Commentaire de Jesrad
sur L'iniquité entre univers financier et univers productif


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jesrad (---.---.20.126) 3 août 2006 11:16

Le capitalisme est encore le meilleur outil qu’on ait trouvé pour financer les initiatives productrices, et la catallaxie le meilleur système que l’on arrive à faire fonctionner pour répartir les richesses et déterminer la valeur du travail de chacun.

Le problème, c’est quand l’argent utilisé dans ces outils est tenu par un monopole et maintenu en situation de rareté artificielle pour en tirer des rentes de monopole : pourquoi payer un intérêt sur la monnaie elle-même, surtout quand cet intérêt est déconnecté de la croissance ? L’impression de la monnaie ne demande pas beaucoup de travail (l’impression de 100 000 dollars en billets de 100$ coûte 23$ à la FED), pourtant la France paie chaque année 45 milliards d’euros pour le droit d’utiliser les euros même quand elle n’a pas besoin de nouveaux euros, c’est une somme qui ne peut qu’augmenter et jamais diminuer. Le comble c’est que l’intérêt est seulement payable dans la monnaie elle-même ! Ca mène inévitablement à une appropriation totale de toute la richesse représentée par la monnaie en circulation, et impossible de sortir du système une fois pris dedans, à moins de casser le système tout entier.

Exemple : la Banque A prête un million d’euros à 4% à Monsieur E pour monter une entreprise. Les 40000 euros d’intérêt, il faut bien que quelqu’un les ait fournis pour qu’ils puissent être transférés à la banque. Si une seule entité (le système bancaire) contrôle la création de cette monnaie, il peut tarir la source à volonté pour empêcher ces 40000 euros d’exister. A cause de l’intérêt lui-même, la déflation (augmentation de la valeur de la monnaie) n’est pas possible : on ne peut pas rembourser en richesse directement, il faut absolument que cette richesse additionnelle (valeur de l’intérêt) soit représentée par de la monnaie. C’est ça le problème. C’est pour ça que le monopole sur la monnaie doit être aboli, et surtout que la rémunération pour le financement doit être reconnecté à la croissance.


Voir ce commentaire dans son contexte