Commentaire de bobbygre
sur Après l'A-Démocratie ? Rassurer Emmanuel Todd


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

bobbygre bobbygre 9 janvier 2009 13:13

Pour Maastrisht, comme pour les présidentielles, c’est bien au moins une partie de l’électorat FN, caractérisé en moyenne par une forte composante populaire, (les chercheurs parlent de "peu diplômés") qui fait la différence.
Il y a des surement de vrais ouvriers communistes, en cherchant bien, on en trouverait sans doute de socialistes peut être même un ou deux d’écolo. Il est vraisemblable qu’une partie de l’électorat populaire de gauche ait contribué la victoire du non à Maastricht. Sans le vote Lepeniste il n’y aurait pas eu victoire.


Je n’ai pas la meme analyse, en particulier pour le dernier referendum où le non l’a emporté :
Pour Maastricht, je suis d’accord avec vous, le FN anti-européen par nature, a largement oeuvré pour le non (avec Devilliers et Pasqua si je me souviens bien). En ce sens, on peut dire que le non de Maastricht (environ 49%) était clairement nationaliste.
Pour le dernier referendum sur l’Europe, les electeurs du FN ont aussi voté non, comme d’habitude. Ce n’est pas une surprise ni un élement nouveau. Le FN a toujours été anti-européen. Par contre, ce qui a changé par rapport à Maastricht, c’est que les alters, l’extreme gauche et les "independants" ont appelé à voter non (Besancenot, Arlette, journaux indépendants, ATTAC) mais ce non là n’a rien à voir. Ca n’est pas un non nationaliste mais un non anti-libéral. Et pour avoir assisté à plusieurs débats publics, je peux t’assurer que ça n’était pas à la marge. Les journaux de 20h montrait les débats publics organisés dans les campagnes aussi bien que dans les villes. Les débatteurs à la télé ne débattaient quasiment que du libéralisme de la constitution car c’était LE sujet qui a fait pencher la balance.
Et effectivement, ce sont les gens de gauche qui ont voté non qui ont fait la différence ce jour-là puisque ce sont les quelques pourcents qui sont venus s’ajouter aux votes traditionnellement anti-européens.

Pour Sarkozy, on a retrouvé ce même débat sur le libéralisme sauf que cette fois, Sarko a su mettre de son coté les électeurs du FN.
Donc, je persiste et signe, ceux qui ont élu Sarko (les électeurs de droite libéraux + le FN) ne sont pas ceux qui ont fait pencher la balance du non lors du referendum (extreme-gauche et alters en gros)


Voir ce commentaire dans son contexte