Commentaire de Marc Bruxman
sur Les citoyens manipulés et méprisés


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Marc Bruxman 29 avril 2009 19:53

Vous êtes en retraite. Mais le monde a changé. Et vos observations sont exagérées. C’est vrai que la société étato-industrielle est morte. Son déclin a commencé dans les années 70 cela ne date pas d’hier. Et la crise économique et sociale que nous vivons depuis l’an 2000 marque le tournant, le passage vers une autre société, différente. Dans laquelle les anciens repères n’ont plus cours. Les jeunes qui ont entre 20 et 30 ans n’ont pas connu votre société idéale. Mais ils conaissent une nouvelle société qui est juste différente et qui sait offrir de bons salaires, des opportunités. Ils ne se font plus d’illusion sur le fait de toucher une retraite qu’ils savent non financée et non financables. Ils sont parfois juste un peu frustrés que des vieux cons leur imposent tantot des lois hygiénistes, tantot des lois fascistes comme hadopisse, tantot qu’ils projettent leurs peurs sur la société.

Il n’est pas étonnant que cette nouvelle société paraisse incompréhensible aux plus anciens et qu’elle fasse peur. Après tout, elle n’a rien à voir avec l’ancienne. Car pas grand monde finalement ne peut prévoir qui aura le pouvoir après ce changement. Alors il faut attendre que tout cela se décante. Et la démographie ne nous aides pas.

Mais au fond, le monde a changé oui. Et je me sens étrangers dans de plus en plus de vos beaux discours. Mais ne croyez pas qu’en séquestrant, brulant et cassant vous aurez gain de cause. La violence et l’arme du faible. Celui qui l’emploi est déja un looser et le fait en croyant venger sa loositude. Ce faisant, il emploie mal son énergie et reste un looser. Parce qu’au fond qu’est ce qu’ils attendent une piéce de la part du capitaliste qui les as viré ?

C’est finalement le dernier clou qui manquait au cercueil. En demandant du fric à tout bout de champ, les associations de gauche ont finalement accepté le modèle capitaliste. Elles en devienne un rouage intégré alors même que les classes populaires ont déja accréditées cette idée. Regardez en banlieue, il n’y a pas meilleur capitaliste dans la mentalité que ces jeunes. Ils n’ont juste pas encore compris pour certains que la violence n’était pas le moyen de réussir. Mais à part ca, ils ont très bien compris comment cela marche.

Tout cela, couplé à un endettement d’état massif et irrésorbable va conduire petit à petit à un nouveau monde. Et cela ne peut s’arrêter. Il n’y a ni révolution ni contestation qui stoppera ce mouvement.


Voir ce commentaire dans son contexte