Commentaire de skirlet
sur Y a-t-il un accent tonique en français ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

skirlet 21 juillet 2008 11:12

krikri, si vous êtes vraiment prof de langue, ceci pourrait expliquer votre façon - très malpolie - de mener une discussion. Trop habituée à la relation enseignant-apprenant, où ce deuxième doit écouter le premier sans trop la ramener smiley Fort heureusement, je ne suis pas votre élève, donc pas obligée à boire vos paroles, tout en ayant à ma disposition d’autres sources d’information. Fort heureusement, je n’ai jamais eu de prof de langue (ni même un manuel) dans votre genre, qui arrive à compliquer tout, et je m’en félicite (c’est un point positif que je retire de nos échanges smiley )

Voyons ce que disent les dictionnaires.

"Accent tonique. Synon. de accent d’intensité (v. accent I A 1 a).
a) Accent d’intensité, accent tonique, accent rythmique :
1. La phrase française est composée d’un certain nombre de mots ou de groupes de mots. Chacun de ces mots ou groupes de mots porte sur sa dernière syllabe un accent d’intensité, c’est-à-dire que cette dernière syllabe est dite avec plus de force que les autres."

"Accent de hauteur, accent musical, accent mélodique. Élévation du timbre d’une voyelle ou d’une syllabe au cours de l’émission de la voix :
3. Avant une pause, si le sens est seulement suspendu, le ton s’élève. Si le sens est terminé, le ton s’abaisse, et l’accent musical recule sur l’une des syllabes précédentes (...)
Ensemble des variations de hauteur et d’intensité que prend la voix en parlant ou en lisant, et qui forment la courbe mélodique de la phrase."

Intonation
"PHONÉT. GRAMMONT établit une classification entre les langues, sur la base des paramètres utilisés à des fins linguistiques, qui implique une hiérarchie des fonctions de l’intonation. Il distingue entre 1/ les langues à intonation, qui utilisent la hauteur comme élément de parole pour distinguer les mots, nous dirions aujourd’hui les langues à tons ; 2/ et les langues accentuelles, dans lesquelles l’intensité et la durée sont les paramètres essentiels et où l’intonation fournit le mouvement musical de la phrase"

Un acteur peut prononcer une phrase avec colère, emphase, haine, dédain, joie, satisfaction, jubilation etc. etc., cela ne déplace nullement l’accent tonique.

"En espagnol, c’est un accent d’intensite, de mot.
En anglais, un stress (de mot et il pourrait y en avoir 2 par mot).
En francais, c’est un accent de longueur et ton, de groupe."

Très intéressant smiley L’espagnol, selon vous, serait dépourvu d’accent du groupe ; l’anglais a un "stress" (ce qui se traduit par "accent tonique", mais ça fait plus chic de ne pas traduire smiley ), et le français devient soudain une langue tonale, à l’instar du chinois, si on se refère à la définition phonologique de l’intonation...

"Dites-moi , o merveilleuse oreille russe, vous entendez quoi ?"

Ca vous travaille, cette histoire des merveilleuses oreilles smiley Enfin, j’y reviendrai. Pour l’instant, bien que vous avez déjà affirmé "
Ce que "vous" croyez entendre n’a aucune fiabilite", je répondrai à votre question rhétorique. Déjà, mon oreille qui entend souvent les Anglais, surtout en été, n’a pas réussi à entendre un gamin crier "papa"... y crient "dad" ou "daddy", sauf les rares Etatsuniens égarés par hasard dans le coin et qui préfèrent crier "pop". Ensuite, la différence des "a" français et anglais n’est nullement un scoop mais un simple rappel d’une évidence, et ceci n’est pas dû aux particularités des accents toniques respectifs. Par ailleurs, il est fréquent que les enfants français disent "p’pa" ou "m’man"...

"On va pas rester indefiniment sur la derniere syllabe facon Luis Mariano dans Mexicoooooooooooooo. "

Ah, parce qu’il faut arrêter un jour à tirer la voyelle ?.. Un hénaurme merci, sans vous je ne l’aurais jamais deviné smiley

"Ce serait des intonations. C’est vous qui melangez tout. "

Mélanger les intonations et l’accent tonique, c’est votre spécialité, je vous laisse l’honneur smiley

"La variation de la valeur de la voyelle est la consequence du "stress". "

Et en russe, du "oudarenie".

"Vous avez des exemples de mots francais (hors mots d’emprunts) ou deux syllabes repetees se prononcent differemment a cause de votre mythique "accent tonique de mot" ?"

Tout plein. Papa, dada, toutou, pipi, nounou etc. etc. D’après vous, ils possèdent deux accents toniques chacun ?

"Si votre prof ne vous enseigne pas les bases importantes dans une matiere (ce qui est dommage), vous devez les etudier par ailleurs, prendre des cours particuliers ou vous debrouiller seul si c’est trop cher."

C’est exactement ce que je disais : la prononciation du prof n’est pas indélébile (en termes d’impact sur les élèves), ni définitive. Mais vous avez émis des remarques sur mon niveau intellectuel pour plus tard dire la même chose.

"A la fnac, sur les chaines hi-fi et le materiel d’enregistrement."

Alors donnez-moi la référence précise de la FNAC. Et un site scientifique, non affilié au réseau de Dr T.
et ses suiveurs. Je veux la description précise de l’appareil qui mesure ces mystérieuses "fréquences langues", avec des tableaux comparatifs selon les langues, et les précisions sur les oreilles nationales, où les unes seraient plus "merveilleuses" que les autres - non à partir des différences individuelles mais de l’appartenance ethnique.

Pour répondre à l’autre question : oui, je confirme ce que dit Docdory. Les supports sonores existent en principe pour les manuels en question, mais les établissements ne demandent pas leur achat et n’ont pas l’air de les utiliser en pratique. Evidemment, je parle des établissements que je connais.

Pour finir, je recopie ma réponse dans une autre discussion :

http://www.agoravox.fr/commentaire_static.php3?id_article=41398&id_forum=1759715

Je ne suis pas sure que vous ayez le niveau intellectuel pour comprendre comment les chercheurs en phonologie, phonetique, orthophonie et synthese vocale travaillent depuis 80 ans.

Incapable de discuter sans recourir aux attaques personnelles, hein, krikri ? Merci beaucoup pour le lien, très pas chère ; une petite question cependant - l’avez-vous lu, cet article ?.. Car il ne faut pas être un prix Nobel pour constater que l’article ne parle nullement de ces fameuses "fréquences langues", ne contient pas de tableaux comparatifs (ou de comparaisons tout court) entre les langues et que les mots "oscillographe", "phonétique", phonologie", "orthophonie" y brillent par leur absence. L’info que j’ai demandée, vous ne me l’avez par fournie

On ne dit pas "hareng" comme "salut" de facon isolee.

Ah bon ?.. "Que préfères-tu prendre ?" — "Du hareng". Oui, il y a l’article partitif devant, mais les mots monosyllabiques... (cf. plus haut)

Il fallait leur demander de lire "vieil hareng saur" et "vieillard en sort" et nous apporter des enregistrements ou des courbes d’intensite presentant des differences.

Quand les gens se rendent compte du jeu de mots, ils rapprochent la pronociation. Quant aux appareils nécessaires, j’espère que vous me les fournirez

Vous n’avez pas encore trouve un seul linguiste qui ait fait une etude appuyant votre theorie.

Problèmes avec la compréhension ? J’ai déjà indiqué plus haut que ce n’est pas MA théorie.

En fait, vous alignez des termes en francais sans en comprendre le sens "accent tonique", "accent fixe"...

Non, ce sont les distingués linguistes qui devraient se mettre d’accord sur les termes. Si l’article de la Wiki utilise une telle terminologie, ça ne signifie pas que tout le monde est d’accord là-dessus. Au passage, bravo au mignonnet d’avoir bravement copié-collé un autre extrait de la Wiki Mais je passe la parole aux autres, et je compte sur vous pour les envoyer au concours Lépine.

"Si le français est une langue d’accent tonique fixe, l’espagnol l’est beaucoup moins..."
http://books.google.fr/books?i...

"A l’issue de ces différentes étapes et une fois que les sons nouveaux seront bien intégrés, l’importance de la prosodie pourra être clairement énoncée : la prosodie française qui obéit à des règles précises - l’accent tonique portant sur la dernière syllabe non muette - et son apparente similitude à celle du coréen."
http://www.senat.fr/ga/ga97-01...

"Dans les langues à accent tonique fixe, comme le français, le tchèque (sur la première syllabe), ou le turc (sur la dernière syllabe), la fonction contrastive de l’accent est de type démarcatif."
(Laboratoire de Phonétique et Phonologie de l’Université Laval à Québec)
http://www.lli.ulaval.ca/labo2...

"En français standard, l’accent tonique est fixe et frappe des vocables (oxytonie). Il s’agit là d’une option actuelle unique en Europe."
(Psycholinguiste Jean Petit)
http://www.crdp-montpellier.fr...

"Une autre de ses caractéristiques est qu’il n’est pas accentuable et entraîne ainsi la réalisation de paroxytons, rares en français (en exceptant l’emphase), langue à accent fixe et à droite."
(Phonologie du Français Contemporain - Usages, Variétés et Structure)
http://www.projet-pfc.net/?u_a...

"Le français est dite langue à accent "fixe", uniquement parce que l’on peut très bien lire ou parler en mettant toujours l’accent sur la dernière syllabe accentuable du mot sans gêner la compréhension."
Doctorat d’Université, Paris III (Sorbonne Nouvelle)
http://zeddap.club.fr/paolozsi...


"2.4.2.1 Accent tonique ou accent fixe

On fait habituellement une distinction entre accent libre et accent fixe (Marchai, 1980 : 88-89). L’accent libre peut être déplacé d’une syllabe à l’autre et permet de donner deux sens à une même séquence phonémique.
Par exemple, en anglais, le déplacement de l’accent d’une syllabe à l’autre entraîne dans certains cas un changement de catégorie grammaticale.
Ex. : ’ import = importation
im’port = importer

L’accent fixe frappe toujours la même syllabe dans la chaîne parlée. Par exemple, en français, quand on parle sans émotion, sans affectation, sans insistance expressive ou didactique, l’accent touche toujours la dernière syllabe du mot."

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À CHICOUTIMI

http://bibvir.uqac.ca/theses/1...


"... les bébés espagnols, exposés à une langue à accent tonique variable, reconnaissent les patrons accentuels dans des suites de (non-)mots, alors que les enfants français, exposés à une langue à accent tonique fixe, semblent les ignorer. (Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique)"
http://www.biologie.ens.fr/bab...

(Remarque : ben oui, j’accorde plus de crédits à un labo estampillé CNRS qu’aux allégations d’une krikri
)



Voir ce commentaire dans son contexte