Commentaire de Prosper
sur Commerce équitable : la vitesse supérieure


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Prosper Prosper 27 janvier 2006 19:22

Bonjour, je ne crois pas nécessaire d’être discourtois pour marquer un désaccord. Vous ne semblez pas comprendre la problématique dans laquelle évolue le commerce équitable : il faut pour cela oser réfléchir à la plus grande échelle possible. Mais plutôt que de vous emmener vers des considérations statistiques mondiales, je vous soumets ce simple exemple : j’entre dans un bistrot et commande un café. Cela me coûte 1 € (dont moins d’1 centime ira au producteur...). Vous êtes américain, et vous entrez avec 1000 copains dans le même bistrot. Vous dites au patron : « on est très nombreux, on veut des cafés à 50 centimes ». Le producteur n’y gagnera rien, le ré équilibrage marge / volume ne profite qu’au patron de bistrot. Vous entrez avec 10 000 copains dans le bistrot : c’est vous qui décidez du prix du café. La répercution de la baisse du prix affectera le patron du bistrot, mais lui s’en sort sur le volume. La baisse de marge va évidemment affecter le producteur qui ne profitera qu’en bout de course et à très petite échelle de l’augmentation du volume. Le vice de ce commerce réside dans la distorsion de marché. Celui-ci doit être la rencontre équilibrée de l’offre et de la demande (comme votre sympathique commerçant) et non la fixation du prix autoritaire comme c’est le cas aujourd’hui pour les produits du Sud. Enfin, vous dites que certains commerçants n’ont attendu personne pour faire la charité. Je ne crois pas que ce soit une méthode saine de réduire la pauvreté dans le monde. Mais si elle vous rassure... Si tout cela n’est pas clair pour vous, vous aurez bientôt toutes les explications sur www.lagrandegirafe.com Prosper


Voir ce commentaire dans son contexte