samedi 21 avril - par Laurent Herblay

Migrants : la myopie carabinée du FMI

C’est un discours connu dans certains cénacles : les pays dits développés auraient intérêt à avoir recours à la main d’œuvre immigrée pour compenser leur déclin démographie. Le FMI y apporte son soutien, après bien d’erreurs commises dans le passé, dont celui, reconnu, d’avoir sous-estimé les méfaits des politiques d’austérité, qu’il a tant promues. Nouvelle erreur.

 

Le petit bout de la lorgnette intellectuelle
 
« Bien qu’accueillir des migrants puisse poser des problèmes et susciter potentiellement un revers politique, ceux-ci pourraient aussi être une aubaine pour les pays hôtes » : voici le jugement convenu du FMI, qui affirme que « le vieillissement de la population pourrait ralentir la croissance des économies avancées », du fait de la baisse de la population. L’institution de Washington appelle à « repenser les politiques migratoires pour dynamiser la main d’œuvre disponible dans les économies avancées ». Rien de bien surprenant dans ce discours, celui des élites ultralibérales communautaristes et du patronat, aussi prétendument évident que profondément superficiel, et, pire encore, très intéressé.
 
D’abord, la croissance globale d’une économie n’est qu’un indicateur très imparfait. En effet, une croissance plus faible peut camoufler une croissance par habitant plus importante, comme l’a montré le Japon dans les années 2000, avec moins de croissance du PIB que l’UE et les Etats-Unis, mais plus de croissance du PIB par habitant, Japon qui refuse l’immigration et se protège mieux des excès ultralibéraux. Ensuite, ce qui compte aussi, c’est la distribution de la croissance, comme le montrait Paul Krugman dans « L’Amérique que nous voulons », soulignant l’égalité de la croissance de toute la population pendant les Trente Glorieuses, par contraste avec la situation ultra-inégalitaire actuelle.
 
Enfin, il ne devrait pas avoir échappé au FMI que beaucoup de pays dits développés souffrent encore d’un taux de chômage ou de sous-emploi significatif, et que presque aucun ne semble avoir un fort manque global de main d’œuvre, réduisant à néant l’argument du besoin de main d’emploi, d’autant plus que beaucoup d’études pointent les risques d’une raréfaction des emplois demain. Pire, bien des études démontrent les coûts très significatifs de l’immigration sur l’économie. L’OCDE avait récemment affirmé qu’elle coûtait 0,5% du PIB de la France et The Economist, qui y est pourtant favorable, pointait le coût élevé des migrants peu qualifiés sur les économies d’accueil.
 
Le même The Economist avait aussi montré que l’afflux de migrants pèse sur les salaires, avec le cas d’un afflux de Cubains en Floride en 1980 par la levée de l’embargo maritime. Ce faisant, il apparaît clairement que la grande majorité des nationaux y perdent, à moins d’être en manque criant de main d’œuvre, ce qui n’est pas le cas dans les pays développés aujourd’hui. Les gagnants peuvent être les migrants, mais surtout, les entreprises qui gagnent une concurrence redoutable pour les travailleurs nationaux, des personnes prêtes à travailler pour des conditions souvent largement dégradées, du fait de référentiel complètement différent. Voilà la réalité économique de l’immigration.
 
 
Qui plus est, l’économie n’est qu’une chose et l’immigration peut également poser de vrais problèmes sociétaux, outre une contribution non négligeable à la délinquance et à la criminalité, à travers la remise en cause du mode de vie local différent du leur. Voilà pourquoi il me semble qu’une société doit pouvoir restreindre le plus possible ces mouvements, si elle le souhaite.


6 réactions


  • Jonas 21 avril 11:51

    " Les gagnants peuvent être les migrants, mais surtout, les entreprises qui gagnent une concurrence redoutable pour les travailleurs nationaux, des personnes prêtes à travailler pour des conditions souvent largement dégradées, du fait de référentiel complètement différent.« 

    C’est pour cela que les lobby industriels et financiers favorisent la politique de  »migration de remplacement« , préconisée par l’ONU et l’UE pour  »faire en sorte que l’Europe reste une destination attrayante pour les migrants dans un contexte de déclin démographique, notamment en révisant le régime de la carte bleue, en redéfinissant les priorités des politiques d’intégration et en améliorant l’efficacité de la politique migratoire des pays d’origine, par exemple en facilitant les envois de fonds des travailleurs émigrés."


  • jakem jakem 21 avril 17:45

    Je ne suis pas éconono, ne comprends rien aux chiffres, mais pense qu’il est juste de dire que la croissance sera stimulée par un accroissement de la population.

    MAIS, quelle croissance ? celle qui dépend des emplois publics subventionnés par la dette et qui ne produisent rien, ou celle qui rend un pays prospère ?

    A mon avis les immigrés actuels et futurs ne permettront pas à la France de retrouver la prospérité.


  • cétacose2 21 avril 20:47

    Fort heureusement il y a quelques bouffées d’oxygène Exemple aujourd’hui des jeunes ( ils ne sont pas tous dégénérés) se sont rendus au col de l’Echelle à la frontière franco italienne pour empécher les migrants d’infester la France......


  • lloreen 22 avril 09:02

    Il n’ y a rien à attendre d’un fonds de commerce (FMI) qui suit à la lettre le plan Coudenhove-Kalergi,
    https://www.youtube.com/watch?v=RCLQPLEhLqI

    soutenu et financé en son temps par un certain feu David Rockefeller, ami de la dynastie financière Rothschild, qui sponsorise les présidents républicains européens dont monsieur Macron,
    http://www.valeursactuelles.com/politique/coulisses-politiques-quand-rothschild-sponsorise-macron-72133

    tout ce « beau » petit monde agissant en coulisses pour l’instauration de leur nouvel ordre mondial, qui n’est en réalité la prolongation réactualisée de l’empire babylonien.
    http://www.contre-info.com/david-rockefeller-promoteur-et-financier-du-mondialisme-est-mort-a-101-ans


  • zygzornifle zygzornifle 22 avril 09:53

    Les patrons voulaient du migrants pour bosser a bas coût mais ils ne sont pas venus pour bosser mais pour se la couler douce et de toute façon avec l’IA et la robotique les petits boulots vont être remplacés par des machines donc des bouches de plus a nourrir a soigner pour le con tribuable ,a quand une CSG migrant pour les entretenir ? ....


  • zygzornifle zygzornifle 22 avril 12:54

    Macron avait promis les lunettes remboursée donc le FMI va pouvoir soigner sa myopie ....


Réagir