Commentaire de sisyphe
sur Vivre sans banque centrale - Quand le Panama donne l'exemple


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

sisyphe sisyphe 24 février 2010 09:28

Oui, c’est le système monétaire en vigueur depuis 1973 qui a forcé TOUS LES ETATS, privés de la possibilité de créer de l’argent, à s’endetter, auprès des banques privées : il faut être un sacré menteur pour le nier !

Oui, c’est le système monétaire en vigueur depuis 1973, appuyé par la Banque Mondiale, qui a forcé à la privatisation de tous les services, et laminé les services publics de tous les pays.

Heureusement, certains ont résisté à cette privatisation du monde et du vivant, en maintenant ce qui est la fonction, le rôle des états ; des SERVICES PUBLICS ; à savoir des organismes au service des citoyens (éducation, santé, transports, sécurité), et procuré des millions d’emplois, face au « marché » au seul bénéfice d’intérêts PRIVES, et de mafias de banksters, qui lui, délocalisait, débauchait, créait du chômage, de la précarité, de la misère.

Et puis, il faudrait avoir un minimum de cohérence, mon gars ; dans ton précédent post, tu disais que la banque centrale grecque n’avait rien vu, et là, hop, elle se révèle complice, et a « fait tourner la planche à billets ».

Ceux qui n’ont même pas besoin de faire tourner la planche à billets, pour céer, ex nihilo, des sommes d’argent astronomique, ce sont les banques privées, les assurances, et personne d’autre.

La crise que nous vivons, que vit la Grèce, comme tous les autres pays avec, est la CONSEQUENCE DIRECTE de ce système monétaire, qui a confié à une mafia de banksters le pouvoir de créer de l’argent, et de spéculer sur le travail, les salaires, les richesses produites, les produits, les services, les matières premières, indispensables à la vie.

Ce système monétaire qui est directement responsable de la précarisation, de la misère, de la famine, de la mort.
Et ceux qui le soutiennent, comme toi, sont les complices de cette barbarie.

Des sales connards ou de sacrés salauds ; à toi de choisir.


Voir ce commentaire dans son contexte