui avait été un temps informateur pour les RG)


  • paulau 8 octobre 11:51

    Cette histoire d ’ AME est en lien direct avec le problème des sans papiers.

    Sur ce dernier sujet je vous invite à lire :

    https://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/le-probleme-des-sans-papiers-46538


Réagir