lundi 14 janvier 2019 - par nono le simplet

L’épicerie Solidaire

 (Par commodité, j’écris ce récit à la première personne du singulier).

Je me nomme Jean et j’ai 65 ans. Pour des raisons que je ne développerai pas ici je suis sans ressources mais depuis quelques jours et avec l’aide de ma famille et d’un assistant social j’ai décidé de sortir de ce puits sans fond. Et pour la première fois de ma vie je suis allé chercher une assistance alimentaire au Secours Catholique

 Le Secours Catholique du sud Vendée tient une épicerie solidaire dans la petite ville de Maillezais connue pour les ruines de son abbaye. L’épicerie est ouverte un mercredi après-midi sur deux. N’en connaissant pas le fonctionnement je me suis rendu mercredi dernier en début d’après-midi au centre, muni d’un sac de courses. Quand on n’a jamais fait cette démarche on la trouve un peu humiliante et on n’est pas très à l’aise.

 Le petit bâtiment est muni d’un parking sommaire où une trentaine de voitures sont garées. Je me présente à l’entrée où quelques personnes attendent mais je pense que c’est une entrée pour les vêtements. Ayant aperçu une porte sur le côté du bâtiment d’où des gens entraient et sortaient avec des sacs de provisions, j’y vais. Dans la petite entrée, plusieurs personnes attendent. Assis à une petite table un homme s’occupe de tout le monde avec dynamisme. J’apprendrai plus tard qu’il se nomme Pierre et qu’il est chef d’entreprise à la retraite. Au bout de quelques minutes il me demande qui je suis. N’étant pas inscrit dans son fichier et après quelques questions rapides mais amicales il comprend que j’ai sauté une étape. Il interpelle un autre bénévole dont j’ai oublié le prénom qui me conduit à l’entrée du bâtiment et j’attends quelques minutes pour entrer dans un petit bureau où 3 personnes me reçoivent. Je fournis la feuille de l’assistant social et je raconte rapidement ma vie et un peu le pourquoi de ma présence. L’ambiance est chaleureuse et détendue.  

 Puis, toujours accompagné par mon guide, je retourne à la porte latérale où Pierre m’explique rapidement le fonctionnement. J’avoue ne pas tout enregistrer. On paye 15 % de la valeur des achats, certains produits sont donnés par les grandes surfaces ou d’autres sources, d’autres achetés (comme le papier toilettes par exemple qui n’a pas de date de péremption). Certains produits ont un prix affiché sur des étagères, d’autres sont gratuits. Certains produits sont limités comme le lait à deux litres par personne et par passage. Une personne munie d’une fiche me suit et note mes « achats » tout en me donnant des conseils et des explications. Je choisis quelques produits qui me font défaut mais rapidement mon sac est plein. Comme il y a énormément de pain je suis incité à prendre un sac contenant une dizaine de pains de toutes formes que je peux facilement congeler.

 Tout à coup, Pierre me rejoint et me demande si j’ai un sac isotherme. Je n’y avais pas pensé. Pas de problème, il va m’en fournir un. Une fois par mois le Secours Catholique reçoit des produits frais qui sont stockés dans une chambre froide de 2-3 m². Les produits doivent être écoulés très vite pour la plupart et sont gratuits. Je reçois un sac isotherme plein à craquer. J’y découvrirai, en rentrant, du fromage, des laitages et même du magret séché en tranches.

 Puis vient le moment de payer. Ce principe me rassure. Je me rends à une table dans un coin où un homme et une femme prennent ma feuille, m’enregistrent sur un ordi et notent mes achats avec rapidité mais dans une bonne ambiance. J’ai le temps de voir une somme écrite sur ma feuille … dans les 19€ … avec toutes les courses dans mes sacs la somme est dérisoire … mais très vite on m’explique que je ne dois, en fait, que 2.61 € !

Publicité

 Muni de ma petite facture je retourne voir Pierre à l’entrée et je règle ma note. Et je retourne à ma voiture avec mes deux sacs de courses et ma poche de pain.

 Je suis assez ému, je dois le reconnaître, moins par la quantité de nourriture que par l’ambiance chaleureuse dans laquelle j’ai vécu cette expérience. Quelle chance j’ai eu de la vivre. Je me promets que dès que ma situation sera rétablie ils auront un nouveau bénévole même si je ne suis pas vraiment catholique mais l’entraide n’a pas de couleur.

 Voilà, cette histoire est vraie et c’est une belle histoire que je raconte avec le plus grand plaisir.

 



20 réactions


  • Francis JL 14 janvier 2019 13:28

    Merci pour votre témoignage.


  • Clocel Clocel 14 janvier 2019 16:26

    Courage !

    J’ai souvenir d’un séjour en yourte à la Grève sur Mignon (réunion sur l’habitat alternatif), les jeunes n’avaient pas l’air décidé à se laisser crever.


  • Sergio Sergio 14 janvier 2019 17:55

    Il a su ’traverser la rue’ avec courage car il a fallu ’faire un grand effort’ pour se présenter dans cette épicerie. Il y a de grands et de petits courages et cela ne se mesure pas, l’effort n’est pas toujours celui que l’on veut faire croire.

    Je souhaiterai une accession plus large à ce genre d’aide, beaucoup trop sont limites au niveau des ressources afin de pouvoir y être éligible. 

    Nono, beaucoup de sensibilité dans cet article.


  • Aristide Aristide 14 janvier 2019 20:03

    Pour des raisons que je ne développerai pas ici je suis sans ressources

    Peut-etre il serait instructif de connaitre à grands traits les raisons de cette situation. Une personne handicapée ? Le pourquoi d’une absence de retraite à 65 ans ? Aucun travail salarié, indépendant, ... à 65 ans ? ... enfin, dépasser le compassionnel(*)

    Mais bon, je vais en prendre plein la figure d’avoir osé poser la mauvaise question. 


    (*) Je souscris tout de même à cette mise en avant de tous les actions individuelles et collectives qui mettent en oeuvre un enseignement assez simple « Ici et maintenant ».


    • nono le simplet nono le simplet 15 janvier 2019 02:33

      @Aristide
      je vais en prendre plein la figure d’avoir osé poser la mauvaise question. 


      salut,
      non, non, en tous cas pas par moi ...
      ce serait instructif, sûrement, mais ce n’était mon propos ...


  • foufouille foufouille 14 janvier 2019 20:30

    fallait vendre une sdb .........

     smiley

    ou sérieusement louer une des chambres.


    • nono le simplet nono le simplet 15 janvier 2019 02:35

      @foufouille
      décidément, foufouille, tu ne comprends pas grand chose à grand chose ... peut être parce que tu es plus tourné vers toi que vers les autres ... dommage ...


    • foufouille foufouille 15 janvier 2019 18:37

      @nono le simplet
      réponse du gars qui est concerné pour une fois.


  •  C BARRATIER C BARRATIER 14 janvier 2019 20:40

    Bonjour

    Dans le Rhône il y a plusieurs associations qui offrent une épicerie solidaire. En général non confessionnelles, ouvertes à tous.C’est pareil partout, bénévoles bienveillants, qui font les fins de marchés et les grandes surfaces.Prix donnés.

    Je vais parler d’une association non confessionnelle ouverte à tous dont je suis membre. Même topo, mais en parallèle il y a un service gratuit d’aide à l’emploi pour ceux et celles sui le souhaitent. ça marche d’ailleurs bien

    Les « clients » nous sont adressés par des assistantes sociales. Ils ont droit à l’épicerie chaque semaine pendant 6 mois, après d’autres les remplacent. Dans le prolongement de l’épicerie, ils peuvent continuer à venir un autre jour avec une autre équipe de bénévoles, l’activité s’appelle la popote. Il s’agit d’apprendre à cuisiner, l’équilibre alimentaire, de choisir les produits frais les plus abordables. les « clients » découvrent qu’ils gaspillent beaucoup chez eux.La popote est gratuite, on en mange ensemble, on en emporte dans des tupperware.

    Mais la vraie autonomie reste pour chacun l’emploi local

    En table alphabétique des news :

    Cap sur l’emploi, aide à la recherche http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=218

  • velosolex velosolex 14 janvier 2019 23:42

    Bravo pour ce billet plein d’humanité. Une initiative formidable, comme le sont les ressouceries.

    Etre bénévole dans ces associations évidemment vous fait entrer dans un autre monde, plus méconnu maintenant que le bout du monde. 

    On va tout autant en immersion à la rencontre de soi même. L’estime de soi est de la plus haute importance dans une vie d’homme. Et cela évidemment valable pour ceux qui donnent et ceux qui reçoivent. Mais chacun est dans cette double proposition. 


  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 15 janvier 2019 22:55

    Ce qui me révolte fortement ( même que le mot est faible ) c’est de voir toute cette misère, et alors que de milliers de gus dépensent un pognon de dingue pour des bricoles superflues !


    J’ai une philosophie qui me fait penser quand la grande faucheuse à fait son œuvre, ben que le treillage pour le paradis existe peut-être !


    Ouf ! Je ne voudrais pas être dans les petits souliers de certains !


    C’est peut-être enfantin,... mais ça rend la vie sur terre plus agréable !


    @+ Papy


    P.S.


    Avant de bouffer les pissenlits par leurs racines, j’espère toujours en une 6 eme République !


  • VY-rus T MA’EL STROM 25 octobre 19:11

    pense a ta cuissine nono , le surgelé est en train de cramer ca sent j’ usqu ici ...

    tu va finir par nous faire une APOTRE plexy ...


    • The White Rabbit The White Rabbit 25 octobre 21:44

      @MA’EL STROM

      Pour une fois, merci.
      Merci de m’avoir fait découvrir ce bel article plein d’humanité.


    • VY-rus T 6 ruses de sioux 29 octobre 01:57

      @The White Rabbit

      d’ inhumanité veut tu dire ...pas grave c’ est ton clavier qui as coincer tu en achètera un nouveaux doré a l’ or fin demain ...

      Ton super heros solidaire se balade avec des FFP2 pourtant réquisitionnée pour nos soignant ...

      Pendant que les éboueur qui assure son petit confort se tape un bout de PQ sur le nez ....

      Vraiment un héro ce nono , qui suis je pour contester cette évidence smiley

      Tu lui dira cependant de ma part , que jouer les kakou en draguant la caissière qui bosse et attraper un petit rhume , un simple adenovirus sans conséquences n’ est vraiment pas malin surtout pour venir se plaindre après qu’ il est a l’ agonie.

      Allez mon petit lapinou tout mou , c’ est pas que tu m’ emmerde a tenter de me chier dans les botte , t’ est vraiment pas a la hauteur , mais la en enfer on as un arrivage tout frais de gens qui t’ on cru , faut que je trouve une punition adapter a chacun ...


      TON pote SATAN la bite 

      ALESTORM - Drink (Official Video) | Napalm Records

       


  • VY-rus T 6 ruses de sioux 29 octobre 01:43

    @guepe

    Les cygales ,après avoir chanté le mythe de l’immunité collective, viennent se plaindre des conséquences qu’elles ont elle meme provoqué....cf https://www.agoravox.fr/commentaire5891352

    > Salut alcyon/alphone/guepe , qu’ est ce que tu en as comme compte pas actif en même temps , même bebert il osait pas as ce point ...

    Ca doit compenser l’ absence de paire de couille ...

    demande a pemile , il parait que depuis qu’ il as rencontrer le paillard il en as une paire en trop ...il t’ en filera peut être la moitié ...


    Bien au contraire , nos mesure décente aurais été de confiné les bobo porteur le temps des vacance au lieu de mettre des feuille de PQ sur le nez du peuple .

    De traiter les cas réellement positif a l’ HCQ , avec 25 cycle de PCR au lieu de les noyer dans la masse des faux positif induit par 45 cycle .


    Enfin bon je vais pas chercher des noises a un handicapé politique comme toi ...

    Je vais même peut être plaider ta cause pour que tu obtienne une place bleu en temps qu’ assesseur pour les prochaine Election ( non ne rêve pas , pas d’ érection pour toi , on fait pas de miracle non plus )


    Toi qui gueule , y a une faute sur mon impitoyable orthographe , sait tu que que cigale ne s’ écrit pas comme ciguë dans sa forme ancienne (cyguë) ? 

    Mais oui c’ est un néologisme de bon tain par les temps qui court , peut être même un lapsus freudien sur la berezina qui attend certaine personne a la sortie de crise .


    Buvez donc la coupe j’ usqua la lie , socrate est connus de tous , je doute fort que l’ on se souvienne de vous .


    DEWA MATA , « TRISTE VILLE CE SOIR », Bye les fourmis 



Réagir