Commentaire de perlseb
sur Crise : Pourquoi rien n'a changé ?


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

perlseb 6 août 2009 18:11

Je ne suis pas sûr que ce soit bien utile. On peut très bien refaire le monde et imaginer des utopies qui en pratique sont totalement viables. Mais elles resteront des utopies car l’esprit humain, dans l’ensemble, n’y adhère pas.

Les utopies sont des imaginations qui ne font rêver personne à part leur concepteur. Dans le monde réel, on crée des pseudo-réalités, comme celui du « self made man », et on utilise quelques personnes triées sur le volet pour en être les preuves vivantes : cela attire des millions d’immigrés qui seront, eux, bien entendu, exploités.

En grattant un peu, on peut toutefois dire que l’homme doit avoir le choix de travailler ou de vivre comme un animal (il n’y a rien de péjoratif dans le terme animal). Il y a des populations qui ont vécu en harmonie avec la nature jusqu’à nos jours (même si elles disparaissent toutes pour cause de capitalisme mondial) et nous n’avons aucun conseil à leur donner au regard des dommages que notre société crée. Il faut réserver à ces hommes / animaux un territoire suffisant et qui ne peut pas être utilisé par les hommes qui travaillent.

Pour ceux qui décident de travailler, alors le premier progrès à faire partager par tous, c’est la contraception. Vient ensuite l’eau potable et la nourriture (il est en effet impossible de croître sans limite et de croire que nous auront tous à manger avec une seule Terre). Puis vient le logement avec un confort croissant. La nature doit toujours être la priorité à sauvegarder, même dans le monde des hommes qui travaillent.

Il est inutile de dire que cela ne fait rêver personne, surtout pas des français qui pour la plupart ont déjà tout ça. Mais je crois que la productivité mondiale est largement suffisante pour que cette utopie soit possible. En fait la productivité permet beaucoup plus que ce niveau de vie décent, alors que faire pour ceux qui veulent travailler à temps plein dans un monde ultra-productif ?

Très simple : beaucoup plus de recherche, d’investissements et aussi beaucoup plus d’art (musique, cinéma, peinture, cuisine, ...), plus de sport, plus de distractions. Les comédiens sont des gens « imposés » dans cette société : tout le monde devrait avoir le temps de tourner au moins un film durant sa vie (s’il le souhaite bien sûr). L’art devrait être partagé (activement) et non l’apanage d’une minorité qui a les moyens financiers de s’y consacrer à plein temps.

Là, certains me diront, c’est utopique et décadent... Je crois que la décadence, c’est de ne plus savoir pourquoi on travaille ou de ne plus être capable de travailler : la société actuelle a ces 2 travers, il faut vraiment éviter l’exclusion. Donner un minimum social à des gens exclus ne peut satisfaire qu’un « animal », pas un humain.


Voir ce commentaire dans son contexte