Commentaire de masuyer
sur Religolo : la dérision contre la déraison et l'obscurantisme !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

masuyer masuyer 30 janvier 2009 16:44

Doc suite à votre habituel laius sur le relativisme je vous reposte le commentaire auquel vous n’avez jamais répondu, préférant visiblement échaffauder des hypothèses sur mon éventuel conversion´`a l’Islam avec le toujours spirituel Thierry Jacob, alias Israel, alias RF. Je suppose que vous ne désertez point les fils de vos propres articles

Docteur,

si pour vous se refuser à analyser une situation dans un endroit donné ou à une époque donnée à l’aune de l’endroit et de l’époque où je vis relève du relativisme culturel le plus extrêmiste, alors je revendique cet extrêmisme. Vous qui aimez vous référer aux Lumières, je vous prie de vous repencher sur le sujet. Vous verrez que pour l’Eglise, le relativisme culturel était aussi quelque chose d’abject. Menocchio, meunier frioulan du XV e siècle, dont Carlo Ginzburg à étudier les minutes du procès en inquisition dans "Le Fromage et les vers" fut brûlé entre autre pour relativisme. Vous vous situez plutôt (et Cyrano également) dans la posture de Sépulvéda que dans celle de Las Casas. C’est un choix, ce n’est pas le mien, mais je vous reconnait le droit de l’exprimer.
C’est d’ailleurs ce refus du relativisme qui fait que vous pensez que Voltaire partage vos vues sur l’Islam en vous appuyant sur sa tragédie "Le Fanatisme ou Mahomet". Les bigots catholiques à l’époque, qui l’attaquèrent en justice pour impiété et scélératesse. Se qui le conduit à retirer sa pièce.
Il s’exprima d’ailleurs sur le Coran en ces termes :

Bornons-nous toujours à cette vérité historique : le législateur des musulmans, homme puissant et terrible, établit ses dogmes par son courage et par ses armes ; cependant sa religion devint indulgente et tolérante. L’instituteur divin du christianisme, vivant dans l’humilité et dans la paix, prêcha le pardon des outrages ; et sa sainte et douce religion est devenue, par nos fureurs, la plus intolérante de toutes, et la plus barbare
. »
"Essai sur les Mœurs et l’Esprit des Nations"

ou encore, dans le "dictionnaire philosophique" :
Si son livre est mauvais pour notre temps et pour nous, il était fort bon pour ses contemporains, et sa religion encore meilleure. Il faut avouer qu’il retira presque toute l’Asie de l’idolâtrie.

Quel relativisme culturel extrêmiste, ne trouvez-vous point ?

Amusant de constater que votre refus du relativisme vous place en digne héritier des religions monothéistes universalistes et dogmatiques, non ?


Voir ce commentaire dans son contexte