Commentaire de Philou017
sur Vivre sans banque centrale - Quand le Panama donne l'exemple


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Philou017 Philou017 23 février 2010 21:40

L’auteur : merci pour votre article original.
Le gouverneur du Panamade la Banque Interaméricaine de Développement (BID) va dans votre sens. Dans un discours à Medellin, à propos de la crise, il a entre autres déclaré ’extrait) :

«  »5. Bien que Panama ne soit pas immun à la crise financière mondiale qui menace de faire reculer les acquis sociaux et économiques dans la région, la diversification de notre économie de services, la force du système monétaire et bancaire, ainsi que la mise en oeuvre réussie de la stratégie financière de notre gouvernement ces dernières années nous ont permis de résister aux assauts de cette crise et nous projetons une croissance économique positive pour cette année.

6. Après la signature des Traités Torrijos-Carter, la Banque nous a soutenus au cours de la préparation des premières études liées à la protection du bassin hydrographique qui alimente le canal de Panama.

7. En fait, nous pouvons dire que la BID a joué un rôle très important dans la concrétisation du montage financier requis par le projet d’élargissement du canal. La décision prise sur l’élargissement du canal obéissait à des facteurs de rentabilité financière et économique, et c’est en outre aujourd’hui l’un des principaux instruments de politique anticyclique.

8. Le système monétaire et financier panaméen, sans banque centrale, n’ayant pas copié le modèle de transactions hypothécaires suivi par d’autres pays, ne montre pas de signe de contagion. Cependant, le secteur bancaire a réagi avec prudence, privilégiant laliquidité qui a influé sur le rythme d’octroi de crédit interne.

9. Afin de soutenir le système financier, le gouvernement a approuvé au mois de février un programme de relance financière, appuyé par la BID (500 millions USD), la Société andine de développement (210 millions USD) et la Banque nationale de Panama (avec un apport de 400 millions USD), pour un montant total de 1,11 milliards USD. Il importe de souligner que nous avons signé hier, ici même à Medellín, avec la Société andine de développement, le prêt de 210 millions USD.«  »

http://idbdocs.iadb.org/wsdocs/getdocument.aspx?docnum=1932633


Voir ce commentaire dans son contexte