Commentaire de Aela
sur Avis de grand frais sur le conseil régional de Poitou-Charentes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Aela 29 février 2008 13:45

Cette histoire est affligeante. Il est triste que des élus, qui somme toute défendent des idées très proches en viennent à un conflit frontal.

Après ce que j’ai lu sur les forums, notamment celui de Marianne.info, je pense que votre analyse n’est pas totalement objective, mais qu’elle instrumente un incident contre Ségolène Royal. Notamment, ce Monsieur Fountaine n’est pas juste un malheureux et vertueux démocrate, victime de l’autoritarisme de sa présidente, mais bien, celui qui a tenté d’être calife à la place du calife. Il n’est pas acceptable qu’un adjoint cherche à instrumenter l’opposition contre sa présidente afin de lui imposer ses vues, alors qu’elle et la majorité du PS régional, sont d’avis de ne pas augmenter les impôts. Il est clairement allé trop loin. Ce n’est pas Monsieur Fountaine qui est président de la région du Poitou-Charentes, mais bien Ségolène Royal.

Ceux qui restent encore des éléphants, devraient comprendre que leur avenir est définitivement derrière eux, s’ils persistent dans leur volonté de nuire à la représentante la plus populaire du PS et meilleure opposante à l’UMP de Sarkozy. Je suis surpris de voir que Ségolène Royal ait toléré si longtemps celui que vous décrivez vous-même comme "meilleur ennemi de Ségolène Royal" Sur les forums, il est présenté comme un homme de main de Jospin, qui est sans doute son ennemi le plus acharné.

Alors de deux choses l’une : ou bien on accepte le fait que Ségolène Royal ait les faveurs de la base du PS et on en tire les conséquences. C’est à dire qu’il aura encore un bel avenir pour des Fountaine, Jospin et autres, mais AVEC Ségolène Royal. Ou bien on persiste dans cette volonté de lui nuire et ils n’en sortiront pas indemnes, ni vainqueurs. Ce coup d’éclat est une péripétie sur un fond d’inaudibilité. A l’exception de Ségolène Royal, le PS est mort, aussi bien médiatiquement, que du point de vue de sa capacité d’opposition. Si les municipales s’annoncent comme un succès socialiste, Ségolène Royal y aura très largement contribué.


Voir ce commentaire dans son contexte