Commentaire de Tzecoatl
sur La dette, mode d'emploi


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Claude Simon Tzecoatl 29 décembre 2009 12:32

« la monnaie fiduciaire est elle-même une reconnaissance de dette émise par les banques centrales. »
Est-ce à dire que pour vous, la reconnaissance de dette n’est plus de la monnaie, mais un moyen de paiement ?

« pourtant il a raison de considérer que les reconnaissances de dettes ne sont pas de l’argent... »
Dans les textes de loi qu’il omet de citer, oui.
Dans les faits, lorsque vous prêtez une tondeuse à un voisin, vous la considérez toujours à vous, et ce voisin à vous.
Lorsque vous déposez de l’argent sur votre compte courant, vous le considérez toujours à vous, mais la banque aussi. Une propriété plus une propriété en font deux.

Voilà où l’interprétation de création monétaire est sans doute plus judicieuse.

Si prêter sa tondeuse au voisin comporte le risque qu’il la casse, et prêter son argent au banquier au risque qu’il aille se faire tondre dans quelconque profit financier américain douteux par nature puisqu’américain, dans les faits, ce dépôt comporte un risque zéro.

D’ailleurs, il est temps d’arrêter de se battre pour considérer quelle interprétation du Coran (du fonctionnement monétaire) est la bonne, pour considérer qu’elles peuvent être fécondes, bien que l’on soit conscient qu’une interprétation ou une autre soit simplificatrice, puisse induire en erreur, ou limiter la portée d’un raisonnement.

Si la monnaie scripturale (reconnaissance de dette chez Jorion) est une monnaie d’un peu moins bonne qualité que la monnaie centrale, elle n’en demeure pas moins de la monnaie au sens commun.


Voir ce commentaire dans son contexte