samedi 9 mai - par Laurent Herblay

Qui doit payer la fermeture des commerces ?

Autant est régulièrement évoquée la situation difficile des commerçants contraints de fermer du fait de l’épidémie, et notamment les restaurateurs, autant la question de la juste répartition du coût de cette fermeture se fait beaucoup plus discrète. Pourtant, les implications économiques sont beaucoup trop importantes pour la laisser au libre-arbitre des différents acteurs.

 

L’État, le commerçant, le bailleur, les banques et les assurances
 
La question est sensible mais elle mérite d’être posée tant la situation que nous vivons depuis la mi-mars a fait entrer notre économie dans un territoire inconnu. Imposer la fermeture du jour au lendemain à la majeure partie des commerces pour une longue durée revient à déclencher une bombe à retardement pour les commerçants. Bien sûr, la décision avait probablement du sens du point de vue de la santé publique, en l’absence de tests ou de moyens de protection, tant nous aurions pris le risque d’une accélération de la propagation de l’épidémie. Malgré tout, on pourra toujours se demander si l’ouverture de certaines grandes surfaces avait du sens du fait des flux qu’elles génèrent, par rapport à des petits commerces générant des flux de clients limités. Gageons qu’une étude le montrera.
 
Abstraction faite du niveau de dangerosité réelle des différents types de commerce, se pose la question fondamentale de la répartition du coût de leur fermeture. Tout faire porter par le commerçant est évidement hors de question. Ce serait aussi injuste que dangereux tant cela en plongerait dans la faillite, provoquant une destruction massive d’emplois digne de la Grande Dépression. Cela est particulièrement vrai pour les commerces qui ne pourront pas rouvrir le 11 mai. Et plus généralement, il faudrait sans doute prendre en considération les conséquences directes (le chiffre d’affaires perdu) et indirectes (renforcement de la concurrence digitale, stock perdu, temps pour relancer).
 
De façon légitime puisqu’il a décidé la fermeture, l’État apporte déjà sa contribution de plusieurs manières. D’abord, par le dispositif de chômage partiel, qui permet de ne pas avoir à se séparer de ses salariés, même si c’est à l’entreprise de faire l’avance de trésorerie avant de se faire rembourser. Diverses mesures de report ou exonération de cotisations sociales ou des prêts pour renforcer la trésorerie des entreprises complètent, sans doute imparfaitement, la panoplie. Mais se pose également la question des autres parties-prenantes clés des commerçants : les bailleurs, les banques et les assureurs notamment. En effet, si l’Etat doit jouer un rôle majeur, il ne doit pas être le seul.
 
Les bailleurs doivent logiquement être mis à contribution car il ne serait pas juste qu’ils touchent leur loyer comme si de rien n’était, comme Dominique Seux, des Echos, l’indiquait mi-avril, même si je ne suis pas très souvent d’accord avec lui. De même pour les banquiers. Cela est d’autant plus vrai que les conséquences d’une telle mise à contribution, seront probablement moins lourdes que pour les commerçants obligés de totalement fermer boutique. Et ils auraient sans doute bien plus à perdre en cas de faillite des commerçants. Enfin, il paraît légitime que les assurances soient également mises à contribution : on ne peut pas toucher des primes d’assurance et échapper aux différents risques.
 
Dès la fermeture mi-mars, les commerçants ont exprimé leur détresse. Mi-avril, le ministre de l’économie s’est contenté d’un appel aux bailleurs pour que les TPE ne paient pas trois mois de loyer, se contentant de préconiser des négociations de gré à gré pour les autres. Mais de gré à gré, ce sont les seuls rapports de force qui joueront, ce qui favorisera la loi du plus fort. Au final, le risque est que ce soit les grandes chaines qui parviennent, par leur position de force, à obtenir le plus des bailleurs, quand les commerçants indépendants auraient des conditions bien moins favorables. Natacha Polony avait bien raison de dire que « ce sont toujours les petits qu’on laisse mourir  »…
 
 
Ici encore, l’Etat a failli. Fermer les commerces imposait de définir rapidement un cadre solide pour définir le partage du coût de la fermeture, différencié par type de commerce et partie-prenante, un cadre unique conduisant sans doute à des injustices. Cela aurait du être fait fin mars au plus tard. Mais encore une fois, l’exécutif s’en remet à la loi de la jungle plutôt que de définir un véritable intérêt général.
 


45 réactions


  • Arogavox Arogavox 9 mai 13:22

    Question béotienne :

     en temps de guerre, est-ce que l’Etat prend en charge le manque à gagner des commerçants, des ’entrepreneurs’, des salariés ... et de tous les bons petits (’riens’ -) pères de famille envoyés au combat ? (les médailles et pensions de guerre éventuellement distribuées après compensent-elles tout ?) ...


    • Jeekes Jeekes 9 mai 16:53

      @Arogavox
       
      Réponse du même niveau de réflexion :
      En temps de guerre, est-ce que l’état prend en charge le manque à gagner des banques et des grosses entreprises, multinationales fraudeuses et génératrices de paupérisation du petit peuple ?
       
      Ben oui.
       
      Etonnant, non ?
       
       


    • Arogavox Arogavox 9 mai 17:55

      @Jeekes
       ben oui, étonnant ! 
       (Est-ce qu’un étonnement en empêche un autre ? ... et accessoirement, ou peut-on acheter les repères permettant de fixer un éventuel ’niveau’ à chaque réflexion suscitant ces étonnements ?)


    • machin 10 mai 07:06

      @Jeekes

      En temps de guerre, est-ce que l’état prend en charge le manque à gagner des banques et des grosses entreprises, multinationales fraudeuses et génératrices de paupérisation du petit peuple ? "

      .

      En temps de paix comme de guerres, le capitalisme privatise les gains et mutualise les pertes. C’est une constante.

      .

      C’est ainsi que les scélérats soldent à prix bas, tous les biens d’État rentables .

      C’est ainsi dans toute l’Europe.

      .

      Auparavant, pour que cela passe mieux nos maquignons démocratiquement élus sabotent littéralement le bien ou le service avant la vente.

      .

      Communications, transport,énergie, santé/hôpital, éducation, justice, défense nationale.... On liquide tout.

      .

      Communications, transport, énergie, ça, c’est fait..

      .

      Actuellement ils s’occupent de la santé/hôpital...

      Et, avec l’aide de L’Europe scélérate, ils le font bien et très très vite.


      Très curieusement, tous les pays européens souffrent très exactement des mêmes maux...


      En ce moment, juste avant la grande braderie, ils ont mal à l’hôpital.


      Mais c’est bien sûr, je suis complotiste...


    • V_Parlier V_Parlier 11 mai 10:50

      @Arogavox
      Parce-que vous vous croyez « en temps de guerre » ?
      A part la mise en faillite des petits commerces et ce semblant de couvre feu, je ne vois AUCUNE disposition prise comparable à une situation de guerre (la preuve que ça n’en est pas une). Votre remarque est digne d’un néolibéral pur jus qui choquerait même peut-être Barbier lui-même.


  • titi 9 mai 14:18

    @l’auteur

    « Ici encore, l’Etat a failli. Fermer les commerces imposait de définir rapidement un cadre solide pour définir le partage du coût de la fermeture »

    Bof.

    Au final on sait pertinemment qui va payer : les Français.

    Soit c’est l’Etat qui prend en charge, et ce sont les Français qui paieront par des augmentations d’impôt

    Soit ce sont les assureurs, et ce sont les Français qui paieront par des augmentations des primes.


    Donc c’est un non sujet.


    • Jeekes Jeekes 9 mai 16:59

      @titi
       
      Tiens, encore un...
       
      En revanche je suis sûr que ça ne te pose aucun problème que l’état ’’sauve’’ les banques et la finance avec nos impôts, hein ?
       
      Mais kicétikipaye ?
      Tu te goures, c’est pas les Français, enfin pas tous.
      C’est juste une partie d’entre-eux. Parce que les gros-gras, voleurs, tricheurs, profiteurs, eux ils ne payerons rien du tout.
       
      Eux ils défiscalisent, ils se gavent. Et pourtant ils les pleurnichent ces aides.
      Ces aides qui sont payées avec Nos impôts et qui sont redistribuées aussi-sec aux actionnaires sous forme de dividendes.
       
      Mais ça c’est bien, là tu approuves ?
       

       

       


    • titi 9 mai 17:26

      @Jeekes

      « En revanche je suis sûr que ça ne te pose aucun problème que l’état ’’sauve’’ les banques et la finance avec nos impôts, hein ? »
      Le sauvetage de 2008 c’est la planche à billets de la BCE qui au final l’a fait.
      La BCE a racheté à tour de bras les dettes souveraines. Et elle continue de le faire.

      Et n’empêche. Vous pouvez toujours dire que ce serait mieux avec ou sans les banques, avec ou sans l’euro, avec ou sans ceci ou avec ou sans cela.
      Tous ces discours pour traiter le problème de la dette.
      Alors que ce problème il suffit de le prendre à la source : interdire le vote d’un budget déficitaire comme cela est fait depuis 40 ans dans les pays du Club Med.

      Que l’Etat ait recours à la dette pour gérer une crise comme l’a fait Sarko en 2008, ou comme va le faire Macron c’est tout à fait normal.
      Que l’Etat ait recours à la dette pour son fonctionnement normal quand il ne se passe rien, ça c’est un problème.


    • titi 9 mai 17:42

      @Jeekes

      Vous mélangez tout dans un charabia incompréhensible.
      J’ajoute que vous ne visiblement vous ne savez pas ce que sont les dividendes.

      Et pour l’instant ceux qui pleurnichent pour les aides, ce sont Air France, Renault, la SNCF.
      Toutes les entreprises dont l’Etat est actionnaire. 


    • V_Parlier V_Parlier 11 mai 10:54

      @titi
      Un euro dévalué de 50% moi je fairais avec. Donc la planche à billets pourquoi pas. Ce serait un moyen d’obtenir « sans le faire exprès » ce qu’on ne peut avoir par la souveraineté monétaire et la maîtrise des échanges commerciaux (empêchés par l’UE) : Un certain niveau de relocalisation, non sans peine car bien trop tard.


  • troletbuse troletbuse 9 mai 15:20

    -Qui paiera ?

    -C’est l’Etat

    Et l’état, c’est nous

    Pas de problème.

    On nous laissera juste de quoi survivre et encore..


    • germon germon 10 mai 08:12

      @troletbuse

      -Qui paiera ?

      Et pourquoi pas ceux qui ont des comptes dans les paradis fiscaux.
      Car «  » L’État «  » doit bien avoir la liste nominative et des prête nom, sinon à «  » BERCY «  » ils doivent être complice.

      A je rêve d’une prochaine «  » Épuration «  » de tous ces magouilleurs.


  • oncle archibald 9 mai 15:41

    « Ce serait aussi injuste que dangereux tant cela en plongerait dans la faillite, provoquant une destruction massive d’emplois  »

    Absolument faux ! Soit ces commerces « ne servaient à rien » ou sont en surnombre et il y aura donc effectivement des suppressions d’emplois qui n’a rien à voir avec l’épidémie, soit ils correspondent à un vrai besoin de la population et ils retrouveront leur clientèle à la réouverture.

    Si un restaurateur « utile » car répondant à un besoin se trouve en faillite un autre restaurateur qui cherche à s’installer prendra sa place et aura le même nombre d’employés. Je suis assez effaré par cette culture du « tout m’est du » et demain il faut que tout soit comme hier sinon c’est aux contribuables ou à l’ensemble des assurés de payer pour me venir en aide.

    L’aléa existe. Je me marre quand j’entends les agriculteurs réclamer de l’aide par ce que cette année il a grêle sur leur récolte ! Ou les restaurateurs installés sur des lieux touristiques d’été hurler qu’il a tellement plu au mois d’Août qu’ils ont eu leur chiffre d’affaire divisé par deux. Ou ceux des stations de ski se plaindre qu’il n’a pas neigé ! C’est dingue non ?

    La vie est très risquée dès le jour de notre naissance non ? Dans les Pyrénées Orientales ou la tramontane souffle souvent très fort on se gausse des « parisiens » qui au bord de la route pissent contre le vent. Les autochtones se marrent et se demandent s’ils sont assurés pour pouvoir porter leur pantalon au pressing !


    • pingveno 10 mai 10:16

      @oncle archibald

      Si un restaurateur « utile » car répondant à un besoin se trouve en faillite un autre restaurateur qui cherche à s’installer prendra sa place et aura le même nombre d’employés.
      Sauf que pour ouvrir un nouveau restaurant il faut investir, et qu’à l’heure où 90% de la masse monétaire est dans des services boursiers, les seuls qui ont encore les moyens d’investir sont des grosses entreprises et des fonds de pension américains. Il y a donc fort à parier que le remplaçant soit en fait une grande chaîne de restauration. Peut-être que ça ne vous sera pas présenté comme ça, une chaîne qui n’existait pas avant mais un gros investisseur opportuniste s’est dit que cette crise était un nouveau marché à prendre. Peut-être même que ce sera le même restaurateur, sauf qu’il ne sera plus propriétaire de son affaire, et qu’il devra donc travailler plus pour gagner moins, augmenter les prix et baisser la qualité.
      Pas de problème me direz-vous il n’y a qu’à aller chez le concurrent d’en face... sauf que lui aussi sera un ex-petit patron qui travaille pour le fonds de pension concurrent. Et donc avec les mêmes contraintes. On nous raconte depuis des décennies que la concurrence libre et non faussée stimule l’innovation et que la sélection naturelle ne garde que les meilleurs. Sauf que depuis bien longtemps les « meilleurs » ce sont ceux qui arrivent le mieux à entuber le fisc, et pour ce qui est de la qualité,

      Je suis assez effaré par cette culture du « tout m’est du »
      Et moi je devrais être effaré de voir que ceux qui défendent éternellement le principe de la liberté absolue n’aient rien vu à redire au fait que l’Etat se soit arrogé le droit d’interdire l’exercice de tout un pan de l’activité économique. Je devrais, mais ce n’est pas le cas parce que j’ai l’habitude : ce n’est pas la première fois que ceux qui prétendent soutenir la « concurrence libre et non faussée » organisent un système où elle devient manifestement déloyale, dès lors que le même produit peut être librement vendu par des grands groupes mais pas par les petits commerçants.


    • oncle archibald 10 mai 11:21

      @pingveno

      Nous ne vivons pas dans le même monde. Moi je vis dans celui de la responsabilité personnelle et de la récompense des bosseurs. Les beaux parents de mon fils ainé étaient lui cuisinier et elle serveuse, ils ont fini avec un restau bien à eux et très à la mode et n’ont jamais pensé être concurrencés par des « grands groupes ».

      Ceux qui sont concurrencés par les grands groupes sont ceux qui font bouffer à leurs clients la même merde que les grands groupes achetée au Métro du coin et réchauffée à la demande. Tant pis pour eux s’ils font faillite ! Vive les restau ou la carte est écrite tous les jours à la craie sur une ardoise en fonction de ce que le cuistot a trouvé au marché.

      Pour ce qui est d’entuber le fisc les petits sont aussi doués que les grands ! Le beau père de mon fils gueule comme un putois devant sa si petite retraite, en oubliant qu’il a cotisé à hauteur de ce qu’il déclarait et non pas de ce qu’il gagnait !

      Heureusement il y a une morale : il s’est fait choper à l’ISF car il investissait son black en achetant à vil prix des immeubles en très mauvais état, en les faisant retaper par des artisans, au black évidement , puis en y mettant des locataires ! Il n’avait pas réalisé que c’était très visible !


    • foufouille foufouille 10 mai 15:50

      @oncle archibald

      tu es vraiment sénile ou ne sort jamais de chez toi.

      de nos jours, une personne qui bosse ne réussi que rarement sans fric surtout dans la restauration qui ferme par manque de clients.

      avant un smicard pouvait acheter sa maison en allant au resto de temps en temps.


    • oncle archibald 10 mai 18:53

      @foufouille :

      Tu rêves ! Une personne qui se crache dans les mains trouve toujours du boulot et si en plus cette personne a du talent et quelques neurones en bon état elle peut monter son affaire sans pb. Essaye de trouver un plombier à Gruissan par exemple .... Impossible sauf au black !


    • foufouille foufouille 10 mai 19:03

      @oncle archibald

      tu es sénile, le foncier est hors de prix.

      vas aussi remplacer les roumains dans l’agriculture pour un demi smic horaire et 12h/j.

      ton plombier est au black car le smicard n’a plus les moyens de le payer. pareil pour le garagiste.


    • Cadoudal Cadoudal 10 mai 19:09

      @foufouille
      Le plombier bosse au black car il ne veut plus engraisser le système...

      Et il a entièrement raison...


    • oncle archibald 10 mai 21:39

      @Cadoudal

      Le même plombier il est chômeur indemnisé il touche les allons plein pot ill à la cantine gratuite pour ses momes le tout aux frais des pauvres cons qui marchent dans les clous. Si on vit au far-west faut le dire, je ne suis pas trop mauvais au pistolet à 10 mètres.


    • Cadoudal Cadoudal 10 mai 21:47

      @oncle archibald
      Si tu veux continuer à jouer au con avec des gens qui te méprisent ouvertement et souhaitent ta disparition, c’est ton problème...

      Au far west, Geronimo refusait de payer des impôts pour financer Custer...lol...

      Le grand historien des guerres indiennes Robert Utley soutient que la pression continue de l’immigration dans les Amériques, plus sûrement que les forces armées, a privé les Indiens de leurs terres et tous moyens de subsistance, ne leur laissant d’autre choix que la soumission.


    • V_Parlier V_Parlier 11 mai 11:27

      @oncle archibald
      Vous écrivez : "Si un restaurateur « utile » car répondant à un besoin se trouve en faillite un autre restaurateur qui cherche à s’installer prendra sa place et aura le même nombre d’employés".
      => Oui ça fait juste un gars ruiné après avoir bossé toute sa vie et n’avoir jamais mendié quoi que ce soit (et un autre qui rachète le resto à bas prix en profitant de l’occase). Mais je vois avec quel mépris vous considérez la chose. Un peu comme si on disait : On force les soignants à travailler sans protections mais ce n’est pas grave car une fois décédés ils seront remplacés par d’autres, donc autant d’emplois et même moins de chômeurs, c’est encore mieux !

      Si les artisants en sont à mendier c’est parce-que même en leur interdisant de travailler on continuera à les faire payer pardi ! Si vous voulez jouer au libéral alors bougez vous pour les dispenser de taxes et on en reparlera !


    • oncle archibald 11 mai 22:55

      @V_Parlier

      Un mec qui a bossé toute sa vie ne crève pas parce qu’il a fermé deux mois, en même temps que tous ses concurrents qui plus est ! Vous nous prenez pour des cons. Tout le monde voit qu’il y a distribution de soupe et ils accourent ! Vous avez vu les prix dans la grande distribution ? C’est tabassage à mort ! Vous croyez qu’ils vont baisser dans un mois ou deux ? Que nenni ! Ils se gavent !


    • V_Parlier V_Parlier 12 mai 09:57

      @oncle archibald
      Comme d’autres l’ont déjà écrit ailleurs vous êtes complètement déconnecté du réel. En plus vous donnez des arguments qui vont contre vos affirmations : Oui, la grande distribution en profite un maximum car le peu de concurrence qui lui restait est en train d’être liquidée. Par ailleurs, au moins 3 mois (et non 2) sans rentrées minimum en continuant de payer le fonds de commerce, le loyer/remboursement et les taxes (même sans salariés), ça mène à un défaut de trésorerie certain, quelle que soit votre chanson.


    • foufouille foufouille 12 mai 15:04

      @oncle archibald

      c’est évidement ceux qui étaient juste limite qui vont couler.

      faudrait sortir plus souvent de ton trou perdu.


    • pingveno 12 mai 17:36

      @oncle archibald
      Plus je lis vos « réponses » plus je suis d’accord avec vous sur un seul point : on ne vit vraiment pas sur la même planète. Parce que si vraiment le salaire était toujours proportionnel à l’effort fourni, franchement ça se saurait. J’imagine par exemple que les infirmiers sont ravis de la soudaine rentrée d’argent due au surcroit de travail de ces deux derniers mois. J’imagine aussi qu’ils vont pleurer demain parce qu’ils se retrouveront tout à coup obligés de payer l’IFI. Comment ça non ? Ah pardon, ça fait déjà des années qu’ils sont milliardaires en raison de leurs soixante heures par semaine, je savais pas. Alors pourquoi ralent-ils tout le temps ? Parce que l’hôpital est mal équipé ? ça alors, ces ingrats ne veulent même pas dépenser leurs milliards pour améliorer leur outil de travail ? Allons bon !
      J’imagine aussi que sur votre planète, les ouvriers qui bossent dûr à l’usine peuvent au moins prendre le repas de midi dans l’un des restaurants 3 étoiles qui entourent l’usine. Ben oui parce que ceux qui font du « réchauffé » sont des inutiles que la sélection naturelle a éliminé depuis longtemps et qui ont été correctement remplacés comme il se doit.
      Dit comme ça, c’est sûr, elle fait envie votre planète.


  • Allexandre 9 mai 17:13

    Quelle question !!! Nous bien sûr, les vaches à lait de service, comme d’hab !


  • ribouldingue ribouldingue 9 mai 20:59

    Avant la lobotomie de la population mondiale suite à la grippette contractée par les chinois qui avaient bouffés du pangolin et de la chauve souris.

    Le 6 octobre 2019, l’état français était au courant qu’une pandémie menaçait le pays mais avait préféré ne rien dire et envoyé gratuitement des tonnes de masques chirurgicaux en chine, comme l’a révélé le canard enchaîné du 6 mai dernier.

    Ces mêmes masques chirurgicaux que la France avait acheté à la chine auparavant qui d’ailleurs la chine devenue le 1er producteur mondial de fabrication de masques chirurgicaux.

    Le petit joueur macron voulait jouer dans la cour des grands et faire bonne figure en léchant le cul à xi jinping en lui faisant des courbettes. Mais La chine, bonne joueuse, a attendu bien gentiment que l’épidémie touche le monde pour vendre à tour de bras des masques y compris à la France alors que les personnels de santé hurlaient au gouvernement que le danger de la contamination menaçait les soignants à cause du manque de matériels ce dernier faisait la sourde oreille et l’ignorant.

    Qui doit payer ?

    Dans un 1er temps, la chine évidemment, pour ne pas avoir prévenu suffisamment tôt, l’OMS qu’un risque pandémique menaçait le monde et de ce fait foutre en l’air toute l’économie mondiale.

    Quant à l’état français, ce n’est pas aux contribuables de payer les fautes de l’état. C’est donc à l’état français de payer de sa personne en comparaissant devant les tribunaux pour haute trahison.



    • titi 9 mai 21:10

      @ribouldingue

      « Dans un 1er temps, la chine évidemment, pour ne pas avoir prévenu suffisamment tôt, l’OMS qu’un risque pandémique menaçait le monde et de ce fait foutre en l’air toute l’économie mondiale.  »

      Du côté des USA des plaintes ont déjà été déposées.

      S’il s’avère que la Chine a menti, a caché des informations sur la gravité de la situation alors les tribunaux US la condamneront. Et comme la Chine ne voudra pas payer, alors les tribunaux US confisqueront tout ce qu’ils peuvent, et donc en particulier les bons du trésor US détenus par la Chine.
      Une vraie opportunité pour Trump.


    • machin 10 mai 07:10

      @ribouldingue

      Débranchez votre télé !!!


    • vraidrapo 10 mai 08:28

      @titi
      A première vue, je partage votre point de vue.
      Ici, nous sommes en France : le pays où on a l’habitude de pleurer « la bouche pleine ». Alors, il faut se plaindre sur tous les sujets sans discrimination, sinon c’est la volée de bois-vert...
      Il serait plausible de déclarer que le Pouvoir a été :
      au départ, négligeant « la Chine c’est loin ! »
      ensuite sournois « les masques sont inutiles »,
      manipulé probablement par les Lobbys pharmaceutiques ( Plaquenil seulement en phase terminale...)
      mais de là à dénoncer un complot destiné :
      à réduire la population ou
      à accaparer les petits commerces...

      C’est très fâcheux et ça me démotive de participer à Agoravox...


    • titi 10 mai 13:52

      @vraidrapo

      « — au départ, négligeant « la Chine c’est loin ! »  »
      Comment le blâmer ?
      Il y a eu une précédent, c’est le SRAS en 2008.
      Qui en début de crise aurait emboîté le pas de la prévoyante Mme Bachelot quand on voit où cela la conduit ?
      Il devrait y avoir une cérémonie officielle d’excuses envers cette dame.

      «  ensuite sournois « les masques sont inutiles »,  »
      Pour mémoire, les Français se sont presque écharpés pour du PQ en début de confinement. Que ce serait il passé si le gouvernement avait dit : les masques c’est vital ?

      Les notaires ont pour coutume de dire qu’ils ont bien géré une succession lorsque qu’aucun des héritiers ne sort content de leur étude.
      Entre ceux qui veulent confiner ad vitam, ceux qui veulent absolument qu’on déconfine dès maintenant, ceux qui ont une bonne excuse pour ceci, qui ne voient pas pourquoi on leur impose cela, bah finalement la crise est pas si mal gérée.

      Par contre ce qui est sûr c’est l’effacement complet de l’intérêt national, devant le « Moi je ». « Moi je suis au bord de la mer 100 km ça m’arrange pas ». « Moi j’ai une maison de campagne » « Moi j’ai ceci » « Moi j’ai cela »
      Avec en plus la connerie des maires qui en rajoutent une couche....


    • Trelawney Trelawney 11 mai 07:32

      @titi
      Et comme la Chine ne voudra pas payer, alors les tribunaux US confisqueront tout ce qu’ils peuvent, et donc en particulier les bons du trésor US détenus par la Chine.
      Une vraie opportunité pour Trump.

      Depuis le début du conflit entre la Chine et les USA, c’est à dire depuis juillet 2018, la Chine s’est débarrassée de la dette US à raison de 20 milliards par mois.
      En fait en vendant de la dette, la Chine fait baisser le taux américain et ainsi l’obligation américaine augmente et donc la Chine peut revendre plus facilement et sans perte ses « TBonds » et « Tbills ».
      Si la Chine s’est débarrassée de sont armes de négociation avec les USA, c’est qu’elle ne cherche plus à négocier depuis l’application des droits de douanes. Cela veut dire que pour l’instant le marché asiatique et européen lui suffit, d’où le rodomontade trumpiste.
      La dette américaine est maintenant détenue en grande parties par les paradis fiscaux (Iles Caimans, Bahamas, Panama, Luxembourg, suisse) suite à des accords passés avec les narco-trafiquants colombiens et mexicains qui blanchissent leur argent avec de la dette américaine.
      En économie tout évolue et très vite.


    • titi 11 mai 14:34

      @Trelawney

      La dette US c’est 22000 milliards.
      Début 2019 la Chine en posséderait encore 1100 milliards.
      20 milliards par mois dites vous ? 

      L’économie va vite, mais les lois de l’arithmétique elles ne bougent pas.


  • Slipenfer 1er Slipenfer 1er 9 mai 23:19

    -Ce sont les commerçants qui dirigent cette planète ,ils se livrent à une guerre de monopole depuis la nuit des temps avec l’économie comme arme et un esprit très malin depuis peut ,supérieur à la ruse (anciene technique des guerriers) mais tout en usant aussi .Il n’y à pas d’intelligence dans ce système qui est encore acquis comme (aliénation) conformité par plus 50 /100 de la population mondiale ( environ de saucisson).


    • Slipenfer 1er Slipenfer 1er 9 mai 23:50

      j ’exclus l’artisanat de mon propos qui est en voie de disparition et subordonné aux lois ,robots ,et vivant dans dans la marginalité ,la démerde ,le travail au noir ,bénéficiant de la complicité de la population qui aime cette ancienne méthode et ses qualités ,souvent travestie par des escrocs sans valeur .
      Ils en existent tout de même,exploité aussi par de riche clients ,et radins.
      les quelques exceptions qui échappent à ce jugement ne sont pas majoritaire. 
       


  • banban 10 mai 05:31

    Le smicard en chômage partielle pourra plus amener ça famille au resto, qu’elle tristesse.

    Sinon les restaurateurs de ma rue qui doivent faire un smic nette par jour en pleine saisons pleures, j’en suis certain, mais sont t’ils les plus a plaindre ?(après si ils font du fric temps mieux pour eux).

    mais bon si il chouinent en cœur, font peut être avoir une p’tite baisse de TVA comme la dernière fois

    Après je les soupçonne d’avoir pu pour la plus part mis un petit pécule de coté. je suis pas sure que cela soi le cas des grouillots qui font tout le boulot pour souvent moins que le SMIC. Une aide seulement pour les commerçant s’étant installer depuis peu sera suffisant je pense.

    quand grand les gros maigrissent, les maigre meurent.


  • zygzornifle zygzornifle 10 mai 12:44

    Qui doit payer ?

    Le smicard sans dents illettré de la France du bas bien entendu , je ne vois personne d’autre payer …. 

    Les pauvres vont payer une fois de plus la pandémie , tous a vos Gilet Jaunes …. 


    • JL JL 10 mai 15:06

      @zygzornifle
       
       les smicards et autres sans dents ne peuvent rien payer vu qu’ils sont déjà au plus bas. Ce sont les classes moyennes qui vont payer, et après ce sera l’inflation, et les pauvres n’y survivront pas.


    • Eric F Eric F 10 mai 19:02

      @JL
      Cette fois, le gouvernement ne pourra plus ponctionner davantage les classes moyennes françaises, les plus pressurées du monde, car l’économie a besoin de consommateurs pour les débouchés, et de garder localement les diplômés.
      La stratégie pour financer la relance, c’est de laisser filer une dette à taux quasi-nul.
      Mais rétroactivement, c’est con d’avoir mégoté sur 5 euros d’APL pour économiser quelques millions, pour finalement injecter mille fois plus suite à la crise.
      L’inflation dépendra si les milliards sont injectés dans le financement des pertes et la reprise d’investissements pour relocaliser, ou dans la « demande ».


  • ETTORE ETTORE 10 mai 13:16

    M’enfin ?

    Qui payeras ?

    Mais la liste est, bien existante et bien exhaustive .

    Elle sert au référencement comptable des INTOUCHABLES.

    Mais si on s’autorise une autre lecture....ces généreux donateurs de LaRemerde, feront tous de suffisants « comble trous ».

    Cela ne seras qu’une simple réorientation des liquidités. (N’y voyez aucune allusion bassement jouissive.....mais après tout, c’est vous qui voyez)


  • Alain 10 mai 19:31

    Etant artisan, je devrais être heureux, j’ai le droit à une ENORME aide de 1500 euros par mois pendant 3 mois avec déjà 3 changements dans la procédure d’aide. Et la gentille promesse de Darmarin qui nous a dit qu’il faudra s’attendre à être contrôlé par que sans doute.... :

    qu’on est pas assez voleur que Renault (5 milliards), Air France (7 milliards), EuropCar (? ??), Fnac.....

    en fait, plus tu fraudes, plus on t’en donne. Plus tu galères face au e-Commerce et à la grande distribution, plus on te traite avec dédain.

    Prenons les pharmaciens qui ont eu interdiction de vendre des masques sous peine d’amendes à 10000 euros tout çà parce que fallait attendre que la grande distribution nous file des masques à 95 cts quand avant elle les vendait 18 cts voire moins. Pays pourri et corrompu jusqu’à la moelle.

    Pendant qu’on interdit aux maraichers bio de vendre sur les marchés (c’est dangereux un poireau), Macron s’en va visiter une usine de tomates sans terre et sans soleil et on a laissé tous les supermarchés ouverts avec des queues à l’heure de l’ouverture tous les matins mais pas un flic pour faire respecter les soit disant distances qu’on imposent sur les marchés extérieurs.


    • machin 11 mai 20:21

      @Alain

      « Etant artisan, je devrais être heureux, j’ai le droit à une ENORME aide de 1500 euros  »

      Ne croyez pas au pere Noel...

      Artisan la plus grosse partie de ma vie, j’ai cru plusieurs fois avoir droit des aides...

      Mais il y avais toujours un petit truc qui faisait que je n’y avais pas droit...
      Pareille même chose pour mes collègues de l’époque...

      Des effets d’annonces, juste des effet d’annonces, comme d’habitude.

      ...


  • Traroth Traroth 13 mai 11:55

    Question que personne ne pose depuis le début du confinement : « qui doit payer pour que personne ne meurt de faim en France ? » Il n’y en a que pour les entreprises !

    Personne ne doit payer pour la fermeture des entreprises. C’est un cas de force majeure, il n’y a aucune raison de compenser l’intégralité du manque à gagner. Après, est-il de l’intérêt du pays d’empêcher les faillites, c’est un autre sujet. Probablement, dans une certaine mesure. Mais l’état ne devrait pas avoir vocation à verser de l’argent à des entreprises qui le reverseront à leurs actionnaires sous forme de dividendes. Par contre, l’état a parfaitement vocation à empêcher que la population se retrouve dans le dénuement le plus total !


Réagir