samedi 20 avril - par Martin de Wallon

Yassine Belattar mis en examen pour « menaces de mort »

L’humoriste Yassine Bellatar a été mis en examen le 28 mars dernier pour menaces de mort et harcèlement moral. Il a été libéré après deux jours de garde à vue mais reste toujours sous contrôle judiciaire.

Le litige des comiques

C’est une affaire pas très drôle qui se profile pour Yassine Belattar. L’humoriste, rappelons-le, a été à de nombreuses reprises à couteaux tirés avec ses relations professionnelles précédentes. Déjà en septembre 2010, alors qu’il avait été fraichement recruté par le PDG de Radio France, Jean-Luc Hees et qu’il animait la matinale du Mouv', il avait raté le renouvellement de son contrat pour mésentente avec le responsable de la station, Patrice Blanc-Francard.

Entre 2018 et 2019, Mediapart après une longue enquête avait publié un article exclusif. Ce papier receuille plus de quinze témoignages accablants et dépeint l’homme de 36 ans comme un habitué des menaces et de comportements humiliants dans le cadre professionnel ou para-professionnel. Yassine Belattar les reconnaît, en partie. Il se défend d’une curieuse façon en expliquant sa version de ces « conflits professionnels ». Il relativise la gravité des faits qui lui sont reprochés : « Que je menace des gens, c’est un fait », a-t-il déclaré sur Actudaily. « Il y a plein de gens qui en menacent d’autres. Mais moi, je ne suis jamais passé à l’acte ».

Longtemps indexé pour ses sorties médiatiques à fortes polémiques et accusé de complaisance avec l'islamisme, Yassine Belattar estime qu’il est une victime de diffamation et de calomnie pure et simple. Il accuse d’ailleurs le journaliste qui l’interviewait, de racisme. 

En début 2019, Bruno Gaccio, ancienne plume des « Guignol » dépose une plainte contre Yassine Belattar. Les deux adversaires dans cette affaire trainent un litige depuis la fin de leur collaboration commune sur Canal+. Gaccio accusait Belattar de diffamation puisque ce dernier l’aurait précédemment accusé de pédophilie. Tout avait été relancé par une pique lancée par Belattar concernant un Tweet de Bruno Gaccio sur le mouvement des gilets jaunes. L’animateur de radio Nova avait réagi : « Trop triste pour l’ami @GaccioB qui a failli devenir Président de sa République sans bouger de St Germain des Prés ».

Le clash s’envenime en plusieurs tweets et le ton nerveux monte. Bruno Gaccio finit par conclure : ne « Me cherche pas petit, Je te connais. T’as pas le niveau. Tu peux faire le malin avec les autres. Moi je te connais. Joue dans ta catégorie. Bonne journée. »

Selon Gaccio, Belattar lui aurait envoyé des menaces par la suite. Il aurait affirmé s’en prendre à sa famille. Lors de sa garde à vue, l’humoriste avoue que ses propos vifs ne concernaient en rien la famille et se situaient dans un contexte de provocations sans plus. Le 15 mars dans le journal Marianne, Yassine Belattar déclare : « il y a entre [Bruno Gaccio] et moi un gros litige et j’ai certainement dû lui dire que si je le croisais, je me battrais à mort avec lui. Mais sa femme, sa mère, ce sont des conneries. ».

Une autre plaignante intervient dans cette affaire. Il s’agir de Jessie Claire. Cette animatrice de radio et de télévision accuse son confrère de ce qu’elle qualifie comme sa « pire expérience de harcèlement professionnel à ce jour ». Yassine Belattar signifie l’invalidité de cette dernière plainte et retourne même l’accusation : « Pour qu’il y ait harcèlement professionnel, faudrait-il encore que j’aie fait travailler cette personne [...] Devant mes amis, cette Jessie Claire s’est livrée à des allusions sexuelles marquées ».

Yassine Belattar a aussi été interrogé sur ses menaces de mort proférées à l’encontre de Kader Aoun, un producteur influent, et son directeur de production.

Mis en retrait

Le 26 mars 2019, l’animateur a été placé en garde à vue puis mis en examen le 28 mars pour « menaces de mort », « menaces de crimes réitérés », « envois réitérés de messages malveillants » et « harcèlement moral ». Radio Nova a aussitôt annoncé jeudi sa « mise en retrait » de l'antenne dans un communiqué transmis à l'Agence France-Presse.

Thomas Barbazan, son co-animateur a été choisi pour animer désormais son émission. Il est par la même occasion déprogrammé d'un festival entre plusieurs humoristes consacré au thème du harcèlement.

Yassine Belattar a été libéré deux jours après sa mise en examen. Il est toujours placé sous contrôle judiciaire et est interdit d’entrer en contact avec les protagonistes des affaires citées.



13 réactions


Réagir