Commentaire de pingveno
sur La « taxe Robin des bois »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

pingveno 19 février 2010 17:13

Alors ça, c’est sans doute un vrai problème très dur à régler... « est-ce que la taxe s’applique aux 100€ ou aux 40000 $ ? »
Oui, vraiment, c’est une très bonne raison pour ne rien faire.

Je précise, j’ai déjà pratiqué le trading forex, donc je parle en connaissance de cause : les plus-values au Forex sont des revenus imposables pourtant les impôts français (ou du moins la plupart de ceux qui y travaillent) sont incapables de répondre à cette question élémentaire.

« une taxe Tobin reviendrait à utiliser le système en espérant qu’il se retourne contre lui-même »
Quelle autre idée étrange. Pas du tout. L’idée n’est surtout pas que la taxe Tobin viennent se retourner contre le système ! C’est seulement de corriger une injustice du système en le forçant à contribuer aux efforts nécessaire à le maintenir.

Je parlais ici du point de vue des alter-mondialistes : ils dénoncent une dérive du système boursier et finalement préconisent de taxer ce système ce qui poussera à augmenter le volume des transactions pour compenser. D’où ma comparaison avec la publicité.

Ce dont plus personne ou presque ne semble se rendre compte, c’est que depuis l’abandon de l’étalon-or, un dollar ou un euro ne valent que la confiance que les gens mettent en eux, donc pas grand chose. Alors que même après une guerre ou pour une peuplade primitive, de l’or ça peut toujours servir donc constituer une monnaie d’échange. C’est pourquoi plutôt que de focaliser sur la taxe Tobin, même si je ne la rejette pas, n’est pas la solution à long terme. Il faut se reconcentrer sur les matières premières, des valeurs tangibles, et peut-être qu’on se rendra enfin compte que contrairement aux planches à billets, ce sont des ressources limitées et qu’on arrêtera alors cette politique de croissance perpétuelle qui mène à la catastrophe.
Voila en gros pourquoi je suis d’accord avec l’auteur.


Voir ce commentaire dans son contexte