Commentaire de Chem ASSAYAG
sur 2008 année noire : ouverture


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Chem ASSAYAG Chem ASSAYAG 19 janvier 2008 13:47

Forest,

votre article est très intéressant ; je ferai quelques remarques :

- la théorie "classique" telle que vous la décrivez a très bien marché pendant 30 à 40 ans dans les pays occidentaux ; il faut lui reconnaître ce mérite. On peut considérer que le grand défin actuel lié à la financiarisation/globalisation/informatisation de nos sociétés est justement qu’elle ne marche plus (ce que j’ai décrit dans un article par le passage de la société de la moyenne à la société de l’écart-type),

- nous voyons toujours les choses de notre point de vue ; une récession en Occident peut aussi être perçue comme un épiphénomène du côté des économies émergentes. Le sort de l’employé européen peut empirer mais dans le même temps celui de l’ouvrier chinois peut s’améliorer. Au final les gagnants pourraient être plus nombreux que les perdants mais ils ne seront plus les mêmes (comprendre nous) ;

- tout le monde sait que les déficits jumeaux américains (budgétaire et commercial) sont intenables sur la durée ; on ne peut indéfiniment se refiler le mistigri. D’une certaine façon le financement de la guerre en Irak en mobilisant massivement des capitaux a masqué certains phénomènes à l’oeuvre,

- la nécessité d’aborder certains problèmes globalement (réchauffement climatique, droits sociaux car les occidentaux n’accepteront pas en silence un appauvrissement de leurs économies) introduit de la friction dans le système et pourrait mener à plus de sagesse, c’est à dire à une croissance mieux maîtrisée dans les pays émergents et à des priorités différentes dans les pays riches (PiB vs PIB, c’est à dire le Produit intérieur (lire personnel) Brut vs le traditionnel PIB),

- à court terme on peut être pessimiste pour 2008, à moyen et long terme les jeux sont plus ouverts mais cela passe sans doute par la révision des vieux dogmes et une lecture nouvelle des finalités éconmiques qui doivent à nouveau servir le social ou l’humain,

Cordialement,


Voir ce commentaire dans son contexte