Commentaire de sisyphe
sur Lettre à France


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

sisyphe sisyphe 27 décembre 2008 10:00

Merci à tous ceux qui me témoignent leur sympathie : beaucoup vont me manquer. 
J’espère pouvoir un accès facile à Internet là-bas, pour pouvoir venir prendre de vos nouvelles... et en donner quand je pourrai..

Sinon ; tiens, en passant :

La société française est de moins en moins libre
45% des Français estiment que la fraternité est toujours d’actualité contre 52% en 2004, 60% contre 68% pour la liberté, et 32% contre 40% pour l’égalité. 		 					
 
La devise de la République française "s’applique-t-elle bien à la société française aujourd’hui ?" La proportion de Français répondant affirmativement à cette question est en repli, selon un sondage CSA publié samedi 27 décembre dans La Croix.
Ils sont en effet seulement 45% à estimer que c’est le cas concernant la fraternité, contre 52% en 2004.
Six sur dix (60%) pensent que la liberté s’applique bien à la société actuelle, contre 68% en 2004 et 75% en 2003, selon des précédents sondages sur le même thème. Et pour ce qui est de l’égalité, ils sont 32% à estimer qu’elle fait toujours honneur à la devise française, contre 40% il y a quatre ans.

Les associations et l’école fers de lance


Les associations (39%) et l’école (36%) sont les deux institutions les plus aptes à "encourager la fraternité", selon les personnes interrogées, auxquelles étaient proposée une liste d’ organismes où elles pouvaient choisir un ou plusieurs organismes.
Enfin, près des deux tiers des sondés (64%) se déclarent "prêts à donner de l’argent à une ou des associations d’aide aux plus démunis", 62% à s’engager dans une telle association, et 52% "à donner plus souvent à des personnes mendiant dans la rue".


Comme quoi, une majorité de français ne sont pas dupes, et manifestent une réelle solidarité ; c’est encourageant.
Les associations, effectivement, sont un bon levier ; non seulement pour manifester sa solidarité, mais aussi, pour résister démocratiquement à l’oppression capitalisto-financière. 
Quant à l’école, on compte sur les élèves, les enseignants, les parents d’élèves, les citoyens, pour empêcher son démantèlement.

De là où je serai, je continuerai à apporter mon soutien à toutes les formes de résistance. 

Voir ce commentaire dans son contexte