Commentaire de gerard56
sur Qui a peur de la République balistique d'Iran ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

gerard56 12 février 2009 11:00

Je ne pense pas que cet engin fasse 50 centimètres cubes ; ça représente un objet de 7 x 7 centimètres sur un centimètre d’épaisseur. Je ne suis pas certain que des astronomes amateurs soient capable de détecter un objet non lumineux de cette taille à cette distance. En plus, 30 kilogs pour un objet de cette taille, c’est beaucoup. Le satellite serait 50 fois plus dense que le plomb., si l’iran était capable de fabriquer un matériau pareil et de l’envoyer sur orbite (on se demande pourquoi) ça serait effectivement très impressionnant.

A part ça, vous auriez pu noter qu’une fusée à propulseur liquide, ce n’est pas très menaçant comme arme ; il faut la mettre en place plusieurs jours à l’avance, la remplir délicatement avec son combustible et la tirer tout de suite après. Pendant ce temps, ces fusées sont des cibles idéales pour des pays capables de frapper en tout point du monde comme ceux munis de sous-marins nucléaires. Les armes des pays développés sont à combustible solide, ce qui permet de les déplacer et de les tirer (ou non) sans délai.

La vraie avance militaire de l’Iran, c’est d’avoir mis au point une fusée à combustible solide d’une portée de 2000 km (annonce toute récente, je ne crois pas qu’on sache grand chose des caractéristiques réelles de ce missile en terme de capacité, de précision). 
Une arme nucléaire primitive emportée par un missile comme celui-ci ne serait pas une menace stratégique. Il serait une arme dissuasive par rapport à une attaque conventionnelle massive par un Etat supérieurement armé, aucun commandant de flotte n’ayant envie de courir le risque d’avoir l’équivalent d’un Hiroshima au milleu de son escadre. Il faudrait donc attaquer d’au moins 2000 km, ce qui restreindrait sévèrement la couverture aérienne. Sans parler du fait que l’Etat en question pourrait avoir des amis et alliés à portée de tir, aussi.


Voir ce commentaire dans son contexte