Commentaire de Adolphos
sur L'iniquité entre univers financier et univers productif


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Adolphos (---.---.59.170) 5 août 2006 11:52

« il est complètement scandaleux qu’un citoyen lambda n’ait pas le droit de créer lui-même son propre système monétaire et de le mettre en concurrence avec celui de l’Etat ! Si, si, c’est une interdiction légale, mes chers libéraux défenseurs d’un monopole bancaire. »

Tout le monde peut créer son propre argent, ca s’appelle une traite.

« C’était de la provoc pour les libéraux à deux francs cinquante qui défendendraient Total avant d’aider leur grand-mère qui à des palpitations caniculaires. »

Hu ? Ce ne sont pas les libéraux qui ont laissé crevé 15.000 vieux parce qu’ils pensaient que « l’Etat s’en occupera bien » !

« l’argent utilisé dans ces outils est tenu par un monopole et maintenu en situation de rareté artificielle pour en tirer des rentes de monopole »

Dites, vous avez réellement fait des études en économie ?? Tout le monde comprend que si l’argent n’était pas rare, il ne vaudrait rien. Vous vous souvenez des images des allemands des année 20 allant acheter leur pain avec une brouette de marks ? C’est à ca que conduit votre idée...

« L’impression de la monnaie ne demande pas beaucoup de travail (l’impression de 100 000 dollars en billets de 100$ coûte 23$ à la FED), pourtant la France paie chaque année 45 milliards d’euros pour le droit d’utiliser les euros même quand elle n’a pas besoin de nouveaux euros, c’est une somme qui ne peut qu’augmenter et jamais diminuer »

De quoi parlez vous ? Les billets ne représente que quelque pourcent de la monnaie, et c’est quoi cette histoire de droit à payer ??

« il faut absolument que cette richesse additionnelle (valeur de l’intérêt) soit représentée par de la monnaie. C’est ça le problème. »

Non. Théorie quantitative mv=pt. Bon, vous êtes un nominaliste (comme les premiers libéraux, trés drôle !). Mais vous ne savez visiblement pas du tout de quoi vous parlez. Vous devriez étudier vraiment la science économique.


Voir ce commentaire dans son contexte