Commentaire de Parpaillot
sur Lamentation sur une Union moribonde


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Parpaillot Parpaillot 12 septembre 2008 15:01

@ Forest Ent :

Merci d’entretenir et de prolonger le débat sur la construction européenne, après l’article de Yannick Harrel, le vôtre y ajoute d’autres éléments de réflexions.

Il y a, et il y aurait, tant à dire et à écrire sur la construction européenne ... Pour ma part, votre article et celui de Yannick Harrel m’inspirent les remarques suivantes (la liste n’est pas exhaustive ...) :

  1. La construction européenne souffre d’un déficit majeur en termes de droits démocratiques des citoyens qui constatent que l’édification de l’Europe s’effectue à leur insu, dans leur dos en quelque sorte, sans qu’ils puissent s’exprimer sur les enjeux et sur l’avenir de la "maison Europe" dans laquelle ils habitent. Ce déni de droits démocratiques se complète d’un déficit d’information. Les citoyens ont l’impression de naviguer sur un bateau ivre dont la barre est cassée, sans capitaine et vers une destination inconnue. Or il est indispensable d’associer les Européens aux options à prendre pour leur avenir, même si cela doit ralentir la construction européenne. C’est le prix à payer pour aboutir à une Europe politiquement stable, démocratique et prospère.
  2. L’élargissement à 25, puis à 27 pays s’est fait rapidement, trop rapidement. La digestion est difficile. Cette phase d’élargissement découle de l’abattement du "Rideau de fer". Elle a eu probablement le mérite de contribuer à la stabilité politique du continent, car personne ne peut dire ce que serait l’Europe aujourd’hui si les anciens pays satellites de l’URSS étaient restés à l’écart (voir ce qui se passe dans le Caucase) ...
  3. Il n’est pas acceptable que la plupart des dirigeants des pays membres de l’UE instrumentalisent les nombreux défauts de la construction européenne à des fins de politique intérieure, eux qui participent activement à son édification. C’est démagogique, irresponsable et déloyal.
  4. S’agissant du volet social, je suis surpris que l’auteur n’ait pas fait référence au Pacte de stabilité et de croissance, qui laisse tout de même une (petite ...) marge de manoeuvre aux pays de la zone Euro dans le cadre de leurs budgets et de leurs politiques sociales respectives.
  5. Peut-on imaginer ce qu’auraient pu être les négociations des accords commerciaux dans le cadre de l’OMC, avec des pays européens défendant individuellement leurs propres intérêts ?
  6. Chaque pays membre voit la construction européenne à travers son propre champ de vision, c’est normal et légitime. Je suis cependant persuadé que les Européens ont un destin commmun, comme l’écrivait Denis de Rougemont dans sa "Lettre ouverte aux Européens" en 1970 déjà. J’ai relu cet ouvrage il y a un mois. Il reste pleinement d’actualité.
Comme on le dit des faits divers : affaire à suivre !
Cordialement !

Voir ce commentaire dans son contexte