Commentaire de Tzecoatl
sur D'autres capitalismes


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Claude Simon Tzecoatl 9 août 2009 09:53

Je n’ai cependant pas stipulé que dans toute l’histoire, cette réciproque (niveau de l’inflation et niveau de l’intérêt) est été équilibrée, loin de là.

Concernant la préférence temporelle de Martin Masse, une seule chose suffit à limiter la portée de l’argument quand à l’intérêt lors du crédit :

La création monétaire ex-nihilo adjointe de réserve fractionnaire est bien loin d’être le sacrifice de l’épargnant qui prête son argent contre loyer. Car l’argument de Martin Masse, si je ne me trompe, est bel et bien l’idée de loyer de l’argent.

Mais il est vrai que le banquier a d’autres frais que l’épargnant, déjà par la tenue de son compte, puis par la sécurisation de la monnaie, etc. Mais ici encore, on parle bien de frais.

Par ailleurs, de mon point de vue, Martin Masse accuse un peu vite l’état des maux que l’on attribue aux agents économiques dans le marché (court-termisme, etc). Ca marche parfois, et c’est complémentaire, mais cela tombe bien souvent à l’eau.

Si comme le déclarait Michel Edouard Leclerc à peu près en ces termes, j’exploite l’honnêteté catholique, Martin Masse valorise l’effort afin de permettre au secteur financier d’atteindre la même finalité (tout en tondant bien le dupé lors d’une gratification qui ne risque d’être qu’intellectuelle et fort peu matérielle) que notre capitaine de marque breton.


Voir ce commentaire dans son contexte