Commentaire de José Lopez-Martinez
sur Sebastian Piñera remporte l'élection présidentielle chilienne


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 20 janvier 2010 09:51

@ HELIOS :

Vous nous dites que l’auteur de l’article vous « herisse le poil » en faisant « l’apologie d’un modele social aussi injuste socialement parlant ».

Je ne peux que vous inciter à faire une intéressante comparaison entre le classement des pays selon leur degré de développement humain élaboré par le PNUD et le classement des pays selon leur degré de liberté économqiue calculé par le Fraser Insitute (dont il est fait mention dans l’article).

Ce faisant, vous pourrez constater que :
- tous les pays qui ont un indice de liberté économique supérieur à 70 se trouvent classés parmis les pays à haut développement humain (>800) ;
- tous les pays qui ont un indice de développement humain bas (<500) ont un indice de liberté économique inférieur à 60 ;
- parmi les pays qui ont un indice de liberté économique situé entre 60 et 70, une petite majorité se trouve dans les pays à haut développement humain (>800) et le reste dans les pays à dévelopement moyen (entre 800 et 500) - mais même parmi ces derniers, la plupart se trouvent dans le haut du classement des pays à développement humain moyen ;
- en-dessous d’un indice de liberté économique de 60, on trouve bien 10 pays classé en bas de classement parmi les pays à haut développement humain (le Brésil - de justesse -, la Croatie, Tonga, la Bosnie, l’Argentine - mais ça, c’est une blague statistique -, la Russie, les Seychelles, le Belarus - très douteux -, la Libye , Cuba - vaste fumisterie -), mais l’écrasante majorité se répartit entre pays à développement humain moyen et bas.

Apparaît donc ainsi, de manière assez claire une corrélation : les pays les plus libres économiquement sont également, de manière générale, les pays les plus développés socialement.


Voir ce commentaire dans son contexte