Commentaire de jean-pierre (un autre que le précèdent)
sur L'iniquité entre univers financier et univers productif


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

jean-pierre (un autre que le précèdent) (---.---.24.122) 3 août 2006 15:51

@ Tzecoatl

Le risque lié à l’emprunteur n’est couvert que partiellement par les assurances (uniquement décès pour un prêt immobolier). Et parfois on peut s’en passer (entreprises). Autrement les banques ne feraient pas faillite. Le crédit Lyonnais n’aurait pas plongé de 200 milliards de francs.

Le risque extérieur (inflation/dévaluation par exemple) est totalement assumé par la banque.

Je ne vois toujours pas en quoi la BCE ne va pas grosso modo dans le sens de l’intérêt commun.

Et c’est erroné de dénoncer le système bancaire en imaginant un pouvoir absolu. Pour le calcul des bénéfices, ces banques ont des comptes publiques. Il y en a peu à ma connaissance qui ont les marges bénéficiaires de Microsoft ou de Total.

D’ailleurs,il y a des exemples de groupes industriels qui sont amenés à créer leur propre banque. A part quelques cas rares, ce n’est pas là que se trouve le max de bénéfices.


Voir ce commentaire dans son contexte