lundi 22 juin 2020 - par TahitiBob74

Les prophéties extraordinaires de John Glubb

John Bagot Glubb est né en 1897 d’un père ingénieur militaire avec lequel il voyagea beaucoup avant de devenir lui-même officier dans l’armée britannique. Passionné d’Histoire, il publia 17 livres parmi lesquels un livre sobrement intitulé « le sort des empires à la recherche de leur survie ». Ecrit en 1977, il est passé à la postérité pour la profondeur de son analyse historique malgré sa concision. Il est téléchargeable gratuitement sur internet.

JPEG

La fin de la civilisation européenne

Dans ce livre, John Glubb analyse les conditions de naissance, d’expansion puis de déclin des grands empires qui ont façonné l’Histoire. Il constate un phénomène étonnant : la durée de vie des empires est relativement constante, de 250 ans environ.

JPEG

Au sein d’une même civilisation, on peut assister à des « passages de relais » qui remettent le compteur à zéro : par exemple le passage de la République romaine qui dura de -260 à -27 (233 ans) à l’Empire romain (de -27 à +180 soit 207 ans).

Sur la base de cette durée relativement constante, John Glubb estime que l’empire américain, qui a débuté en 1846 devrait se terminer au cours de la seconde moitié du 21e siècle.

Si on transpose cette analyse à la civilisation européenne moderne qui débute à la fin du XVIIIe siècle avec les bouleversements de la Révolution française, on arrive à un clap de fin aux alentours de 2050.

D’après l’analyse de John Glubb, plusieurs options sont alors possibles : soit une révolution profonde et douloureuse qui transformera profondément l’ordre existant vers 2050 et permettra de repartir sur un cycle de 250 ans ; soit un effondrement lent  ; soit un passage sous domination d’une autre civilisation plus dynamique, hypothèse qui fait écho au livre « Soumission » de Michel Houellebecq.

Le cycle de vie des empires

John Glubb identifie 5 phases dans le cycle de vie d’un empire : l’âge des pionniers, l’âge des conquêtes, l’âge du commerce, l’âge de l’abondance, l’âge de l’intellect et enfin l’âge de la décadence.

Il est intéressant de noter que l’âge de l’intellect précède l’âge de la décadence alors qu’il constitue a priori un élément positif. John Glubb note en effet qu’à la suite de l’âge de l’abondance, l’élite civile et politique est en plein zénith et s’enorgueillit de financer artistes, œuvres d’art, musées, écoles et universités. Cet âge s’accompagne de progrès scientifiques importants.

John Glubb note ainsi que « la diffusion des connaissances semble être la plus bénéfique des activités humaines, et pourtant chaque période de déclin est caractérisée par cette expansion de l’activité intellectuelle.  »

Comment expliquer cela ? John Glubb analyse que « l’intellectualisme et la perte du sens du devoir apparaissent simultanément dans l’histoire de la vie de la nation. […] L’intellectuel brillant, mais cynique apparaît à l’extrémité opposée du sacrifice émotionnel du héros ou du martyr. »

Ce constat rejoint celui d’un autre auteur intéressant : dans son livre « Metahistory », Hayden White analyse le rapport entre l’imaginaire historique d’une civilisation et la phase dans laquelle elle se situe. Il note ainsi que, selon les périodes, les gens se représentent leur Histoire comme un récit épique, comme une comédie, comme une tragédie ou comme une satire.

Publicité

JPEG

Cette dernière représentation correspond à une lecture critique et déconstructiviste de l’Histoire qui se traduit en particulier par la destruction forcenée des symboles historiques. Ça ne vous rappelle rien ? Sur le sujet particulier de la satire comme modèle de représentation historique, je vous recommande l’excellente vidéo « l’art de la riposte : la rhétorique de l’ironie » de la chaine YouTube Victor Ferry.

Les 8 critères du déclin

Pour en revenir à John Glubb, il identifie 8 critères qui traduisent un passage vers « l’âge de la décadence » et qui reviennent avec constance dans l’histoire des grands empires :

  • Passage en mode défensif
  • Pessimisme
  • Matérialisme
  • Frivolité
  • Dissensions civiles
  • Un afflux d’étrangers
  • Un affaiblissement de la religion
  • Un état providence

Le passage en mode défensif est un signe avant-coureur qui intervient tôt dès la phase d’abondance et qui se traduit par l’arrêt de l’effort d’expansion de l’empire et son repli sur ses frontières naturelles : « La nation, immensément riche, ne s’intéresse plus à la gloire ni au devoir, mais veut simplement conserver sa richesse et son luxe. ».

Il est ironique de constater que le général De Gaulle est, à l’aune des critères de Glubb, celui qui engagea la France sur la voie du déclin avec l’abandon de l’Algérie française puis des colonies d’Afrique alors même qu’il est célébré par beaucoup comme l’architecte de la grandeur française.

On constate sans difficulté que tous les critères de Glubb sont remplis concernant notre civilisation occidentale. Je ne m’appesantis pas sur le pessimisme, le matérialisme, l’afflux d’étrangers et l’affaiblissement de la religion qui sont des phénomènes bien connus de notre société actuelle.

Notons toutefois cette extraordinaire prophétie de John Glubb sur des évènements qui se produisent aujourd’hui, plus de 40 ans après l’écriture de son livre : « Beaucoup d’immigrants étrangers appartiendront probablement à des races initialement conquises et absorbées par l’empire. Alors que l’empire connaît son plein vent de prospérité, tous ces gens sont fiers et heureux d’être des citoyens impériaux. Mais quand le déclin s’installe, il est extraordinaire de voir à quelle vitesse le souvenir des guerres antiques, peut-être des siècles auparavant, est subitement ressuscité. »

JPEG

Le critère des « dissensions civiles » traduit l’intensification des haines politiques internes. C’est particulièrement le cas aux États-Unis depuis l’élection de Trump qui a enflammé le camp progressiste, devenu prêt à tout pour le faire tomber. Mais également en Europe où le fossé se creuse de plus en plus entre partis progressistes et nationalistes, sans parler des intrants islamistes et indigénistes qui viennent encore rajouter à la confusion.

Sur le critère de frivolité, John Glubb note que : « La frivolité est la compagne fréquente du pessimisme. Mangeons, buvons et réjouissons-nous, car demain nous mourrons. La ressemblance entre diverses nations en déclin à cet égard est vraiment surprenante. ».

Les historiens contemporains de l’Empire arabe de Bagdad soulignent ainsi avec amertume l’indifférence, le matérialisme croissant et le laxisme des mœurs sexuelles dans la Bagdad du début du Xème siècle. Ils commentent l’influence extraordinaire de chanteurs de luths devenus très populaires auprès des jeunes.

De manière surprenante, John Glubb constate également que les phases de déclin des empires s’accompagnent systématiquement d’un accroissement du rôle des femmes dans la vie publique. Il avoue lui-même ne pas savoir expliquer ce phénomène : « Je ne me risquerais pas à tenter une explication ! Il y a tant de mystères dans la vie humaine qui dépassent de loin notre compréhension. »

Toutefois, rappelant les dernières années de l’Empire romain, John Glubb note que « L’augmentation de la confusion et de la violence qui en résulta [de l’entrée des envahisseurs étrangers dans le pays] fit qu’il n’était plus sûr pour les femmes de circuler sans escorte dans les rues, ce qui entraina l’effondrement du mouvement féministe  ». Tiens donc. 

Enfin, le dernier critère « État providence » peut surprendre. John Glubb le resitue dans un contexte plus général de philanthropie et de xénophilie : « L’histoire, cependant, semble suggérer que l’âge du déclin d’une grande nation est souvent une période qui montre une tendance à la philanthropie et à la sympathie pour les autres races. ».

Publicité

L’empire dominant est heureux d’être généreux, certain de rester pour toujours au sommet de sa puissance : « Les droits de citoyenneté sont généreusement accordés à toutes les races, même celles qui étaient autrefois assujetties, et l’égalité de l’Humanité est proclamée ». Toute ressemblance …

L’Empire romain et plus encore, l’empire arabe de Bagdad firent montre d’une générosité somptuaire dans les derniers instants de leur Âge de l’intellect (qui, rappelons-le, est encore un âge prospère) en fournissant citoyenneté, subventions, nourritures, jeux et soins gratuits.

Comme le note John Glubb, « il est peut-être incorrect d’imaginer l’État-providence comme la marque supérieure des réalisations humaines. Cela peut simplement s’avérer être une étape assez normale dans la vie d’un empire vieillissant et décrépit. »

Existe-t-il une solution ? 

Dans son livre, John Glubb ne prétend pas à l’exhaustivité ni même à pouvoir expliquer certaines des corrélations qu’il constate dans son analyse historique.

Il souligne que la cause finale qui provoque la chute d’un empire peut-être très variable. En cela, il rejoint la théorie systémique du « manteau de neige » qui veut qu’un empire ne s’effondre jamais pour une cause précise, mais en raison d’une accumulation de crises qui finit par avoir raison de lui. Il s’effondre comme un vieil arbre sans sève ou comme un manteau de neige qui a reçu un flocon de trop. La nature de ce flocon importe peu finalement.

JPEG

En écho au célèbre livre de Douglas Murray « L’étrange suicide de l’Europe », John Glubb écrit : « La décadence est une maladie morale et spirituelle, résultant d’une trop longue période de richesse et de pouvoir, produisant le cynisme, le déclin de la religion, le pessimisme et la frivolité. Les citoyens d’une telle nation ne feront plus d’effort pour se sauver eux-mêmes, parce qu’ils ne sont pas convaincus que quelque chose dans leur vie mérite d’être sauvé.  »

Pourrait-on faire quelque chose pour éviter cette chute ? John Glubb pense que non : « Les faiblesses de la nature humaine, cependant, sont si évidentes, que nous ne pouvons pas être trop confiants dans le succès de cette entreprise. Les hommes débordants de courage, d’énergie et de confiance en eux ne peuvent être facilement empêchés de soumettre leurs voisins, et les hommes qui voient s’ouvrir des perspectives de richesse seront difficilement arrêtables ».

Il ne reste donc qu’à nous préparer à l’inévitable, pour nous ou pour nos enfants. John Glubb souligne que la décadence des empires est avant tout celle d’un système avant d’être celle des hommes. La solution, selon lui, semble donc d’émigrer vers un pays sain pour échapper au contexte délétère d’un pays en déclin : « quand les membres individuels d’une société [décadente] émigrent dans un environnement entièrement nouveau, ils ne restent ni décadents, ni pessimistes ou immoraux parmi les habitants de leur nouvelle patrie.  »

C’est une solution peu enthousiasmante – surtout pour ceux qui pensent avoir l’âme patriote – mais en existe-t-il une autre ? Doit-on accepter d’être définitivement lié à un pays qui est en train de couler, dans lequel on ne se reconnait plus ?

Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, il est possible de changer assez facilement de cadre de vie, d’aller vivre dans des pays sains qui refusent la dictature de la pensée libéral-progressiste occidentale : Russie, Pologne, Tchéquie, Hongrie, Biélorussie, certains pays d’Amérique du Sud, voire même le Japon. Parions que cette facilité ne durera pas éternellement : il se pourrait que le prochain mur de Berlin soit côté ouest, cette fois-ci. C’est ma prophétie à moi.

Rejoignez-moi sur mon blog www.projet-resilience.com.



105 réactions


  • totof totof 26 juin 2020 00:34

    C’est quoi la peinture qu’il y a pour cet article dans la page de présentation d’Agoravox ? Elle est hallucinante ! Superbe tableau !!


  • troletbuse troletbuse 27 juin 2020 15:36

    Je pense qu’en Occident, on a sauté l’age de l’intellect.


  • Christian Slipenfer 1er 28 juin 2020 22:34

    « CARACTÉRISTIQUES DES TRANSITIONS :
    Selon le point de vue présenté ci-dessus, l’effondrement peut être considéré comme une réorganisation pour des valeurs de niveau supérieur plutôt que comme le déclin d’un système de valeurs raffiné et durable. Les valeurs changent sur un mode régressif-progressif lorsque chaque ensemble de problèmes existentiels est résolu et présage un mouvement vers des systèmes psychologiques de niveau supérieur. De ce point de vue, la croissance des valeurs avance jusqu’à un point critique puis change lorsque ce point est atteint. La pression des conditions changeantes produit d’abord une régression et une désorganisation des valeurs suivies d’un mouvement de poussée vers un niveau d’organisation plus élevé. La désorganisation régressive est interprétée par beaucoup comme un signe de déclin alors qu’elle peut être interprétée de ce point de vue comme un signe de préparation pour une réorganisation de plus haut niveau. Le passage à un nouveau niveau supérieur d’organisation est interprété par beaucoup comme le signe de décadence, car les nouvelles valeurs rejettent très souvent de nombreux aspects des valeurs qui les ont immédiatement précédées. Cette réorganisation régressive-progressive est au cœur de l’interprétation des valeurs proposée ici. Ainsi, les principaux signes de dégradation, dans des cadres de référence plus habituels, deviennent de ce point de vue, le signe tout à fait important de la croissance réorganisatrice.
    Cette interprétation nous permet de mieux comprendre les crises et les confrontations de valeurs. Lorsque les anciennes valeurs de l’homme ne sont plus appropriées à son nouvel état existentiel, elles semblent se désagréger alors que l’homme recherche de manière régressive un nouveau système de valeurs plus conforme à son nouvel état d’être. Lorsqu’il développe une lueur de compréhension sur son nouveau système de valeurs, des crises comportementales telles que des émeutes et des confrontations peuvent se développer. À ce moment-là, il lutte contre son establishment, son ancienne génération, l’ancien système de valeurs qu’il s’efforce de dépasser. Et là, les establishments résistent à la mise en application par l’homme de ses nouvelles, mais embryonnaires, façons de penser. Puis, au fil du temps, l’homme surmonte les valeurs du passé, développe ses nouvelles valeurs et consomme son mouvement dans son prochain système de valeurs stable.
    Ma position de base est donc très simple. Elle est que l’homme adulte, à mesure qu’il grandit psychologiquement, progresse par sauts d’un système de valeurs approprié dans des circonstances de vie restreintes à des systèmes de valeurs plus élevés appropriés à de meilleures conditions de vie et d’existence. Selon cette position, l’homme, à mesure que lui et ses sociétés se développent, doit subordonner les anciennes valeurs si jamais il est amené à développer de nouvelles valeurs adaptées à son nouvel état d’existence. Développer et rejeter, conserver et réarranger, telle semble être la façon dont la nature traite toutes choses. Cet ordre de base devrait-il être différent dans le domaine des valeurs ? Je suggère que la réponse est peut-être non. »

    Clare W. Grave, Article dans « Revue de Psychologie Humaniste ». 1970.


Réagir