Commentaire de frédéric lyon
sur Iran : craintes d'embrasement mondial


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

frédéric lyon 23 février 2010 16:22

Nos amis Arabes sunnites d’Afrique du Nord en sont réduit à soutenir les Perses chiites !


Il est vrai que leurs affaires ne tournent pas très bien en Irak et en Afghanistan.

Mais ils ne savent pas trop si les Perses veulent fabriquer une bombe atomique, ou construire des centrales nucléaires !

Alors ils nous pondent deux séries d’articles : 

- une série pour dire que les Perses ont raison de vouloir avoir une bombe atomique, 

- et une série pour nous dire que ces Perses ne veulent pas la bombe, mais seulement enrichir de l’uranium pour alimenter des centrales électriques !

L’Iran n’aura jamais de bombe atomique, car elle serait frappée de feu nucléaire une heure après l’avoir construit. L’affaire Iranienne est un des cas de figure où la possession de l’arme atomique n’aurait pas d’effet dissuasif sur l’adversaire.

Bien au contraire, cela attirerait la foudre !

Quoi qu’il en soit, nous devons éviter au monde de se retrouver placé devant une telle éventualité, tout en étant conscient qu’on s’y prépare.

En effet

1) Les USA (et Israël ?) possèdent déjà dans leurs arsenaux nucléaires des bombes nucléaires tactiques de petit calibre (la B 61 Mod 11, transportée par le bombardier furtif B 2 Spirit) chargées sur des pénétrateurs et destinées à frapper des objectifs profondément enfouis, comme le sont certaines des cibles potentielles en Iran et notamment les sites nucléaires sensibles non répertoriés par l’AEIA.

Ces engins sont capables de détruire des cibles à de grandes profondeurs en provoquant un véritable tremblement de terre. Par ailleurs elles répandent de grandes quantités de retombées nucléaires, rendant impossible l’accès au site après la frappe.

2) Les USA possèdent en outre des armes nucléaires délivrant des flashes électromagnétiques à hautes altitudes.

Voici quels sont les effets sur des cibles précises d’une explosion électromagnétique dans la stratosphère :

  • sur une ville, une zone habitée ou un espace industriel : perte des moyens d’alimentation électrique, des outils de communication. Paralysie pouvant s’étendre sur plusieurs mois ;
  • sur un centre de commandement ou une zone militaire névralgique : même si ces lieux sont majoritairement protégés et blindés contre ce type d’attaque, la moindre faille peut permettre au souffle électromagnétique d’atteindre sa cible. Cela peut produire une perte des moyens de défense d’un pays ainsi qu’un aveuglement des stations de surveillance ;
  • sur une zone de conflit militaire, les armées actuelles étant (tout comme les populations) très dépendantes des technologies inormatiques et de communications ainsi que de l’énergie électrique, elles seraient bien démunies sans ces aides au combat et à la transmission d’informations ;
  • les sous-marins proches de la surface et soumis à ce souffle, se retrouveraient sérieusement paralysés et risqueraient de sombrer ;
  • les commandes de tous les avions, civils ou militaires, cesseraient de répondre, condamnant les personnes à bord.

Soulignons que de tels armes peuvent être délivrées avec une remarquable économie de moyen, par un avion ou par un sous-marin et que l’on peut aussi procéder par escalade en augmentant progressivement la dose tout en laissant des intermèdes entre chaque frappe de façon à laisser à l’adversaire l’option d’abandonner la confrontation.

Il est également probable qu’elles ne seraient pas délivrées sans un avertissement préalable adressé au pays-cible, contrairement aux armes nucléaires stratégiques à grande puissance qui sont « livrables » sans avertissement préalable, conformément à la doctrine de la dissuasion.

D’ailleurs les USA, comme Israël, n’ont jamais caché et ont même annoncé à plusieurs reprises que l’option militaire était sur la table. 

Un homme averti en vaut deux. 

Notons en passant que l’Egypte a récemment autorisé Israël à faire passer ses sous-marins par le canal de Suez leur donnant ainsi l’accès à l’Océan Indien par la voie la plus courte.

Or ces sous-marins israëliens ont sans doute la capacité de délivrer des missiles balistiques (bombes électromagnétiques) et des missiles de croisière (bombe à pénétrateurs).
 

Voir ce commentaire dans son contexte