Commentaire de Aurélien Péréol
sur La tentation de la démocratie a priori


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Orélien Péréol Aurélien Péréol 1er novembre 2009 17:34

A Daniel Roux :
Je maintiens que votre discours et votre pensée sont d’essence populiste et, pour moi, vous continuez cette piste dans votre déni, quand vous évoquez par exemple « la sécurité et le confort du troupeau ».

Pour ma part, je ne dénonce rien. J’essaie d’analyser, de dire comment le société marche. Vous visez des intentions que vous me prêtez et que je n’ai pas : «  vous vous faites plaisir en dénonçant le conformiste imposé de la pensée unique ». Dénoncer le conformisme imposé de la pensée unique n’est pas ce que je fais.

Je n’ai pas envie de faire juger par l’institution spécialisée dite de la justice, les pensées que je ne partage pas ou que je trouve nocives (nous en avons en commun mais pas toutes). Je souhaite que contraire qu’elles s’expriment dans un débat le moins contraint possible, le plus volubile possible.

Et ma contribution en fait partie.


Voir ce commentaire dans son contexte