Commentaire de civis1
sur Quand la chrématistique gouverne le monde


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

civis1 civis1 19 octobre 2008 09:18

@ peripate

 Quand vous parlez  d’avarice et moi de chrématistique y a-t-il une chance de s’entendre ? 

Vous trouvez  «  assez amusant, et ridicule, que d’essayer de recycler une erreur vieille de deux mille ans ». Allez ! Sur vos conseils je veux bien chercher l’erreur puisque l’assurance que vous mettez dans vos propos et la rapidité que vous mettez à juger des miens m’y invite.

 Quand j’en appelle à Aristote, c’est pour lui emprunter un  Mot. Et si je l’exhume c’est pour y accrocher un concept intéressant la période actuelle et  au moment où précisément se pose la question de l’accumulation du capital.  

 Votre argumentation  part un peu dans tous les sens mais je veux bien  essayer de comprendre votre propos en essayant de ne pas trop le déformer ce qui bien sûr m’offrirai l’occasion de dire qu’il est ridicule. J’en fais d’une  question de probité intellectuelle et de politesse.

Est-ce que je me trompe en disant que votre propos directeur est la justification de l’usure ?

 A n’importe quel taux et jusqu’à grever complètement tout projet d’entreprendre ?

On peut tondre un mouton mais si on lui arrache la peau on l’envoie direct à l’abattoir.  

Pour mener à bien une entreprise  ne vaut-il pas mieux les apports en industrie que des apports en numéraire.

 

Vous parlez de Marx … mon propos était justement de ne pas en parler !

 Le temps c’est de l’argent. ?

Combien de temps faut-il  à un dollar pour tomber en poussière ?  

 Qu’est-ce  ce qui donne sa valeur à l’argent ? Pas sa valeur d’usage mais sa valeur d’échange aussi longtemps qu’elle ne devient pas une monnaie de singe…

 

Je n’ai pas encore trouvé l’erreur mais je cherche et je ne doute pas que vous fassiez de même !


Voir ce commentaire dans son contexte