Commentaire de Intrepid_ibex
sur Un modèle informatique du 11 Septembre


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Intrepid_ibex 28 septembre 2009 19:35

Les connaissances actuelles sont tout à fait capables de reproduire par simulation l’impact d’un avion sur un batiment. Ces calculs sont analogues à quelques modélisations près à ce qui ce fait pour la simulation du crash sur voiture, les matériaux très différents et les effets thermomécaniques en moins. Voir à ce sujet l’enquete passionante sur le crash du concorde [I]. Je ne dis pas que ces calculs éléments finis sont à la portée de n’importe quelle équipe et ordinateur [II]. Mais un travail de recomposition du modèle (batiment+avion) est tout à fait envisageable.

D’ailleurs, la simulation du 9/11 ne s’appuie que sur des faits :
-Géométrie de la structure du batiment (provenant des plans)
-Propriétés matériaux et loi de comportement associées (matériau déformable, sensible au fluage à haute température)
-Géométrie de l’avion, matériaux et lois de comportement associées
-Paramètre de l’impact (vitesse et angle d’impact : contrairement au crash du concorde, ces données sont disponibles avec les enregistreurs de vol).

Le scénario de rupture par flambage des poutres de la charpente apparait tout à fait plausible. N’oublions pas l’onde de choc provoquée par l’impact de l’avion qui a du fragiliser une bonne partie de la structure des étages impactés. Certaines poutres peuvent déjà être fléchies, ce qui augmente le risque de flambage. Et la température donne une sensibilité au fluage à l’acier (très importante à partir de T°C fusion/2).

Avant de remettre en cause la véracité du modèle, il faut s’armer de la même patience que les personnes qui ont effectué le maillage du batiment et de l’avion, analyser tout le jeu de données, et s’appuyer sur des caractérisations sur éprouvettes d’acier (traction à chaud, fluage) identique au WTC. Je me garderais bien de donner un jugement aussi hatif sans une analyse plus appronfondie.

Après quelques recherches, certaines simulations ont été menées avec MSC.DYTRAN et MSC.MARC, logiciels de calcul par éléments finis [II].

[I] http://www.bea-fr.org/docspa/2000/f-sc000725a/pdf/appendix9p.pdf

[II] http://www.mscsoftware.com/Solutions/Success-Stories/Detail.aspx?storyid=82


Voir ce commentaire dans son contexte