Commentaire de Micromegas
sur Hervé Prudon : les hommes s'en vont, leur stylo reste


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Micromegas Micromegas 8 janvier 2010 16:41

De Nabe je suis tombé sur Prudon, que de copain d’infortune qui nous font voir une réalité dénuée de toute perspective aveuglante.


Voir ce commentaire dans son contexte