Commentaire de phiconvers
sur La Colombie, au-delà des clichés


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

phiconvers phiconvers 3 février 2008 17:53

Je réponds à vos deux derniers commentaires, ma réaction précédente s’adressant au premier des trois que vous avez postés aujourd’hui.

Uribe n’est pas le seul à être émotionnellement marqué par le conflit. En fait, il y a bien peu de familles colombiennes qui n’ont pas souffert du conflit. Et c’est justement parce qu’il est marqué dans sa chair par un aspect du drame de la Colombie que les Colombiens s’identifient à lui. Bien entendu, il en va de même pour ceux qui, à gauche, ont été victimes de la violence politique qui a eu cours, et qu’Uribe a largement contribué à réduire (comme en atteste la naissance du Polo démocratico, le premier parti de gauche envisageant de travailler dans un cadre institutionnel et bénéficiant de la protection de l’Etat). Mille autres souffrances n’ont pas de cause politique.

S’agissant de la désinformation pro-gouvernementale que nous subirions, je crois que c’est plutôt le contraire, ce qui m’a poussé à écrire cet article et des dizaines d’autres. Uribe communique mal à l’extérieur, et c’est bien regrettable. En revanche, la guérilla continue de jouir, en Europe, d’un fond de sympathie ou de légitimité, l’Amérique latine étant depuis Régis Debray et d’autres un quasi-domaine réservé des milieux intellectuels, politiques et universitaires européens de gauche (rappelez-vous Marcos...). Les FARC ont par ailleurs des relais accessibles à tous, sur internet. Je vous laisse chercher, ne souhaitant pas leur donner une quelconque publicité...

Quant à bolivar, je n’ai jamais parlé de son cléricalisme mais de sa volonté de faire alliance avec l’Eglise, position que je crois sage.

 


Voir ce commentaire dans son contexte