samedi 22 janvier - par LATOUILLE

Handicap : merci Monsieur Zemmour ?

Que l’on ne se méprenne pas, et c’est tout le sens du point d’interrogation du titre, je pense avec force et vigueur que les propos de M. Zemmour sont indignes, innommables et émanent d’une philosophie rétrograde. Toutefois, il faudrait s’interroger sur pourquoi nous entendons ces propos comme plus indignes que ceux qui désignent les réfractaires à la vaccination comme devant perdre leur statut de citoyen...

Cependant les propos d’E. Zemmour ont eu pour effet de mettre le handicap en lumière dans le débat politique du moment. Cependant la lumière fut faible et bien vite elle s’est éteinte. Chacun est reparti vers ses occupations électorales, fier d’avoir caqueté avec le troupeau mais de volonté d’agir il n’y eut pas faute de vouloir analyser la situation de l’inclusion scolaire. Or la France est très loin d’appliquer les prescriptions qu’elle s’est imposées par les lois de 1975 dite d'orientation en faveur des personnes handicapées et de 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Combien d’écoles, de collèges et de lycées sont accessibles ? Combien de moyens de transport en commun sont accessibles ? Combien de trottoirs, aujourd’hui envahies par les terrasses des cafés et des restaurants, sont accessibles ? Chacun se gargarise de bonnes paroles, même pas de bonnes intentions. Je ne décrirai pas ici les situations où la loi n’est pas appliquée quand elle n’est pas tout simplement contournée voire annihilée par une nouvelle réglementation comme la loi de 2013 qui mit un coup d’arrêt à l’obligation de mise aux normes d’accessibilité voulues par la loi de 2005, que dire de la conjugalisation de l’allocation adulte handicapé.

À y regarder de près l’inclusion scolaire des élèves en situation de handicap est bien devenue une obsession, un objet hors sol dont on ne doit pas discuter ; car à part E. Zemmour qui, dans notre pays si prompt à se recommander de la philosophie des Lumières, oserait le moindre propos qui pourrait laisser à penser à une mise à distance de la notion d’inclusion. Alors il faut « inclure » et on inclut sans se préoccuper de l’organisation matérielle : on inclut à l’école mais les locaux ne sont pas accessibles, et il n’y a pas de personnel qualifié...

Depuis 1975 l’école a reçu, avec des piqures de rappel régulières, l’injonction d’abord d’intégrer puis aujourd’hui d’inclure les élèves en situation de handicap sans se préoccuper des leçons de l’histoire de la prise en charge des élèves handicapés. Cette histoire, commencée dans les années 1960, est marquée dans un premier temps par la volonté des parents et de quelques professionnels du secteur médico-éducatif de sortir ces enfants des établissements désignés comme étant des lieux d’enferment social, on a alors transformé une partie des places d’internat en places d’externat où les enfants devenus externes continuaient à être accueillis. Puis il y eut les premières expériences d’externalisation de classes d’établissements. L’Éducation nationale s’est tenue à l’écart de cette évolution jusqu’à la loi de 1975 qui prenait à son compte ce mouvement et avait prévu l’accompagnement de ce transfert vers les écoles « ordinaires » notamment en créant des services, à partir du personnel des établissements « libérés » par la fermeture des places d’internat, qui avaient pour mission d’accompagner les enfants dans leur insertion dans les écoles ordinaires et de leur apporter l’équivalent de services et de soins dont ils bénéficiaient dans les établissements.

Aujourd’hui, ces services ont vu, comme tous les établissements du ministère de la santé, leurs capacités de prise en charge considérablement diminuer et n’ont plus la capacité d’apporter une aide efficace aux enseignants qui, en plus de ne pas être formés, se retrouvent isolés dans leur classe. Parfois, l’élève bénéficie d’un accompagnement par un accompagnant d'élèves en situation de handicap (AESH) contractuel sous statut précaire et avec un ersatz de formation là où dans les établissements il y avait des enseignants spécialisés, des éducateurs spécialisés, du personnel paramédical... Qu’est-ce que les élèves en situation de handicap ont réellement gagné dans ce transfert ? Les parents qui voient la scolarité de leur enfant, dans le système actuel, remise en cause chaque année, qu’ont-ils gagné, eux qui sont quotidiennement tellement mis émotionnellement à contribution ?

 L’inclusion scolaire pour laquelle nous nous sommes battus, consiste aujourd’hui à accueillir coûte que coûte mais sans que ça coûte ces enfants dans les écoles ordinaires, peu importe la qualité du service rendu à l’enfant et à sa famille. Non, l’inclusion scolaire conduite par le ministère de l’Éducation nationale n’est pas vraiment une réussite, tout au plus est-elle une obsession maniaque comme souvent il y en a dans l’Administration, marquée par le principe de « quantité » plus que par celui de « qualité ».



44 réactions


  • Decouz 22 janvier 18:00

    Exemple parmi d’autres, pour certains handicaps il faut des ascenseurs ou des rampes, qui n’existent pas dans nombre d’établissements, sans doute la majorité des bâtiments anciens (également pour les jambes cassées ou autres handicaps provisoires), or ces aménagements ne dépendent pas de l’état mais des collectivités, qui ont des ressources très inégales, il y a des riches, des très riches et des pauvres, et qui de toute façon ne peuvent pas équiper rapidement tous les édifices.


  • Joséphine Joséphine 22 janvier 20:38

    Ce qui est indigne ce ne sont pas les propos de Zemmour mais l’inclusion à tout prix.


  • titi titi 22 janvier 20:58

    @L’auteur

    Ce qui se passe à l’école, ce n’est pas l’inclusion : c’est une grande pièce de théâtre.

    Alors évidemment ça fait plaisir aux parents de s’illusionner d’une possible intégration de leurs enfants.

    Mais il faut être très clair : derrières les « aménagements », ce sont bien les diplômes qui sont rabaissés... des diplômes Potemkine...


  • Pascal L 22 janvier 21:39

    J’ai discuté avec une institutrice qui doit faire face à un élève autiste qui fait en permanence des crises de violences. Outre le fait qu’elle n’est pas préparée à cet accompagnement, les crises de cet élève perturbe l’enseignement pour tous les autres. Lorsque des crises les plus graves, elle est obligée de descendre toute la classe dans la cours de récréation pour la protéger en attendant que la crise passe. Lorsque les élèves remontent, tout est ravagé dans la salle.

    Cette inclusion n’est pas faite pour le bien de ces enfants, mais pour économiser sur les coûts des établissements spécialisés. L’Etat a trompé tout le monde, à la fois les familles de ces enfants qui pensaient avoir trouver une solution, les instituteurs qui doivent assurer la sécurité de la classe et les élèves non handicapés qui ne peuvent plus étudier. 

    L’inclusion n’est pas une solution pour tous les cas. Sans personnel spécialisé dans les écoles et discernement au cas par cas, la situation restera pire qu’avec le système des établissements spécialisés. Dans tous les cas, il faudra dépenser de l’argent.

    Les parents d’élèves confrontés à cette situation apprécieront le discours de Zemour et l’exprimeront par leur vote. Il reste encore à tous les autres candidats de sortir du déni et de proposer leurs solutions.


    • Eric F Eric F 23 janvier 18:15

      @Pascal L
      « Cette inclusion n’est pas faite pour le bien de ces enfants, mais pour économiser sur les coûts des établissements spécialisés »
      Non, l’objectif initial n’était pas de faire des économie, mais d’appliquer un principe utopique, woke avant l’heure. Or il est difficile d’établir quels sont les critères d’« inclusabilité » (désolé de ce néologisme) des différents types et degré de handicap, à la fois pour que ce soit efficace pour l’enfant handicapé, et compatible avec la marche normale de l’enseignement des autres élèves. Attribuer une personne à temps plein comme aide personnelle montre qu’il n’y a pas en ce cas véritable « inclusion » (unus inter pares) mais un faux semblant. Parfois, du fait de prise en charge spécifique au sein de la classe, cela peut être davantage discriminant qu’intégrateur.
      Une approche « graduée » aurait été de discerner ce qui peut faire l’objet d’activités communes, et ce doit faire l’objet d’un enseignement spécifique.


    • Pascal L 24 janvier 10:48

      @Eric F
      Je n’ai jamais fais de politique, mais dans l’industrie, avant de se lancer dans ce genre d’aventure, on prépare un projet, on étudie la faisabilité et le budget nécessaire. Votre approche me semble la meilleure possible, mais qui pourra en défendre le budget ?


  • William Paul Robinson William Paul Robinson 22 janvier 22:31

    Je ne veux pas cette homme en pouvoir, avec son ideas d’exclusion de trops des gens au sociétie. Oui lui a un peu de raision ici et la, mais lui est un idiot, qui ne pense pas avant lui ouvre sa bouche. C’est la veritie c’est pas possible de intrigé tout le monde en les écoles « normale », si leurs handicaps sont physique ou mentale, et les écoles speciale sont indespensable. Tout le meme le majoritié des enfants handicapée travaille bien la. Pour agrandir en le societie ou ils a pas choix de échappé, il est vraiment au un jeune age d’intrégrée avec les autres est tres importante. Si apres un ou deux ans il marche pas, oui les écoles speciale sont necessaire. Moi, je suis un merde anglo, ne en irlande du Nord, et c’est les docteurs ici en France a décidé je suis handicapée, et je ne sense pas d’etre exclus de tout. Zemmour jouer un joue dangerous de la popularitié, comme le cult de personalitie de Chairman Mao, oops, désolée, Monsieur Melenchon. Lui est blessé quand quel’qun lui critiqué, mais lui attaquée, et insultée tous le mond sans regrets ! Je reve d’une jour quand les politiciens sont ouvert, honnet, aretter de parle a’propos gauche ou droite, et servir tous le peouple encore. Vous plait vote pour quel’quechose positive, et pas anti tout le temps, ou abstain. On gagner le gouvernments de brin parce’que ca. Je suis un etranger, mais apres plus de 10 ans ichi biloutes, c’est chez moi, et je suis pret por defendre avec ma vie. Merci a les francais pour m’acceptée, et pas rigollée trop a mon terrible accent, et dialect Ch’ti, avec un soupcon de Breton. Et oui c’est des gens qui dit ils ecoute l’accent quand j’encrire ! Vive la difference. Aime votre pays, aime tous les gens qui sont amourous avec leur pays, si ils sont ne francais, ou pas. 


    • LVOLC 25 janvier 17:31

      @William Paul Robinson

      ÉRIC ZÉMMOUR ATTAQUE TOUS AZIMUTS.
      AVEC SES MÉTHODES INHABITUELLES, IL FAIT TOMBER LES MASQUES, IL MET LE MONDE POLITIQUE ET MÉDIATIQUE À DÉCOUVERT ET L’ON SAIT MAINTENANT QUI PENSE QUOI.
      ÉRIC ZÉMMOUR GÊNE CEUX QUI DE DROITE, DE GAUCHE OU D’AILLEURS PRÔNENT DEPUIS 50 ANS, LE STATU QUO, LA PENSÉE UNIQUE ET LA SOUMISSION À LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE, TOUT ÇA MENANT LA FRANCE VERS SA DESTRUCTION ET SA MORT CLINIQUE.


  • Esprit Critique 23 janvier 00:31

    Pour un début de brouillon c’est passable.


  • lecoindubonsens lecoindubonsens 23 janvier 07:42

    Vous ecrivez « je pense avec force et vigueur que les propos de M. Zemmour sont indignes, innommables et émanent d’une philosophie rétrograde »

    et ensuite, vous faites un article qui reprend a peu près les mêmes idées que lui, a savoir

    • l’inclusion a tout prix, avec les moyens actuels, est inadaptée
    • dans certains cas, un etablissement spécialisé peut mieux convenir

    difficile de vous comprendre !?

    ou plus exactement, votre article est clair sur le handicap à l’ecole,

    mais vos propos sur E Zemmour sont inadaptés et incohérents


  • Le terme inclusion remplace celui de formatage.... chers handicapés, soyez heureux d’être spéciaux. La norme n’est pas exempte d’handicap. Surtout celui de l’absence de sensibilité. C’est connu, de nombreux Asperger réussisssent bien à l’école (Zuckerberg). Sont-il pour autant : normaux... ?


  • zygzornifle zygzornifle 23 janvier 09:00

    A Nice prendre le bus et pire le tram est une prouesse digne d’une médaille d’or aux jeux olympiques quand ont est handicapé ....


    • Lynwec 23 janvier 09:43

      @zygzornifle
      A Nice, il faut en plus être doué en esquive de camions-béliers aux chauffeurs fanas de bowling...


    • Zolko Zolko 27 janvier 15:12

      @zygzornifle

      A Nice prendre le bus et pire le tram...

       
      essayez-donc le metro à Paris.

  • scorpion scorpion 23 janvier 09:23

    Zemmour l’homme à abattre, la vérité qui dérange doit être déformée et les médias à la solde des politicards qui règne depuis 40 ans s’en charge. Une grande partie du peuple imbécile n’écoute pas les discours de Zemmour mais uniquement les falsifications et les détournements qui en sont faits. Eteignez vos télés, achetez vous un cerveau et une paires de couille et vous pourrez commencer à penser par vous même. 


    • Ruut Ruut 25 janvier 08:33

      @scorpion
      C’est la même chose pour Asselineau.
      Ses propos sont largement déformés par les médiats de propagande.


  • Staniszewski Staniszewski 23 janvier 09:35

    Dans un pays qui détruit la vie biologique par fonctionnement normal de son système économique, comme ceci est le cas de la France, l’esprit n’est pas celui de la solidarité... Et ni E Zemmour, ni aucun d’autre des prétendants au pouvoir, ni E Macron, n’ont pas pris le temps pour tenter d’élaborer un programme digne d’être appelé « projet de vie ».

    Veuillez agréer, cher l’auteur, mes expressions de la solidarité avec les personnes en situation de l’handicap les plus distingués.

    Honneur à vous.


  • Lynwec 23 janvier 09:50

    Vous pourrez chercher et critiquer ou encenser tout ce qu’énonce Zemmour, il n’en reste pas moins qu’il ne veut pas quitter l’Union Européenne, donc tout ça en restera au stade des polémiques, et n’ira pas plus loin, la France n’étant maître ni de sa politique, ni de sa monnaie, ni du reste.

    Les politiques relatives au handicap seront ce que l’UE en dira tant que nous y resterons. Point final.

    Asselineau est quasiment censuré pour ça, le fait que Zemmour soit mis en avant devrait faire réfléchir les mécontents, mais sont-ils capables de le faire ? C’est un autre problème...

    L’UPR n’a jamais été aux manettes, les partis européistes, oui et tout le temps, alors soyez cohérents dès le premier tour ou subissez sans la ramener...


    • Zolko Zolko 27 janvier 15:13

      @Lynwec

      il n’en reste pas moins qu’il ne veut pas quitter l’Union Européenne

       
      je pense que vous vous êtes trompé d’article

  • PascalDemoriane 23 janvier 09:56

    On vous suit sur le fond, mais quand le style déconne, le raisonnement déraille. Désolé d’être désagréable :

    « il faudrait s’interroger sur pourquoi nous entendons ces propos comme plus indignes que … »

    Marre de cette horrible stylistique pseudo savante qui substantive les interrogatifs « sur pourquoi ». Alors qu’il est si simple d’écrire :
    « il faudrait se demander pourquoi nous entendrions ces propos comme plus indignes que … »

    D’autant que, du coup, vous ne répondez même pas à votre propre question dans l’article !

    Marre aussi de ce « nous  » part lequel l’auteur embrigade d’emblée le lecteur : non le lecteur n’entend pas forcément le propos, verbatim pas même cité, comme « indignant ». Non ! Vous confondez problématique initiale et conclusion finale.

    Donc on ne sait pas de quoi on parle ni qui est le « nous » qui parle mais on sait déjà qu’on s’indigne. Bon. Est-ce digne d’un doctorant en sciences sociales et éducation, çà ? Le niveau baisse... Surtout pour nous proposer le plan absurde suivant :

    article 1 : Zemmour a toujours tord
    article 2 : On démontre que le propos non cité est analysable comme pertinent
    article 3 : au cas où Zemmour aurait eu raison de le problématiser se référer à l’article 1

    Bonjour la cohérence, pensez-vous assainir et apaiser la pensée collective avec çà ? Monsieur l’expert en éducation.


    • lahalle 23 janvier 11:04

      @PascalDemoriane
      C’est bien joli de vouloir donner des cours de français, cependant , « tord », s’écrit « tort » , pour signifier que le désigné n’a pas raison... Si, par contre, vous avez voulu exprimer que Zemmour était tordu ; malgré l’apparent solécisme, je ne peux vous donner ..... tort.


  • Aristide Aristide 23 janvier 10:36

    Le débat est le même que celui du collège unique et des classes de niveau.

    L’inclusion forcée d’enfants qui ne possèdent pas le minimum nécessaire, la lecture, l’écriture et le calcul, provoque deux conséquences :

      les premiers sont larguées, l’absentéisme et la perturbation arrivent. Des classes de niveau trop différents en place de classes « homogènes » dans lesquelles il serait possible de limiter le nombre d’élève, de mettre en place des formations de rattrapage adaptées, ...

     les autres élèves sont freinés dans leurs parcours, ils subissent les perturbations au pire et au mieux les temps infinis à expliquer des évidences à des enfants qui n’ont pas les clés !!!

    Et cette fuite en avant de l’intégration à tout prix est aussi un moyen assez commode de mettre la responsabilité sur les profs, qui doivent vivre avec ces difficultés, et puis aux différents services de l’Etat qui évitent donc mettre en place les budgets et les moyens pour que ces classes « adaptées » fonctionnent.

    Quand l’égalité est victime d’un égalitarisme idéologique. 


  • Le mieux est encore d’éviter que ces enfants lourdement handicapés ne viennent au monde. Encore la faute des catholiques... Qu’ils assument leur bêtise. Ils sont opposés à l’avortement alors que la médecine a les moyens de détecter très tôt la majorité des handicaps lourds....C’est à eux de payer.... et d’assumer. Sait-on que pour changer un ascenseur, il faut détruire la maison... Cessons de ressortir : Hitler. C’est encore un sale héritage qu’il nous a laissé en cadeau.... J’ai travaille avec des IMC. Ce n’est pas une vie : https://www.google.com/search?q=Infirme+moteur+c%C3%A9r%C3%A9braux&tbm=isch&ved=2ahUKEwjvz_2Q0cf1AhUOwgIHHXZPC6sQ2-cCegQIABAA&oq=Infirme+moteur+c%C3%A9r%C3%A9braux&gs_lcp=CgNpbWcQDDIECAAQGDoHCAAQsQMQQzoECAAQQzoFCAAQgAQ6CAgAEIAEELEDOggIABCxAx CDAToECAAQEzoGCAAQBRAeUO0QWKx5YPSQAWgDcAB4AIABvgSIAYkUkgEKMjUuMS4xLjUt MZgBAKABAaoBC2d3cy13aXotaW1nsAEAwAEB&sclient=img&ei=vCntYe-BOo6Ei-gP9p6t2Ao#imgrc=0VWmH0ZA3JPsmM. Désolé, mais pour moi cela relève d’un fond sadique...


    • PascalDemoriane 23 janvier 14:33

      @Mes usines ou la Robe de Saphir.
      "Encore la faute des catholiques... Qu’ils assument leur bêtise. Ils sont opposés à l’avortement alors que la médecine a les moyens de détecter très tôt la majorité des handicaps lourds....C’est à eux de payer.... et d’assumer. Sait-on que pour changer un ascenseur, il faut détruire la maison..." dites-vous.
      Vous aviez dit matérialisme, horreur ?
      et eugénisme, pas bien ?
      et ségrégationisme, fascisme ?
      et bouc émissaire désigné, péché ?
      Décidément chassez le matérialisme chez les psycho-spiritualites scripturaux, il revient au galop ! sous la pire espèce !
      Rire de Sapho !


    • Pascal L 23 janvier 17:39

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      Désolé, mais j’ai déjà rencontré des enfants lourdement handicapés et ils ne sont pas juste un intestin dans un corps. Lorsqu’ils sont aimés, ils savent rendre cet amour et sont plus source de joie que de peine. J’en ai connu qui étaient incapables de s’exprimer mais dont le visage s’illuminait au moment de l’eucharistie pendant la messe. Il ne nous comprennent pas mais peuvent comprendre la parole de Dieu. Normal, puisque Dieu s’adresse principalement à notre cœur. Ils ont donc une conscience de ce qui peut se passer.
      Par ailleurs, je participe à des prières de délivrance (vous savez, il s’agit de couper les liens avec les esprits que vous priez). Souvent les liens mauvais apparaissent dans la petite enfance lors de blessures affectives. Notre conscient a oublié mais notre subconscient se souvient toujours. La prière permet souvent de faire remonter ces événements traumatisants et il arrive que ces événements se soient produits juste après la conception. Peut-être que le corps n’est constitué que de quelques cellules, mais c’est déjà pleinement un être humain avec une âme. 
      Il arrive assez souvent qu’une mère qui a avorté soit dans le trouble et vienne nous voir. Il ne s’agit pas alors de juger mais de réparer. Nous proposons à la mère de donner un prénom à cet enfant et de faire une messe de baptême. Vous ne pouvez pas imaginer le bien que cela produit.


    • @Pascal L J’ai parlé d’handicap LOURD (la dyslexie est un problème, mais pas un handicap) . Il est préférable et raisonnable que les parents savent s’ils ont les moyens psychique et matériel d’assumer un tel enfant. J’ai eu des amis qui ont eu un autiste au degré le plus grave : aucune autonomie, agressif, hurlant en permanence, bavant, crachant. Résultat : divorce, angoisse de devoir le prendre en charge devenu adulte...blessure narcissique compréhensible pour un père scientifique qui travaillait avec Prigogyne. Bref : un cauchemar...


  • Castel Castel 23 janvier 11:46

    @ L’auteur,

    Pourquoi avoir peur de dire que Zemmour a raison ? Cela vous arracherait la langue ?

    On va finir par transformer votre nom ou pseudo en LATROUILLE ! 


    • Aristide Aristide 23 janvier 12:22

      @Castel

      C’est le problème que pose Zemmour à tous ceux qui se croient du camp du bien. Au milieu de propos assez ineptes, de manipulations historiques et d’interprétations abusives ... Zemmour profère quelques vérités ou constats. Devant ces faits ou ces constats, on voit ici ses propos détournés pour les rendre inaudibles.. 

      Voilà donc que sur ce sujet précis, Zemmour pose un vrai problème : la mise en place de structures éducatives adaptées à chaque cas, sans interdire l’intégration d’ailleurs. Solutions plus proches et assez justement plus efficaces à la fois pour les enfants handicapés et pour les autres.

      Mais bon, il faut condamner ... tout est permis et donc le camp du bien insulte, voue au gémonies pour décrédibiliser le candidat. attitude assez sotte car Zemmour n’a besoin de personne pour se disqualifier, il est même virtuose dans ce domaine. A croire qu’il le fait exprès !!!


  • Doume65 23 janvier 14:00

    Bonjour.

    Les problèmes de l’inclusion, à l’école comme partout, sont bien réels.

    Au passage, on peut aussi se poser la question de savoir si une seule école pour des cas très différents est vraiment la bonne réponse à cette inclusion. Et même et surtout, avoir un débat sur les finalités précises de l’Éducation Nationale.

    Mais ce qui me fait prendre la plume, ou plutôt le clavier, c’est que je ne vois pas le rapport entre Zemmour et ce problème. N’ayant cité aucune parole de ce candidat dans son article, l’auteur semble utiliser ce repoussoir comme un appel à lire l’article. Une forme de

    ce que d’aucuns appelleraient « putte à clic ».


  • karibo karibo 23 janvier 17:39

    Désolé monsieur, de vous dire que vous empestez l’ endoctrinement du à votre fonction, la gauchiasse dans sa splendeur .

    A vous écouter tous autant que vous etes gauche comme droite, ce sont les handicapés qui font tourner l’ économie et vivre la France, quand vous aurez dégoutez & fait fuir les quelques uns qui faisaient tourner le Pays et son économie, que vous vous retrouverez avec L’ islam comme seule issue, 80 d’ assistés et immigrés à charge & le reste d’ handicapés, vous aurez enfin le paradis que vous cherchez à 4 mains .

    Vous aurez contribué à ruiner la France, allez encore un peu de patience vous y etes presque : plus qu’ une dizaine d’ années .

    A jouer les humanitaires altruistes au grand coeur pour vous donner bonne conscience, dans le style je suis tous charlie et vive les LGBT & la sodomie pour tous : à GERBER !


    • karibo karibo 23 janvier 17:41

      @karibo
      HARO / ZEMMOUR et vive macrotte et la merluche , surtout ne changez rien et votez macron ...


  • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 janvier 18:56

    A voir, le film « Presque » avec Alexandre Jollien


  • paulau 23 janvier 19:18

    C’ est un fait, tous les handicaps ne peuvent être accueillis à l ’ école. Notamment, par exemple, les autistes lourds.
    Le discours sur l’ accueil inclusif a été un attrape-nigaux. Il a servi à tous les gouvernements à laisser tomber la problématique du handicap. Cela leur a permis de faire de substantielles économies en évitant de financer des structures spécialisées.
    Aujourd ’ hui nombre d ’ enfants handicapés sont en souffrance et sans solution. L ’ école n ’ est pas automatiquement la bonne réponse. Tout dépend du handicap mais aussi des moyens donnés aux établissements comme de la formation des enseignants. Des établissements surchargés avec des enfants ayant des difficultés sociales ne peuvent pas forcément accueillir un enfant lourdement handicapé qui ne pourra progresser qu ’ avec une prise en charge spécialisée dans une structure adaptée.
    Les enfants handicapés doivent se voir offrir différents types de prise en charge et non pas voir agiter devant leurs yeux l ’ idéologie de l ’ inclusion à tout prix.


  • stef 23 janvier 19:28

    Ce ne sont pas les propos de monsieur Zemmour qui sont indignes preuve en est faites que même Ruffin dit que Zemmour a raison sur le sujet


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 23 janvier 21:14

    Ils sont cons ces athlètes (cf photo de l’article) il faut passer AU DESSUS des haies ^^


  • Armelle Armelle 24 janvier 14:39

    ...Accroche toi au pinceau, j’enlève l’échelle !!!

    Vous semblez complètement perdu là !!! 

    Finalement et après lecture, on constate surtout que vous détestez Zemmour, et alors utiliser ce prétexte fallacieux pour assouvir votre soif de le « descendre » est « petit », tout « petit ».

    En plus c’est bourré de contradiction, vous écrivez ;

    « l’inclusion est inadaptée »

    « dans certains cas, un établissement spécialisé peut mieux convenir »

    Vous dites donc la même chose que lui. Mais si l’on doit comprendre que ces mêmes mots sortis de la bouche de Zemmour deviennent alors des insultes et de lhomophobie, je vous conseillerais alors quelques séances de « bon sens » 

     !!!???

    Bon en somme, vous nous racontez n’importe quoi, vous êtes juste animé par une haine congénitale à l’égard de ce personnage et cette haine vous aura fait écrire ce brouillon insipide ne mettant en scène que votre colère dont on a rien faire, et votre malhonnêteté intellectuelle dont on se passerait volontiers.


    • Armelle Armelle 24 janvier 14:54

      Et puis vous oubliez une réalité importante qui n’était pas il y a 50 ans, et qui est que des écoles adaptées, avec des intervenants formés à cet effet seraient bien évidemment plus pertinentes puisque les écoles dites « normales » accueillent des enfants sans handicaps mais qui en ressortent handicapés 20 ans plus tard...
      Comment voudriez-vous que les « profs » aient les capacités d’instruire et adapter un enseignement aux enfants handicapés, alors qu’il ne sont pas foutus de le faire pour des enfants sans handicap ???
      La « bien pensance » et le « politiquement correct » de gôche qui sévissent depuis des lustres dans notre société, finissent par faire faire n’importe quoi. Il est grand temps que ça s’arrête car force est de constater que nous enfonçons chaque jour davantage...


  • LVOLC 24 janvier 18:46

    TOUS CES GENS ABONNÉS À « BIEN PENSANT HEBDO » VEULENT FAIRE CROIRE À TOUT LE MONDE QUE FAIRE DE LA GARDERIE POUR CES ENFANTS POLYHANDICAPÉS DANS DES CLASSES NORMAL, VA LEUR FAIRE ATTEINDRE INSTANTANÉMENT LE MÊME RYTHME QUE LES AUTRES ? LES ASSISTANTS SCOLAIRES NE SONT PAS DES THÉRAPEUTES ET IL N’Y A QUE DANS DES CENTRES SPÉCIALISÉS QU’ON PEUT ESPÉRER QUE CES ENFANTS PUISSENT OBTENIR UNE PLACE DANS LE MONDE DU TRAVAIL OU AUTRES.
    CE N’EST PAS LE RÔLE DE L’ÉCOLE DE FAIRE OFFICE DE GARDERIE D’ENFANTS POLYHANDICAPÉS, CAR SE FAISANT L’ÉTAT FAIT L’ÉCONOMIE D’OUVERTURE DE CENTRES SPÉCIALISÉS. C’EST CELA QUE DIT ÉRIC ZÉMMOUR ET LES PARENTS DE CES ENFANTS LE SAVENT, ALORS LES BIEN PENSANTS AFFICHÉS, TAISEZ-VOUS DONC FERMEZ-LA !


    • @LVOLC Oui, on est encore dans le déni de la « bienpensance ». J’ai assisté à un un débat entre enseignant et parents. La question était de savoir si le rôle de l’enseignant était d’être aussi thérapeute (plus 5 années d’études), médecins (7 ans), accompagnateur d’ateliers protégés... Les parents ayant de plus en plus tendance à se décharger sur l’école des problèmes de leur enfant. ON oublie le cas de plus en plus fréquent des enfants hyper-actifs.... Très usant pour un enseignant. Ou l’inverse : les surdoués qui s’ennuient à l’école. Dans une système dit démocratique, un prof n’est pas sensé privilégier les plus doués...


  • Si Macron parle d’inclusion, c’est juste démago. N’oublions pas ses paroles si t’as pas un costard....


  • Les enseignants , les ingénieurs , les trouveurs , les infectes journalistes , les politiciens et les arrogants prétentieux ; le gouvernement , La Ruine En Marche ...etc


Réagir