mercredi 19 avril 2006 - par Méric de Saint-Cyr

Logiciel libre : la grande illusion

Vous pouvez tourner le problème dans tous les sens, développer tout un argumentaire subtil, lister un grand nombre de justifications, vous ne parviendrez jamais à faire croire que l’open source, en français « logiciel libre », soit autre chose qu’un mythe, une utopie déconnectée de la réalité humaine.

Les hommes sont des hommes, et ce qui caractérise l’humanité, caractéristique partagée avec le reste du monde vivant, c’est que chaque individu lutte pour sa survie. Sauf à prendre appui sur des convictions religieuses et à défendre des valeurs idéales telles que la charité et le don de soi, personne de sensé ne peut croire que la « communauté des développeurs du logiciel libre » soit une association philanthropique dont le seul but serait le plaisir de développer gratuitement des logiciels pour « la beauté du geste » et le « bonheur de l’humanité ».

Rappelons brièvement ce qu’est supposé être le logiciel libre.

Officiellement et théoriquement, un logiciel libre est un logiciel fourni avec son code source, faisant appel à une licence dont les termes permettent légalement la copie, la revente ou la diffusion sans bénéfice. Cette licence interdit que des intérêts privés accaparent le logiciel libre et en fassent un produit « propriétaire ». Chacun est libre de modifier tout ou partie du code source du logiciel pour l’adapter à ses besoins, à condition que ces modifications soient à leur tour versées au domaine public.

C’est à cette utopie que les communicants de l’open source veulent nous faire croire.
Or, il nous faut très prosaïquement regarder la réalité en face : on ne peut pas verser dans le domaine public un travail qui aura requis des heures, des jours, de semaines, des mois de transpiration sans avoir, d’une manière ou d’une autre, la ferme intention d’en tirer un profit, que ce soit à brève ou à longue échéance.

Pourquoi un développeur devrait-il s’intéresser gratuitement à un projet de développement open source ?

Théoriquement...

Théoriquement, la participation à un projet open source consiste à publier les bases dudit projet, le plus souvent sur Internet. Cela peut être un logiciel ou un embryon de logiciel, avec son code source. Puis, on lance un appel à tous les développeurs du monde intéressés par le produit, pour y ajouter des fonctions, en améliorer le code, le traduire, consolider, porter sur différents systèmes d’exploitation, etc.

Théoriquement les développeurs postent leurs contributions, lesquelles sont, toujours théoriquement, analysées, déboguées, par l’ensemble de la communauté qui travaille sur le logiciel.

Théoriquement le logiciel libre est durable, car aucune société commerciale ne peut en suspendre le développement. Le code source étant toujours disponible, il est toujours possible de le faire évoluer, théoriquement...

Théoriquement encore, le logiciel libre est performant, fiable, puisque la communauté participe en permanence à son amélioration, à la correction des bogues, à sa protection contre les virus, etc.

En pratique la réalité est tout autre...

Lors d’un colloque sur la question, on a avancé que pour qu’un logiciel libre soit un projet viable, il lui fallait compter sur la participation au minimum d’une cinquantaine de développeurs bénévoles, dont au moins une dizaine de très bon niveau. Bref, soyons clairs et surtout réalistes : ni vous ni moi ne pouvons mettre le nez dans des millions de lignes de code en nous disant « moi aussi je vais contribuer » !

Il faut avoir le niveau, il faut avoir la pratique, et il faut avoir du temps... Et comme le principe du développement de l’open source implique que l’on ne puisse tirer aucun revenu de sa prestation, il faut fondamentalement avoir une super motivation (et ne pas avoir besoin de travailler pour vivre)...

Le fun, l’amour du code optimisé, le plaisir, c’est une légende ! Les vrais développeurs, qui travaillent vraiment à l’amélioration des codes des logiciels libres, le font parce qu’ils sont payés pour le faire. Très bien payés. Je ne nie pas qu’il y ait sans doute quelques bons amateurs qui bricolent de temps en temps pour améliorer ou corriger des petites fonctions. Mais la grande majorité des développeurs du logiciel libre sont des professionnels, qui touchent un salaire.

La vérité, c’est que ce sont de très grandes sociétés, comme IBM, qui ont fait la promotion du logiciel libre, tout en restant très discrètes. Elles ont investi des sommes considérables, plusieurs millions de dollars, pour développer et diffuser l’open source. Qui peut croire que ces sommes ont été investies pour en faire « cadeau » ? Le but était évidemment de briser le monopole de Microsoft, en mettant sur le marché des logiciels gratuits capables de rivaliser avec des logiciels hégémonistes comme Explorer, Word ou Excel. Et reconnaissons qu’il y a de belles réussites avec les logiciels Internet, comme Apache, Linux, Sendmail, qui sont les grosses vedettes du logiciel libre soutenues par des milliers de développeurs. Mais à côté de ces quelques exceptions, il y a aussi une masse énorme de logiciels libres qui dorment, faute d’investisseurs pour financer leur amélioration et leur promotion.

Il importe donc de bien saisir la portée des clefs suivantes :

- Un logiciel libre ne peut attirer des développeurs que si ceux-ci y trouvent leur intérêt.
- Un logiciel libre ne peut présenter un intérêt pour un nombre suffisant de développeurs que si les fonctions offertes par ledit logiciel sont réellement utiles.
- L’utilité ne suffit pas. Pour qu’un logiciel libre et utile soit viable, il faut aussi qu’il soit utilisable, c’est-à-dire qu’il dispose d’une interface intuitive, intelligente et ergonomique. Or il se trouve que, bien souvent, les développeurs développent d’abord pour eux-mêmes, et ne se posent pas trop la question de savoir quelles seront les difficultés éprouvées par un utilisateur béotien.
- Un logiciel libre qui s’éloigne des standards a peu de chances de survivre.
- Échanger des fichiers implique aussi que des formats universels non propriétaires puissent être utilisés ; en plus du logiciel, il faut donc concevoir des passerelles, des modules de conversion, afin que tel logiciel puisse ouvrir le fichier produit par tel autre. Qui va les développer ?
- Un logiciel gratuit ne génère pas de profit. Cela a pour conséquence une dichotomie : il y a bien une version gratuite en open source, utile mais peu utilisable. Si vous voulez une version utilisable et confortable, il faudra payer. Et il faudra payer d’autant plus cher qu’on souhaitera des fonctionnalités précises. Et du coup, on saute du logiciel libre au logiciel sur mesure, qui est ce qu’il y a de plus cher !

Le logiciel 100% libre, 100% utile et 100% utilisable n’existe pas. Et je pense qu’il n’est pas près d’exister.



377 réactions


  • manatlan (---.---.204.97) 25 avril 2006 11:26

    Et bien, bravo, ça c’est du troll ... Ton article aura au moins eu le mérite de faire réagir des gens. Il dénote une profonde méconnaissance des LL, et décrédibilise un peu agoravox. Pour les trolls, il y a d’autres endroits


  • bacinet (---.---.85.44) 25 avril 2006 11:31

    Mr Méric St-Cyr,

    Je vais vous dire ce que je dis à mes enfants : « Quand on ne sait pas, on ne dit pas » !

     smiley


  • michel (---.---.135.1) 25 avril 2006 11:32

    vous êtes un menteur.

    et vous posez des suppositions et subitement votre conclusion devient affirmative.

    technique classique de troll

    il existe de nombreux logiciels 1OO% « libre/gratuit/utilisable ». faut être sacrément borné pour ne pas le voir.

    qui peut mettre le nez dans un logiciel libre ? ben moi et j’ai même été payé pour. moi je peux. vous non moi oui. j’ai 30 ans, plus de 5 ans d’études en développement et oui je peux et oui j’ai été payé pour.

    des entreprises font de l’argent en vendant du service autour de produit qui sont pourtant gratuit et 100% utilisable

    un exemple au pif mysql AB fournit mysql, il est _Très_ simple de l’utiliser sous linux ou mac os X. bien c’est une base de donnée, pas un jeux vidéo. faut en voir l’usage.

    qui oserait dire que « Gnome » fournit au sein de « ubuntu linux » n’est pas simple et 100% utilisable ? un ignorant

    qui oserait encore revenir sur l’efficacité, simplicité et gratuité de Firefox ?

    et en dernier, cessez d’être traumatisé par l’argent. oui on fait aussi de l’argent avec tout cela et on s’en fout. Sachez que la Free software Foundation, avant qu’internet soit répandu, vendait Emacs sur support magnétique avec une marge pour financer son propre fonctionnement : oui c’est du commerce et la GPL n’a jamais eu pour but d’interdire le commerce ou de l’encourager. ce n’est pas son propos.

    ca n’a rien d’extraordinaire ce n’est pas un sujet passionnant ce n’est pas un sujet à polémique y a pas de gens sérieux qui débattent de cela

    les entreprises ne se posent plus de question, elles prennent les logiciels qui permettent de faire leurs affaires, en respectant la « licence » (payante ou non, du moment qu’on respecte la licence et qu’on a le budget pour)

    c’est fini la « nouveauté », le « libre » ou le « opensource » ou le « propriétaire » c’est vieux.

    on en débattait déjà en 1992 le projet Gnu date de 84 l’opensource d’encore avant l’introduction dans les unix propriétaires des utilitaires gnu et compilateurs datent de la fin 80-mi90 selon (gcc, gtar, emacs, etc)

    les conflits entre propriétaire, argent, gratuit, code ouvert ont commencé vers fin 70s

    qu’y pouvons nous si tel des moutons vous découvrez tout cela avec la buzz médiatique autour de linouks et firefoux ? rien.

    mais bon sang, revenez sur terre

    ca n’a rien de sensationnel ni d’excitant.

    c’est vieux et entendu.


  • Jean Cive (---.---.154.72) 25 avril 2006 12:20

    MOUARFFFFFF

    Alors comme ça le logiciel libre aurait été créé par des grosses multinationales pour renverser crosoft. MDR.

    Descend de ton nuage, les logiciels que tu cites, (Apache, Sendmail, Linux) ont tous été crée des années, des dizaines d’années avant que crosoft ne soit en situation de monopole. Ta théorie tombe à l’eau. Tous le reste de ta prose je la donne en pature à Dave Null.


  • wawa (---.---.164.94) 25 avril 2006 12:55

    Y a des gens qui controlent un peu ce qui est publié sur ce site ? car là, on atteint des sommets dans le « j’écris des conneries pour faire parler de moi »...


  • xilun (---.---.197.112) 25 avril 2006 13:07

    Aucune connaissance historique, philosophique, etc du libre, confusion entre modèle de dével, licence, popularité et part de marché, dénonciation de l’idée de « pensée dominante » (enfin de sub-« pensée dominante » pour être précis)...

    Bref erreurs habituelles, donc intéressantes (si ce n’est pour dissequer les modes de raisonnement d’un « Végétariste (végétarien militant), écosophe, alter-mondialiste, alter-consommateur, décroissantiste, naturiste, libre-penseur, sain de corps et d’esprit. »)


    • (---.---.162.15) 25 avril 2006 15:09
        Si vous voulez une version utilisable et confortable, il faudra payer. Et il faudra payer d’autant plus cher qu’on souhaitera des fonctionnalités précises. Et du coup, on saute du logiciel libre au logiciel sur mesure, qui est ce qu’il y a de plus cher !

      Je suis sous Linux, c’est utilisable, confortable et même plus puissant que le système d’exploitation de Microsoft. Et je n’ai pas payé. Comme sous Windows, cela n’empêche pas de payer un logiciel si on veut des fonctions très précises, bien sûr, mais, de façon très large, toutes les fonctionnalités de base sont gratuites.

        Le logiciel 100% libre, 100% utile et 100% utilisable n’existe pas. Et je pense qu’il n’est pas près d’exister.

       !!! Ca alors... On est tout de même très nombreux dans le monde à avoir du logiciel « 100% libre, 100% utile et 100% utilisable »... Et pas seulement les particuliers. Pour les entreprises, le fait de payer un support et quelques logiciels spécialisés ne change souvent rien au « 100% libre, 100% utile et 100% utilisable ».

      Comment Agoravox peut-il publier un article aussi grossièrement mensonger ?? Que fait le comité de lecture ? Est-il à ce point incompétent sur ce domaine ? Alors qu’en bas de chaque page est écrit « AGORAVOX UTILISE LES TECHNOLOGIES DU LOGICIEL LIBRE : SPIP, APACHE, LINUX, PHP, MYSQL, DEW PLAYER », pourquoi laisser ainsi énoncer de telles contre-vérités ?

      Si c’est pour montrer à quel point existe une intox grossière à l’encontre des logiciels libres, un avertissement n’aurait pas été inutile...

      Et une question en passant : quelle sont donc les « très grandes sociétés » « très discrètes » qui ont lancé et développé le noyau Linux ? Le projet KDE ? Pourquoi de telles insinuations ? Et par quelqu’un qui ose se prétendre « sain de corps et d’esprit » !...

      Voilà, c’est moi, le sain de corps et d’esprit, j’ai une grande nouvelle à vous apprendre : pour avoir du logiciel libre utilisable et confortable, il faut payer. Oyez, oyez, foules incultes au corps et à l’esprit malsains, le logiciel libre n’est jamais 100% libre, utile et utilisable ! Et en plus il est toujours discrètement soutenu par de grandes sociétés..."

      Am.


    • Fred (---.---.176.0) 1er mai 2006 18:44

      - « Comme sous Windows, cela n’empêche pas de payer un logiciel si on veut des fonctions très précises, bien sûr, mais, de façon très large, toutes les fonctionnalités de base sont gratuites. »

      Euh, il faut être clair : il n’y a pas de version de base gratuite et de version complète payante. Je n’utilise que du logiciel libre, absolument aucun qui ne soit pas libre, et j’ai toutes les fonctionnalités, les dernières versions, la documentation, et même le support, pour zéro euro. La notion de version « complète » n’existe pas, tout est toujours complet.


  • boklm (---.---.89.19) 25 avril 2006 14:18

    Oublié de dire dans mon article que le logiciel 100% libre, 100% utile, 100% utilisable et 100% gratuit existe : c’est le logiciel piraté...

    Qu’est ce qu’on peut pas libre comme conneries. Un logiciel piraté est gratuit oui, mais libre certainement pas (puisqu’en general on a pas les sources), et pour le reste je ne vois pas le rapport.


  • miams (---.---.28.127) 25 avril 2006 17:01

    Juste une chose, Je souhaiterais vous dire qu’aujourd’hui, j’ai pu mettre en place un serveur chez moi, DNS, DHCP, Web, Mail, Antispam et autres, et grâce à qui ? Apache, CourierIMAP, Bind9, Spamassassin, DHCP3, .... Et oui, et tout cela sans débourser un centime, et sans utiliser vos soit-disant logiciels 100% utilisables, 100% gratuit => logiciels pirates.... (D’ailleurs cette reflexion est une phrase d’un con fini, je suis désolé d’etre insultant, mais je n’admets pas que quelqu’un médise du logiciel libre et fasse l’apologie de logiciels pirates qui aujourd’hui amène la france à voter des lois tel DADVSI...) Bref, je pense que vous devriez repenser globalement votre reflexion sur le logiciel libre. Il existe effectivement des développeurs qui marqueront « Internet » en ayant activement participé à des communautés de développeurs libres. Cela permet bien sur un beau CV. Et puis il y a tous les autres qui bidouillent et programment la nuit, après leur boulot pas toujours passionnant.

    Dernière remarque bete et méchante : A votre avis monieur meric, sur quelle plateforme écrivez vous ? PHP over Apache... ben tient. Après tout cela aurait pu etre du IIS ASP.NET si les logiciels libres n’éxistaient pas, mais ce n’est pas le cas. Et pourquoi ? A cause de fiabilités de IIS. (j’en connais quelque chose, je suis administrateur réseau dans une boite 100% microsoft, et 99% de nos problèmes liés au portail viennent soit du serveur IIS soit du client IE). Et puis je me permettrais de vous rappeler que la naissance de DOS (OS ô combien bancale, voir « pourri » est né en 1981, alors que UNIX sont grand frère avait déjà 11ans... Je ne vois donc pas comment vous osez dire que les logiciels libres ont été concus pour contrer le monopole Microsoft. Cette théorie ne tient pas debout.... Votre article est nul, sans intérêt et révoltant pour des utilisateurs/développeurs d’OpenSource comme moi et autres nombreux utilisateurs... Je ne vous salue pas, je crache meme sur votre article. Allez bouquiner tous les bouquins de référence sur l’OpenSource et revenez plus tard nous faire vos excuses sur les enormités que vous avez pu sortir.... Bref, excusez moi de ne pas rester poli sur ma conclusion, mais des articles comme cela, ca ne vaut meme pas une poubelle... A bon entendeur, pas salut....


  • GavrocheLeGnou (---.---.200.175) 25 avril 2006 17:12

    > Mais à côté de ces quelques exceptions, il y a aussi une > masse énorme de logiciels libres qui dorment, faute > d’investisseurs pour financer leur amélioration et leur > promotion.

    A la base un logiciel libre est créé à partir d’un « vide » , un « manque » quelque part, bref il y a un besoin (si maigre soit il). Un développeur identifie ce manque et a besoin -disons ici d’un logiciel- pour combler ce manque. Il le développe (souvent à minima) pour combler son besoin et en est très fier.

    A partir de là on se dit que d’autres ont surement le meme besoin, alors soit on les fait payer (d’ou les inombrables sharewares), soit on les mets à disposition (d’ou les aussi inombrables logiciels libres) ex : comparez download.com et sourceforge.net.

    Pour le LL d’autres développeurs auront peut etre besoin de nouvelles fonctionnalités d’autres y trouveront des bugs et la vie du projet commencera.

    En tout cas c’est mon cas, je n’ai pas de sponsors , j’ai créé un logiciel pour combler un besoin et son code est en ligne pour qui veut (meme si je continue de combler certains manques ou bugs) Palabre Flash Xml Multiuser Socket server

    Ca existe, et c’est indéniable, et meme si beaucoup de projets « dorment » c’est bien souvent qu’ils ont comblé le besoin pour lequel ils ont été créés.


  • Noryungi (---.---.40.254) 25 avril 2006 18:25

    Je me contenterais du commentaire suivant :

    lynx -head http://www.agoravox.fr

    HTTP/1.1 200 OK

    Date : Tue, 25 Apr 2006 16:20:31 GMT

    Server : Apache/2.0.54 (Fedora)

    X-Powered-By : PHP/5.0.4

    Last-Modified : Tue, 25 Apr 2006 16:07:12 GMT

    Connection : close

    Content-Type : text/html ; charset=iso-8859-1

    Alors, ensuite, bien sûr : « Le logiciel 100% libre, 100% utile et 100% utilisable n’existe pas. Et je pense qu’il n’est pas près d’exister. »

    ... Ce qui prouve — encore une fois — le vieux proverbe Taoiste qui déclare :

    Ceux qui savent, ne parlent pas. Ceux qui parlent, ne savent pas.


  • anocka (---.---.108.18) 25 avril 2006 19:20

    Comme c’est drôle de voir comme l’auteur de cet « article » montre à la fois sa totale ignorance du mouvement open-source (je précise envoyer ce message depuis un système sous la distribution linux dapper que mon frère de 13 ans utilise quotidiennement), et ses prédispositions de mordu de l’informatique en tant qu’il semble être déjà passé maître dans l’art du troll.


  • Noé (---.---.214.181) 25 avril 2006 20:53

    Bien sur qu’un logiciel libre ou OpenSource peut générer des profits. Lis gnu.org, fsf.org et opensource.org pour comprendre mieux. Et une fois que tu sauras ce que c’est qu’un logiciel libre, revient les critiquer


  • Outs (---.---.114.112) 25 avril 2006 21:44

    Il faut quand même que je félicite l’auteur.

    C’est un magnifique troll, vraiment, le mélange parfait entre la vérité et une méconnaissance parfaite du domaine avec un soupcon d’obscurité dans le message. Le tout suffisement provoquant pour susciter le plus de réaction possible. Vraiment bravo


    • alf (---.---.132.39) 26 avril 2006 09:52

      J’abonde dans ton sens : un tel article révèle une maîtrise totale de l’art du troll. Il devrait être montré en exemple à tous ces trolls à deux sous qui polluent les fora et autres espaces internet et ne font même pas rire, pour leur montrer comment s’y prendre. Une ignorance totale du sujet, des a priori en chêne massif et, surtout (surout !), une absence totale d’hésitation, aucun espace laissé au doute ou à la possibilité d’une erreur de sa part. Le monde est tel qu’il l’écrit, point.

      C’est beau.

      J’en rit encore (enfin, pas trop fort, je suis au boulot).


  • draco (---.---.107.138) 25 avril 2006 23:32

    Serieusement, cet article est une blague, non ?

    A moins que ce soit de l’ignorance. Si c’dest le cas, merci de ne pas ecrire sur un sujet que vous ne connaissez pas !

    Sachez que la programmation est UNE PASSION pour certaine personne =>De même que certaine personne passioné par le tennis le font PAR PASSION (et donc sans rechercher une remuneration) =>De même pour un musicien qui fait de la musique par passion

    Pourquoi une telle passion ?

    => On est tous different et on a pas les mêmes interets. Même si certaines personne y voit du travail, d’autre y veront un amusement.

    => la programation peut être vue comme une forme d’art. exp : la ceration d’un jeux video. (de même que la conception d’un os)

    => Visiblement l’auteur est imcapable de donner quelque chose gratuitement à autrui. Heuresement ce n’est pas le cas de tout le monde. Il faut savoir que beaucoup de programmeur font du LL open source pour remercier par exemple les createurs de LL

    => Le programmeur ne se sent pas forcement concerné par les concurent propriétaire. Il ne subit pas la logique liberal. Ils font leurs logiciels pour leur passion. (donc peu importe si le produit « concurent » propriétaire est plus diffusé. (la je ne parle pas des société comme IBM, mais plutot des gens qui font ca dans leur temps libre)

    Souvent les programmeurs ne code que ceux qu ils ont besoin. D’autres programmeurs ajoutent des fonctionalités demandés par des utilisateurs, et la la motivation des programmeurs vient du fait qu’ on sinterrese à leurs creations.

    => certaint programmeur ne recherche pas l’argent mais de la reconnaissance de la communauté open source. Certaint hacker comme linus Torvalds (linux), Erich Stefan Boleyn (grub), rms (gnu, gcc,emacs) seront aussi connu dans la communauté open source que zidane, barthez pour les footeux

    Enfin bref je peux continuer longtemps comme ca.


    • draco (---.---.107.138) 26 avril 2006 20:51

      a mon avis l’auteur s’amuse. Il a ecrit ce sujet, et attendait que les internautes se manifeste. C’est reussi.

      La preuve ? Il n’y a qu’à voir ces reponses.

      à moins qu’il ait été payé par ... microsoft lol

      Cet article aurra eu le merite de nous rappeler à quel point les articles peuvent être faux. De toute façon les être humains ont toujours été habitués aux mensonges, aux manipulation d’opinion, et de diffusion d’un savoir erroné ce qui engendra :
      - beaucoup de guerre
      - les haines raciales
      - des croyance religieuse eronnés
      - et pis encore : des articles grossier sur agoravox.fr


  • cupiflo (---.---.49.3) 26 avril 2006 01:21

    Cet article est un bel exemple qui montre parfaitement le pouvoir du libre comparé, au propriétaire ou au gratuit non libre : AGORAVOX, journal reprenant la philosophie du libre, contrairement à un journal gratuit non libre (20 minutes, métro...), permet les commentaires. Sur ces 344 commentaires peut être 95% sont des argumentations construites venant cassé la thèse de l’auteur point par point sans que celui-ci ni ses partisans n’ait sorti un argument. Dans un journal traditionnel de tels articles existent certes mieux rédigés, mais il n’y a personne pour les contredire. Du fait un article comme celui ci dans un autre journal offusquerait les lecteurs connaissant le sujet mais les ignorants croiraient ces salades. AGORAVOX traite donc mieux ce sujet de par ses commentaires sur cet article que n’importe quel journal traditionnel.

    Quand a l’auteur après avoir écrit ce vomi a préféré s’expatrier dans un paradis fiscal que de défendre ses arguments.

    Bref des fois mieux vaut savoir se taire que de dire des conneries !


    • cupiflo (---.---.241.173) 26 avril 2006 16:14

      Peut être que mon com ne te plait pas sur la forme, je n’ai aucun talent de rédaction, mais j’essaie contrairement à toi d’apporter des arguments. Et entre nous beaucoup de tes phrases sont incompréhensibles.

      Et si je m’emballe certes un peu sur la fin c’est parceque je suis exaspérer par le fait que quelqu’un puisse écrire un article et ne pas venir défendre ses idées alors que celui ci est fortement critiqué.

      Mais qu’est qui est le plus important le FOND ou la FORME ?


  • Outs (---.---.114.112) 26 avril 2006 12:00

    3 lignes écrites c’est surement une grande énergie déplacée ... Je n’ai certainement pas lu tout le thread.

    C’est vrai que je suis dépendant au débat et à la communication mais il faut que ceux çi atteignent une certaine qualitée (autre que la maîtrise du sophisme, chose dans lesquelle l’auteur et toi même êtes particulierement doués).


  • yvesA (---.---.193.179) 26 avril 2006 12:41

    « Lors d’un colloque sur la question, on a avancé que pour qu’un logiciel libre soit un projet viable, il lui fallait compter sur la participation au minimum d’une cinquantaine de développeurs bénévoles, dont au moins une dizaine de très bon niveau. »

    C’est oublier que tous les projets ne sont pas comparables en taille : certains seront parfaitement viable avec 1 ou 2 developpeurs, d’autres necessiterons beacoup plus de monde. Pour ecrire une simple calculatrice il n’y a pas besoin d’autant de monde que pour une suite bureautique complète !


  • Ph4nt0w (---.---.120.205) 26 avril 2006 12:48

    On croit à tort que le libre c’est réservé aux linuxiens et autres Geeks.

    Le nombre de projets qe j’ai réalisé avec des logiciels Gratuits ou libre . (TMPEnc, Audacity, Slide Show Movie Maker, Nvu, Photofiltre, OpenOffice)

    Tout les equivalents « libre » des logiciels « commerciaux » sous windows. sur F-R-A-M-A-S-O-F-T.

    http://www.framasoft.net

    C’est lorsque l’alternative libre sous windows (et j’insiste) n’existe pas que je cherche vers les programmes commerciaux.


  • Phoenix (---.---.224.192) 26 avril 2006 16:48

    Meric, cela vous fait quoi de voir le niveau réel de vos lecteurs ?

    Si Agoravox veut améliorer son interface, ses outils d’analyse et son back end ils vont avoir du mal à expliquer à leur lecteurs que le payant coûte souvent moins cher que le « gratuit ».

    SPIP ? Mais qu’êtes vous donc allé faire dans cette galère ?


  • Clement Lefebvre (---.---.142.24) 26 avril 2006 17:05

    Khairete ekhaÿstos, Bonjour à tous,

    Le ton de cet article ne semble pas indyquer qu’il s’agysse d’une plaisanterie ou même d’une tentative de troll. Au contraire, je pense qu’il s’agit là d’une positÿon sérÿeuse.

    Personellement, je trouve cela assez préoccupant.

    Je savais les gens croÿants, en la Scÿence, en l’Economie, en Dÿeu, en non-Dÿeu, je les savais ignorants dès que l’on touchait à des consydératÿons généralement établies (la démocratye, la peine de mort, la liberté de parole), et j’avais déjà assysté à ces voilements de face, le dernÿer en date visant à mystifÿer la réalité du Pic de Hubbert... j’ignorais toutefois que des gens allaient jusqu’à réfuter l’exystence du libre et jusqu’a nÿer l’altruysme et l’ydéalysme des autres pour confirmer leur confort personnel et leur philosophie mercantilyste.... au point d’y croire vraiment ?

    Ces gens là sont-ils nombreux ?

    Doit-on les ignorer nous aussy, ou bÿen tenter de leur montrer qu’on est là, nous contributeurs du libre, et qu’on est pas des fantômes ?

    J’hésite moi-même... dois-je vraiment répondre à ce tyssu de faussetés ? Je le ferai rapydement :

    - Je suis ydéalyste, altruyste, j’aime le libre et j’y partycype. A moi tout seul je suis la preuve que cela exyste.

    - Le libre PEUT générer de l’argent. Une des méthodes les plus simples c’est de générer du trafic sur un syte qui apporte de la valeur ajoutée et de faire paÿer les entreprises qui y posent de la publycyté. Il est possyble et facyle de gagner de l’argent grace au libre, en tant qu’indyvyduel, ou en tant qu’entreprise. Cela ne veut pas pour autant dyre qu’il s’agit là de la motivatÿon premÿère.

    - De nombreuses personnes donnent beaucoup de leur temps et de leurs compétences au libre, simplement par ydéologie, ou par plaisir... tout simplement. Tu peux trouver beaucoup de gens par exemple qui sont connectés à l’IRC rÿen que pour répondre aux questÿons et aider les autres. Je le fais souvent quand ÿ’a rÿen à la TV (ce qui est souvent le cas d’aÿeurs) et ça me fait toujours plaisir... au pire quand j’ai personne à aider je bavarde un peu, entre gens sympa on s’entend plutôt bÿen :)

    - Une autre motivatÿon du libre c’est le progrès et la cause. Sy pour moi l’important est que mon projet marche le mÿeux possyble (pas en terme de ventes ou de vendor locking à la Franhaufer, mais en terme de performance, de fonctÿonalité, en gros.. en terme d’efficacyté pour le but que je lui ai fixé) alors je le sors en open-source. Ainsy, non seulement j’aide les gens à l’utiliser, et je gagne ainsy une formydable base d’utilisateurs qui me donne du feedback pour l’amélÿorer, mais en plus de cela je permets aux développeurs de l’amélÿorer ; voire encore mÿeux de le forquer. Ainsy, le but pour lequel mon projet a vu le jour bénéfycye désormais de tout une base d’utilisateurs ; de développeurs voire de projets forqués qui offrent d’autres solutÿons/choix pour l’utilisateur final. Sy ca c’est pas du progres..

    Alors bÿen sur on peut rêver de gagner au lotto.. moi personnellement j’attends le Pic de Hubbert avec impatÿence et j’ai toujours hâte de rendre la pareÿ à ceux qui ont développé gratuitement les outils et l’OS que j’utilise au quotydÿen.

    Et puis franchement, depuis quand l’argent rend-il plus heureux que la gratificatÿon, l’amitÿé, le respect, l’échange et l’entre-aide ? Il ne s’agit pas d’être altruyste. A condytÿon de ne pas être dans le besoin, l’argent sy ÿ’en a, personne ne va cracher dessus, mais quand il s’agit de princypes, de visÿon et d’ydéologie, il n’a aucune valeur.

    En plus, sy le but était lucratif pourquoi perdre son temps dans l’open source ? C’est pas dyffycyle de devenir riche, même pas besoin d’être intélligent, il suffit juste de marcher sur les autres.

    Note : Et le style de Demÿan West, personellement je n’aime pas du tout. Et pourtant j’adore les gens qui jouent de la grammaire, tÿens je vous écrit même en Ydéen. Comme quoi on peut tous faire exprès d’être dyffycylement compréhensybles.

    Je suppose que j’aurais pu simplement dyre : « L’auteur c’est un con ! ». Après c’est une questÿon de style..

    Errosthe optime, Clem


  • anocka (---.---.96.222) 27 avril 2006 01:25

    « Si on devait faire l’économie des intervenants et des écrivants du n’importe quoi et de l’inculte : on ne sortirait plus des frontières de son île déserte ; sauf des plus proches éminences et qui sont d’un innumérable plus rare »

    Alors déjà, il est inutile de faire autant de chichis pour déclarer que le monde est remplis d’imbéciles et que seuls toi et quelques « éminences » possèdent une quelconque légitimité. Ce que je conteste fortement. Je ne supporte pas le suffisance doublée d’un pseudo-élitisme linguistique qui dissimule le vide ta pensée. Oui, je tutoie.

    Au final, disons que je commençais à me lasser de ces gamineries de poseur et que j’avais envie de te remettre à ta place. Ce qui est peine perdue, vue la désespérante immobilité de ta pensée figée dans l’auto-persuasion d’une prééminence quasi-divine sur le peuple. Inamovible imbécile.

    Au fait : innumérable n’existe pas. Ou alors enlève un n.


  • Clement Lefebvre (---.---.142.21) 27 avril 2006 10:18

    De même, quand on a gouté à la liberté on ne peut plus s’en passer. Dois-je des lors comprendre, en suivant votre raisonnement, qu’elle rend dépendant d’elle-même ? Vous iriez donc jusqu’à nier son existence Demian ? Surement, quelque chose vous a échappé.

    Les logiciels libres sont une réalité. La communauté des utilisateurs et des contributeurs du libre est, elle aussi une réalité. Qu’elle soit large, qu’elle ait un poid économique, qu’elle entre dans les entreprises, peu importe ! Ce qui est beau en elle c’est sa philosophie.

    Il ne s’agit pas seulement de technologie, mais de philosophie. Je vous recommande fortement, à tous les deux, l’étude des discours de Richard Stallman. Et s’il vous plait, il n’y a pas à croire ou à ne pas croire, regardez le, regardez les, regardez nous.. vous avez devant vous des gens qui vous prouvent que leurs idees sont importantes.

    Quand à ce que je voulais dire, non.. il ne s’agit pas d’hyper-puissance mais de vision étriquée qui colle à la fausseté de normes définies par ceux qui croient vivre dans le monde vrai, le monde des pragmatiques des gens qui ne croient pas en ce qui est beau et gratuit, des gens qui rendent laid tout ce qu’ils décrivent.

    J’en ai ma claque de ces avocats de la faiblesse humaine qui vous rabachent sans cesse que nos idéaux ne dépasseront jamais notre basse quête de confort personnel. Qu’ils s’abandonnent à leur médiocrité et oublient de coller sur nos ailes le poids des limites qu’ils se sont inventées.

    Clem


    • Clement Lefebvre (---.---.142.21) 27 avril 2006 11:19

      Demian,

      Veuillez excuser les derniers mots. J’ai en moi-même beaucoup de haine, n’ai jamais donné dans l’humanisme et eu toujours beaucoup de mal à accepter la foule et l’opinion. Cela transparait dans mes propos, et telle n’était pas mon intention.

      Vous supposez que mon goût du logiciel libre me rend dépendant et m’entrave de ma liberté en me séparant de fait de l’utilisation des logiciels propriétaires. C’est là le fond de votre argumentaire, n’est-ce pas ?

      Dans mon cas vous avez raison. Oui. En effet, je préfère souvent un logiciel libre à ses équivalents propriétaires, et cela même si le logiciel libre est moins bon. En cela, je rejoins votre analyse.. ma philosophie semble être une entrave à la liberté puisqu’elle conditionne des choix qui ne suivent pas forcément mon meilleur intérêt.

      Mais la philosophie n’est-elle pas un choix elle-même ? Vous considérez ma liberté comme entravée car ma philosophie conditionne mes choix et mes décisions ? La votre n’est-elle pas entravée de la même façon lorsque c’est votre confort personnel qui conditionne vos choix et vos décisions ?

      La liberté n’est-elle pas tout simplement ce choix de critères, ce choix entre confort et idées, cette façon dont chacun peut conditionner ses propres mécanismes décisionnels ? Moi l’esclave d’un idealisme utopiste qui réduit mon confort d’utilisation et mon acceptation du monde tel qu’il est, Vous l’esclave de votre pragmatisme affligeant qui pour votre confort personnel passe a cote de ce qui pourrait rendre notre monde meilleur ?

      (argh.. je l’ai refait. Excusez les adjectifs).

      Quoiqu’il en soit, nul de nous deux n’a raison ou tord en ce qui le concerne. Mais il s’agit de ne pas nier autrui et c’est en celà que l’article me parait préoccupant.

      Clem


    • Clement Lefebvre (---.---.142.21) 27 avril 2006 12:15

      C’est un sujet qui passionne. Il suffit de mélanger méconnaissance du sujet traité et affirmations de contres-vérités pour obtenir le même effet qu’un troll.

      Le trolleur aime troller et rigole souvent en effet. Mais était-ce là le but de Méric ? Je n’en suis pas sur.

      Je ne vois en tout cas rien d’étonnant à la masse des messages accumulés par cet article. Que la malice ou la maladroitesse de Méric s’en félicite :)

      Et puis à défaut de lire un article intéressant, j’aurai eu l’occasion d’apprendre et de découvrir de certains de ces commentaires. C’est peut-être là justement l’intérêt principal de médias de communication tels qu’Agoravox, comme cela fut noté dans l’un des commentaires.

      Clem


  • alphatwo (---.---.248.135) 27 avril 2006 11:43

    La définition d’un logiciel libre fausse (pourtant la base de l’argumentaire). Par ailleurs, rien n’empêche à un logiciel libre d’être payant.

    En outre, les utilisateurs de Linux ne sont pas forcément contre Microsoft. Bref, de grandes lacunes pour en faire un article réellement intéressant.


    • (---.---.162.15) 1er mai 2006 07:38
        En outre, les utilisateurs de Linux ne sont pas forcément contre Microsoft.

      Je pense que xeux qui sont volontairement sous Linux sont presque tous « contre Mictosoft ». Mais ils sont tout autant « contre Apple » ou « contre Oracle », ils ne veulent pas se lier à un logiciel propriétaire.

      Ce « contre » n’est toutefois qu’un élément du choix, beaucoup préfèrent un bon logiciel propriétaire qu’un logiciel libre passable... Le fait est que les bons logiciels sont nombreux. Il reste donc à « avoir le courage » de passer du propriétaire au libre, car en informatique il est difficile de changer de logiciel...

      Il faut savoir que le passage peut se faire progressivement en utilisant un logiciel tel que Vmware (Windows est alors une fenêtre dans Linux, une « machine virtuelle »).

      Am.


  • humufr (---.---.184.23) 27 avril 2006 16:21

    ah bon donc lorsque j’utilise firefox, linux ou autre je suis juste en train de rever et en fait ce n’est pas utilisable c’est juste une illusion. Je pense monsieur que vous devriez sortir de votre tour d’ivoire et regarder le monde tel qu’il est c’est a dire que la majorite des serveurs qui vous permettent de naviguer sur le net utilisent justement du logiciel libre non pirate (pas forcement gratuit mais pour cela il faudrait que vous regardiez la definition de logiciel libre) alors de nombreuse personnes dans le monde (y compris vous) utilisent une fiction ?

    Enfin pouvez vous reellement pretendre que parcequ’un logiciel n’est aps libre (c’est a dire que les sources ne sont pas disponibles a ses acheteurs) il soit utilisable ? Parceque les utilisateurs de windows 95 et autres ne pensent pas exactement la meme chose lorsqu’ils se retrouvent confrontes a l’ecran bleu...


  • ZeBob (---.---.66.245) 27 avril 2006 16:38

    Juste une question à l’auteur : Vous vous définissez comme « Militant écologiste de la première heure (depuis 1972), participe aux combats légitimes qui impliquent la défense de l’environnement, de la nature et de la vie : défense animale, lutte contre la chasse, la corrida, la pollution, l’exploitation des enfants, l’esclavage, la torture, le mauvais traitement des femmes, les victimes du libélarisme, les OGM, la publicité et toutes les formes de pollutions mentales, le gaspillage, le consumérisme, la manipulation de conscience, la »marchandisation« de la vie. Je suis l’un des fondateurs du Mouvement Écosophique, né en 1982, et dont le but est la défense de la vie et le respect de la nature. »

    Vous ne pensez pas que c’est contraire à votre argument : « Sauf à prendre appui sur des convictions religieuses et à défendre des valeurs idéales telles que la charité et le don de soi, personne de sensé ne peut croire que la « communauté des développeurs du logiciel libre » soit une association philanthropique dont le seul but serait le plaisir de développer gratuitement des logiciels pour « la beauté du geste » et le « bonheur de l’humanité ». » Pourquoi certains developpeurs n’auraient pas le droit de défendre le libre accès à l’information (entre autres) comme vous défendez la nature ?


    • Jean Cive (---.---.193.162) 27 avril 2006 18:48

      Tel que je vois la chose.

      Mr l’écolo « j’ai le coeur gros comme ça » naturiste sur son caillou monegasque va revenir sur ce forum en nous disant qu’il était absent pendant 3 semaines perdu au milieu de l’océan avec Greenpeace pour sauver les baleines et qu’il outré de constater qu’un individu mal intentionné ai usurpé son identité.

      Mouarff, j’en rigole d’avance ;o)


  • xilun (---.---.197.112) 27 avril 2006 19:12

    to Demian West : Et à part relever les emportements des commentateurs, vous avez des arguments pertinent qui viennent appuyer la thèse de l’auteur qui s’est quand même fait sacrement démonter ?


    • (---.---.162.15) 1er mai 2006 07:43

      Demander des arguments à Demian West ? Oh la la...

      Am.


  • thomas (---.---.38.119) 28 avril 2006 11:33

    Ca fait 3 ans que je me sert uniquement de linux a 100%, 100% libre, 100% utile et 100% utilisable... Et je ne me vois pas retourner une seule seconde sous un windows 100% non libre, 100% INUTILE ET INUTILISABLE !! Bref, encore un article d’un frustré qui n’arrive pas a installer linux parce qu’il ne connais rien en dehors de sa gameboy et son four microonde !


    • (---.---.162.15) 1er mai 2006 07:54

      Je trouve très dommage que vous vous moquiez de ceux qui n’arrivent pas à installer Linux. Vous venez d’ailleurs là de donner un argument à ses détracteurs : l’arrogance de ceux qui savent, qui préfèrent se moquer plutôt que d’aider. Il y a de véritables ayatollahs qui crachent sur les « geeks », les « newbies », les « neuneus »... et trépignent quand on ose utiliser le moindre programme propriétaire...

      Il y a aussi, heureusement, une large communauté d’entraide.

      Am.


    • ln-dark (---.---.176.55) 1er mai 2006 17:06

      Si tu sais ou demander, le monde t’aidera Le vrai bon geek est sympa et aidera toujours un n00b qui veut s’y mettre, SI il y met du sien.

      personne ne vous a dit de commencer linux en installant un gentoo, une debian ou pire, une LFS...

      Sauf si vous voulez mettre les mains dans le camboui des le debut, prennez un truc assez « user-friendly », genre SuSE pour pas faire de pub, ca fonctionne tres bien, meme qd on a un windows deja installé...


    • (---.---.162.15) 1er mai 2006 22:43
        Si tu sais ou demander, le monde t’aidera

      C’est déjà un préalable qui n’est pas facile à réaliser.

      Quant à l’user-friendly (pourquoi employer ce mot, nos programmes ne le seraient-ils pas par défaut ?), c’est quelque chose qui apparaît très peu naturel pour les adeptes purs et durs de la « ligne de commande ». Il faut « se les farcir »...

      Ils se révèlent être bien meilleurs défenseurs de Windows que les employés de Microsoft... Heureusement, avec un peu d’habitude, on apprend à les reconnaître et les éviter... Ces dinosaures sont peut-être moins nombreux maintenant qu’il y a quelques années ?

      Am.


    • lndark (---.---.228.125) 1er juin 2006 08:53

      euh, il reste toujours de dinosaures, enfin, quand je dis « user-friendly » je pense aux gens qui n’utilise pas la ligne de commande, mais toute personne sous linux y passera un jour ou l’autre. je suis ex-windowsien, et quand je me retrouve sous un windows, je cherche mon terminal pour pouvoir faire certains trucs.

      c’est juste une evolution logique, quand on est sous windows, on ne reflechi pas, on avance betement (dans le mur en general) car les problemes sont rarement solvables 2 fois avec la meme methode (ctrl+alt+suppr n’est pas une « methode ») alors que sous linux si, de plus on a les fichiers de log pour retrouver les erreurs.

      « si tu sais ou demander », suffis de se mettre a irc ou de trouver des forums, si tu sais pas faire ca, arrete l’informatique, ca te sert a rien.

      je suis peut etre un fanatique, mais j’aide les gens qui veulent s’aider eux-meme, si la personne de l’autre coté de l’ecran ne fait pas d’effort, qu’elle se demerde...RTFM

      pour les autres aller sur :

      #fr@irc.freenode.org

      la vous trouverez les infos qu’il vous manque


  • Blaise (---.---.141.245) 28 avril 2006 14:42

    Une citation du célèbre article fondateur des logiciels libres « The Cathedral and the Bazaar » par Eric S. Raymond . Pour ce qui est de la motivation des développeur vous y retrouverez toutes les réponse à vos interrogations notamment dans le chapitre 10 « Le contexte social du logiciel dont le code source est ouvert »

    http://www.linux-france.org/article/these/cathedrale-bazar/cathedrale-bazar_monoblock.html

    «  Peut-être qu’à terme, la culture du logiciel dont le code source est ouvert triomphera, non pas parce qu’il est moralement bon de coopérer, non pas parce qu’il est moralement mal de ``clôturer’’ le logiciel (en supposant que vous soyez d’accord avec la deuxième assertion ; ni Linus ni moi ne le sommes), mais simplement parce que le monde dont le code source est fermé ne peut pas gagner une course aux armements évolutive contre des communautés de logiciel libre, qui peuvent mettre sur le problème un temps humain cumulé plus important de plusieurs ordres de grandeurs. »


  • Free Software Song (---.---.177.5) 28 avril 2006 16:42

    Free Software Song

    Join us now and share the software ; You’ll be free, hackers, you’ll be free. Join us now and share the software ; You’ll be free, hackers, you’ll be free.

    Hoarders may get piles of money, That is true, hackers, that is true. But they cannot help their neighbors ; That’s not good, hackers, that’s not good.

    When we have enough free software At our call, hackers, at our call, We’ll throw out those dirty licenses Ever more, hackers, ever more.

    Join us now and share the software ; You’ll be free, hackers, you’ll be free. Join us now and share the software ; You’ll be free, hackers, you’ll be free.


  • Huygens (---.---.8.222) 29 avril 2006 12:10

    Bonjour,

    Je crois qu’un problème d’anglais est à l’origine de malentendu. Un logiciel Open Source ne veut pas dire un logiciel libre, Open Source signifie que les sources du logiciel sont accessible, mais il existe des licences d’utilisation de logiciel open source qui font qu’ils ne sont pas des logiciels libres. Un logiciel libre (free software, with free like in free speach, not like in free beer = logiciel « free », avec « free » comme dans un discours « libre » et non comme dans un bière « gratuite ») est un logiciel Open Source dont la licence permet de modifier le code source. La licence BSD est une licence libre car elle permet la modification du code source, elle permet même de faire un logiciel proprio car elle n’oblige pas l’auteur à mettre ses modifications en licence libre. La licence GPL est plus contraignante car elle oblige les modifications à être sous une licence GPL ou compatible.

    Je veux revenir sur l’aspect free qui veut dire libre et non gratuit. Un logiciel libre peut très bien être un logiciel payant. C’est parce qu’en anglais gratuit et libre sont un mot identique (free), mais il faut toutefois les différencier. Un logiciel libre n’est pas gratuit, il nécessite l’investissement de personnes, sociétés, gouvernement pour survivre. C’est pourquoi les logiciels libres d’envergures sont encadrés par des « fondations » (terme juridique anglais qui représente des sortes d’associations à but non lucratif, mais pouvant commercialiser des produits ou services), la fondation Mozilla par exemple encadre le développement du navigateur Firefox.

    Un logiciel libre est souvent développé par des développeurs que l’on définit comme noyau qui travaille à temps complet dessus. Donc pour vivre, il leur faut trouver des moyens, les fondations peuvent payer ainsi des développeurs, ou parfois des entreprises peuvent autoriser un de leurs employés à travailler sur un projet libre pendant les heures de travail.

    Rien n’est gratuit sur Terre malheureusement. Mais, ces développeurs noyaux ne sont pas seul, et ils sont supportés, aidés par une communauté. Une communauté, ce sont des gens qui participent de manière sporadique au projet au gré de leur besoin. Ces gens là sont bénévoles et apportent librement leur contribution sans aucune contre-partie la plus part du temps (j’en fait parti !). Ils le font sur leur temps libre, ce que même ma copine à du mal à comprendre. Mais c’est un peu comme le passionné d’astronomie, il va se construire son télescope de 200mm car il n’a pas - ni son club - les moyens d’en acheter un. Certains membre de son club vont d’ailleurs venir l’aider car un est un peu mécano, l’autre un peu scientifique. Et à la fin ce monsieur aura construit un téléscope. Et tout le club pourra en profiter, et bien évidemment, il ne le leur fera pas payer, car c’est un passionné. (histoire véridique) Bref, on pourrait considérer son télescope comme un télescope libre. Les logiciels libres sont écrit par des passionnés, et leur travail bénéficie à eux d’abord, car il voulait avoir cette fonctionnalité (avoir un plus gros télescope pour voir les Lunes de Saturne), mais il en fait bénéficier sa communauté/club également. Et là où c’est vraiment une communauté, c’est qu’il a eu l’aide d’autres personnes pour le montage par exemple, mais aussi à la fin, une autre personne aura pensé à construire un adaptateur pour monter un réflexe sur le télescope, ils se sont cotisés pour acheter un réflexe argentique, un autre à un atelier de développement pour les films, etc. Chacun travail sur un aspect, et à la fin c’est la communauté qui gagne. Ce n’est pas idiot et c’est même une théorie économique : celle de M. Nash ou du gagnant-gagnant. :) Bref, pendant que des gens travaillent sur un OS (Linux), d’autres profitent de cette plate-forme pour développer un lecteur vidéo, d’autres encore un client de courriels, etc. A la fin toute les communautés fédérés autour de la plate-forme ont gagné.

    Moi tout seul, je ne pourrais jamais développer mon système d’exploitation, mon client e-mail, mon navigateur internet. Pas parce que je ne sais pas programmer (je suis programmeur, et je sais comment un OS fonctionne ou comment en faire un basic), mais tout ça me prendrait tellement de temps que je ne pourrais pas travailler, je n’aurais pas de vie sociale ou de famille, etc. Bref, je profite du travail des autres sur certains aspects, et je participe sur d’autres. :) A la fin, j’ai ce que je désirais sans à avoir eu faire l’investissement colossal.

    Le logiciel libre n’est donc pas une utopie. Et il n’est pas gratuit, je participe aux demandes de dons des fondations pour pouvoir maintenir le niveau de qualité des logiciels. Dans l’optique des logiciels GPL phare (Linux, Open Office, Firefox), ces produits ne sont pas gratuit, mais il sont accessible gratuitement et sans limitation. Si vous avez vraiment apprécié le travail, vous pouvez toujours leur faire un don :) C’est déductible des impôts pour certains qui sont passés en association de loi 1901 en France ;) Mais là où ces logiciels libres (sus-mentionnés) sont différents d’un freeware (qui signifie lui logiciel gratuit, mais qui est un logiciel propriétaire, c’est-à-dire dont le code source n’est pas accessible), ou d’un shareware (logiciel partagé, c’est-à-dire on offre le logiciel pour un temps limité, puis on demande un paiement), c’est que vous être libre ou non des les payer. Et si vous les payer, c’est juste pour la bonne cause et pour qu’ils continuent leur travail, vous ne gagnez en échange !

    L’illusion dont l’auteur parle est en fait une confusion dû à l’anglais entre les termes gratuit et libre.

    Cordialement, Huygens

    PS : S’il vous plaît, au vue de votre « CV » je ne comprends pas comment vous avez pu faire une bourde comme celle-ci : « Oublié de dire dans mon article que le logiciel 100% libre, 100% utile, 100% utilisable et 100% gratuit existe : c’est le logiciel piraté... » J’espère que c’était sur le coup d’un coup de chaud ;) et que vous ne pensez pas vraiment ce que vous avez dit. Car si vous piratez un logiciel, c’est grave et ça peut vous amener en prison. On est loin alors du « 100% libre » comme vous dites.

    PS2 : Ce message a été écrit sous le système d’exploitation Ubuntu Linux Dapper en utilisant le traitement de texte Open Office.org 2 et en naviguant sur internet avec Epiphany (le navigateur du bureau Gnome basé sur le moteur de rendu de Firefox). Aucun logiciel propriétaire ou piraté n’a été utilisé durant l’écriture de ce message. Tous ces logiciels sont libres, librement utilisable, librement accessible sur internet, documentés de manière très satisfaisante (à faire pâlir Microsoft) et le tout sans avoir eu à dépenser un euro, mis à part pour ma connexion ADSL et le CD du système d’exploitation que j’ai gravé ;) Mais même ce dernier point aurait pu être évité, car Ubuntu délivre gratuitement leur CD chez vous dans n’importe quel pays :), les frais de port sont gratuit ! -> Testé et approuvé :)


  • ln-dark (---.---.176.55) 1er mai 2006 17:00

    Personnellement, je developpe pour m’amuser, et si ce que je developpe sert aux gens, tant mieux pour eux, sinon j’aurai amelioré mon code, ce qui est toujours agreable.

    Je ne recherche ni gloire, ni prestige, ni reconnaissance. Je fais de l’informatique, je tourne depuis pres de 2 ans sous debian et gentoo, avant de trouver un « mode d’emploi » achetable, accrochez vous. Les gens qui vous aident a resoudre vos problemes sont sur des chans IRC, ils ne demandent rien (sauf que vous ayez reflechi au comment de votre probleme et lu le manuel (sinon, RTFM)).

    Si vous n’y croyez pas, restez a jamais un esclave de la horde windowsienne lobotomisée au code ecris par des designer et avec les pieds.

    Le Libre EST fiable, grandement utilisé, apres si vous etes trop un boulet pour savoir l’utiliser, c’est pas notre probleme. vous vous dites alter-mondialiste, mais regardez, vous avez surement ecris cet article en utilisant Internet Explorer de Windows (donc un truc mal foutu et tres cher pour une utilisation deplorable)... A moins bien sur que vous soyez un Maciste illuminé, mais dans ce cas la, expliquez moi pourquoi Apple a developpé OSX avec un noyeau libre BSD...

    donc bon, avant de dire des conneries, reflechissez...

    PS : si j’ai une adresse hotmail, c’est uniquement pour le spam


    • Fred (---.---.176.0) 1er mai 2006 19:09

      Attention, Méric est un vrai alter-consommateur, il utilise Mac OS 9 et non pas Windows !


  • detaxe (---.---.9.245) 1er mai 2006 23:54

    J’ai lu 3 fois l’article, interessant, de Meric, car je considere qu’il y a des faits vrais et des affirmations fausses. Le melange donne ce resultat qui est choquant pour des personnes utilisants, au quotidien, et meme professionnellement, des Logiciels Libres magnifiques, tels Spip, Firefox, LaTeX, Scribus, Kstars, ...

    Alors, oui, il faut repondre a ces affirmations, et rendre visible une situation qui pourrait paraitre intenable ! Oui, Sun, Hp, Ibm financent largement les LLs. Bien sur, les LLs sont financierement invisibles, puisqu’on les telecharge librement, et qui, s’ils venaient a ne pas satisfaire, on les repudie tout aussi librement.

    Mais Firefox depasse desormais dans le monde 10% des pages vues, et 20% en Europe. 70% des sites Web tournent sous Apache, ... Gcc est utilise par des dizaines de milliers de projets, Sourceforge.net habrite plus de cent mille progets libres ...

    Alors oui, tout le monde ne lit pas le code, c’est meme rarissime que de lire un code, de toute facon, sur les centaines de millions d’utilisateurs de l’informatique, meme pas 1 a 2 % peut le faire (a les competences techniques). Mais on *peut* le faire. Et ceci assure que je fais ce que je veux de mon ordinateur.

    Et oui, aujourd’hui, des aujourd’hui (et en fait depuis des lustres (pensez a Emacs, LaTeX, Gcc, ...)), les logiciels 100% libres, 100% utiles et 100% utilisables se comptent par dizaines de milliers ! Mais leur utilisabilite n’est pas la votre ! (Vous appreciez les belles inferfaces : testez KDE !)

    Quand aux logiciels proprietaires, aux marges de 80% (cf microsoft et 1/ son OS 2 sa suite office) lorsqu’ils autoriseront enfin le choix aux utilisateurs a l’achat de les refuser, alors oui, ils seront enfin sur cette planche savonneuse ou ils refusent, jusqu’a ce jour et par tous les moyens (brevets, EUCD, secret des formats) de s’engager. Ce n’est pas leur superiorite (marketing ou technique) qui les met la, c’est l’argent extorque aux utilisateurs (80% de marge, et on me refuse que je puisse acheter tout ordinateur sans OS proprietaire !) ainsi que des politiques commerciales douteuses (marges arrieres, contraintes) qui leur permettent d’eviter d’etre, enfin mis hors course !

    Aidez nous a les pousser en signant la petition  ! http://www.racketiciel.info/


  • joseph (---.---.75.210) 2 mai 2006 14:29

    Dites-vous que c’est bien grace à des LL et openSource que votre article a bien pu être publié. lol

    www.agoravox.fr => Server : Apache/2.0.54 (Fedora) et la plupart des serveurs de nom ( dns ) fonctionnent avec bind ... etc ... d’ailleurs, internet existerait-il sans eux ?


  • fortune (---.---.177.5) 2 mai 2006 18:14

    Un hacker fait par amour de l’art ce que d’autres ne peuvent faire, même pour de l’argent.


  • Yves (---.---.207.189) 4 mai 2006 16:57

    « Les hommes sont des hommes, et ce qui caractérise l’humanité, caractéristique partagée avec le reste du monde vivant, c’est que chaque individu lutte pour sa survie. »

    Déjà là j’ai bien ri.

    « le principe du développement de l’open source implique que l’on ne puisse tirer aucun revenu de sa prestation, » « Un logiciel gratuit ne génère pas de profit. »

    Si mes souvenirs sont exacts, un des buts de la FSF est justement de financer des développements de logiciels libres. Dès le départ ils vendaient leurs logiciels sur bande (avant internet) pour cela. Et ils les vendaient cher. Aucun principe de gratuité n’existe dans le logiciel libre.

    Vous mélangez le prix de vente du logiciel avec son financement. Il y a plusieurs façons de financer du dévelloppement de logiciels libres :
    - vendre du service autour. RedHat, IBM font ça.
    - vendre de l’espace (Google en premier dans la barre d’outils de Firefox).
    - vendre le logiciel. C’est possible et dans mon souvenir dansguardian fait ça.
    - offrir de son temps (bénévolat). Cela peut-être aussi une façon de se faire la main pour des étudiants. De faire un outil dont on a besoin pour son métier, sans vouloir en faire une activité professionelle.
    - se faire subventionner (GPG a été financé comme ça, il me semble).

    Sur le bénévolat, il y a beaucoup de raisons qui poussent des gens à offrir du temps pour un logiciel. La charité n’en fait certainement jamais partie. Mais la charité au sens ou vous l’entendez n’existe pas : le croyant qui pratique la charité ne le fait pas de façon désintéressée, il vise le paradis dans un au-delà potentiel...

    Là ou vous parlez de communauté ayant un but, il n’y a que des individus et des sociétés ayants une foultitude de buts. Le logiciel libre existe grâce à cette foultitude d’intérêts divers le faisant avancer.

    Cela étant dit, le logiciel libre ne vous plait pas. J’espère que personne ne vous force ? La liberté, c’est aussi celle de ne pas l’utiliser.


  • Jo (---.---.182.165) 9 mai 2006 17:23

    Demian degage vers l’west pauvre bouffon. HAHAHA


  • (---.---.141.11) 9 mai 2006 18:23

    Ouais...j’ai lu l’article, les commentaires...enfin pas jusqu’à la fin quand même. Mais on est à peut près tous d’accord. Demian est là pour s’amuser avec la littérature. C’est tout à fait défendable mais à mon avis y’a d’autres endroits pour le faire qu’un débat sur les logiciels libre. C’est p’têt juste pour se faire de la pub et augmenter le nombre de visite sur son site (sur lequel je n’ai pas cliqué ;) grâce à quelques publicité, et l’auteur de cet article doit en être conscient et c’est surement pour ça qu’il a rédigé un tel article sur un sujet qu’il ne connait pas du tout. Ca j’en suis sur car sinon il aurait débatu avec les personnes qui ont répondu à cet article. chose qu’il n’a pas fait.

    En tout cas MERCI à la communauté de l’open source du gratuit et du libre. Ca permet aux gens qui n’ont pas beaucoup de moyens de disposer d’outils très interressants et ce, dans tous les domaines.

    Pour finir l’auteur de cet article dont je ne préfère pas me rappeler le nom et le poëte sont en fait les caricatures de LEUR article. Ils ne font rien gratuitement, et leur provocation n’a je pense qu’une vocation pécuniaire.


  • john (---.---.247.2) 22 mai 2006 16:12

    vous dites que « les licences libres permettent (...) la diffusion sans bénéfice ».

    elles permettent aussi la diffusion avec bénéfice.

    Parmi les quatre critères qui définissent le logiciel libre il n’est aucunement fait mention d’argent.

    Vous confondez peut-être avec les freewares ou logiciels gratuits, quoi qu’il en soit votre article n’a d’intérêt que par ce qu’il montre combien sur internet les sources peuvent être aussi peu fiables et néanmoins péremptoires.

    PS : si en relisant la GNU/GPL vous trouvez un passage qui interdit la redistribution avec bénéfice je vous paie des frites smiley


  • Marc BEY (---.---.102.117) 24 mai 2006 18:31

    bonjour,

    Je me permets de venir simplement au secours de l’auteur de cet article sur le logiciel libre au secours , oui c’est bien le mot.Car je pense que celui ci est dans l’ignorance totale.

    Je dirige une entreprise dans le secteur du logicie libre et je vois qu’il faut que l’on communique plus pour éviter ce genre d’article. Je suis membre de la communauté Open Source et ce qui nous anime tous, développeurs, testeurs etc éditeur de logiciel libre c’est avant tout l’esprit communautaire , la passion aussi comme il a été vu ci dessus. Sachez que le logiciel libre est aussi un problème de conviction. Nous sommes de ceux qui pensent que l’utilisateur doit avoir accès à la connaissance.C’est le premier point. Ensuite sachez qu’il y a deux manières d’obtenir de la valeur ajoutée sur la plan logiciel.Le premier qui consiste à vendre des boites de logiciels à un prix souvent exhorbitant pour des logiciels souvent inadaptés, et le second est de transfèrer la valeur ajoutée sur le service donc la matière grise.Voici quelque chose noble. On s’affranchit ainsi du phénomène boite et on dématérialise quelque peu les procèdures. Ensuite sachez que le logiciel libre n’est pas forcément gratuit. Enfin la « chaine libre » est formée de trois gros maillons:les communautés qui font un travail formidable, les SS2L qui sont l’interface entre communautés et utilisateurs finaux, et enfin ceux-ci nos clients. Non le logiciel libre n’est pas une illusion. C’est une réalité.Sachez que les grands ministères sont tous en pleine migration, les collectivités locales également c’est le cas ici chez nous à Marseille. Concernant les gros services , ce sont des briques libres qui sont les plus utilisées (Apache, LDAP etc...) Ce qui intéressent nos clients c’est l’indépendance technologique, la maitrise des coûts , la stabilité des solutions. Le marché Nous sommes en train de la creer,ce n’est pas une illusion.Je ne parlerai pas sur le plan international, de la Chine par exemple ou du Bresil. Vous parlez de standards, mais qu’est ce les standards pour vous ? Ce sont les acteurs du libre qui respectent le plus les standards (W3C,ISO etc..)pas les gros monopoles propiétaires qui eux les imposent ou qui essaient du moins.

    enfin sachez que le logiciel libre ne dort pas au contraire , il est très actifs ,les communauté&s les SS2L ;Vous parlez également au passé lorsqu’il s’agit de briser le monopole de Microsoft, ce n’est pas le passé mais le présent et l’avenir. IBM, Sun, Novell, Canonical par exemple font un travail formidable en ouvrant du code, en injectant des capitaux etc... en développant des systêmes libres. Enfin n’boubliez pas que nous sommes des milllions à travers le monde par quelques miliers à Redmond. L’offre de service est jeune et doit être développée.Je suis d’accord.Beaucoup de SS2L sont nées au cours des deux dernières années.Laissons les développer leur niveau d’expertise, leur offre de servie, leur expérience, et là nous verrons. N’oubliez pas également que le logiciel libre est le fruit d’une volonté politique en Europe, mais aussi dans notre pays. Enfin allez sur notre portail, pour les détails techniques et l’esprit que vous ne connaissez pas, le formats, les standards les licences qui encadrent le libre.

    Très cordialement

    Marc BEY http://www.bashprofile.net BASHPROFILE Informatique & Open Source


  • Eric Petit (---.---.40.130) 16 juin 2006 10:48

    Bonjour,

    Je ne comprends pas comment quelqu’un qui se prétend alter-mondialiste peut écrire une chose pareille, c’est vraiment navrant. Pour les alter-mondialistes le partage du savoir est une question essentielle, et le logiciel libre apporte une solution qui ne lèse personne. Le logiciel libre n’est plus une utopie puisque c’est devenu une réalité. J’en conviens ca peut paraître incroyable !


  • Fred (---.---.176.0) 16 juin 2006 23:45

    Ce qui est navrant également, c’est que l’auteur a complètement abandonné son article, et surtout ses lecteurs. Quand les gens ne sont pas d’accord avec lui, Monsieur de Saint-Cyr ne discute pas, il part ailleurs. Agoravox n’est pas fait que pour imposer son point de vue au monde, il est aussi fait pour profiter des points de vue de chacun.


  • tom (---.---.111.82) 27 juin 2006 19:04

    Mr Méric St-Cyr... ou de St-Cyr ??? tu sort de ta grotte ?

    Encore un connard à qui on a donner le droit de parole et qui le prend sans savoir de quoi il parle !!!!

    Moi monssieur, j’utilise les logiciels libres depuis des années. Et ils sont effectivement libres ces logiciels et il y a éffectivement des gens qui ne pense pas qu’au fric comme toi.

    Ces gens le font (comme moi) pendant leur temps libres, et lorsque qu’on sait développer (pas comme Krosoft) y a pas besoin de passer TOUT son temps libre la dessus.

    je participe moi même souvent à aider les utilisateurs à intégrer compiler installer et paramètrer ces logiciel ou OS.

    Et je n’ai aucune rémunération si ce n’est le plaisir d’être moi même aider en retour par d’autres personnes tout aussi desinteressé que moi.

    Question d’état d’esprit... Ce qui en dit long sur celui de cette ane !!!!

    Je ne vous salut pas monsieur !


    • tom (---.---.111.82) 27 juin 2006 19:09

      En + il a un site de merde qui veu rien dire... le boulet !

      Je me passerait bien de ces soi disant libre penseur a 2 balle


  • tom (---.---.111.82) 27 juin 2006 19:12

    Ha oui... pardon !

    Des gens gagnent effectivement de l’argent sur le libre...

    Ben oui... C po interdit de vivre kan même !!!


  • nuchoon (---.---.6.15) 6 juillet 2006 02:19

    ce qui est formidable avec internet, c’est que tout le monde peut s’exprimer. Aprés c’est à chacun de faire le tri. Par exemple en zappant ce billet merdique.


  • armand (---.---.20.60) 6 juillet 2006 07:26

    Encore un qui n’a rien compris on fonctionnement du monde. Il n’y a pas que l’argent... et le bénévolat, et l’artiste qui sommeil en chacun de nous .... le monde de l’informatique regorge aussi d’artiste talentueux qui préfèrent la communauté des outils libres pour s’exprimer.

    Quel bonheure de pouvoir développer son talent, avec des outils libre et pour le libre !


  • TonyFlow (---.---.98.113) 6 juillet 2006 17:19

    Et pourtant.... ça marche !!

    Oui ça peut paraitre pour certains contre-nature et inconcevable, mais la réalité est là pour le prouver. Ni mythe, ni illusion, on peut déjà constater la présence des logiciels libres, leurs nombreux développements et leurs utilisations qui n’ont rien de folkloriques !

    Il est facile de sortir des stats d’OS de visiteurs pour nier l’utilisation des logiciels libres... mais c’est une vision assez réductrice du monde de l’informatique. Que donnerait une stat sur les OS utilisés en tant que serveurs ? De quoi est constitué Internet si ce n’est majoritairement de logiciels libres ?

    Je comprend que le concept puisse étonner et que nombre de personnes puissent en douter... Mais cet article démontre plutôt une méconnaissance de la réalité des choses. Le logiciel libre ne domine peut-être pas (ancore ?) le monde informatique (mais pas de problème à ce qu’il y ait de la place pour tout le monde), en tout cas il est bel et bien là !


  • TonyFlow (---.---.98.113) 6 juillet 2006 17:20

    Et pourtant.... ça marche !!

    Oui ça peut paraitre pour certains contre-nature et inconcevable, mais la réalité est là pour le prouver. Ni mythe, ni illusion, on peut déjà constater la présence des logiciels libres, leurs nombreux développements et leurs utilisations qui n’ont rien de folkloriques !

    Il est facile de sortir des stats d’OS de visiteurs pour nier l’utilisation des logiciels libres... mais c’est une vision assez réductrice du monde de l’informatique. Que donnerait une stat sur les OS utilisés en tant que serveurs ? De quoi est constitué Internet si ce n’est majoritairement de logiciels libres ?

    Je comprend que le concept puisse étonner et que nombre de personnes puissent en douter... Mais cet article démontre plutôt une méconnaissance de la réalité des choses. Le logiciel libre ne domine peut-être pas (ancore ?) le monde informatique (mais pas de problème à ce qu’il y ait de la place pour tout le monde), en tout cas il est bel et bien là !


  • TonyFlow (---.---.98.113) 6 juillet 2006 17:20

    Et pourtant.... ça marche !!

    Oui ça peut paraitre pour certains contre-nature et inconcevable, mais la réalité est là pour le prouver. Ni mythe, ni illusion, on peut déjà constater la présence des logiciels libres, leurs nombreux développements et leurs utilisations qui n’ont rien de folkloriques !

    Il est facile de sortir des stats d’OS de visiteurs pour nier l’utilisation des logiciels libres... mais c’est une vision assez réductrice du monde de l’informatique. Que donnerait une stat sur les OS utilisés en tant que serveurs ? De quoi est constitué Internet si ce n’est majoritairement de logiciels libres ?

    Je comprend que le concept puisse étonner et que nombre de personnes puissent en douter... Mais cet article démontre plutôt une méconnaissance de la réalité des choses. Le logiciel libre ne domine peut-être pas (ancore ?) le monde informatique (mais pas de problème à ce qu’il y ait de la place pour tout le monde), en tout cas il est bel et bien là !


  • hodj (---.---.174.244) 8 juillet 2006 11:47

    Je doit avouer ma grande (tres grande pour ne pas dire immensement grande) surprise en apprenant que IBM, SUN, NOVELL, REDHAT, GOOGLE, .... partagent des valeurs de charité et de don de soi, ce qui les poussent a investir dans le logiciel libre ou alors en veulent suffisament a Microsoft pour depenser quelques milliards de dollars juste pour embeter MS.


  • celestin (---.---.248.129) 28 août 2006 20:05

    Cet article est excellent !

    Enfin un article non politiquement correct a propos de l’open source.

    Il y a un autre argument qui fait mal a propos de l’open source : il y a tres peu d’orginalite dans l’open source (sauf peut-etre Apache). Les Open Office, Linux, Firefox ne sont que des copies de programmes existant (un peu gonfle quand meme soit dit en passant).

    Cela ramene au propos de l’auteur : quelle personne accepterait de donner une idee tres originale a la communaute, sans en retirer un reel benefice ? Pour l’instant on cherche toujours...


    • Terminatux 11 mai 2008 19:18

      Soit pour OpenOffice je convient qu’il ressemble aux autres suites bureautiques proriétaires bien qu’il soit plus complet (OpenOffice Math n’a pas d’équivalent parmis ces autres solutions par exemple, OpenOffice Draw non plus) et puisse lire le standart odt mais en ce qui concerne Firefox et Linux c’est n’importe quoi !

      Avez-vous déjà comparé Firefox 1.5 à IE 6.0 ? Firefox déjà 95% des fonctionnalités de IE 7.0 bien avant qu’il ne sorte plus bien d’autres (milliers d’extension, meilleur respect des standarts, multitude de thèmes...) et aujourd’hui reste bien supérieur à IE. Depuis quand IE innove mon cher ? Pouvez-vous me dire décement que Microsoft a toujours eu une longueur d’avance sur FF et que ce dernier n’a fait que le copier ? Ne serait-ce pas plutôt le contraire ?

      Quand à Linux alors là c’est abberant ce que vous me dites. Vous l’avez déjà testé Linux ? Je veux dire pas en 1992 et pas sur un vieu coucou avec un Pentium II. Alors vous ne voyez pas la différence ?

      1)Linux est libre, c’est à dire que vous pouvez faire ce que vous en voulez alors que Windows ne l’est pas, ce dernier est en effet excessivement cadenassé, vous n’avez pas le droit de vendre ni même de donner une licence seule (sans l’ordinateur qui y est associé) et vous ne pouvez le mettre que sur un PC pour une licence même si vous avez 4 ordinateurs chez vous.

      2)Linux possède plusieurs variantes appellés distributions alors que Windows n’en a qu’une (avec différentes versions et différentes gammes) ce qui fait que chaque distribution Linux s’adapte à son public alors que le public doit s’adapter à Windows (il s’agit en fait de la même différence qu’entre le taylorisme et le toyotisme).

      3)Linux possède plusieurs environnements graphiques, là encore chaqun ses goûts, permettant d’obtenir aussi bien un bureau épuré et simple que léger et fonctionnel mais aussi très elaboré tandis que sous Windows vous n’avez que l’infame Aero.

      4)Linux fonctionne très bien avec peu de ressources. Avoir 512Mo de RAM c’est presque inutile (ça rajoute un peu plus de confort) sauf bien entendu si l’on compte utiliser des jeux récents alors que sous Windows il est conseillé d’avoir 2Go de RAM soit quatre fois plus. (pour permettre à une version correcte de Vista de tourner sans trop ramer)

      5)Linux permet d’avoir plusieurs espaces de travails (ou bureaux) ce qui permet de faire un peu de ménage pour certaines personnes alors que sous Windows certains se retrouvent avec un vrai foutoir.

      6)Linux n’est presque pas sensible aux virus contrairement à Windows. A ma connaissance les seuls virus qui pourraient un jour menacer Linux sont les virus en assembleur, et au vue de la difficulté de programmer en assembleur on ne risque pas d’avoir un jour 2000/3000 virus hebdomadaires sous Linux.

      7)Linux à une meilleure gestion des privilèges et corrige plus vite ses failles ce qui fait que les attaques d’une machine sous Linux est beaucoup plus compliqué que celle d’une machine sous Windows. Résultat on diminue les risques.

      8)Les distributions de Linux sont livrés avec suffisament de logiciels pour une utilisation basique d’un ordinateur tandis que Windows est presque livré nu.

      9)L’installation d’un logiciel se fait en 3 clics de souris sous Linux (Menu->Ajout/Suppression de logiciels/Cocher la bonne case/Valider) . Sous Windows il faut d’abord le chercher, le télécharger et ensuite lancer l’exécutable.

      10)Les mises à jours de tous les logiciels sont automatiques et centralisées sous Linux. Sous Windows il faut faire chaque mise à jour une par une.

      11)Aero n’a rien a envié à son """équivalent""" Linux (les trois paires de guillemets ne sont pas des fautes de frappes) qu’est Compiz-Fusion. Aero a seulement essayé d’en copier 5%.

      12)Linux ne fragmente le disque lorsque vous l’utilisez, alors que Windows si (du coup ---> défragmentations conseillés tous les 2 mois, sinon perte de performances) .

      13)En général dès que Windows a un problème un petit peu important la solution consiste à le réinstaller/à tout formatter car aucune information ne vous permettra de résoudre ce problème. Sous Linux ce genre de solutions barabares est réduit au maximum car vous pourrez toujours trouver le truc (message d’erreur, fichier de configuration...) qui vous permettra de résoudre le problème ou de demander de l’aide sur Internet.

       

      Bien sur tout cela n’est pas exhaustif !


  • atlantic (---.---.147.220) 6 septembre 2006 15:29

    C’est le commentaire d’une personne qui n’a jamais touché !


  • cassini (---.---.255.68) 27 septembre 2006 15:08

    ah les ayatollahs partisans du logiciel libre ... veulent couper toutes les têtes qui dépassent ...


  • gopherzen (---.---.200.26) 7 octobre 2006 20:59

    Bonjour,

    Je consulte de temps en temps AgoraVox, mais là sur ce sujet, vous vous êtes fait descendre en flammes, et je ne reviens pas sur tous les commentaires que cela a généré, mais je suis étonné, voire attéré de votre analyse (notamment sur la « vie associative » en général, ou alors les personnes « associatives » ont soit du temps à perdre et sont des imbéciles à pas se faire du fric ou sont trop sociales ou utopiques et sont des imbéciles aussi(dont je fais parti -mince alors, je suis un imbécile ?, et à l’insu de mon plein gré ? On m’aurait menti ? smiley ).

    Pour ma part, j’utilise au travail l’environnement Microsoft (OS et logiciels propriétaires), au domicile (histoire de voir autre chose) Linux (OS et logiciels libres) et MacOS (OS et logiciels propriétaires et libres)(mais là j’aime bien, j’avoue mon humble péché, et c’est un choix perso, les produits Apple). (Je ne suis pas informaticien, mais j’utilise et je bidouille (le bon sens de hacker ?) avec des amis en tant que passionné, depuis 1976. (C’est comme ça que j’ai appris : les « débutants » de cette époque me comprennent).

    En ce qui concerne Linux, je pourrais télécharger uniquement les logiciels et l’OS. Cependant, je fais le choix d’acheter en boîte Linux, et d’apporter ma « modeste contribution » financière histoire de participer.

    Il en va de même pour le « libre ». Quand quelqu’un « pirate » Microsoft, il ne fait que se rendre dépendant de la pensée : PC = Windows. Je l’informe alors qu’il peut travailler pareillement avec un environnement « libre » (ça lui reviendrait moins cher et éviterait d’avoir des ennuis)et ça peut lui ouvrir l’esprit qu’il n’y a pas « que » Microsoft. C’est ça aussi la diversité (là aussi, les « anciens » reconnaîtront mes propos, dans le plaisir de découvrir).

    Idem pour la musique, quand on a des choix à faire (surtout financier) on peut découvrir de la bonne musique que l’on entendra jamais (sauf exception : Artic Monkeys par ex, ou d’autres musiques que j’ai découvert) sur les ondes. Et dans ce cas là, on n’hésite pas à rétribuer l’auteur (et uniquement des « intermédiaires » qui ne pensent qu’au fric), car on l’a apprécié pour sa création et non pas goûté comme un consommateur de la daube à 22 euros à la sauce « Star Ac ». (Quoique, du boeuf en daube c’est pas dégueu smiley ).

    Pour votre documentation, je vous suggère « Libre enfants du savoir numérique » par Olivier Blondeau et Florent Latrive, « TAZ » d’Hakim Bey,(plus d’autres essais dans ce style comme la Cathédrale et le Bazar) et « le peuple des connecteurs » de Thierry Crouzet. Vous avez le choix : vous pouvez les télécharger et les imprimer librement (et même les diffuser : ça alors, et vous ne serez même pas poursuivi pour « piratage » smiley) mais bonjour tous vos sous dépensés !!! OU, alors, comme le livre « Libres enfants... » vous posera la question en le lisant : « mais pourquoi vous avez acheter ce bouquin ? ». Croyez-moi, quand vous lisez tranquille, et qu’un bouquin vous interrompe par ce genre de question (ça fait comme un « deuxième effet Kiss Cool » smiley ).

    Sur cette réflexion, (en live sur mon clavier « pc », et de la zik dans mes décibels sur mon « ipod » -à peine « fashion victim » le « geek » smiley ), je vous dis : vivons libres, curieux, curieux d’apprendre à tout âge (mon mentor qui m’a initié à l’informatique a ajourd’hui 86 ans, et oui smiley, et je lui doit beaucoup) ouverts d’esprit et ouverts aux autres. C’est ça la vie (et n’oubliez pas de vous oxygéner en rando dans la nature, de rêver la tête dans les étoiles, ça fait du bien aux neurones).

    Cordialement.


    • gopherzen (---.---.200.26) 8 octobre 2006 15:24

      Bonjour,

      J’oubliai aussi « La bataille du logiciel libre, Dix clés pour comprendre » de Perline et de Thierry Noisette, et notamment, le Livret du Libre par l’April et comment Linux s’est développé.

      Cordialement.


  • iwjcg iwjcg 11 octobre 2007 08:32

    Etes vous payé par microsoft ?

    Si tout ce délire pédant est destiné a nous convaincre de l’imperfection humaine , on est d’accord avec vous le logiciel libre a des imperfections , mais moi je prétend qu’il permet a tous d’accéder au numerique légalement et meme si on n’a pas votre niveau intellectuel ou culturel on n’en est pas moins des humains ayant la prétention d’avoir autant de valeur qu’un genie tel que vous.

    En lisant votre pédigrée on comprend mieux ! Donne un poisson a un homme tu le nourris 1 jour , apprend lui a pécher tu le nourris toujours et vous vous dites a cet homme affamé « mefie toi de celui qui te donne un poisson , ou qui veut t’apprendre a pécher , il te veut du mal » Je vous plains babel man ! http://iw-linux.over-blog.com/


  • hans lefebvre hans lefebvre 26 mai 2008 22:02

    Aller cher Méric, je vais me permettre d’en remettre une "petite couche", après ce score incontestable. Je suis utilisateur de logiciels open source (tout est déjà dit dans cette formule) depuis 5 années, je viens d’installer la dernière Ubuntu sur mon Dell, et avec son gestionnaire de paquets synaptics j’ai accés à environ 20 000 applications ! Inimaginable Sous Windows non ? Tout cela sans débourser un seul cent, avec des performances improbables ! Certes, les mainteneurs et développeurs principaux sont rémunérés et c’est bien logique au regard du travail titanesque réalisé, mais, par exemple sur le projet Débian, 1000 développeurs travaillent, dont une grande partie bénévolement, cela est INCONTESTABLE. mais au fond, c’est l’esprit open source qui compte, espérons qu’il perdure !

    Avec toutes les causes que vous défendez, il ne manque plus que celle du logociel libre !

    Bien à vous

     


  • DevNull 3 juin 2008 09:42

    Je n’aime pas que l’on critique le Libre avec une argumentation subjective.
    Déjà fait un petit tour sur wikipedia... tu devrais pouvoir te rendre conte que dés ta 1er phrase tu dis une bêtise :

    "Vous pouvez tourner le problème dans tous les sens, développer tout un argumentaire subtil, lister un grand nombre de justifications, vous ne parviendrez jamais à faire croire que l’open source, en français « logiciel libre », soit autre chose qu’un mythe, une utopie déconnectée de la réalité humaine."
     
    Et non... open source ne veux pas dire libre... open source est une licence à part qui n’interdit pas la vente du produit a des fin commercial, interdit la modification du produit et interdit le profit part un tiers sans paiement de licence. Opens source est une License qui n’oblige pas le copyleft par exemple.
    Ce que tu voulais dire c’était sans doute Freeware... histoire d’être en accord avec ce que tu dis. En fait en tu parle de 3 License différente, libre, GPL, Open Source, et propriétaire. Tu ne t’en ais peut être pas rendue compte, mais tu viens de faire de la désinformation !!!
     
    Enfin... tu n’a quand même pas dit que des bêtises. Le vote est assai en accord avec le pourcentage de chose intéressante, 8% quand j’écris ce commentaire.
     
    Pour info, je suis concepteur logiciel professionnelle, et je gagne effectivement bien ma vie. Il m’est déjà arrivé d’être embauché pour ajouter des fonctionnalités a un produit (Open Office Org) pour permettre de bien coller aux besoins de l’entreprise. Cout des modifications ? 3 semaines intensives, soit 4500€.
     
    Mais il m’est aussi arrive de devoir bidouiller des logicielles commerciaux pour ajouter des fonctions étendues (Lotus notes, PC AnyWhere) et bien les couts n’on rien à voir !!! Pour PC AnyWhere ça auras pris 7 mois est la prestation n’est pas la même du tout ! Pour obtenir un add-on fiable, dans beaucoup de cas il faut un niveau de technicité qui rivalise avec les concepteurs de noyaux d’OS. La modification de ces logicielles étant interdite par les Licences ça demandent un technique de communication non intrusive devant ce passer du code source. Facture au final ? 35000€ et un client ravie ^^
     

    J’ajouterais que les parties ajoutées dans mes deux exemples sont propriétaires de mes clients de l’époque. Pour le libre ? Ils peuvent vendre le bout de code, mais en rien revendre OOo AVEC la modification. Ce choix implique aussi la non maintenance de ce bout de code, et peut donc être invalidé par une MAJ de OOo (En théorie non j’ai bien bossé quand même ^^).

    Pour le propriétaire ? Revente interdite sans accord préalable de Symantec... détenteur des droits sur ce logiciel. Et pareille ici... aucune maintenance offerte.

     

    Ce n’est pas Microsoft la "victime" du libre... ce sont les visions trop restrictive et commercial qui sont combattue. Mon client avec PC Anywhere aurait gagné de l’argent à me faire travailler avec VNC par exemple. Mais ça vision technocratique ne lui permettais aucune confiance en des code libre. Ben il a payé ce manque de confiance une petite fortune ^^.

     
    Alors ? Le libre c’est une arnaque ?
    MDR
     
    PS : Je ne parle pas de modification effectuer par du Scripting ;) Mai bien d’ajout de nouveaux comportements interne aux noyaux de l’application ;)

  • tulle2008 4 octobre 2008 16:45

    Bonjour,

    Je m’aperçois à l’instant que cet article qu’on vient de me signaler est très vieux, mais finalement les propos que j’y ai trouvés ne datent pas tant que ça.

    Si quelqu’un passe par là, et veut bien jeter un oeil ici :

    www.tulle2008.com/AgoraVox/MericDeSaintCyr


    Bonne journée.


Réagir