samedi 26 octobre 2019 - par Monolecte

Guerre aux pauvres

 D’aucuns prétendent que Macron et son administration n’aiment pas les pauvres.
C’est totalement faux  !
J’en tiens pour preuve la constance avec laquelle l’équipe gouvernementale n’a eu de cesse d’en créer toujours plus, n’épargnant aucun effort pour agrandir au pas de charge le bataillon de surnuméraires sommés de passer d’une vie modeste à un mode « survie précaire perpétuelle » et sans espoir d’amélioration aucune.

       Acte 42 des Gilets jaunes, 31 aout 2019, par Serge D’Ignazio

 

La fabrique de la pauvreté

Et cette politique inlassable a enfin commencé à porter ses fruits.

En 2018, 14,7 % des Français — c’est-à-dire 9,3 millions de personnes — vivaient sous le seuil de pauvreté, soit quasiment le même niveau qu’en 2011. Ils étaient 14,1 % en 2017. Sous l’effet de la crise, le taux de pauvreté monétaire avait bondi à 13,2 % en 2008, puis à 14,6 % en 2011, pour redescendre et se stabiliser ensuite autour de 14 %.

Ces ménages vivent avec des revenus inférieurs à 60 % du niveau de vie médian, c’est-à-dire avec moins de 1 050 euros par mois et par unité de consommation. Ce niveau de vie est calculé sur l’ensemble des revenus de la famille après impôts et prestations sociales et divisé par le nombre d’unités de consommation du foyer – une unité pour le premier adulte, 0,5 pour le deuxième adulte ou enfant de plus de 14 ans et 0,3 par enfant de moins de 14 ans. Ainsi, un couple avec deux enfants en bas âge est considéré comme pauvre si ses ressources sont inférieures à 1 050 euros multipliés par 2,1, soit 2 205 euros par mois.

Cette montée de la pauvreté en 2018 est due en grande partie à la baisse des allocations logement (APL) subie par les locataires du parc HLM (en moyenne, 60 euros par ménage et par mois).

En 2018, les pauvres ont été plus nombreux en France, Le Monde, 16 octobre 2019.

Ne doutons pas qu’il s’agit là essentiellement des premiers frémissements des effets observables de la politique très cohérente de l’administration Macron qui n’a jamais fait autre chose que le Robin des bois à l’envers, à savoir : prendre aux pauvres pour donner aux riches. Car les dernières mesures en date ne donneront leurs pleins effets que dans plusieurs mois, voire plusieurs années, comme, par exemple, la réforme de l’assurance chômage qui va énergiquement peupler les rangs de ceux qui vont gratter à la porte du RSA pour tenter de survivre surnager ne pas couler trop vite dans la misère.

C’est bien connu : les pauvres n’ont pas grand-chose, mais ils sont très nombreux  ! Cette maxime au cynisme consommé semble avoir inspiré le gouvernement d’Édouard Philippe pour concocter sa réforme de l’assurance-chômage, destinée à faire près de trois-milliards et demi d’euros d’économies. Dévoilée le 18 juin dernier, ses principales mesures devraient s’appliquer le 1er novembre prochain puis le 1er avril 2020 : durcissement dans l’ouverture du droit à l’indemnisation et réduction du montant de l’allocation pour les plus précaires. Son public cible : les abonnés au CDD, à l’intérim, au temps partiel subi. C’est-à-dire les plus jeunes, les moins qualifiés, les femmes et tous ceux qui s’ingénient à trouver de multiples arrangements pour ne pas perdre leur vie à la gagner.

Au total 1,2 million de personnes sur 2,6 millions de chômeurs indemnisés (avec une allocation médiane qui plafonne à 950 €) auront à souffrir d’un ou de plusieurs effets de la réforme. C’est l’Unédic, l’organisme paritaire gestionnaire de l’assurance-chômage, qui le dit : « Moins de demandeurs d’emploi ouvriront un droit ; pour certains allocataires la durée du droit sera plus courte  ; l’allocation journalière sera plus faible pour les personnes ayant travaillé de manière discontinue. »

En finir avec les chômeurs ?, CQFD, 23 septembre 2019.

Cela dit, le gaillard est modeste et ne souhaite pas que ses mérites dans cette politique de valorisation de la pauvreté s’éventent trop tôt et que son rôle reconnu dans cette inflation de l’impécuniosité lui amène trop de louanges précoces qui blesseraient sa profonde humilité.

Quelques jours à peine après la « journée mondiale de lutte contre la pauvreté » célébrée chaque année le 17 octobre, le gouvernement envisage de supprimer l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (Onpes). Un tel symbole ne pouvait passer inaperçu.

Pourquoi supprimer l’Observatoire national de la pauvreté ?, Libération, 21 octobre 2019

Il est d’autant plus urgent de casser le thermomètre que la réforme de l’assurance chômage qui va entrer en vigueur dans quelques jours va rapidement monter en puissance et transférer un nombre toujours plus important de travailleurs précaires vers les ultimes filets de la solidarité, c’est-à-dire en situation de pauvreté de plus en plus intense et chronique, même en travaillant. De la même manière, les attaques successives contre le régime des retraites n’ont pas tant pour objectif de faire travailler les gens plus longtemps1, mais bien de réduire drastiquement le montant des pensions à servir, ce qui laisse entrevoir une explosion prochaine de la pauvreté des personnes âgées.

 

Pauvreté du plan

La pauvreté est au centre des préoccupations de l’administration Macron. Comme je l’avais rapporté ici, dès le printemps 2018, le gouvernement organisait un gigantesque apéro d’opinions de comptoir sur la question. Et dès l’automne, prestement, il nous pondait la solution.

Taxé de « président des riches » par l’opposition depuis le début de son quinquennat et perçu comme tel par une partie de l’opinion, Emmanuel Macron a dévoilé le 13 septembre 2018 sa stratégie de lutte contre la pauvreté. Trois mois après la polémique suscitée par ses propos sur « le pognon de dingue » que couteraient les aides sociales sans permettre de sortir ses bénéficiaires de la pauvreté, le chef de l’État a mis l’accent sur la petite enfance, l’accompagnement des jeunes et la simplification du système social.

Tour d’horizon des principales mesures de ce plan, chiffré à 8,5 milliards d’euros sur quatre ans.

Plan pauvreté : les principales mesures, Les Échos, 5 juin 2019

Lancer une grosse somme en l’air pour la laisser faire des ronds dans l’eau en retombant fait assurément toujours son petit effet. Sortir la calculette replace généralement les chiffres dans leur juste perspective. 8,5 milliards d’euros sur 4 ans, cela fait 2 ,125 mds par an dont il serait facile de trouver qu’une grosse partie vient probablement de fonds déjà engagés auparavant sur ce budget, car il n’y a jamais d’argent magique pour les pauvres. À titre de comparaison2, la baisse des allocations logement3 a économisé pour 2019… 800 millions d’euros et que les nouvelles règles de calcul devraient dégager dès l’année prochaine un peu plus de 2 mds d’euros  ! Mais quelle coïncidence  !

Mais l’on peut aussi s’interroger sur l’affectation réelle et concrète de ces crédits, arrachés aux pauvres pour aider les pauvres, sachant que pour l’instant, le gouvernement a essentiellement aggravé le problème et cassé le thermomètre qui permettait de s’en apercevoir. Parce que l’argent du plan divisé par le nouveau nombre de pauvres, cela fait 228,50 €… par an et par pauvre, soit 19 €/mois. Comparaison n’est pas raison, mais la suppression de l’ISF a rapporté 6500 €/an en moyenne aux plus riches, avec un cout pour les finances publiques de 4,5 mds d’euros par an… pour l’instant.

Et selon le (déjà) bon vieux modèle du « en même temps » des marcheurs aux manettes, alors que l’on confisque d’une main aux pauvres ce que l’on fait mine de leur donner de l’autre, en même temps, donc, que l’on fabrique des pauvres en alourdissant encore le poids exorbitant du logement sur leur budget contraint, on se dépêche d’aider les nantis… en insistant avec une profonde indécence sur l’inflation immobilière dans les logements de fonction.

Les députés qui louent un appartement à Paris toucheront à partir du 1er novembre au maximum 1 200 euros, contre 900 euros actuellement, a-t-on appris mardi 15 octobre de source parlementaire.

Le bureau de l’Assemblée, plus haute instance collégiale, a acté mercredi dernier cette hausse, « pour tenir compte du niveau élevé des loyers parisiens », peut-on lire dans le rapport des questeurs qui a été validé et qu’a pu consulter l’AFP.

Quelque 240 députés disposent d’une possibilité de couchage dans leur bureau, 51 chambres sont en outre disponibles dans une résidence. Pour les députés restants, les nuitées d’hôtel peuvent être prises en charge partiellement ou bien, si un pied-à-terre est loué, ces frais peuvent être pris en charge sur justificatifs, via la dotation d’hébergement, devenue insuffisante.

Assemblée nationale : les frais d’hébergement des députés à Paris passent de 900 à 1 200 euros par mois, Boursorama, 7 octobre 2019

 

La chasse aux pauvres est ouverte toute l’année

19 balles d’euros, ça parait un peu court pour sortir qui que ce soit de la pauvreté. Mais comme pour la plupart des innombrables plans qui se succèdent depuis des décennies pour soi-disant aider les populations démunies ou les quartiers abandonnés de tous, l’argent si chichement distribué depuis le sommet de la pyramide4 s’évapore mystérieusement bien avant d’avoir pu ruisseler ne serait-ce que sous forme de rosée matinale.

Il serait donc pertinent d’accéder au détail de la manière dont ces 19 €, ce pognon de dingue, vont être affectés à la lutte contre la pauvreté. Prenons donc les plus pauvres, les plus fragiles, ceux qui se retrouvent dans le cul de basse-fosse du RSA5. Le plan pauvreté leur réserve un joli strapontin de 1,04 milliards d’euros… sur 4 ans, soit la somme exubérante de 11,52 €/mois et par personne6, qui n’ira bien sûr pas dans leur poche, mais dans celle des départements sur les budgets desquels est ponctionnée cette solidarité de moins en moins nationale.

Il faut changer l’idée reçue selon laquelle certains concitoyens sont considérés comme « inemployables ». La stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté se concentrera sur la simplification du parcours d’insertion professionnelle des allocataires du RSA.

Plan pauvreté | Investir pour l’accompagnement de tous les allocataires du RSA vers l’emploi, ministère du Travail, 17 octobre 2018.

Faire du travail la seule sortie du RSA ne manque pas d’ironie, alors que dans les files d’attente de plus en plus interminables du sacrosaint emploi salvateur qui protègerait de tout, sauf, justement, de la pauvreté comme en témoigne le succès grandissant de la Prime d’activité, poireautent déjà 6 millions de chômeurs7, sans compter la masse en voie de densification des vieillards chenus qui vont quand même avoir besoin d’arrondir des fins de mois indignes.

On se demande donc à quel genre d’accompagnement vont bien avoir le droit les naufragés de la grande compétition permanente de tous contre tous. L’idée centrale du dispositif à 10 balles d’euros pour les RSAstes repose sur un accompagnement renforcé8 et la signature d’un pompeux Contrat d’engagements réciproques (CER) dont la réciprocité semble — à l’épreuve des faits — particulièrement relative.

Sa référente RSA (une assistante sociale du service social départemental) lui a menti en lui affirmant que rien n’était possible concernant sa dette locative de 300 euros. Pourtant elle a repris le paiement du loyer et remplit les critères de ressources du Fonds de Solidarité Logement (FSL) qui pourrait contribuer au financement de la dette…

Pour toute réponse, la référente RSA lui a proposé de bénéficier des prestations d’une épicerie sociale, ce qui ne correspond en rien aux besoins de Mlle O. Elle n’a pas pris en compte plusieurs demandes et problèmes exprimés, restant évasive quant à la possibilité d’intégrer une structure de l’IAE (insertion par l’activité économique) ou d’effectuer une formation.

Parcours fléché, parcours fléchi

Par contre, des mesures d’insertion ont été imposés à Mlle O. qui enchaîne plusieurs stages prescrits au titre du RSA : tout d’abord un stage d’aide à la recherche d’emploi chez Euridice Partner (qui a lui-même sous-traité ce suivi à Manpower), puis un stage de thérapie comportementale et un autre de mise en situation de recherche d’emploi (par simulations).

En fait, le contrat d’engagement RSA a été rédigé d’autorité par sa référente RSA, sans aucune explication ni discussion.

Insertion, l’unilatéral « contrat d’engagement réciproque » du RSA, CIP-IDF, 20 septembre 2019

En fait, les contrats, dans la start-up nation, c’est un peu comme les promesses, les discours, les slogans, les publicités ou les éléments de langage gouvernementaux : ils n’engagent que les couillons qui ont la faiblesse d’y croire. Et la loi, elle est surtout du côté de ceux qui l’écrivent, l’imposent et la contournent à discrétion, comme en témoigne cette édifiante histoire de détournement du CER par un département en pilote automatique.

Plusieurs Conseils départementaux en France agissent comme s’ils avaient le pouvoir d’imposer unilatéralement des « contrats d’engagements réciproques ».
Or, légalement, ce contrat doit être « librement débattu ».

Plusieurs Conseils départementaux en France agissent comme s’ils avaient le pouvoir d’évaluer forfaitairement et arbitrairement les revenus professionnels d’un artiste-auteur pour servir de base au calcul du montant du RSA versé par la CAF.
Or la prise en compte d’un revenu forfaitaire non perçu pour calculer à la baisse le montant du RSA versé par la CAF est illégale. Le mode de calcul applicable est prévu nationalement par décret et dépend du régime d’imposition de l’artiste-auteur.

Ces pratiques illégales mettent aujourd’hui nombre d’artistes-auteurs dans des situations intenables.

RSA & artistes-auteurs : pour certains départements, soucieux de faire des économies, de la « lutte contre la pauvreté » à la lutte contre les pauvres, il n’y qu’un pas, vite franchi  !, CAAP, 13 octobre 2019

 

Le plan pauvreté de l’administration Macron a le mérite de la sincérité qui émane de la sècheresse de son intitulé : il s’agit bien là d’un plan d’extension et d’intensification de la pauvreté en France et plus particulièrement de la pauvreté laborieuse si chère au patronat. D’ailleurs, depuis son accession au pouvoir, l’administration Macron a été essentiellement occupée à transférer les ressources des classes moyennes et populaires pour les redistribuer sans aucune espèce de conditionnalité à ceux qui ont déjà trop, mais n’en ont jamais assez.

Avec un peu de recul, on pourrait même dire que la feuille de route de l’administration Macron se limite à la mise en place et à l’intensification d’une phase d’accumulation primitive du capital et rien d’autre.

Pour comprendre ce que fait notre gouvernement, il suffit de regarder autour de nous et de se souvenir plus particulièrement du plan Hartz IV et de la manière dont il a permis à l’Allemagne de se doter d’une arme de compétitivité massive sur le marché globalisé, tout simplement en se créant un tiers-monde laborieux à domicile, d’une armée de l’ombre de travailleurs miséreux et pratiquement sans aucun autre droit que celui de trimer au sifflet pour un coup de pied au cul et un héroïque euro de l’heure supplémentaire, le véritable prix du travail selon les aspirations patronales, les seuls qui ont eu le droit de citer dans notre pays depuis que les laquais du Medef ont réussi à berner l’électorat.

Le ruissèlement fonctionne très bien dans ce pays (et les autres), c’est juste que personne n’avait précisé que l’argent a tendance à remonter le courant capitaliste comme le saumon à l’heure de la reproduction.

 

Notes

  1. dans un pays où l’on peine à planquer sous le tapis les 6 millions de personnes en sous-emploi chronique, l’idée de faire bosser des vieillards est parfaitement ridicule  !
  2. et aussi pour se faire une petite idée de la provenance des fonds du plan pauvreté
  3. qui — comme nous l’avons rappelé un peu plus haut — a fortement contribué à l’augmentation de la pauvreté en France et donc à la fabrique de la pauvreté  !
  4. Encore que ce soit le plus souvent du circuit court, l’argent prétendument distribué étant le plus souvent économisé sur les mêmes, par d’autres voies  !
  5. Pour info, le montant du RSA annoncé partout est le montant maximum. Actuellement, c’est 559,74 €/mois pour une personne seule (pour donner une petite idée, c’est équivalent à une quille de pinard pour un menu homard & champagne chez un membre du gouvernement, en frais professionnels…), mais comme il ne faut pas que le pauvre s’encroute dans l’assistanat, il ne palpe pratiquement jamais cette grasse rétribution, presque toujours amputée du forfait logement, actuellement de 67,17 € (le forfait logement est appliqué si vous touchez une allocation logement ou si vous n’avez pas de charge le logement — genre, squatteur ou SDF, bande de gros nantis  !), ce qui nous ramène le RSA à la très indécente somme de 492,57 €/mois  !
  6. Calcul sur la base d’un effectif des maléficiaires du RSA de 1,88 millions de personnes.
  7. souvent en emploi réduit ou employables immédiatement, bien formés et sans problèmes particuliers, si ce n’est que de subir la loi du nombre
  8. vers la sortie  ?


169 réactions


  • Perceval Perceval 26 octobre 2019 09:01

    La prétendue « guerre aux pauvres » en France consiste à leur demander de travailler pour vivre. L’assistance qu’a construit la Gauche depuis 50 ans ne résistera pas à une nouvelle crise financière.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 octobre 2019 10:23

      @Perceval
      L’assistance qu’a construit la Gauche depuis 50 ans

      Erreur, les acquis sociaux sont l’œuvre du Conseil National de la Résistance qui rassemblait tout le monde, sauf les collabos, du PCF à la Droite la plus conservatrice et catholique.

      Quant à la Gauche social démocrate, le capitalisme s’en sert quand la Droite ne peut plus gouverner comme avant. C’est la roue de secours du capitalisme.

      Il peut aussi favoriser des gouvernements de coalition Droite /Gauche, comme en Allemagne, ou avec Macron. Et si cela ne suffit pas, il peut passer à un gouvernement militaire et d’extrême droite...

      Annie Lacroix Riz explique très bien les diverses stratégies du capitalisme dans cette vidéo sur « l’ histoire de l’extrême-droite ».


    • Un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 26 octobre 2019 12:58

      @Fifi Brind_acier

      Sans vouloir être méchant, mais plutôt réaliste, le susdit Perceval serait donc collabos ?


    • TSS 26 octobre 2019 13:38

      @Perceval
      Travailler c’est bien è condition q’uil y ait du travail et que ce travail ne ressemble pas à de l’esclavage sous payé... !!


    • Un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 26 octobre 2019 13:55

      @Perceval

      C’est donc pour se protéger des crises à venir que les plus fortunés et informés de ces dernières s’en protègent par anticipation, accumulant toujours plus d’obscénité et de perversité...heu, pardon, je voulais dire de valeurs et de biens.

      Allons ! Il faut être aveugle ou dans sa bulle ou encore hors-sol pour ne pas voir :

      Ce qui se trame. Présentement, j’insiste.

      Que les valeurs, principes éculés par Macron & co (je reste poli), poussiéreux, gauche, droite...ne sont pas d’actualité.


    • banban 26 octobre 2019 16:16

      @Perceval
      Et dans mon champs de cotons de preference.


    • kirios 26 octobre 2019 17:45

      @Perceval
      « La prétendue « guerre aux pauvres » en France consiste à leur demander de travailler pour vivre. »
      ces cons ! ils croyaient qu’ils pouvaient faire comme les élus .
      pour que les riches soient plus riches, pour que « la représentation nationale » se goinfre ,il faut bien que quelqu’un paye !


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 octobre 2019 19:12

      @un des P’tite Goutte
      Sans vouloir être méchant, mais plutôt réaliste, le susdit Perceval serait donc collabos ?

      Non, il est simplement ignorant de l’ histoire de son propre pays.


    • Le421 Le421 26 octobre 2019 19:49

      @Fifi Brind_acier
      Les communistes étaient des collabos.
      Ben voyons.
      En plus, ces cons, si ils se faisaient prendre, ils étaient fusillés d’office.
      Mon père était résistant communiste.


    • Attila Attila 26 octobre 2019 23:26

      @Le421
      « Fifi Brind_acier
      Les communistes étaient des collabos.

      Ben voyons. »
      Complètement cuit des boyaux de tête, l’aviateur. Même plus capable de lire : où Fifi a-t-elle dit que les communistes étaient des collabos ?

      .


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2019 08:04

      @Le421
      Mon pauvre ami, c’est consternant, mais vous ne comprenez pas ce que vous lisez.... De Gaulle et les communistes ont été les seuls à s’opposer à la construction européenne.

      Donc cette analyse de l’ UPR sur « le PCF et l’ Europe, de 1947 aux années 80 », ne vous concerne pas, vous n’y comprendriez rien !

      Restez-en à Pif le Chien, c’est de votre niveau.


    • Aristide Aristide 28 octobre 2019 09:29

      @Fifi Brind_acier

      Restez-en à Pif le Chien, c’est de votre niveau.

      Vous croyez ? Vous êtes optimiste en général ? A la lecture de l’Avenir en Commun, il s’est plaint de l’absence d’images ....


    • JulietFox 28 octobre 2019 17:23

      @TSS
      C’est noc hein. Pour torcher les vieux (moi dans pas longtemps) il n’y a pas foule.
      1350 roros en travail de nuit, c’est vrai que ça attire les vocations. Ehpad privée, à la cambrousse.
      Et pis monter sur les échafaudages et et les geler l’hiver et griller l’été, pour le smic, ça attire pas non plus...Etc...etc...
      Mais, bien sûr les français sont des fainéants, comme chacun sait
      Ah, un scoop quand même. Au bout de 7 mùois de grève dans les Urges. Micron 1er vient de découvrir qu’il y a un blème. Si, si, c’est France Inter, qui l’a dit. Alors !


  • Old Dan Old Dan 26 octobre 2019 09:17

    D’accord le %age de pauvres a augmenté.

    Mais le %age de très riches aussi, et partout ds le monde.

    Alors on claironne que le PIB moyen s’est accru ds tous les pays grâce à l’économie de marché, à la finance libérale, à la croissance, bla bla...

    ... et certains prêchent pour encore plus de « déréglementation financière » pour gagner encore un p’tit sou supplémentaire, héhé !

    .

    [... sur le dos de qui ? Des déjà pauvres, de la planète, de nos gosses...(GRRRR !) ]


    • Eric F Eric F 26 octobre 2019 19:10

      @Old Dan
      « D’accord le %age de pauvres a augmenté. Mais le %age de très riches aussi... »

      C’est lié en effet : les très riches ont énormément gagné en pouvoir d’achat, ce qui tire le revenu médian vers le haut, et donc augmente statistiquement le nombre de ceux qui sont en dessous de 60% de ce revenu médian. Donc ce qui augmente ce n’est donc pas tant la pauvreté en elle-même, mais les écarts de revenus entre la pointe de la pyramides et le reste de la population.
      Ceci dit, la France reste le pays le plus redistributif du monde, les écarts sont divisés par deux après redistribution, pas du fait des très riches qui bénéficient d’esquives fiscales (dont la flat tax, la mise en société, etc.), mais des moyennement aisés.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 octobre 2019 19:18

      @Eric F
      la France reste le pays le plus redistributif du monde, les écarts sont divisés par deux après redistribution,

      Vous devriez en parler au passé, le modèle social redistributif est dans le collimateur de la Commission européenne. Il est, selon elle, un facteur négatif pour la sacro sainte « compétitivité » . Il va donc passer à la moulinette.

      C’est ce que demande le patronat depuis 1945.

      "Denis Kessler : Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie.

      Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme…

      A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là . Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance... !


    • Old Dan Old Dan 26 octobre 2019 19:40

      @Eric F
      Oui d’accord pour le revenu médian et la redistribution etc...
      Mais la tendance économique « lourde » sur 10-15 ans est à l’aggravation des disparités réelles au nom de la dette, de la concurrence extérieur, de la globalisation des marchés bla bla...
      ... et surtout à cause de la financiarisation hors sol qui supplante l’économie réelle sans que la politique (à court terme) ne puisse agir vraiment. Et l’Europe telle qu’actuelle n’y peut pas grand’chose
      .
      [Pareil pour la santé, l’éducation, l’environnement, la ré-industrialisation... ]


    • Eric F Eric F 27 octobre 2019 23:04

      @Fifi Brind_acier
      En fait, la redistribution globale en France ne diminue pas, mais elle est à répartir entre de plus en plus de personnes de faibles ressources (la baisse du chômage reste très marginale, et les emplois précaires augmentent). Par ailleurs des mesures comme « les 100 euros » concédés fin 2018 suite au mouvement des GJ compense au delà de la réduction des APL notamment. Donc la France reste encore le pays le plus redistributif du monde (avec la Norvège, peut-être).


    • Eric F Eric F 27 octobre 2019 23:18

      @Old Dan
      La réindustrialisation en France nécessiterait deux éléments : une certaine préférence nationale (contradictoire avec l’actuelle réglementation de l’UE), et la baisse des couts de revient locaux pour que les prix restent accessibles au consommateur. Ce deuxième point se heurte à de hauts standards sociaux, et passe par des mécanismes d’emplois partiellement aidés qui ont très mauvaise cote chez nous (style mini jobs ou ein euro job)...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 28 octobre 2019 08:36

      @Eric F
      Vous aussi, vous avez parfois la comprenette difficile....

      Je ne parle pas de ce qui est, mais de ce que le patronat et Bruxelles veulent voir disparaître. C’est à dire, tout le modèle social français.

      C’est d’ailleurs une des vertus méconnues de l’ euro, celle d’empêcher la dévaluation des monnaies.

      Et d’obliger les Etats à pratiquer « une dévaluation interne », en comprimant la masse salariale et « en jetant l’Etat providence aux égouts » .

      « Les ravages sociaux de l’ euro, une stratégie délibérée »


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 28 octobre 2019 08:47

      @Eric F
      Ce n’est pas la règlementation européenne, mais les piliers fondamentaux du libre échange européen : liberté de circulation des capitaux, des marchandises, des hommes et des services. C’est écrit noir sur blanc dans le TFUE, non seulement à l’intérieur de l’ UE, mais avec le reste du monde.

      Pour réindustrialiser, il faut sortir de l’ UE et mettre des quotas ou des taxes aux importations pour protéger les productions françaises, encourager les entreprises délocalisées à revenir produire en France, ou les remplacer, pour y fabriquer des produits durables, donc réparables.

      Ils seront forcément plus chers, en raison du prix de la main d’oeuvre, mais au lieu de jeter, on aura créé des emplois de réparateurs et un marché de l’occasion, comme avec les voitures. Ce qui n’existe plus dans les meubles, l’électroménager ou l’électronique. Ce sera plus écologique que d’encombrer les déchetteries.


  • nono le simplet nono le simplet 26 octobre 2019 09:34

    c’est le ruissellement vers le haut ...


    • nono le simplet nono le simplet 26 octobre 2019 09:35

      @nono le simplet
      mon com s’adressait à Dan


    • Old Dan Old Dan 26 octobre 2019 09:54

      @nono le simplet
      Rires ! J’avais compris. Bien vu...


    • jmdest62 jmdest62 26 octobre 2019 10:15

      @nono le simplet
      Salut Nono
      ça ressemble à ça Non ? smiley

      @+


    • nono le simplet nono le simplet 26 octobre 2019 13:31

      @exol
      moins con tu me ferais pitié ... mais là tu me fais rire smiley


    • nono le simplet nono le simplet 26 octobre 2019 13:32

      @jmdest62
      salut jm
      bien vu smiley


    • foufouille foufouille 26 octobre 2019 13:59

      @exol

      Qu’est ce qui nous dit que tu ne loue pas des taudis pour arrondir ta retraite ?


    • Cadoudal Cadoudal 26 octobre 2019 14:08

      @foufouille
      C’est un petit gars du bâtiment, élargisseur de trottoirs dans les colonies...lol...

      400 millions d’euros ont été investis au Val Fourré à Mantes-la-Jolie pour combattre l’insécurité.

      France 2 a consacré un reportage sur la rénovation urbaine au Val Fourré, diffusé jeudi 5 février dans le journal de 13 heures d’Élise Lucet.

      https://www.youtube.com/watch?v=Rd20yraXH78&feature=youtu.be


    • foufouille foufouille 26 octobre 2019 17:27

      @exol

      Je fais des suppositions comme toi.


    • Cadoudal Cadoudal 26 octobre 2019 18:00

      @exol
      Noir et socialiste, c’est pour ça que je soutiens la brouette...lol...

      Le noir « charbon » qui se rêvait des origines blanches
      Il existe des noirs complexés, traîtres et opportunistes qui ont défendu corps et âme la cause suprématiste des aryens, caucasiens et autres leucodermes, tout en ayant un grand mépris pour la « race » noire.

      http://negronews.fr/culture-senghor-aime-par-la-france-et-traitre-pour-lafrique/


    • foufouille foufouille 26 octobre 2019 19:13

      @exol

      il est con mais je n’aime pas les attaques gratuites sous prétexte qu’il est de la gauche idiote surtout qu’il a pu achété une baraque comme toi à son époque et comme tout le monde qui voulait.


    • Le421 Le421 26 octobre 2019 19:51

      @nono le simplet
      On appelle ça la pratique de l’évaporation.
      Qui a remplacé la théorie du ruissellement !!  smiley


    • nono le simplet nono le simplet 27 octobre 2019 02:25

      @exol
      non moi je l’ai pas acheté , étant moins con que la brouette , je l’ai construite

      pas facile de construire une ferme du XIIIe-XVe smiley
      pour le reste, être défendu par foufouille qui me traite quand même de « con de gauche » contre bébert qui me traite régulièrement de « con de gauche »

      ... on entre dans la quatrième dimension smiley
      « humour de faux cul avec des petits smileys pour que ça glisse » ... j’adore ... le smiley c’est le suppositoire de l’humour  smiley
      Ax c’est magique smiley smiley


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 27 octobre 2019 02:46

      @nono le simplet

      Pour Foufouille ...XIIIe XVe c’est pas des arrondissements...lol dodo


    • Aristide Aristide 27 octobre 2019 09:50

      @nono le simplet

      pas facile de construire une ferme du XIIIe-XVe 

      En dehors des murs et encore, une ferme du XIIIe-XVe est à REconstruire, toiture, sols, menuiseries, électricité, eau, etc ... Même rénovée auparavant,c’est d’ailleurs les chantiers les plus difficiles, conserver ce qui en vaut le coup ou peut l’être et reconstruire, aménager sans perdre l’âme de cette ferme.

      Et pourtant, à coté de chez moi, une ancienne ferme totalement en pierres apparentes, rénovée dans les années 60-70 en style néo-provençal, été vendue et totalement réhabilitée. L’architecte qui a fait cela est un vrai « génie », sans ironie. Il a laissé cette maison en pierres dans ce style provençal revu corrigé, génoises, huisseries de style anciens, volets bois à écharpe et persiennes, ... le must a été l’agrandissement avec une partie adjacente contemporaine, un gros cube, un toit plat, enfin un style épuré, de grandes baies, du métal, ... ce contraste saisissant est assez époustouflant. Je ne sais pas le prix mais ... vu ce qui a été fait autour dans les jardins, réfection piscine, pool house, ... cela a du douiller.


    • nono le simplet nono le simplet 27 octobre 2019 14:22

      @exol
      Mais j’aime bien t’allumer , tu pars au quart de tour. Aller je te fais la bise fraternelle , mais vas pas te faire des idées non plus.

      ne pas te répondre de temps en temps serait ... désobligeant ...
      ma vie depuis 3 semaines, c’est rugby et champignons et je me régale ...
      46 kg de cèpes ... jamais vu ça en plus de 20 ans dans le coin ... mon record datait de 2016 avec 22 kg ... mais de août à novembre ... presque rien en 2017 et 2018 ... j’en ai donné et fait 42 bocaux de 330 et de 250 ... on les trouve à 25 € le kg ...

      les meilleurs coins en Lozère


    • Attila Attila 27 octobre 2019 16:51

      @alexis42
      Il les a remplacés par : fachos !

      .


    • Aristide Aristide 28 octobre 2019 06:52

      @nono le simplet

      46 kg de cèpes 

      Vous vous asseyez sur la réglementation qui limite à 5 litres par jour la cueillette sur le domaine public, bien sur dans les zones privées c’est interdit.


    • nono le simplet nono le simplet 28 octobre 2019 06:57

      @Aristide
      la réglementation qui limite à 5 litres par jour la cueillette

      sans parler des bouteilles consignées ...


    • Aristide Aristide 28 octobre 2019 08:03

      @nono le simplet

      Et oui, 5 litres, soit à peu près 3kg , 3,5 kg, assez loin de votre pillage de sous-bois dont vous vous vantez ici. C’est la loi, code forestier

      Le fait, sans l’autorisation du propriétaire du terrain, de prélever un volume inférieur à 10 litres de champignons, fruits et semences dans les bois et forêts est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe. Toutefois, dans les bois et forêts relevant du régime forestier, sauf s’il existe une réglementation contraire, l’autorisation est présumée lorsque le volume prélevé n’excède pas 5 litres.

      C’est bizarre de retrouver chez vous cette disposition consistant à vous asseoir sur les lois quand cela vous arrange ... 


    • nono le simplet nono le simplet 28 octobre 2019 08:48

      @Aristide
      je vais peu dans les forêts domaniales et tu ignores si j’ai demandé l’autorisation aux propriétaires, monsieur le procureur de mes deux !


    • nono le simplet nono le simplet 28 octobre 2019 08:54

      @nono le simplet
      ça me rappelle une fois ... il y a longtemps ... avec mon beau père où un mec a tiré un coup de fusil en l’air et s’approchant, fusil à la main nous a engueulé de ramasser des champignons dans « son » bois ... sauf qu’on venait de boire le café chez la propriétaire du dit bois ... il s’est retrouvé tout con ... et encore plus quand mon beau père lui a dit être colonel ...


    • nono le simplet nono le simplet 28 octobre 2019 08:57

      @nono le simplet
      de plus je n’ai jamais vendu un champignon de ma vie ... mais offert beaucoup, frais comme en conserves ... pas plus tard qu’hier soir d’ailleurs ...


    • Aristide Aristide 28 octobre 2019 09:16

      @nono le simplet

      Le procureur de vos deux ? Vous faites un concours de couilles avec le gonfleur d’hélice qui se croit insoumis ...

      Quand à l’autorisation des proprios, vous avez repéré cela sur Google Earth, alors vos excuses pour ce vol sont assez fumeuses ....Voilà ce que vous avez écrit

      « matinée de folie hier avec mon fils dans un grand bois isolé de 4-5 ha repéré sur google .  vendredi j’avais fait une première exploration rapide ... 6 kg ... hier ... 30 kg de cèpes (cèpes de Bordeaux à chapeau très clair) en 4 h avec un bon tiers de jeunes cèpes ( 24-48h) ..  »
      ,


    • nono le simplet nono le simplet 28 octobre 2019 09:28

      @Aristide
      il se trouve qu’on peut aussi trouver le nom des propriétaires ... et il se trouve qu’ils habitent à côté du « dit bois » et qu’ils ne ramassent pas les champignons ...
      tu veux leur nom et leur adresse ?


    • Aristide Aristide 28 octobre 2019 09:32

      @nono le simplet

      Et la marmotte ....

      Ah le pipeauteur, vous cachez pas derrière votre doigt ... vous ne trompez personne.


    • nono le simplet nono le simplet 28 octobre 2019 10:02

      @Aristide
      Ah le pipeauteur, vous cachez pas derrière votre doigt

      argument de grande qualité basé sur une connaissance tangible des faits et des gens ...franchement, l’image que tu veux donner ici ne correspond pas vraiment à ce genre de commentaire diffamatoire ...
      en gros, t’en sais rien mais tu ouvres quand même ta gueule ... tu supputes (en un mot comme en deux) smiley


    • nono le simplet nono le simplet 28 octobre 2019 10:11

      @exol
      j’adore les cèpes panés , miam un délice.

      je connaissais pas ... j’essayerai ...
      m’a énervé l’autre blaireau en me traitant de voleur, j’en ai eu une bouffaïsse, comme on dit chez toi smiley
      y doit m’imaginer en tenue de camouflage, rampant dans les bois ...


    • Aristide Aristide 28 octobre 2019 10:21

      @nono le simplet

      Argument qui vaut autant que votre affirmation oiseuse sur les propriétaires d’un terrain qui habitent à coté et qui ont donné à un inconnu le droit d’aller dans une bois de 200 mètres sur 200 mètres pour cueillir des dizaines de kilos de champignons qui représentent quelque centaines d’euros. 

      Quand on sait comment les ruraux protègent à juste titre leurs biens, cette fable simplette vous sied comme une moufle ...

      Chez nous, les mêmes nonos arrivent par bande dans des camionnettes dans les bois autour des cols de Turini, de Tende, Valdeblore, ... et pillent les espaces privés et les forets domaniales. Aprés leur passage, les locaux et propriétaires n’avait plus rien ...


    • Aristide Aristide 28 octobre 2019 10:31

      @exol

      pareil pour les mecs qui bossent au noir ,

      Ah non, vous n’allez pas l’accuser d’utiliser sa brouette sans déclaration à l’Urssaf, 

      les gens qui se bougent le cul sont respectables

      Lui c’est plutôt le cul dans sa brouette 


    • nono le simplet nono le simplet 28 octobre 2019 11:01

      @Aristide
      Chez nous, les mêmes nonos arrivent par bande dans des camionnettes dans les bois autour des cols de Turini,

      une bande de nonos ?  smiley
      moi j’y vais seul ( la plupart du temps) mais avec une moissonneuse batteuse ... smiley
      PS : je ne suis plus énervé ... mais j’avoue que si tu avais été en face de moi ce matin tu prenais un pain ... de gauche ...
      et ici on n’est pas dans une région de champignons comme dans le sud ou en Corrèze ou en Dordogne ... la plupart des gens ne les ramassent pas, ne les connaissent pas et ne les mangent pas ... et pour ce qui est de la vente il faut des circuits organisés, des ramasseurs, des collecteurs qui passent une ou deux fois par semaine avec des camions réfrigérés ... le cèpe, comme la plupart des champignons, est très fragile et nécessite un traitement rapide ... les ramasseurs ramassent tous les jours et seulement les jeunes, les nettoient et les mettent au frais en attendant le camion de ramassage qui passe à jour fixe ... aucun circuit de ce genre en Vendée ... les quantités sont trop faibles pour être rentables ... les champignons qu’on trouve en grande surface ou sur les marchés viennent du sud de la France ou les circuits sont organisés depuis des lustres ...
      alors ton histoire de « bandes de nono » est une fable que tu as la faiblesse de croire, une fable d’un mec de la ville ... comme d’autres fables d’ailleurs ...


    • foufouille foufouille 28 octobre 2019 12:07

      @nono le simplet

      vu le prix au kilo du champignon, c’est rentable surtout non déclaré.

      Personne n’attend le camion, le voleur de champi les apporte au revendeur ou les revend sur les brocantes et petits marchés.


    • nono le simplet nono le simplet 28 octobre 2019 12:22

      @foufouille
      le voleur de champi les apporte au revendeur ou les revend sur les brocantes et petits marchés.

      lol, toi aussi tu inventes des histoires ... le « revendeur » il faut le connaître et sur les marchés sans patente et contrôle sanitaire tu tiendras pas 10 minutes ...


    • nono le simplet nono le simplet 28 octobre 2019 12:32

      @foufouille
      un gars que je connaissais a essayé, il y a quelques années de faire le tour des fermes en Corrèze pour acheter leur récolte et la revendre à Bordeaux ... personne ne lui a vendu un seul champignon ... de toutes façons personne ne les lui aurait achetés ...

      c’est un milieu très fermé ...et si quelqu’un s’amuse à doubler les autres ça se sait très vite et il est tricard ...
      quelques kg, je dis pas mais 20-30-50 kg c’est impossible à vendre sans être dans la filière ...


    • JulietFox 28 octobre 2019 17:28

      @exol
      Ayé, t’as encore vomi. !


    • JulietFox 28 octobre 2019 17:31

      @nono le simplet
      Le niveau s’élève sur Agoravox !


    • foufouille foufouille 29 octobre 2019 09:04

      @nono le simplet

      chez toi c’est certainement vrai mais pas dans d’autres départements.


    • nono le simplet nono le simplet 29 octobre 2019 09:13

      @foufouille
      chez toi c’est certainement vrai mais pas dans d’autres départements.

      je sais même pas de quoi tu parles, qui est par ci mais pas par là ...


    • nono le simplet nono le simplet 29 octobre 2019 09:14

      @nono le simplet
      ... qui est vrai ...


    • foufouille foufouille 29 octobre 2019 09:41

      @nono le simplet

      pour les champignons .......

      et même en ville, c’est toléré sur un marché au moins en petite quantité comme pour les oeufs sans date, légumes du jardin, poule vivante.


  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 octobre 2019 10:09

    Voilà que ça couine du côté de la Gôooche !?

    Fallait pas voter pour des candidats européistes ! Car l’essentiel des mesures prises par Macron, sont l’application des Traités européens, résumée chaque année par la feuille de route de la Commission européenne.

    Les impôts des pauvres servent même à recruter des fonctionnaires européens qui suivent jour après jour la mise en place des réformes demandées. 
    Ce sont eux les véritables maîtres de la France.

    Quand allez-vous vous décider à quitter l’ Union européenne ? Car il y a de l’hypocrisie à pleurnicher sur les pauvres, tout en s’accrochant à l’ UE fabriquée pour les plus riches.

    « Débat entre François Boulo et l’ UPR »


    • cettegrenouilleci 26 octobre 2019 13:32

      @Fifi Brind_acier

      « Il y a de l’hypocrisie à pleurnicher sur les pauvres , tout en s’accrochant à l’UE fabriquée pour les plus riches ».

      Tout à fait d’accord avec ça. Cette petite entourloupe est de mieux en mieux perçue par les Français.

      L’abstention de plus en plus massive montre l’étendue de la déception des salariés, des couches populaires et de l’électorat (de gauche, en particulier) vis à vis des forces politiques et syndicales qui prétendent les représenter et défendre leurs intérêts .

      Le mouvement des gilets jaunes montre la colère de nos concitoyens et le fait que la coupe est pleine, qu’ils n’en peuvent plus, qu’ils sont excédés et que ça ne peut plus durer.

      Il reste à trouver le chemin qui nous permettra de retrouver notre démocratie et donc, nécessairement de sortir de l’UE, de l’euro et de l’Otan.
      C’est essentiellement l’affaire du peuple avant d’être celle des professionnels de la politique dont les Français se méfient à juste titre.

      La résistance et la contre-offensive qu’il convient d’organiser passeront vraisemblablement tôt ou tard par la case élections, celles qui sont prévues par les institutions et, sans doute davantage, celles qui ne le sont pas.

      Le travail de ré-information et d’éducation populaire conduit par l’UPR pour aider notre peuple à comprendre ce qui lui arrive, pourquoi, avec la complicité de qui, pour démystifier l’Union Européenne, l’euro et l’Otan et les montrer tels qu’ils sont (des outils pour asservir le peuple et détruire la nation) est exemplaire, efficace, nécessaire et mérite d’être salué et encouragé.

      Mais les batailles électorales ne sont bas le B.A / BA de la lutte politique et ne sauraient suffire à faire advenir les changements radicaux que nous désirons, à commencer par la sortie de la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

      On ne saurait terrasser l’ ennemi redoutable qu’est l’oligarchie euro-atlantique en utilisant seulement les joujoux qu’elle veut bien nous autoriser à utiliser dans un simulacre de démocratie dont les règles sont définies par des tricheurs qui, eux, les piétinent sans vergogne chaque fois que cela les arrange.

      La souffrance, la colère, la révolte, la résistance organisée, la contre-offensive nécessaire ne sauraient se laisser enfermer dans un calendrier électoral en déphasage complet avec la réalité des défis auquel la France et les Français sont confrontés, et avec les idées qui circulent de plus en plus dans les têtes de nos concitoyens et en particulier dans les têtes de tous ceux qui souffrent.

      L’UPR, comme les autres forces politiques qui aspirent à libérer le peuple français des forces qui l’oppriment, doit s’appliquer à coopérer avec tous les acteurs des changements espérés.

      De ce point de vue, les contacts, les échanges, les débats organisés avec les Gilets Jaunes, avec les salariés en lutte pour la défense de leurs revendication ou pour la survie de leur entreprise sont extrêmement précieux et enrichissants. Mais, pour avancer vraiment, ce travail doit être démultiplié. Il faut changer d’échelle et nous appliquer à mettre toujours plus largement les outils de l’UPR entre les mains du peuple car c’est lui, et lui seul, qui est en capacité de mener à bien la résistance et la contre-offensive nécessaires sans se laisser enfermer dans les pièges « démocratiques » où le pouvoir en place les cantonne habituellement.

      Pour relever ces défis, peut-être est-il nécessaire de modifier quelque peu notre façon de conduire la bataille politique et aussi nos règles de fonctionnement...

      Bien cordialement.

      G.J.


    • Fergus Fergus 26 octobre 2019 13:35

      Bonjour, Fifi Brind_acier

      Encore une fois, ce n’est pas l’Union européenne qui est en cause, mais la domination de ses instances par la droite néolibérale !!!

      Autrement dit, hors UE, la majorité des pays de l’UE conduiraient  à l’image de la France  exactement le même type de politique antisociale !


    • Attila Attila 26 octobre 2019 14:04

      @Fergus
      Autrement dit, à l’intérieur de l’UE, même si les électeurs votaient massivement pour une autre politique, c’est la politique néolibérale de l’UE qui s’applique car les traités européens verrouillent tout.

      .


    • Cadoudal Cadoudal 26 octobre 2019 14:15

      @Fifi Brind_acier
      Y a le PS et tous les partis colonialistes qui vont bientôt militer pour le Frexit...lol...

      La « honte » de Glucksmann après le rejet par l’UE d’un texte humanitaire sur les migrants

      https://www.huffingtonpost.fr/entry/la-honte-de-glucksmann-apres-le-rejet-par-lue-dun-texte-humanitaire-sur-les-migrants_fr_5db1c052e4b0131fa99afb42


    • Un des P'tite Goutte un des P’tite Goutte 26 octobre 2019 14:31

      @cettegrenouilleci

      Waouh ! Chapeau bas à vous, cettegrenouille.

      Plus prosaïquement, merci.

      Je l’ai déjà écrit à l’UPR, et connaissant, vivant avec des pauvres comme avec des moyennement riches, je sais qu’il y a un travail de com. à poursuivre : la retraitée employée, ouvrière, accède aux 5 actus, mais ne se lancera pas dans la vidéo d’1h1/2 voire le meeting de 4h et +.

      Il faut découper ou « sommairiser »- créer des liens pour accéder dans la vidéo à tel thème choisi à l’avance.

      Cordialement (oh ça me fait penser, j’ai oublié : s’ils lisent : Perceval, Oncle Archibald) :

      Cordialement, de même.


    • Fergus Fergus 26 octobre 2019 16:34

      Bonjour, Attila

      « les traités européens verrouillent tout. »

      Pas d’accord : ils verrouillent tout sur la forme, pas sur le fond !

      Ainsi, l’on s’accorde  à juste titre  à dire que ce sont les Gopé qui induisent la politique économique des états membres.

      Or, s’il y a obligation pour l’UE d’imposer ces Gopé aux états membres, rien ne dit que ces orientation doivent être libérales  ! Elles pourraient parfaitement être à dominante sociale si le Conseil de l’Union européenne était dominé par la gauche !!!


    • CRICRI59 CRICRI59 26 octobre 2019 18:55

      @cettegrenouilleci
      Sur les élections

      https://www.facebook.com/christian.ple.1/posts/1415603941832343
      a visionner De Gaulle et la constitution

      Bonjour il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nul, vierge et les abstentions, c’est comme cela que macron a été élu avec moins de 20% des inscrits, nous somme dans une république bananière


    • Attila Attila 26 octobre 2019 19:18

      @Fergus
      Une politique de gauche rien qu’avec l’article 63 du TFUE ?
      Dans le cadre des dispositions du présent chapitre (Chapitre IV- Les capitaux et les paiements), toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.
      "La logique européenne aurait été de dire : un état peut se délocaliser librement vers un autre pays membre ainsi les deux états profitent de ce mouvement de capital dans une logique gagnant-gagnant. Or, l’ajout de la mention « pays tiers » signifie qu’il peut s’agir de n’importe quel pays au monde. Donc, non seulement l’État perd les emplois que l’entreprise a délocalisés mais elle perd une seconde fois, puisque la production va revenir dans l’État avec un prix plus compétitif par rapport aux autres entreprises. En conséquence, les bénéficiaires de la procédure ne sont ni les États européens, ni la population mais bien seulement l’entreprise. "
      L’Article 63, un article qui mérite l’attention.

      .


    • Eric F Eric F 26 octobre 2019 19:25

      @Fergus
      C’est du reste une tendance mondiale et pas seulement dans le cadre de l’UE, ainsi la Suisse et la Norvège qui ne sont pas dans l’UE appliquent à peu près les mêmes orientations socio-économiques, mais le pactole est plus gros parce que l’un bénéficie de ressources pétrolières, et l’autre a un système bancaire qui draine l’argent des plus fortunés (aucun des deux ne souhaite partager au sein de l’UE).


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 octobre 2019 19:32

      @Fergus
      Or, s’il y a obligation pour l’UE d’imposer ces Gopé aux états membres, rien ne dit que ces orientation doivent être libérales  ! Elles pourraient parfaitement être à dominante sociale si le Conseil de l’Union européenne était dominé par la gauche !!!


      Vous vivez toujours dans vos illusions.
      Les Socialistes ont été majoritaires dans l’ Europe des 12.
      Non seulement ils n’ont pas changé une virgule aux Traités, mais ils ont voté tous les Traités qui ont aggravé la situation.

      Et vous oubliez que la Commission européenne, non seulement est à l’initiative des lois, mais elle est chargée de vérifier leur application, et en plus elle est la gardienne des Traités. Il est arrivé que les Chefs d’états soient contre l’avis de la Commission, elle est passé outre.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 octobre 2019 19:35

      @un des P’tite Goutte
      Les adhérents à l’ UPR qui participent aux manifestations des Gilets jaunes, passent leur temps à discuter avec eux. Asselineau a discuté avec certains aussi.
      Mais ils ne veulent pas du soutien des Partis Politiques et des syndicats.


    • cettegrenouilleci 26 octobre 2019 20:14

      @CRICRI59

      « Il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nuls, vierges et les abstentions ».

      Bonsoir Cricri 59

      Merci pour votre commentaire.

      L’UPR propose des modifications allant dans ce sens, notamment avec la reconnaissance du vote blanc.
      https://m.upr.fr/quel-est-le-programme/c/0/i/QXxxOW0i2tM/la-reconnaissance-du-vote-blanc.

      Néanmoins, en attendant une éventuelle arrivée au pouvoir de l’UPR et de ses alliés, les règles qui prévalent dans l’actuel mode de scrutin continuent de s’appliquer, contribuant ainsi à faire obstacle au changement de politique, ce pour quoi elles ont été prévues.

      Cet obstacle au bon fonctionnement de ce qui reste de notre démocratie n’est hélas ni le seul ni le plus scandaleux ou le plus préoccupant. Je pense en particulier à l’inéquité de la répartition des temps d’antenne entre les différents courants politiques qui existent dans notre pays aussi bien pendant les campagnes électorales que le reste du temps. Je pense à la mise sous tutelle des grands médias par une poignée de groupes financiers qui décident de ce qui est diffusé et de ce qui ne l’est pas. La liste n’est hélas pas close....

      C’est ainsi que n’accèdent à nos écrans que les politiciens qui acceptent et cautionnent les vérités révélées de l’oligarchie euro-atlantique qui entend bien faire prévaloir pour aujourd’hui comme pour demain l’embrigadement de la France et des Français dans l’UE, l’euro et l’Otan et dans la destruction de la nation française qui va avec.

      L’UPR et ses dirigeants qui réclament la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan sont pour leur part interdits d’antenne.

      Ce n’est donc pas en continuant à jouer le jeu politique en appliquant docilement les règles dictées par les ennemis du peuple que la situation pourra changer.

      La survenue et l’ancrage dans notre paysage politique national du mouvement des Gilets jaunes, et l’abstention de plus en plus massive des électeurs à l’occasion de tous les types de scrutin attestent que nos concitoyens sont de plus en plus nombreux à comprendre que les dés sont pipés et à refuser de s’y résoudre.

      Reste à trouver les moyens de rassembler les forces populaires pour organiser la résistance à l’asservissement des Français et à la liquidation de la nation...

      Cordiales salutations.


    • Le421 Le421 26 octobre 2019 20:34

      @Fifi Brind_acier

      Voilà que ça couine du côté de la Gôooche !?

      Enfin, l’UPR reconnait son appartenance à la drouaaatte !!
      C’est pas trop tôt !!

      Quand j’ai écrit que ce parti était un sous-marin d’extrême droite chargé de torpiller la gauche pour lui grever le budget...
      Pas étonnant qu’avec trois pelés et un tondu, ils aient les moyens de diffuser partout à fond. Le financement est assuré. Au black ??
      C’est sûr qu’avec les résultats électoraux connus, pas près de subir une enquête !!  smiley

      Le jour où le siège de l’UPR sera perquisitionné comme un QG de DAESH, c’est pas demain...


    • cettegrenouilleci 26 octobre 2019 21:36

      @Le421

      On ne s’attend pas à des miracles quand on prend la peine de lire vos commentaires.

      Mais là, vous vous êtes vraiment surpassé.

      Votre commentaire est affligeant. Il affiche malhonnêteté, bêtise, volonté de nuire, mensonges, outrecuidance, rancoeur et vanité.

      A chacun son truc.

      Au fait, la gauche, c’est quoi ? C’est le camp de ceux qui veulent à tout prix maintenir la France enfermée dans la dictature de l’UE pour mieux ne pas défendre les intérêts des travailleurs ?

      On ne doit pas avoir le même genre de dictionnaire...

      Elle est très à droite, et très mal à droite, votre gauche à vous...

      Bonne continuation.


    • Attila Attila 26 octobre 2019 21:58

      @cettegrenouilleci
      Oui, c’est carrément de la diffamation.
      Surtout que la gauche d’aujourd’hui est devenue l’idiot utile du capitalisme :
      La gauche, dernier rempart du capitalisme.
      .
      Refonder la gauche :mission impossible

      .


    • Fergus Fergus 27 octobre 2019 08:30

      Bonjour, Fifi Brind_acier

      « Les Socialistes ont été majoritaires dans l’ Europe des 12 »

      Je n’ai pas mentionné les socialistes, mais la « gauche » !


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2019 11:52

      @Fergus
      Je n’ai pas mentionné les socialistes, mais la « gauche » !

      A part le PRCF, toute la Gauche est européiste et elle a abandonné les analyses en termes de classes sociales. Je ne fais aucune différence entre ses divers courants dont les références sont liées désormais au néo libéralisme.

      Pas plus que l’ UE, la Gauche n’est réformable.


    • panpan 27 octobre 2019 15:31

      @Fergus
      Quelle gauche ? Où ?


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 27 octobre 2019 18:38

      @panpan
      Il n’y a plus de Droite non plus ! Elle s’est suicidée en 1992 en renonçant au gaullisme et à la souveraineté, prônés par Philippe Seguin, et en acceptant de voter le Traité de Maastricht.

      Sarkozy a enfoncé le dernier clou dans le cercueil en trahissant le référendum de 2005, et en faisant voter le Traité de Lisbonne par le Parlement.

      La Gauche a abandonné les analyses du capitalisme en termes de lutte de classe, pour suivre les conseils de Terra Nova : « Abandonnez les classes populaires, occupez-vous des minorités, des migrants, des femmes et des LGBT. »


    • chantecler chantecler 28 octobre 2019 09:50

      @Fergus
      Ce qui est bête c’est que depuis le départ cette UE a été dirigée par les néolibéraux, des mondialistes .
      Ce qui ne risque pas de changer puisque l’épouvantail était communiste , l’URSS surtout pour l’Allemagne et les USA ...
      Alors tu peux toujours rêver .
      Je vois un glissement dans l’état actuel des choses plus vers la droite néolibérale autoritaire , voire raciste , que vers un retour à une sociale démocratie plus tempérée .
      Cela dit globalement le système est en bout de course .
      Alors wait and see .


    • Aristide Aristide 28 octobre 2019 10:06

      @chantecler

      Ce qui est bête c’est que depuis le départ cette UE a été dirigée par les néolibéraux, des mondialistes .

      Visiblement pas très efficaces ces néolibéraux ...

      Depuis 1965 les taux de prélèvements obligatoires qui sont la mesure exacte de la « socialisation » de nos sociétés ont augmenté dans de fortes proportions. En France de 38%, passant de 33 % à 46 % en 2017, les autres pays dans une moindre mesure mais toujours en augmentation. La fable d’un libéralisme forcené de l’UE est le discours éculé des UPR.

      Même si on ne peut contester une remise en cause des « acquis sociaux » par des gouvernements qui ne savent gérer les conséquences de la mondialisation sur les salaires, accuser l’UE est une facilité assez répandue. 


    • JulietFox 28 octobre 2019 17:33

      @cettegrenouilleci
      Ben mon couillon, comme on dit par cheu moué !


  • Loatse Loatse 26 octobre 2019 10:12

    Bonjour,

    Il y a une petite erreur dans cet article, la baisse des APL est compensée par les bailleurs sociaux... on parle d’ailleurs pour certains d’une facture annuelle (ou d’un manque à gagner) de 3 millions d’euros...

    or ce manque à gagner sera repercuté sur l’entretien des dits logements et bâtiments // ce qui implique par exemple (c’est le cas chez nous) le non remplacement des appareils de chauffage de 30 ans d’âge (convecteurs) à la fois énergétivores et ne procurant plus une température suffisante. (les plus aisés les changeant à leurs frais, les autres se couvrant comme des oignons)

    Idem pour le nettoyage au karcher des facades des dits batiments, jamais effectué alors que cela doit se faire tous les 11ans... de rose nous sommes ainsi passés à gris sale avec coulures noirâtres (balcons et gouttières ) c’est donc double peine que de vivre dans un environnement dégradé, la honte aussi....

    Par contre, les bailleurs privés notamment en région parisienne, voient leurs biens prendre de plus en plus de valeur (jusqu’à 100%) en un peu plus d’une décennie... Pour les locataires à petits revenus, pas de compensation donc en plus de loyers exorbitants (1000 euros au mieux un T2 de 30 m2 en grande couronne)..

    Les bailleurs privés donc non seulement réalisent une plus value jamais vue en cas de vente de leur bien mais aussi de juteux profits sur le dos des classes moyennes basses qui se situaient jadis dans la catégorie supérieure...

    En plus de favoriser la gentrification en milieu urbain,ce phénomène contraint ainsi ces personnes à se loger toujours plus loin, donc à se paupériser encore plus lorsque la voiture est nécessaire aux transports logement/travail.

    Guerre, je ne sais pas mais continuité de l’ apartheid social qui s’es amorcé il y a quelques décennies de cela, oui... Nos villes deviennent des musées à ciel ouvert, des ghettos pour riches entourées de ghettos pour pauvres... (eux même repoussés toujours plus loin, lorsqu’on détruits de vieux immeubles du parc social dont on reloge les habitants dans de « nouvelles cités », généralement en bordure d’autoroute, dans des zones innondables ou à proximités de certaines usines ou dans des champs jadis cultivés sur lesquels on plantera quelques arbres rachitiques sur lit de béton entre deux rangées de cages à lapins.


    • chantecler chantecler 28 octobre 2019 09:54

      @Loatse
      Je vous signale que les bailleurs sociaux sont de plus en plus concédés au secteur privé .
      Les HLM gérés par les départements ou les régions ça appartient à l’histoire .
      Malgré la pénurie on n’en construit plus et même pour les tours , les immeubles , on s’en débarrasse quand on ne les détruit pas .
      Cela dit de la façon dont les « cités »ont tourné ça se discute .


  • jmdest62 jmdest62 26 octobre 2019 10:23

    Le chômage baisse et la pauvreté augmente la bonne explication => de plus en plus d’emplois précaires qui ne permettent pas de vivre décemment. => de plus en plus de travailleurs pauvres.

    Exactement comme en Allemagne ....« Le modèle incontournable » smiley

    @+


  • Loatse Loatse 26 octobre 2019 10:29

    jmdest62

    Il reste à l’Allemagne un bon tissu industriel (quoique, l’electromenager allemand fabriqué en turquie.....), ce qui n’est plus notre cas, le secteur tertiaire dominant...

    On ne fabrique plus , on importe


    • jmdest62 jmdest62 26 octobre 2019 10:36

      @Loatse
      Il reste à l’Allemagne un bon tissu industriel


      °
      Un travailleur pauvre dans l’ industrie ou le tertiaire .....ça change quoi ?
      @+


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 octobre 2019 10:56

      @jmdest62
      ça change, qu’on peut exporter des produits industriels et avoir un commerce extérieur qui ne soit pas dans les choux.


    • Loatse Loatse 26 octobre 2019 14:10

      @jmdest62

      « Un travailleur pauvre dans l’ industrie ou le tertiaire .....ça change quoi ? »

       de ce coté là, rien, vous avez complètement raison de le souligner ou alors peut être lui reste t’il l’impression de ne pas être complètement au ban de la société... la précarité étant plus difficile à vivre quand elle est synonyme d’inactivité et d’exclusion sociale/ de stigmatisation (parfois par les guère plus aisés : les travailleurs à mi temps, en ou contrat spécifique)..

      je ne sais pas en allemagne mais en france ou l’attachement à l’apparence, comme à la valeur travail (meme sous payé) est fortement ancrée dans les moeurs, on est vite marginalisé, traité de cassoce dés lors qu’inactif.. (et ce, sans en chercher les raisons : handicap non visible, difficultés d’insertion professionnelle diverses et variés)


    • Kapimo Kapimo 26 octobre 2019 16:21

      jmdest62

      « Un travailleur pauvre dans l’ industrie ou le tertiaire .....ça change quoi ? »

      Du point de vue immédiat du travailleur, effectivement rien. Du point de vue de la communauté nationale, ça laisse un espoir, car un pays doté d’une industrie et créateur de richesse peut faire le choix de changer de politique de répartition par le biais d’une élection, alors qu’un pays non créateur de richesses et vivant à crédit est condamné à l’appauvrissement général.
      D’une certaine façon, la démocratie face au néolibéralisme n’existe que dans les pays ayant encore une véritable autonomie économique (ce qui implique d’avoir conservé des entreprises productives).


    • Yaurrick Yaurrick 26 octobre 2019 19:17

      @Loatse
      Parce qu’en France, on a fait le choix de tellement protéger l’emploi qu’il devient difficile et risqué pour les employeurs de pouvoir/vouloir en créér.
      Et que le traitement social du chômage fait qu’on préfère avoir des chômeurs pauvres plutôt que des travailleurs pauvres.


    • Le421 Le421 26 octobre 2019 20:37

      @Yaurrick
      Ben voyons, vu comme ça !!
      C’est vrai que ces salauds de communistes sont au pouvoir depuis plus de cinquante ans en France.
      Vivement qu’on ai la droite au pouvoir, hein ??
      Mais pas de la petite bière, la vraie, celle qui cogne sur tout ce qui est bronzé ou qui branle rien.
      Chiche !!  smiley


    • Cadoudal Cadoudal 27 octobre 2019 15:01

      @Le421
      Je crois que les indigènes français sont trop bien dressés pour pouvoir se rebeller...

      Ils ne portent même plus plainte et se laissent dépouiller sans réaction, tellement instruits qu’ils sont de l’infériorité de leur race et de l’impunité des colons...

      L’exploitation des images de vidéosurveillance montre que le groupe de trois hommes s’est livré à des agressions en série sur onze personnes différentes en l’espace d’une demi-heure, portant des coups de poing et de pied aux passants..

      Faute de témoignages suffisants, les trois jeunes hommes interpellés quai des Antilles, ont été remis en liberté.

      https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-onze-personnes-agressees-cette-nuit-quai-des-antilles-4c0ccb3c-f73f-11e9-9a3a-4a1edf0bbbe0


    • Yaurrick Yaurrick 27 octobre 2019 15:06

      @Le421
      Je sais bien que ça vous déranget, mais les faits sont avérés : à trop vouloir protéger le marché de l’emploi, il est devenu bloqué.
      Je vous renvoie à la Même réponse qu’à Fifi Brind_acier , pour que vous puissiez comprendre que vouloir tout protéger ne rend pas service, bien au contraire.


    • chantecler chantecler 28 octobre 2019 09:59

      @Yaurrick
      C’est certain qu’au bon temps de l’esclavage chacun avait un emploi ...
      Aujourd’hui beaucoup de jeunes salariés dorment dans leur voiture .
      Nul doute qu’avec la libre concurrence , sans intervention d’un état régulateur , les laissés pour compte trouveront un logement dans ....50 ans s’il n’y a pas de guerre avant .


    • foufouille foufouille 28 octobre 2019 11:28

      @Yaurrick

      Vas donc faire les vendanges à la place des bulgares pour 600€ brut et 3 semaines de boulots. Tu pourras louer un matelas 200€.


    • JulietFox 28 octobre 2019 17:35

      @jmdest62
      Sont mal, les Teutons en ce moment. Avec Trompe, qui a foutu le souk, leurs machines outils pour la Chine sont stockées, de même pour leurs voitures haut de gamme.


    • Yaurrick Yaurrick 29 octobre 2019 10:47

      @chantecler
      Vous avez tout faux : il est notoire que le problème du logement vient du fait qu’il est n’est pas libéralisé mais bien trop régulé.
      Toutes ces salades de contrôles de loyers, loi SRU, réglementations sur la location et sur le bati, limitations sur le foncier font que l’immobilier coute excessivement cher.


Réagir