Commentaire de Daniel Roux
sur La tentation de la démocratie a priori


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Daniel Roux Daniel Roux 1er novembre 2009 12:03

« Je suis en désaccord totalement avec ce point de vue qui est celui du populisme »

Par cette phrase, vous tentez de disqualifier ma dénonciation du pouvoir absolu. Cette méthode, facile et banale, est utilisée par ceux là même que vous avez entrepris de dénoncer dans votre article.

Ainsi va la vie. Comme tout à chacun, vous vous faites plaisir en dénonçant le conformiste imposé de la pensée unique pour mieux courir rejoindre la sécurité et le confort du troupeau dès la première contradiction.

Sinon, vos remarques sur la reconnaissance implicite et paradoxale des communautés, et le silence hypocrite imposée par la loi sur le pouvoir abusif de certaines minorité, sont intéressantes.

Des lois interdisent dorénavant de dénoncer l’activisme d’une certaine minorité dont on a même pas le droit de prononcer le nom.

Il est remarquable que l’on ne puisse pas protester juridiquement ou parlementairement sur les abus répétés d’activistes sectaires tels que Bhl, Finkielkraut et d’autres, représentant officieux des intérêts d’un pays coupable de crimes de guerre et de vols de terres, d’une communauté eugénique et élitiste.

Ces agents spéciaux disposent d’un réseau et d’appuis assez puissants pour imposer leurs présences médiatiques massives lors de crises. Ils sont les seuls à pouvoir exprimés leurs idées nauséabondes (guerre en Irak, en Iran, affaires DSK, Polanski, ) sans contredit autorisé même à minima.


Voir ce commentaire dans son contexte