samedi 4 février 2023 - par Jérôme Henriques

Réforme des retraites : injustice et enfumage ...

En 1889, au moment où il mettait en place en Allemagne le premier système de retraites au monde, le chancelier Bismarck aurait demandé à son conseiller : "A quel âge faut-il fixer l’âge de la retraite pour qu’on n’ait jamais à la verser ?", ce à quoi le conseiller aurait répondu : "65 ans". Une mesure qui, à une époque où l'espérance de vie était inférieure à 65 ans, permettait à l'état allemand de réaliser quelques économies ...

JPEG

En France, ce fut le même âge qui fut choisi, en 1910, lors de la discussion du projet de loi relatif au régime des retraites ouvrières et paysannes (ROP). À l’époque, l’espérance de vie des Français ne dépassait pas 45 ans. Ses détracteurs l’avaient alors qualifiée de "Retraite pour les morts".

France 2023. Le pays est surendetté (à hauteur de 110 % de son PIB) et emprunte sur les marchés financiers presque 400 milliards par an. Or, pour obtenir des prêts à des taux très favorables, l'état français doit donner des garanties aux marchés financiers. En gros, il doit les assurer de sa solvabilité à terme et leur montrer qu'il ne laisse pas trop déraper ses comptes publics.

Premier levier pour alimenter les caisses publiques : l'impôt. Le gouvernement pourrait alors taxer les (super)profits des entreprises, entreprises bénéficiant par ailleurs d'un soutien plus ou moins direct de l'état (prêts garantis, fonds de solidarité, politiques de grands travaux et autres investissements publics). Au lieu de ça, le gouvernement actuel s'attelle à diminuer les taxes sur les entreprises (baisse de l'impôt sur les sociétés, suppression de la CVAE ...) en rognant sur les dépenses sociales pour compenser les pertes.

Dans le projet de réforme des retraites actuel, il s'agit d'allonger la durée de cotisation de deux ans, en faisant passer l'âge de départ légal (minimal) de 62 à 64 ans. Une réforme qui devrait bien sûr permettre au gouvernement de réaliser des économies (plus d'années de cotisation, autant d'années en moins à reverser le "fruit" des cotisations). Soit environ 9 milliards d'euros par an. Mais la principale arnaque ne se trouve pas là ...

En fixant une durée minimale de cotisation à 43 ans (172 trimestres) et un âge de départ maximal à 67 ans, le gouvernement table aussi sur le fait que beaucoup d'entre nous (parce qu'ils ont commencé tard, ont eu une carrière hachée, se sentent usés à partir d'un certain âge) ne partiront pas avec une retraite complète : pas un "taux plein" pour ceux qui partiront avant 67 ans sans leurs 172 trimestres ; un "taux plein" mais pas une "retraite complète" pour ceux qui partiront à 67 sans les 172 trimestres ... finalement, seuls ceux qui partiront entre 64 et 67 ans avec leurs 172 trimestres auront une retraite complète.

Pour les retraites "non complètes", la pension sera calculée au prorata des trimestres cotisés (nombre de trimestres cotisés sur les 172 totaux). Quant aux retraites "pas à taux plein", le choc est plus brutal : une décote consistant à réduire le taux plein (50 % sur la moyenne des 25 meilleures années) de 1,25 % par trimestre manquant. Je vous laisse faire le calcul (en n'oubliant pas non plus de défalquer les primes, non prises en compte dans le calcul des retraites ...).

Comme à son habitude, le gouvernement essaye de noyer le poisson ... en surcommuniquant sur des cas abstraits. Comme cette promesse de revalorisation des petites retraites à 1200 euros ; une mesure qui, après étude (conditions extrêmement restrictives), s'avère ne concerner qu'un nombre ultra-réduit de personnes ... 

Certains, à l'extrême droite notamment, expliquent que la réforme des retraites est imposée par l'union européenne. C'est faux. L'union européenne définit des règles de politique générale (ne pas dépasser les 3 % de déficit par exemple), émet des recommandations en vue d'atteindre certains objectifs (uniformiser les systèmes des retraites au sein de l'UE par exemple) mais ne contraint aucun état-membre à adopter une réforme de son système de retraite.

Quelle nécessité (urgence) y a-t-il a faire cette réforme ? "La France est à l'euro près" nous explique Bruno Le Maire. C'est sûr que quand on lâche d'un côté (15 milliards d'euros par an de cadeaux aux entreprises via la suppression de la CVAE, 11 milliards via la diminution du taux de l’impôt sur les sociétés), il faut pouvoir reprendre de l'autre (9 milliards d'euros par an économisés via la réforme des retraites).

Et puis, que sont ces 9 milliards, au sein d'un état qui en dépense annuellement 1.100 ? Ils ne financeront même pas ce qu'on est en train de donner pour la filière hydrogène (plan d’investissement France 2030) ... Et quid des 400 milliards d'euros (100 milliards de plus que la dernière fois), promis à l'armée lors de la dernière loi de programmation militaire ? Ne sommes-nous pas censés être dans l'Otan, et à ce titre, déjà protégé des menaces extérieures ?

Selon le rapport du conseil d’orientation des retraites (COR), l’instance référente sur le sujet, le système des retraite n'est pas, pour l'instant, déficitaire. Il devrait même enregistrer un excédent de plus de 3 milliards d’euros cette année. D'où le questionnement sur l'urgence d'une telle réforme. Avec un gouvernement se prenant un peu les pieds dans le tapis : en expliquant dans un premier temps que l'argent économisé servira à financer d'autres mesures (baisses d'impôts ...), puis, devant le tollé suscité, en indiquant finalement que cet argent sera entièrement réaffecté au système de retraite.

Si le COR prévoit bien que le système des retraites sera déficitaire dans les années qui viennent, il entrevoit aussi un retour à l'équilibre, et même à l'excédent, à partir du milieu des années 2030. Et ce, sans avoir à mener de nouvelle réforme ; pour cela, il faudrait bien sûr que l'état accepte d'ici là de "combler le trou".

En réalité, tout cela n'est qu'une question de choix politique. Car l'argent existe, il suffit d'aller le chercher ... dans les paradis fiscaux par exemple (plus de 50 milliards envolés par an). Mais il est manifestement plus simple, pour nos gouvernants, de faire régulièrement les poches du petit peuple ; en comptant sur sa capacité de résignation ; en essayant de le diviser aussi : le public contre le privé ; ou les "fainéants", "preneurs d'otages", "bordélisateurs" ... contre les "honnêtes travailleurs", "pénalisés dans leur quotidien" ...

Réformes Balladur 1993, Fillon 2003, Woerth 2010, Touraine 2014 puis ... Borne 2023 ? Et après ? Progressivement, c'est tout le système de retraite qui est en train de disparaître. La fameuse "fable de la grenouille". Cela s'arrêtera quand ? Quand le peuple uni, déterminé, le décidera. Avec la réforme actuelle, l'âge de départ moyen est en train de toucher l'espérance de vie en bonne santé (65 ans). C'est peut-être le moment de dire stop, non ?

 

Quelques liens

Une réforme pour rassurer les marchés financiers (1)
Rassurer les marchés financiers (2)


Les chiffres du Conseil d'Orientation des retraites (COR) (1)
Les chiffres du COR (2)
Baisse de l'impôt sur les sociétés
Suppression de la CVAE
Des cadeaux au patronat
Des réformes fiscales qui globalement favorisent les plus riches
La réforme des retraites est-elle vraiment dictée par Bruxelles ?
Une réforme pour financer des mesures annexes ?
100 milliards en plus promis à l'armée lors de la dernière loi de programmation militaire

 



34 réactions


  • pipiou2 5 février 2023 10:59

    « L’argent existe il suffit d’aller le chercher » , une ritournelle assez bien connue.

    Qu’on a tellement chantée que notre endettement commence à devenir très lourd.

    Dans les années 90 des gens comme l’auteur prétendaient aussi qu’il n’y avait pas besoin de reculer l’âge de départ à la retraite.

    Pourtant si des mesures en plusieurs étapes dans les années 2000 ne l’avaient pas fait notre système serait carrément dans le rouge.

    Bref, toutes ces gesticulations pour se voiler la face ne sont pas productives, et sur la durée plombent le pays.


    • véronique 6 février 2023 00:12

      @pipiou2

      Je parie que vous faites partie de ces gens qui s’imaginent que ça irait tellement mieux si l’Etat remboursait toute sa dette... 

      Les retraites, quoi qu’il en soit, ne créent pas un déficit important. Si vous regardez les chiffres vous verrez que c’est la branche maladie qui a grevé sérieusement les finances de la Sécu. Réduire les pensions de retraite, comme l’envisage le gouvernement puisque le recul de l’âge revient à ça, n’est pas la solution.


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 6 février 2023 12:02

      @pipiou2
      Même s’il est évident qu’il faut équilibrer les comptes, c’est quand même triste de voir cette approche toujours uniquement comptable du sujet.

      Alors que les bonnes questions devraient être

      1. que souhaitons nous produire ? plus, moins, quoi ?
      2. pour produire ce qui est ainsi défini, quels sont les bras et cerveaux nécessaires ? nombre, caractéristiques, formations ? compétences ? conditions de travail ?
      3. les 24 millions d’actifs actuels (30M si les chômeurs produisaient) suffisent-ils ? (en adaptant si besoin formation et conditions de travail)

      Tant que nous n’aurons pas démontré que la réponse est « non » à la 3ème question, il n’y a aucune raison de faire travailler plus ceux qui actuellement un job (donc retard retraite et remise en cause 35h sont stupides : avis totalement désintéressé puisque déjà retraité)

      Ensuite il faut trouver des règles équitables de partage, et se fixer seulement 14% du PIB richesse nationale pour les 25% de population que représentent les retraités, ce n’est pas très généreux !!!


  • Adèle Coupechoux 5 février 2023 18:37

    Il n’y a aucune urgence à réformer, chiffres à l’appui.

    Les ressources, nous les payons tous les mois avec nos salaires. Macron veut nous faire les poches regardez les informations financières et comment la CADES fait travailler notre argent. 

    https://www.cades.fr/fr/


    C’est un choix politique et de société, comme celui qui a de détruire tout ce qui est public, en ne remédiant ni à la déliquescence des hôpitaux et ni à celle des écoles. Et de réduire le poids des dépenses de retraite dans l’économie nationale pour augmenter très fortement les dépenses militaires.

    Société qu’il nous faut combattre, tans elle est asociale.

    C’est un nouveau 1995 qu’il nous faut. Et après on verra à 1968.


  • madiran 5 février 2023 19:22

    « Certains, à l’extrême droite notamment, expliquent que la réforme des retraites est imposée par l’union européenne. C’est faux. »

    Au secours François Asselineau !

    Pas le temps pour chercher les liens. L’UE émet les « recommandations » les GOPE (grandes orientations des politiques économique) pour rester dans l’euro. La France présente son projet qui n’est accepté que si conforme. Mais comme il n’y a pas de choix que de présenter un projet conforme, les dits recommandations sont en réalité les obligations.


    • véronique 6 février 2023 12:20

      @madiran

      Il faut préciser deux points .
      Ceux qui proposent les réformes sont aussi ceux qui sont en accord avec l’idéologie UE. Ils ont donc à cœur de mener à terme les réformes structurelles.
      Les recommandations annuelles de la commission et du conseil, dans le cadre du semestre européen, ne sont pas coercitives, l’article n’est pas faux sur ce point, mais, en-dehors du fait que les dirigeants de l’Etat français sont toujours consentants pour les appliquer, il faut mentionner que si l’Etat présente un déficit excessif au sens maastrichien, alors les recommandations deviennent pratiquement obligatoires puisque des sanctions financières sont prévues.


  • William William 5 février 2023 19:41

    L’article expose bien le problème.

    Plus encore que l’équilibre entre recettes et dépenses, l’objectif est de maintenir stable le montant du PIB affecté aux retraites (14%) voire de le réduire à 13% en 2050 selon certaines sources, alors que le nombre de retraités va augmenter.
    De ce fait, cela passe par une réduction du montant versé à chaque retraité : en payant moins longtemps (puisqu’ils partiront plus âgés), en versant des retraites partielles (nombre de trimestres difficile à atteindre en entrant de plus en plus tard dans la vie active), etc.

    La ligne générale qu’il faut garder en tête, c’est qu’ils veulent réduire les prélèvements publics, surtout pour les entreprises (pour la compétitivité et évidemment les profits) et un peu pour les particuliers (pour la consommation).

    Comme à chaque nouvelle réforme le gouvernement doit lâcher des concessions et contreparties pour faire passer la pilule, qui coutent parfois dans l’immédiat davantage que ce qui sera économisé. Donc on peut s’attendre d’ici dix ans à une nouvelle réforme, portant par exemple à 44 annuités cotisées et 66 ans (psychologiquement, ça passe mieux avec un nombre pair). Réforme par cliquets, pour s’aligner sur la moyenne européenne.


    • pemile pemile 5 février 2023 22:03

      @Aita Pea Pea « Eh beh ça a taillé dans mes derniers commentaires... Lol »

      CensureVox persiste ? smiley


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 février 2023 22:10

      @pemile
      Glosspan est un grand sensible ...lol


    • pemile pemile 5 février 2023 22:17

      @Aita Pea Pea « Glosspan est un grand sensible ...lol »

      Surtout parano, soupe au lait et aigri !

      Quel couple avec Cyrus smiley


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 février 2023 22:25

      @pemile
      Qui mord l’oreiller ? Bon on veut pas de réponse ni d’images...beurk


  • Joséphine Joséphine 5 février 2023 21:20

    Ce débat sur les retraites est un contrefeu habile de Macron pour qu’on ne parle surtout pas d’autre chose. En même temps un test de QI grandeur nature et c’est pas folichon de voir ces foules imbéciles parler de leurs annuités à l’aube d’une troisième guerre mondiale. Mais quand on sait que la plupart des gens sont persuadés que sans Pfizer nous serions tous morts, que peut on encore espérer ? 


     Le secteur privé manifeste peu, trop occupé à trimer. Et ce sont eux qui sont impactés par les prix de l’énergie.









    • véronique 7 février 2023 07:55

      @Joséphine

      Vous préférez qu’on laisse faire cette réforme sans broncher ? A cause du risque de guerre mondiale ?
      Et ce n’est pas possible d’avoir ces deux (au moins) préoccupations à l’esprit ?
      Et puis une guerre réelle touchant la France ne remettrait pas forcément, ou pas tout de suite, les choses en question. Il est donc nécessaire de s’intéresser à ce projet concernant les retraites.


  • Joséphine Joséphine 5 février 2023 21:23

    La maison France brûle à la veille d’une 3ème guerre mondiale, mais ce qui compte, c’est le calcul des annuités ! Excusez moi mais comment peut-on être aussi con ?


    - Rien sur la scandaleuse augmentation des coûts de l’énergie, la surfacturation par des spéculateurs ?


    - Rien sur la corruption en France -cabinets de conseil- et au parlement européen ( voir les contrats Pfizer) ?

     
    - Rien sur la désatreuse politique de santé, les problèmes de fécondité liés vaccins, les soignants toujours suspendus ? 


    - Et rien sur l’entrée en guerre de la France en Ukraine avec l’Otan au service des E.-U. ?


    Mais comment peut on être aussi con.....


    • leypanou 5 février 2023 21:43

      @Joséphine
      regardez ce qui se passe au Japon ici par rapport à la France, même s’il y a des Fouché et autres Peronne : ici, tout est verrouillé, l’opposition ne vaut pas grand chose (surtout LFI avec leur proposition de réintégration des soignants non vaxés).
      PS Il y a une video du Pr Fukushima où il traitait des gens du ministre de la santé d’i..ots (2mn40 de video).


    • Joséphine Joséphine 5 février 2023 23:28

      @leypanou

      Mais de Marine ou Méchancon, je me demande vraiment où est l’opposition dans ce pays. Personne ne s’oppose frontalement à la livraison d’armes à un Zelinsky qu’on arrose de pognon ? Personne ne dit rien sur ce vaccin ? 

      Où est l’opposition ? 


    • Eric F Eric F 6 février 2023 10:04

      @Joséphine

      je me demande vraiment où est l’opposition dans ce pays. Personne ne s’oppose frontalement à la livraison d’armes à un Zelinsky qu’on arrose de pognon ?

      Livraisons d’armes à l’Ukraine : plusieurs partis de l’opposition réclament un débat

      extraits : ’’Le 30 novembre, députés « insoumis » et d’extrême droite (sic) s’étaient abstenus sur une résolution de soutien à l’Ukraine. [...]
      Le PCF, LFI, LR et le RN estiment que l’envoi d’armes lourdes par différents pays occidentaux, dont la France, doit être interrogé. Ils plaident pour l’organisation d’un vote devant la représentation nationale’’.



    • Aristide Aristide 7 février 2023 10:12

      @Eric F

      Vous faites une erreur, Poutine sait qu’il ne gagnera jamais sur le terrain, pas plus que les Ukrainiens d’ailleurs, de plus il menace du feu nucléaire alors qu’il sait ce qu’est la dissuasion.

      Il ne comprend que la force, tout signe de faiblesse sera interprété comme une victoire. La livraison de chars et d’avions est une démonstration d’une réponse proportionnée à l’attaque subie. 


  • chantecler chantecler 6 février 2023 07:45

    Articles fumeux .

    Euh , je voulais dire fameux !

    Ah , les retraites !...

    Quelle urgence , vue la stabilité et la fiabilité de notre économie ...

    Et l’objectivité de nos prévisions économiques, surtout à long terme ... !

    Quand la REM ne sera plus au pouvoir .... !

    Notre pays est certes surendetté .

    Mais tous les pays occidentaux qui ont favorisé la mondialisation , les dérégulations , le néolibéralisme quoi , le sont , surendettés ....

    Et donc notre pays a aussi une balance commerciale dans le rouge , très rouge ...

    Et avec un taux de chômage très fort .....

    C’est peut être ça le souci .

    La martingale pour tuer un pays à coup sûr .... !

    Ca n’empêche pas que l’on paie les remboursements et les agios de nos emprunts à ceux qui ont mis en place ce système .

    Et puis qu’on participe à la guerre en Ukraine , et pas qu’un peu !

    C’est notre luxe : s’occuper des méchants et récompenser les gentils ....

    En toute fraternité .

    Avec nos alliés américains ... !


    • chantecler chantecler 6 février 2023 08:08

      Tiens, hommage à Cavanna ...
      https://lesakerfrancophone.fr/aveux
      Le Néoboomer Aterré .


    • Armelle Armelle 6 février 2023 11:23

      @chantecler
      « Mais tous les pays occidentaux qui ont favorisé la mondialisation , les dérégulations , le néolibéralisme quoi , le sont , surendettés .... »

      Vous faites bien d’employer le passé pour évoquer ce phénomène car aujourd’hui, on ne voit pas bien comment cette vieille prostituée qu’est la France pourrait bien encore se tenir debout sans la mondialisation !?!? ha ha ha !!!
      Nous n’avons plus d’industrie, les chinois ont troqué « la copie » contre « l’innovation », tout ça pour faire une France incapable de produire quoi que ce soit sans passer par l’importation de composants pour lesquels non seulement nous n’avons plus les compétences mais pas plus les structures industrielles pour en assurer le production !!! l (le maire de Lyon, un autre gauchiste écolo névrosé achète même ses doudounes au Bangladesh...)
      Et en plus nous achetons un bras les matières premières vu que les Chinois achètent tout massivement, occasionnant une inflation, laquelle se rajoute à celle issue de la production elle aussi massive de billet de banque, depuis des lustres...Bah oui malheureusement ce qui se raréfie devient exorbitant !!!

      Il n’y a pas à dire, le Keynésianisme chérit par la gauche a du bon !!! Et laisser les clés de la maison à la technocratie politique dont les acteurs décidément n’ont aucune idée de la réalité du terrain, et gère le pays à travers des équations, surtout quand on voit le zoo ministériel, et le niveau intellectuel de nos députés actuels (Rousseau ou Tondelier en tête) , relève carrément de l’inconscience !!!

      Mais rassurons-nous, le besoin de patience ne sera pas bien long, il se pourrait bien que qu’une renaissance soit à portée de main et que nous ayons à reconstruire massivement (pour ceux qui seront encore là après les conséquences inéluctables de notre intervention contre la Russie)...


    • chantecler chantecler 6 février 2023 11:36

      @Armelle
      Votre soupe n’est pas fraîche .
      Je ne sais pas si elle fait illusion .


    • Armelle Armelle 6 février 2023 12:32

      @chantecler
      « ...Pas fraîche »
      Bah évidemment, ce cirque perdure depuis des lustres !!! Mais que voulez-vous, il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir...
      Et que cette soupe, qui n’est ma foi qu’une réalité (dommage que votre idéologie et votre parcours vous empêche de voir), ne fasse pas « illusion », je m’en contrefiche, en revanche que vous ne voyiez pas « l’Allusion », me confirme l’inconsistance constante de vos vos logorrhées, dont vous semblez toujours fier !!! 
      Mais bon ! je compatis vous savez, 40 ans dans une salle de classe en compagnie permanente d’ados, ne saurait « élever » qui que ce soit...ça se saurait, la logique et les constats en témoignent...
      Vos travaux sur la forge vous apporteront beaucoup plus, j’en suis convaincue

      Bonne journée


  • Eric F Eric F 6 février 2023 09:36

    -Le passage à 43 annuités avait déjà été introduit dans la réforme Touraine de 2013, ce paramètre ne change pas dans la nouvelle réforme

    -celui qui avait commencé à travailler à 20 ans pouvait partir à 62 ans mais avec une retraite partielle, il devait attendre un an de plus pour avoir une retraite complète (20+43=63)

    -avec la nouvelle réforme en incluant les dernières concessions, ceux qui ont commencé à travailler jeunes pourront partir avant 64 ans s’ils ont cotisé les 43 annuités, donc celui qui avait commencé à travailler à 20 ans peut partir à 63 ans pour avoir une retraite à taux plein, comme avant.

    -pour ceux qui ont commencé à travailler à 21 ans ou plus tard, compte tenu des 43 annuités, ils ne bénéficiaient d’une retraite complète qu’après 64 ans dans l’ancien système, rien ne change avec cette réforme

    Donc rien ne change pour le départ à la retraite à taux plein, juste certains cas de départ anticipé avec retraite partielle.

    Bref, c’est en réalité le nombre d’annuités qui prévaut sur l’âge.
    ...Ou alors quelque chose m’échappe ?


    • Aristide Aristide 6 février 2023 13:21

      @Eric F

      La réforme Touraine prévoyait :

      Générations 1955, 1956 et 1957 : 166 trimestres nécessaires (41 ans et 6 mois)

      • Générations 1958, 1959 et 1960 : 167 trimestres nécessaires (41 ans et 9 mois)
      • Générations 1961, 1962 et 1963 : 168 trimestres (42 ans)
      • Générations 1964, 1965 et 1966 : 169 trimestres (42 ans et 3 mois)
      • Générations 1967, 1968 et 1969 : 170 trimestres (42 ans et 6 mois)
      • Générations 1970, 1971 et 1972 : 171 trimestres (42 ans et 9 mois)

      • Générations à partir de 1973 : 172 trimestres (43 ans)
      Il s’agit maintenant d’atteindre l’objectif des 43 trimestres pour la génération 1967. En place de 3 mois, il y a aura une accélaration ...

    • Eric F Eric F 6 février 2023 15:29

      @Aristide
      Effectivement, cette accélération du passage à 43 trimestres semble être la mesure la plus concrète, elle concernera quelques générations devant partir prochainement en retraite (dont on comprends le mécontentement) puis les suivantes seront dans le canevas antérieurement prévu. Les 64 ans relèvent donc plutôt de l’affichage idéologique (pour se rapprocher des autres pays).

      On peut s’attendre que, pour les mêmes raisons alléguées, il y aura un nouveau cran dans quelques années.


  • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 6 février 2023 12:12

    Quoique l’on pense du projet de réforme des retraites, je suis assez sceptique sur la volonté d’économie et d’équilibre des comptes publiques d’un gouvernement qui a dépensé près de 400 milliards dans sa politique covid du « quoiqu’il en coûte », politique qui a eu un effet à peu près nul en termes de santé publique.


    • Armelle Armelle 6 février 2023 13:35

      @Bernard Mitjavile

      ...Sans compter le milliard d’Euros donné au clown Ukrainien...

      Pas d’argent pour maintenir l’âge de la retraite à 62 ans mais des fortunes pour nous pousser inéluctablement vers la guerre, car si ce n’est pas le but, on se demande à quoi servent nos « chers » diplomates, nos élites patentées et le...truc qui nous sert de président en premier lieu, qui pourtant disposaient de temps pour trouver un consensus... 8 ans en gros !!!
      D’ailleurs, les manifs s’intensifient autour de la réforme des retraites, en revanche je constate que les Français (concernés) se mobilisent, pour leur gueule, mais n’ont absolument rien à foutre du proche et moyen terme des décisions de notre chef de guerre, pour notre jeunesse !!!
      Quel beau pays décidément !!!


    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 6 février 2023 14:01

      @Armelle Mais comme a déclaré la chancelière A. Merkel, le temps dont ils disposaient après Minsk 2 était avant tout du temps pour permettre aux Ukrainiens de s’armer pour le conflit à venir et non pour préparer la paix.


    • Armelle Armelle 6 février 2023 14:15

      @Bernard Mitjavile
      Oui tout à fait. CQFD


    • Eric F Eric F 6 février 2023 15:50

      @Bernard Mitjavile

      ’’le temps dont ils disposaient après Minsk 2 était avant tout du temps pour permettre aux Ukrainiens de s’armer pour le conflit à venir’’


      Sur ce point, la suite a montré qu’il ont effectivement essuyé une attaque militaire.

      En fait, les uns voulaient le retour des zones séparatistes sous statut ordinaire ukrainien et les autres voulaient se détacher de l’Ukraine. L’autonomie réduite ne satisfaisait personne, et chacun jouait la montre en gardant sous la main un conflit ’’semi gelé’’ prétexte pour intervenir.

      Macron, qui candidatait au Nobel de la paix, a essayé périodiquement de relancer le processus ’’format Normandie’’, mais il était pris pour un naïf de part et d’autre. Il s’est ensuite fait snober par Poutine et bouder par Zelensky, auquel il a finit par faire allégeance. Il passe universellement pour une girouette inconséquente. On aurait du lui accrocher une dynamo, ses moulinets et revirements auraient produit suffisamment de courant pour illuminer Paris.


    • Aristide Aristide 7 février 2023 10:16

      @Bernard Mitjavile

       s’armer pour le conflit à venir et non pour préparer la paix.

      Celle-là, je ne l’avais jamais entendu...


  • éclaireur 8 février 2023 15:22

    Je suis absolument catastrophé de devoir constater l’extinction massive du fonctionnement des neurones chez les journalistes, les politiciens, les économistes et même Monsieur tout le monde.

    Première partie :

    Il suffit de réfléchir un peu : l’argent disponible correspond aux possibilités d’échanges économiques dans une société. Si donc la population double, il faudra créer de l’argent nouveau, sinon l’argent disponible sera réparti sur toute la population qui va donc voir son pouvoir d’achat divisé par 2. Ce n’est quand même pas difficile à comprendre…

    Il y a donc création permanente d’argent (cela s’appelle la création monétaire) avec l’inconvénient majeur qu’il faut rembourser cet argent en payant un intérêt qui ne profite qu’aux actionnaires ; rappelons qu’au départ c’est de la fausse monnaie puisqu’elle n’existait pas encore avant sa reconnaissance sur le marché. C’est tellement énorme qu’aucun parti, aucun syndicat n’ose en parler.

    Conclusion : on peut donc trouver l’argent puisqu’il est créé en permanence par le système bancaire. Cela s’appelle d’ailleurs l’argent dette. La dette est une astuce capitaliste pour obliger tout le monde à rester disponible sur le marché du travail ; l’autre aspect de la dette et d’enrichir en permanence le prêteur, même s’il est confirmé qu’il n’avait pas cet argent au départ du prêt. (L’argent en dépôt représente actuellement quelque 20 % de l’argent prêté)

     


  • éclaireur 8 février 2023 15:38

    Je suis absolument catastrophé de devoir constater l’extinction massive du fonctionnement des neurones chez les journalistes, les politiciens, les économistes et même Monsieur tout le monde.

    2e partie :

    Il a toujours été admis que ce sont les cotisations « des travailleurs » qui alimentent les caisses des pensions. Il s’agit bien entendu des travailleurs « bipèdes ».

    Or, les énormes progrès des technologies remplacent de plus en plus des travailleurs bipèdes par des machines ou des programmes informatiques. Il n’est pas nécessaire d’avoir un prix Nobel pour comprendre qu’il y aura de moins en moins de cotisations et qu’à terme, si on ne fait rien face à ce phénomène les cotisations seront progressivement insuffisantes pour assurer le paiement des pensions. Là encore je suis complètement catastrophé qu’aucun parti, aucun syndicat, aucun élu n’y ait jamais fait allusion.

    Évidemment, le monde capitaliste a affirmé que cela va ruiner l’investisseur.

    Encore une fois, il n’est pas nécessaire d’être un génie pour comprendre que le salaire d’un travailleur (qui est officiellement celui qui cotise) et d’abord en amont l’argent de l’employeur. Donc finalement c’est l’employeur qui cotise.

    Or l’utilisation des machines et ordinateurs augmentent considérablement le profit de l’employeur. Il n’y a donc aucune raison pour empêcher l’employeur d’assurer cette cotisation pour sauver les caisses de pension. Cela devrait être légalement rendu obligatoire puisque cela n’appauvrira pas l’employeur mais diminuera seulement un peu son profit.

    Alors Messieurs les responsables, qu’est-ce qu’on attend ?

     


Réagir