Commentaire de ddacoudre
sur 2008, année noire


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

ddacoudre ddacoudre 3 octobre 2007 23:30

l’histoire de l’humanité n’est pas emplie de démarches pacifiques et raisonnables, et elle n’a rien pour rassurer le lecteur. J’ai une vision personnelle de cette crise, assez difficile à étayer. Il s’agit à mon avis du vieillissement de l’occident, social et démographique. Depuis 1945, les taux d’intérêt nominaux ont augmenté pendant 25 ans, puis diminué pendant 25 ans. Les taux réels ont fait le contraire. J’y lis des phases d’expansion puis de déclin démographique. L’occident me semble aujourd’hui un monde vieux, qui cherche à tirer le plus grand profit à court terme de ses richesses, alors que la principale, sa jeunesse, croule sous le poids et les conséquences de cette avidité. La principale guerre enclenchée me semble être celle des générations. Il est possible que les vieux riches détournent cela habilement vers des théâtres extérieurs. Ca s’est déjà vu. Bonjour forest.

Je disais dont que ta vision personnelle qui lie l’évolution démographique à la crise m’a interpellé.

Il y en a évidemment une mais il est difficile de la faire ressortir. Je ne pense pas que les dirigeants soient des sots qu’ils soient politiques ou industriel et éventuellement auraient-ils quelques déficiences que leur cabinet ou leur staff y pourvoient. Il y a tellement d’études dans tous les domaines que l’on ne peut pas croire sérieusement que les dominant du moment ne savent pas qu’ils devrons passer la main, même s’ils s’accrochent à leur conviction. J’ai encore en mémoire une discussion avec le président de la chambre sociale des carrières et matériaux de construction membre de celle du CNPF de l’époque (1978). Nous discutions en apartés de ce que l’on ne disait pas en réunions. Que, pour reprendre ses termes, « nous avions mangé notre pain blanc ».

Il y a eu l’acception 81/83 puis cela c’est toujours vérifié, malgré toutes les politiques drastiques ou de relances. Heureusement que la recherche à dégagé de nouvelles capacités technologiques, particulièrement avec l’informatique dans le traitement des informations (je ne pense pas au médias je ne dis pas cela pour toi mais pour des néophytes qui lirait). Comment peut-on en mesurer l’incidence sur la population en comparant les trois grands secteurs, l’agriculture, l’industrie et les services ou tertiaire.

En effet, en France de 1886 à 1999 les salariés du secteur agricole sont passés de 47% de la population active à 4,2%. Dans l’industrie c’est la productivité qui s’est accrue, les salariés sont restés stables passant de 25,7% à 24,9% des actifs, avec une crête à 35,9% en 1980. Quant aux services ils ont progressé de 27,3% à 70,9 % des actifs. Toutefois, il me paraît nécessaire de signaler que n’est pas estimé, le transfert d’activité de « services » qu’effectuaient elles-mêmes antérieurement les entreprises, et qui se trouvent aujourd’hui comptabilisés dans « les services ».

Sans ajuster en volume on constate une inversion 1/3 2/3. En 1886 2/3 des Salariés concouraient au développement de la richesse. Aujourd’hui 1/3 la produisent directement grâce aux technologies. Arbitrairement j’en exclus les services qui s’ils jouent leurs rôles et ont toutes leurs place ils ne sont pas stricto sensu des producteur de biens, même s’ils favorisent leur production par leur propre consommation. Il faudrait mesurer la consommation de biens des services par rapport à celles des particuliers.

Dans le même temps la durée du travail a fortement diminué passant d’une durée moyenne de 3 232 heures annuelles en 1820, à 1355 h en 2000 pour les salariés français concernés par les 35 h. Ces réductions successives ont entraîné une évolution technologique compensatoire, avec comme conséquence la substitution du travail par le capital, au travers des investissements en machines-outils dont le transfert d’activité ne fut pas suffisant pour aboutir au plein emploi, malgré le concourt de l’innovation technologique dopée par l’obsolescence des produits. Puisque les salariés privés d’emplois sont passés de 260 000 en 1950, à 3 060 000 en 1999, suivant les critères du bureau international du travail . Parallèlement, l’activité de services et de loisirs n’offre pas une alternative suffisante faute de capitaux dans le cadre d’une demande existante soumise aux rapports prix/travail.

Avec ces quelques chiffres et donc visible le paradoxe que travailler plus ne signifie pas plus de richesse.

Et que d’une manière constante l’on tourne autour de 24 millions d’actif plus les chômeurs, avec une progression d’ici 2050 faible pour compenser le vieillissement lié d’une part à l’allongement des périodes de scolarisation, un départ à la retraite plus ou moins tôt et une plus grande longévité. Je ne pense pas que l’allongement du départ à la retraite apportera une solution, en l’état actuel cela ne fera que maintenir le taux de chômeurs ou l’accroître comme les heures sups, même dans le cas d’une croissance comme celles que nous connaissons.

La population vieillissante si elle contribue à la consommation c’est surtout dans le domaine du service, santé particulièrement et loisirs et ne participe donc à la production que part une consommation plus indirecte que directe ; je ne sais pas s’il est possible de trouver des données analytiques dans ce domaine. On doit pouvoir le faire en recoupant des données mais c’est un sacré boulot.

Dans la phase des taux d’emprunts aux ajustements inversés en fonction de l’évolution de l’inflation, il est certain que durant les périodes inflationnistes ils développaient une capacité d’augmentation de pouvoir d’achat dont la génération du baby boom à bénéficié est qui est aujourd’hui celle vieillissante.

La croissance a pu se maintenir par une inflation non pas monétaire mais d’endettement des particuliers, parfois à l’excéd. Par ailleurs il y a une capacité d’épargne dont il faudrait dégager celle qui relève des agents vieillissants et qu’elle est l’affectation qui lui est attribué, est ce qu’elle va nourrir comme en 2002 des placements plus spéculatifs que productifs. Enfin dans la décision d’investissement en orient chine est inde, l’économie capitaliste à retrouvé le profit naturel retiré du travail.

Est-ce qu’effectivement l’occident vieillissants et nanti, consacrant une activité plus grande aux services moins lucratif sauf quand ils justifient des emportements irrationnels comme nous l’avons vécu avec les nouvelles technologies, de sorte que une fois tous les secteurs soumis à l’étranglement des taux d’intérêts usurier, faute de pouvoir dégager de plus fort taux les capitaux glissent vers les puissances émergeantes.

Mais je pense que cela tient plus aux « dominants systémiques » qui se déplacent à la recherche de nouveaux territoires productifs, nouveaux et propices à une nouvelle récolte qui vient à maturité, comme n’importe lequel des animaux qui change de territoire de chasse quand le sien est devenu trop vieux et moins productif. C’est en ce sens que je suis d’accord avec toi.

Mais je craints que le pétrole soit un agent perturbateur dans cette analyse linéaire. Egalement le taux de natalité soit aussi un facteur déterminant, car il y a deux axes qui se dégagent. La pollution affecte la fertilité des spermatozoïdes, tous les pays riches ont un taux de natalité inférieur au renouvellement de leur population.

Ce qui signifie que leur manière de vivre n’est pas propice au développement de l’espèce, ou qu’elle représente un risque pour l’espèce, car ce n’est pas nous qui choisissons notre existence elle s’enchaîne dans les événements auxquels nous concourons.

Les chinois l’on fait de manière raisonnée et nous nous avons laissé l’hédonisme nous diriger, mais il semble que la « nature » suis ses enchaînements en exportant l’hédonisme dans l’orient et si jamais nous retrouvons des taux de natalité plus élevé cela signifiera que nous avons changer de mode de vie.

Nous pouvons avancer tous les chiffres que nous voulons ils n’en demeurent pas moins l’expression de ce que nous pensons car il ne peut y avoir d’économie sans les hommes, ce en quoi ils n’expriment que nos comportements systématisé.

Ci-dessous une étude de l’insee.les tableaux sont mal disposés par agora je te donne le lien où tu pourras les trouver. http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/population_active.htm

Cordialement.

De 2015 à 2050, entre 28,2 à 28,5 millions d’actifs En 2005, la France métropolitaine comptait en moyenne 27,6 millions d’actifs au sens du BIT, soit 24,9 millions de personnes ayant un emploi et 2,7 millions de chômeurs. En dix ans, la population active a augmenté de 1,8 million de personnes. À l’horizon 2015, selon le scénario tendanciel de projection, elle pourrait encore gagner près de 700 000 personnes pour atteindre 28,3 millions (graphique 1). Entre 2015 et 2050, elle se maintiendrait entre 28,2 et 28,5 millions de personnes avec des variations annuelles de faible ampleur (en plus ou en moins). Le taux d’activité des 15-64 ans, proche de 69 % en 2005, gagnerait 1,5 point d’ici 2050. La part des 50 ans ou plus dans la population active devrait augmenter et passer de 24,3 % en 2005 à 27,3 % en 2050. En effet, se retrouveront à ces âges les générations nombreuses nées entre 1946 et 1970 et les seniors seraient plus souvent actifs. La part des 25-49 ans chuterait de 3 points. Celle des moins de 25 ans resterait stable (tableau 1). Cependant, le nombre d’actifs par rapport au nombre d’inactifs de 60 ans ou plus continuerait de diminuer du fait de la forte croissance à venir de la population âgée. En 2005, il y avait 2,2 actifs pour un inactif de 60 ans ou plus, en 2050, on en compterait plus que 1,4.

Graphique 1. Projection de population active en moyenne annuelle selon le scénario tendanciel

Champ : France métropolitaine, 15 ans et plus. Source : Insee, Projections de population active 2006-2050.

Tableau 1. Projection de population active : scénario tendanciel 2005 2010 2015 2030 2050 Champ : France métropolitaine, 15 ans et plus. Sources : Insee, Enquêtes Emploi, Projections de population active 2006-2050. Observé Projeté Nombre d’actifs (en milliers) 27 639 28 170 28 319 28 197 28 537 Part de femmes (%) 46,4 46,7 46,7 46,2 45,9 Part des 15-24 ans (%) 9,5 9,4 9,0 9,5 9,3 Part des 25-49 ans (%) 66,5 65,0 64,0 63,4 63,4 Part des 50 ans ou plus (%) 24,0 25,6 27,0 27,1 27,3 Taux d’activité des 15-64 ans (%) 69,1 68,9 69,6 69,6 70,5 Rapport actifs/inactifs de 60 ans ou plus 2,23 2,07 1,89 1,51 1,36 Rapport actifs/inactifs de 15 ans ou plus 1,23 1,21 1,16 1,00 0,94 Haut de page Le scénario tendanciel : des comportements d’activité assez stables sauf chez les seniors Les perspectives de ressources en main-d’œuvre dépendent tout d’abord des comportements d’activité. Au cours de la dernière décennie, ces comportements ont semblé se stabiliser, et le scénario tendanciel prolonge en grande partie ces tendances. Cependant, les réformes des retraites de 1993 et 2003 qui allongent les durées de cotisation et modifient les modalités de calcul des pensions vont jouer sur l’activité des seniors tout au long de la période de projection (graphique 2). Ainsi, l’activité des 60-64 ans qui diminuait depuis plus de trente ans devrait remonter sous l’effet combiné des réformes des retraites et de l’allongement de la durée des études. Le taux d’activité des plus de 60 ans retrouverait progressivement son niveau du début des années 1980 pour les hommes et du début des années 1970 pour les femmes. Chez les 55-59 ans, le dispositif de retraites anticipées mis en place en 2004 provoquerait dans un premier temps une baisse de leur activité (entre 2006 et 2010). Mais des études plus longues et une entrée plus tardive dans la vie active rendraient de plus en plus rare le recours à ce dispositif. En 2050, les taux d’activité des hommes seraient légèrement plus forts qu’en 2005. Chez les 25-54 ans, l’activité des femmes a continué à se développer au fil des générations mais ce mouvement s’est ralenti au cours de la dernière décennie chez les plus jeunes d’entre elles (25-39 ans). Il ne se poursuivrait que chez les 40-54 ans. Chez les hommes, les taux d’activité sont toujours en très légère baisse. En projection, ils se stabiliseraient rapidement. Enfin, la baisse des taux d’activité des 15-24 ans s’est interrompue depuis le milieu des années 1990 en lien avec l’arrêt du mouvement d’allongement des études. Parallèlement, les places en apprentissage ainsi que le cumul entre emploi et formation initiale se sont développés. L’activité des jeunes resterait, elle aussi, stable en projection.

Graphique 2. Taux d’activité observés et projetés

Champ : France métropolitaine, 15 ans et plus. Sources : Insee, Enquêtes Emploi, Projections de population active 2006-2050. Haut de page La population totale augmente mais vieillit tandis que la population active stagne La projection du nombre d’actifs repose aussi sur l’évolution de la population totale, laquelle détermine le niveau et la structure par âge et sexe de la population en âge de travailler. Le scénario tendanciel s’appuie sur les hypothèses du scénario central de projection de population qui suppose un maintien des tendances observées pour ses trois composantes : un apport migratoire annuel de 100 000 personnes par an (solde moyen des dernières années), une fécondité de 1,9 enfant par femme (niveau observé au début des années 2000), une baisse de la mortalité au même rythme moyen que ces quinze dernières années. L’hypothèse sur la fécondité ne joue sur le nombre d’actifs qu’à partir de 2025, lors de l’entrée sur le marché du travail des premières générations à naître alors que les migrations entretiennent alimentent la croissance du nombre d’actifs dès la première année de projection. Haut de page Un million et demi d’actifs en plus ou en moins en 2050 selon le scénario démographique Compte tenu du poids des comportements démographiques dans ces projections, des scénarios alternatifs sont envisagés. Ce sont les hypothèses sur la fécondité et les migrations qui ont le plus d’influence sur le nombre d’actifs, tandis que celles sur la mortalité touchent principalement les personnes âgées. Dans la variante « basse » de fécondité, l’indice conjoncturel de fécondité passerait de 1,9 enfant par femme en 2005 à 1,7 en 2010 et se maintiendrait ensuite à ce niveau. Dans la variante « haute », il remonterait à 2,1 en 2010, seuil correspondant à long terme au renouvellement des générations. Les conséquences de ces variantes sur la population active ne se feraient sentir qu’à partir de 2025 quand les générations à naître commenceront à devenir actives. Au-delà de 2030, la population active continuerait à croître à un rythme soutenu en cas de fécondité « haute ». Elle décroîtrait par contre en cas de fécondité « basse ». En 2050, on compterait ainsi 1,5 million d’actifs de plus ou de moins que dans le scénario tendanciel (graphique 3). En revanche, les variantes sur les migrations auraient un impact dès 2006. Un apport migratoire de 150 000 personnes par an conduirait à 700 000 actifs de plus en 2030 et 1,5 million en 2050. Un apport migratoire de 50 000 personnes par an conduirait à un constat symétrique à la baisse. Au total, en 2050, selon l’hypothèse démographique retenue, le nombre prévisible d’actifs varierait dans une fourchette d’une amplitude totale de 3 millions de personnes. Cependant, quel que soit le scénario envisagé, on compterait entre 1,3 et 1,4 actif pour un inactif de 60 ans ou plus.


Voir ce commentaire dans son contexte