Commentaire de Paradisial
sur Les fins du monde


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Paradisial Paradisial 24 décembre 2008 00:43

Il y a plus de 1400 ans, le Prophète (Prières et Saluts de Dieu sur lui) avait annoncé les signes mineurs de la fin des temps (dont voici quelques uns) :

 Les chameaux ne seront plus utilisés comme moyens de transport ;

 les chevaux ne seront pas non plus employés dans des guerres ;

 la connaissance liée à la sagesse universelle disparaîtra et l’ignorance s’y substituera ;

 l’apparition des mauvaises mœurs,

 la détérioration des liens avec les proches,

 la détérioration des liens avec les voisins ;

 la consultation des ignorants ;

 l’attribution des responsabilités aux personnes non qualifiées,

 la confiance envers les menteurs, réconfort et largesses envers les traîtres ;

 la méfiance envers les gens loyaux et la trahison des gens honnêtes ;

 la distance sur la terre deviendra courte ;

 l’irrespect des pactes ;

 la compétition féroce pour les futilités du bas monde ;

 les faux témoignages, tromperies et tricheries ;

 le plus heureux sera le plus dénué de scrupules ;

 l’amour s’exprime par les paroles mais dissimule les haines et les duretés des cœurs ;

 les femmes porteront des vêtements, mais sans vraiment porter des vêtements ;

 l’adultère deviendra répandu ;

 les divorces augmenteront ;

 la consommation du vin deviendra un acte anodin ;

 les catastrophes naturelles augmenteront ;

 le temps s’accélérera ;

 le commerce sera répandu sur terre et les marchés se rapprocheront ;

 les richesses seront détenues par les avares ;

 les hommes passeront à côté des tombes et voudront être à la place des morts ;

 etc.

Dans le droit fil des signes mineurs, des signes majeurs succéderont (il n’y a quelconque ordre dans la série suivante) :

1. Le lever du soleil au couchant
2. La venue de la Bête
3. La fumée
4. la venue du faux-messie
5. la descente sur terre de Jésus (Salut de Dieu sur lui)
6. la venue de Gog et de Magog


Voir ce commentaire dans son contexte